Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

3. [18 novembre 19481]

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; Chronique, p. (...)

1Mon cher monsieur Borduas,

  • 2 Nous n’avons pu identifier ce document. Nous ne croyons pas, comme le suggère François-Marc Gagnon (...)

2Je vous écris surtout pour vous signaler l’amusante découpure de journaux que voilà2.

3Cependant j’en profiterai pour vous mettre au courant, à vol d’oiseau, des plus saillants événements récents.

  • 3 « Né en 1911 à Outremont, élève des Jésuites au collège Sainte-Marie, Pierre Dansereau a obtenu so (...)
  • 4 En réaction à la polémique amicale entre Gérard Pelletier (« Deux âges, deux manières », Le Devoir (...)
  • 5 Guy Viau (Montréal, 7 août 1920 – Paris, 6 novembre 1971), peintre, décorateur, journaliste, profe (...)
  • 6 Selon François-Marc Gagnon, cette nouvelle attaque chrétienne « aurait pris la défense de Borduas (...)

4D’après Pierre (et je crois que le tuyau est indiscutable), un groupe de chrétiens (ayant en tête Dansereau3) préparerait une lettre pour Le Devoir en marge de la discussion avec Gérard Pelletier ; ils compteraient exploiter la rumeur du désaccord avec la faction Riopelle4. Ils auraient à ce sujet approché Guy Viau5 pour obtenir des renseignements et pour solliciter sa collaboration à cette lettre. Mais Guy se serait abstenu dans les deux cas6.

  • 7 Le Devoir avait fait paraître, le 28 septembre, une longue lettre de Claude Gauvreau (« Lettre au (...)
  • 8 Gérard Pelletier (Victoriaville, 21 juin 1919 - Montréal, 23 juin 1997) fut secrétaire général de (...)
  • 9 Gérard Pelletier, « Deux âges, deux manières », Le Devoir, 25 septembre 1948, p. 7.

5Avant de savoir cette nouvelle, j’ai moi-même écrit une lettre7 à Pelletier8 où je relève les principaux points de son premier article9. La lettre est longue, mais je me dis en fin de compte consentant à engager un dialogue — sous cette réserve : « Pourrez-vous me certifier la liberté de parole ? »

  • 10 Il s’agit de la lettre publiée le 13novembre 1948 en page 9 du Devoir sous le titre « Les surréali (...)
  • 11 « Vous rejetez l’utilisation de la peur, mais vous croyez au péché et à la grâce. Nous croyons vot (...)

6La coalition Pierre-Riopelle a aussi rédigé une lettre à Pelletier10, qui est (je pense) une lettre finale de rupture. Ils considèrent que Pelletier n’est pas « dégagé des peurs essentielles que dénonce Refus Global11 ».

  • 12 Le Canada se sera montré ouvert à la cause de Refus global, selon son directeur Guy Jasmin (voir É (...)
  • 13 Renée Normand, journaliste au Devoir et au Canada. À l’occasion de l’exposition Mousseau à la libr (...)
  • 14 Voir supra, p. 290, n. 11.
  • 15 Madeleine Gariépy, journaliste à Notre Temps, y fait paraître plusieurs articles sympathiques à la (...)
  • 16 La critique d’art Renée Normand, du journal Le Canada. Il est intéressant de noter que le mot « pa (...)

7Lundi, j’ai aussi écrit au Canada, à Jasmin12, pour lui transmettre le découragement qui m’a submergé devant l’attitude de René (sic) Normand13. Je m’étonne qu’on s’entête à conserver des collaborateurs aussi nuls. Je lui suggère une liste de remplaçants qui amélioreraient la situation : des rédacteurs du Quartier latin14, ainsi que Madeleine Gariépy15. Je le préviens que nous préférons ne plus voir aucun représentant du Canada plutôt que « Miss Paratonnerre 190016 ».

  • 17 Après avoir exercé divers métiers, Yves Thériault (1915-1983) devient annonceur, scripteur et réal (...)

8Yves Thériault17, dans une conférence qu’il donnait hier sur « les frontières de l’art radiophonique », en aurait profité pour insérer quelques flèches à notre endroit, principalement à mon endroit. Il m’aurait nommé deux fois : « Gauvreau ne me fera jamais avalé [sic] que... etc. — Ça le chicote. »

  • 18 « Né à Montréal le 26 janvier 1922 [...] Il fait ses études primaires à Outremont et s’inscrit au (...)

9Le jeune poète qui a soulevé des océans d’admiration de la critique cléricale, Claude-Bernard Trudeau18, m’a téléphoné ce matin pour me demander (timidement) un rendez-vous « pour obtenir des renseignements ». Il n’est pas impossible qu’il soit lié aux chrétiens de la lettre à Pelletier, mais cela ne m’a pas semblé évident au téléphone.

  • 19 Paul-Marie Lapointe (né à Saint-Félicien, le 22 septembre 1929) est étudiant à l’École des beaux-a (...)

10À tout événement, je suis persuadé a priori qu’il n’a pas l’intérêt de Lapointe19.

11Je le recevrai de mon mieux, avec toute mon attention, cet après-midi à 4 heures.

  • 20 La dernière assemblée de la Contemporary Arts Society se tint le 18 novembre, à 20h30 (voir l’anno (...)

12Et c’est ce soir l’assemblée de la C.A.S.20.

  • 21 Projections libérantes que rédige alors Borduas (voir Écrits I, p. 369-479).

13J’ai bien hâte de lire la version définitive de votre « pamphlet21 ».

14À bientôt,

15Claude

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; Chronique, p. 537-539. Selon François-Marc Gagnon, cette lettre, « [...] bien que non datée, ne peut guère être que du 18 novembre 1948, comme on peut l’établir par des arguments de critique interne » (ibid., p. 537). Une annonce parue sous le titre « L’art contemporain », dans La Presse du 13 novembre 1948, indique que la rencontre des membres de la Contemporary Art Society à laquelle fait allusion Claude Gauvreau devait se tenir le 18 novembre en soirée.

2 Nous n’avons pu identifier ce document. Nous ne croyons pas, comme le suggère François-Marc Gagnon (Chronique, p. 537, n. 200), qu’il s’agisse de la caricature de Robert La Palme intitulée « L’ombre sur le cerveau », ce dessin ayant paru le 13 septembre 1948 dans le journal Le Canada.

3 « Né en 1911 à Outremont, élève des Jésuites au collège Sainte-Marie, Pierre Dansereau a obtenu son baccalauréat ès arts en 1932 de l’Université de Montréal. Il y a aussi obtenu en 1936 son baccalauréat ès sciences, après trois années d’études à l’Institut agricole d’Oka, qui était alors affilié à l’Université de Montréal. Il reçoit par la suite, en 1939, un doctorat en taxonomie végétale de l’Université de Genève. De 1940 à 1942, il est le collaborateur du frère Marie-Victorin du Jardin Botanique de Montréal. Entre 1940 et 1950, chargé de cours à l’Université de Montréal, il est le premier à y donner un enseignement en écologie. Il dirige le Service de biogéographie de la province de Québec et continue ses recherches sur l’évolution des érablières laurentiennes. [...] professeur à l’Université du Michigan à Ann Arbor, de 1950 à 1955. Puis de 1955 à 1961, de retour à l’Université de Montréal, il y dirige l’Institut Botanique, tout en assumant la charge de Doyen de la Faculté des sciences. Son engagement politique lui attire les foudres des autorités politiques et universitaires de l’époque. En 1961, il retourne de nouveau aux États-Unis pour y enseigner à l’Université Columbia. Il devient aussi directeur-adjoint et chef du département d’écologie du Jardin Botanique de New York. [...] Il revient à l’Université de Montréal, en 1968, comme professeur à l’Institut d’Urbanisme de la Faculté de l’Aménagement avant de quitter définitivement l’Université de Montréal en 1971 pour l’Université du Québec à Montréal. Cette dernière le nommera professeur émérite en 1989 » (Jean-Guy Vaillancourt, « Pierre Dansereau, écologue, écosociologue et écologiste », Sociologie et sociétés, vol. 31, n° 2, automne 1999, p. 191-192). Pierre Dansereau rendit visite à Borduas à trois occasions en octobre 1948, comme l’indiquent ses agendas : « 3 octobre 1948. Chez Borduas et chez Philippe Panneton (Ringuet) à Saint-Hilaire » ; « 5 octobre. Visite avec ma femme, Françoise Masson Dansereau, chez Borduas à Saint-Hilaire » ; « 27 octobre 1948. “Party” chez Borduas avec Mason Wade, M. et Mme Raleigh Parkin, M. et Mme Kenneth Hare, le P. Louis-Marie Régis. Monsieur Parkin était un vice-recteur ( ?) à l’Université McGill ; sa femme, la sœur de Vincent Massey, futur gouverneur général. Kenneth Hare était professeur de géographie et futur recteur de McGill. Le P. Régis, dominicain, était doyen de la Faculté de philosophie et directeur des Études médiévales à l’Université de Montréal. Mason Wade, boursier Guggenheim, historien, gradué de Harvard, était l’auteur du célèbre ouvrage sur les Canadiens français. Tout ce beau monde était en sympathie avec Borduas et pas en désaccord avec le Refus global, abstraction faite de la rhétorique. Pour ma part, j’aurais souhaité pour lui la période de réflexion que lui aurait valu une bourse Guggenheim (que Wade et moi-même devions obtenir). Il n’a pas voulu donner suite à cette proposition » (Pierre Dansereau à Gilles Lapointe, 8 février 2000). Le 29 septembre 1948, Borduas lui écrit de Saint-Hilaire : « Votre lettre généreuse me fait entrevoir une espérance dans l’insécurité matérielle où ma petite famille et moi-même avons été précipités par cette cavalière sanction. De toute évidence il faut poursuivre mes travaux de peinture. Cette bourse serait une solution providentielle que j’accepterais avec bonheur ; votre offre de m’y proposer me touche infiniment. Il faudrait que je vous vois. Faites-moi signe et j’accours. En toute amitié, P. E. Borduas » (archives de l’UQAM, fonds Pierre Dansereau). Une seconde lettre à Pierre Dansereau, datée du 23 novembre 1948 : « Mon cher Monsieur Dansereau, Votre généreuse attention, les bonnes nouvelles de votre lettre nous touchent beaucoup. Attendrons en confiance et patience le fameux mois de mars. Vos amis, M. et Mme Perkin [sic], ont conquis notre sympathie. Nous sommes heureux de constater que cette petite soirée a laissé, aux uns et aux autres, d’agréables souvenirs. Un soir qu’il vous plaira de quitter la ville, téléphonez-nous et venez en toute simplicité. Notre maison vous est grande ouverte. J’aurai mille choses à vous dire, P. E. Borduas » (archives de l’UQAM, fonds Pierre Dansereau).

4 En réaction à la polémique amicale entre Gérard Pelletier (« Deux âges, deux manières », Le Devoir, 25 septembre 1948, p. 8) et Jacques Dubuc (« Courrier sans confidences », Le Devoir, 30 octobre 1948, p. 5), une lettre collective signée par Jean-Paul Riopelle, Maurice Perron, Magdeleine Arbour, Pierre Gauvreau et Françoise Riopelle avait paru le 13 novembre 1948, en page 9 du Devoir, sous le titre « Les surréalistes nous écrivent ». Suite à la réponse de Gérard Pelletier (« Notre réponse aux surréalistes », Le Devoir, 13 novembre 1948, p. 9), les mêmes signataires adressent, le 16 novembre, une nouvelle réplique qui paraît dans Le Devoir du 20 novembre 1948, sous le titre « L’impossible dialogue. Dernier appel à la patience de nos lecteurs ». Sur l’origine du malaise et la composition de la faction Riopelle, voir Gilles Lapointe, « Filiations et ruptures au sein de l’automatisme : la correspondance Borduas-Riopelle », Études françaises, vol. 34, nos 2-3, automne/hiver 1998, p. 193-216.

5 Guy Viau (Montréal, 7 août 1920 – Paris, 6 novembre 1971), peintre, décorateur, journaliste, professeur et administrateur. Après un bref séjour au Collège Brébeuf, il est admis en 1939 à l’École du meuble. En 1943, il participe aux expositions « Les Sagittaires » et à « La jeune peinture » à l’Université de Montréal. Il devient membre de la Société d’art contemporain et y expose en 1944, 1945 et 1946. Il se rend par la suite à Paris où il étudie l’histoire de l’art (1946-1948). De retour à Montréal, il ouvre avec son frère Jacques, un bureau de décorateurs et participe à l’organisation de quelques expositions. Il poursuit sa carrière d’enseignant à l’École du meuble, qu’il quitte en 1953, pour l’École des beaux-arts de Montréal et par la suite le Fine Arts Department de l’Université McGill où il reste jusqu’en 1961. Durant ces années, il écrit aussi quelques comptes rendus d’expositions pour l’émission La Revue des arts et des lettres de Radio-Canada et anime de nombreuses émissions à la télévision. En 1965, il devient directeur du Musée du Québec, puis il occupe de 1967 à 1969 le poste de directeur-adjoint à la Galerie nationale du Canada. En 1970, il met sur pied le Centre culturel canadien à Paris, dont il assume la direction jusqu’à sa mort. Resté loyal envers Borduas à la suite de son congédiement, Viau lui communique de précieux renseignements sur les agissements du directeur de l’École du meuble. Voir Paul-Émile Borduas, lettre à Guy Viau du 18 septembre 1948, dans Écrits II, p. 257.

6 Selon François-Marc Gagnon, cette nouvelle attaque chrétienne « aurait pris la défense de Borduas et mis en sourdine celle du manifeste. Les efforts de Pierre Dansereau pour venir en aide à Borduas après son renvoi ne contredisent en rien cette hypothèse. Il était prêt à le recommander pour l’obtention d’une bourse de la Fondation Guggenheim et il le mit plus tard en contact avec Pierre Rivet du Musée de l’Homme à Paris, qui avait montré de la curiosité pour le manifeste. Mais cela n’entraînait pas qu’il eût été d’accord avec les idées du manifeste, d’autant que cette défense de Borduas aurait pu être faite en solidarité avec Guy Viau ou d’autres jeunes chrétiens. On comprend que Pierre Gauvreau ait tenu à mettre son jeune frère en garde contre cette manœuvre. 11 n’avait pas à s’inquiéter. Rien de concret ne sortit de là à notre connaissance. Surtout, Guy Viau ne se prêta jamais à aucune manœuvre contre Borduas » (Chronique, p. 539).

7 Le Devoir avait fait paraître, le 28 septembre, une longue lettre de Claude Gauvreau (« Lettre au Devoir. Le renvoi de M. Borduas »). La lettre à laquelle il fait ici allusion ne semble pas avoir été publiée.

8 Gérard Pelletier (Victoriaville, 21 juin 1919 - Montréal, 23 juin 1997) fut secrétaire général de la jeunesse étudiante catholique (1939-1943), puis secrétaire du World Student Relief Fund à Genève (1945-1947). Il fut journaliste au Devoir de 1947 à 1950. En 1950, il fonde avec Réginald Boisvert et Pierre Elliott Trudeau la revue Cité libre. Cette même année, il devient directeur des relations publiques de la National Trade Unions. Il accède en 1961 au poste de rédacteur en chef au journal La Presse, qu’il occupe jusqu’en 1965. Député fédéral du comté d’Hochelaga de 1965 à 1975, il œuvre au sein de divers ministères dans les gouvernements de Lester B. Pearson et de Pierre Elliott Trudeau. Il sera ensuite nommé ambassadeur à Paris (1975-1981) et aux Nations-Unies (1981). Dans « L’épopée automatiste vue par un cyclope » (1968), Claude Gauvreau précisera qu’il avait écrit au Devoir, « enjoignant Pelletier de [l]’affronter dans une polémique publique où il pourrait être traité de la question sexuelle notamment, mais [s]on texte ne fut pas publié » (Écrits sur l’art, p. 52).

9 Gérard Pelletier, « Deux âges, deux manières », Le Devoir, 25 septembre 1948, p. 7.

10 Il s’agit de la lettre publiée le 13novembre 1948 en page 9 du Devoir sous le titre « Les surréalistes nous écrivent ». Cette lettre est suivie de la réplique de Gérard Pelletier, « Notre réponse aux surréalistes ». Ces textes sont reproduits en fac-similé dans Ray Ellenwood, Egregore, p. 152.

11 « Vous rejetez l’utilisation de la peur, mais vous croyez au péché et à la grâce. Nous croyons votre rejet sans efficacité si vous ne rejetez pas cette peur fondamentale qui est la peur de Dieu et qui permet toutes les exploitations avec la promesse d’un bonheur différé » (Pierre Gauvreau, Magdeleine Arbour, Maurice Perron, Françoise Riopelle, Jean-Paul Riopelle, « L’impossible dialogue. Dernier appel à la patience de nos lecteurs », Le Devoir, 20 novembre 1948, p. 10).

12 Le Canada se sera montré ouvert à la cause de Refus global, selon son directeur Guy Jasmin (voir Écrits II, p. 257, et op. cit., p. 515-516).

13 Renée Normand, journaliste au Devoir et au Canada. À l’occasion de l’exposition Mousseau à la librairie Tranquille, elle avait écrit que certaines gouaches de Mousseau, « trop bien conçues », « trop artistiques », résultant « d’une opération consciente qui a pour but le choc esthétique », étaient « une contradiction évidente et peut-être même une réfutation inattendue de la doctrine automatiste », celui qui s’en réclame n’étant censé accepter que ce qui surgit du « subconscient déchaîné » (« Les amis de l’art », Le Devoir, 15 novembre 1948, p. 2-3).

14 Voir supra, p. 290, n. 11.

15 Madeleine Gariépy, journaliste à Notre Temps, y fait paraître plusieurs articles sympathiques à la cause du groupe. Voir « Surréalisme et automatisme ; ce qu’en dit Pierre Gauvreau », Notre Temps, 22 novembre 1947, p. 4 ; « Retours d’Europe, Mousseau et Riopelle », Notre Temps, 6 décembre 1947, p. 1. Elle a aussi publié « Exposition Borduas », Notre Temps, 24 avril 1948, p. 5, où elle condamne « l’indifférence et l’hostilité » du public (et de la presse) qui « refuse d’entendre quoi que ce soit ».

16 La critique d’art Renée Normand, du journal Le Canada. Il est intéressant de noter que le mot « paratonnerre » est mentionné dans la préface de l’Anthologie de l’humour noir de Breton, comme suit : « La préface pourrait être intitulée : le paratonnerre (Lichtenberg) ».

17 Après avoir exercé divers métiers, Yves Thériault (1915-1983) devient annonceur, scripteur et réalisateur à la radio (1935-1940). Il est ensuite scripteur à l’Office national du film (1942-1950) et à Radio-Canada (1945-1950). Boursier du gouvernement français en 1950, il séjourne à Paris. Par la suite, il se consacre à l’écriture, collaborant à divers journaux et revues. Parmi ses œuvres : Contes pour un homme seul (1944), La Fille laide (1950), Aaron (1954), Agaguk (1958), Ashini (1960), Cul-de-sac (1961).

18 « Né à Montréal le 26 janvier 1922 [...] Il fait ses études primaires à Outremont et s’inscrit au collège Jean-de-Brébeuf (1935-1942). Après sa Rhétorique, il entre à l’École des beaux-arts de Montréal (1942-1945) où il se spécialise en décoration et en dessin. Il poursuit des études en bibliothéconomie à l’Université de Montréal (1947-1948), puis est nommé bibliothécaire à la Bibliothèque municipale de Montréal. [...] il collabore notamment à Notre Temps. Comme boursier du gouvernement français (1954), il effectue un long séjour en Europe. Meurt en 1972, à Montréal » (Pierre L’Hérault, « Ciels nouveaux », DOLQ, t. III, p. 197). Son premier recueil de poèmes, Ciels nouveaux, paru en 1948, aurait « une vision qui a quelque parenté avec celle que défend la même année Refus global » (ibid.).

19 Paul-Marie Lapointe (né à Saint-Félicien, le 22 septembre 1929) est étudiant à l’École des beaux-arts de Montréal, après des études au Séminaire de Chicoutimi et au Collège de Saint-Laurent. Son recueil de poèmes Le Vierge incendié a paru, en 1948, comme Refus global, aux Éditions Mithra-Mythe, sous l’égide de Pierre Gauvreau. En 1950, il entreprend une carrière de journaliste : rédacteur en chef du Magazine Maclean de 1963 à 1968, il occupe par la suite le poste de directeur de la programmation de la radio de Radio-Canada. Ses poèmes écrits entre 1948 et 1965 seront rassemblés sous le titre Le Réel absolu (L’Hexagone, 1971).

20 La dernière assemblée de la Contemporary Arts Society se tint le 18 novembre, à 20h30 (voir l’annonce de La Presse, « L’art contemporain », le 13 novembre 1948, p. 61).

21 Projections libérantes que rédige alors Borduas (voir Écrits I, p. 369-479).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search