Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

7. 1er mars [19501]

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

1Cher monsieur Borduas,

2C’est la plume un peu chambranlante que je vous écris.

  • 2 Dans sa lettre du 4 mars 1950 à Jean-Claude Dussault, Gauvreau explique qu’une trop forte consomma (...)

3Dans des circonstances que je n’ai pas encore actuellement la force physique de vous narrer, j’ai failli claquer avant-hier2. Aujourd’hui, cela va bien.

  • 3 Serge Phénix (Outremont, 1924) étudie à l’École du meuble la peinture et le design d’intérieur (19 (...)

4Je tenais à vous mettre au courant de ceci : Serge Phénix3 viendra chez moi vendredi soir de cette semaine, et il apportera sur les lieux ses encres et aquarelles inconnues (ou plutôt connues jusqu’ici de moi seul).

5Il y aura peu de personnes présentes. L’exhibit des travaux de Phénix sera l’événement le plus important de cette soirée (que nous prévoyons plutôt calme).

6Comme vous vous en doutez, nous serions tous très heureux que vous puissiez vous joindre à nous.

7Votre présence est toujours réconfortante, et aussi vos appréciations plastiques demeurent insurpassées.

8Je tiens à vous exprimer combien vos récentes huiles m’ont profondément impressionné. L’avant-dernière (à date) m’a particulièrement ému.

  • 4 Texte de base : « pousuivez ».

9Je souhaite que vous poursuiviez4 et allez poursuivre productivement votre élan créateur.

10Un peu fatigué mais quand même assez serein :

11Claude

  • 5 Sur l’emprisonnement de La Famille, voir Écrits II, p. 381, n. 49. François Tétrault a fait remarq (...)
  • 6 Claude Gauvreau racontera à Jean-Claude Dussault, le 4 mars suivant comment « Roussil est tombé en (...)

12P. S. L’affaire Roussil5 s’annonce plutôt désagréable. J’ai fortement l’impression qu’une bande de requins cherche à exploiter6 ce brave garçon.

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

2 Dans sa lettre du 4 mars 1950 à Jean-Claude Dussault, Gauvreau explique qu’une trop forte consommation d’alcool lors d’une réunion préparatoire au procès de la statue La Famille de Robert Roussil l’a rendu malade : « Aujourd’hui, vous trouverez ma plume certes un peu chancelante. /En voici la raison : je suis encore passablement malade. Une maladie non plus encore sévissante, mais lancinante et grugeuse, qui me maintient dans un état de faiblesse indécise et exaspérante./J’ai failli claquer./L’intérieur de mon corps m’apparaît comme un mur de pierres intégralement en place mais sectionné et émietté par des infinités de fissures imperceptibles./Je m’en relève tranquillement, mais je n’éprouve pas encore cette impression réconfortante de gouverner l’anarchie des humeurs. Je suis encore le lutteur qui a les reins collés au matelas, et qui devra déployer l’ingéniosité de tous ses muscles pour reprendre le dessus./En vérité j’ai failli claquer./Depuis une semaine, j’avais le vague pressentiment dans ma chair que quelque chose n’allait pas. Un concours de circonstances particulièrement défavorables m’empêchait de réagir psychologiquement avec la vaillance et la sérénité qu’il aurait fallu./Une invitation que j’acceptai servit — combien adéquatement ! — à déclencher toute la révolution organique et à me vider aussi en dernière instance de tout ce malaise » (Correspondance, p. 192-195).

3 Serge Phénix (Outremont, 1924) étudie à l’École du meuble la peinture et le design d’intérieur (1943-1947). Membre de la Société d’art contemporain en 1947, il prend part aux expositions de ce groupe. Il remporte le prix d’aquarelle au 66e Salon du printemps organisé en 1949 par le Musée des beaux-arts de Montréal. Cette même année, il signe la lettre d’appui aux mineurs d’Asbestos. Il participe par la suite à l’exposition « Les étapes du vivant » en 1951, expose pour la première fois individuellement à la galerie Agnès Lefort à Montréal en 1952 puis concourt à la « Place des artistes » en 1953. Il enseigne par la suite l’aménagement intérieur à l’Institut des Arts Appliqués et au Collège du Vieux-Montréal.

4 Texte de base : « pousuivez ».

5 Sur l’emprisonnement de La Famille, voir Écrits II, p. 381, n. 49. François Tétrault a fait remarquer à ce propos qu’à « la fin de 1949, à cause de ce remue-ménage, Roussil perdit son poste au musée [des beaux-arts de Montréal]. En fait, il démissionna pour éviter que Lismer ne soit congédié » (François Tétrault, Roussil écarlate, p. 16).

6 Claude Gauvreau racontera à Jean-Claude Dussault, le 4 mars suivant comment « Roussil est tombé entre les mains de sangsues qui cherchent à exploiter (sans risque) sa statue au profit d’amusements mondains, badins et rémunérateurs » (Correspondance, p. 192-194). « D’autres personnalités auraient été invitées par le comité [pour la défense de la statue de Roussil] ou l’auraient appuyé. Le Petit Journal du 10 février 1950 cite les noms suivants : Roger Lemelin, auteur des Plouffe, Jean-Louis Gagnon et René Lévesque, speakers à CKAC et à Radio-Canada, un chauffeur de taxi [Alex Primeau ?] et Laurent Dauthuille, boxeur qui avait vaincu le champion Jake LaMotta. Un article non identifié soutient que les personnes suivantes auraient appuyé le comité : Nicole Germain, la Donalda d’Un Homme et son péché, Barbara Val, comédienne française qui avait joué au théâtre Arcade, Paul L’Anglais, directeur de Québec-Productions, Bernard Eudes, de Canadian Concerts and Artists, Fernand Denis, rédacteur au Petit Journal, André Mathieu, pianiste-compositeur, Fredo Gardoni, le roi de l’accordéon, Dostaler O’Leary, courriériste parlementaire à La Patrie. Quand on saura, par le Montreal Standard du 25 février, qu’André Mathieu a reçu un subpoena, que Claude Gauvreau (of the CBC, ainsi que l’article le précise) représentera la sculpture, que Fernand Denis sera un policier et que Nicole Germain dirigera le groupe des avocats de la poursuite, le lecteur aura une bonne idée de l’éclectisme du groupe » (Lise Lamarche, « La Famille de Robert Roussil », dans Textes furtifs, p. 65).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search