Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tiers-Monde postcolonial

 | 
Maurice Demers
, 
Patrick Dramé

Quatrième partie. Redéfinition à partir des marges

Chapitre 11. Les voies de la résistance autochtone à la colonisation

Brieg Capitaine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Pour les Autochtones, le Canada c’est le Tiers-Monde ! » Il peut paraître saugrenu, comme le faisait ce négociateur innu en 2007, d’assimiler le Canada, membre du G8, au Tiers-Monde : un mot qui, dans l’imaginaire collectif, renvoie aux pays « sous-développés » ou « du Sud »1. Cette identification des peuples autochtones au Tiers-Monde révèle d’une part la pluralité de la catégorie de colonisé qui ne recouvre plus strictement les habitants du monde non occidental et d’autre part leur capacité à dépasser une stricte définition ethnique de leur identité collective pour la définir en termes de rapports de pouvoir. Cette identification au Tiers-Monde n’est pas nouvelle. Dès les années 1960, à la croisée des luttes de décolonisation et pour les droits civiques, les Autochtones demandent à être reconnus comme peuple et réclament des droits territoriaux.

Mais plus de quarante ans après l’irruption des peuples autochtones2 sur les scènes politiques locale, provinciale, nationale et interna...

Auteur

Professeur
École d’études sociologiques et anthropologiques
Université d’Ottawa

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter