Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

2. 9 novembre 19481

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; Chronique, p. (...)

1Mon cher monsieur Borduas,

  • 2 Allusion à l’exposition de gouaches de Jean-Paul Mousseau, présentée du 13 au 28 novembre 1948 à l (...)

2Ce billet est pour vous rappeler que Mousseau vous invite expressément, avec Madame Borduas, à vous rendre à la Librairie Tranquille, vendredi le 12 novembre, de 5 heures à 7, pour assister au pré-vernissage clandestin2.

3Maman me fait vous dire que vous nous feriez un grand honneur, et surtout un grand plaisir, en acceptant de prendre votre repas du soir chez nous ce soir-là.

  • 3 Pour la liste des trente-sept personnes présentes au pré-vernissage, voir ibid., p. 562.
  • 4 Allusion aux titres provocants de certains tableaux (La Communion des fesses, La Chaleur de deux a (...)

4Il y aura environ trente-cinq personnes présentes à la petite réception chez Tranquille3. L’imprévisible nous permet d’anticiper des incidents qui pourraient avoir des suites4.

  • 5 François-Marc Gagnon décrit le voyage de Maurice Perron et Jean-Paul Riopelle comme étant « court (...)
  • 6 Pierre Gauvreau (Montréal, 23 août 1922), peintre, auteur et réalisateur-producteur. Il fait ses é (...)
  • 7 Frederick J. Kiesler (1896, Vienne – 1966, New York), « inventeur de la “maison sans fin”, partici (...)
  • 8 Aucune trace n’est restée de cette initiative de Kiesler. Rappelons que Jean-Paul Riopelle a fait (...)

5Perron et Riopelle sont revenus de New York5. J’ai reçu, par Pierre6, certains échos de ce voyage. Il paraîtrait que Kiesler7 se serait montré énormément intéressé en apprenant les détails des activités montréalaises, et qu’il se serait infiniment démené dans le but d’organiser une exposition Riopelle à New York8.

  • 9 Marcel Duchamp (Blainville, Seine-Maritime, 1887 - Neuilly-sur-Seine, 1968). « Dans les années 30, (...)
  • 10 Rien ne permet de croire que Borduas ait donné suite à cette suggestion de Claude Gauvreau, l’édit (...)

6De l’avis de Kiesler, Duchamp9, qui passe ses journées à jouer aux échecs par correspondance et qu’emmerdent tous les propos sur la peinture et la littérature et qui d’ailleurs est physiquement inaccessible, Duchamp accorderait de son attention à Refus Global si on le lui faisait parvenir10. (À propos, l’adresse de Duchamp est : 210 West 14th St. ; celle de Kiesler : 56, 7th Avenue. Pierre a émis l’opinion que, si vous alliez à New York, vous auriez certes intérêt à aller voir Kiesler.

  • 11 Max Stern (Gladbach, Allemagne, 18 avril 1904 - Paris, 28 mai 1987), historien d’art et propriétai (...)
  • 12 L’existence de cette galerie fut de courte durée. Elle n’est mentionnée ni dans les périodiques ne (...)
  • 13 Fondée en 1948 et spécialisée dans la vente de tableaux français de la période fauve et cubiste, l (...)
  • 14 La galerie Artists’, fondée en 1936, est située au 851 Lexington Avenue. Exploitée par un organism (...)

7Il semble que les galeries d’art sont écœurantes là-bas (aussi pires que chez Stern11) ; pourtant, j’ai obtenu l’adresse de quelques endroits où l’on dit que l’atmosphère est respirable et les mentalités plus ouvertes : Rudi Revil12, 218 East 66th St. — Sidney Janis Gallery13, 15 East 57th St. — Il y a aussi une bonne galerie nommée « Artist Gallery14 », où l’on permet aux peintres d’exposer sans retirer de pourcentage sur les ventes, mais je ne possède pas l’adresse.

8Le Musée d’Art Moderne est réservé aux artistes nationalistes américains. Kiesler a découragé Riopelle d’entreprendre des tentatives de ce côté.

  • 15 Julien Levy expose Max Ernst, Tanguy et les surréalistes ; il est l’auteur de Surrealism (New York (...)
  • 16 Pour François-Marc Gagnon, « le suicide de Gorky auquel Claude Gauvreau faisait allusion, qui avai (...)

9Une nouvelle grave : ayant perdu sa femme et à la suite de cochonneries causées par Julien Levy15 au sujet d’une exposition, Arshile Gorky s’est suicidé16.

  • 17 « Après ses études classiques au Collège Sainte-Marie en 1937, [Henri Tranquille, né à Montréal le (...)

10A Montréal, Henri Tranquille17 a de plus en plus la trouille. Dans une conversation, il a dit que, si le manifeste était réédité, il faudrait le distribuer chez un plus grand nombre de libraires. Tranquille est pris entre la crainte de perdre sa grosse clientèle cléricale et cette autre crainte de passer pour un suceux auprès des « esprits forts ». Il tient à sa petite réputation de libre-penseur.

11À vendredi,

12Claude

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; Chronique, p. 556-557.

2 Allusion à l’exposition de gouaches de Jean-Paul Mousseau, présentée du 13 au 28 novembre 1948 à la Librairie Tranquille. Cette exposition représente la première manifestation publique de l’un des membres du groupe automatiste depuis la parution de Refus global. Une vitrine fut consacrée au recueil de Thérèse Renaud, Les Sables du rêve, illustré par Mousseau. C’est également à l’occasion de ce vernissage que Borduas aura un instant entre les mains le manuscrit du Vierge incendié, de Paul-Marie Lapointe. La rencontre a un caractère privé, mais non « clandestin », comme l’indique le nombre d’invités et de journalistes présents. Voir Chronique, p. 565.

3 Pour la liste des trente-sept personnes présentes au pré-vernissage, voir ibid., p. 562.

4 Allusion aux titres provocants de certains tableaux (La Communion des fesses, La Chaleur de deux amants réchauffe toute une ville, Le Féminin se plaît), qui amenèrent certains critiques à penser qu’il s’agissait d’une exposition d’art érotique.

5 François-Marc Gagnon décrit le voyage de Maurice Perron et Jean-Paul Riopelle comme étant « court mais fructueux en contacts » (Chronique, p. 556-557).

6 Pierre Gauvreau (Montréal, 23 août 1922), peintre, auteur et réalisateur-producteur. Il fait ses études classiques au collège Sainte-Marie. En 1940, il est admis à l’École des beaux-arts de Montréal, alors dirigée par Charles Maillard. L’année suivante, il est remarqué par Borduas qui cherche à faire sa connaissance, suite à la présentation d’une série de dessins « fauves » dans le hall du Gesù. Alors que commence à se constituer le groupe des futurs « Automatistes », Pierre Gauvreau fréquente régulièrement l’atelier de Borduas et présente au peintre plusieurs amis personnels, dont Bruno Cormier et Françoise Sullivan. En avril 1943, il s’engage dans les forces armées canadiennes outre-mer. Membre de la Société d’art contemporain dès 1943, il participe à plusieurs expositions dont « Les Sagittaires » en 1943, « Jeunes peintres » en 1944, « The Borduas Group » à New York en janvier 1946 et à celle des automatistes à Montréal la même année. De retour à Montréal en août 1946, il poursuit un temps ses études à l’École des beaux-arts de Montréal comme étudiant libre. En 1947, il expose successivement à Paris, à Montréal et au World Youth Festival de Prague. Signataire de Refus global en 1948, il participe aux expositions de Montréal « Les étapes du vivant » en 1950-1951, « The Borduas Group » en 1952 et « La matière chante » en 1954. Avec le groupe Rixes d’Édouard Jaguer, il présente ses œuvres à Paris, Lille, Francfort, Berlin et Bruxelles. Par la suite il s’intéresse, en plus de la peinture, au cinéma et à la télévision, et réalise pour Radio-Canada les séries sur film Pèpinot et Capucine, CF-RCK, Radisson, Rue de l’anse et d’Iberville. En 1968, il devient directeur de la création à Radio-Québec. Il sera ensuite chef de studio, puis directeur de la production française (1970-1972) à l’Office national du film. À la télévision de Radio-Canada, il signe la trilogie Le Temps d’une paix, Cormoran et Le Volcan tranquille. Il se remet à peindre en 1976, après un arrêt prolongé. En 1978, il présente « Trente Tableaux » à la galerie Gilles Corbeil ; en 1979, il expose au Musée d’art contemporain de Montréal et à la galerie Dredsnere de Toronto (où il est de nouveau invité en 1981 et en 1984). Il présente au Agnes Etherington Center de Kingston (Ontario) en 1981 une rétrospective intitulée « Pierre Gauvreau : The First Decade 1944-1954 ». En plus d’écrire régulièrement pour la télévision, il participe par la suite à de nombreuses expositions à la Maison des arts de Laval (1994), au Festival international de poésie de Trois-Rivières (1996), au domaine Cataraqui de Québec (1996) et au Musée de Mont-Saint-Hilaire (1997). En 1998, devant l’attitude de mépris manifestée par la direction de la Société Radio-Canada à l’endroit du Volcan tranquille, il interrompt sa collaboration. Depuis, Pierre Gauvreau se consacre entièrement à la peinture. Il a reçu en 1990 le Grand Prix de l’Académie du cinéma et de la télévision et le prix Louis-Philippe Hébert en 1995 pour l’ensemble de son œuvre peint. Sur Pierre Gauvreau, voir le film de Charles Binamé, Pierre Gauvreau ou l’obligation de la liberté (Vivavision 2001) ; voir aussi Michel Désautels, Pierre Gauvreau. Les Trois Temps d’une paix, Montréal, L’Hexagone, 1997, 142 p.

7 Frederick J. Kiesler (1896, Vienne – 1966, New York), « inventeur de la “maison sans fin”, participe pendant plusieurs années aux recherches sur la vision à Columbia University. Opposé à l’architecture fonctionnelle, cet homme qu’on tient pour le premier architecte surréaliste contemporain défend une “architecture magique”. Il construit les plans des galeries Art of this Century (1942), destinées à recevoir la collection de Peggy Guggenheim, y appliquant ses idées du “dessin-corrélation” pour renverser les “barrières physiques et mentales qui séparent les gens de l’art avec lequel ils vivent”. C’est encore Frederick Kiesler qui, en 1947, dessine la “salle des superstitions” (en forme d’œuf) et préside à la réalisation de l’Exposition internationale du Surréalisme à la galerie Maeght, Paris, où figure son Totem des religions » (Adam Biro et René Passeron (dir.), Dictionnaire général du surréalisme et de ses environs, p. 230-231). François-Marc Gagnon précise qu’« au moment de sa rencontre avec les Canadiens, il s’occupait du décor du Pauvre Matelot de Darius Milhaud » (Chronique, p. 557).

8 Aucune trace n’est restée de cette initiative de Kiesler. Rappelons que Jean-Paul Riopelle a fait la connaissance de Kiesler à l’occasion de la présentation de l’exposition du surréalisme à la galerie Maeght, à Paris, en 1947.

9 Marcel Duchamp (Blainville, Seine-Maritime, 1887 - Neuilly-sur-Seine, 1968). « Dans les années 30, il passe la majeure partie de son temps à jouer aux échecs, internationalement, laissant de côté sa carrière artistique, tournure ayant une influence importante sur les artistes d’avant-garde des années 60 et 70, les Happenings, le Pop Art et l’art conceptuel » (Sir Lawrence Gowing (dir.), Biographical Dictionary of Artists. Facts on File, Englewood Cliffs (N. J.), General Edition, 1983, p. 189-190). Pour Duchamp, la création artistique et les échecs sont dans leur essence très près l’un de l’autre. Considérant déjà l’activité artistique, au même titre que les échecs, comme un jeu intellectuel où la créativité et la stratégie occupent une position centrale, il serait passé de l’une à l’autre naturellement, sans y voir de contradiction.

10 Rien ne permet de croire que Borduas ait donné suite à cette suggestion de Claude Gauvreau, l’édition du manifeste étant alors déjà épuisée.

11 Max Stern (Gladbach, Allemagne, 18 avril 1904 - Paris, 28 mai 1987), historien d’art et propriétaire de galerie, docteur en histoire de l’art de l’Université de Bonn, a également étudié l’archéologie et la littérature aux universités de Berlin, Cologne et Paris. Fuyant l’Allemagne nazie, il ferme la galerie Stern à Düsseldorf, qu’il avait reçue en héritage de son père, et fonde la West’s Galleries à Londres en 1935. Il s’établit à Montréal en 1942. Il fait l’acquisition, après quelques années, de la galerie Dominion (1448, rue Sainte-Catherine Ouest). En 1950, il déménage la galerie au 1438 Sherbrooke Ouest. Il expose aussi bien des peintres européens que des artistes de l’Ouest canadien (Écrits sur l’art, p. 390). Claude Gauvreau fait allusion à un incident survenu à cette époque qu’il racontera en 1969 dans « L’épopée automatiste vue par un cyclope » : « Le renvoi de l’École du meuble avait isolé Borduas et ses tableaux ne se vendaient presque plus. Un jour, à Saint-Hilaire, Borduas me parla d’une visite que lui avait faite le docteur Max Stern. Ce marchand de tableaux distingué lui avait offert 400$ pour dix huiles. Coincé économiquement, Borduas ne savait que faire ; il me demanda mon avis... Je lui conseillai, s’il n’était pas encore tout à fait dans la misère, d’attendre ; puisque chacun de ses tableaux se vendrait bientôt 400$ chacun. Borduas attendit et n’eut pas à s’en repentir. (Dans une interview récente, le docteur Stern déclarait qu’une gouache de 1942 se détaillait maintenant 10 000$) » (Écrits sur l’art, p. 62-63). Voir aussi Dorothy Eber, « Max Stern has grown rich making Canadian painting richer, as head of the house that art built », Maclean’s, vol. 79, n° 3, 5 février 1966, p. 25.

12 L’existence de cette galerie fut de courte durée. Elle n’est mentionnée ni dans les périodiques new-yorkais de l’époque ni dans les principaux ouvrages de référence portant sur l’art américain de cette période.

13 Fondée en 1948 et spécialisée dans la vente de tableaux français de la période fauve et cubiste, la Sidney Janis Gallery deviendra, au cours des années cinquante, le centre de l’expressionnisme abstrait américain. Y sont notamment représentés Albers, Willem de Kooning, Arshile Gorky, Philip Guston, Franz Kline, Robert Motherwell et Jackson Pollock. Voir « New York Directory », Paris-New York Year Book, New York, Art Digest Inc., 1959, p. 6 ; Harry Bellet, « Des galeries », Cimaise, vol. 36, n° 119, mars-mai 1989, p. 29. L’historien d’art Irving Sandler fera remarquer à son propos : « En 1944, Sidney Janis a écrit un livre intitulé Abstract and Surrealist Art in America et a organisé à la Mortimer Brandt Gallery une exposition où figuraient cinquante des peintres sur lesquels il s’était penché dans ce livre. Janis considérait l’abstraction et le surréalisme comme les deux tendances majeures de la peinture contemporaine, bien que les jugeant "antithétiques... alliées à des courants traditionnels opposés qui se sont perpétués pendant des siècles et que l’on retrouve encore de nos jours — bien que sous une forme radicalement différente" » (Le Triomphe de l’art américain, t. I, p. 89).

14 La galerie Artists’, fondée en 1936, est située au 851 Lexington Avenue. Exploitée par un organisme à but non lucratif, cette galerie n’impute aucun frais d’exposition à l’artiste, lequel conserve la totalité des revenus générés par la vente de ses œuvres. Voir « New York Directory », Paris - New York Year Book, p. 4 ; Chronique, p. 557, n. 232.

15 Julien Levy expose Max Ernst, Tanguy et les surréalistes ; il est l’auteur de Surrealism (New York, Black Sun Press, 1936) et de Arshile Gorky (New York, Harry N. Abrams, 1968). Voir Ingrid Schaffner et Lisa Jacobs, Julien Levy : Portrait of an Art Gallery, Cambridge, M.I.T. Press, 1998, 192 p.

16 Pour François-Marc Gagnon, « le suicide de Gorky auquel Claude Gauvreau faisait allusion, qui avait eu lieu le 21 juillet précédent, avait des causes plus complexes qu’il ne le supposait. Nous ne croyons pas que Julien Levy y ait été pour grand-chose, lui qui venait de lui donner une exposition au printemps et qui allait présenter ses œuvres une nouvelle fois à sa galerie du 16 novembre au 4 décembre 1948 » (Chronique, p. 557). Dans les faits, il s’agit d’un grave accident de voiture survenu le 26 juin 1948 en compagnie de Julien Levy et qui occasionna à Gorky de sérieuses blessures au cou. La perte de mobilité qui en résulta aurait conduit Gorki à mettre fin à ses jours. Voir Charlotte Zwerin, Strokes of Genius (The American Artists Film Series, 1982), documentaire avec des témoignages de Sidney Janis, Elaine et Wilhem de Kooning et Wartoosh Mooradian.

17 « Après ses études classiques au Collège Sainte-Marie en 1937, [Henri Tranquille, né à Montréal le 2 novembre 1916] fonde à Montréal la librairie Tranquille qui, jusqu’en 1975, sera pour les écrivains et les artistes un véritable lieu de rencontre et d’échange. Sa librairie devient le principal point de vente de Refus global lors de sa parution ; en quelques semaines les 300 exemplaires consignés du manifeste sont écoulés. Il collabore à la revue Les Idées ; il signe aussi des articles dans Le Jour et dans Sept-Jours. Il participe aux polémiques autour de l’École des beaux-arts et de Refus global. Membre de la Société des écrivains canadiens, de l’Union des écrivains québécois et du PEN international. Auteur de nombreux traités sur les échecs et les dames, il est également connu pour ses Lettres d’un libraire I et II (1976) suivi de Des lettres sur nos lettres (1984) » (Écrits sur l’art, p. 391).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search