Version classiqueVersion mobile

Relation des avantures de Mathieu Sagean, Canadien

 | 
Mathieu Sagean

Réponses de Mathieu Sagean, Canadien, aux demandes cy-aprés, qui luy ont esté faites, de nouveau, par ordre, de Monseigneur de Pontchartrain1

Texte intégral

  • 1 Dans la marge du manuscrit : « A Brest le 16e avril 1700 ». Le document, initialement classé « Por (...)

1Premiére demande.

2Sçavoir les noms des autres Canadiens qui ont fait le voyage avec luy aux Acaaniba.

3Réponse.

  • 2 Plutôt « Notin : il fait du vent, il vente » (J.-A. Cuoq, Lexique de la langue algonquine). Selon (...)

4Il n’y avoit, parmy ces douze avanturiers, que quatre d’entr’eux qui fussent proprement canadiens, ou créols de Canada, compris ledit Sagean, qui ne connoissoit les autres que par des noms de guerre sauvages qu’ils s’étoient donnez, en langue algonquine (qui est comme universelle et entenduë par toutes les diverses nations du Canada) suivant la coutume de la pluspart des François qui vont chercher fortune en ce païs-là. Ce qu’ils font pour se rendre plus agréables ausdites nations, avec lesquelles ils ont à traitter. Ledit Sagean, luy-méme, en avoit pris un, qui étoit Routine, qui signifie le vent en ladite langue2.

  • 3 « Mikan [signifie] chemin, route » en algonquin (ibid.).

5Les autres trois se nommoient sçavoir, Micana, qui veut dire du chemin3, qui resta prisonnier dans la forteresse de la Nouvelle-Yorck, lors que ledit Sagean s’en sauva, comme il l’a dit dans sa rélation.

  • 4 La barbue s’appelle « manamek » en algonquin (ibid.).

6Maramégue, qui veut dire Poisson4. Ce fut un de ceux que le forban anglois, nommé Wilmessen fit mourir dans son bord, aprés les avoir tous dépouillez de l’or qu’ils avoient apporté du païs des Acaaniba. Et

  • 5 On reconnaît vaguement la racine algonquine « ganoy », qui signifie « parle-lui ». Ainsi « ni gano (...)

7Garahau, dont ledit Sagean a oublié la signification5. Il fut tüé par les Iroquois, au combat que les François du Canada leur livrérent aux Cascades sur le bord de la riviére de Catracoüy, comme il se voit par la rélation dudit Sagean.

  • 6 Nous n’avons pu identifier ce Turquoy, fils d’un Français et d’une Amérindienne, et originaire d’A (...)

8Il y avoit, de plus, un Métis, fils d’un François et d’une Sauvagesse, natif de la coste d’Acadie qui se nommoit Turquoy6, et qui fut un des six que ledit forban anglois fit mourir.

9Les sept autres de leurs camarades estoient de diverses provinces de France et se nommoient

  • 7 Un La Fortune, de la compagnie Grand Fontaine, faisait partie du « Rolle des Soldats du Regiment d (...)

10La fortune7, aussy du nombre des six que ledit forban fit mourir à son bord.

  • 8 Nous n’avons pu identifier ce La Chesnaye.

11La Chesnaye8, item.

  • 9 Nous n’avons pu identifier ce Desnoyers.

12Desnoyers9, id.

  • 10 Nous n’avons pu identifier ce La Faverie.

13La Faverie10, id.

  • 11 Un Barrois, de la compagnie La Varenne, faisait partie du « Rolle des Soldats du Regiment de Carig (...)

14Barrois11, qui resta prisonnier dans la forteresse de la Nouvelle Yorck, quand ledit Sagean s’en sauva.

  • 12 Un La France faisait aussi partie du « Rolle des Soldats du Regiment de Carignan-Salieres qui se s (...)

15La France12, qui se cassa lesjambes en sautant les murailles de ladite forteresse, pour se sauver, qui resta au pié desdites murailles, à cause de cét accident. Et

  • 13 « La Chance », selon Pierre Margry, qui fait suivre le surnom d’un point d’interrogation (Découver (...)

16Turpin, dit Le Chauve13, qui se sauva de ladite forteresse avec ledit Sagean, et qui a, vrai-semblablement péry à la coste de Barbarie, lors qu’ils y firent naufrage avec capitaine Cras, flibustier anglois, comme ledit Sagean l’a marqué par sa rélation.

  • 14 Note du manuscrit : « Il est à remarquer que ledit Sagean s’est contredit dans ladite rélation au (...)
  • 15 Voir supra, p. 63, n. 31.

17Ledit Sagean ne les a jamais connus que par ces noms-là, qui paroissent, aussy, des noms de guerre, et ne sçait aucun de leurs noms propres. Il y avoit, encore, avec-eux, deux Sauvages de la nation des Loups, ou Mahégans14, lesquels restérent parmy les Miamis15 au retour du voyage des Acaaniba, comme il se void, aussy, par ladite relation.

182e. demande.

19Combien ils ont employé de jours à remonter la riviére de Mississipy, depuis l’endroit où se jette celle des Islinois.

20Réponse.

21Deux mois, ou environ.

223e. demande.

  • 16 Le nom est un dérivé du terme « Nadouessioux », qui désignait une tribu d’Amérindiens établis dans (...)

23S’ils ont esté plus nord que la nation des Sious16.

24Réponse.

25Ledit Sagean ne connoît point cette nation des Sious, à moins que ce ne soit des Siou, dont il a connoissance, mais il dit, que les Acaaniba sont au sud-sud-oüest desdits Siou, et non pas au nord.

264e. demande.

27Quelle distance il y a, à peut [sic] prés, de l’endroit où ils ont quitté la riviére de Mississipy jusqu’à celle qui conduit aux Acaaniba.

28Réponse.

29Ledit Sagean, en parlant de la découverte de cette derniére riviére dans sa rélation, a desjà marqué cette distance, qui est de quatorze lieues dont ils firent portage.

305e. demande.

31Si cette riviére des Acaaniba est large & profonde en cét endroit.

32Réponse.

  • 17 Son embouchure se trouverait donc au sud-ouest : on comprend que le récit ait relancé le « mirage  (...)

33Ledit Sagean ne sauroit dire positivement la largeur ny la profondeur de cette riviére, mais il assure qu’elles sont considérables, et qu’elle est plus large et plus profonde que celle de Mississipy méme. Il âjoute que, tant plus ils la descendoient, tant plus elle s’élargissoit17. Les Acaaniba la nomment Milly, qui veut dire, riviére d’or en leur langue, aussy ledit Sagean croid-il sy bien avoir veu beaucoup de poudre d’or sur ses rivages, qu’il l’assure affirmativement quoy-qu’il n’ait point parlé dans sa relation d’une circonstance sy considérable.

346e. demande.

35Combien de jours ils ont employé à se rendre jusqu’à cette nation.

36Réponse. Environ de trois semaines.

377e. demande.

38Combien à remonter de-là jusqu’au lieu d’où ils estoient partis.

39Réponse.

40Comme il est beaucoup plus dificile de monter que de déscendre, à cause des courans, ils mirent bien deux mois à réfaire le méme chemin, qu’ils avoient fait en trois semaines en descendant ladite riviére.

418e. et derniére demande.

42S’il n’a rien appris de l’endroit où cette riviére entre dans la mer. Et pourquoy ces Acaaniba ne se servent pas plustôt de cette riviére que d’autre voiture pour porter leur marchandise & leur or.

43Réponse.

44Il ne peut rien dire de certain touchant l’endroit où cette riviére entre dans la mer. Il a, desjà, dit dans sa Rélation, qu’il croyoit qu’elle alloit tomber dans la mer du Sud, et il croid que c’est vers la Californie.

  • 18 La zizanie des marais (Zizania palustris) et la zizanie aquatique (Zizania aquatica), aussi appelé (...)
  • 19 Sagean ignore le système de succession aztèque et le nom des tlatoani, littéralement « celui qui a (...)

45Au surplus, il ne sait que répondre, sinon que ces peuples ne sont point du tout navigateurs et qu’ils n’ont d’aucune sorte de batteaux que des petits canots d’une piéce, sans voiles et dont ils ne se servent que pour la pesche et pour couper leurs ris et folle-avoine18 qui croissent dans l’eau. Il adjoûte qu’ils sont grands ennemis des Espagnols, qu’ils disent avoir massacré leurs ancestres par des chansons, qu’ils chantent presque continüellement et qu’ils enseignent à leurs enfans, le souvenir de leurs crüautez. Ces chansons contiennent, entr’autres choses, l’histoire d’un de leurs anciens Rois qui se nommoit Attibala, lequel avoit trois fils, dont l’aîné portoit le nom du pére et les deux autres se nommoient Montézuma & Acaaniba, desquels les deux Attibala, pere & fils, furent tüez et Montézuma pris prisonnier par les Espagnols19. Et pour ce

46qui est d’Acaaniba, il se sauva, avec plusieurs de sa nation et s’en fut habiter le païs qui porte son nom présentement et d’où les Espagnols n’ont que faire d’aprocher jamais. Ce qui luy fait croire, que ce n’est point avec cette nation qu’ils traittent leur or, qu’ils envoyent par caravanes, mais bien avec les Japonnois, comme il a dit dans sa relation.

Notes

1 Dans la marge du manuscrit : « A Brest le 16e avril 1700 ». Le document, initialement classé « Portef[euil]le 116 bis n° 17. », puis « C-672- N" 4- », suit l’ » extrait » de la relation et, à l’instar de ce dernier, n’est pas folioté. Les huit questions posées à Sagean sont, mot à mot, celles que Pontchartrain a envoyées à Desclouzeaux dans sa missive du 7 avril 1700 (ANF, Marine B2 147, f° 11) et que l’intendant de Brest a retournées, avec les réponses de Sagean, le 16 avril (SHM, Brest, 1 E 478, p. 321).

2 Plutôt « Notin : il fait du vent, il vente » (J.-A. Cuoq, Lexique de la langue algonquine). Selon J.-A. Cuoq, la lettre « r » n’existe pas en algonquin.

3 « Mikan [signifie] chemin, route » en algonquin (ibid.).

4 La barbue s’appelle « manamek » en algonquin (ibid.).

5 On reconnaît vaguement la racine algonquine « ganoy », qui signifie « parle-lui ». Ainsi « ni ganona [signifie] je lui parle » (ibid.). Comme Sagean utilise la lettre « r », qui n’existe pas en algonquin, il est probable qu’il modifie le mot.

6 Nous n’avons pu identifier ce Turquoy, fils d’un Français et d’une Amérindienne, et originaire d’Acadie.

7 Un La Fortune, de la compagnie Grand Fontaine, faisait partie du « Rolle des Soldats du Regiment de Carignan-Salieres qui se sont fait habitans de Canada en 1668 » (ANF, D2c, vol. 47, n. f°).

8 Nous n’avons pu identifier ce La Chesnaye.

9 Nous n’avons pu identifier ce Desnoyers.

10 Nous n’avons pu identifier ce La Faverie.

11 Un Barrois, de la compagnie La Varenne, faisait partie du « Rolle des Soldats du Regiment de Carignan-Salieres qui se sont fait habitans de Canada en 1668 » (ANF, D2c, vol. 47, n. f°).

12 Un La France faisait aussi partie du « Rolle des Soldats du Regiment de Carignan-Salieres qui se sont fait habitans de Canada en 1668 » (ANF, D2c, vol. 47, n. f°).

13 « La Chance », selon Pierre Margry, qui fait suivre le surnom d’un point d’interrogation (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 163). Un Turpin était enseigne en second dans les troupes d’infanterie du Canada : voir « Liste [non datée] des Officiers des Compagnies d’infanterie servant en Canada et autres officiers attachés à l’artillerie » (ANF, D2c, vol. 47, n. f°).

14 Note du manuscrit : « Il est à remarquer que ledit Sagean s’est contredit dans ladite rélation au sujet de ces deux Sauvages, les ayant nommez d’abord Mahégans, et aprés Chavanons, qui sont deux nations tres-distinctes, mais il dit, qu’il s’étoit mépris et qu’ils étoient certainement de la nation des Mahégans, qui veut dire Loup en leur [mot interpolé] langue. C’est pourquoy on les appelle aussy Loups » (voir supra, p. 62, n. 30).

15 Voir supra, p. 63, n. 31.

16 Le nom est un dérivé du terme « Nadouessioux », qui désignait une tribu d’Amérindiens établis dans le haut du Mississipi, le long de la rivière Minnesota et dans l’ouest du Missouri. Les Sioux formaient le second groupe d’Amérindiens en importance, après les Algonquins. Ils occupaient une bonne partie du territoire américain, de la rive occidentale du Mississipi au nord de la rivière Arkansas jusqu’aux Rocheuses. Cependant, ils partagaient cet immense territoire avec d’autres groupes : les Panis, les Cheyennes, les Comanches, etc. Les Dakotas, qui occupaient le sud de l’actuel État du Minnesota avant d’être repoussés plus à l’ouest par l’avancée française, formaient un clan important de Sioux et c’est vraisemblablement à eux que fait allusion la demande du ministre : Dulhut, en 1678, et le père Hennepin, en 1680, étaient entrés en contact avec des Dakotas (F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 376-380, et 1910, p. 577-579).

17 Son embouchure se trouverait donc au sud-ouest : on comprend que le récit ait relancé le « mirage » d’un fleuve menant à la mer de l’Ouest. Voir la huitième demande et la réponse de Mathieu Sagean.

18 La zizanie des marais (Zizania palustris) et la zizanie aquatique (Zizania aquatica), aussi appelées « riz sauvage » ou « folle avoine ». Les Amérindiens de l’Ouest recueillaient la zizanie aquatique pour leur nourriture (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 806-807 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, p. 665).

19 Sagean ignore le système de succession aztèque et le nom des tlatoani, littéralement « celui qui a la parole », qui ont régné à la fin de l’empire. Il semble que le pouvoir passait d’un frère à l’autre, plutôt que de père en fils. Toutefois, les tlatoani devaient être choisis au sein d’une même famille et élus par des « grands », selon certaines sources, ou par le peuple, selon d’autres. Après la mort de Moctezuma l’Ancien, ou Moctezuma Ier, Axayácalt a été élu tlatoani et il régna quelque treize années, de 1468 à 1481. Son frère Tizoc lui succéda et resta au pouvoir environ cinq ans. Ahuítzolt (ou Avitzolt), le second frère d’Axayácalt, prit alors le pouvoir et régna de 1486 à 1501 ou 1502. A la mort de ce dernier, Moctezuma Xocoyotzin, littéralement Moctezuma « le plus jeune », le fils d’Axayácalt, fut élu tlatoani. Selon la tradition, après avoir été fait prisonnier par les hommes de Cortés, Moctezuma aurait été tué par une pierre, au cours d’une émeute, en 1520, alors qu’il haranguait la foule du haut d’un balcon. On ignore si la pierre a été lancée par un Aztèque, mécontent de la conduite de Moctezuma, ou par un Espagnol, pour faire disparaître le maître de l’empire mexicain (voir Nigel Davies, The Aztec Empire). L’allusion à l’ascendance aztèque des Acaaniba suggère que Sagean a été en contact avec des Espagnols qui lui ont transmis des renseignements sur Tenochtitlán, la capitale de l’empire aztèque.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search