Version classiqueVersion mobile

Les Autochtones et le Québec

 | 
Alain Beaulieu
, 
Stéphan Gervais
, 
Martin Papillon

Troisième partie. Rencontres politiques et juridiques

Les droits ancestraux en droit constitutionnel canadien : quand l’identitaire chasse le politique

Jean Leclair

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Croire au déterminisme culturel revient souvent à essayer d’amarrer un bateau en pleine course.
Sen, 2007.

Nul aujourd’hui n’est en mesure de comprendre la nature des enjeux soulevés par la gouvernance autochtone au Canada et au Québec s’il ne mesure l’emprise du juridique sur cette question. Le droit canadien, depuis près de deux siècles, enserre dans un cocon l’existence autochtone. Néanmoins, comme nous le verrons, l’élévation de certains droits autochtones au statut de normes constitutionnelles, phénomène très récent dans l’histoire canadienne, a eu pour effet de dicter en quelque sorte les paramètres qui, dorénavant, doivent régir les rapports – politiques en particulier – entre les populations autochtones et non autochtones du Canada, y compris au Québec.

J’aurai donc comme objectif, dans les pages qui suivent, de donner une idée juste, bien que superficielle, non seulement de ce que sont les droits ancestraux1, mais également des conséquences qu’ils entraînent pour les Autochton...

Auteur

Membre du Barreau du Québec depuis 1987 et professeur à l’Université de Montréal depuis 1991.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search