Version classiqueVersion mobile

Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Frédéric Vairel

Première partie. Une phénoménologie des soulèvements : comment se révoltent-ils ?

Chapitre 1. Le soulèvement populaire tunisien : retour sur images

Michel Camau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après coup, les révoltes et les révolutions semblent inéluctables. Qui les tient effectivement pour telles prétendra en discerner les « causes » dans des caractéristiques structurelles ou des raisons d’agir. Il emprunte une voie périlleuse dont il ne réchappera pas s’il tient pour évidentes les motivations des acteurs protestataires ou infère la révolte d’une configuration des rapports sociaux supposée propice.

Rod Aya1 évoque opportunément à ce propos le sophisme du « si j’étais un cheval », en des termes inspirés d’une boutade bien connue des anthropologues : un éleveur à la recherche d’un cheval perdu se rend dans le corral et y mâche de l’herbe en se demandant : « Si j’étais un cheval où irais-je ? »

Le soulèvement populaire tunisien qui a provoqué en janvier 2011 le départ de Ben Ali a donné lieu à maintes déclinaisons du « si j’étais un cheval » ; depuis l’usage indistinct de la métaphore de « l’étincelle » pour signifier le point de départ d’un mouvement, jusqu’à la légende d’u...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search