Version classiqueVersion mobile

La vision et l'environnement de travail

 | 
Benoît Frenette

Deuxième partie. La protection

Chapitre 8. Les lentilles cornéennes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Faut-il tolérer ou non le port des lentilles cornéennes en milieu de travail ? Telle est la question1. Le paradigme actuel est plutôt défavorable ; il est même fréquent qu’en certains endroits ces lentilles soient interdites. Cette situation est le résultat de controverses, d’incidents et de quiproquos qui, au fil des années, ont donné une très mauvaise réputation à ces objets littéralement collés sur l’œil. L’histoire la plus tristement célèbre est certainement celle de ce soudeur qui, à la fin des années 1960, aurait perdu la vue après qu’un flash de soudure a fait adhérer son verre à la cornée. En tentant de l’enlever, il aurait endommagé de façon permanente son œil.

Ce travailleur a été exposé à l’explosion d’une boîte électrique, sur un chantier naval d’une ville américaine. Les témoins affirment avoir entendu une détonation accompagnée de lumières brillantes. Cet ouvrier portait des lentilles cornéennes et des lunettes de protection. Il n’y aurait pas eu de plaintes ni de séque...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search