Version classiqueVersion mobile

Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Frédéric Vairel

Troisième partie. La résilience autoritaire revisitée

Chapitre 13. Jordanie : faiblesse et résilience d’un régime autoritaire

Vincent Legrand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Faisant explicitement écho aux soulèvements ayant pris place en Tunisie et en Égypte – pays précurseurs du bourgeonnement du « printemps » arabe de l’hiver 2010-2011 –, la Jordanie est entrée dans la contestation dès janvier 2011. Il s’agit de préciser d’emblée que ce pays avait connu, à plusieurs reprises, des mobilisations protestataires et que le roi Abdallah II tentait depuis son accession au trône en 1999 de préempter la contestation en impulsant une série de réformes ; songeons à la campagne nationale « La Jordanie d’abord » (al-’Urdun awwalan), en 2002, axée sur la libéralisation politique, à l’« Agenda national », en 2005, fondé sur une approche développementale plus large (politique, mais aussi économique et sociale), et à l’initiative « Nous tous la Jordanie » (Kullunâ al-’Urdun), en 2006, basée sur une démarche consultative et participative d’écoute de la société, notamment de la jeunesse1.

Si, durant la première moitié des années 2000, des réformes libérales ont bien été ...

Auteur

Professeur, Université catholique de Louvain

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search