Version classiqueVersion mobile

Relation des avantures de Mathieu Sagean, Canadien

 | 
Mathieu Sagean

Appendices

II. Cavelier de la Salle

Texte intégral

1René-Robert Cavelier de La Salle (1643-1687) appartenait à une riche famille de la haute bourgeoisie de Rouen. Il fit ses études au collège des Jésuites de Rouen et, en 1658, entra au noviciat de Paris. En 1660, il prononça ses vœux, mais demanda peu après à en être relevé, ce qu’il obtint en 1667. La même année, il passa au Canada, où il obtint une seigneurie dans l’île de Montréal. En 1669, il la vendit et, en juillet, gagna l’Ouest dans l’espoir de découvrir l’Ohio. Mal préparé à une telle entreprise, immobilisé pendant plusieurs mois par les Tsonnontouans, qui pis est, malade, il dut abandonner son projet.

2Entre 1669 et 1670, il semble que Cavelier de La Salle ait voyagé, sans qu’on sache très bien où. Au début de 1673, il se rendit chez les Iroquois en vue de préparer une expédition au lac Ontario projetée par Frontenac, alors gouverneur de la colonie. En 1674-1675, de retour en France, il se fit concéder le fort Cataracoui, bâti sur l’ordre de Frontenac en 1673 et que La Salle baptisa fort Frontenac (Kingston).

3Le 12 mai 1678, il obtint la permission d’effectuer une expédition dans l’Ouest. Commença alors l’exploration du Mississipi qui le rendit célèbre, et à laquelle Mathieu Sagean fait allusion. Accompagné par Henri de Tonty, qui lui servait de lieutenant, La Salle rentra à Québec le 15 septembre. Le 16 décembre, il arrivait au fort Frontenac et, dix jours plus tard, il gagnait la rivière Niagara à l’extrémité occidentale du lac Ontario. En janvier 1679, en même temps qu’il faisait ériger le fort Conti, en aval des chutes, il fit construire une barque, le Griffon, en amont de la cataracte. Le 7 août, il amorça la traversée du lac Érié, se rendit jusqu’au détroit entre les lacs Huron et Michigan, puis gagna la mission de Saint-Ignace de Michillimakinac, au nord du lac Michigan, où il arriva le 27 août. Le 12 septembre, il reprit sa navigation et gagna la baie des Puants (Green Bay). Il renvoya alors le Griffon chargé de peaux vers Niagara. Le 19 septembre, il s’embarqua avec quatorze hommes répartis sur quatre embarcations et se dirigea vers le sud du lac Michigan. Le 1er novembre, il se trouvait à l’embouchure de la rivière Saint-Joseph, où il fit construire un fort, qui prit le nom de la rivière. Le 3 décembre, il remonta la rivière Saint-Joseph, rejoignit la rivière Teakiki (Kankakee) et atteignit la rivière des Illinois. Le 5 janvier 1680, il gagna le village illinois de Pimitéoui, près de l’actuelle ville de Peoria, où, d’abord fraîchement reçu, il parvint à établir des liens amicaux avec les Amérindiens. Le 15 janvier commença l’érection du fort Crèvecœur. La Salle revint ensuite vers le fort Saint-Joseph, puis à Niagara, où il arriva le 21 avril 1680, pour trouver le fortin en ruines.

4Sans nouvelles de sa barque, qui avait fait naufrage, La Salle rentra à Montréal, mais revint à Cataracoui au cours de l’été. Le 16 septembre 1680, il gagna Sault-Sainte-Marie en passant par le lac Ontario, la rivière Humber, le lac Simcœ, la rivière Severn et la baie Georgienne. Il se rendit ensuite à Michillimakinac, puis à la rivière Saint-Joseph et à Pimitéoui. Le 1er décembre, il arriva à un village illinois qui venait d’être détruit par des Iroquois, puis gagna le fort Crèvecœur, qu’il trouva en ruines. Il descendit la rivière des Illinois jusqu’au Mississipi, qu’il baptisa fleuve Colbert, avant de remonter vers la rivière Saint-Joseph, à la recherche de Tonty, dont il était sans nouvelles. Au cours de son passage au fort Saint-Joseph, il tenta de réconcilier les Illinois et les Miamis afin de contrer la menace iroquoise. Il rentra à Montréal au cours de l’été 1681.

  • 1 Nous ne résumons pas la troisième expédition de Cavelier de La Salle, alors qu’il tenta de retrouv (...)

5Le 19 décembre 1681, il était de retour à la rivière Saint-Joseph, où l’attendait Tonty. C’est de ce poste que La Salle, accompagné de vingt-trois Français et de dix-huit Amérindiens, entreprit l’exploration du Mississipi jusqu’aux bouches du fleuve. À la mi-janvier, le corps expéditionnaire se trouvait à la hauteur du fort Crèvecœur, sur la rivière des Illinois. Le 6 février 1682, l’expédition gagna le Mississipi, dont elle entreprit la descente. La Salle et ses compagnons dépassèrent le Missouri, l’Ohio et construisirent un fortin, le fort Prud’homme, près de l’actuelle ville de Memphis (Tennessee). Le 12 mars, La Salle dut faire face à des Akansa, inquiets de la venue de Blancs sur leur territoire, mais il les rassura et se lia d’amitié avec eux. L’expédition dépassa l’embouchure de la rivière Arkansas, limite atteinte par Louis Jolliet et le père Marquette en 1673 : le 22 mars, Cavelier de La Salle atteignit les Taensas, puis les Coroas, les Natchez et, le 6 avril 1682, l’embouchure du Mississipi dans le golfe du Mexique. Le 9, il prit possession du territoire au nom de la couronne de France et, le 10, il commença la remontée du fleuve. Le 15 avril eut lieu une escarmouche, sans conséquence, avec des Quinipissas hostiles à la présence des Français sur leur territoire. Malade, La Salle dut s’arrêter au fort Prud’homme. A la mi-juillet, il arriva au fort Crèvecœur et, en septembre, à Michillimakinac. Le 30 décembre 1682, il retourna à la rivière des Illinois, où il fit ériger le fort Saint-Louis, qui fut terminé en mai 1683. La Salle ignorait alors que Joseph-Antoine Le Febvre de La Barre, qui venait de remplacer Frontenac au poste de gouverneur (1682), avait confisqué le fort Frontenac. Lorsque La Salle prit conscience de l’hostilité du nouveau gouverneur à son endroit, il passa en France, où il arriva peu avant Noël 16831.

Notes

1 Nous ne résumons pas la troisième expédition de Cavelier de La Salle, alors qu’il tenta de retrouver l’embouchure du Mississipi par la voie maritime et au cours de laquelle il fut assassiné, car le récit de Mathieu Sagean ne fait aucune allusion à cette dernière expédition (voir Anonyme, « Relation des descouvertes et des voyages du sieur de La Salle », dans Pierre Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 433-544 ; Céline Dupré, DEC, I, p. 178-190 ; Nicolas La Salle, « Relation de la descouverte que M. de La Salle a faite de la rivière de Mississipi en 1682 », dans Pierre Margry, op. cit., t. I, p. 547-570 ; Henri de Tonty, « Relation écrite de Québec », dans Pierre Margry, op. cit., t. I, p. 573-616).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search