Version classiqueVersion mobile

Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Frédéric Vairel

Deuxième partie. Les limites de l'émulation protestataire

Chapitre 7. Alger ou la contestation en rangs dispersés : des mobilisations qui « ne prennent pas »

Layla Baamara

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Algérie est communément classée parmi les pays où la « vague » des révolutions se serait heurtée aux réactions coercitives et réformatrices d’un régime qui a tenu bon malgré des mobilisations protestataires répétées en 2011. Ce sont pourtant les jeunes Algériens, descendus dans la rue exprimer leur colère face à l’augmentation des prix des produits alimentaires de base, qui font la une des journaux aux côtés des Tunisiens au début du mois de janvier 2011. Pendant plusieurs jours, les infrastructures, publiques et privées, sont prises pour cibles dans l’ensemble du pays. Le fond comme la forme de ces protestations de type émeutier, ainsi que la répression violente dont elles font l’objet, ne sont pas sans rappeler octobre 1988. L’issue est toutefois différente : après cinq morts, de nombreux blessés et une série d’arrestations, la décision d’exonérer certaines marchandises des taxes à l’importation achève d’enrayer les émeutes. Ces dispositions n’empêchent pas d’autres acteurs d’en...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search