Version classiqueVersion mobile

Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Frédéric Vairel

Deuxième partie. Les limites de l'émulation protestataire

Chapitre 10. Liban : le mouvement pour « la chute du système confessionnel » et ses limites

Marie-Noëlle AbiYaghi et Myriam Catusse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 20 mars 2011, plusieurs milliers de manifestants marchaient à Beyrouth de la place Sassine (Beyrouth-Ouest) à Sanayeh devant le ministère de l’Intérieur (Beyrouth-Est) pour réclamer l’abolition du système confessionnel qui organise le régime consociatif libanais depuis l’indépendance du pays en 1943. Ils scandaient : « Le peuple veut la chute du régime confessionnel » (al-cha‘ab yurîd isqât al-nizâm al-tâ’ifî), en écho au slogan emblématique des soulèvements populaires tunisien et égyptien (al-cha‘ab yurîd isqât al-nizâm : le peuple veut la chute du régime), « Le confessionnalisme est l’opium des masses » ou « Révolution, révolution contre le confessionnalisme ». Cette manifestation fut le point culminant d’un mouvement né en février 2011, avec des marches et des sit-in dans la capitale libanaise et dans les villes de Jbeil, Tripoli, Saïda, Nabatiyeh et Tyr. Selon les organisateurs, plus de 3 000 personnes sont descendues dans la rue lors de la première manifestation, le 27 févri...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search