Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

6. Montréal, 19 décembre 19491

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; sans date, dan (...)

1Cher monsieur Borduas,

2Voici le lendemain d’hier.

3J’aurai la satisfaction personnelle, au moins, que les faits auront été dits et connus.

4Dans l’ensemble, je crois savoir que les réactions à cet article ne sont pas décourageantes.

  • 2 Jean-Maurice Laporte (Montréal, 3 mars 1919), commis-libraire de 1945 à 1950 chez Tranquille, où il (...)

5Pourtant, nous ne sortons pas du sordide. Loin de là. Au moins un commentaire, qui m’est parvenu, était à faire dresser les cheveux sur la tète. Il provenait de Laporte2, co-employé de Tranquille avec Mousseau.

  • 3 Claude Gauvreau fera allusion à cet exercice de définition quelques mois plus tard dans une lettre (...)

6Il appert que nous aurons éventuellement à rédiger une dissertation sur le mot « intransigeance3 ». Ma documentation est prête, ainsi que mes définitions.

7J’ai l’impression que de semblables polémiques frustes et algarades brutales — qui ne correspondent pas à vos espoirs de sérénité sociale — doivent vous laisser bien perplexe, sinon le sourcil froncé.

8Chacun ses méthodes, chacun ses impulsions, et chacun ses instincts. Les miens sont peut-être d’une essence à la fois inférieure et plus coloriée. J’ai l’impression toutefois que mon atavisme sanguinaire servira à quelque chose.

9On ne m’enlèvera pas du crâne que, si je n’agissais pas comme j’agis, quelque chose de précieux serait ou infirmé ou retardé ou avorté.

10C’est une conviction fanatique et aveugle.

11Il faut aussi que j’utilise — sans les rechercher — les pintes d’humour noir indispensables à ma consommation annuelle.

12Et puis, la prolongation d’une inexactitude réparable m’est physiquement intolérable.

13Il est probable que je préférerais que le monde fût idéal. Mais tant qu’il y aura des baveux et des sauterelles visqueuses (nocifs pour autrui), il est impossible que je ne sois pas leur ennemi ouvert.

14Certes, la vie est dure. Depuis quelques jours, je redoute d’être au rebord d’une déception monstre. Nous verrons. En tout cas, il ne saurait être question de dételer.

15Pour employer une expression inédite : « Chaque jour suffit à sa peine ».

16Quant à vous, j’espère que votre santé somatique s’améliore, et que vous retrouvez la voie de l’allégresse et de l’agressivité.

17Vous m’aviez laissé entendre récemment que l’irruption créatrice était imminente. J’espère que cette tornade est présentement en acte.

18J’irai visiter Saint-Hilaire prochainement.

19D’ici là, bonne chance, bon courage et bonne inspiration.

20Claude

  • 4 Salluste Lavery (1899 – 1967). Il fait ses études au collège de Montréal, avant d’être admis en 190 (...)

21P. S. D’ici peu, un party en l’honneur de ce bonhomme bizarre et attachant, mon avocat Lavery4. Probablement le 29 décembre. Pensez-y. Nous en reparlerons.

22P. S. 2 - Dans la lettre, une seule erreur de typographie : vers la fin de l’article, il faut lire « académisme moderne » au lieu de « académie moderne ».

  • 5 Claude Gauvreau a découpé dans La Presse du samedi l’annonce du mariage de « Mlle Germaine A. Berni (...)

23Je dois vous signaler un événement5 qui peut avoir de graves conséquences sur l’avenir de la critique d’art au Canada.

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; sans date, dans Chronique, p. 640-641.

2 Jean-Maurice Laporte (Montréal, 3 mars 1919), commis-libraire de 1945 à 1950 chez Tranquille, où il est responsable, entre autres, de l’accrochage des expositions, puis à la Librairie Pony, rue Ste-Catherine à Montréal, jusqu’en 1955. Il poursuit sa carrière à la télévision de Radio-Canada où il occupe pendant trente ans le poste de réalisateur. Il signa la « Protestation collective » du 31 janvier 1949 contre la Loi du cadenas ainsi que le manifeste de février 1949 en faveur des mineurs d’Asbestos.

3 Claude Gauvreau fera allusion à cet exercice de définition quelques mois plus tard dans une lettre à Jean-Claude Dussault : « Pour terminer aujourd’hui, un mot sur “l’intransigeance” — cette expression favorite des automatistes surrationnels. J’ai été moi-même l’objet de quelques attaques indirectes pour avoir utilisé cette expression dans Le Petit Journal. À ce moment-là, j’avais défini cette appellation comme suit : “L’intransigeance, c’est le refus ou l’impossibilité de recourir à une restriction mentale pour ménager un intérêt quelconque.” [...] L’intransigeance se juge en fonction de l’établissement d’une rigoureuse hiérarchie des valeurs. Quelle valeur, pour un véritable artiste, est nécessairement placée au sommet de cette hiérarchie ? Évidemment, c’est sa production artistique et l’intégrité de cette production (qui implique l’intégrité morale de l’artiste). On peut dire qu’un artiste demeure intransigeant lorsqu’il accomplit tous les sacrifices indispensables pour la conservation de cette intégrité » (lettre du 1er février 1950, Correspondance, p. 112-113). Voir supra, p. 134, lettre du 6 août 1954.

4 Salluste Lavery (1899 – 1967). Il fait ses études au collège de Montréal, avant d’être admis en 1909 à la Faculté de droit de l’Université McGill. Reçu au Barreau en 1913, il fonde le cabinet Patterson et Lavery (180, rue Saint-Jacques, à Montréal). Après son service militaire en Europe, il revient à la pratique du droit dans le cabinet Lavery et Demers. En 1926, il est nommé Conseiller du roi.

5 Claude Gauvreau a découpé dans La Presse du samedi l’annonce du mariage de « Mlle Germaine A. Bernier, professeur de biologie à l’Université de Montréal, fille de M. et Mme Arthur Bernier de Saint-Hyacinthe et de M. Rolland Boulanger, fils de M. et Mme Aimé Boulanger, de Saint-Fabien de Rimouski, dont le mariage aura lieu le 29 décembre en l’église Notre-Dame-des-neiges » (T. 128). « Née en 1909 à Saint-Hyacinthe, [Germaine Bernier] est étudiante au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal [...]. Dessinatrice puis technicienne durant son apprentissage, elle assume bientôt, en 1935, une fois sa licence en sciences naturelles obtenue, la responsabilité des démonstrations de travaux pratiques. Elle devient ensuite chargée de cours en 1943 et, après des négociations qui semblent avoir été laborieuses, elle sera promue professeur en 1948. [...] L’année suivant sa promotion de 1948, choquée de recevoir comme professeur un salaire inférieur de celui qu’elle recevait à la leçon, elle proteste et se voit démise à son rang antérieur, ce qui la pousse à démissionner. Elle épousera quelques mois plus tard, en décembre 1949, Rolland Boulanger, critique d’art en vue de l’époque et que ses réserves à l’égard de l’athéisme de Refus global avaient transformé en souffre-douleur de Claude Gauvreau. [...] Après son mariage, elle continuera à illustrer des publications scientifiques, démontrant un intérêt tout particulier pour la connaissance des insectes. Germaine Bernier est décédée à Québec en 1989 » (Johanne Lamoureux, Irène F. Whittome, p. 25).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search