Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

5. [18 décembre 19491]

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128. Un extrait de (...)

1Mon cher monsieur Borduas,

2Tout s’enchaîne.

3À une chaîne dont vous connaissiez déjà quelques ovales voici un nouvel anneau.

4Ça peut durer comme ça jusqu’à la Pentecôte.

  • 2 Claude Gauvreau fait allusion à une déclaration de Pierre Mercure dans laquelle ce dernier marque (...)

5Vous constaterez vite que le boursier Mercure2 n’a pas perdu de temps à se ranger aux spécifications de M. Duplessis.

6Il est intégral dans le dégonflage, celui-là. On ne peut pas lui reprocher de mettre de l’eau dans son vin... Il n’est pas fractionnable !

7Tant pis pour lui, le pôvre !

  • 3 Dans un commentaire tardif, Claude Gauvreau écrira à propos de son œuvre Le Vampire et la nymphoma (...)

8Mon travail3 lui fournissait l’opportunité unique d’une délivrance — il n’en a pas voulu. Tant pis.

  • 4 De Paris, Pierre Mercure expliquera les raisons de son rejet du livret de Claude Gauvreau : « Ce t (...)

9Il va sans dire que pareille attitude étrange4 me contraint à lui sonner les cloches quelque peu (pas masochiste, le môme Cloclo !).

  • 5 Elle fut publiée sous le titre « Encore l’automatisme — La défection de Mercure est triste, dit Ga (...)

10J’ai déjà l’assurance que ma rectification sera imprimée intégralement5.

11La suite au prochain numéro.

12Salutations à toute votre famille et tchinn-tchinn !

13Claude

  • 6 Allusion à l’article « The Cultivation of Ulcers » : « Now here’s a pretty problem. According to D(...)

14Pour vous montrer que la presse n’a pas qu’un côté sombre, je vous fais parvenir un court article que j’ai pigé dans la page éditoriale du Life — et qui vous intéressera sûrement6.

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128. Un extrait de cette lettre, sans mention de date, a paru dans Chronique, p. 636.

2 Claude Gauvreau fait allusion à une déclaration de Pierre Mercure dans laquelle ce dernier marque ses distances avec l’automatisme : « Il m’importe cependant de faire savoir que je n’ai jamais fait partie du groupe automatiste et que si j’ai parfois prêté volontiers mon concours en tant que musicien à quelques-uns de leurs spectacles, je suis en désaccord complet avec plusieurs de leurs croyances. D’ailleurs, la faillite complète du surréalisme à Paris me semble assez symptomatique de la destinée de ses produits et sous-produits » (« L’opéra automatiste — le livret de M. Gauvreau n’a pas satisfait M. Mercure », Le Petit Journal, 11 décembre 1949, p. 48).

3 Dans un commentaire tardif, Claude Gauvreau écrira à propos de son œuvre Le Vampire et la nymphomane : « Il s’agit d’un opéra en trois parties, dont la musique, qui devait être écrite par Pierre Mercure, ne l’a jamais été. En 1949, une polémique acerbe autour de ce texte dans Le Petit Journal fut à l’origine d’une longue correspondance entre Jean-Claude Dussault et moi à laquelle j’ai donné le titre “Dix-sept lettres à un fantôme”. Cet opéra, qui n’est pas volumineux, est le prolongement, la conclusion et l’apothéose des Entrailles » (lettre à Michel Lortie, 27 janvier 1969, BNQ, fonds Claude Gauvreau).

4 De Paris, Pierre Mercure expliquera les raisons de son rejet du livret de Claude Gauvreau : « Ce texte demandé à Gauvreau, je le voulais abstrait, court, et connaissant l’originalité de son vocabulaire, comptais me permettre une petite expérience dans le domaine lyrique analogue au “Pierrot Lunaire” de Schoenberg. Mais le texte fourni s’avéra techniquement impossible à réaliser, tant par son extrême longueur que pour le nombre de chanteurs exigés et la nature spéciale de sa prosodie. [...] Ce texte d’opéra comportait en plus un scénario fort compliqué, contrairement à mes exigences et fortement teinté de morbidité périmée » (Pierre Mercure, « L’opéra automatiste — le livret de M. Gauvreau n’a pas satisfait M. Mercure », Le Petit Journal, 11 décembre 1949, p. 48).

5 Elle fut publiée sous le titre « Encore l’automatisme — La défection de Mercure est triste, dit Gauvreau », Le Petit Journal, 18 décembre 1949, p. 56 et 65. Dans cette nouvelle réplique au Petit Journal, Claude Gauvreau relate les hésitations que firent naître dans l’esprit de Pierre Mercure Le Vampire et la nymphomane, un ouvrage que Mercure lui avait commandé. Voir Chronique, p. 636-640, et Écrits sur l’art, p. 61. La lettre de Claude Gauvreau, publiée sous le titre « Étrange attitude. Gauvreau se fâche » dans Le Petit Journal du 27 novembre 1949, prend fin sur ces mots : « Pour terminer, je m’excuse auprès de mon ami et collaborateur Pierre Mercure de ce que ma confiance trop naïve ait eu des répercussions qui l’éclaboussent inéquitablement. »

6 Allusion à l’article « The Cultivation of Ulcers » : « Now here’s a pretty problem. According to Dr Daniel Slight, Chicago psychiatrist of some note, the modem business executive is falling prey to colitis, peptic ulcers, high blood pressure and heart trouble because he is too nice a fellow. By nature, says Dr Slight, the successfull executive is aggressive, a table-pounder, a man of action who needs to express his innate drive and vitality in ways not recommended by Mrs Emily Post. And what happens ? He is taught that arrogance is a sin, compromise a virtue, diplomacy a mandatory act. So he suppresses his natural inclination, dénies himself his natural outlets, and winds up a nervous and physical wreck. Dr Slight does not tell the executive what to do about this ; he merely names two of the few remaining occupations in which a man can let himself go. It is still possible, Dr Slight suggests, for a labour leader or a “professionnal do-gooder” to get wrought up without being shunned and damned as an obnoxious lout. As for ourselves, we have never believed that conflict per se is bad for the social community. All this may suggest that a little less restraint, a little more rambunctiousness and willingness to fight out the issues of the day would be healthy for all concerned. It might even reduce the incidence of the executive ulcers » (fonds Paul-Émile Borduas, T. 128).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search