Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Frédéric Vairel

Quatrième partie. La transformation des espaces politiques

Chapitre 17. La révolution syrienne : un « moment islamiste » ?

Thomas Pierret

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsqu’elle débute en 2011, la révolution syrienne n’est pas « laïque » au sens strict du terme : les slogans (« Dieu, la Syrie, la Liberté et c’est tout »), la centralité des mosquées et le choix de porte-parole issus du clergé sont le reflet d’une société profondément religieuse1. Le soulèvement n’en est pas pour autant « islamiste » dans la mesure où des revendications telles que l’instauration de la charia et d’un État islamique sont totalement absentes. Focalisées sur le rétablissement de la souveraineté populaire, les protestations qui ébranlent la Syrie comme le reste du monde arabe durant le printemps 2011 ne posent tout simplement pas la question des rapports entre islam et pouvoir politique2. Au-delà de l’alignement sur les mots d’ordre libéraux du « Printemps arabe », l’absence de revendications islamistes durant les premiers mois du soulèvement en Syrie s’explique aussi par l’absence de forces politiques organisées à même de porter un tel programme, le régime syrien ayan...

Auteur

Maître de conférences en Islam contemporain, Université d’Edinburgh

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter