Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Relation des avantures de Mathieu Sagean, Canadien

 | 
Mathieu Sagean

Appendices

III. Robert et Richard Glover

Full text

  • 1 Malgré leur patronyme, Richard et Robert Glover ne semblent pas avoir eu de liens de parenté.

1En 1693, le Resolution, un navire armé de dix-huit canons et de soixante hommes d’équipage, commandé par Robert Glover, un Irlandais, quittait les côtes de la Nouvelle-Angleterre pour l’Afrique. Mais en février 1695, l’équipage, qui ne s’entendait plus avec le commandant, le remplaça par Richard (ou Dick) Chivers et se défit de Glover en lui remettant un navire pris aux Maures et en l’abandonnant avec une partie des hommes qui lui étaient restés fidèles. En décembre, Glover arriva à Sainte-Marie, une île située au nord-est de Madagascar, et demeura sans doute sur l’île jusqu’à l’arrivée du Resolution, en juin 1697. Au cours de leur séjour à Sainte-Marie, les hommes du Resolution s’emparèrent de l’Amity, que commandait Richard Glover1, afin de réarmer le Resolution. En septembre, Chivers repartit à l’aventure sur le Resolution, malgré l’opposition de Robert Glover qui tenta vainement de reprendre son commandement. Le 29 janvier 1699, le Resolution était de retour à Sainte-Marie, où il fut coulé afin d’assurer la défense du port, menacé par un navire anglais. Selon le témoignage de Samuel Perkins, Robert Glover aurait été tué lors d’une révolte de Noirs, en novembre 1697.

2Au cours de l’automne 1694, Richard Glover quittait les côtes de la Jamaïque pour l’Afrique et les côtes d’Arabie, afin de rejoindre Thomas Tew. Richard Glover, qui commandait le Charming Mary, un navire armé de seize canons et de quatre-vingts hommes d’équipage, affrété par des marchands de New York, possédait une commission de Benjamin Fletcher, le gouverneur de la colonie. Arrivé en août 1695 à Sainte-Marie, Glover quitta l’île en octobre pour aller faire la traite à Madagascar. En décembre, l’Amity arriva à Sainte-Marie, après que Thomas Tew, qui le commandait, eut été tué. Vers le milieu du mois, l’équipage de l’Amity reprit la mer afin de rejoindre Richard Glover. Ce dernier céda le Charming Mary aux hommes de l’Amity, une fois que ceux-ci l’eurent retrouvé, et il rentra à Sainte-Marie sur l’Amity, le 17 janvier 1697. En juin de la même année, les hommes du Resolution, commandé par Richard Chivers, s’emparèrent de l’Amity, le démembrèrent pour armer le Resolution et, semble-t-il, le coulèrent.

  • 2 Voir les dépositions d’Adam Baldridge et de Samuel Perkins, dans J. F. Jameson, Privateering and P (...)

3C’est peut-être à Richard Glover, qui arrivait des Antilles, que fait allusion Sagean. La rencontre aurait eu lieu à la fin de 1695 ou au cours de l’année 1696, soit à l’époque du passage de Guillaume d’Aché de Serquigny près des côtes de Madagascar (voir supra, p. 132, n. 338). L’arrestation du capitaine du navire, décrite plus bas, est sans doute celle de Babbington, qui prit le commandement du Charming Mary après le départ de Richard Glover sur l’Amity. En effet, selon Charles Grey, après s’être défaits de Glover, les pirates demeurés sur le Charming Mary prirent la route de la mer Rouge, où ils s’emparèrent d’un vaisseau maure, en septembre 1696. En décembre, le navire se trouvait dans le golfe Arabo-Persique, où Babbington, descendu à terre pour trouver des vivres, fut fait prisonnier avec quelques-uns des hommes qui l’accompagnaient. Les pirates restés à bord du Charming Mary prirent alors la fuite en direction de l’Inde, car le navire était plus tard signalé dans les parages de Sumatra. John Yarland, le maître, et Henry Smith, le quartier-maître, semblent avoir été les seuls officiers restés à bord après l’arrestation du capitaine2.

Notes

1 Malgré leur patronyme, Richard et Robert Glover ne semblent pas avoir eu de liens de parenté.

2 Voir les dépositions d’Adam Baldridge et de Samuel Perkins, dans J. F. Jameson, Privateering and Piracy, p. 183-186 et 175-178 ; lettre de Jeremiah Bass à William Popple, secrétaire du Council of Trade and Plantation, datée du 26 juillet 1697, dans J. W. Fortescue, Calendar, t. XV, p. 563-564 ; ibid., t. XVI, p. 108, 222, 224-229, 403-404, 467 et 481 ; ibid., t. XVII, p. 221 ; John Bruce, Annals, t. III, p. 212-214, 236-238 et 264-271 ; G. Dow et J. H. Edmonds, The Pirates of the New England Coast, p. 93 et 96 ; C. Grey, Pirates of the Eastern Seas, p. 119-121, 128-130 et 168-175 ; M. E. Wilbur, The East India Company, p. 188-192.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Terms of use: http://www.openedition.org/6540