Version classiqueVersion mobile

Relation des avantures de Mathieu Sagean, Canadien

 | 
Mathieu Sagean

Appendices

I. Voyage de D. Juan de Onnate, Acoma Prise & Pillée, construction de S. Juan, descouverte faite en passant du Lac Conibas1

Texte intégral

  • 1 Jean de Laët, Histoire du Nouveau Monde ou Description des Indes occidentales, Contenant dix-huict (...)
  • 2 Soit 1599. Date erronée. Dès le mois de juin 1596, des colons quittaient Mexico, mais, à cause de (...)
  • 3 Voir supra, p. 12, n. 23.
  • 4 Juan de Zaldíva (voir H. E. Bolton, Spanish Exploration, p. 204 ; G. P. Hammond, Dom Juan de Oñate(...)
  • 5 Acoma, de « akóme » (« gens du rocher blanc »), désigne un village amérindien presque imprenable à (...)
  • 6 Scrupules : le terme désigne « aussi dans l’arpentage cent pieds de terre quarrez » (Furetière, 16 (...)

1L’an CI) I) XCIX2 D. Juan de Onnate3 partit de la ville de Mexique avec une armée de cinq mille personnes de tout sexe & aage, bonne provision de vivres, quantité de brebis, chevres, vaches, bestes de charge ; & ayant marché par diverses Provinces l’espace presque de cinq cents lieuës, il descouvrit plusieurs nations, qui habitoyent des villes bien munies & elegamment basties, avec lesquelles il contracta alliance & amitié, & les rendit sujettes au Roi d’Espagne. Jusques à ce qu’il arriva à une ville extremement forte de nature & fortifiee par art, situee sur une haute roche, les habitans de laquelle le receurent benignement & lui aiderent pour l’heure de vivres, promettant de lui en fournir davantage par apres ; mais comme il eut envoyé son nepveu4 avec quelques soldats dans la ville pour demander ce qu’ils avoyent promis, ils rencontrerent dans la place du marché public presque toute la ville assemblee, qui se jettant à l’improviste sur eux, comme ils estoyent desja empeschés à achepter ce qu’ils avoyent besoin, tuerent le nepveu du General avec six soldats, & les autres se sauverent à grande difficulté apres avoir esté fort blessés. Ce qu’ayant entendu le General, il fit approcher la ville avec ses meilleurs soldats, & apres quelques jours de siege & plusieurs assaults, il prit enfin la ville par force & tua beaucoup de personnes, il en print peu de prisonniers & rasa la ville rés pié rés terre. Cette ville s’appelloit Acoma5, sur la hauteur de trente deux degrés & quarante scrupules6.

  • 7 Le toponyme renvoie aux plaines de l’Ouest où se trouvaient les bisons (voir Gaspar Pérez de Villa (...)
  • 8 Allusion à l’expédition de Francisco Vásquez de Coronado vers « Cíbola » et « Quivira » en 1540-15 (...)

2Delà ayant traversé la Province sans y faire mal, il arriva à une autre ville beaucoup plus grande, les habitans de laquelle il contraignit de se sousmettre au Roi d’Espagne, pource qu’ils craignoyent un mesme malheur que celui qui estoit advenu à ceux d’Acoma. Par apres il mit en sa puissance une autre grande ville sans siege, & envoya quelques-uns de ses gens pour querir des taureaux de Cibola7, qui estoyent cognus par le voyage de Francisco Vasquio8 : Or ils en virent plusieurs, mais ils n’en peurent gueres prendre, pource que c’est un animal furieux & viste, qui furent regardés par grande admiration de toute l’armee.

  • 9 San Juan de Los Caballeros, sur le Rio Grande (Nouveau-Mexique), où Juan de Oñate établit son quar (...)

3Peu apres s’estant resolu de garder ce qu’il avoit conquis, il bastit une ville, laquelle il appella du nom de S. Jean9, & ayant fait alliance avec les peuples voisins, il descouvrit de riches mines d’argent, & fit tout son devoir pour cõvuertir les Sauvages à la Religion Chrestienne.

  • 10 1602.
  • 11 Aujourd’hui Rio Grande (voir G. Pérez de Villagrá, History of New Mexico, p. 111, n. 8, et p. 136, (...)
  • 12 Selon les historiens, Juan de Oñate n’entreprit aucune exploration en 1602. Jean de Laët pense vra (...)
  • 13 Sur les faits avancés, voir « Memorial sobre el descubrimiento del Nuevo México y sus acontecimien (...)

4L’an CI) I) CII10 il entreprint un autre voyage vers la renommee riviere del Norte11, où il fut bien receu des habitans : & il passa delà au grand lac Conibas12, au bord duquel il y a une fort grande ville, longue de sept lieuës, & large de deux, ornee de magnifiques edifices, qui estoyent separés les uns des autres par des bois, vergers & parfois de fosses : Ils n’y virent nuls Sauvages, voila pourquoi le General ayant cette solitude suspecte, ne se sentant pas avec ses troupes assés fort pour une grande entreprise, il envoya quelques Cavaliers pour espier ; qui estans entré dans la ville, ils chevaucherent par de fort larges ruës sans rencontrer personne, jusques à ce qu’estans venu en la place du marché où il y avoit une grande multitude qui s’y estoit fortifiee. Ce qu’ayant rapporté au General, on trouva pour le plus seur de retourner au logis, & de reserver pour une autres-fois le siège de cette ville13.

Notes

1 Jean de Laët, Histoire du Nouveau Monde ou Description des Indes occidentales, Contenant dix-huict Livres, Leyde, Chez Bonaventure & Abraham Elseviers, 1640, p. 232. Le texte constitue le chapitre XXV du sixième livre, intitulé « Nouvelle Galice ». Jean de Laët traduit ici « A Letter written from Valladolid by Ludovicus Tribaldus Toletus to Master Richard Hakluyt, translated out of Latine, touching Ivan de Onate his Discoveries in new Mexico, five hundred leagues to the North from the old Mexico », datée de juillet 1605 et parue dans Purchas His Pilgrimes in five Bookes, de Samuel Purchas (Londres, Henrie Fetherstone, 1625, vol. 4, p. 1565-1566, et p. 1567 pour la date de la lettre). Les éditions antérieures de Purchas his Pilgrimages, or Relations of the World and the Religions Observed in all Ages and Places Discovered (Londres, Henrie Fetherstone, 1613 et 1617) ne reproduisent pas la lettre, même si l’édition de 1617 fait allusion aux voyages de Juan de Ohate et au lac « Conibas » (p. 969-970).

2 Soit 1599. Date erronée. Dès le mois de juin 1596, des colons quittaient Mexico, mais, à cause de difficultés, la véritable exploration ne commença qu’en 1598 (voir G. P. Hammond, Dom Juan de Oñate, p. 52-105).

3 Voir supra, p. 12, n. 23.

4 Juan de Zaldíva (voir H. E. Bolton, Spanish Exploration, p. 204 ; G. P. Hammond, Dom Juan de Oñate, p. 112-116).

5 Acoma, de « akóme » (« gens du rocher blanc »), désigne un village amérindien presque imprenable à cause de sa situation sur un plateau, à quelque 100 kilomètres à l’ouest du Rio Grande, dans le comté de Valencia au Nouveau-Mexique (voir G. P. Hammond, Dom Juan de Oñate, p. 108-123 ; G. P. Hammond et A. Rey, New Mexico in 1602, p. 19-20).

6 Scrupules : le terme désigne « aussi dans l’arpentage cent pieds de terre quarrez » (Furetière, 1690).

7 Le toponyme renvoie aux plaines de l’Ouest où se trouvaient les bisons (voir Gaspar Pérez de Villagrá, Historia de la Nueva Mexico (1610 ; traduction anglaise : History of New Mexico, p. 184, n. 19). Après la découverte d’Acoma, les Espagnols marchèrent sur Zuñi et Moqui, des villages amérindiens situés au nord-ouest d’Acoma (voir G. P. Hammond, Dom Juan de Oñate, p. 109-110).

8 Allusion à l’expédition de Francisco Vásquez de Coronado vers « Cíbola » et « Quivira » en 1540-1542. Mais c’est à Alvar Núhñez Cabeza de Vaca que l’on doit les premières observations sur les bisons, qu’il aperçut au cours de son retour à Mexico en 1535-1536 (voir J. F. Bannon, The Spanish Borderlands Frontier, p. 13-14).

9 San Juan de Los Caballeros, sur le Rio Grande (Nouveau-Mexique), où Juan de Oñate établit son quartier général en 1598 (voir H. E. Bolton, Spanish Exploration, p. 203 et 203, n. 1 ; G. P. Hammond, Dom Juan de Oñate, p. 99-100 ; G. P. Hammond et A. Rey, New Mexico in 1602, p. 27 ; G. Pérez de Villagrá, History of New Mexico, p. 147).

10 1602.

11 Aujourd’hui Rio Grande (voir G. Pérez de Villagrá, History of New Mexico, p. 111, n. 8, et p. 136, n. 1).

12 Selon les historiens, Juan de Oñate n’entreprit aucune exploration en 1602. Jean de Laët pense vraisemblablement au voyage des Espagnols vers le nord-est de l’Amérique, en 1601, alors qu’ils rencontrèrent les « Escanjaques », ou Kansa. Selon Hubert Howe Bancroft, le lac « Conibas » n’existe pas (History of Arizona and New Mexico, 1530-1888, San Francisco, The History Company, Publishers, 1889, p. 189, n. 5). Sur l’expédition de 1601, voir aussi G. P. Hammond, Dom Juan de Oñate, p. 136-139.

13 Sur les faits avancés, voir « Memorial sobre el descubrimiento del Nuevo México y sus acontecimientos. — Años desde 1595-1602 », dans Colleccion de documentos inéditos relativos al descubrimiento, conquista y organizacion de las antiguas posesiones españolas de América y oceanio, Madrid, Imprenta del Hospicio, 1871, t. XVI, p. 188-227 ; Gaspar Pérez de Villagrá, « canto » 17-34 de History of New Mexico, p. 155-268 ; « Relacion Verdadera de los sucesos de la entrada que hizo el governador D. Juan de Oñate en las poblaciones de Nueva Megico hacia el Norte », dans H. E. Bolton, Spanish Exploration, p. 250-265.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search