Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

4. Montréal, 29 novembre 19491

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128. Extrait, sans (...)

1Cher monsieur Borduas,

  • 2 Probablement à l’atelier de Jean-Paul Mousseau situé à proximité du Comptoir du livre, où Mousseau (...)

2J’ai été très peiné de ne pas vous avoir vu samedi2. Comme je n’avais pas eu de nouvelles l’après-midi, je pensais que vous aviez changé d’idée.

3Néanmoins, nous réparerons bientôt cette erreur d’aiguillage. Je compte aller à Saint-Hilaire la semaine prochaine.

  • 3 « Gauvreau se fâche », Le Petit Journal, 27 novembre 1949, p. 56 ; repris dans Chronique, p. 632-6 (...)

4Je vous envoie la mise au point parue dans Le Petit Journal3 — et que vous avez probablement vue déjà.

  • 4 Claude Gauvreau a eu recours aux services de l’avocat Salluste Lavery suite à la publication de l’ (...)

5Cette mise au point est accompagnée des propos disculpants d’usage. Ces propos sont veules, malhonnêtes, et, d’après ce que j’ai entendu dire, inefficaces4.

  • 5 Dans sa mise au point, Claude Gauvreau précise : « Le Vampire et la nymphomane, dont il était ques (...)

6L’important, en fin de compte, c’est qu’une certaine catégorie de goujats saura maintenant qu’il n’est pas permis d’abuser de notre bonne foi5 — passée certaine limite — et que nous ne sommes pas des masochistes.

7Les lecteurs soupçonnent que nous ne sommes pas des imbéciles ni des farceurs.

  • 6 L’article du 30 novembre était accompagné d’illustrations représentant un chœur formé de chiens et (...)

8L’important pour moi, aussi, c’est que plusieurs sauront désormais que je me dissocie de cette cocasserie6, ainsi que de toutes les autres dégueulasseries antécédentes.

9Quand un préjugé excessivement défavorable est ébranlé, il n’en peut pas sortir de tort.

  • 7 « Inconnu le mouchard de votre lettre ; cependant Mousseau m’avait mis au courant de ses articles. (...)
  • 8 Pierre Gélinas, corédacteur de Combat, auteur du roman Les Vivants, les morts et les autres Montré (...)

10Une facette intéressante de cet événement, c’est que certaines personnes étonnantes y ont pris part. L’un des principaux instigateurs de cette baveuserie est un nommé Michel Roy7, étudiant, journaliste araignée omniprésente, co-rédacteur de Combat avec P. Gélinas8, agent clandestin, et apparemment : mouchard professionnel.

  • 9 L’atelier de Mousseau était situé place Christin, à proximité du Comptoir du livre (1588, rue Sain (...)
  • 10 Sur Pierre Gélinas et les automatistes, voir « Un défi à nos peintres », Combat, 15 mars 1947, p. (...)

11C’est lui qui, après avoir mouchardé quelques mois dans l’atelier de Mousseau9, avait écrit une série d’articles destinés à « détruire le mouvement automatiste à Montréal10 ». Heureusement pour lui, le journal avait eu la chienne de publier sa prose diffamatoire... et sans doute anonyme.

12Sommes-nous donc si importants et si menaçants qu’on doive adopter à notre égard des méthodes aussi élaborées... ?

13Il me semble que le but de ces gueux est double : d’abord, éliminer la concurrence naturelle au parti stalinien ; ensuite, maintenir le parti stalinien — sans concurrence révolutionnaire — dans un état d’inefficacité soutenue.

  • 11 Gérard Filion soulignera les rivalités qui divisent trotskistes, staliniens et nationalistes au Ca (...)

14Quel autre intérêt pour des « marxistes » à s’allier avec ce qu’il y a de plus réactionnaire dans la presse bourgeoise11 ?

15Comme vous le voyez, nous pataugeons en pleine boue.

16Je ne dirai pas : « Tant pis ». Nous ne sommes plus à cette époque de pucelage rêveur où l’on a peur de se salir les mains.

17J’ai bien l’intention d’aller massacrer mes adversaires là où ils se trouveront — boue ou pas boue.

18Sait-on ce qui en sortira ? Toutes les issues prévisibles sont négligeables — n’a-t-on pas beau jeu alors de solliciter toutes les imprévisibles ?

19Ma ligne de conduite est simple : faire tout pour que tout se produise — sans jamais espérer que rien puisse se produire. Comme ça, on n’est jamais déçu... et on peut avoir, parfois, des surprises heureuses.

20L’attitude platonique, voilà le cancer putride... presque un crime.

21Je ne sais pas pourquoi je vous énumère toutes ces choses... Vous les savez mieux que moi.

22Pourtant, cela fait plaisir parfois de les répéter fort.

  • 12 Rolland Boulanger, « Dix années de peinture canadienne », Le Canada, supplément littéraire, 26 nov (...)
  • 13 Après des études au Séminaire de Sainte-Croix et au Collège de Saint-Laurent, Rémi-Paul Forgues (n (...)

23Mousseau m’a dit que vous êtes mécontent de l’article de Boulanger paru dans le supplément littéraire du Canada12. Hier soir, précisément, j’ai pris connaissance de cet article, grâce à Rémi-Paul13.

  • 14 Sous l’intertitre « Pellan et Borduas », Boulanger écrit : « On a vaguement entendu parler d’une e (...)

24Ces commentaires sont en effet bien puants. Pareille incompréhension molle est déprimante, surtout de la part de Boulanger14.

25Vous avez promis une réponse, m’a-t-on dit. C’est certainement la seule chose à faire. Il n’y a rien à gagner à l’abstentionnisme. Si votre article n’est déjà composé, je vous incite fortement à réaliser votre projet, et à rendre votre point de vue public. Une lettre ouverte, voilà ce qu’il faut.

  • 15 « À la fin de l’été, la santé de Borduas flanche. 11 doit être hospitalisé pour des ulcères d’esto (...)

26Je sais qu’actuellement vous êtes tourmenté par des handicaps physiques15 — mais courage ! J’ai l’intuition nette qu’une sorte d’aurore se prépare.

27Si nous ne faisons pas un effort pour faire savoir un peu notre façon de penser et croire, soyez sûr que personne ne s’en chargera à notre place...

28Nous sommes tabous, strictement tabous. Nous sommes les relations les plus compromettantes que notre chère société jésuistique puisse produire.

29Évidemment, de la Renaissance aux mystères objectifs, le saut était un peu vaste.

30Nous sommes Descartes-Voltaire-Sade-Delacroix-Beethoven-Cézanne-Debussy-Lautréamont-Jarry-Artaud-Tzara-Picasso-Klee-Mondrian-Stravinsky-Breton, tout ça à la fois.

31Le second semestre de la saison sera extraordinairement fécond et actif. J’en prends l’engagement personnel.

32J’ai bon espoir de toucher bientôt certains fonds qui seront utilisés à bonne fin.

33Entr’autres, la publication du journal est une certitude, malgré des complications croissantes.

  • 16 Dans « La vie est déjà ailleurs », texte qui accompagne l’exposition de ses œuvres présentée du 1e (...)

34Quelques-uns redoutent « l’effritement de l’enthousiasme16 ». Non, décidément, cette crainte est bien candide — pour moi, la publication de ce journal n’est pas une fantaisie passagère.

35Tenez bon, vous dis-je. Vous verrez que j’ai raison.

  • 17 Exposition à Québec en compagnie d’Irène Legendre, Stanley Cosgrove et Goodridge Roberts, « Quatre (...)

36Avez-vous des nouvelles de votre expo de Québec17 ?

  • 18 « Le Surmâle (1902), roman [...] dont le héros aux prouesses érotiques et aux records cyclistes, v (...)

37Avez-vous aimé le « Surmâle18 » de Jarry ?

  • 19 Jean Le Febure (né à Montréal, le 14 avril 1930) obtient son diplôme de l’École des beaux-arts de (...)

38Incidemment, l’excellent Le Febure19 a fait de bons dessins.

39Si vous en avez le loisir et le goût, écrivez-moi un petit mot de salutation.

40Au revoir, monsieur Borduas,

41Claude G.

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128. Extrait, sans indication de source, dans Chronique, p. 683.

2 Probablement à l’atelier de Jean-Paul Mousseau situé à proximité du Comptoir du livre, où Mousseau et Ferron exposeront du 11 au 25 février 1950 : « Il m’aurait fait du bien de vous voir samedi dernier ; j’étais très moche. Si vous n’avez pas reçu le téléphone de l’après-midi, c’est à cause de l’arrivée tardive à Montréal : six heures du soir ; longue et bavarde visite au Comptoir du livre, entrée à l’atelier où vous veniez de partir » (lettre du 1er décembre 1949, Écrits II, p. 355).

3 « Gauvreau se fâche », Le Petit Journal, 27 novembre 1949, p. 56 ; repris dans Chronique, p. 632-634. Ce texte a été écrit en réponse à un article de Pierre Saint-Germain publié de façon anonyme sous le titre « La vie montréalaise — Deux chiens dans un opéra automatiste », Le Petit Journal, 20 novembre 1949, p. 35.

4 Claude Gauvreau a eu recours aux services de l’avocat Salluste Lavery suite à la publication de l’article de Pierre Saint-Germain le mettant en cause ainsi que le compositeur Pierre Mercure. La direction du journal soutiendra qu’il lui était impossible de reproduire intégralement le texte de vingt-six pages soumis par Gauvreau en guise de réparation et allèguera qu’elle ne s’était aucunement engagée à laisser ce dernier exposer sa conception de la poésie. « En résumé, nous n’avons jamais eu les intentions injurieuses que nous prête M. Gauvreau et nous lui pardonnons ses propres accusations “sinédimensionnelles”, en livrant ci-après à nos lecteurs son texte, écrit en langage de tous les jours » (« Gauvreau se fâche », Le Petit Journal, le 20 novembre 1949, p. 35).

5 Dans sa mise au point, Claude Gauvreau précise : « Le Vampire et la nymphomane, dont il était question, est un texte non encore public. Je l’avais prêté au Petit Journal, à la demande de Pierre Saint-Germain, mais ce prêt s’accompagnait de conditions précises. La principale de ces conditions était que l’article projeté me serait soumis avant d’être publié. Les plus obtus eux-mêmes auront compris qu’on a négligé de remplir cette obligation... » (ibid.) Le Vampire et la nymphomane ne paraîtra qu’en 1977 dans les Œuvres créatrices complètes (p. 177-209). L’opéra a été présenté sur une musique de Serge Provost pour la première fois le 24 septembre 1996 à l’Usine C de Montréal (voir Serge Provost et Lorraine Pintal, La Création de l’inimitable).

6 L’article du 30 novembre était accompagné d’illustrations représentant un chœur formé de chiens et autres animaux : « Quant aux illustrations, M. Gauvreau n’a pas à s’en froisser. Il entend faire chanter deux chiens dans son opéra. Nous n’avons pas porté jugement sur cette idée. Nous avons simplement indiqué à nos lecteurs “ce que peut avoir l’air un chien qui chante” et nous avons même montré d’autres animaux dans la même attitude que M. Gauvreau croit possible. Ces illustrations ne faisaient qu’aider le lecteur à apprécier la nouveauté de l’œuvre de M. Gauvreau » (Anonyme, Le Petit Journal, 20 novembre 1949, p. 35).

7 « Inconnu le mouchard de votre lettre ; cependant Mousseau m’avait mis au courant de ses articles. Il est dommage que sa prose n’ait pas paru. Nous devons compter davantage sur la mauvaise foi, la rancœur et la méchanceté, que sur l’honnêteté dans notre lutte pour le strict nécessaire. L’honnêteté canadienne est peu agissante pour de pauvres types comme nous » (lettre du 1er décembre 1949, Écrits II, p. 355). Michel Roy et Claude Gauvreau s’opposeront ouvertement en 1951. Dans « Douze articles » (Le Haut-Parleur, 7 avril 1951, p. 5), Claude Gauvreau raillera l’intervention de Rolland Boulanger auprès du conseil central du syndicat des journalistes afin d’obtenir l’interdiction de publication d’une livraison des Cahiers de la place publique dans lequel le critique et académicien, dépeint comme un « solennel dissertateur », est traité « comme un vulgaire mortel ». Dans une lettre adressée au rédacteur en chef Guy Gagnon, Michel Roy, alors secrétaire du syndicat des journalistes au Canada, se portera à la défense de Rolland Boulanger : « Cher confrère, je désire signaler à votre attention certaines inexactitudes dans le premier d’une série de “douze articles” paru dans votre édition du 7 avril, sous la signature de votre collaborateur, M. Claude Gauvreau. Ce dernier est parfaitement libre de critiquer notre confrère Rolland Boulanger, critique d’art au Canada. Il rappelle avec une certaine complaisance le traitement que lui infligèrent les Cahiers de la place publique. Mais il a été mal informé. Jamais Boulanger n’a exprimé le vœu que cette affaire soit portée à la connaissance du Conseil central du syndicat. Il n’a pas davantage voulu partir en “croisade” au sein du local Le Canada pour exiger réparation comme le laisse entendre M. Gauvreau. Lors de la dernière assemblée du local, un autre confrère, Jean de Laplante a soulevé la question, mais Rolland Boulanger lui-même a demandé que l’affaire soit désormais considérée comme close » (Michel Roy, « Les 12 articles de Gauvreau », Le Haut-Parleur, 21 avril 1951, p. 6).

8 Pierre Gélinas, corédacteur de Combat, auteur du roman Les Vivants, les morts et les autres Montréal, Cercle du livre de France, 1959). Il signe « La querelle des peintres devient une querelle de mots », dans L’Autorité, le 12 juin 1954, p. 6. Voir aussi Écrits I, p. 658 et p. 344-345, n. 81 et 82.

9 L’atelier de Mousseau était situé place Christin, à proximité du Comptoir du livre (1588, rue Saint-Denis, Montréal), où les jeunes artistes, notamment d’anciens étudiants de Borduas, se rencontraient et exposaient régulièrement (Écrits II, p. 355, n. 224 ; Écrits sur l’art, p. 89, n. 124).

10 Sur Pierre Gélinas et les automatistes, voir « Un défi à nos peintres », Combat, 15 mars 1947, p. 2 ; « Nos jeunes peintres exposeront à Prague », Combat, 5 avril 1947, p. 1 ; « À propos de M. Riopelle », Combat, 20 décembre 1947, p. 2 ; « Poursuivant la discussion sur l’art », Combat, 3 janvier 1948, p. 2. Voir aussi le commentaire de Fernand Leduc sur Pierre Gélinas dans sa lettre à Guy Viau (cité par Ray Ellenwood, Egregore, p. 80-81).

11 Gérard Filion soulignera les rivalités qui divisent trotskistes, staliniens et nationalistes au Canada français : « Ils sont à peine quelques centaines et déjà ils sont divisés en deux et même trois mouvements ennemis. Il y a les communistes de la commune observance, dont l’expression politique est le parti ouvrier progressiste et qui obéissent strictement à la règle du parti. Il y a aussi un clan de trotskistes pour qui le groupe de Gui Caron, Pierre Gélinas sont des embourgeoisés réactionnaires, des vendus. Il y a enfin le groupe des communistes nationalistes qui se réclament de Marx, Engels, Lénine et Staline mais qui prêchent la nécessité d’un parti séparé pour le Canada français » (« Titos du Canada français », Le Devoir, 13 juillet 1949, p. 4).

12 Rolland Boulanger, « Dix années de peinture canadienne », Le Canada, supplément littéraire, 26 novembre, 1949, p. 10 et 28. Voir aussi Écrits 71, p. 355, n. 225. « Il a été question de lui écrire, non de lui répondre (ce que je trouve hors de propos). (Lui écrire pour tenter, encore une fois, qu’il touche à la réalité extra-spirituelle, extra-intelligente, de notre échelle de valeurs. Je désirerais convaincre Boulanger, non l’engueuler ou l’emmerder (quoiqu’il le mériterait bien) ; surtout pas m’interposer entre lui et ses lecteurs » (Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 1er décembre 1949, Écrits II, p. 355). Borduas écrira à Boulanger le 27 mars 1950 (Écrits II, p. 390-393).

13 Après des études au Séminaire de Sainte-Croix et au Collège de Saint-Laurent, Rémi-Paul Forgues (né à Montréal en 1926) s’inscrit à l’École des Beaux-Arts de Montréal, avant de suivre des cours avec Paul-Émile Borduas. Il publie des articles et des poèmes dans divers journaux et périodiques (Le Jour, Le Quartier latin, Place publique). Ses textes ont été réunis sous le titre Poèmes du vent et des ombres : poèmes 1942-1954. Témoignages (Montréal, L’Hexagone, 1974).

14 Sous l’intertitre « Pellan et Borduas », Boulanger écrit : « On a vaguement entendu parler d’une espèce de refus absolu et inconditionné l’an dernier. Il suffira bien de dire à ce sujet qu’il s’est produit quelque chose de malheureux autour de cette histoire : d’un côté, un gros manque de jugement ; de l’autre, passablement de mesquinerie. Comme résultat pratique, un “stop” assez tragique. L’aventure automatiste n’est pas morte, elle peut même s’aggraver. Personnellement je ne pense pas que ce soit pour le mieux de notre art parce que, probablement, je n’ai pas la tête assez forte pour comprendre que l’instinct se suffit à lui-même en art sans recours à aucune discipline. Je considère qu’une peinture n’a rien à perdre en personnalité à se servir d’une intelligence “consciente” (ce qui n’est pas la même chose qu’une raison raisonnante, au contraire. Notre peinture canadienne-française se distingue de la peinture canadienne-anglaise précisément par cette force spiritualiste qui l’anime en propre. L’abaisser au plan de l’instinct pur ne me paraît pas répondre aux fins qu’elle poursuit » (« Dix années de peinture canadienne », Le Canada, 26 novembre 1949, p. 28).

15 « À la fin de l’été, la santé de Borduas flanche. 11 doit être hospitalisé pour des ulcères d’estomac. [...] Le Journal d’Ozias Leduc nous apprend que Borduas passe les mois d’août et de septembre en clinique » (François-Marc Gagnon, Paul-Émile Borduas. Biographie critique et analyse de l’œuvre, p. 276).

16 Dans « La vie est déjà ailleurs », texte qui accompagne l’exposition de ses œuvres présentée du 1er au 11 avril 1950, Pierre Gauvreau fait allusion à « une détérioration du dynamisme révolutionnaire au sein du groupe automatiste » (« La vie est déjà ailleurs », Études françaises, « L’automatisme en mouvement », vol. 34, nos 2-3, automne-hiver 1998, p. 260). Rémi-Paul Forgues fera publiquement écho à cette déclaration, parlant de « perte de dynamisme » au sein du groupe automatiste (« En marge de la déclaration de Pierre Gauvreau », Le Canada, 13 avril 1950, p. 4). Dans un texte intitulé « L’automatisme, les Rebelles et Rémi-Paul Forges », daté du 15 avril 1950, non publié, dont copie fut envoyée à Borduas, Gauvreau lui réplique violemment (voir Chronique, p. 702-705).

17 Exposition à Québec en compagnie d’Irène Legendre, Stanley Cosgrove et Goodridge Roberts, « Quatre peintres du Québec », Musée de la province de Québec, du 23 novembre au 18 décembre 1949. « Mis à part un article, la presse de la ville de Québec semble avoir été particulièrement muette sur cette exposition. Elle ne donne lieu à aucun compte rendu critique. On s’explique mal ce silence » (F.-M. Gagnon, Paul-Émile Borduas. Biographie critique et analyse de l’œuvre, p. 278). C’est sur un ton ironique que Borduas commente sa participation à cette exposition : « (Non organisée par Sauvé, mais par un des exposants, Mlle Legendre, au Musée de la Province, sous la présidence du ministre Côté. Mais ne vous en faites pas, nous payons tous les frais y compris le vin d’honneur. Sans le boire, par-dessus le marché. Ma longue cicatrice empêchant les saluts respectueux à ces beaux messieurs, j’ai dû m’absenter de cette aimable réunion » (Paul-Émile Borduas à Fernand Leduc, lettre du 1er décembre 1949, Écrits II, p. 356-357).

18 « Le Surmâle (1902), roman [...] dont le héros aux prouesses érotiques et aux records cyclistes, victime “de la machine à inspirer l’amour” pourrait être celui d’un roman d’anticipation » (Roger Caratini, « Alfred Jarry », Encyclopédie thématique universelle, Bordas, Paris-Bruxelles-Montréal, 1973, p. iv-130). Dans sa « Réponse au questionnaire Marcel Proust », à la question « Quels sont les héros de roman que vous préférez ? », Claude Gauvreau, après l’évocation des héros romantiques de Victor Hugo, le prince Michkine et Vautrin, conclut : « Mon vrai héros, c’est le Surmâle de Jarry » (Écrits sur l’art, p. 355).

19 Jean Le Febure (né à Montréal, le 14 avril 1930) obtient son diplôme de l’École des beaux-arts de Montréal en 1949. Il signe cette même année la lettre de protestation contre la Loi du cadenas. Avant de partir pour l’Europe, il expose, entre 1950 et 1952, ses travaux à l’occasion de certains événements organisés par les automatistes. Sa première exposition européenne a lieu à Madrid en 1953 ; elle aurait été la première exposition d’œuvres non figuratives présentée dans cette ville. Ses tableaux sont présents au « Salon des réalités nouvelles » en 1954 ; en 1962, une exposition personnelle est organisée à Cannes. Il a participé avec Riopelle, Ferron, Alleyn et Bellefleur à différentes expositions dans plusieurs capitales d’Europe. Voir Écrits sur l’art, p. 380 ; Correspondance, p. 399-400.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search