Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

8. [Mars 19501]

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; publiée sous (...)

1Cher monsieur Borduas,

2Décidément un souffle de barricades a déferlé sur notre ville.

3Nous comprenons maintenant pourquoi dans les révolutions, tant d’actes inexplicables et intrépides et insolites sont accomplis par tant d’hommes divers.

4Nous ne le comprenons que par analogie, lointaine ment. Nous le comprenons tout de même. C’est un acquis.

5Il n’y a rien comme la confrontation de deux masses apparemment disproportionnées pour donner aux nerfs et aux muscles le maximum de leur tension, pour donner à l’intelligence et à la conscience le maximum de l’unitéralité.

  • 2 Claude Gauvreau a dépeint l’atmosphère intense qui régnait parmi les participants lors de l’exposi (...)

6Pas depuis la rue Amherst2 ai-je vu une unité collective aussi immédiate, aussi passionnée, aussi entière !

  • 3 Texte de base : « le moins cérébrale ».

7Nous goûtons présentement la liqueur forte de l’action, tactile pour ainsi dire, la3 moins cérébrale possible. Primaire est cette action, primaire et massive est la cible de cette action. Elle est un tonique draconien et médiatement une source d’énergie et de réalisme sensible.

8La manifestation publique de l’autre soir est inoubliable, et elle a engendré un déchaînement irrépressible dans les esprits et dans les sens.

9Il n’y a pas eu besoin de fouetter personne pour marcher. Tous poussaient vers l’avant avec une effronterie impassible et sereine et une force égales.

10Tous poussent encore.

11Personne cette fois ne m’accusera d’entraîner les autres plus loin qu’ils ne désirent. Nous n’avons eu cette fois qu’à laisser s’épanouir la foi et la colère générales pour être entraînés d’un bloc, volontiers, vers des zones sociales insoupçonnées.

12Mes premières propositions furent jugées trop timides. Ce sont les autres, tous ensembles, et puis moi avec, qui fournirent au geste son impulsion d’irrévérence homicide et qui stimulèrent le bronco.

  • 4 Dans un article à l’occasion du Salon du printemps de 1951, Rolland Boulanger rappellera non sans (...)

13Le vieux marteau inusé du vieux Dada4 s’est réincarné imprévisiblement, avec une touche d’acide sans précédent. Rarement a-t-on vu un geste public plus empirique, plus instinctif...

14Les journalistes auront beau rivaliser pour le championnat de l’euphémisme et tâcher de minimiser le caractère de gravité de l’événement en lui supposant une commode gaminerie — ils ne réussiront pas à convaincre la foule considérable qui y assista.

15Nous étions bien d’accord que les panneaux devraient parler par eux-mêmes. Chaque manifestant s’était engagé à garder le silence et l’impassibilité — à ne quêter l’indulgence ni par des extériorisations d’acrimonie bouffonne ni par des clins d’ceil ou autres mimiques supposant la complicité avec le public et même la galerie.

16Les madames en robes longues et les beaux messieurs en tuxedos étaient en nombre énorme. Jamais ai-je vu tant de personnes en ce lieu.

17Pour passer, il fallait presque se frayer un chemin à la hache.

18Le défilé a été impressionnant. Ceux qui l’ont vu en témoigneront.

19Un moment, il y eut parmi les spectateurs (pas tous) une salve d’applaudissements nourris.

  • 5 Depuis 1944, le choix des œuvres exposées au Salon du printemps était sanctionné par l’un ou l’aut (...)

20Le jury II n’existant pas5, il était bien entendu que nous l’ignorerions complètement.

21Nous nous sommes bornés à défiler dans les salons des soi-disant modernes.

22Après avoir fait le tour de ces salons cinq ou six fois, nous avons avec des gestes délibérés enlevé nos accoutrements et nous les avons cédés aux mains anxieuses des spectateurs (pas tous).

23Les gardiens du musée ne sont pas intervenus alors que nous étions présents.

24Ils ont eu raison de se restreindre, car nous étions véritablement dans un état d’esprit de carnage.

25Quand vous lirez la liste des propos parades, vous comprendrez combien les éléments suprêmement bourgeois qui peuplaient en large proportion cette assistance immense ont dû se sentir frustrés et injuriés.

26Plusieurs commentaires entendus sont éloquents à ce propos.

27Il y avait, par contre, chez les jeunes, beaucoup de sympathisants.

28Tous les participants ont été enchantés de cette manifestation, qui leur demeure un souvenir impérissable.

  • 6 Exposition des « Rebelles », du 18 mars au 26 avril 1950, au 2e étage d’une ancienne école de dans (...)

29Hier soir, dans une assemblée collective de quinze, il a été décidé spontanément que l’Exposition des Rebelles6 devra avoir le même caractère d’intransigeance et de franchise.

30Il ne saurait être question de se faire pardonner un acte de justice par une entreprise de séduction de la bourgeoisie.

31Cette exposition ne sera pas parfaitement homogène, mais les œuvres intéressantes y prédomineront dans une forte majorité.

32Vous auriez été surpris de voir avec quelle facilité et quel entrain il a été possible de se mettre d’accord sur des points apparemment effarants. Tous s’entendaient et insistaient pour que l’exposition soit un acte de rupture totale avec le jury du Salon — et nul ne recule devant l’agression irrévérencieuse, devant la prise de position compromettante.

  • 7 Parmi les participants anglophones aux « Rebelles » : Paterson Ewen, Alan Cole, Forrest McCarthy, (...)

33Les Anglo-Saxons7 se sont montrés courageux.

34Nous savons que la presse, avec les armes de sa classe sociale — inexactitudes, atermoiements, euphémismes —, ne pourra qu’organiser un petit sabotage discret de l’entreprise, comme ce fut le cas en face de la manifestation au musée.

35Tous étaient d’accord que nous devions prendre allègrement notre parti de cette défection des informateurs publics, et que nous ne devions nous permettre aucun acte d’apaisement à leur endroit.

36Nous savons que les journaux parleront beaucoup de l’exposition, comme ils ont parlé beaucoup de la procession et qu’ils s’arrangeront pour ne pouvoir déplaire à aucune chaste oreille.

37Dix-sept personnes prirent part au défilé. Quatre autres avaient des panneaux à endosser, mais arrivèrent deux minutes en retard.

  • 8 Frantz Laforest, « peintre et galiériste, époux de Rachel Lazure-Laforest » (Écrits II, p. 328, n. (...)
  • 9 Roussil « a épousé Mlle Madeleine Parsons, une copine qui s’intéresse également aux arts, surtout (...)
  • 10 Ils participeront avec les familles Barbeau et Mousseau à l’aventure de la ferme collective sur le (...)
  • 11 « Sur ce Jean Marot, nous ne savons que ce que Claude Gauvreau en a dit dans “Douze articles”, Le (...)
  • 12 André Goulet (7 mars 1933 – 11 juin 2001), peintre et éditeur. Au Collège Sainte-Marie où il fait (...)
  • 13 Le frère de Dyne et Muriel Guilbault. C’est lui qui réalise la banderole suspendue à l’extérieur d (...)

38Ceux qui défilèrent sont : Mousseau, Frantz Laforest et Rachel Laforest8, Robert Roussil et sa femme9, Paul et Nicole Legault10, Suzanne et Marcel Barbeau, Le Febure, Jean Marot11, André Goulet12, Andrée Lagacé, Michelle Arbour, Ferron-Hamelin, Gilbert Guilbault13, moi.

39Mousseau ouvrait la parade et je le suivais de près. Voici les textes qui furent exhibés — plusieurs étaient répétés en double et même en triple.

403 mort-vœux : jury du carême

41En grève contre le jury de marde

42À bas de Tonnancour le bonze !

43À bas Cosgrove la putain !

44Cosgrove mort pion

45Pauvre Goodridge Rubber tété

46Déviergeons les jeunes vieillards !

47De Tonnacour le cul (bis)

48Place à l’art vivant !

49Cosgrove nous fait chier

50Nous voulons un jury contemporain !

51De Merdancour tu pues

52Poor Goodridge tired

53Cosgrove

54Crosse grasse

55Crotte grosse

56Étron

57Nous refusons le jury

58À bas les pantins des Bôzars !

59Assez de Tonnancour le picassot !

60Nous voulons un jury indépendant !

61De Tonnancour le jésuite des Beaux-Arts

62De Tonnancour con tout court

63Nous ne voulons plus d’arrivistes bilieux !

64Nous voulons un jury objectif !

65Cosgrove le lécheux de bourgeois

66Assez de masturbateurs du luxe !

67Un jury de pétomanes

68Bientôt l’expo des refusés

69Barbeau est très enthousiaste. Pour lui c’est une véritable résurrection.

70Même Laforest se laisse couler dans le mouvement — et il semble y prendre grand plaisir.

71Cosgrove a été très furieux, tandis que de Tonnancour est, encore blême.

72Roberts, lui, qui d’ailleurs ne fut guère molesté, trouva amusante la démonstration et on m’a dit qu’il avait emporté chez lui le panneau : « Poor Goodridge Tired ».

73Davis a été très habile devant la presse, mais il doit être terriblement inquiet.

74Maintenant, l’Exposition des Rebelles sera celle de tous ceux qui se désolidarisent complètement et irrémissiblement des actions du jury et de tous les jurys de cet acabit. Je pense que vous avez votre place toute tracée dans cette exposition. Ne pensez-vous pas ?

75Cher monsieur Borduas, j’aimerais bavarder plus longuement — mais je suis effroyablement occupé.

76À bientôt, très bientôt

77Claude

  • 14 On retrouve dans le fonds Borduas, sous la cote T. 62, deux articles anonymes, « C. G. Macdonald. (...)

78P.S. Ci-joint quelques découpures14. Ce ne sont pas les seules — mais probablement les plus intéressantes à date.

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; publiée sous le titre « Lettres à Borduas », Études françaises, « L’automatisme en mouvement », automne-hiver 1998, vol. 34, nos 2-3, p. 273-277 ; extraits dans Chronique, p. 663, 665, 667.

2 Claude Gauvreau a dépeint l’atmosphère intense qui régnait parmi les participants lors de l’exposition de la rue Amherst : « Nous nous tenions tous sur les lieux (à l’exception de mon frère Pierre toujours outre-mer) et nous discutions passionnément avec les visiteurs. L’ambiance était frénétique. Nous étions saouls de ferveur et de joie » (« L’épopée automatiste vue par cyclope », dans Écrits sur l’art, p. 46).

3 Texte de base : « le moins cérébrale ».

4 Dans un article à l’occasion du Salon du printemps de 1951, Rolland Boulanger rappellera non sans ironie le caractère dadaïste de certaines actions menées autour de l’Exposition des Rebelles : « Ceux du groupe qui, s’étant conformés aux règlements, furent acceptés, n’eurent qu’à jouer l’indignation comique, à décrocher — non sans publicité — leurs toiles et à se solidariser, trompette au vent, à tous les refusés... choisis. On fit circuler une petite indécence “en rose”, comme on en distribuait à la tonne, il y a plus de trente ans en France et à Zurich, à l’époque légendaire du dadaïsme mort-né de Tristan Tzara » (Rolland Boulanger, « 28e [sic] Salon du printemps », Notre Temps, 19 mai 1951, p. 4). Dans Communication intime à mes chers amis rédigé peu après, Borduas allait sévèrement critiquer le « dadaïsme négatif » de certaines pratiques automatistes, dont celle des lampions à l’exposition Mousseau-Ferron au Comptoir du livre.

5 Depuis 1944, le choix des œuvres exposées au Salon du printemps était sanctionné par l’un ou l’autre des deux jurys, un ancien et un moderne. Celui auquel on avait officiellement accolé l’étiquette de « jury moderne » était constitué de trois membres que Gauvreau qualifie « de droite » : Stanley Cosgrove, Goodridge Roberts et Jacques de Tonnancour. Selon François-Marc Gagnon, les Rebelles reprochèrent au jury son manque de compétence : « Pas au sens où Cosgrove, de Tonnancour et Roberts auraient été des ignorants ou des étroits d’esprit aveuglés par leurs préjugés en faveur du seul type d’art figuratif qu’ils pratiquaient eux-mêmes, mais au sens où ils étaient investis d’un pouvoir sans commune mesure avec leur position dans la société, le Musée des beaux-arts de Montréal y étant devenu une “instance décisionnelle” sur l’art de leur époque et de leur lieu » (Chronique, p. 663-664). Discutant la notion d’objectivité telle qu’il la conçoit, Gauvreau explique à Dussault, dans sa lettre du 5 avril 1950 : « Je persiste à croire que le jugement de tout objet, jugement basé sur son authenticité sensible, sur son contenu manifeste, jugement basé sur la persistance d’une certitude sensible personnelle, jugement outrepassant les fétides préjugés subjectifs comme critères d’excellence, je persiste à croire que ce jugement est possible — qu’il est possible au point qu’on a le droit de l’exiger de tout jury, et qu’il se trouve qu’aucun jury arriviste n’est capable de fournir cette objectivité, et que telle institution n’a pas les moyens de se dispenser d’un jury arriviste, eh bien qu’il ne nous intéresse plus de considérer ce jury et cette institution comme existants ! » (Correspondance, p. 260).

6 Exposition des « Rebelles », du 18 mars au 26 avril 1950, au 2e étage d’une ancienne école de danse, au 2035 de la rue Mansfield. L’assemblée aurait eu lieu le lendemain de la manifestation (Chronique, p. 660-687) et l’exposition aurait été préparée en trois jours (« L’épopée automatiste vue par un cyclope », Écrits sur l’art, p. 64-65). Dans sa lettre du 22 mars à Jean-Claude Dussault, Gauvreau annonce la tenue d’un forum sur les lieux de l’Exposition : « Un forum public sera tenu sur les lieux de l’Exposition au 2035 Mansfield, samedi soir à neuf heures » (Correspondance, p. 220).

7 Parmi les participants anglophones aux « Rebelles » : Paterson Ewen, Alan Cole, Forrest McCarthy, Helen Jones, Andrew Zadorozny.

8 Frantz Laforest, « peintre et galiériste, époux de Rachel Lazure-Laforest » (Écrits II, p. 328, n. 131).

9 Roussil « a épousé Mlle Madeleine Parsons, une copine qui s’intéresse également aux arts, surtout à la peinture. Les Roussil habitent Ville Saint-Laurent, près de Val-Royal, et ont un enfant de quatre mois, baptisé André » ([Arthur Prévost], « L’artiste Roussil est bûcheron pour mieux réussir sa sculpture », Le Petit Journal, 25 septembre 1949, p. 48).

10 Ils participeront avec les familles Barbeau et Mousseau à l’aventure de la ferme collective sur le flanc sud du Mont Saint-Hilaire en 1950. Paul Legault deviendra par la suite réalisateur d’émissions pour enfants à Radio-Canada. Voir la lettre du 2 mai 1950 de Claude Gauvreau à Jean-Claude Dussault (Correspondance, p. 395).

11 « Sur ce Jean Marot, nous ne savons que ce que Claude Gauvreau en a dit dans “Douze articles”, Le Haut-Parleur, 7 avril 1951, p. 5. Apparemment, il fut de l’expédition française en Amazonie, dont Frantz Laforest fera partie à titre de “cinéaste”. Mousseau nous a raconté que vers la fin de l’expédition Laforest s’était arrangé pour faire disparaître les “films” qu’il avait fait semblant de tourner tout le long de l’expédition. Il va sans dire que Laforest n’était pas plus cinéaste qu’ethnographe » (Chronique, p. 665, n. 55).

12 André Goulet (7 mars 1933 – 11 juin 2001), peintre et éditeur. Au Collège Sainte-Marie où il fait ses études, il se destine à la prêtrise. A la librairie Tranquille, il rencontre Mousseau, qui y travaille comme commis ; celui-ci l’amène à l’atelier de la rue Christin (la Centrale automatiste) où sont présents, entre autres, Claude Gauvreau et Jean Le Febure. La publication d’un article de Rolland Boulanger dans Le Canada en 1950, où celui-ci donne la liste des personnes présentes au vernissage de l’exposition Mousseau/Ferron, révèle sa fréquentation du groupe des automatistes. La direction du Collège Saint-Marie le blâme sévèrement pour avoir assisté à cet événement et le met à la porte ainsi que Georges Ouvrard. De décembre 1951 à janvier 1952, il expose ses tableaux à la librairie Tranquille. En 1991, il publie aux Éditions d’Orphée, dont il est le fondateur, Trois Lettres de Claude Gauvreau. Voir Sonia Sarfati, « Décès d’André Goulet, le “typosaure-animateur” », La Presse, 20 juin 2001, p. C-l.

13 Le frère de Dyne et Muriel Guilbault. C’est lui qui réalise la banderole suspendue à l’extérieur de l’exposition des Rebelles, au 2035, rue Mansfield : « Exposition des Rebelles. Campagne d’assainissement Contre l’arrivisme bourgeois infestant le jury de L’Art Association, du 18 au 26 mars ».

14 On retrouve dans le fonds Borduas, sous la cote T. 62, deux articles anonymes, « C. G. Macdonald. Art Juries », The Herald, 15 mars 1950, et « L’ouverture du 67e Salon », Le Canada, 14 mars 1950. Dans ce dernier article on peut lire : « Au cours de la visite des salles un incident s’est produit qui a ému quelque peu les invités ; un groupe de jeunes amis de “l’art vivant” affublés de panneaux-sandwiches sont venus protester contre le choix exercé par l’un des jurés. Le tumulte a été de peu de durée et sans conséquence grave ni désastreuse. Et la visite des salles s’est continuée sans autre incident ». Voir aussi, Anonyme, « Montréal double sa subvention au Musée des beaux-arts. Incident “automatiste” », Le Devoir, 14 mars 1950, p. 1 ; Anonyme, « Des artistes indépendants manifestent au 67e Salon », La Presse, 14 mars 1950, p. 15 ; Anonyme, « Fine Arts Museum Grant Raised. Aspirants Up in Arms at Opener », The Gazette, 14 mars 1950, p. 13.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search