Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Note sur l’établissement du texte

Texte intégral

1La préparation de la présente édition, en l’absence d’une édition princeps, aura d’abord nécessité un travail de dépouillement des fonds d’archives, démarche qu’il a fallu compléter en sollicitant directement divers collectionneurs.

2L’établissement du texte de base des Lettres à Paul-Émile Borduas a été réalisé à partir des autographes originaux adressés par Claude Gauvreau à Borduas. Vingt-quatre lettres proviennent du fonds Paul-Émile Borduas du Musée d’art contemporain de Montréal, où elles ont été déposées par Mme Gabrielle Borduas. À cet ensemble s’ajoutent quatre lettres conservées dans un fonds personnel par Pierre Gauvreau et douze lettres puisées à divers fonds privés.

3Dans le cas exceptionnel de la lettre du 20 septembre 1956, dont nous n’avons pu obtenir le texte autographe, l’établissement a été réalisé à partir d’un photostat du texte original. Par ailleurs, pour la lettre du 14 septembre 1953, nous avons procédé à l’établissement, non pas à partir du texte autographe (non retrouvé), mais d’un brouillon conservé par Claude Gauvreau.

  • 1 « LE BON FRANÇAIS ! L’expression me chagrine. Cela pue le Boileau et annonce la stérilité poétique (...)

4Claude Gauvreau entretenait une grande vigilance à l’endroit de l’édition de ses textes. Aussi toute tentative de le rendre plus conforme à un idéal de correction demeure-t-elle hasardeuse1. Ses lettres, généralement fort lisibles, portent peu de corrections. Par souci de fidélité au texte original, nous avons pris le parti de toucher le moins possible à l’orthographe et à la ponctuation, sauf lorsque la lisibilité du texte l’exigeait. Dans le cas d’ouvrages cités par Gauvreau, nous avons remplacé les guillemets par l’italique, comme le veut l’usage actuel. Nos interventions sur les noms de personnes ont consisté à corriger les erreurs manifestes. En certaines occasions exceptionnelles, des initiales remplacent les noms cités par l’épistolier, afin de protéger l’identité de ces personnes. Nous avons signalé les variantes des brouillons de lettre qui ont été conservés. On trouvera enfin en appendice plusieurs documents inédits provenant du dossier médical de Claude Gauvreau à Saint-Jean-de-Dieu, pièces susceptibles d’éclairer la genèse des Lettres à Paul-Émile Borduas.

Remerciements

5La présente édition des lettres de Claude Gauvreau à Paul-Émile Borduas s’inscrit dans le prolongement d’une vaste entreprise éditoriale dont Écrits I et Écrits II de Paul-Émile Borduas ont marqué les premiers jalons. Elle est en partie redevable des travaux qui ont été effectués lors de cette recherche initiale. Plusieurs lettres de Claude Gauvreau à Paul-Émile Borduas m’ont été communiquées par mon collègue André-G. Bourassa, à qui j’exprime ici toute ma gratitude.

6Je ne saurais passer sous silence la collaboration de nombreuses personnes, qui ont rendu possible, à diverses étapes, la réalisation de cet ouvrage. Ma reconnaissance va d’abord à M. Pierre Gauvreau et à Mme Janine Carreau, qui m’ont accordé leur pleine confiance et m’ont donné accès à leurs archives personnelles. Leur disponibilité, leur accueil généreux ont été pour moi tout au long de mes travaux une grande source de motivation. Puisque j’en suis à la reconnaissance de mes dettes les plus évidentes, je désire exprimer mes remerciements à Mme Johanne Tremblay, étudiante au programme de maîtrise en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal, dont l’enthousiasme pour ce projet ne s’est jamais démenti : agissant à titre d’assistante de recherche, elle a collaboré à la mise en forme du manuscrit et m’a secondé dans cette entreprise avec un constant dévouement. Mes remerciements s’adressent aussi à Mme Stéphanie Parent, étudiante à la maîtrise en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal, qui a consulté avec grande compétence divers fonds d’archives à la Bibliothèque nationale du Québec et au Musée d’art contemporain de Montréal. Qu’on me permette d’exprimer également ma gratitude à Mme Jeanette Biondi, qui m’a aidé dans ma recherche en me communiquant des passages de la biographie qu’elle a préparée sur Pierre Gauvreau ainsi que des lettres et textes inédits de Claude Gauvreau. Mes remerciements s’adressent aussi, pour leur aide ponctuelle, à Mme Kate Dutoit, bibliothécaire au Musée des beaux-arts de Boston, à Mme Lise Dubois, responsable des collections spéciales à la bibliothèque des arts de l’UQAM. Cette édition doit également beaucoup à l’aide et à l’encouragement de Ginette Michaud, qui m’a fait des suggestions précises et m’a soutenu du début à la fin de mes recherches. Qu’elle soit vivement remerciée de l’appui constant qu’elle m’a prodigué au cours de ce long travail. Je tiens aussi à témoigner ma reconnaissance à Mmes Nycole Paquin et Jacqueline Thibault du Département d’histoire de l’art de la Faculté des arts de l’Université du Québec à Montréal pour leur précieux appui.

Notes

1 « LE BON FRANÇAIS ! L’expression me chagrine. Cela pue le Boileau et annonce la stérilité poétique du xviiie siècle français... alors qu’on m’a déjà concédé au moins que j’en étais rendu à Victor Hugo. La syntaxe ? La grammaire ? Ce sont des conventions (et des conventions elles-mêmes, en dépit de leurs tendances compréhensibles à l’immobilisation et à la stagnation, sont obligées d’évoluer par le dynamisme de la vie). L’autorité de ces conventions ne repose sur rien d’objectif que parce que la candeur irréfléchie, le conformisme paresseux et la crédulité la lui concèdent gratuitement sans examen critique rigoureux. Ai-je objection à ce que les grammairiens, à ce que les linguistes existent ? Nullement. (Live and let live, pour parler comme autrefois.) Mais je nie toute légitimité à leurs prétentions dictatoriales. Les artistes créateurs en art verbal n’ont pas plus à se plier aux dogmes des linguistes et des grammairiens que les artistes en art plastique n’ont à tenir compte de la règle d’or. Le grammairisme est codification du passé. L’acte créateur est toujours exploration et divulgation de l’inconnu. Je tiens à préciser qu’à mon avis, le rôle licite du grammairien comme celui du linguiste est un rôle d’historien ; ils ne sauraient d’aucune façon orienter l’activité créatrice qui est inévitablement un événement de l’avenir » (Claude Gauvreau, « Réflexions d’un dramaturge débutant », Cahiers de théâtre Jeu, n° 7, hiver 1977, p. 28). « “Maîtriser sa langue” ? Pfeuh ! Innocence d’écolier ! La langue est toujours à maîtriser. L’expérience sensible est toujours à acquérir et n’a pas de limites connues — et le grammairisme n’est qu’un point final abstrait et stérile (comme la métaphysique de Bernadin de Saint-Pierre en cosmologie » (Écrits sur l’art, p. 285).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search