Version classiqueVersion mobile

Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Frédéric Vairel

Deuxième partie. Les limites de l'émulation protestataire

Chapitre 8. Le Mouvement du 20 février : vitalité et limites des protestations marocaines

Frédéric Vairel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 20 février 2011 des manifestations se déroulent dans 53 villes du Maroc, rassemblant environ 120 000 personnes. En amont de cette première journée nationale de protestation, des mobilisations éparses sont organisées en soutien aux mouvements tunisien et égyptien, par exemple le 30 janvier, le 8 février ou le 11 février à Rabat, et de façon maintenant familière, un appel à manifester est lancé sur le réseau Facebook. Non sans quelque contradiction, son initiateur, Rachid Antid, est aussi le premier à renier son geste, appelant les Marocains à ne pas sortir dans les rues le 20 février. Un appel concurrent maintient la date et le projet de marche. Le mouvement est lancé. Les animateurs et les participants aux mobilisations se font appeler Mouvement du 20 février (harakat ‘achrîn fabrayir) ou Jeunes du 20 février (Chabâb ‘achrîn fabrayir). Le 20 février est autant un mouvement qui agite la politique marocaine qu’un moment dans la trajectoire de réforme du régime. Une séquence politiq...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search