Version classiqueVersion mobile

Trajectoires de la neutralité

 | 
Valérie Amiraux
, 
David Koussens

Première partie. Religion, culture, identité : la neutralité à l’imparfait

Chapitre 3. Être Juif dans l’Italie fasciste, 1930-1943

Silvia Falconieri

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1939, la Rivista di diritto privato, une revue connue dans la culture juridique italienne pour avoir conservé une certaine autonomie vis-à-vis des influences fascistes, prend position concernant le nouveau statut des Juifs :

La lecture croisée de la loi et du règlement des communautés israélites avec la législation antijuive fait ressortir, non seulement qu’il n’existe aujourd’hui en Italie, de manière générale, pas de statut de Juif […], mais aussi que le législateur, en promulguant les lois antijuives, n’a pas tenu compte des normes de la Loi sur les Communautés ou bien qu’il ne les a pas correctement convoquées1.

L’auteur de ce commentaire anonyme reproche explicitement au législateur le décalage entre des normes qui tiennent compte du facteur d’appartenance religieuse et celles qui font plutôt référence à un critère prétendument racial2. À la fin des années 1930, l’ambiguïté de la catégorie juridique de Juif ne manque pas en effet d’être soulignée par une partie des juristes it...

Auteur

Silvia Falconieri est chargée de recherche au CNRS, Centre d’Histoire Judiciaire-Université Lille 2. Elle s’intéresse à la construction des statuts juridiques dans le droit d’européen d’outre-mer (XIXe-XXe siècles), à la réception du discours des sciences sociales et naturelles dans le discours juridique, à l’histoire de la Faculté de droit de Paris sous Vichy. Elle est l’auteure de La legge della razza. Strategie e luoghi del discorso giuridico fascista (Il Mulino, 2011) ; « Les juristes d’outre-mer entre orientalisme et anthropologie. “Étrangers assimilés aux indigènes” et “métis” dans le façonnage de l’ordre colonial (XIXe-XXe siècles) », Clio@thémis (Revue électronique d’histoire du droit, 2011).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search