Version classiqueVersion mobile

Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Frédéric Vairel

Deuxième partie. Les limites de l'émulation protestataire

Chapitre 9. Les diplômés chômeurs et le Mouvement du 20 février au Maroc

Montserrat Emperador Badimon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le sillage des soulèvements tunisien et égyptien, le Maroc a connu lui aussi en 2011 un mouvement de protestation. Mais celui-ci, le « Mouvement du 20 février », désigné sous l’acronyme « M20F », n’a jamais atteint l’intensité ni la portée des mobilisations observées en Tunisie et en Égypte1. Plate-forme composite, le M20F a organisé depuis le mois de février 2011 de nombreuses manifestations pour exiger la limitation des pouvoirs du roi, la lutte contre la corruption et l’amélioration des conditions de vie des citoyens. Le premier appel à manifestation fut lancé par un groupe d’internautes et militants de différents collectifs, notamment de défense de la liberté religieuse et des droits humains et sociaux. Selon les organisateurs, le 20 février 2013, 120 000 personnes auraient défilé dans plus de 50 villes. Cette journée fut la première d’une longue liste de rendez-vous protestataires nationaux et locaux, qui ont fait face à une tolérance des forces de l’ordre à géométrie vari...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search