Version classiqueVersion mobile

L’intégration des familles d’origine immigrante

 | 
Fasal Kanouté
, 
Gina Lafortune

Chapitre 5. Immigrer et vivre avec le diabète mellitus de type 2

Bilkis Vissandjée, Marjorie Villefranche, Stéphanie Casimir, Ilene Hyman et Yogendra Shakya

Texte intégral

1Au cours des dernières années, la mondialisation expose les familles immigrantes à un large éventail de facteurs de stress. Ces derniers, contextuels, les prédisposent à une certaine vulnérabilité et à des effets indésirables sur la santé, ainsi que sur la résilience dans la trajectoire d’intégration dans une société d’accueil. Ces mouvements à l’échelle mondiale impliquent des modifications sur les plans culturel, politique et écologique qui ont une influence sur la santé tant à l’échelon personnel qu’au sein des familles, des groupes et des communautés.

2Nous présenterons dans ce chapitre les acquis et les valeurs ajoutées des interventions en partenariat afin de mieux comprendre les questions relatives à la prévention et à une gestion du diabète mellitus de type 2 (T2DM) qui tiennent compte des expériences d’intégration des populations immigrantes dans des villes d’accueil telles que Montréal.

3Contrairement au diabète de type 1, insulinodépendant, bien que les facteurs de risque ne soient pas pleinement compris, le T2DM, non insulinodépendant, est une affection qui apparaît à un âge avancé. Les enfants de personnes vivant avec le T2DM sont plus à même de présenter des risques d’intolérance au glucose et de devenir obèses, ce phénomène exigeant des interventions de promotion et de prévention. L’Agence de la santé publique du Canada souligne dans son rapport en 2005 que le T2DM touche 7,5 % des personnes immigrantes au Canada et que 77,1 % sont à risque de développer cette affection, alors qu’on peut la prévenir dans la majorité des cas (Agence de la santé publique du Canada, 2005). On recense de plus en plus de nombreux facteurs de risque associés au T2DM parmi les femmes et les hommes vivant des expériences d’intégration dans une société d’accueil (Hyman et al., 2012). Alors que la migration n’est certainement pas un risque en soi, le stress lié au processus d’intégration touche dans certains cas les individus de façon indue et différenciée selon le sexe et les expériences ancrées dans diverses valeurs et traditions. Le contexte de vie, le statut et la trajectoire migratoire, la disponibilité d’un réseau social, sont des déterminants qui ne peuvent être occultés quand il s’agit de réfléchir et de prendre des mesures de prévention et de gestion du T2DM. De tels facteurs déterminent la vie de personnes immigrantes de façon complexe, faisant ressortir que l’immigration en soi ne constitue pas seulement un statut juridique ; ce « statut » englobe un ensemble de réalités et d’expériences qui touche l’état de santé et le bien-être d’une population à part entière.

Le contexte de l’étude

4Nos réflexions se fondent sur un partenariat de recherche établi il y a de nombreuses années afin d’unir intérêts, connaissances et stratégies visant les meilleures pratiques pour une prise en compte des trajectoires de vie, des interactions entre les déterminants sociaux de la santé touchant des populations dans des situations de constante instabilité et devant « gérer » une maladie aussi complexe que le T2DM. La présente analyse s’est étoffée d’une étude menée en collaboration avec les partenaires mentionnés et plusieurs équipes interdisciplinaires et multisectorielles de Toronto afin de dresser un portrait des expériences relatives au T2DM de femmes et d’hommes ayant immigré dans les deux métropoles du Canada (Montréal et Toronto). Certaines de nos questions sondent le poids des valeurs et des croyances dans le recours différencié des femmes et des hommes chez qui on a diagnostiqué le T2DM aux services de santé de la ville d’accueil (Wang et al., 2012). Une perspective inclusive tant dans nos activités de recherche que dans les interventions d’échange et de partage qui en ont découlé était un préalable incontournable au sein de ce partenariat qui s’est créé progressivement entre chercheurs et intervenants préoccupés par une question qui les rallie : Les interventions et programmes de gestion du T2DM rejoignentils les femmes et les hommes en situation d’intégration progressive dans une société d’accueil ? Les points de convergence se situaient autour de la complexité des trajectoires migratoires et des pratiques de gestion du T2DM à instaurer dans les communautés desservies par les partenaires en première ligne. C’est sur cette sensibilité commune aux questions de genre et de migration dans les programmes de gestion du T2DM, entre autres problèmes de santé, que s’est fondé le partenariat de recherche et d’intervention.

5Nos travaux en partenariat ont été financés par Immigration et Métropoles, Québec, par le Centre de recherche et de formation du CSSS de la Montagne et par l’Institut pour la santé des femmes et des hommes des Instituts de recherche en santé du Canada. À cet effet, nos actions en partenariat furent et sont guidées par une éthique professionnelle sur une toile de fond de principes d’accès aux programmes dans une perspective de justice sociale.

6Comme il s’agit de reconnaissance de valeurs éthiques, la clarification des termes à utiliser avant tout entre les chercheurs est certainement une étape importante dans la construction et le maintien d’un partenariat où la négociation, le compromis et l’adaptation ont leur place, tout comme l’évolution des points de vue, des savoirs scientifiques et des savoirs d’expérience. Nous avons dû « réfléchir et négocier » ce qui était entendu par des programmes sensibles aux questions relatives au genre et à la migration avant de procéder à la revue des bonnes pratiques dans les écrits scientifiques. S’entendre sur des définitions (sexe, genre, migration, vulnérabilité sociale, risque et autres concepts), sur les conséquences relatives à la recherche des bonnes pratiques et à l’utilisation des résultats sur le « terrain » sont des étapes qui nous ont permis de créer une dynamique commune et innovante dans notre partenariat.

Immigrer et gérer une affection chronique

7La répartition de la prévalence du T2DM chez les personnes immigrantes suit celle de leur établissement dans des métropoles canadiennes comme Toronto, Vancouver et Montréal, métropoles qui concentrent approximativement 70 % de l’immigration en 2006. Bien que les pourcentages de prévalence se déclinent en fonction des pays de provenance, notamment des pays du continent asiatique (57 %), des pays du continent africain (12,8 %) et des pays de l’Amérique latine (7,3 %), ces pourcentages ne permettent pas toujours d’apprécier la finesse inhérente aux différences attribuables aux pays d’origine avant l’immigration ; le potentiel d’amalgame de la diversité, mais également des disparités au sein des populations dans leur trajectoire de migration, exige une attention particulière quand il s’agit de la mise en place de programmes de promotion de la santé, de prévention des maladies et de gestion de conditions chroniques (Statistique Canada, 2010). À ce titre, il est important de rappeler que le pays d’origine ne peut être corrélé au pays de naissance et encore moins à l’origine ethnique d’une femme ou d’un homme. De plus, la conjugaison et le cumul de facteurs de risque auprès de certaines personnes ou de certains groupes ajoutent à la vulnérabilité dans la trajectoire d’intégration et de maintien de la santé et du bien-être. Le temps depuis l’immigration, l’âge à l’arrivée, le niveau socioéconomique, la séparation familiale, des conflits intergénérationnels et les rôles sociaux et conjugaux attendus restent des déterminants à considérer, qui influencent directement les habitudes de vie et les trajectoires d’intégration des femmes, des hommes, des familles et des groupes. Il a été montré que les femmes sont plus sujettes à certaines affections et les hommes à d’autres.

8Certains auteurs définissent l’origine ethnique comme un groupe social auquel appartient un homme ou une femme partageant notamment des valeurs, des normes culturelles, une histoire, une appartenance géographique, une langue, des habitudes alimentaires, des attributs physiques et génétiques. Les maladies cardiovasculaires sont des facteurs de risque de résistance à l’insuline et ainsi du T2DM. Un faible niveau socioéconomique peut expliquer une surmortalité liée à des maladies cardiovasculaires et une prévalence du diabète de type 2 chez certains groupes partageant des traits génétiques et ethniques. Il faut cependant être prudent et savoir que la sensibilité accrue au T2DM de personnes de certains groupes ayant des traits ethniques et des comportements culturels communs n’est pas tant attribuable à des similarités génétiques qu’à une interaction complexe entre l’expression des gènes et l’exposition précoce à certains comportements ancrés dans des valeurs et des habitudes de vie.

9De tels débats ne font que souligner l’importance d’examiner les intersections entre divers déterminants sociaux de la santé, sachant que les inégalités socioéconomiques ne peuvent qu’expliquer partiellement les inégalités liées à des sensibilités génétiques ou même ethniques. Comme d’autres chapitres dans ce volume le montrent pour d’autres contextes ou situations, être exposé à des situations de discrimination peut entraîner un risque pour la santé et le bien-être d’une personne. De plus, les écrits témoignent d’une influence des croyances culturelles et de l’expérience même de la migration sur la perception de sa santé et de ce qui peut rendre malade ou permettre de rester en bonne santé. En ce qui concerne le T2DM, dans certaines communautés, par exemple, le surpoids (selon les normes nord-américaines de « poids santé ») peut être parfois considéré comme un signe de prospérité et de bien-être.

10D’autres études encore débattent des associations entre l’étiologie de maladies chroniques et l’effet de l’immigrant en bonne santé ou plutôt d’une certaine érosion de cet avantage pour certaines catégories d’immigrants après un temps de séjour dans le pays d’accueil (Vissandjée, Apale, et Wieringa, 2009). De la même façon, il serait intéressant d’évaluer si l’état de santé perçu, et même réel, relatif aux conditions chroniques de personnes haïtiennes vivant en Haïti n’est pas aussi élevé, sinon plus, par rapport aux personnes ayant immigré dans des sociétés comme celles du Québec. Cela pourrait s’expliquer par des actions de sensibilisation et de prévention limitées, qui ne sont pas prioritaires dans un pays comme Haïti.

11Les obstacles de nature linguistique peuvent, parfois, apparaître comme une question secondaire de la pratique clinique. Mais en y regardant de plus près, cette apparence s’estompe et fait surgir les exigences normatives d’universalité des soins. Certes, la personne nécessitant des soins ne peut y accéder véritablement si l’on ne met pas en place des mécanismes institutionnels pour surmonter la barrière des langues. Il nous faut cependant approfondir la question et il est même possible de l’élargir. C’est ainsi que les rapports de l’Agence de la santé publique du Canada (2005) et de Statistique Canada (2010) soulignent une prévalence du T2DM relativement plus élevée chez des personnes nées en Asie du Sud, notamment au Pakistan, en Inde et au Bangladesh. Des tendances ont été décelées auprès de personnes venant des Antilles, plus particulièrement d’Haïti, de certains pays du continent africain et finalement auprès de personnes originaires de la Turquie, du Maroc et des pays du Moyen-Orient.

12Ces quelques mots illustrent la pertinence d’une approche ancrée dans la promotion de la santé et la prévention des maladies auprès de populations nouvellement arrivées dans des sociétés d’accueil telles que le Canada et le Québec ; c’est ainsi qu’un partenariat s’est progressivement construit entre la Maison d’Haïti, le Centre des femmes sud-asiatiques de Montréal, Access Alliance, le Centre de recherche et de formation du CSSS de la Montagne, l’Université de Montréal et l’Université de Toronto, afin de mettre en place des activités en collaboration avec des femmes et des hommes vivant des expériences d’intégration, en vue de les soutenir dans la gestion du T2DM. Ce partenariat a permis et continue de répondre aux lacunes identifiées dans les données empiriques quant aux obstacles d’accès de personnes immigrantes aux programmes de promotion et de gestion du T2DM. Nos travaux appellent à considérer l’importance de certains déterminants sociaux pour une gestion « efficace » du T2DM, tels que l’accès à un emploi en relation avec la formation antérieure de la personne, le type d’emploi et les conditions dans lesquelles les femmes et les hommes travaillent, sans compter le revenu. Il a été également démontré que les personnes arrivées au Canada depuis moins de cinq ans sont en moyenne peu sensibilisées à la nécessité d’adopter des comportements favorisant la santé et la prévention de complications reliées au T2DM, tels l’exercice physique, une alimentation saine et des gestes quotidiens d’analyse de la glycémie et de soins des pieds.

13Finalement, tel que soulevé précédemment, un contexte de vie parfois complexe, conjuguant les expériences d’intégration et celles de gestion d’une condition chronique ne peut être occulté. Ces données importantes sont à considérer dans l’élaboration de plans d’intervention visant une gestion « efficace » du T2DM.

14Plus spécifiquement, afin de comprendre les dynamiques et les interactions qui favorisent l’accès tant aux services de santé qu’à la justice d’une personne vivant des expériences d’immigration, il devient nécessaire de circonscrire ses trajectoires, les situations de vulnérabilité rencontrées et ses capacités de résilience. Des études ont défini certains déterminants sociaux de la santé qui, associés à une expérience d’immigration, pèsent sur la gestion d’une affection chronique telle que le T2DM. Entre autres, des déterminants tels que le stress, le soutien social, la capacité à s’exprimer dans une des deux langues officielles du Canada, le revenu, le type d’emploi et le type de logement ont été examinés par les auteurs visant à élaborer des stratégies et des actions de prévention et de gestion du T2DM. Le corps en migration participe ainsi à la construction identitaire d’un homme ou d’une femme, de l’âge, du genre et de la classe sociale d’une personne. C’est à partir de ce type de réflexions que sont discutés les défis associés à l’accès à des soins de qualité, il s’agit ici d’une affection telle que le T2DM, dans une perspective de justice sociale. De plus, la communication et le dialogue clinique, relevant de l’essence même de l’art de soigner et de la responsabilité clinique, exigent une sensibilité accrue aux conditions matérielles quotidiennes, aux déterminants sociaux de la santé, profondément liés aux fondements de l’existence et à la vie économique et sociale dans son ensemble.

15La promotion, la protection et le maintien de la santé ainsi que la prévention des maladies représentent un atout indéniable, une ressource essentielle contribuant au développement humain et ayant un effet bénéfique pour l’ensemble d’une société, inscrit ainsi dans la Constitution de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de 1946.

16La prise en compte des trajectoires selon une perspective sensible aux genres se doit d’être renforcée par une contribution de valeurs éthiques, se référant aux différences d’intentions et d’actions qu’on observe entre les femmes et les hommes. Notre équipe a abordé les questions en considérant les espaces de contacts et d’échanges qui contribuent à renforcer les facteurs de résilience ou à les fragiliser encore plus, lorsqu’il s’agit des questions d’accès à des soins de santé de qualité dans le traitement d’une affection chronique telle que le T2DM.

Une expérience spécifique selon les genres

17Les expériences de santé et de maladie comportent de multiples dimensions biologiques et sociales. Elles sont influencées tant par les choix qui s’offrent aux personnes que par les ressources qui sont à leur disposition et qui sont accessibles. Les politiques et les pratiques en matière de santé influencent également la façon dont ces expériences sont vécues et leurs conséquences. Si ces expériences, souvent singulières, et leurs effets spécifiques sur la capacité à gérer sa santé, entre autres par l’accès à des soins de santé de qualité, étaient prises en compte dans les politiques comme dans les programmes sociaux et de santé, cela se traduirait par une sensibilité à la complexité des identités, des genres, des rapports de genre, des façons de faire et des visions, ainsi qu’à leur capacité de transformation au gré des expériences. Or, cette sensibilité n’est pas toujours acquise ni évidente, notamment lors de l’élaboration, de l’implantation et de l’évaluation de ces programmes (Vissandjée et Battaglini, 2010).

18Afin de mieux circonscrire cette sensibilité, il importe de distinguer la notion de sexe biologique de celle de genre et ainsi de mieux l’appliquer dans une perspective tant clinique que communautaire. Alors que le « sexe biologique » demeure constant, les questions et rapports de genre sont en perpétuelle mouvance au gré des définitions sociales qui leur sont données, influençant l’accès et l’utilisation des ressources, mettant en exergue les vulnérabilités propres aux femmes et aux hommes et faisant évoluer les questions de droit sur l’appartenance identitaire.

19Le concept de genre fait généralement référence à la façon dont une personne est perçue, selon qu’elle est une femme ou un homme, actrice et acteur dans une société donnée. Bien que les termes sexe et genre soient souvent utilisés de façon interchangeable, ils représentent des unités d’analyse distinctes. Ces termes différents exigent de s’attarder à la question du genre et des rapports de genre dans les programmes sociaux et de santé afin de mieux rendre compte de l’existence de certaines inégalités encore trop présentes dans l’accès à l’information et aux ressources. Une sensibilité pertinente à la différence entre les notions de sexe biologique et aux questions reliées au genre ne peut qu’enrichir l’accessibilité aux interventions, voire augmenter leur efficacité. L’expérience migratoire ne se présente généralement pas sous la forme d’un processus linéaire uniforme pour les femmes et les hommes. Cette trajectoire s’ébauche à travers des expériences d’intégration à degrés variables. Une analyse des conséquences de l’immigration fondée sur les rapports sociaux de genre visant la santé des femmes implique une considération des conditions prémigratoires spécifiques aux femmes en matière de socialisation, d’ajustement de leurs rôles respectifs et de leur capacité d’intégration et d’adaptation, entre autres facteurs d’intégration. Une telle analyse permet de dévoiler certaines des conditions, souvent invisibles, teintées par les rôles sociaux, qui agissent sur la décision de migrer : la capacité de s’informer, de faire un choix, d’agir après avoir pris cette décision, et ce, de façon sécuritaire. S’inscrire dans le prisme de la vulnérabilité exige de circonscrire les lieux possibles d’inégalités sociales ainsi que les conditions nécessaires à l’égalité des chances de choix. Prendre en compte ces expériences de transition, notamment dans la pratique clinique, ne peut qu’ouvrir à la sensibilisation des périodes de changement et des trajectoires de vie. Ces dernières représentent un processus complexe, étroitement lié à la signification que lui donne la personne qui vit ces transitions selon l’environnement dans lequel elle est plongée.

20La santé des personnes immigrantes est le reflet de relations complexes et dynamiques entre les facteurs biologiques, psychologiques, sociaux et contextuels. Si ces expériences souvent singulières et leurs effets spécifiques sur la capacité à gérer sa propre santé, dans laquelle s’inscrit l’accès à des soins de santé de qualité, étaient prises en compte dans les politiques comme dans les programmes sociaux et de santé, cela se traduirait par une sensibilité à la complexité des identités, des genres, des rapports de genre, des façons de faire et de voir les choses, ainsi que de leur capacité de transformation au gré des expériences. La prise de conscience de la diversité et des pouvoirs de créativité constitue l’une des pierres angulaires du fondement de la construction du partenariat, alors que nous étions à circonscrire la nature croisée du vécu des femmes lorsqu’il s’agissait de prendre soin d’elles-mêmes ou de personnes vivant avec le T2DM dans leur entourage. En convergence avec de nombreux écrits, le potentiel de la participation différenciée des femmes et des hommes, dans la quête du savoir dans le domaine de la santé, et de façon générale, s’inscrit dans une perspective d’égalité des chances. Cette notion d’égalité peut servir de base aux réflexions portant sur l’actuelle pénurie de professionnels de la santé, affectant des actions soutenues de sensibilisation et de prévention, notamment lorsqu’il s’agit de gestion de conditions chroniques, telles que le T2DM.

21C’est dans une perspective similaire que nos travaux en collaboration se sont édifiés sur les acquis reflétés dans les travaux de Antonovsky (1992), visant à comprendre comment des facteurs tels que la résilience, la détermination et un sens de cohérence permettent aux familles vivant des expériences d’immigration de se mobiliser positivement, de surmonter des obstacles dans leurs trajectoires d’intégration, de vie et, ce faisant, de renforcer les relations familiales et communautaires. De telles approches mettent en exergue non seulement les sphères d’inégalité, mais également les responsabilités du système de soins et des services sociaux à donner des soins de qualité à tous dans une perspective de justice sociale.

22En cette ère de croissance sur divers plans en matière de santé, la prise en compte des déterminants de la santé, surtout socioculturels, les effets d’une distribution inéquitable des ressources sont à risque d’être relégués au deuxième rang, se traduisant par une précarité accrue, souvent trop persistante sur une trajectoire de vie. Une perspective tenant compte des rôles et des rapports sociaux mettant en évidence l’hétérogénéité, d’une part, et la différence des expériences vécues entre les femmes et les hommes, d’autre part, ne peut qu’ajouter une complémentarité aux explications biomédicales de la santé, notamment lorsqu’il s’agit d’affections chroniques telles que le T2DM qui touchent des personnes immigrantes.

Des expériences à partager dans la communauté

23On a vu que les expériences liées à l’immigration agissent tantôt comme des facteurs de résilience aidant à réussir sa nouvelle vie, tantôt comme des facteurs de risque pour la santé. Ces expériences donnent lieu à diverses stratégies d’intégration, notamment dans les champs sociaux et économiques, qui influent sur d’autres déterminants de la santé. Le fait d’élaborer et d’implanter des stratégies fondées sur les expériences spécifiques des femmes et des hommes et d’établir des espaces de partage et de reconnaissance du capital humain est primordial pour obtenir une collaboration et des actions croisées pour le maintien et l’amélioration de la santé.

24Lorsque l’on se penche sur les intersections entre les questions de genre, d’appartenance ethnique, d’immigration et de possibilités économiques, on constate que cette harmonie est, dans les faits, plutôt complexe à atteindre pour de nombreuses immigrantes. L’engagement actif des partenaires sur différents plans constitue l’un des points centraux des acquis dans le cadre des activités en partenariat, qui misent sur la diversité des expériences. Les groupes de validation et clinique et culturelle visant une meilleure appréciation des outils et des méthodes d’entretien, pour les rencontres en groupe et individuelles, ainsi que les discussions ayant permis l’émergence et la reconnaissance des spécificités dans les trajectoires d’immigration des groupes impliqués ne sont que quelques exemples de la collaboration « interculturelle », « interdisciplinaire » et « intersectorielle » qui s’est construite progressivement, mais naturellement. C’est ainsi que des rencontres successives, virtuelles et en présentiel, ont eu lieu entre les partenaires à Montréal ainsi qu’avec les membres de l’équipe de l’Université de Toronto et de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) à Ottawa pour l’obtention de versions des stratégies et outils validés et acceptés par tous les partenaires dans leur diversité. Comme il s’agit plus spécifiquement du guide d’entretien destiné à cerner les comportements de promotion de la santé et de gestion du T2DM auprès des femmes et des hommes vivant des expériences d’immigration, des étapes de traduction et de validation croisées ont été nécessaires pour les versions finales en quatre langues, anglaise, française, créole et tamoule. Les séances d’information sur la prévention et la gestion du T2DM en présence de femmes et d’hommes des communautés desservies par les organismes partenaires terrain ainsi que des collègues médecins, infirmières, nutritionnistes et des travailleurs sociaux ont également permis d’assurer une multiplicité de points de vue sur les questions de prévention et de gestion du T2DM, tout en restant sensible aux trajectoires différenciées d’intégration et des priorités de « vie ».

25S’inscrire dans le prisme de la vulnérabilité exige de circonscrire les lieux possibles d’inégalités ainsi que des conditions nécessaires à la justice en matière d’opportunités et de choix. Prendre en compte ces expériences de transition, lors de l’élaboration, de l’implantation et de l’évaluation d’interventions en promotion de la santé et gestion d’une affection chronique, ne peut que favoriser la sensibilisation aux périodes de changement et aux trajectoires de vie. Ces dernières représentent un processus complexe, étroitement lié à la signification que lui donne la personne qui vit ces transitions selon l’environnement dans lequel elle se trouve. En parallèle, des propositions de bonnes pratiques ont été examinées dans les écrits scientifiques afin de les comparer avec les stratégies utilisées par les partenaires terrain, il s’agissait d’une mise en place de pratiques culturellement sensibles et appropriées selon les personnes et aux groupes concernés pour la prévention et la gestion du T2DM. Au fur et à mesure que des recommandations « pratiques » étaient émises, ces dernières étaient discutées et analysées lors de séances de groupe incluant la diversité des partenaires dans les équipes, tant à Montréal qu’à Toronto. Une prise en compte plus systématique de la nature croisée des déterminants sociaux de la santé, des intersections de marqueurs d’identité, au-delà d’une liste de « sujets d’intervention » isolés, notamment des questions de genre, d’appartenance ethnique et de migration permettrait aux systèmes de soins et de santé de mettre en exergue les dynamiques de structuration sociale, les hiérarchies de pouvoir, les sphères d’inégalité et ainsi la nature complexe des défis d’accès aux soins de santé pour les personnes vulnérables.

26Nos travaux convergent vers la reconnaissance des zones de force de la personne qui nécessite des services et des soins, tant pour des aspects de promotion que de gestion d’une affection chronique, laquelle devient alors cohérente non seulement avec les exigences de pratique requises de la part de la personne « prestataire » d’un service ou d’un soin, mais également avec un contexte sensible à la justice sociale et à l’effacement des inégalités sociales (Vissandjée, Bilkis et Hyman, 2011). Interpeller la subjectivité des acteurs sociaux, c’est leur donner une voix au-delà de la représentation sociale et de l’influence des valeurs culturelles. Un rapport égalitaire repose sur un processus social dont la responsabilité est partagée entre la personne immigrante et la société d’accueil et qui vise l’intégration au détriment de la marginalisation. Comme on l’a vu précédemment, en contexte migratoire, les possibilités de recours à des soins de santé ou autres ressources (juridiques, entre autres) peuvent être compromises si, au départ, les personnes ne connaissent pas leurs droits à ces soins.

Poursuivre la construction de passerelles vers des soins de qualité

27Élaborer des programmes afin de contribuer à la santé des membres d’une société, dans une perspective de justice sociale, requiert une analyse sensible aux contextes et aux trajectoires d’accès à l’information sur les systèmes en question, car c’est en grande partie l’accès à l’information qui permet de bénéficier ensuite de soins de santé de qualité. Ce type d’actions dans un cadre de respect et de reconnaissance a permis d’atténuer les risques de tensions, de créer des liens de confiance et d’assurer un engagement soutenu, notamment des membres de la communauté, dans l’implantation et la pérennisation des interventions.

28Bien que de nombreux défis se soient présentés et continuent à marquer nos réflexions et approches, il s’avère qu’un but commun de contribution à des transformations sociales et un changement de pratiques requiert avant tout du respect, qu’il s’agisse de la reconnaissance des différences tant pour ce qui est des contributions à l’atteinte des objectifs de recherche que des stratégies de partage des connaissances. Notre partenariat s’est nourri d’un travail d’équipe et de coopération mettant l’accent sur les questions relatives au genre et aux expériences d’immigration dans les programmes de gestion du T2DM afin de mieux joindre les personnes les plus vulnérables.

29Les réseaux de soutien social, qui ont été mieux connus et compris à travers ce partenariat, ont également dévoilé la complexité des relations interpersonnelles au sein des familles, des groupes et des communautés sociales, notamment la dimension de l’engagement pratique et affectif, qui a un effet sur la santé. Dans cette perspective, on a observé qu’une trajectoire d’intégration réussie dépend en grande partie de la capacité d’harmoniser les modèles de comportements de santé et les bonnes pratiques du pays d’origine, ainsi que celles du pays d’accueil.

30Ce chapitre souligne, entre autres, que si les questions relatives à l’importance de la prise en compte de l’intersection entre des déterminants tels que les rapports de genre, l’appartenance ethnique et les expériences d’immigration peuvent sembler peu palpables, elles n’en sont pas moins essentielles pour le succès de l’application des programmes et politiques dans le domaine des soins de santé, notamment quand il s’agit de gérer une affection chronique telle que le T2DM. Les travaux qui nous ont permis d’élaborer des stratégies permettant de rejoindre des femmes et des hommes vivant ces expériences conjuguées de gestion de T2DM et d’intégration dans une nouvelle société de santé s’inscrivent surtout dans une perspective de prévention des risques de complications ; ces dernières peuvent se présenter pour différentes raisons à différents moments de la vie et de façon différenciée pour les femmes, les hommes, les filles et les garçons. Il est bien documenté que les inégalités les plus marquées entre les populations immigrantes et celles qui sont nées au Canada s’observent chez les femmes. Il s’agit de prendre conscience de cette disparité afin de combler les écarts. Le risque de développer une affection chronique telle que le T2DM, étant associé au temps de séjour dans le pays d’accueil depuis l’immigration ainsi qu’à certaines appartenances à des groupes « ethnoculturels », exige également une certaine prudence par le biais d’une sensibilité au contexte socioéconomique et culturel lors de l’élaboration et de la mise en place de stratégies de promotion de la santé et de prévention de conditions telles que le T2DM. Bien que les études restent limitées, quand il s’agit de « bonnes pratiques » ou des « pratiques prometteuses » de prévention et de gestion du T2DM dans une perspective incluant les communautés à part entière, nos travaux convergent avec d’autres vers l’importance d’élaborer des « lignes directrices » pour des programmes effectivement ancrés dans la communauté, sensibles aux multiples points de vue de la diversité.

31Nos travaux se construisent sur le respect dans les dialogues et les échanges visant un effet tangible sur le contexte de vie des personnes immigrantes en situation de vulnérabilité, sur la réponse à leurs besoins essentiels et sur la parité citoyenne dans l’exercice des rôles sociaux. Combattre les inégalités sociales est certainement une affaire de justice ; c’est aussi et avant tout une question de volonté pour une femme, un homme, une famille, un groupe et une communauté. Il s’agit plus que tout de promouvoir sa contribution en tant que citoyen ou citoyenne.

***

32Il est primordial de sensibiliser les intervenants du domaine de la santé et des services sociaux aux différentes expériences et trajectoires de vie des personnes qui ont recours à leur expertise. Ce faisant, on encourage l’expression de la variabilité, notamment dans les rapports sociaux, économiques et de genre, et on contribue à la nécessaire et incontournable conciliation des savoirs et des pratiques, pour des alliances thérapeutiques plus efficaces et de qualité. Dans cette perspective, les expériences de vie constituées de trajectoires complexes doivent être examinées, au-delà des identités, facteurs de risque et de fragilité, comme des actions de résilience ancrées dans des relations sociales complexes et interdépendantes.

33Sans prétendre effectuer des recommandations explicites, on peut avancer certaines pistes de réflexion. Le dialogue, notamment dans les interventions exigeant une diversité d’actions en partenariat, devient un impératif tant dans l’analyse des besoins et des capacités que dans les stratégies d’application en matière de prévention et de gestion du T2DM. Les expériences caractéristiques et les discours propres aux femmes et aux hommes étant nommés et compris sur un continuum par les divers acteurs, ils mériteraient d’être davantage explorés, surtout en ancrant les analyses dans la diversité des expériences d’immigration.

34Ainsi, les « bonnes pratiques » qui en découleraient demandent à être mieux documentées, tant sur le plan individuel que grâce aux réseaux sociaux et au contexte qui les encadrent. C’est dans cette constante confrontation entre le discours et le réel que se révéleront les stratégies et les décisions prises autour d’enjeux qui influent directement sur les conditions de vie de personnes vivant des expériences hétérogènes et diversifiées. Au-delà des diverses considérations professionnelles, faire preuve de sensibilité lors des interventions en milieu pluriethnique, linguistiquement diversifié et parsemé d’expériences d’immigration à degrés variables de succès est une condition sine qua non à la reconnaissance du potentiel des femmes et des hommes à agir de façon positive pour et par ces mêmes personnes.

35Donner des soins de qualité à tous et surtout se donner les moyens de le faire exige des professionnels de la santé des stratégies fondées sur une série d’assises, notamment la reconnaissance de l’influence de déterminants multiples sur une affection donnée, l’examen des capacités disponibles et la complexité d’établir des rapports égalitaires. Les établissements de santé et de services sociaux, les décideurs et les prestataires doivent remettre en question leur compréhension des facteurs modulant notamment la capacité des femmes immigrantes à promouvoir leur santé, à se maintenir en bonne santé et à gérer la maladie, et cela afin d’intervenir sur la nature croisée des déterminants sociaux de la santé.

Bibliographie

Références bibliographiques

Agence de la sante publique du Canada, Building a national diabetes strategy : Synthesis of research and collaborations, Ottawa, 2005.

Antonovsky, Aaron, « Can attitudes contribute to health ? », The Journal of Mind Body Health, vol. 8, 1992, p. 33-49

Hyman, I., MA. Patychuk, Q. Zaidi, D. Klujic, Y. Shakya, J. Rummens, M. Creatore, et Vissandjée, B., « Self-management, health service use and information seeking for diabetes care among recent immigrants in Toronto », Chronic Diseases and Injuries in Canada, vol 33, no 1, 2012, p. 1-7.

Hyman, Ilene, et al., « Self-management, health service use and information seeking for diabetes care among recent immigrants in Toronto », Chronic Diseases and Injuries in Canada, vol. 33, no 1, 2012, p. 1-7.

Statistique Canada, Diversité ethnique et immigration, Annuaire Canada, 11-402-X, Ottawa, 2010, p. 113-124.

Vissandjée, Bilkis et Alex Battaglini, « Santé des femmes : À la croisée des questions de genre, ethnicité et migration », dans Alex Battaglini (dir.), Les services sociaux et de santé en contexte pluriethnique, Éditions Saint-Martin, Montréal, 2010. p. 277-292.

Vissandjée, Bilkis et Ilene Hyman, « Preventing and managing diabetes : At the intersection of gender, ethnicity and migration », dans Olena Hankivsky (dir.), Transformational promise of intersectionality as a research paradigm for improving the understanding of a response to diversity in health and illness, University of British Columbia Press, Vancouver, 2011, p. 24-46.

Vissandjée, Bilkis, Alisha Apale, et Saskia Wieringa, « Exploring Social Capital Among in the Context of Migration: Engendering the Public Policy Debate », dans V. Agnew (dir.), Racialized migrant women in Canada. Essays on health, violence, and equity, University of Toronto Press, 2009.

Wang, Feng et al., « Age and sex related prevalence of diabetes mellitus among immigrants to Ontario, Canada », Canadian Journal of Public Health, vol. 103, no 1, 2012, p. 59-64.

Auteurs

Professeure à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux défis que pose la prestation de soins de qualité dans un contexte multiethnique, selon une perspective tenant compte du genre, de l’appartenance ethnique, des expériences d’immigration et de l’équité. Elle a contribué, en collaboration avec diverses ONG, à l’élaboration et à l’implantation de programmes destinés aux nouveaux arrivants au Canada présentant des conditions comme la tuberculose et le diabète de type 2, et adaptés à leur contexte. Elle siège au Comité consultatif au ministère de la Santé, responsable de l’adaptation des programmes et des politiques de santé aux communautés culturelles du Québec, en relation avec ses travaux sur l’importance du genre et de la diversité.

Directrice générale de la Maison d’Haïti

Intervenante responsable de programmes pour les jeunes (Programme Au Futur). La Maison d’Haïti est un organisme consacré à l’éducation et à l’intégration des personnes et des familles immigrantes ainsi qu’à la création et au développement de liens étroits avec la société d’accueil. L’organisme a pour mission la promotion, l’intégration, l’amélioration des conditions de vie et la défense des droits des Québécois d’origine haïtienne et des personnes immigrantes, ainsi que la promotion de leur participation au développement de la société d’accueil. Toutes ses interventions sont axées sur l’approche citoyenne. Son principal souci est d’outiller les participants afin de leur permettre de prendre la parole et de poser des gestes citoyens.

Professeure adjointe à la Dalla Lana Faculté de santé publique de l’Université de Toronto. Ses intérêts de recherche gravitent autour des questions liées à la santé et à l’équité sociale des nouveaux arrivants et des populations immigrantes vulnérables au Canada. Ses projets les plus récents visent l’analyse des déterminants sociaux de la santé auprès de collectivités nordiques des Premières nations de l’Ontario, de l’autogestion et de l’accès aux soins pour contrôler le diabète de type 2. Elle travaille actuellement à l’évaluation du modèle de partenariat canadien pour l’intégration des personnes immigrantes, en mettant en exergue la complexité d’une telle approche au sein du système de santé et des services sociaux au Canada.

Yogendra Shakya détient un poste de chercheur senior dans l’organisme Access Alliance Multicultural Health and Community Services (Access Alliance), un centre communautaire voué à des services de nature variée, notamment de promotion de la santé, de prévention de la maladie et à des services pour permettre l’intégration de nouveaux arrivants dans la grande région de Toronto. Access Alliance est reconnu pour ses actions de plaidoyer communautaire, basant ses stratégies sur des données probantes dans le cadre de projets de recherche impliquant les membres de ce Centre. Sa mission principale est de contribuer à surmonter les inégalités systémiques dans l’accès aux services et à des soins de qualité pour les personnes nouvellement arrivées au Canada.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search