Version classiqueVersion mobile

Les excuses dans la diplomatie américaine

 | 
Jérémie Cornut

Annexe

Chronologie des excuses dans la diplomatie américaine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis que les États-Unis ont des relations diplomatiques, les excuses qu’ils demandent ou que d’autres pays leur demandent sont très nombreuses. La présente chronologie répertorie 46 incidents. Ils sont parfois anecdotiques ; dans d’autres cas, ils provoquent une grave crise internationale. La liste que nous présentons ne prétend pas à l’exhaustivité : il ne s’agit pas de recenser tous les cas d’excuses, mais plutôt d’en énumérer suffisamment pour que des généralisations soient possibles.

En 1824, le commodore de la marine américaine David Porter, chargé de la lutte contre les pirates dans les Caraïbes, fait débarquer 200 marins à Fajardo, sur l’île de Porto Rico, alors une colonie espagnole. Menaçant de détruire la ville, il obtient des excuses des autorités locales pour l’emprisonnement d’un de ses officiers (C. Lewis, 1971 ; Long, 1973 ; Grimmett, 2009).

En 1837, le Caroline, qui fournissait des hommes et du matériel aux insurgés qui voulaient mettre fin à la domination britanniqu...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search