Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’intégration des familles d’origine immigrante

 | 
Fasal Kanouté
, 
Gina Lafortune

Chapitre 1. Trajectoires sociomigratoires de familles d’origine haïtienne à Montréal

Gina Lafortune

Texte intégral

1Depuis les premières vagues d’immigration haïtienne dans les années 1960, la présence de familles d’origine haïtienne à Montréal s’accentue toujours. Cette tendance est appelée à se maintenir, car, chaque année, des centaines de nouvelles familles se lancent aussi dans l’aventure et contribuent à positionner Haïti parmi les principaux pays sources de l’immigration canadienne et québécoise (Statistique Canada, 2007).

2Même si la présence de la communauté haïtienne à Montréal est remarquable, on en sait encore peu sur la trajectoire sociomigratoire des familles. Dans ce chapitre, neuf familles font part de leur expérience à ce sujet. Certaines sont établies au Québec depuis plus de 20 ans, d’autres depuis 5 ans seulement. Au cours d’entretiens individuels, des mères, notamment, reviennent sur leur vie en Haïti, sur leur parcours socioprofessionnel et celui de leur conjoint, sur leurs rêves déçus ou accomplis, sur leurs projets et espoirs, sur leur perception de leur avenir individuel et communautaire dans la société québécoise et sur l’éducation des enfants, qui occupe une place de choix dans les discussions.

Le contexte de l’étude

3Les données présentées dans ce chapitre ont été collectées dans le cadre d’une recherche doctorale sur le Rapport à l’école et aux savoirs scolaires de jeunes d’origine haïtienne en contexte scolaire défavorisé à Montréal (Lafortune, 2012). Cette recherche avait pour objectif de documenter des trajectoires socioscolaires d’élèves du secondaire en situation de réussite (4 cas), de difficulté (4 cas) ou de décrochage scolaire (3 cas), de décrire leur rapport à l’école et aux savoirs scolaires et d’identifier les éléments d’appartenance (sexuelle, sociale, ethnoculturelle) et de contexte (familial, scolaire, communautaire) qui structurent ce rapport à l’école et aux savoirs.

4Des entretiens individuels ont été réalisés avec chaque jeune, puis avec des personnes significatives de leur entourage qui ont joué un rôle dans leur parcours (parents, enseignants, intervenants scolaires et communautaires). Les parents, référence de premier ordre, étaient invités à parler du cheminement socioscolaire de leur enfant et, plus largement, de la trajectoire sociomigratoire familiale.

5Par trajectoire sociomigratoire, nous entendons le chemin parcouru et les routes empruntées par ces familles d’Haïti au Québec, les projets qu’elles portent, les défis qu’elles rencontrent, les ressources qu’elles mobilisent, les relations qu’elles développent, et plus encore. La trajectoire renvoie à l’idée de mouvement et de dynamisme dans l’espace et dans le temps (Bellot, 2000). Elle se produit dans un univers de rapports et doit être comprise à la lumière de cet univers (McAll, 2008) qui révèle l’action du sujet avec ses proches, dans des contextes donnés pour des résultats donnés (Bertaux, 2003). Il est intéressant de documenter cette trajectoire sociomigratoire de la famille pour mieux comprendre le vécu socioscolaire de l’élève. Nous nous inscrivons ainsi dans la lignée des recherches, sur la réussite des élèves d’origine immigrée, qui adoptent une posture non unifiée, mais ayant une visée systémique intégrant plusieurs facteurs : contexte prémigratoire, ressources familiales et communautaires, expérience scolaire, dynamiques des relations interethniques, etc.

6Le recrutement s’est fait par l’intermédiaire d’organismes communautaires œuvrant dans des quartiers multiethniques de la région nord de Montréal, où l’on retrouve une forte présence de familles d’origine haïtienne. Pour neuf cas sur onze, nous avons pu réaliser un entretien avec l’un des parents (ou les deux, dans un cas). Dans les deux cas où le parent n’a pu être rencontré, les jeunes (en situation de décrochage scolaire) étaient en rupture avec la famille au moment de l’enquête.

7Il a été nécessaire de rassurer les parents sur la recherche, en répondant clairement à leurs questions et en respectant leurs réticences et inconforts (vis-à-vis de l’entretien, de l’enregistrement audio, d’une question). Manifestant ce qui nous a semblé être un mélange de méfiance et d’attente, certains ont voulu en savoir plus sur les objectifs et les fins de la recherche, sur les mesures d’anonymat et de confidentialité (« Pourquoi avez-vous ciblé les jeunes d’origine haïtienne ? Mon enfant est Québécois/Canadien comme les autres ! Qu’est-ce que ça va apporter à mon enfant, aux jeunes de la communauté ? Est-ce que votre travail aura un impact sur les décisions des dirigeants ? »). Des parents ont gardé une certaine réserve jusqu’à la fin, tandis que d’autres se sont dits agréablement surpris de leur plaisir ou de leur besoin de raconter un pan de leur vécu avec leur enfant.

8La collecte de données s’est étendue de septembre 2010 à mars 2011. Les entretiens avec les parents se sont tenus au domicile des familles et ont duré entre 1 h 30 et 2 h 30. La consigne formelle était de « raconter le parcours scolaire de votre fils (fille) de la maternelle jusqu’à maintenant », mais la conversation débutait généralement par le récit de l’expérience sociomigratoire. Les sous-thèmes suivants ont notamment été considérés : la vie avant l’immigration au Québec et les circonstances entourant la décision d’immigrer, l’arrivée et l’installation au Québec, l’expérience scolaire et socioprofessionnelle des parents avant et après l’immigration, la vie familiale au quotidien, les événements importants ayant marqué la vie familiale, les projets familiaux et les projets pour les enfants, les défis d’intégration, etc.

9Cinq familles ont accepté que les entretiens soient enregistrés. Pour les autres, il a fallu prendre des notes. Dans tous les cas, la discussion s’est poursuivie bien au-delà du cadre formel de l’entretien et, souvent, c’est hors enregistrement ou une fois les notes rangées que les questions plus personnelles ont été abordées.

Immigrer : des expériences de ruptures

10L’immigration est toujours une histoire de ruptures : toutes les familles le mentionnent. Elles se remémorent les lieux, les personnes, les odeurs qu’elles ont laissées derrière elles, et les souvenirs demeurent très vivaces, même lorsqu’elles ne sont plus retournées au pays depuis de longues années.

  • 1 Tous les noms de famille et prénoms dans ce chapitre sont des pseudonymes.

11Madame Édouard1, par exemple, 46 ans, n’est pas retournée en Haïti depuis son arrivée au Québec en 1982, mais elle décrit avec force détails la maison de son enfance, les mets préparés par sa grand-mère, les bruits familiers du marché, les paysages de la campagne avec ses rivières et ses champs de canne à sucre. Cette mère monoparentale de cinq enfants a d’ailleurs eu beaucoup de difficulté à s’adapter à la vie au Québec sans sa grand-mère qui lui avait tenu lieu de seul parent jusque-là. Les premières années avec son père sont marquées par la solitude, la colère, un certain sentiment d’abandon : « Tu te sens un peu déprimée. Tu te dis, je vais laisser les choses aller. J’ai laissé la vie aller… J’avais pas le goût à l’école et tout ça ».

12Des années plus tard, d’autres familles refont ces mêmes expériences de séparations. Aucune des familles rencontrées n’a en effet immigré ensemble, parents et enfants unis dans le voyage. C’est au contraire après plusieurs années et parfois plusieurs étapes que toute la famille s’est réunie. Madame Fleurvil, 34 ans, mariée et mère de trois enfants, raconte ainsi son arrivée en solitaire au Québec en 1999. Son époux avait immigré aux États-Unis un an auparavant, alors qu’elle attendait elle-même sa résidence au Canada.

Quand j’ai laissé Haïti, ma fille aînée avait cinq ans, et mon fils lui il avait trois ans. J’ai laissé les deux en Haïti, comme ça [silence] C’est la sœur de mon mari qui les gardait, qui s’occupait d’eux. J’avais de la misère parce que quand je suis arrivée ici, je pensais que… que je pouvais après quelques jours faire chercher mes enfants. C’était très dur. J’étais séparée de mes enfants, je n’étais pas très bien. Sauf que j’essayais de me contrôler, parce que quand on a laissé les enfants en Haïti et qu’on arrive ici, ce n’est pas l’enfant qui va faire de quoi pour lui-même, c’est nous autres qui devons le faire. Donc on doit s’arranger pour vivre le mieux possible pour l’enfant. Mais c’était très difficile…

13Il faudra six ans avant que toute la famille soit de nouveau réunie. Le père rejoindra d’abord la mère au Canada et, ensemble, ils feront venir leurs enfants. La mère souligne que ces derniers étaient « timides et gênés » vis-à-vis des parents à leur arrivée. Questionnée dans le cadre de la recherche, la fille aînée de 17 ans confirmera que « c’était un peu bizarre » au début parce qu’enfants et parents n’étaient plus très familiers. Heureusement, le temps d’adaptation réciproque ne s’est pas avéré trop long, même si un certain malaise semble persister entre le père et la fille.

14La famille Dabady est encore plongée dans ce processus de séparation-réunification familiale au moment de l’enquête. Les parents ont pu faire venir les deux aînés, mais pour des raisons qui ne seront pas révélées en entretien, le plus jeune fils de 14 ans est resté au pays. La mère évoque avec peine ce fils dont elle s’est séparée dix ans auparavant et qu’elle n’a pas vu grandir : « Je suis allée trois fois en Haïti. La première fois c’était pour les funérailles de ma grand-mère et je suis restée une semaine seulement. C’est pas comme si t’avais le temps pour les enfants. Les autres fois, c’était deux semaines. C’était mieux, on en a profité, mais c’est jamais assez. » Elle se démène pour réunir tous ses enfants à ses côtés, mais s’interroge quant à la viabilité de ce projet. Que vit ce fils qui a tour à tour été séparé de sa mère et de ses frères ? N’accumule-t-il pas une certaine rancœur de ne pas avoir immigré en même temps que ses aînés ? Et qu’en sera-t-il des retrouvailles à Montréal, avec une mère qu’il connaît à peine et un beau-père qui est un parfait étranger ?

15Les inquiétudes de la mère font écho au récit de vie de deux autres jeunes qui ont été séparés de leurs parents durant la petite enfance et qui ont retrouvé, adolescents, à leur arrivée au Québec, une famille reconstituée dans laquelle il leur était difficile de trouver leur place. Les deux jeunes quitteront le domicile familial à leur majorité. En situation de décrochage scolaire, ils souligneront l’impact majeur des pénibles relations familiales sur leur parcours socioscolaire.

16Plusieurs recherches ont mis en évidence les différents défis auxquels doivent faire face les familles dites transnationales, caractérisées par la dispersion dans plusieurs pays de leurs membres. Longtemps séparées, ces familles vivent notamment des situations de décomposition-recomposition familiales (Potvin et Leclercq, 2011 ; Suárez-Orozco, Bang et Kim, 2010). Après le départ de l’un ou des parents, la famille pensait pouvoir se réunir rapidement, mais les retrouvailles sont parfois reportées de plusieurs années en raison de complications liées aux charges financières et aux procédures administratives. Dans certains cas, malgré les efforts pour maintenir des relations à distance, le lien affectif s’amenuise et parents et enfants deviennent des étrangers les uns pour les autres. La revue de littérature de Suárez-Orozco et al. (2010) signale tour à tour l’ambivalence des membres de la famille au moment des retrouvailles, la déception parfois par rapport à certaines attentes et projections, les frustrations réciproques, les conflits. Les problèmes semblent d’autant plus s’envenimer en l’absence de la mère ou des deux parents, lorsque la séparation a été longue, lorsque les enfants atteignent l’adolescence et font preuve de plus d’indépendance et d’agressivité. Les parents ont parfois de la difficulté à faire valoir leur autorité et ils sont frustrés de ne pas sentir leurs sacrifices appréciés.

D’Haïti au Québec

17Pour certaines familles, la rupture se traduit plutôt dans la perte de statut social et professionnel. Celle-ci est vécue avec plus ou moins de frustration ou de détachement selon les individus (homme ou femme, caractère) et selon leurs nouvelles expériences en terre d’immigration (vie de couple, familiale ou professionnelle). Pour d’autres, le départ d’Haïti représente une rupture salutaire qui ouvre sur de nouvelles possibilités.

La perte de statut social et professionnel

18Les souvenirs d’Haïti de madame Durand, arrivée au Québec en 1991, à l’âge de 17 ans, sont liés au statut social privilégié qu’elle avait là-bas et qu’elle perd à son arrivée au Québec. Ses parents l’ont envoyée poursuivre ses études secondaires à Montréal, mais le décalage entre les deux modes de vie est très difficile à accepter : « J’étais chez mon oncle. Il était gentil, mais… c’était dur, je pleurais tout le temps. J’avais une très belle vie en Haïti. Ma mère me manquait, c’est une mère incomparable. J’étais “chouchoutée”. On avait un chauffeur pour nous emmener à l’école, il y avait des servantes qui faisaient tout. En venant ici, c’est moi qui faisais tout. »

19Après avoir terminé ses études secondaires, elle suit différentes formations professionnelles, mais sans vraiment occuper d’emplois dans les domaines en question. Au moment de l’enquête, elle travaille à temps partiel dans un organisme communautaire et consacre le reste de son temps à ses deux garçons âgés de 17 et 10 ans. Depuis plusieurs années maintenant, elle est séparée de leur père.

20Madame Durand revient fréquemment sur l’aisance de ses parents en Haïti. Elle se désole de ne pas pouvoir offrir davantage de confort, de loisirs et d’encadrement scolaire à ses enfants. Elle compte avant tout sur ses propres ressources financières pour résoudre ses problèmes et mobilise peut-être moins que d’autres les ressources du milieu, considérées comme un palliatif. Par exemple, elle estime qu’avec de meilleurs moyens financiers, elle pourrait payer un tuteur privé à son fils aîné, ce qui réglerait ses problèmes scolaires. Elle n’incite toutefois pas son fils à se rendre aux séances de récupération à l’école, ni à profiter de l’aide aux devoirs qu’offrent les organismes communautaires du quartier, car elle juge ces ressources insuffisantes et peu efficaces. Pourtant, elle semble placer de grands espoirs dans l’avenir professionnel de ses enfants pour regagner le statut social perdu. Comme l’aîné ne pourra vraisemblablement pas entreprendre les études de médecine qu’elle espérait lui voir accomplir, elle reporte un peu ses espoirs sur le fils cadet, inscrit à l’école privée dans la perspective d’augmenter ses chances de réussite scolaire et professionnelle. Elle souligne, dans un soupir : « Je voudrais qu’ils aient un grand avenir, un métier qui rapporte de l’argent. Mais bon, l’essentiel, c’est qu’ils soient bien, en santé et heureux. »

21La famille Pamphile a également connu un déclassement social important en immigrant au Québec en 2004, mais c’est avec humour que la mère de 43 ans raconte « l’épopée » familiale d’Haïti au Québec, avec son époux et leurs trois fils. En Haïti, le père était photographe et propriétaire d’un studio de photo et d’une maison d’impression. La mère, pharmacienne, gérait sa propre officine. Depuis leur arrivée au Québec, la mère est préposée aux bénéficiaires et le père, qui a suivi une formation technique au cégep pour se requalifier, est en recherche d’emploi dans son nouveau domaine d’études tout en travaillant dans une manufacture. La mère explique les raisons de l’immigration :

Nous étions à l’aise chez nous. Mais on a commencé à avoir des problèmes. La pharmacie a été cambriolée plusieurs fois et nous recevions des menaces parce que les gens pensaient qu’on avait de l’argent […] Leur père avait peur de sortir en voiture pour qu’on ne brûle pas la voiture. On kidnappait beaucoup d’enfants à l’époque aussi et j’avais peur pour mes enfants. Il y avait une jeune fille tout près de chez nous qui a été kidnappée et tuée. Ses parents étaient des gens comme nous, des personnes qui faisaient des efforts pour avoir une situation. Donc on n’avait pas trop le choix, il fallait qu’on les fasse partir.

22Le fait que le Québec soit francophone et relativement proche d’Haïti d’un point de vue géographique est déterminant dans le choix de la famille. Les parents décident d’un commun accord que la mère, accompagnée du plus jeune fils, alors âgé de quatre ans, partira la première pour préparer l’installation de la famille à Montréal. Trois ans plus tard, les deux aînés et leur père les rejoindront. Le fils aîné de 17 ans affirmera en entretien que l’un des facteurs ayant facilité son intégration a été de « trouver une maison prête à [l]’accueillir ». Il donne ainsi raison à ses parents qui pensaient qu’une arrivée au Québec dans des conditions incertaines (sans un logement décent et sans garantie d’emploi pour au moins l’un des parents) causerait un trop grand « dépaysement » pour les enfants, par rapport au confort connu au pays d’origine. Une recherche précédente (Lafortune, 2006) révélait également que l’arrivée antérieure d’un parent, qui précède le reste de la famille pour entreprendre les préparatifs de l’installation, facilite l’adaptation des jeunes. A contrario, un départ précipité et imprévu impliquant en outre un changement important de statut social est source de colère et d’amertume.

23Revenant sur cette perte de statut socioprofessionnel, madame Pamphile raconte d’un ton à la fois amusé et sérieux :

Quand je suis arrivée ici et que j’ai donné tous mes diplômes, ils les ont tous mis ensemble et ils m’ont dit que je pouvais entrer en première année de cégep ou universitaire [rires]. Hein ? Avec tous les efforts que j’avais faits ? Ils ont évalué tout ça juste dans un petit papier bleu [rires]. Toi tu es venu adulte, tu dois fournir plus d’efforts pour réaliser ta vie. Si tu peux être porteur, travailler dans une manufacture, tu le fais et tu donnes à l’enfant ce dont il a besoin pour réaliser sa vie. Lui, il a grandi ici, il connaît le pays, il a sa chance.

24Après six ans au Québec, elle est fière de tout ce que sa famille a accompli « même si tout n’est pas parfait ». Sa formation de préposée terminée, elle s’est inscrite au programme d’infirmière auxiliaire et envisage de « faire son chemin peu à peu dans le système de soins ». Le père n’a pas encore trouvé un poste en relation avec la formation entreprise au Québec, mais ils sont confiants. Ils sont particulièrement fiers de la réussite scolaire de leurs trois fils et de leur bon comportement dans un contexte perçu comme menaçant pour les jeunes garçons noirs. Le séisme survenu en 2010 en Haïti les conforte aussi dans la décision qu’ils ont prise d’immigrer, six ans auparavant, la famille ayant perdu plusieurs proches dans la catastrophe.

25L’expérience de déqualification professionnelle suscite toutefois beaucoup plus d’amertume chez certains autres parents. Monsieur Joseph, anciennement ingénieur en Haïti, n’a pas pu faire valider son diplôme au Québec. Il décide donc de tenter sa chance aux États-Unis avec sa famille, avant de revenir au Québec quatre ans plus tard. Malgré les formations professionnelles entreprises à Montréal dans une perspective de requalification, il ne semble pas avoir d’emploi stable et travaille dans des domaines divers plus ou moins éloignés de sa formation initiale. Désabusé, il soutient : « J’ai passé mon temps à étudier le génie mécanique en Haïti et tout cela n’a servi à rien. Ça m’a rendu amer envers l’école ». À l’instar de madame Pamphile, il espère toutefois que sa fille, née et socialisée au Québec, échappera à ces écueils et connaîtra un meilleur avenir.

De nouveaux départs et de nouvelles opportunités

26Pour d’autres familles, l’immigration est l’occasion de repartir sur de nouvelles bases et de tenter de nouvelles expériences. Elle leur permet de rompre avec un passé difficile, de voler de leurs propres ailes loin d’un certain carcan familial ou communautaire, ou encore de réaliser un rêve longtemps chéri de voyage, de formation ou de carrière. Dans tous les cas, il s’agit de saisir de nouvelles opportunités d’explorations, de rencontres et de croissance.

27L’immigration a ainsi permis à madame Élie de laisser derrière elle un échec sentimental et de repousser certaines limites qui lui semblaient infranchissables en Haïti. Élève brillante, elle tombe enceinte à 15 ans et se voit obligée de suspendre sa scolarité. À l’époque, les « filles-mères » ne sont pas admises dans les établissements scolaires, une fois connue leur situation. Parrainée par ses parents, elle arrive au Québec en 1986, à l’âge de 19 ans. Trois mois plus tard, elle s’inscrit à l’école pour adultes et obtient son diplôme secondaire en trois sessions. Elle enchaîne alors rapidement des études collégiales en administration qu’elle réussit avec brio. Ses professeurs l’encouragent à poursuivre à l’université, mais il lui semble prioritaire de trouver un emploi afin de subvenir aux besoins de ses enfants. Vingt ans plus tard, elle retournera à l’université pour une réorientation de carrière en éducation, « vu que c’est possible » et que ses quatre enfants ont grandi. Âgée de 43 ans, elle envisage de poursuivre l’université pour assouvir sa curiosité intellectuelle. Elle explique : « Je ferai peut-être une maîtrise, qui sait ? J’ai vu à la télé dernièrement qu’un “petit vieux” de 80 ans a obtenu son doctorat aux États-Unis, alors pourquoi pas ? » Son courage et sa détermination sont autant d’exemples pour ses deux plus jeunes fils, âgés de 15 et 17 ans.

28Les parents Jean-Baptiste aussi ont apprécié les opportunités de formation offertes au Québec. N’ayant pas de formation très poussée au pays d’origine, ils se montrent enjoués à l’idée de reprendre leurs études secondaires à leur arrivée en 1981. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils avaient, dans un premier temps, quitté leur région du sud d’Haïti pour Port-au-Prince. La mère raconte : « On a toujours voulu étudier. Quand je suis arrivée ici, j’ai appelé à l’école X [pour adultes] et ils m’ont dit de venir. Ça me faisait rire parce que je pensais qu’on était trop vieux ! » Le père ne s’explique pas le manque d’intérêt de certains jeunes envers l’école, lui qui aurait « tout donné pour avoir autant de facilités ». À leurs yeux, l’accès à une éducation de qualité est certainement l’un des plus grands bénéfices de l’immigration.

Haïti, Québec, États-Unis : des trajectoires indéterminées et fluctuantes

29La trajectoire sociomigratoire des familles est loin d’être linéaire. Souvent, l’installation au Québec est d’abord précédée d’un séjour aux États-Unis et les familles continuent de naviguer entre le Québec, Haïti et les États-Unis. Pour Vatz Laaroussi et Bolzman (2010), cette mobilité transnationale traduit des nouvelles stratégies d’adaptation des individus et des familles, qui se déplacent pour des besoins divers (rapprochement de la famille, de la communauté d’origine, perception d’opportunités socioprofessionnelles, etc.). Les liens et réseaux transnationaux créés sont décrits comme des espaces de solidarité, des vecteurs d’appartenance, de sécurité, d’identité collective et de résilience.

30Par contre, ces réseaux s’accompagnent aussi d’obligations et sont parfois une contrainte. On s’aperçoit notamment que la mobilité des familles représente un facteur d’instabilité pour les enfants d’âge scolaire, car elle ne tient pas toujours compte du calendrier scolaire ni des défis d’adaptation que suppose le passage d’un système scolaire à un autre.

31Dans le cas de la famille Joseph évoquée précédemment, par exemple, la trajectoire migratoire commence avec le départ des parents d’Haïti pour le Québec en 1993, se poursuit avec son installation aux États-Unis dix ans plus tard, puis son retour au Québec en 2007. Lors du premier déplacement, leur fillette de six ans doit intégrer une nouvelle école et apprendre l’anglais, ce qui entraîne un redoublement. Le scénario se reproduit lors du retour au Québec. Âgée de 10 ans, la jeune fille doit alors se familiariser de nouveau avec le français. La famille évite la classe d’accueil qu’impose d’office la commission scolaire par un placement en école privée, mais l’enfant devra faire preuve d’une certaine capacité de travail et d’adaptation pour obtenir des résultats satisfaisants et poursuivre sa scolarité au secteur régulier. Elle est néanmoins reconnaissante à ses parents qui, malgré leurs maigres ressources, ont consenti à « d’énormes sacrifices » pour payer les frais de scolarité au privé et éviter qu’elle ne « perde son temps en classe d’accueil ».

32L’adaptation est cependant moins aisée pour d’autres enfants. Faisant la rétrospective de sa trajectoire sociomigratoire, madame Loiseau s’interroge quant à l’impact de ses va-et-vient entre Montréal et Port-au-Prince pendant les premières années de scolarité de son fils. La mère de famille a grandi au Québec, mais c’est en Haïti qu’elle retourne se marier et s’installer, avant de réaliser que la vie là-bas ne correspond plus à ses valeurs.

C’est en allant en vacances en Haïti que j’ai rencontré mon mari. C’était un ami de mon cousin. Puis après on a décidé de se marier. Je me suis mariée en Haïti puis, malheureusement, vu que j’ai un petit peu plus la culture québécoise que la culture haïtienne, en Haïti, je trouvais que c’était un peu trop difficile pour moi. La façon dont les gens vivaient, j’avais complètement oublié ça. Et quand je suis tombée enceinte de mon fils, je suis retournée à Montréal. De là, je faisais des va-et-vient Haïti-Montréal.

33Finalement, elle rentre définitivement à Montréal où elle exerce sa profession d’infirmière auxiliaire, tandis que le père, haut gradé de l’armée en Haïti à l’époque, reste au pays. Pour leur fils, qui avait passé des années en Haïti, le retour est difficile : « Il s’était habitué à la vie là-bas et il adorait son grand-père. Il avait des amis, les voisins, il jouait tout le temps dehors… Ici, ce n’était pas pareil. Quand tu te réveilles, tu es toujours (coincé entre) quatre murs. » L’enfant aura plusieurs problèmes d’adaptation à l’entrée en maternelle à Montréal, et ceux-ci auront des répercussions sur le reste de sa scolarité primaire.

34Il n’en demeure pas moins que ces enfants réalisent aussi d’harmonieux métissages en s’inscrivant dans ces lieux d’appartenance divers. La fille de monsieur et madame Joseph se considère ainsi comme membre d’une diaspora haïtienne en Amérique du Nord, avec des racines profondes en Haïti. Elle se dit de culture haïtienne, québécoise et américaine, et parle couramment créole, français et anglais à la maison. Comme elle, d’autres jeunes se réjouissent des liens établis avec la famille en Haïti et aux États-Unis et ils élaborent des projets de vie en mobilisant la famille (conseils, accueil durant les séjours, etc.) ou en s’inspirant des modèles qu’elle propose.

Les projets, les défis et les stratégies éducatives des familles

35La vie des familles au Québec tourne principalement autour des enfants. Assurer la sécurité, le bien-être et l’avenir de ces derniers est au cœur du projet migratoire et les familles évaluent la réussite du projet à la lumière de ces enjeux. Ainsi, leur plus grande fierté réside dans la réussite scolaire et socioprofessionnelle de leurs enfants, et leur plus grande peur dans le décrochage scolaire et la délinquance. Madame Élie le souligne en ces termes :

Moi le projet que j’avais pour mes enfants c’est qu’ils grandissent en santé, en sécurité et qu’ils ne deviennent pas des délinquants. Ça c’était important parce que dans les années 1980-1990, on parlait des gangs de rues. Oh mon Dieu ! Ça, c’est quelque chose. Moi je priais tout le temps, je demandais « mon Dieu, préserve mes enfants s’il vous plaît ». J’ai fait ce que j’ai à faire, je ne laisse pas aller…

36Madame Pamphile est également tenaillée par la crainte de « perdre » ses trois garçons. Comme d’autres parents d’élèves en réussite, notamment, elle impose des règles éducatives très strictes, surveille de près les sorties et les fréquentations, effectue un suivi scolaire quotidien. Elle leur répète qu’il est primordial de viser l’excellence en donnant « 50 % de plus qu’on demande » et en affichant un comportement exemplaire. À la question de savoir si cette pression en faveur de l’excellence n’est pas trop forte et ne risque pas de produire les effets inverses à ceux escomptés, elle répond « on n’a pas le choix ». Les enfants comprennent le bien-fondé de ces exigences en analysant l’expérience socioprofessionnelle de leurs parents, des membres de la famille élargie ou de la communauté.

C’est pas sûr qu’on soit traité à la même échelle, donc on est obligé de fournir un effort surhumain pour réussir. Je le dis à mes enfants. Déjà, nous sommes des étrangers et pas toujours bien vus, donc t’as pas le choix […] Parce que quand ils échouent, on se demande pourquoi on est venu ici, qu’est-ce qu’on est venu faire ? Après la misère passée ici dans le froid, dans la neige… Tu te demandes ce que tu as fait de ta vie. Mais quand ils réussissent, même si toi tu n’es pas au top, même si tu n’as pas la maison et la voiture de tes rêves, même si tu es dans un centre d’hébergement et qu’ils ne viennent pas te voir… Tu sais qu’ils sont là, qu’ils travaillent et vivent bien. Ça fait qu’intérieurement, tu es prête à partir, à rejoindre Dieu…

37La grande majorité des parents rencontrés sont sensibles « à ce que Steele (1997) qualifie de “a threat in the air”, en référence à tous les défis de mobilité sociale relatifs à la situation de groupes sociaux minoritaires » (Kanouté et Lafortune, 2011). Ils sont particulièrement anxieux au sujet des garçons, à leurs yeux menacés par une épée de Damoclès qui se rapproche de plus en plus à l’adolescence (image des jeunes noirs, influence des fréquentations, etc.). Afin d’alléger le poids de cette menace, certains font le choix de s’éloigner des quartiers réputés à risque et d’aménager leurs horaires de travail pour être présents à la sortie des classes, quitte à renoncer à leur propre avancement professionnel. La fréquentation assidue d’une église s’ajoute parfois à ces mesures, les parents incitant les jeunes à investir l’espace de l’église comme lieu de loisirs et de socialisation afin de garder un certain contrôle sur leurs fréquentations. Madame Fleurvil souligne :

Depuis qu’ils sont venus, j’ai changé mon horaire de travail pour pouvoir travailler le jour […] Et quand ils sont arrivés, j’ai trouvé une église […] L’église me permet de mieux encadrer mes enfants. J’aurais pu ne pas accorder autant de liberté à Gaëlle [fille aînée], mais à cause de l’église, j’ai confiance. Elle va à l’église et elle participe à beaucoup d’activités avec les gens de l’église. Je ne pense pas qu’elle va se laisser trop influencer par ce qui se passe dehors.

38Pour la famille Joseph, la crainte des dangers du « dehors » se transforme en angoisse vis-à-vis du milieu de résidence, et la tentation du repli est présente. Les parents disent en effet vivre un peu en vase clos, en s’appuyant sur leurs valeurs chrétiennes. Le père explique :

On ne fréquente pas vraiment le milieu. Nous, on entend des rumeurs, on surveille, mais on ne connaît pas le milieu. On dit que les mauvais compagnons corrompent les bonnes mœurs. Personnellement, c’est nous, les amis de nos enfants. On ne leur interdit pas d’avoir des amis, mais ce sont des amis qu’on connaît à l’église, ceux qui viennent à la maison. On lui dit de faire attention à l’école à qui elle fréquente. À l’église, ça ne veut pas dire qu’ils sont bons pour autant, il y en a qui ne t’aident pas à avancer. Elle parle à tout le monde, mais elle n’a pas d’amis qu’elle ramène ici ou chez qui elle va.

39Pour leur fille de 14 ans, par contre, le milieu familial semble contraignant et handicapant à certains égards et elle souhaiterait vivre sa vie d’adolescente en dehors des sphères scolaire et familiale. Bien qu’elle soit bonne élève, certains signaux semblent indiquer qu’elle pourrait se désengager de l’école si les parents n’allègent pas un peu leurs exigences de conformité familiale, scolaire et religieuse.

40D’autres parents éprouvent plus de difficulté à assurer un suivi parental adéquat. Des mères, seules responsables du foyer, notamment, s’essoufflent entre les charges familiales, les horaires de travail difficiles ou les épreuves personnelles, et elles ont peu de temps à consacrer aux enfants. Madame Édouard explique en ce sens :

Je trouve ça difficile de les élever toute seule les cinq, là. Il y a des fois tu te lèves, même le ménage t’as pas envie de le faire, t’es fatiguée. Je me lève le matin, je prie pour avoir le courage, pis le moral… C’est sûr que la vie, c’est des hauts et des bas. Des fois, ils me font parler. Tu voudrais avoir quelqu’un pour t’aider avec eux autres… Les devoirs, tu voudrais les aider, tu ne peux pas. Tu regardes l’enfant, tu voudrais avoir une vie meilleure pour eux autres, mais bon…

41La monoparentalité n’est pas en soi un problème ou un signe de dysfonctionnement familial, mais le cumul de vulnérabilités économiques, sociales (isolement) et culturelles influence la vie familiale et la trajectoire socioscolaire des enfants. Mère monoparentale, madame Loiseau s’insurge contre les discours qui disqualifient les mères dans sa situation ou qui associent systématiquement les problèmes d’échec scolaire et de délinquance au fait de vivre dans un quartier défavorisé. Néanmoins, elle reconnaît que bon nombre de mères sont dépassées, et qu’elle-même peut mobiliser son capital culturel et compter sur le soutien de la famille élargie à Montréal et à New York.

42De manière générale, il n’est pas facile pour les parents de s’en tenir fermement à leurs stratégies éducatives. La pression à la conformité exercée par les pairs, qui vivent selon d’autres valeurs et principes, se ressent quotidiennement dans le foyer comme dans les relations parents-enfants. Madame Élie explique :

C’est sûr que les jeunes parlent entre eux. L’autre va lui dire « mais pourquoi elle veut pas, t’as des droits ». C’est sûr que ça a une influence. Mon plus jeune il me dit « ha, mais j’ai 15 ans ». Je lui dis « 15 ans, c’est quoi ? C’est juste un chiffre. » Il demande « pourquoi tu es comme ça ? J’ai des amis qui sont plus jeunes que moi qui rentrent à minuit. » Je lui dis « ce n’est pas mon problème, c’est le problème de leurs parents » […] Mais dire non tout le temps comme ça, je trouve ça difficile. Parce que, c’est comme… au fond, ils me prennent pour une matrone, une arriérée, « elle dit toujours non, elle ne veut jamais accepter quoi que ce soit ». Maintenant je leur donne un peu plus de liberté, parce qu’avant, moi, les sorties, c’était juste la bibliothèque.

43Mais finalement, la plupart des parents préfèrent que les enfants soient « un peu frustrés maintenant », plutôt qu’ils aient des regrets plus tard et leur reprochent « d’avoir laissé aller ». De leur point de vue, le laisser-aller se produit notamment parce que certains parents haïtiens ont peur que la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) condamne leurs pratiques éducatives et leur retire les enfants. Madame Fleurvil conclut à ce sujet que le tout est de parvenir à « trouver un juste milieu ». Elle fait en sorte de rester proche de ses enfants, tout en leur imposant des règles non négociables.

  • 2 Neuf enseignants/intervenants scolaires et cinq intervenants communautaires d’organismes d’aide au (...)

44Des enseignants et intervenants interviewés2 durant l’enquête soulignent que les parents d’origine haïtienne et d’origine immigrée en général peinent parfois à trouver ce juste milieu, entre le contrôle parental excessif par peur des dangers auxquels l’environnement expose leurs enfants et le manque de contrôle induit par les conditions de vie précaires. Mais par ailleurs, ce juste milieu est défini en fonction d’une norme sociale donnée qui ne fait pas consensus auprès des parents et des jeunes eux-mêmes. Les jeunes et certains parents évaluent leur situation familiale de façon critique en soulignant à la fois les pratiques éducatives à leurs yeux favorables ou défavorables, que celles-ci soient attribuées aux valeurs dominantes du pays d’origine ou du milieu de résidence (Lafortune, 2006).

45Ainsi, ils affirment apprécier la plus grande autonomie des enfants au Québec, la liberté d’expression et de choix, mais ces principes ne doivent pas empiéter sur d’autres valeurs fondamentales pour ces familles, comme les liens familiaux de proximité, l’entraide au sein de la fratrie, le respect. Le respect, en particulier, revient comme un leitmotiv dans la bouche des parents, pour lesquels il se traduit dans la manière de s’adresser à autrui, dans la considération manifestée par les plus jeunes aux aînés et aux adultes en général, et aussi dans une certaine réserve dans la sphère privée et intime. Madame Élie explique :

Le respect, ça, c’est important. Je leur dis « quand vous me parlez, le ton… » C’est le ton qui fait la chanson. Moi là, j’ai 43 ans et je ne peux pas regarder ma mère dans les yeux quand je lui parle ni hausser le ton. Donc c’est pareil, je leur dis « le respect, j’y tiens ». À l’école, ils doivent respecter les enseignants […] Puis, comme pour ce qui est des relations sexuelles, il y a des choses que des parents acceptent et ils trouvent que ce n’est rien… Moi, je trouve que ce n’est pas dans notre mentalité et j’ai beaucoup de difficulté avec ça. Moi, je suis à l’aise avec ma fille, quand elle était ici, à 16-17 ans là, je lui ai dit « tu peux avoir un chum, mais je n’accepterai jamais qu’il vienne coucher à la maison ». Je ne peux pas dire que si je ne suis pas là je ne veux pas qu’il vienne. J’étais jeune, moi aussi là [rires] ! Je lui ai dit « arrange-toi pour que quand j’arrive il parte, parce que je ne voudrais pas le croiser ». Tu comprends ? Moi je lui montre que je suis à l’aise, mais en même temps…

46Dans la famille Pamphile, il est tout aussi important de transmettre le sens de l’effort et du travail, le goût pour les études et la culture en général. Il ne faut pas non plus oublier « qui on est et d’où on vient », comme famille et comme peuple.

47Les familles de première et de deuxième générations se rejoignent dans l’idée qu’être Noir est ce qui définit de prime abord l’identité des leurs dans la société québécoise. Invitées à se prononcer sur l’avenir de la communauté haïtienne au Québec, elles soulignent que le défi majeur est de parvenir à trouver sa place dans une société où l’on est perçu comme « différent », « étranger même quand tu es né ici » par rapport à des « ayants droit » naturels. À leurs yeux, la réussite scolaire est le moyen par excellence d’atteindre cet objectif. Elle permet de gravir l’échelle sociale et d’imposer le respect.

***

48Les trajectoires sociomigratoires des familles d’origine haïtienne à Montréal sont plurielles et diversifiées. Plurielles parce qu’elles sont susceptibles d’être analysées sous différents angles (l’expérience sociale, professionnelle, culturelle et migratoire à proprement dit) et diversifiées parce que chaque trajectoire est marquée par le vécu singulier de la famille avant et après l’immigration, suivant les ressources personnelles, sociales et culturelles dont elle dispose et qu’elle peut mobiliser.

49Dans ce chapitre, l’accent a été mis sur l’expérience sociale, en décrivant les ruptures vécues par les familles immigrantes. Sous l’angle de l’expérience professionnelle, on a souligné à la fois la déqualification professionnelle vécue par certaines familles et les opportunités de formation et de carrière saisies par d’autres. Enfin, d’un point de vue culturel, on a mis en relief les efforts des familles pour composer avec les valeurs du milieu de résidence et celles du pays d’origine, malgré parfois certaines craintes et la peur de tout perdre en essayant de gagner sur les deux fronts.

50Concernant la trajectoire migratoire à proprement dit, on constate qu’elle demeure ouverte. Les familles sont toujours prêtes à se remettre en mouvement, à revenir sur leurs pas ou à explorer d’autres chemins en fonction des obstacles rencontrés, des opportunités perçues et des liens tissés.

51Finalement, l’analyse des trajectoires familiales met en lumière tout un univers de rapports qui leur donne un sens, à la fois en ce qui concerne la direction et la signification.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bellot, Céline, « La trajectoire : un outil dans la compréhension de l’itinérance », dans D. Laberge (dir.), L’errance urbaine, Éditions MultiMondes, Québec, 2000, p. 101-119.

Bertaux, Daniel, « The usefulness of life stories for a realist and meaningful sociology », dans Robin Humphrey, Robert Miller et Eleana Zdravomyslova (dir.), Biographical research in Eastern Europe. Altered lives and broken biographies, Ashgate, Angleterre, 2003, p. 39-53.

Kanoute, Fasal et Gina Lafortune, « La réussite scolaire des élèves d’origine immigrée : réflexions sur quelques enjeux à Montréal », Éducation et francophonie, vol. 39, no 1, 2011, p. 80-92.

Lafortune, Gina, Rapport à l’école et aux savoirs scolaires de jeunes d’origine haïtienne en contexte scolaire défavorisé à Montréal, Thèse de doctorat en sciences de l’éducation, Université de Montréal, 2012.

Lafortune, Gina, Vécu scolaire et stratégies identitaires d’adolescents montréalais d’origine haïtienne de première et de deuxième générations, Mémoire de maîtrise en sciences de l’éducation, Université de Montréal, 2006.

Mcall, Christopher, « Trajectoires de vie, rapports sociaux et production de la pauvreté », dans Viviane Chatel et Shirley Roy (dir.), Penser la vulnérabilité : visages de la fragilisation du social, Presses de l’Université du Québec, 2008, p. 13-34.

Potvin, Maryse et Jean-Baptiste Leclercq, « Histoires migratoires et scolaires de jeunes à l’éducation des adultes », dans Fasal Kanouté et Gina Lafortune (dir.), Familles québécoises d’origine immigrante, les dynamiques de l’établissement, Presses de l’Université de Montréal, 2011, p. 129-144.

Statistique Canada, La communauté haïtienne au Canada, 2007. En ligne. http://www.statcan.gc.ca

Steel, Claude Mason, « A Threat in the Air. How Stereotypes Shape Intellectual Identity and Performance », American Psychologist, vol. 52, no 6, 1997, p. 613-629.

Suárez-Orozco, Carola, Hee Jin Bang et Ha Yeon, Kim, « Transnational familyhood : the experience of separations and reunification for youth immigrant », dans Journal of Adolescent Research, vol. 20, no 10, 2010, p. 1-37.

Vatz Laaroussi, Michèle et Claudio Bolzman, « Familles immigrantes et réseaux transnationaux : des articulations théoriques aux stratégies politiques », Lien social et Politiques, no 64, p. 7-25.

Notes

1 Tous les noms de famille et prénoms dans ce chapitre sont des pseudonymes.

2 Neuf enseignants/intervenants scolaires et cinq intervenants communautaires d’organismes d’aide aux devoirs ou de maison de jeunes ont été référés par les jeunes à titre de personnes significatives. Dans le cadre d’entretiens individuels enregistrés, d’une durée de 30 à 60 minutes, ces acteurs étaient invités à se prononcer sur la trajectoire socioscolaire du jeune depuis qu’ils le connaissent et plus largement sur les défis éducatifs auxquels font face les familles d’origine haïtienne.

Auteur

Chercheure postdoctorale (Fonds québécois de recherches sur la société et la culture-actions concertées persévérance-réussite scolaire-2012-2014) à l’Université du Québec à Montréal, à la Faculté des sciences de l’éducation. Elle s’intéresse à la problématique de l’intégration socioscolaire en milieux pluriethniques défavorisés, au rapport au savoir et à l’école des élèves, à leur construction identitaire et à l’éducation interculturelle. Elle est également rattachée au Groupe de recherche immigration, équité et scolarisation (GRIES) du Centre d’études ethniques des universités montréalaises (CEETUM).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre