Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

9. 29 mars 19501

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; lettre reprod (...)

1Cher monsieur Borduas,

  • 2 Au sujet de la lettre de Borduas à Rolland Boulanger, voir Écrits II, p. 390. Dans sa lettre du 5 (...)

2C’est avec un plaisir que vous comprendrez facilement que j’ai reçu la copie de la lettre adressée à Boulanger2.

3J’avais en effet l’intention de vous demander pareille copie, en vous faisant parvenir les documents que vous trouverez dans cette enveloppe.

  • 3 Le lendemain, soit le 30 mars, Claude Gauvreau recommande à Jean-Claude Dussault la lecture de tro (...)

4Votre mise au point est impeccable. Certes, je ne doute pas que Boulanger résistera à l’évidence jusqu’à l’ultime extrémité, comme il a toujours fait et comme il est normal (selon Freud) qu’il fasse3.

5Décidément, le seul reproche qu’il pourrait encore se permettre envers nous serait d’avoir tardé à faire la rectification — mais il devra avouer qu’on a plutôt l’habitude de nous reprocher d’en trop dire que de n’en pas dire assez...

  • 4 Texte de base : « déroulé ».
  • 5 La participation de Barbeau aux Rebelles fera l’objet de sévères critiques de la part de Pierre Ga (...)

6L’expo des Rebelles s’est déroulée4 on ne peut mieux. Pour moi, le résultat le plus réconfortant de cette manifestation c’est encore que Barbeau5 y a senti le besoin d’une activité collective intensive. Depuis, il éprouve la nécessité de nous revoir souvent.

  • 6 Nous n’avons trouvé aucun renseignement sur cette personne.

7On a pu également rentrer en contact avec plusieurs individus (Robert Leprohon6, par exemple) qui poursuivent, isolément, leur évolution continue.

  • 7 Nous n’avons trouvé aucun renseignement sur cette personne.

8Et on a pu faire la connaissance d’éléments neufs, jeunes et intelligents, qui ont apparemment de grandes puissances de développement (notamment, un élève des arts graphiques : Ivar Labrie7).

9Et aussi, on a pu constater où les laquais de la bourgeoisie jugent que provient réellement la menace à la fixation de ce qui est.

  • 8 Nous n’avons pu éclaircir la nature précise de cette offre de Henri Gagnon. Le marxisme, bien qu’i (...)

10Le chef du groupement communiste indépendant, Henri Gagnon, nous a approchés avec une proposition8. Quoiqu’il semble personnellement plus sincère et plus humain que d’autres sbires de l’URSS, il est entendu que de pareils rapprochements devront être traités avec la plus lucide circonspection. Je vous en reparlerai.

  • 9 « La location de la salle fut réglée, pour la modeste somme de quatre-vingts dollars, par Frantz L (...)

11Le « tronc de soutien des Rebelles » a récolté $15.289.

  • 10 Après avoir exprimé son admiration pour sa participation aux « Rebelles », Borduas sert à Gauvreau (...)

12Vous n’avez pas à craindre la provocation10. Personne n’attaquera pour attaquer. Tout au plus, lorsque nécessaire, prendrons-nous l’initiative de certains chocs propices à la destruction de malentendus gênants.

13L’appui personnel que vous avez apporté abondamment à tous et chacun a été pour nous un grand réconfort et un grand stimulant.

  • 11 Georges Rouault (27 mai 1871 - 13 février 1958), à cette époque, vivait déjà fort bien avec sa fam (...)

14À l’âge où Rouault devenait millionnaire11, vous en êtes encore à ferrailler gaillardement aux coins des ruelles mal éclairées.

  • 12 Ce texte a été publié sous le titre « Proclamation des Rebelles », dans Écrits sur l’art, p. 343-3 (...)
  • 13 Pour ce bulletin (ou communiqué) de presse, voir Chronique, p. 673-675.
  • 14 Il pourrait s’agir du texte de l’invitation aux artistes imprimée sur papier rose, qui porte le ti (...)

15Les documents que je vous fais parvenir présentement, sont : la proclamation12 qui était affichée sur le mur de l’expo ; le bulletin d’information13 rédigé à l’intention des quotidiens de langue française ; et aussi, un communiqué14.

  • 15 Le 22 mars, Claude Gauvreau en informe Jean-Claude Dussault : « Un forum public sera tenu sur les (...)

16Il y eut aussi un communiqué15 pour annoncer le forum — lequel communiqué arriva probablement en retard — mais ce document est d’une insignifiance négligeable.

17Une jeune fille israélite, qui s’est présentée comme un « écrivain indépendant », est venue chez moi pour chercher une copie de la proclamation. Sa démarche avait toutes les caractéristiques bien visibles de la mouchardise professionnelle. Il va sans dire que je lui ai remis sans difficulté la copie réclamée, partant de ce principe que nous n’avons rien à cacher.

18J’irai à St-Hilaire sous peu.

19Au revoir, cher monsieur Borduas,

20et merci pour toutes vos bontés.

21Claude

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; lettre reproduite en fac-similé dans J. Marchand, op. cit., p. 263 ; reprise dans Chronique, p. 685-686.

2 Au sujet de la lettre de Borduas à Rolland Boulanger, voir Écrits II, p. 390. Dans sa lettre du 5 avril 1950 à Jean-Claude Dussault, Claude Gauvreau rappelle que Rolland Boulanger a été jésuite pendant une dizaine d’années, période au cours de laquelle il a rédigé, entre autres, des manuels de dessin et de peinture. L’esprit d’ouverture d’abord exprimé par Boulanger devenu journaliste au Montréal-Matin s’estompe après la parution de Refus global, qui le scandalise. Il publie le 25 mars 1950, en page 5 de Notre Temps, un texte intitulé « Le Salon rose de nos Rebelles », lequel constitue, selon François-Marc Gagnon, une lettre de rupture avec le groupe automatiste (Chronique, p. 681).

3 Le lendemain, soit le 30 mars, Claude Gauvreau recommande à Jean-Claude Dussault la lecture de trois ouvrages de Freud, qu’il juge parmi les plus représentatifs de l’œuvre du psychanalyste : Trois Essais sur la théorie de la sexualité, Psychopathologie de la vie quotidienne et Introduction à la psychanalyse, que Gauvreau qualifie de « chef-d’œuvre » (Correspondance, p. 243).

4 Texte de base : « déroulé ».

5 La participation de Barbeau aux Rebelles fera l’objet de sévères critiques de la part de Pierre Gauvreau, qui avait lui-même refusé de participer aux Rebelles. Dans « La vie est déjà ailleurs », texte qui accompagne sa propre exposition présentée chez lui du 1er au 11 avril 1950, Pierre Gauvreau accuse Barbeau de pécher par régression et surtout mimétisme, les petits Barbeau présentés aux Rebelles n’étant à ses yeux « que des fragments de plus grands Riopelle ». Cette crise interne au sein du groupe automatiste entraînera Borduas à entreprendre sur-le-champ la rédaction de « Communication intime à mes chers amis ». Sur les rapports de Claude Gauvreau aux « Rebelles » et à Rolland Boulanger, voir sa lettre à Jean-Claude Dussault du 5 avril 1950 (Correspondance, p. 259-262).

6 Nous n’avons trouvé aucun renseignement sur cette personne.

7 Nous n’avons trouvé aucun renseignement sur cette personne.

8 Nous n’avons pu éclaircir la nature précise de cette offre de Henri Gagnon. Le marxisme, bien qu’il soit pour les artistes « dans le sens de l’Histoire », leur pose néanmoins, comme l’explique Claude Gauvreau, le dilemme suivant : « Le marxisme-léninisme semble apporter aux masses une amélioration économiquement mais propose en même temps l’abêtissement culturel » (Écrits sur l’art, p. 71). C’est après la rédaction des Entrailles, fin août 1946, que Claude Gauvreau rencontra des communistes canadiens : « [...] par la rencontre des marxistes, je rompis avec le dernier filet de panthéisme qui pouvait encore être en moi » (Claude Gauvreau, « Notes biographiques », dans Étal mixte et autres poèmes 1948-1970, p. 214). L’attrait qu’exerce le marxisme sur Gauvreau s’estompera définitivement en 1954, suite aux « révélations de Khrouchtchev sur Staline » (Écrits sur l’art, p. 273-274).

9 « La location de la salle fut réglée, pour la modeste somme de quatre-vingts dollars, par Frantz Laforest. Malheureusement, son chèque était sans fonds et les exposants durent se cotiser pour défrayer le coût de l’opération » (Chronique, p. 671). La somme récoltée à cette occasion ira au-delà des espérances du groupe : « A l’exposition des Rebelles qui s’est terminée dimanche dernier, rue Mansfield, les visiteurs ont déposé la somme de 15,28$ dans le tronc de soutien du groupe. “Ce qui, pour dix jours, s’apparente au miraculeux”, a déclaré l’un de leurs représentants, Claude Gauvreau » (Anonyme, « Les 18 Rebelles récoltent 15,28$ », Le Petit Journal, 3 avril 1950, p. 57).

10 Après avoir exprimé son admiration pour sa participation aux « Rebelles », Borduas sert à Gauvreau la mise en garde suivante : « Puisse notre activité se maintenir longtemps à une telle hauteur — sans obstruction ! Maintenant et toujours défendons notre droit strict d’expression. Mais craignons comme la peste la provocation sous toutes ses formes ! » (lettre du 24 mars 1950, Écrits II, p. 394-395).

11 Georges Rouault (27 mai 1871 - 13 février 1958), à cette époque, vivait déjà fort bien avec sa famille : son travail comme peintre et ses collaborations au travail de mise en scène dans différents théâtres lui assuraient des revenus importants. Suite au décès du marchand de tableaux Vollard et au procès qui s’ensuivit, Rouault récupéra en 1947 plusieurs tableaux. « En 1939, après 44 ans d’activité, Rouault recueille autour de son œuvre autant d’incompréhension que d’admiration. Il est timidement reconnu par les cercles officiels, après de nombreuses expositions dans des galeries et des musées français et étrangers. Il a fait la mise en scène du Fils prodigue de Prokofiev et pour les ballets de Diaghilev. Puy, Charensol et Cognat ont écrit des monographies à son sujet. Jacques Maritain lui a consacré des articles, mais en 1937 seulement lors de l’Exposition de l’Art Indépendant (Petit Palais) où la salle consacrée à Rouault obtient un réel triomphe. Ce fut comme une révélation pour le public ; pendant de trop nombreuses années, le peintre s’était tenu à l’écart, exposant rarement et parfois maladroitement » (Giuseppe Machioni, Georges Rouault, p. 23-24). François-Marc Gagnon a fait remarquer que Georges Rouault exerça une grande influence sur la formation du jeune Borduas, même si son nom ne figure pas dans les écrits du peintre de Saint-Hilaire (voir F.-M. Gagnon, Paul-Émile Borduas. Biographie critique et analyse de l’œuvre, Montréal, Fides, 1978, p. 103-104). On note toutefois que le nom de Rouault apparaît en variante de Projections libérantes (Écrits I, p. 450) entre ceux du facteur Cheval et du douanier Rousseau, présentés comme des artistes exceptionnels qui suscitent son admiration. Malgré l’estime qu’il voue à Rouault, Borduas a peut-être retranché son nom en raison des liens très étroits qui unissent cet artiste à l’Église catholique. Une seconde allusion à Rouault, également en variante de Projections libérantes, a été biffée : « Renoir est un chrétien-païen, Rouault sera chrétien-catholique » (Écrits I, p. 573). Claude Gauvreau situe, quant à lui, l’expressionnisme français de Rouault dans la filiation directe de Daumier (voir Correspondance, p. 165).

12 Ce texte a été publié sous le titre « Proclamation des Rebelles », dans Écrits sur l’art, p. 343-344.

13 Pour ce bulletin (ou communiqué) de presse, voir Chronique, p. 673-675.

14 Il pourrait s’agir du texte de l’invitation aux artistes imprimée sur papier rose, qui porte le titre « L’Exposition des Rebelles » et qui a paru dans Écrits sur l’art, p. 341-342. Discutant, le 5 avril 1950, des « Rebelles » avec Jean-Claude Dussault, Gauvreau mentionne l’existence de deux textes distincts : « L’Exposition des Rebelles n’était pas une exposition automatiste — que pouvions-nous exiger des autres participants sinon une adhésion théorique au texte de l’invitation et au texte de la proclamation ? » (Correspondance, p. 262).

15 Le 22 mars, Claude Gauvreau en informe Jean-Claude Dussault : « Un forum public sera tenu sur les lieux de l’Exposition au 2035 Mansfield, samedi soir à neuf heures » (Correspondance, p. 220). François-Marc Gagnon a pu établir avec précision la date de ce forum, soit le 25 mars : « Il ne semble pas y avoir eu d’écho dans la presse » (Chronique, p. 681).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search