Version classiqueVersion mobile

Le Tiers-Monde postcolonial

 | 
Maurice Demers
, 
Patrick Dramé

Première partie. Sens et contresens de la décolonisation

Chapitre 2. La difficile construction d’une politique latino-américaine extérieure commune (1825-1910)

José del Pozo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Amérique latine fut la première région du monde à effectuer le passage de la condition coloniale à celle des pays souverains, après avoir connu une longue période de domination par des puissances européennes. Ce processus, qui débute avec le cas exceptionnel1 d’Haïti en 1791, qui se poursuit plus tard avec l’indépendance de l’Amérique espagnole entre 1810 et 1824, et celle du Brésil en 1822, présente de grandes différences avec la décolonisation des pays africains et asiatiques dans la deuxième moitié du XXe siècle. La principale différence réside dans le fait que la nouvelle classe dominante des pays latino-américains était de souche européenne, composée des descendants des anciens colonisateurs (sauf évidemment dans le cas haïtien), et que les nouveaux pays s’identifiaient à la culture occidentale. Cette situation fit en sorte que la décolonisation latino-américaine a été moins marquée par la confrontation avec les puissances mondiales occidentales que celle survenue au lendemai...

Auteur

Professeur
Département d’histoire – Université du Québec à Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search