Version classiqueVersion mobile

L’intégration des familles d’origine immigrante

 | 
Fasal Kanouté
, 
Gina Lafortune

Les collaborateurs

Texte intégral

1 Marie-Jeanne Blain est candidate au doctorat en anthropologie sociale à l’Université de Montréal et boursière doctorale du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) et de la Fondation du CHU Sainte-Justine et des Étoiles. Sa thèse porte sur les trajectoires d’intégration socioprofessionnelle de médecins diplômés à l’étranger ayant migré au Québec, et plus particulièrement sur les ressources et stratégies mobilisées afin d’intégrer le marché du travail. Depuis une dizaine d’années, elle participe comme assistante de recherche à des projets dirigés par Deirdre Meintel ou Sylvie Fortin, portant sur l’immigration et la diversité, et plus récemment en anthropologie de la santé. Ses intérêts de recherche touchent les phénomènes identitaires et l’intégration socioprofessionnelle de migrants au Québec, particulièrement les migrants très qualifiés.

2 Anne Bourgeois était, au moment de la rédaction de ce chapitre, étudiante au doctorat en démographie à l’Université de Montréal, sous la direction de la Prof. Solène Lardoux. Ses recherches portaient, de façon générale, sur les unions conjugales mixtes du point de vue ethnoculturel au Québec. Elle est aujourd’hui prévisionniste et chargée de projets dans le secteur privé.

3 Sylvie Fortin est professeure agrégée au département d’anthropologie de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la diversité sociale, culturelle, ethnique et religieuse et sur l’actualisation de ce pluralisme au sein de l’espace social de la clinique hospitalière d’ici et d’ailleurs. Elle s’intéresse plus largement au phénomène migratoire et à la sociabilité ainsi qu’aux rapports entre minoritaires et majoritaires. Elle est membre du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et codirige la revue Diversité urbaine.

4 Justine Gosselin-Gagné est étudiante au doctorat au département de psychopédagogie de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal. Ses intérêts de recherche sont principalement orientés vers des questions de l’inclusion et de la résilience scolaire des élèves allophones et immigrants, de la pédagogie et du leadership interculturels, ainsi que des partenariats école-famille immigrante-communauté en milieux scolaires défavorisés et pluriethniques.

5 Christine Guégnard est chargée d’études à l’Iredu pour le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) à l’Université de Bourgogne en France. Dans ce cadre, ses activités mettent en lumière la problématique de la relation formation et emploi, notamment l’insertion professionnelle des jeunes, les politiques d’éducation ou d’emploi sur le plan de l’égalité des chances.

6 Jill Hanley est professeure agrégée à l’École de travail social de l’Université McGill où elle enseigne les politiques sociales et le développement communautaire. Ses recherches portent sur l’accès aux droits sociaux (travail, santé, logement) des migrants à statut précaire, ainsi que sur leurs stratégies individuelles, familiales et collectives afin de surmonter les barrières à cet accès. Elle est également cofondatrice du Centre des travailleurs et travailleuses immigrants où elle est très active.

7 Ilene Hyman est professeure adjointe à la Dalla Lana Faculté de santé publique de l’Université de Toronto. Ses intérêts de recherche gravitent autour des questions liées à la santé et à l’équité sociale des nouveaux arrivants et des populations immigrantes vulnérables au Canada. Ses projets les plus récents visent l’analyse des déterminants sociaux de la santé auprès de collectivités nordiques des Premières nations de l’Ontario, de l’autogestion et de l’accès aux soins pour contrôler le diabète de type 2. Elle travaille actuellement à l’évaluation du modèle de partenariat canadien pour l’intégration des personnes immigrantes, en mettant en exergue la complexité d’une telle approche au sein du système de santé et des services sociaux au Canada.

8 Fasal Kanouté est psychopédagogue, professeure titulaire à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal. Ses recherches, productions et activités scientifiques portent sur la situation socioscolaire des élèves immigrants, sur la relation école-famille immigrante, sur les différentes perspectives de prise en compte de la diversité ethnoculturelle (interculturel, antiracisme, citoyenneté en milieu scolaire) et sur le chevauchement entre immigration et défavorisation. Elle est chercheuse régulière au Centre d’études ethniques des universités montréalaises (CEETUM).

9 Gina Lafortune est chercheure postdoctorale (Fonds québécois de recherches sur la société et la culture-actions concertées persévérance-réussite scolaire-2012-2014) à l’Université du Québec à Montréal, à la Faculté des sciences de l’éducation. Elle s’intéresse à la problématique de l’intégration socioscolaire en milieux pluriethniques défavorisés, au rapport au savoir et à l’école des élèves, à leur construction identitaire et à l’éducation interculturelle. Elle est également rattachée au Groupe de recherche immigration, équité et scolarisation (GRIES) du Centre d’études ethniques des universités montréalaises (CEETUM).

10 Solène Lardoux est démographe, professeure agrégée au Département de démographie de l’Université de Montréal. Ses recherches, productions et activités scientifiques portent sur la famille et la fécondité, en particulier sur les dynamiques familiales et le bien-être des enfants et sur la transition vers l’âge adulte des jeunes immigrants. Elle est membre du Partenariat Familles en mouvance et dynamiques intergénérationnelles (PFMDI) et chercheuse du Groupe de recherche diversité urbaine (GRDU).

11 Annick Lavoie est candidate au doctorat en psychopédagogie à l’Université de Montréal. Ses intérêts de recherche portent sur le cheminement socioscolaire des élèves issus de l’immigration récente, sur la collaboration école-famille immigrante, sur les transitions scolaires et l’élève résilient. La pédagogie collégiale ainsi que l’internationalisation du curriculum universitaire sont également des thématiques abordées dans des projets de recherche antérieure.

12 Marie-Nathalie Le Blanc est anthropologue et professeure au Département de sociologie de l’UQAM. Ses principales publications traitent de la jeunesse et des transformations sociales dans les sociétés postcoloniales africaines (Côte d’Ivoire et Mali) et au Québec, notamment en ce qui a trait à la religion et à la culture populaire. Elle dirige présentement un programme de recherche sur les rôles des ONG confessionnelles dans la société civile en Afrique (CRSH). Elle participe à plusieurs programmes internationaux de recherche, notamment sur l’Islam et la sphère publique en Afrique de l’Ouest avec une équipe de chercheurs en France et en Afrique. Elle est directrice de recherche de l’Axe démocratisation et société civile et mouvements sociaux du Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société.

13 Josiane Le Gall, anthropologue, est chercheuse au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Montagne et professeure associée au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux liens familiaux (locaux et transnationaux) en contexte migratoire et aux enjeux reliés à l’interface entre les familles immigrantes et le réseau de la santé. Elle poursuit également des recherches sur la diversité religieuse et sur les populations musulmanes au Québec. Elle est membre du Groupe de recherche diversité urbaine de l’Université de Montréal (GRDU), de l’équipe METISS (Migration et ethnicité dans les interventions de santé et de service social) et membre collaborateur au Centre d’études ethniques des universités montréalaises (CEETUM).

14 Francesca Meloni possède un doctorat de l’Université McGill, Département de psychiatrie culturelle et sociale. Ses recherches ethnographiques portent sur l’impact des politiques migratoires sur la vie des jeunes immigrants. Elle travaille dans l’Équipe de recherche et d’intervention transculturelles (ERIT) et coordonne un projet de recherche sur l’accès aux soins de santé des enfants et des femmes ayant un statut migratoire précaire à Montréal. Elle a aussi travaillé avec des immigrants et requérants d’asile en Italie et en Irlande.

15 Catherine Montgomery est professeure au Département de communication sociale et publique à l’Université du Québec à Montréal et directrice de l’équipe de recherche METISS (Migration, ethnicité dans les interventions de santé et service social). Ses recherches portent sur les mobilités, la migration et l’intervention social (pratiques d’intervention auprès de personnes migrantes, parcours de formation et d’emploi de jeunes immigrants, familles immigrantes et l’intervention sociale). Ses travaux empruntent aux approches biographiques (récits de parcours, récits de famille, récits de pratique) et se situent dans le cadre d’une réflexion critique sur les enjeux interculturels.

16 Géraldine Mossière est professeure adjointe à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Montréal. Elle est cochercheuse pour le projet Pluralisme et ressources symboliques : les nouveaux groupes religieux au Québec (CRSH, FQRSC). Ses travaux de recherche portent sur la religion dans les sociétés contemporaines, en particulier sur la diversité religieuse, les liens entre religion, migration et transnationalisme, les églises pentecôtistes africaines ainsi que les subjectivités croyantes dans la modernité (itinéraires religieux individuels).

17 Jake Murdoch est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université de Bourgogne en France. De 2006 à 2012, il a été professeur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal. Ses intérêts de recherche portent sur la comparaison des systèmes de l’enseignement supérieur et sur les parcours scolaires et professionnels des jeunes, dont ceux issus de l’immigration. Il est rédacteur en chef de la Revue canadienne d’enseignement supérieur.

18 Alexandra Ricard-Guay est candidate au doctorat en service social à l’Université McGill. Au sein de l’Équipe de recherche et d’intervention transculturelle (ERIT), au CSSS de la Montagne, elle travaille au projet de recherche portant sur l’accès aux soins de santé pour les femmes enceintes et les jeunes sans papiers (IRSC, 2010-2014). Ses recherches doctorales portent sur la problématique de la traite de personnes et de l’exploitation sexuelle au Canada et au Québec.

19 Cécile Rousseau, psychiatre, professeure titulaire au Département de psychiatrie à l’université McGill, est directrice scientifique du centre de recherche du CSSS de la Montagne. Elle travaille comme clinicienne en soins partagés auprès des enfants immigrants et réfugiés dans des quartiers pluriethniques de Montréal, tout en poursuivant des recherches sur les programmes de prévention en milieu scolaire et sur l’impact des politiques migratoires.

20 Yogendra Shakya détient un poste de chercheur senior dans l’organisme Access Alliance Multicultural Health and Community Services (Access Alliance), un centre communautaire voué à des services de nature variée, notamment de promotion de la santé, de prévention de la maladie et à des services pour permettre l’intégration de nouveaux arrivants dans la grande région de Toronto. Access Alliance est reconnu pour ses actions de plaidoyer communautaire, basant ses stratégies sur des données probantes dans le cadre de projets de recherche impliquant les membres de ce Centre. Sa mission principale est de contribuer à surmonter les inégalités systémiques dans l’accès aux services et à des soins de qualité pour les personnes nouvellement arrivées au Canada.

21 Marjorie Villefranche est la directrice générale de la Maison d’Haïti et Stéphanie Casimir est intervenante responsable de programmes pour les jeunes (Programme Au Futur). La Maison d’Haïti est un organisme consacré à l’éducation et à l’intégration des personnes et des familles immigrantes ainsi qu’à la création et au développement de liens étroits avec la société d’accueil. L’organisme a pour mission la promotion, l’intégration, l’amélioration des conditions de vie et la défense des droits des Québécois d’origine haïtienne et des personnes immigrantes, ainsi que la promotion de leur participation au développement de la société d’accueil. Toutes ses interventions sont axées sur l’approche citoyenne. Son principal souci est d’outiller les participants afin de leur permettre de prendre la parole et de poser des gestes citoyens.

22 Bilkis Vissandjée est professeure à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux défis que pose la prestation de soins de qualité dans un contexte multiethnique, selon une perspective tenant compte du genre, de l’appartenance ethnique, des expériences d’immigration et de l’équité. Elle a contribué, en collaboration avec diverses ONG, à l’élaboration et à l’implantation de programmes destinés aux nouveaux arrivants au Canada présentant des conditions comme la tuberculose et le diabète de type 2, et adaptés à leur contexte. Elle siège au Comité consultatif au ministère de la Santé, responsable de l’adaptation des programmes et des politiques de santé aux communautés culturelles du Québec, en relation avec ses travaux sur l’importance du genre et de la diversité.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search