Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'interculturel au Québec

 | 
Lomomba Emongo
, 
Bob W. White

Introduction

Le défi interculturel

Bob W. White et Lomomba Emongo

Texte intégral

1Cinq événements qui ont eu lieu au Québec, et dans lesquels le défi de l’interculturel s’est exprimé chaque fois de manière différente, sont à l’origine de ce livre. Il y a eu d’abord l’onde de choc médiatique qui a secoué le pays avant, pendant et après la Commission Bouchard-Taylor (2006-2008) ; une de ses conséquences a été l’exacerbation d’un malaise certain dans le vivre-ensemble québécois, principalement dans la vision que les Québécois de souche ont des immigrants. Il y a eu ensuite, comme si de rien n’était, la citation à l’ordre de Montréal par le Conseil de l’Europe comme deuxième « cité interculturelle » en Amérique du Nord (octobre 2011), après la ville de Mexico ; le fait est d’autant plus singulier que Montréal ne dispose d’aucune politique interculturelle officielle. Il y a eu aussi l’annonce deux ans plus tôt et la fermeture, en juin 2012, de l’Institut interculturel de Montréal (IIM) ; après quarante-neuf ans de pensée et d’action consacrées à l’interculturel au Québec, au Canada et à l’échelle mondiale, il est pour le moins surprenant que cet événement n’ait suscité que peu ou prou d’émotions auprès de la population ou des médias. Il y a eu enfin la parution du livre de Gérard Bouchard (en 2012) dans lequel il assigne le rôle de modèle typiquement québécois de gestion de la diversité – à entendre au sens de l’intégration des personnes issues de l’immigration.

  • 1 Ce projet porte le nom de Vers une ville interculturelle. Problématiques, pratiques, expertises. L (...)

2Cette conjonction événementielle a conduit le jeune Laboratoire de recherche en relations interculturelles (LABRRI) à concevoir un projet de recherche en partenariat sur les villes interculturelles1. Son but est de revisiter les principales dynamiques interculturelles de la grande région de Montréal, impliquant des acteurs universitaires, des organisations communautaires et des services municipaux. Ses préoccupations sont : les problèmes d’ordre interculturel que rencontrent les uns et les autres sur le terrain, les pratiques concrètes qu’on peut valablement qualifier d’interculturelles et les expertises en matière interculturelle développées par chaque catégorie d’acteurs sociaux. Son point de départ, comme toute recherche sur le pluralisme ethnoculturel, relève du constat selon lequel la majorité des personnes issues de l’immigration fait partie d’une minorité vulnérable, aussi bien du point de vue économique que politique. Cela dit, le projet part du principe que l’immigration est d’abord un phénomène relationnel, dont l’étude doit transcender les seuls problèmes des immigrants, ou, pire encore, l’opinion qui ne voit dans les immigrants eux-mêmes qu’un problème à résoudre. Le présent ouvrage collectif fait partie de ses résultats escomptés.

***

3Il existe d’autres raisons à ce livre. La première tient d’un paradoxe : l’engouement soudain pour l’interculturalisme au Québec s’accompagne d’une flagrante rareté de publications d’importance sur le sujet. Certes, Raimon Panikkar et l’Institut interculturel de Montréal (IIM) – sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir dans ce volume – ont beaucoup écrit et publié, mais ils sont généralement ignorés par les chercheurs québécois. À se demander si l’interculturalisme au Québec se propose en une nouvelle idéologie politique, ou bien s’il s’agit d’un simple réaménagement terminologique d’une certaine idéologie opposant, de manière à certains égards factice, le Québec francophone au reste du Canada anglophone et, dans une autre mesure, les immigrants aux Québécois dits de souche. Il faut se le demander d’autant plus que les chercheurs québécois ne font pas toujours l’effort terminologique minimal pour distinguer entre l’interculturalité, l’interculturalisme et l’interculturel, ainsi que nous le faisons dans le présent ouvrage.

  • 2 Idée de plus en plus partagée. Notamment par Taylor, qui affirme (dans un bref essai intitulé Inte (...)

4La pertinence de ce livre relève aussi de la situation particulière du Québec en terre nord-américaine. Cette situation peut être schématisée en trois plans – que nous énumérerons sans en débattre. Sur le plan historique, le Québec moderne se positionne généralement vis-à-vis du Canada anglophone. La persistance de ce face-à-face entre ce qu’on désignait autrefois sous le nom de « deux solitudes » a abouti à ce qu’on appelle aujourd’hui « la question nationale. » D’un côté, le fait amérindien sur l’île de la Tortue (appellation autochtone du continent nord-américain) est systématiquement évacué du revers de la main ; d’un autre côté, le débat sur la question nationale s’épuise dans des considérations sur la survivance du fait français en Amérique du Nord. Dans cette conjoncture, l’interculturalisme se trouve réduit au rôle de critique des politiques du multiculturalisme pancanadien ou, plus positivement, de modèle le mieux adapté à la situation particulière du Québec. Du point de vue interne, une bonne partie du débat nationale se trouve polarisée entre les Québécois de souche francophone et les immigrants de récente date. Ignorant allègrement les Québécois anglophones et les plus vieilles communautés immigrantes, cette polarité a révélé au grand jour le malaise identitaire des premiers, ainsi que leurs craintes, fondées ou non, par rapport à l’accroissement du nombre d’immigrants non européens. Témoin, l’émotion qui a étreint le pays avant, pendant et après la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, malgré les efforts de cette dernière pour ramener le tout à une simple « crise de perception ». Du point de vue externe, l’Europe notamment perçoit de plus en plus le Québec et, en particulier, Montréal comme un phare de l’interculturalisme2. En effet, certains observateurs ont fait le constat non confirmé d’un consensus autour de l’interculturalisme comme modèle de gestion de la diversité, au sens très précis de l’intégration des immigrants. Gérard Bouchard apparaît ici comme le porte-étendard de ce « Québec interculturel ». En réalité, l’interculturalisme est ramené au rang d’outil politique, courant ainsi le risque d’une récupération idéologique. Au demeurant, on est en droit de se demander jusqu’à quel point l’intégration des nouveaux arrivants dans le moule culturel de la majorité francophone ne jure pas avec l’ouverture à l’Autre que propose le mot « interculturalisme » ?

5D’où notre méfiance légitime, voire notre inquiétude devant un double risque. Premièrement, le risque de recycler à trop bon compte le mot « interculturalisme » dans le sens du nouveau mythe fondateur du Québec, intellectuellement « mieux défendable » et politiquement « plus correct ». Deuxièmement, le risque de fournir sans débat véritable une caution scientifique à une probable instrumentalisation politique du terme, à partir d’une analyse biaisée de la réalité historique et socioculturelle du Québec. Alors que l’interculturel représente un défi multidimensionnel. Il y a d’abord sa graphie : faut-il écrire interculturalisme, interculturalité, interculturel ou, encore, inter-cultures ? Il y a ensuite son caractère expansif et englobant : il n’indiffère rien de ce qui est humain. Enfin, il y a son questionnement : le fait de prendre la parole à son sujet est toujours et déjà un geste ancré dans au moins une culture donnée, y compris lorsque cette parole entend aller au-delà de cet ancrage…

***

6Cette méfiance et cette inquiétude étant, le collectif que voici réunit une palette de chercheurs venus de quatre universités québécoises et ontarienne. Sa démarche d’ensemble est par conséquent interdisciplinaire. Ici se rencontrent et se tendent parfois la main l’histoire et l’anthropologie, les sciences politiques et la communication, la psychologie et la philosophie, ainsi de suite. Nous avons voulu son style accessible au grand public, mais avec un minimum d’exigences scientifiques. Ainsi, à côté des textes proches de la vulgarisation scientifique, on trouvera des témoignages parfois tirés d’une interview, ainsi que l’une ou l’autre analyse de fond, voire une réflexion épistémologique.

7L’ouvrage comprend quatre parties. Si la première partie s’emploie à poser les problèmes liés à l’interculturalisme québécois dans sa plus grande actualité, les deuxième et troisième parties témoignent des temps forts de l’interculturel au pays du Québec. Faisant office de conclusion, la quatrième partie ouvre des perspectives qui débordent le cadre strictement québécois, examine les fondements théoriques du discours sur l’interculturel, et tâche d’entrevoir son avenir dans le Québec de demain.

8Le livre s’ouvre en effet sur les interrogations actuelles, quelques-unes du moins, relatives à la version québécoise de l’interculturalisme. Bob W. White, Jorge Frozzini et François Rocher prennent à bras-le-corps la Commission Bouchard-Taylor (CBT) et ses suites, pour situer le décor à plus d’un égard problématique. D’une part, le mot « interculturalisme » émerge au cœur d’un débat idéologique, en contraste avec le multiculturalisme pancanadien ; d’autre part, l’interculturalisme s’est systématiquement assigné le rôle pragmatique de modèle de gestion de la diversité relativement au problème que représenteraient les immigrés. Cette partie du livre analyse de manière critique de nombreux documents préalables et subséquents à la tenue de la CBT, le déroulement même de ses assises et les applications, ou non, de ses recommandations par le gouvernement du Québec. Ainsi, Rocher montre que sur le plan politique l’impact réel de la CBT est beaucoup moins important que ce que le gouvernement aimerait faire croire, tandis que les analyses de Frozzini décrivent comment la CBT a biaisé le processus de consultation publique en y introduisant de manière subtile des orientations politiques responsables en partie de ses conséquences négatives pour les relations entre les différentes composantes de la réalité interculturelle du Québec. Faut-il le dire, la CBT n’a pas été accueillie favorablement par tout le monde, et son rapport final a essuyé de nombreuses critiques parfois acerbes. Pire encore, elle donne la pénible impression que, par-delà les dérapages qui ont marqué son déroulement, l’interculturalisme qui en est résulté est au service de l’actuelle majorité francophone plutôt que de la nation québécoise tout entière.

9Les questions soulevées dans cette première partie sont d’ordre historique, vu la façon pour le moins cavalière dont l’intelligentsia québécoise fait remonter la « genèse » de l’interculturalisme aux premières politiques de gestions de la diversité, soit au début des années 1980 ; ce que des faits d’histoire démentent catégoriquement. Ces questions sont aussi d’ordre idéologique, comme l’explique White à travers les « angles morts » de l’interculturalisme à la québécoise et les trois registres terminologiques (et sémantiques) sous lesquels le mot s’utilise au Québec même. Les questions soulevées sont aussi, forcément, d’ordre politique, étant donné que la gestion de la diversité vise en réalité la cohésion sociale du Québec contemporain en ce qui a trait aux multiples défis de l’immigration ; pourtant, l’un des résultats les plus spectaculaires de l’enquête de la CBT est d’avoir involontairement polarisé à l’excès le « nous » Québécois de souche et le « eux » venus d’ailleurs… Faisant suite à la démarche d’histoire immédiate de la première partie, la deuxième partie du livre constitue une manière de chronique de l’interculturel au Québec. Celle-ci se veut en effet une réponse « non autorisée » à l’affirmation quelque peu péremptoire d’un interculturalisme qui aurait ses origines dans les années 1980, à partir d’une série d’initiatives ministérielles. Pierre Anctil montre comment, dès 1947, les flux migratoires subséquents à la Grande Dépression des années 1930 et aux politiques xénophobes du fascisme nazi en Europe ont poussé le Congrès juif canadien (CJC), basé à Montréal, à prendre modèle sur les États-Unis d’Amérique en ce qui concerne l’« éducation interculturelle. » Le CJC proposait alors d’adopter et d’implanter l’éducation interculturelle dans les écoles canadiennes. Entre autres objectifs spécifiques, l’éducation interculturelle made in USA visait un meilleur accueil et, par-là, une meilleure intégration des nouveaux venus, mais aussi une meilleure protection des minorités en sol nord-américain ainsi que la prévention de la xénophobie qui avait gangrené l’Europe. C’est un fait que les efforts du CJC n’ont pas donné les résultats escomptés ; mais c’est aussi un fait que la notion d’éducation interculturelle comme mode d’intégration des immigrants en Amérique du Nord précède de près d’un demi-siècle les récentes politiques québécoises en la matière. À quoi s’ajoutent deux éléments historiques d’importance : cette notion est d’inspiration étatsunienne, donc anglophone, et elle a été introduite au Québec par un organisme représentant une communauté venue d’ailleurs, et non pas par l’État québécois. Toujours dans la deuxième partie du livre, Lomomba Emongo nous fait découvrir la pensée de Raimon Panikkar dont la réflexion part d’une quête personnelle qui vise à réconcilier ses appartenances religieuses et culturelles (il est catholique, hindou et bouddhiste). Cette quête commence au milieu des années 1940 et passe par l’approfondissement du dialogue interreligieux. À la fin des années 1960, sa rencontre avec l’Institut interculturel de Montréal (IIM), qui, sous la direction de Robert Vachon, s’ouvrait alors aux cultures du monde, a servi de détonateur à une pensée florissante sur l’interculturalisme. Pour cet auteur, ce mot constitue un impératif pour notre époque. D’un côté, l’interculturalisme nous replonge dans la découverte de nous-mêmes et de l’Autre, en tant qu’êtres fondamentalement interculturels ; de l’autre, il se projette comme le nouveau mythe émergent qui nous appelle tout un chacun à la nouvelle innocence de la « religion de l’humanité ». La réception des idées de Panikkar par l’IIM sera déterminante pour la diffusion de la pensée interculturelle au Québec.

10Cette « chronique non autorisée » de l’interculturel au Québec se poursuit dans la troisième partie. Il n’est pas possible de parler de l’interculturalisme au Québec et, sans doute, dans le monde, sans rendre hommage au remarquable travail accompli par l’IIM. Son œuvre fut aussi pionnière que singulière, pour avoir su allier la réflexion théorique sur l’interculturel à sa praxis au sein et en dehors de ses murs. Au Québec, elle fut également charnière entre la pensée de Panikkar et l’intelligentsia locale. Joseph Josy Lévy et Danielle Gratton ne se contentent pas de souligner l’apport des grandes figures de l’IIM ; ils font également état de sa pensée et de sa pratique de l’interculturel pendant sa longue existence. On redécouvre ainsi les rencontres inaugurales dès 1963, année de la fondation du Centre Monchanin, qui est l’ancêtre de l’Institut interculturel de Montréal et qui était alors dirigé par Jacques Langlais. On assiste au passage du dialogue interreligieux au dialogue interculturel, avec Robert Vachon comme figure de transition. Mais c’est sous Kalpana Das que vont s’élaborer de véritables programmes de sensibilisation et de formation à l’interculturel, relayés par des publications plus théoriques dans la revue INTERculture commencée sous l’appellation de Monchanin information. Si bien qu’après pratiquement un demi-siècle de pensée et d’action, l’IIM a incontestablement marqué les annales du Québec – malgré le peu de reconnaissance qui lui est réservée.

11La quatrième et dernière partie place le lecteur au carrefour du Québec et du reste du monde. Il nous a paru utile en effet de clore la chronique de l’interculturel au Québec sur des considérations plus générales, qui ouvrent des pistes de réflexion. C’est ainsi que, prenant prétexte, pour ainsi dire, du rôle de la création artistique dans la formation de la nation, Charles Blattberg examine en profondeur si, pour faire nation, on devrait accommoder ou négocier les composantes de la société concernée. En prenant exemple sur le Québec, il en arrive à relever la nécessité d’aller plus loin que les accommodements et la négociation. Si cette dernière est inéluctable, il importe toutefois de savoir avant de négocier quoi que ce soit. Précisément, l’outil des artistes et faiseurs de mythes qu’est la langue peut jouer un rôle non négligeable dans ce « savoir ». Ainsi, la nation ne naît pas sui generis ; non seulement elle est création dans les mythes fondateurs, non seulement elle suppose une négociation entre partenaires, mais surtout, affirme l’auteur, elle évolue constamment vers la réconciliation. En ce sens, la nation est un haut lieu de l’interculturel à plusieurs niveaux, contrairement à ceux et celles qui ne veulent la voir que sous le jour de l’homogénéité. Quant à Lomomba Emongo, il aborde la question éminemment épistémologique du statut du discours portant sur l’interculturel. Pour cela, il prend à témoin certaines études de l’interculturalisme québécois ; ce qui lui permet de dégager des aspects de la problématique d’ordre épistémologique auxquels il entend donner au moins un début de réponse. Le mot même d’intercultures (en deux mots !) lui fournit la matière première d’une introduction à son épistémologie. Il va proposer alors trois « grandes lignes » susceptibles de servir d’a priori discursif aux approches ponctuelles de ce qu’il appelle de préférence l’inter-cultures : l’horizon de questionnement, à la fois théorique et pratique ; le principe de réciprocité qui régit tout ce qui entre en jeu dans cet horizon ; quelques « vertus épistémologiques » que ne devrait pas ignorer quiconque veut parler de l’inter-cultures en connaissance de cause.

***

12Les auteurs sont pleinement conscients du défi que représente aussi bien le mot que la réalité que recouvre l’interculturel. Ce qui est dit de l’interculturalisme québécois dans ce volume demeure valable mutatis mutandis pour quiconque veut en parler. De son écriture à sa définition, des rôles qu’on lui attribue au statut du discours tenu sur lui, etc., il n’est pas un aspect de l’interculturel qui ne fasse problème et n’interpelle. À nous, ce défi s’est exprimé d’au moins deux façons.

13Dès le départ, nous étions conscients du malaise que peut susciter l’emploi du terme « interculturel ». En effet, l’adjectif ainsi substantivé ne manquera sans doute pas de provoquer un froncement de sourcils. D’un côté, nous savons que l’interculturel peut déranger une certaine sensibilité républicaine, qui voit dans toute expression identitaire ou dans la manifestation de la spécificité une menace pour la cohésion sociale et la participation civique. L’interculturel ne s’épuise pas dans ses manifestations sociologiques, comme les différences et les conflits potentiels, puisqu’il nous rappelle notre enracinement dans au moins une culture et nous ouvre le chemin allant vers un Autre différent de nous. D’un autre côté, nous savons qu’en faisant appel à la culture, l’interculturel peut également déranger ceux qui tiennent cette dernière pour un concept non seulement démodé, mais fondamentalement problématique. La vision essentialiste qu’évoque le mot « culture » est particulièrement irritante pour ceux et celles qui redoutent que l’interculturel n’ouvre la porte à des pratiques discriminatoires. Or, s’il tient compte de la culture, l’interculturel tient compte aussi de beaucoup d’autres facteurs qui peuvent être tout aussi déterminants dans les dynamiques interpersonnelles et institutionnelles. Ainsi, la rencontre, l’Autre, les différences (de classe, de sexe, de race, etc.), la discrimination, etc., sont susceptibles d’entrer en jeu dans les dynamiques interculturelles. Pour notre part, plutôt que d’être « politiquement corrects », nous avons pris le risque d’affronter les difficultés qu’il y a à cerner l’interculturel. Nous espérons que ce livre permettra au lecteur d’intégrer dans sa propre pratique certaines questions soulevées ici et, surtout, d’approfondir sa propre réflexion à leur sujet.

14Ensuite, nous avions conscience, ce premier défi étant, d’un certain nombre des difficultés liées à la coordination d’un collectif comme celui-ci. En effet, aux tâches connues en pareil cas se sont ajoutés des éléments conjoncturels dont nous ne pouvions pas présager l’issue. C’est le cas de le dire, ce livre est un exercice de pluralisme à plusieurs titres : par ses collaborateurs et leurs disciplines scientifiques ; par la variété des matériaux fondant leurs réflexions (archives, conversations à bâtons rompus, énoncés de politique, souvenirs s’étalant sur un demi-siècle, etc.) ; par le style demeurant léger et accessible au profane, en dépit de la profondeur de certaines analyses ; par la rareté de textes de référence sur le sujet, avec pour conséquence l’utilisation des mêmes références par les différents auteurs, etc. Mais comment contrôler quelque chose comme l’interculturel, puisque l’exercice consistant à contrôler ne peut se faire qu’à partir et à l’intérieur d’au moins une culture ? Tant et si bien que nous avons appris nous-mêmes combien, malgré la fascination qu’il peut exercer sur un chercheur, s’occuper de l’interculturel peut s’avérer périlleux, tant il est sans maison mère connue ni foyer disciplinaire attitré.

***

  • 3 Certains éléments de ce livre ont été présentés dans des réunions d’experts qui se sont tenues au (...)

15Nous aimerions remercier le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada d’avoir permis la réalisation du projet de recherche en partenariat, dont le présent ouvrage est l’un des aboutissements. Nous remercions aussi le Département d’anthropologie de l’Université de Montréal et son directeur Bernard Bernier, pour le soutien apporté à nos activités au Laboratoire de recherche en relations interculturelles (LABRRI). Nous tenons également à remercier les dirigeants des Presses de l’Université de Montréal, en particulier le directeur scientifique Benoît Melançon et le directeur général Antoine Del Busso, qui ont bien voulu nous faire part de leurs commentaires judicieux sur l’organisation et la présentation de ce livre3. Enfin, que tous nos collègues, partenaires et étudiants qui ont été entraînés dans cette « folie organisée » qu’est le LABRRI trouvent ici l’expression de notre profonde gratitude.

Notes

1 Ce projet porte le nom de Vers une ville interculturelle. Problématiques, pratiques, expertises. Le projet est financé par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada.

2 Idée de plus en plus partagée. Notamment par Taylor, qui affirme (dans un bref essai intitulé Interculturalism or Multiculturalism, mis en ligne le 24 juin 2013 sur www.resetdoc.org) que « [t]he intercultural story is not simply made for Quebec ».

3 Certains éléments de ce livre ont été présentés dans des réunions d’experts qui se sont tenues au cours du Congrès annuel de l’Association internationale pour l’analyse du dialogue (avril 2011, Université de Montréal) et du Congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir (mai 2013, Université Laval).

Auteurs

Professeur au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal et directeur du Laboratoire de recherche en relations interculturelles (LABRRI), il a publié des textes sur la musique populaire, la mondialisation, les politiques culturelles, les méthodes de recherche collaboratives et les théories interculturelles. Son livre Rumba Rules : The Politics of Dance Music in Mobutu’s Zaire (Duke, 2008) a reçu le prix Anthony Leeds en 2009 et le prix Joel Gregory en 2010. Son prochain livre s’intitule Breakdown and Breakthrough : An Anthropological Theory of Intercultural Knowledge.

Docteur en philosophie et lettres de l’Université libre de Bruxelles, licencié en culture et religion de la même université, diplômé d’études spéciales en philosophie et religions africaines de l’Université catholique du Congo, il est chargé de cours à la Faculté de théologie et sciences religieuses de l’Université de Montréal en même temps qu’il est professeur de philosophie au Collège Ahuntsic. Membre, entre autres, de la Chaire UNESCO d’études des fondements philosophiques de la justice sociale et de la société démocratique, il est aussi l’auteur de deux contes, dont le dernier est le conte philosophique : Le trésor de D. (2013) ; de trois romans, dont le dernier a pour titre Malaïka, l’ange du silence (2006) ; de plusieurs essais, dont le dernier s’intitule : INGETA – Qu’il en soit ainsi ou Chronique d’une révolution commencée (2013).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access