Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Frédéric Vairel

Troisième partie. La résilience autoritaire revisitée

Chapitre 12. Le Maroc après 2011 : les deux despotismes et la résilience de l’autoritarisme

Jean-Noël Ferrié

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est toujours difficile de classer le Maroc dans la typologie des régimes politiques. On peut à la rigueur le présenter comme un régime autoritaire, mais cela implique d’adopter une définition qui ne nous mène pas loin dans la compréhension de son fonctionnement : serait autoritaire tout régime dans lequel une part significative des gouvernants ne dépendrait pas de l’élection. Certes, il est manifeste – et de son propre aveu – que la monarchie est « exécutive », c’est-à-dire que le roi participe au gouvernement, mais à part une collection de ragots et quelques informations de bonnes sources difficiles à citer, que sait-on exactement de la part qu’elle prend à ce qui marche et ne marche pas dans le pays ? À cette première difficulté s’en ajoute une seconde : tout ce qui heurte notre sensibilité démocratique est généralement tenu pour provenir de la primauté du pouvoir royal. À en croire les contempteurs des institutions marocaines, l’ensemble des maux observables se régleraient si ...

Auteur

Directeur de recherche au CNRS, Centre Jacques-Berque, Rabat

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter