Version classiqueVersion mobile

Relation des avantures de Mathieu Sagean, Canadien

 | 
Mathieu Sagean

Appendices

IV. Lettre de Pontchartrain au marquis d’Amblimont (28 avril 1700)1

Texte intégral

  • 1 BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 109. Sur le marquis d’Amblimont, voir supra, p. 159, n. 13.
  • 2 Leçon de P. Margry : « en France. Informé de [...] » (Découvertes et établissements des Français, (...)
  • 3 Nous adoptons la leçon de P. Margry (voir Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 17 (...)
  • 4 Joseph de Gallifet (circa 1654-1706), un militaire de carrière, fut nommé capitaine de l’île Saint (...)
  • 5 Le marquis d’Amblimont mourut le 17 août 1700. Il ne semble pas avoir répondu à la missive ministé (...)

1Un Canadien nommé Sagean qui est à present à Brest ayant rendu compte à M. Desclouzeaux d’une Decouverte considerable qu’il a faite par le Mississipi dans la Louisiane où il estoit allé avec le feu S[ieu]r De la salle, Il s’est trouvé dans cette ville un Capitaine de navire marchand nommé Bellissue qui luy a rapporté qu’estant il y a environ deux ans et demy avec le bastiment le S[ain]t Joseph au Bourg S[ain]t Pierre de la Martinique il avoit vu un autre Canadien qui luy avoit demandé passage pour revenir en France Informe2 de cette même découverte ou il luy a fait l’histoire pareille a peu de chose près à la relation du premier mais qu’il estoit parti sans luy n’en ayant point ouy parle[r]3 depuis qu’il estoit allé au fort Royal pour se presenter à vous et vous demander quelque secours et des lettres de recommandation pour France — On peut juger par ce qu’a rapporté Sagean que ce Canadien dont le Capitaine a oublié le nom s’appelle Micana — C’est à dire Du Chemin Barrois ou La France qui estoient restez prisonniers dans une forteresse de la Nouvelle York, lorsque Sagean s’en sauva Comme ce qu’il rapporte est extraordinaire et cependant a de la suite et est meslé de faits dont nous connoissons la verité — Je suis surpris que vous ne m’ayez point envoyé celuy qui a esté à la Martinique ou du moins rendu un compte exact de tout ce que vous en avez appris, ne manquez point de le faire incessamment, et si ce particulier est encore dans cette Isle ou dans quelques unes de celles du Vent, de L’Envoyer à Saint Domingue en l’adressant a Mr Ducasse ou à Mr De Galiffet4 afin qu’ils ayent soin de le faire subsister jusqu’à ce qu’ils recoivent des ordres du Roy sur son sujet5.

Notes

1 BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 109. Sur le marquis d’Amblimont, voir supra, p. 159, n. 13.

2 Leçon de P. Margry : « en France. Informé de [...] » (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 170). Même lu de cette façon, le texte demeure difficilement intelligible.

3 Nous adoptons la leçon de P. Margry (voir Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 170).

4 Joseph de Gallifet (circa 1654-1706), un militaire de carrière, fut nommé capitaine de l’île Sainte-Croix en 1683, puis lieutenant du roi, le 1er janvier 1695, avant d’occuper le poste de sous-gouverneur (le 15 février 1695) et de gouverneur de la Martinique, le 21 mars 1703 (M. Prévost, Roman d’Amat, H. Tribout de Morembert, Dictionnaire de biographie française, Paris, Librairie Letouzey et Ané, 1932-1989, t. V, p. 231-232).

5 Le marquis d’Amblimont mourut le 17 août 1700. Il ne semble pas avoir répondu à la missive ministérielle. Sur la déposition du capitaine « Bellissue » ou « Belle-issuë », voir supra, « Addition considerable », p. 157-160.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search