Version classiqueVersion mobile

Relation des avantures de Mathieu Sagean, Canadien

 | 
Mathieu Sagean

Addition considerable1

Texte intégral

  • 1 ANF, Marine 3 JJ 277, f. 86-89.
  • 2 Note du manuscrit : « à Brest ».
  • 3 Nous ignorons tout de ce capitaine Belle-Issue.
  • 4 Saint-Alban, une commune des Côtes-d’Armor, située à quelque 20 kilomètres au nord-est de Saint-Br (...)
  • 5 Aujourd’hui Saint-Pierre, sur la côte ouest de la Martinique.
  • 6 Les archives n’ont conservé aucune trace du voyage du Saint-Joseph à la Martinique en 1697.
  • 7 Sans doute Yves Legac, sieur de Larmorique, un armateur de Brest qui vendait des fournitures diver (...)
  • 8 Note du manuscrit : « Il luy nomma cette nation, mais il ne sauroit s’en souvenir. »
  • 9 Manuscrit : « revenir » (« re » biffé).
  • 10 « Donner la gesne, la question », c’est-à-dire torturer, la « gêne » étant la peine que l’on faisa (...)
  • 11 Antigua, au nord de la Guadeloupe.
  • 12 Le Cul-de-Sac-Royal : aujourd’hui baie de Fort-de-France. Dans le récit, le toponyme désigne en fa (...)
  • 13 Thomas-Claude de Fuch-Shamberg, marquis d’Amblimont ( ?-1700), fit carrière dans la marine et devi (...)

1Il y a icy2 un capitaine de navire marchand, nommé Belle-issuë3, de la parroisse de St. Alban, évesché de St. Brieuc4, qui commande actüellement La Marie-Louise de 80. tonneaux ou environ, étant en ce port et se disposant à partir pour le voyage de Terreneuve, pour le compte de plusieurs marchands de cette ville, lequel rapporte qu’il y a environ deux ans et demy, qu’estant au fort St. Pierre5 de la Martinique, commandant le St. Joseph6 de cette ville, appartenant au sieur De Larmorique Gac7, et audit capitaine, il se présenta à luy un homme âgé d’environ 30. ans, natif de Canada (à ce qu’il dit) mais dont il a oublié le nom, qui luy demanda passage, pour venir (disoit-il) informer le Roy d’une découverte qu’il avoit faite, par le fleuve Mississipy, dans la Louisiane, où il étoit allé avec feu Mr. De La Salle, pour avoir facilement de l’or en tres grande quantité et à peu de frais. Il luy conta, donc, comme s’estant détachez 14. ou 15. hommes de ceux qui avoient accompagné ledit Sr. De La Salle (qui s’en étoit retourné en France) ils remontérent ledit fleuve, avec trois canots d’escorce, qu’aprés avoir bien fait du chemin et plusieurs portages, sans rencontrer aucune nation, ils s’avisérent d’entrer dans une autre riviére, qui les conduisit à une nation la plus grande qu’on ait vû en ce païs-là8, et où jamais Européan n’avoit encore esté ; qu’ils en furent fort bien receus & humainement traittez. Et ayant êté ménez à la ville capitale de cette nation, où réside ordinairement leur Roy, ils en furent, aussy, fort bien receus, et ils furent agréablement surpris d’y voir l’or en si grande abondance, que les murailles de l’appartement dudit Roy en étoient, et qu’il y avoit devant son palais des statues d’une grandeur prodigieuse, d’or massif. Ils séjournérent (luy dit-il, sy bien s’en souvient) prés d’un an dans ce riche païs, dont il luy fit une description comme d’un paradis terrestre, par l’abondance qui s’y trouve, en tout temps, de toutes choses, et, enfin, il en paroissoit sy content, qu’il ne souhaittoit rien au monde tant que d’y retourner, pour y passer le reste de ses jours, aprés qu’il auroit eu la satisfaction d’informer le Roy de France de cette découverte, et il assuroit qu’il retrouverait bien le chemin de retourner à cette nation, sy sa Majesté avoit agréable d’y envoyer, et qu’il établirait un commerce avec elle, pour en tirer de l’or en abondance, en troque de marchandises et curiositez de peu de valeur. Il luy dit, aussy, qu’ils ont en ce païs-là abondance d’un autre métal, qu’ils estiment autant, ou plus, que l’or, et qu’ils nomment Caracoly. Mais que l’un & l’autre de ces métaux y est sy commun que cette nation n’en fait pas grand cas, et que lors du départ des François, on les mit à méme pour en prendre tant qu’ils vouloient et qu’ils prirent leur charge de lingots d’or. Mais que s’en étant retournez en Canada, et cherchant quelque navire le long de la coste d’Acadie, pour pouvoir venir9 en France, avec leur or, ils eurent le malheur de rencontrer un forban anglois qui les prit et pilla tout leur or. Ensuite, il leur lit donner la gêsne10 à tous et soufrir mille tourmens pour leur faire déclarer où ils avoient pris tant, disant qu’il faloit qu’il y en eut bien davantage, qu’il faloit l’y mener, ne voulant pas croire la verité qu’ils luy disoient. Il fit, méme, mourir plusieurs de ses camarades dans des tourmens horribles, et que pour luy et 4. ou 5. autres de ses camarades qui échapérent à la mort, ils furent, ensuite, faits prisonniers à New-Yorck, où ils furent long-temps retenus, et d’où trois de ses camarades se sauvérent, en sautant, de nuit, la muraille de la forteresse, mais que l’un d’eux se cassa les jambes en se laissant tomber du haut en bas de ladite muraille. Que pour luy, les Anglois le firent, dans la suite, s’embarquer sur un corsaire, qui le laissa prisonnier à l’isle d’Antigoa11 une des Antilles de l’Amerique, où ils ont une colonie ; qu’il avoit trouvé le moyen de se sauver dans un canot, avec lequel il avoit gagné la Guadeloupe, d’où il venoit. Il adjoûta qu’il s’en alloit au Cul-de-Sac-Royal12 de ladite isle de la Martinique, distant de sept lieües dudit fort St. Pierre, pour informer Mr. D’Amblimont13 de ce que dessus, et luy demander quelque secours pour s’équipper, et quelque recommandation pour pouvoir étre introduit à la cour, à son arrivée en France. Mais ledit capitaine s’estant trouvé prest à partir et ayant le vent favorable, avant son retour dudit Cul-de-Sac, il partît sans luy, et ne sçait ce qu’il est devenu, n’en ayant pas oüy parler depuis.

  • 14 Dans la marge du manuscrit: « N[ot]a ».
  • 15 Voir supra, p. 113-114. Si l'informateur du capitaine Belle-Issue est Mathieu Sagean, qui, à bout (...)

2Tout14 cela se trouve relatif à ce qu’a dit cy-devant, le nommé Mathieu Sagean, et il y a bien de l’apparence que cét homme étoit un de ses deux camarades qui restérent prisonniers dans la forteresse de New-Yorck, lors qu’il s’en sauva avec les deux autres, dont un se rompit, effectivement les jambes, comme il le raporte dans sa relation page 4715.

Notes

1 ANF, Marine 3 JJ 277, f. 86-89.

2 Note du manuscrit : « à Brest ».

3 Nous ignorons tout de ce capitaine Belle-Issue.

4 Saint-Alban, une commune des Côtes-d’Armor, située à quelque 20 kilomètres au nord-est de Saint-Brieuc et au sud de Pléneuf-Val-André, relevait de l’évêché de Saint-Brieuc. Louis-Marcel de Coëtlogon occupa le siège épiscopal de Saint-Brieuc de septembre 1680 à avril 1705.

5 Aujourd’hui Saint-Pierre, sur la côte ouest de la Martinique.

6 Les archives n’ont conservé aucune trace du voyage du Saint-Joseph à la Martinique en 1697.

7 Sans doute Yves Legac, sieur de Larmorique, un armateur de Brest qui vendait des fournitures diverses à la Marine et qui commerçait avec les ports voisins, jusqu’à La Rochelle et Bordeaux. Le nom apparaît à plusieurs reprises sous la plume de l’intendant Desclouzeaux et du ministre Pontchartrain. Au moment où Mathieu Sagean était retenu à Brest, l’armateur brestois était en correspondance avec un négociant de Copenhague et cherchait à approvisionner en bois le port de Brest (voir A. Corre, Armateurs et marins bretons d’autrefois. Un voyage au long-cours au commencement du xviiie siècle, Vannes, Imprimerie Lafolye, 1897, p. 6 ; SHM, Brest, 1 E 45, lettres des 1er décembre, 8 décembre et 15 décembre 1700).

8 Note du manuscrit : « Il luy nomma cette nation, mais il ne sauroit s’en souvenir. »

9 Manuscrit : « revenir » (« re » biffé).

10 « Donner la gesne, la question », c’est-à-dire torturer, la « gêne » étant la peine que l’on faisait souffrir à un criminel ou à un accusé pour le faire parler et pour lui faire avouer la vérité (voir Furetière, 1690).

11 Antigua, au nord de la Guadeloupe.

12 Le Cul-de-Sac-Royal : aujourd’hui baie de Fort-de-France. Dans le récit, le toponyme désigne en fait Fort-Royal, soit Fort-de-France, où le gouverneur avait sa résidence. La distance indiquée entre Saint-Pierre et Fort-Royal, sept lieues, correspond à celle donnée par Jean-Baptiste Labat (voir Nouveau Voyage aux isles de l’Amerique, Fort-de-France, Éditions des Horizons Caraïbes, 1972, t. I, p. 109).

13 Thomas-Claude de Fuch-Shamberg, marquis d’Amblimont ( ?-1700), fit carrière dans la marine et devint lieutenant de vaisseau en 1663. Six ans plus tard, il était promu capitaine de vaisseau. En 1691, il obtint le grade de chef d’escadre et, en 1696, il était nommé gouverneur général de la Martinique et lieutenant général des îles du Vent et Sous-le-Vent (provisions datées du 1er septembre 1696 : ANF, Marine C7 4, dossier Amblimont, f. 7 ; projet d’instructions : ANF, Colonies C8A 9, f. 2213-230). Amblimont connut son heure de gloire en 1674, alors qu'il commandait un vaisseau armé de trente-six canons et qu'il « soutint dans Le port du fort Royal De la Martinique, Les Efforts de Toute La flotte hollandaise », commandée par Ruyter, et qu'il l'obligea à se retirer (ANF, Marine C7 4, dossier Amblimont, f. 7). Sa mort, survenue le 17 août 1700, fut annoncée au ministre dans une dépêche datée du 19 (ANF, Colonies C8A 12, f. 249).

14 Dans la marge du manuscrit: « N[ot]a ».

15 Voir supra, p. 113-114. Si l'informateur du capitaine Belle-Issue est Mathieu Sagean, qui, à bout de ressources, a recours à un expédient pour attirer l'attention des autorités coloniales, comme le croient Nellis M. Crouse et Richebourg Gaillard McWilliams (N. M. Crouse, In Quest of the Western Ocean, p. 313-314; R. G. McWilliams, « A Kingdom Beyond the Rockies: The El Dorado of Mathieu Sagean », dans John Francis McDermott, The French in the Mississippi Valley, p. 188), cela signifie que ses aventures en Afrique, aux Indes et en Asie eurent lieu entre l'automne 1697, date de sa rencontre avec le marin brestois, et 1700, date de son retour en France. Il aurait alors passé sept ans dans les «isles» françaises, à moins qu'il n'ait connu d'autres aventures qu'il préfère passer sous silence. Les recherches dans les archives des colonies n'ont donné aucun résultat.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search