Version classiqueVersion mobile

Relation des avantures de Mathieu Sagean, Canadien

 | 
Mathieu Sagean

Relation des avantures de Mathieu Sagean, Canadien, et de ses voyages et courses, tant à la Loüisiane, que sur les costes d Affrique, dans les Indes orientales & occidentales et à la Chine

Texte intégral

  • 1 Ni le Richelet (1680), ni le Furetière (1690), ni le Dictionnaire de l’Académie (1694) ne recensen (...)
  • 2 Note du manuscrit : « Ledit Jean Sagean fut en ce pays là en qualité de sergent dans le régiment d (...)
  • 3 Souligné dans le texte.
  • 4 « Establir sa demeure en quelque endroit. Plusieurs Hollandois se sont ailes habituer aux Indes à (...)
  • 5 À son arrivée au Canada, en 1667, Cavelier de La Salle se fit concéder une terre en amont du saut (...)

1Mathieu Sagean est créol1 de Canada, né dans l’isle de Mont-réal, dans la Nouvelle France, distante de Québeck d’environ 60. lieües sud-ouest, âgé de 38. à 40. ans. Son père, nommé Jean2, étoit de Bourdeaux, et sa mere, Marie Larrante3 étoit de la Rochelle ; et furent s’habituer4 à ladite isle de Montréal, au quartier nommé Lachine5. Ils ont toujours fait profession de la religion catholique, apostolique et romaine. Ledit Mathieu Sagean sçait un peu lire, mais non pas écrire.

  • 6 Plutôt le sud-sud-ouest. Sur Cavelier de La Salle, voir infra, Appendice II, p. 175-177.

2Il y a environ vingt ans qu’il partit de Mont-réal, en canot d’escorce, pour suivre feu Mr. de La Salle, dans sa découverte qu’il alloit faire vers le sud-sud-est6 de Canada.

  • 7 Lac Ontario.
  • 8 La Salle arriva à Cataracoui le 16 décembre 1678 et il gagna Niagara dix jours plus tard. Au cours (...)
  • 9 Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau (1622-1698), fut nommé gouverneur de la Nouvelle- (...)

3Ils furent, d’abord, au lac Cantario7, distant dudit Montréal d’environ 60. lieües, et au bord duquel, du costé d’ouest-nord-ouest, ledit sieur de La Salle fit, pendant trois mois qu’ils y séjournèrent, jetter les premiers fondemens d’un fort, qu’il nomma Catracoüy (qui veut dire imprenable en langue iroquoise8) et lequel M. le Comte de Frontenac9, Gouverneur général de la Nouvelle France, a depuis fait achever.

  • 10 Note du manuscrit : « Cette barque fut bâtie au-dessus dudit saut dans le lac Kérié [sic], » Le Gr (...)
  • 11 Le terme désigne les Cris, les Algonquins, les Nipissingues, les Montagnais, les Chippewas et les (...)
  • 12 Mission jésuite en territoire amérindien, Michillimakinac, situé sur le détroit du même nom entre (...)
  • 13 La navigation ne dura que vingt jours, du 7 août, jour du lancement de la barque, au 27 août, date (...)

4De là, poursuivant leur navigation en canot par ledit lac Cantario, vers l’ouest-sud-ouest, ils furent au saut de Niagara, où ils resterent pendant cinq mois pour y construire une barque du port de 35. tonneaux10, sur laquelle une partie de leurs gens s’embarquèrent, avec des marchandises & munitions, pour aller faire la traitte de pelleteries avec une nation sauvage nommée Outaoüa11, dans la terre de Michilimaquina12, distante dudit Niagara de 150. lieues, et où ils arrivèrent, avec ladite barque & leurs canots, un mois & demy après leur départ de Niagara13.

  • 14 Lac Michigan.
  • 15 Aujourd’hui Green Bay (Wisconsin). De culture et de langue proches de celles des Outaouais, les Po (...)
  • 16 Erreur de Sagean : la barque leva l’ancre en septembre 1679, avant l’hiver. Selon la « Relation de (...)
  • 17 Sagean passe sans transition de la première expédition de La Salle à la seconde. Si l’on s’en tien (...)
  • 18 Note du manuscrit : « Mangoust est le premier et véritable nom de cette rivière, et elle n’en avoi (...)
  • 19 Note du manuscrit : « Il est aussi bien seur du nom sauvage et premier de cette rivière, qui est C (...)
  • 20 Note du manuscrit : « D’autres disent que les Espagnols nommoient le Mississipy Rio Escondido, qui (...)
  • 21 Note du manuscrit : « A plus de 20. lieües de la mer qui fait une grande baye à l’embouchure dudit (...)
  • 22 Hormis dans l’extrême sud de la Floride, on ne trouve pas de caïmans en Amérique du Nord. Sans dou (...)
  • 23 Il s’agit du crotale des bois (Crotalus horridus), un reptile venimeux dont la morsure est mortell (...)
  • 24 Note du manuscrit : « Ce fut en cet endroit, où le fleuve fait une pointe, que Mr. de La Salle pla (...)
  • 25 Note du manuscrit : « Qui se déborde vers le printemps par la chute des eaux d’en haut. »
  • 26 Ajout épique : aucun membre de l’expédition ne fut dévoré par des sauriens. Toutefois, en février (...)
  • 27 Le bison (Bison bison) est un grand bovidé sauvage caractérisé par son cou bossu et un grand colli (...)
  • 28 Au début du xviiie siècle, les Missouris, un peuple de langue sioux, étaient établis sur la rive g (...)
  • 29 « MEXIQUE ou NOUVELLE ESPAGNE, contrée de l’Amérique septentrionale, bornée au nord par le nouveau (...)
  • 30 Les Mahégans (ou Mahicans ou Loups), une tribu du groupe algique, occupaient un territoire situé à (...)
  • 31 Le terme désigne plusieurs tribus différentes et autonomes du groupe algique, mais liées entre ell (...)
  • 32 Selon Homère, l’enlèvement d’Hélène, la femme de Ménélas, un roi achéen, par Pâris, le fils de Pri (...)
  • 33 Note du manuscrit : « Cela marque qu’ils ont quelque idée d’un premier estre créateur du monde. » (...)
  • 34 Orthographe attestée par Richelet (1680).
  • 35 Après l’édit de décembre 1689, le louis d’or avait « cours pour 12. liv[res] 10 sols » et le louis (...)

5De là, leur petite flotte alla au lac du Michigané14, dans le fond de la baie de Poutoüatamy15, pour y continuer ladite traitte. Ils y passèrent l’hiver & y séjournèrent pendant sept mois. Au bout desquels la barque s’étant trouvé chargée, ledit sieur de La Salle la renvoya à Michilimaquina, mais elle périt en chemin, avec tout son équipage & sa cargaison, qui étoit fort riche, sans qu’on en ait jamais eu d’autres nouvelles, sy ce n’est que des Sauvages leur dirent, dans la suite, qu’elle avoit fait naufrage aux isles Plattes, dans ledit lac de Michigané16. Ledit sieur de La Salle n’ayant donc point trouvé sa barque à Michilimaquina et ne pouvant plus doûter de sa perte, il poursuivit son voyage pour la découverte pendant l’espace de 18. mois17. Il fut d’abord à la rivière Mangoust, autrement nommée la rivière Colbert, distante de 200. lieües de Michilimaquina18. En suite, il se rendit à la rivière de Chiatoura, autrement de Seignelay19, qui se jette dans le fleuve de Mississipy (lequel les Espagnols ont nommé El Rio de la Madalaine20 ) où estant arrivez, ils le descendirent, dans leurs canots, pendant un mois & demy, pour tâcher d’aller jusqu’à son embouchure, mais en vain, car après avoir fait plus de 120. lieües et trouvé l’eau salée21, ils trouvèrent ledit fleuve tellement bouché de roseaux et sy remply de caïmans, ou crocodilles22, de serpents à sonnettes23 et autres bestes venimeuses, qu’ils ne peurent passer outre24, le païs étant d’ailleurs noyé & marécageux tout autour sur les bords dudit fleuve25 : six de leurs gens furent méme dévorez par lesdites bestes26. Et comme ils remontoient ledit fleuve, un jour, voulant mettre pied à terre pour aller à la chasse des bœufs sauvages27, dans le païs des Missouris28, qui est une nation sauvage habituée à 10. ou 12. lieües, du costé de la Nouvelle Espagne29, les Sauvages qui suivaient ledit sieur de La Salle dans ses découvertes, au nombre de 42. tant Mahégans30 que Miamis31 s’avisèrent d’enlever une femme desdits Missouris ; ce qui fut cause que nombre de ceux-cy se mirent en embuscade dans des roseaux et attaquèrent les François, dont ils en tuèrent huit, à coup de flesches & en blessèrent quatre ou cinq, dont ledit Sagean étoit un, qui receut au bras un coup de flesche empoisonnée, duquel il eut beaucoup de peine à guérir, ce qu’il fit, enfin, par la vertu de certaines herbes que les Sauvages, amis des François, luy furent querir. Les Missouris eurent, de leur costé, 45. hommes de tuez, en cette occasion, à coups d’armes à feu ; ce qui ne les rebuta pourtant pas car ils retournèrent à la charge le lendemain, mais ils trouvèrent les François sur leurs gardes, au nombre de 120. qui leur tirèrent une vingtaine de coups d’arme, ce qui les obligea de reculer & de faire un signal pour parlementer. On envoya un homme de chaque costé et la paix s’ensuivit au moyen de la restitution de l’Helaine qui avoit causé cette guerre32, et les Missouris devinrent les meilleurs amis des François, qu’ils avoient (disoient-ils) pris d’abord pour des Espagnols, qui sont leurs ennemis irréconciliables. Ledit sieur de La Salle & sa troupe demeurèrent trois ou quatre mois avec lesdits Missouris, qui ne savoient quelle chère leur faire, pour se concilier leur amitié : ils appelloient ledit sieur de La salle Quitchimanitou, c’est à dire, le fils de l’Esprit qui a tout fait33, luy ayant veu brûler de l’eau de vie, qu’on leur fit accroire être de l’eau commune, en les menassant34 de faire ainsi brûler leurs terres, leurs rivieres & tout, s’ils rompoient leur intelligence avec les François. Enfin, l’on se r’embarqua, chargez de vivres & de présens que firent ces Sauvages audit sieur de La Salle, qui de son costé, donna deux fusils, dont l’un tiroit deux coups, et de la poudre à leur chef, et celuy-cy luy donna, en troc, un diamant qui a esté estimé 18000. écus35 à Paris, à ce qu’a oüy dire ledit Sagean.

  • 36 Le terme désigne plusieurs tribus du groupe algique réunies en une confédération. Les Kaskaskias, (...)
  • 37 Le fort Saint-Louis, érigé sur un rocher, au bord de la rivière des Illinois, sur un site connu au (...)
  • 38 Cavelier de La Salle quitta le fort en août 1683, après avoir remis le commandement du poste à Hen (...)
  • 39 Erreur de Sagean : c’est au père Zénobe Membré (1645-1689) que Cavelier de La Salle confie, en sep (...)
  • 40 Il n’est pas exclu que d’autres personnes que les seuls membres de l’expédition de La Salle aient (...)

6Ledit sieur de La Salle et sa troupe s’en furent au païs des Illinois36, autre nation sur le bord dudit fleuve, environ 80. lieües plus haut, où ils établirent le fort Saint-Louis, sur un islet adjacent de la grand’terre, à laquelle on communique par le moyen d’un pont qui se tire dans ledit fort37. L’on fut six ou sept mois à bâtir ce fort, avec l’aide des Sauvages. Après quoy ledit sieur de La Salle en ayant laissé le commandement à Mr. de Tonty38, gentilhomme françois, s’en retourna en Canada avec 15. hommes et le pere François, Recolet39, en dessein de passer en France, pour informer la Cour du progres de sa découverte et demander de nouveaux secours pour la continuer. Il laissa audit fort le reste de son monde, au nombre d’environ 100. hommes, desquels étoit ledit Sagean40.

  • 41 Le Sueur : « Il dit dans ses memoires que M. de Tonty lui a donne onze françois & : 2 sauvages p[o (...)
  • 42 Voir supra, p. 62, n. 30.
  • 43 Dans le récit de sa navigation, Sagean semble ignorer que le fort Saint-Louis, situé sur les rives (...)
  • 44 Manuscrit : « encore » biffé.
  • 45 « En chassant » ajouté clans la marge du manuscrit.
  • 46 Allusion aux affluents du Saint-Laurent, qui se jette dans l’océan Atlantique.

7Quelque temps après, il prit envie audit Sagean d’aller à la découverte, et en ayant obtenu la permission dudit sieur de Tonty41, il prit avec luy onze autres François et deux Sauvages Mahégans (qu’on appelle, aussi, Loups, parce que Mahégan veut dire Loup en leur langue42). Ils prirent trois canots d’escorce pour remonter ledit fleuve de Mississipy sur lequel ayant fait environ 250. lieües, ils trouverent un saut43 qui les obligea de faire un portage d’environ six lieües, passé lequel, ils se rembarquèrent44 sur le même fleuve, qu’ils remontèrent encore jusqu’à 40. lieües sans trouver aucune nation, et s’estant arrestez a près d’un mois et demy à chasser & tâcher de faire quelque nouvelle découverte, ils trouvèrent en chassant45 une rivière à 14. lieües de là, qui couroit au sud-sud-ouest, ce qui leur fitjuger qu’elle alloit se rendre dans la mer du Sud, ayant son cours tout contraire à celles qui vont se rendre à la mer du Nord46.

  • 47 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il veut dire 14. Jours, c’est à dire environ 40. lie (...)
  • 48 Ces fauves ne sont pas indigènes à l’Amérique du Nord. L’exotisme de leur présence et leur absence (...)

8Ils se résolurent d’y naviguer et firent, pour cet effet, le portage dudit chemin de 14. lieües47, pendant lequel ils trouvèrent quantité de lions, de léopards et de tigres, qui ne leur firent aucun mal48.

  • 49 La terrasse était, « dans les siècles anciens, un épaulement environnant sur le bord du fossé, tou (...)
  • 50 Orthographe attestée par Richelet (1680) : « un petit vilage ».
  • 51 Le nom de la tribu, Acaaniba, n’est pas sans évoquer celui des Akansa, ou Arkansa, rencontrés dès (...)
  • 52 Voir infra, p. 166, n. 19.
  • 53 L’hermine (Mustela erminea) est un mammifère carnivore recherché pour sa fourrure (voir A. W. F. B (...)
  • 54 Même la statuaire plus développée des Aztèques ne comportait pas de chevaux, car l’animal a été in (...)
  • 55 La bernache canadienne (Branta canadensis), vulgairement appelée « outarde », pond de quatre à six (...)
  • 56 « Espece de rubis qui a beaucoup d’esclat & est d’un rouge enfoncé [1694] foncé [1740] » (Dictionn (...)
  • 57 La brasse, une mesure ancienne de marine, correspondait à la longueur des deux bras tendus. Dans s (...)
  • 58 « Et massives » ajouté dans l’interligne.
  • 59 Note du manuscrit : « Elles n’ont point de pied d’estal, mais elles sont placées comme sur une est (...)
  • 60 Note du manuscrit : « Autre marque de l’idée d’un premier estre, créateur du monde. » Les termes d (...)
  • 61 Voir supra, p. 67, n. 50.
  • 62 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il veut dire sa chambre. »
  • 63 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il veut dire 3. fenestres, car les maisons en ce pay (...)
  • 64 Note du manuscrit : « Voyez à la page 19. & suivantes. » Voir infra, p. 83- 84. »
  • 65 Note du manuscrit : « Le pavé dudit appartement est aussy fait de grandes briques d’or massif fait (...)
  • 66 Note du manuscrit : « Ils étoient 12. François. »

9Ils entrèrent, avec leurs canots dans ladite rivière, et après y avoir fait environ 250. Lieües ils trouvèrent les Acaaniba, qui sont une grande nation, qui occupe, pour le moins, 200. lieües de païs, où ils ont plusieurs villes fortifiées de forts de terrasse49 & de pallissades, et quantité de vilages50, dont les maisons sont bâties de bois & d’escorec51. Ils ont un Roy, qui se dit descendant de Montézuma52, et qui est, ordinairement habillé de peaux d’hermine53, lesquelles sont communes en ce païs-là ; les peuples s’en habillent aussy. Ils sont policez, en leur manière. Ils sont idolatres et ont des idoles de figure affreuse et d’une grandeur énorme, qui sont devant le palais du Roy. Il y en a deux, entr’autres, dont l’une est la figure d’un homme, armé de lances, flesches & carquois, tenant un pied à terre & l’autre en l’air, avec la main sur la figure d’un cheval54, comme le voulant monter. Ils disent que cette statüe humaine est la représentation d’un de leurs Rois, qui a esté un des plus grands conquérans de ces païs-là. Et cette statue tient dans sa bouche, et comme entre ses dents, une pierre précieuse, de forme quarrée, & grosse comme un œuf d’outarde55, laquelle brille & éclaire la nuit, comme un feu. Il croit que c’est une escar-boucle56. L’autre de ces idoles est la statüe d’une femme, qu’il croit estre une Impératrice, ou Reyne, montée en selle sur une figure de cheval, ou Licorne, ayant une corne au milieu du front de plus d’une brasse de long57. Et autour de ce cheval, ou licorne, il y a les figures de quatre grands chiens, et celle d’une autre licorne, avec, encore, celle d’un homme qui tient ladite licorne enchaînée. Toutes ces figures sont de fin or et massives58, mais très mal faites et difformes59. Tous les matins, le Roy và le premier faire son adoration devant ces idoles et, en suite, tout le peuple de la ville, qui crient tous, en chantant & à diverses reprises, depuis la pointe du jour jusqu’à soleil levant, Thella : Thella oiiac sima hoüally, qui est comme une invocation à celuy qui a tout fait comme ils disent60. Les peuples des autres villes & vilages61 viennent tous, une fois le mois, rendre ce méme culte à ces idoles, n’en ayant point chés eux. Le palais du Roy est d’une fort grande étendüe et son appartement62- particulier est de 28. à 30. pieds en quarré et à trois étages63. Les murailles de 18. pieds de haut en sont d’or massif64, non en plaques, mais en carreaux arranges l’un sur l’autre comme des briques fort larges, liaisonnées avec des crampons & des barres de mesme matière65. Le reste de ce magnifique appartement est de charpente, couvert de bois. Le Roy y demeure tout seul, et jamais personne n’y entre que ses femmes, dont il a un grand nombre, qui sont logées dans des appartemens contigus, & sépares du sien. Il en change toutes les nuits, et celle qui a eu l’honneur de coucher avec luy, luy fait son manger dans son appartement, le luy porte dans le sien et mange avec luy, sans qu’ils ayent personne à les servir. Il permettoit aux François66 seuls d’entrer dans l’interieur de son appartement et les voyoit avec plaisir.

  • 67 La révolution synodique de la Lune, ou cycle lunaire, dure 29 jours, 12 heures, 44 minutes, 2,8 se (...)
  • 68 Le dépouillement de la photothèque du musée de l’Homme, à Paris, n’a pas permis d’identifier le po (...)
  • 69 Avant l’arrivée des Blancs, les Amérindiens se servaient effectivement de boucliers.

10Ces peuples font un grand commerce d’or, mais ledit Sagean ne peut dire positivement avec quelle nation, sy ce n’est la japonnoise, comme il croit, car ils le transportent fort loin par caravanes et il leur a oüy dire, suivant leur maniere de conter, qu’il y avoit pour six lunes67 de chemin de chés-eux à cette nation. Il a veu partir une de ces caravanes, dans le temps qu’il étoit parmy eux, composée de plus de trois mille bœufs, tous chargez d’or sur leur dos. Cette caravane étoit escortée d’un pareil nombre de cavaliers, armez de lances & de flesches, avec une espéce de poignard d’un pied & demy de long, attaché à un morceau de cuir, dans lequel ils fourrent leur main, comme dans un gant, sans doigt, tellement que cette lame est comme fichée dans la main par le bout où devroit être le manche68. Ils se servent de ces poignards quand ils en sont aux prises, et ont encore une rondache, faite de peaux de bœuf & de figure ronde, pour parer aux coups de flesches69. Ils font leur traitte au bout de la lance, et la nation avec laquelle ils la font leur donne, en troc, du fer, de l’acier et des armes blanches.

  • 70 Le terme a une signification très large. Par exemple, Charlevoix l’utilise pour désigner les « sig (...)

11Ils n’ont point l’usage de l’écriture à nôtre maniére. Ledit Sagean dit, pourtant, qu’ils donnent à chacun des conducteurs des caravanes, un morceau d’escorce aprettée comme du papier, sur laquelle est marquée la quantité d’or dont il est chargé, et dont il rend compte au retour de la méme maniére. Il dit, encore, qu’ils gravent sur des pierres & sur des métaux les événemens extraordinaires & leurs epoques. Mais, comme il n’a aucune intelligence dans l’ecriture, il ne sauroit s’expliquer plus précisément sur la forme ny la signification des caractéres dont ils se servent, qui sont apparemment des espéces de hyérogliphes70.

  • 71 Aucun descendant de Moctezuma ne porte ce nom. Voir infra, p. 166, n. 19.
  • 72 Armée formidable pour une tribu amérindienne. Les Amérindiens ne commencèrent à se servir de cheva (...)
  • 73 Manuscrit : « massif » biffé.
  • 74 Les Amérindiens savaient fabriquer des flûtes, mais aucun voyageur, à notre connaissance, ne signa (...)
  • 75 L’usage du tambour chez les Amérindiens est attesté par nombre de voyageurs, mais l’instrument, d’ (...)
  • 76 La description semble s’inspirer des tipis des Sioux, qui étaient faits de peaux de bœufs sauvages (...)
  • 77 Expression recensée par Richelet (1680) et par l’Académie (1694) : « Blanc Se prend encore pour le (...)

12Ce Roy des Acaaniba s’appelle Hagaazen, qui veut dire, en leur langue, le grand Roy71. Il n’a guerre avec aucune nation, cependant il a toujours prés de cent mille hommes sur pied, tant cavalerie qu’infanterie72. Mais les trois quarts cavalerie, qui sont toujours campez autour de la ville où il réside. Ces troupes ont des trompettes toutes droites et d’or73, dont ils sonnent fort mal74, et des espéces de tambours, ou plutôt de timbales, aussy d’or, qui sont comme de grands chaudrons ronds, couverts d’une peau de cerf, sur laquelle ils battent avec des baguettes. Et ces sortes de timbales sont portées par des bœufs, sur lesquels il monte un homme pour les battre75. Leurs tentes sont faites de cuirs ou peaux de ces bœufs, passées comme du chamois, lesquelles ils couvrent d’escorce d’arbre, qui est maniable comme de la toile, et qu’ils cousent avec du fil de racines, pour les garantir de la pluye76. Ledit Sagean n’a point de connoissance s’ils observent aucune discipline militaire, ny s’ils font aucun exercice, sy ce n’est qu’ils s’exercent, un jour de la semaine, à tirer au blanc avec leurs flesches77. Le Roy assiste à cet exercice, et gratifie ceux qui donnent dans le blanc, ou de quelque employ, ou d’une de ses femmes.

  • 78 Pratique attestée parmi certaines tribus amérindiennes, dont les Tchactas, qui occupaient originel (...)

13Les hommes y sont bazanez et leur visage paroît hideux et beaucoup plus long & étroit que le naturel, parce qu’étant enfans leur mére leurs [sic] serrent [sic] bien fort la téte, des deux cotez, avec des bois plats78.

  • 79 Selon Henry Timberlake, dont la relation de voyage fut en partie traduite dans la Gazette littérai (...)

14Mais pour les femmes, elles y sont belles & blanches comme en Europe, et ont de la pudeur, se cachant certains endroits &c. La seule difformité qu’elles ont, et qui leur est commune avec les hommes, c’est la grandeur extraordinaire de leurs oreilles, ce qui est une beauté parmy-eux et, pour mieux se les accroître & allonger, ils se les percent et chargent d’anneaux d’or & d’os d’animaux79.

  • 80 Même si, au xixe siècle, les Mandans, qui occupaient un territoire situé le long du Missouri dans (...)

15Ils portent, aussi, leurs ongles fort grands, et c’est, non-seulement une de leurs beautez, mais, encore, une marque de distinction et tant plus une personne y est élevée en dignité, tant plus elle a les ongles longs, en remontant jusqu’au Roy qui rencherit, en cela, sur tous les autres80.

  • 81 « Dont » peut jouer le rôle de pronom relatif, dont l’antécédent est le pronom « Ils » , et il peu (...)
  • 82 Autre trait qui distingue les Acaaniba des Amérindiens, ces derniers étant peu poilus et n’appréci (...)

16Ils se laissent pareillement croître le poil au visage et à l’estomac, dont81 les plus velus sont estimez les plus beaux82.

  • 83 Les mœurs sexuelles amérindiennes variaient d’une tribu à l’autre, mais si la chasteté prémaritale (...)

17La poligamie est en üsage parmy eux et chaque homme y prend autant de femmes qu’il veut. Ils ne se mettent pas autrement en peine de la continence des filles & jeunes garçons pourveu qu’ils soient de condition libre et point du nombre de ceux que les péres & meres engagent dans leur plus bas âge, par parole de futur, ce qu’ils font tres souvent. Mais pour ce qui est des filles ainsi promises, ou des femmes mariées, il y va de leur vie & de celle de leurs galans, sy elles s’abandonnent au sçû de leurs maris ou fiancez83.

  • 84 Note du manuscrit : « Mais ils sont fort sobres quand [sic] à la boisson, n’aimant point l’yvrogne (...)
  • 85 Voir infra, p. 163, n. 13.
  • 86 Au xviie siècle, le substantif « palme » « se prend aussi pour l’arbre du palmier. En Perse & en O (...)
  • 87 Note du manuscrit : « Le païs est fecond en lucresses. » Lucrèce, ou Lucretia, en latin, était la (...)

18Au reste, ces peuples aiment beaucoup la joye. Ils sont grands danceurs & grands mangeurs, ayant toujours la chaudiére sur le feu, ne tenant aucune régie ny aucun ordre dans leurs repas & mangeant indifféremment à toutes heures, tant de jour que de nuit84. Ils receurent parfaitement bien les François, qui étoient les premiers Européans qu’ils eussent jamais veus. Et pendant cinq mois, ou environ, qu’ils resterent parmy-eux, ils y furent toujours regardez à merveille, tellement que rien ne leur manquoit, soit pour l’utile, ou pour l’agréable : il étoit, méme, defendu aux filles de leur rien refuser, à peine de la vie. Et un desdits François, nommé Turpin85, étant sujet à s’enyvrer de vin de palme86, qui est commun en ce païs-là, fut cause qu’on en poignarda six87, parce qu’il s’étoit plaint, autant de fois, dans son yvresse, qu’elles l’avoient rebutté.

19Le Roy fit tous ses efforts pour les retenir à son service, jusques là, qu’il voulut donner en mariage audit Sagean une de ses filles, qui n’estoit âgée que de quatorze ans et luy dit, à son départ, qu’il la luy garderoit, luy ayant fait promettre de retourner.

  • 88 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il veut dire Loups. » L’observation est pertinente. (...)
  • 89 Chiffre souligné dans le texte.
  • 90 Note du manuscrit : « Il veut dire 400. » S’il s’agit des Loups, le pays des Acaaniba se trouve à (...)

20Lesdits François ayant chacun un fusil & de la munition et craignant qu’il ne prit envie au Roy, ou à d’autres de la nation, d’en avoir quelqu’un, ils leur en firent un mistére, leur disant, que c’étoient des esprits qui leur étoient familiers et qui tüoient tous ceux qui en approchoient, autres qu’eux. Totit de méme comme ils tuoient les oiseaux & les bestes, quand ils le leur commandoient : pour leur rendre la chose plus mistérieuse, ils observoient de ne les charger jamais devant eux. Et ces pauvres idiots demeuroient dans un étonnement merveilleux à la veuë de l’effet desdites armes et leur portoient une vénération sy craintive et sy grande, qu’ils n’ozoient seulement en approcher, et qu’ils ne marquérent aucune envie d’en avoir. Les deux Sauvages, ou Indiens, qui accompagnoient lesdits François, leur servoient d’interprettes et se faisoient fort bien entendre des Acaaniba, quoy-qu’ils ne parlassent pas leur méme langage et qu’ils ne fussent pas de leur nation, étant chauanonis88, distans des Acaaniba de plus de 300.89 lieuës90. Ils sont grands gesticulateurs et croit ledit Sagean que ces diverses nations s’entre-entendent par signes.

  • 91 Note du manuscrit : « Ils se font suer avec des herbes lors qu’ils se trouvent mal. » À défaut de (...)

21Ce païs est fort tempéré, n’étant jamais ni trop chaud ni trop froid, et les naturels dudit païs y vivent jusqu’à une extréme vieillesse, sans être sujets à maladies ni infirmitez, et ledit Sagean assure que pendant tout le temps qu’il a esté parmy-eux, il n’y a jamais veu de malade, ni mourir personne, que de caducité et de vieillesse. Ils n’ont ni medecins ni chirurgiens de profession91.

  • 92 Il s’agit d’une sorte de pêche dont la chair adhère au noyau.
  • 93 Le figuier, un arbre ou un arbrisseau du climat méditerranéen, ne pousse pas en Amérique du Nord. (...)
  • 94 On trouve plusieurs espèces de noyers : le caryer ovale (Carya ovata), aussi appelé « noyer tendre (...)
  • 95 Le chataignier d’Amérique (Castanea vesca) est un arbre à tronc fort et étroit assez c om m u n au (...)
  • 96 Les cerisiers (Cerasus) comprennent plusieurs espèces communes : cerisier de Virginie, cerisier ta (...)
  • 97 Sans doute Sagean fait-il allusion au bleuet, une airelle fausse myrtille (Vaccinium myrtilloides) (...)
  • 98 Peut-être s’agit-il du coudrier (Corylus cornuta), un arbrisseau qui produit une noisette et qui e (...)
  • 99 Note du manuscrit : « des fraises et des framboises ». Le fraisier (Fragaria), une plante herbacée (...)
  • 100 Le melon (Cucumis melo), clairement identifié par Pehr Kalm (Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749(...)
  • 101 On trouve plusieurs espèces de courges (Cucurbita) en Amérique. L’espèce la plus connue est le pot (...)
  • 102 Sans doute s’agit-il de la patate sucrée (Convolvulus batatas), une convolvulacée dont les tiges p (...)
  • 103 L’oranger (Aurantiaceae) ne pousse pas dans la région où se trouverait Sagean.
  • 104 Dans le cas d u citron aigre, il peut s’agir du fruit du podophylle pelté (Podophyllum pellatum), (...)
  • 105 L’olivier (Olea) ne supporte pas plus le climat nord-américain que l’oranger ou le citronnier. Sag (...)
  • 106 Le bananier n’est pas indigène à l’Amérique du Nord.
  • 107 Le maïs (Zea mays) est une plante monocotylédone de la famille des graminées, parfois appelée « bl (...)
  • 108 Voir infra, p. 166, n. 18.
  • 109 Gabriel Sagard décrit précisément comment les Hurons transformaient le maïs « en pain ou petits ga (...)
  • 110 Note du manuscrit : « Ce seroit encore tout autre chose s’ils étoient cultivez. Ledit Sagean assur (...)
  • 111 Voir supra, p. 62, n. 27.
  • 112 Selon l’auteur anonyme de l’article intitulé « Matthiew Sagean and his Adventures », « pisikiou » (...)
  • 113 Peut-être Mathieu Sagean décrit-il le guanaco des Andes (I.ama ganicoë), plus précisément l’alpaga (...)

22Tout le païs est abondant en toutes sortes de fruits tant d’Europe que des Indes, pommes, poires, prunes, pesches & pavies92, figues93, amandes, noix94 : chatagnes95, cerises96, meures97, noizettes98 : de toutes sortes de groseilles99 : des melons ordinaires de plusieurs espéces, des melons d’eau100 : des courges, des giraumons101, des patates102 : des oranges103 et des citrons, aigres & doux104, des olives fort grosses105 & des bananes106. Il y a, aussi, du bles-d’Inde107 et de la folle avoine108, aussi blanche & bonne que du ris. Ils font du pain de l’un & de l’autre de ces grains109. Il y a, sur tout, quantité de raisins. Et tous ces fruits viennent dans les bois, qui en sont pleins et bien plus gros & meilleurs qu’en Europe110. Quoy qu’on n’y cultive rien que le bled-d’Inde. La verdure y regne tout le long de l’année, et tous les bois, aussy bien que les plaines, qui y sont les plus belles du monde, et où il y a les meilleurs pâturages, sont toujours remplis de toutes sortes de bestes & d’oiseaux, particuliérement de bœufs sauvages, qui sont beaucoup plus grands que ceux d’Europe111 : ont une grande bosse sur le dos, comme les chameaux et les cornes, aussy, plus grandes que ceux d’Europe. Ils en apprivoisent et s’en servent pour porter des fardeaux et pour leurs caravanes. Il y a une espéce d’animal qui a beaucoup de ressemblance avec les bœufs, et que les Sauvages appellent Pichitiou112, qui est, en effet, beaucoup plus petit que les bœufs ordinaires. Il est gros & rond, ayant les jambes courtes et les pieds fourchus, comme un bœuf. Il n’a point de cornes & a les oreilles fort longues & pendantes. La queüe comme celle d’un grand mouton, et, au lieu de poil, ils sont couverts d’une espéce de laine noire tres fine & frisée, comme les cheveux des négres d’Affrique113. Les femmes des Indiens la filent fort proprement et en font des pagnes et des couvertures. Ils passent aussi les cuïrs de ces animaux, comme du chamois, tant en poil que sans poil et s’en font des couvertures. La chair en est fort délicate et aussi bonne que celle de mouton & c’est le plus ordinaire mets des Indiens. Ils la mangent fraîche & boucanée.

  • 114 Note du manuscrit : « Ces rivieres sont fort poissonneuses. »
  • 115 Peut-être la foulque américaine (Fulica americana), assez semblable à la foulque noire (Fulica atr (...)
  • 116 Le pigeon ramier, ou palombe (Columba palumbus), un pigeon gris-bleu avec le dessous gris rosé, c (...)
  • 117 La tourte (Ectopistes migratorius) est un pigeon de forte taille, aujourd’hui disparu (voir Ch.-E. (...)
  • 118 A l’époque du voyage de Sagean, on trouvait plusieurs variétés de perdrix en Amérique du Nord. Leu (...)
  • 119 La pintade (Numida mekagris), un gallinacé de la famille des phasianidés, possède un plumage noirâ (...)
  • 120 Peut-être s’agit-il de l’oie blanche (Chen caerulescens), qu’on trouve dans les régions arctiques (...)
  • 121 Voir supra, p. 68, n. 55.
  • 122 La famille des anatidés, qui inclut les cygnes, les oies et les canards, comprend soixante-deux es (...)
  • 123 Peut-être le cygne trompette (Olor buccinator), dont l’aire de dispersion était autrefois très éte (...)
  • 124 On trouve notamment la sarcelle à ailes vertes (Anas carolinensis) et la sarcelle à ailes bleues ( (...)

23Les bois & les rivieres114 sont remplis de volailles d’inde115 : de ramiers116 : de tourterelles117, de perdrix118, de poules communes & pintades119 : d’oyes120 : d’outardes121 : de canards122 : de cygnes123 : de sarcelles124 &c. Et le tout d’une grosseur extraordinaire. Ils les prennent avec des réts & des filets.

  • 125 Peut-être s’agit-il de la perruche de la Caroline (Corunopsis carolinensis), aujourd’hui disparue, (...)

24Il y a, aussi, quantité de perroquets, dont le plumage est rouge et qui apprennent bien à parler. Ils sont fort gros125.

  • 126 Sans doute l’opossum commun de Virginie (Didelphis marsupialis). Mais d’autres marsupiaux, communs (...)

25Il y a, encore, une espéce d’animal assez extraordinaire. Il a le corps et la queuë comme un singe, dont ils ont la grosseur, mais ils sont plus longs : ils ont la teste et le groüin comme un cochon : ils sont de couleur de petit gris et ont les pattes d’un chat. Mais ce qu’ils ont de singulier, c’est une espéce de poche sous le ventre, dans laquelle leurs petits se fourrent quand ils sont poursuivis par les chasseurs (ils en ont ordinairement trois ou quatre), et montent au plus haut du premier arbre qu’ils trouvent, à une branche duquel ils se pendent par la queuë, qu’ils ont toute ronde, la tête en bas, et regardent tout autour, comme pour faire sentinelle et veiller à la conservation d’eux & de leurs petits. Leur viande est très délicate et les Sauvages en sont fort friands126.

  • 127 L’animal ressemble au « titi », ou callicèbe à fraise (Callicebus torquatus), un singe commun dans (...)
  • 128 Note du manuscrit : « Idée de la metempsicose. » Les Amérindiens croyaient à l’existence d’une vie (...)
  • 129 Cette singulière vénération pour un animal évoque plutôt une pratique indienne. Aucun voyageur ne (...)

26Il y a, aussy, quantité de singes, des plus gros & qui différent des ordinaires, en ce qu’ils ont tout le corps comme du geay, excepté le tour du col, où ils ont comme une espéce de fraise blanche, qui leur entoure la teste & semble leur relever le menton127. Les Acaaniba les appellent Bichihilly, qui veut dire la beste-belle, et disent, vulgairement que ces bestes peuvent bien avoir été leurs ancestres, et que, peut-être, ils reviendront en cette forme aprés leur mort128. Ce qui fait qu’ils ont une grande vénération pour ces animaux et qu’il n’est pas permis d’en tüer. Sy ce malheur arrivoit à quelqu’un, il en seroit plus sévérement puny que d’avoir tué un homme. Mais ils s’en donnent sy bien garde, que ledit Sagean ne sçait citter aucun exemple pareil, qui soit arrivé parmy-eux, ni par oùy dire, ni pendant qu’il y a esté129.

  • 130 Autre trait peu compatible avec les mœurs amérindiennes. Cependant, chez les Natchez, le « Soleil  (...)

27Ils vivent entr’eux dans une intelligence & une concorde merveilleuses, quoy-qu’ils n’ayent guére d’autre justice que celle qu’ils se font eux-mémes. Mais, pour contenir un chacun dans le devoir, ceux de la nation qui ont plus de lignée et de parens s’y font le plus respecter & y acquiérent une plus grande autôrité sur les autres, de laquelle ils ne se servent qu’à cette fin. Et comme il n’y [en] a guére de sy bien apparanté qu’il ne s’en trouve quelqu’autre qui l’est encore mieux, et ainsi successivement tout s’y maintient dans une grande union et concorde, à quoy leur temperamment doux & humain les porte assez naturellement. Et hors la famille royale, qui se distingue des autres, tout le reste est reputé de condition égale130.

  • 131 Aucun châtiment de ce type n’est attesté parmi les Amérindiens. Le terme « goula » n’est recensé n (...)

28Il y a, néanmoins, une espéce de punition qui est comune parmy-eux et établie de la part du Roy, dans toutes les villes et dans tous les bourgs de son royaume, qui est une espéce de goula, ou collier de bois, de deux piéces, agencées l’une sur l’autre, où il y a des trous pour y passer le col d’un homme, comme on les met ailleurs au pilory, avec cette diférence, qu’ils y sont couchez tout de leur long sur la terre et tout nuds, fors les parties du corps que l’honnetteté défend d’exposer, car ils connoissent la honte et ont de la pudeur, au contraire de bien d’autres nations sauvages, et sont ainsi exposez à la risée du monde dans les places publiques. Cette punition s’exerce contre les hargneux, séditieux et querelleurs. Et pendant qu’ils y sont, l’on n’ozeroit leur donner à manger le jour ; s’ils en ont c’est la nuit que leurs parens & amis leur en portent131. Ils y restent selon la grandeur de leur crime et ledit Sagean y en a veu un qui y fut quinze jours. Il y a encore veu faire mourir publiquement un soldat de la garde qui étoit devant le palais, pour avoir manqué de respect à un Prince de la maison royale. Le soir comme il se retiroit et que lesdits soldats étoient en dance & à se réjoüir : il s’en plaignit au Roy, qui le condamna à estre tüé à coup de flesches. Ce qui fut éxecuté par d’autres soldats.

  • 132 On pourrait penser au Missouri, dont le cours, alors peu connu, traverse une partie des Etats-Unis (...)

29La ville capitale des Acaaniba, où le Roy fait sa résidence, est dans la terre, environ six lieues de ladite riviére (qu’ils nomment Mialy132, si bien s’en souvient) oüest-nord-oüest.

  • 133 Soit plus de deux ans et sept mois.
  • 134 Il s’agit des wampuns fabriqués à l’aide de petites perles extraites de coquillages (Busycon caria (...)
  • 135 « Rassade, S. f. Nom qu’on donne à des especes de petites Perles de verre, ou d’émail, dont on fai (...)
  • 136 « Porcelaine, est aussi une espece de coquille blanche qui se trouve avec les esponges, q u’on app (...)
  • 137 « Palme, S. m. signifie Empan, mesure qui se rapporte à la longueur de la main, quand elle est éte (...)

30Quand les François furent prendre congé du Roy, ils ne l’obtinrent que sur la promesse qu’il leur fit faire par le ciel, qui est le serment dont ils usent ordinairement qu’ils retourneroient au bout de 36. lunes133 et qu’ils apporteroient du corail134, de la rassade135, de la porcelaine136, et autres babioles semblables, qu’on troque avec cette nation pour de bon or, qu’ils ont en sy grande abondance et dont ils font sy peu de cas, que ledit Roy les mit à méme, pour en prendre à leur discrétion, tellement qu’ils s’en chargérent et en prirent chacun soixante barres ou lingots, d’environ une palme de long et de quatre livres, ou environ pezant137. Mais pour les deux Sauvages qui étoient avec eux, ils ne voulurent point du tout s’en charger, & paroissoient fort en peine de ce qu’en vouloient faire les François qui leur dirent, enfin, que c’estoit pour en faire des chaudiéres, ce qu’ils n’eurent pas de peine à croire, parce qu’en effét, celles des Acaaniba, aussy bien que leurs autres ustanciles de cuisine et toute leur vaisselle, généralement sont de ce précieux métal.

31Ledit Sagean dit n’avoir point veu les mines d’où ils tirent cette prodigieuse quantité d’or, mais il dit qu’elles ne doivent pas étre fort éloignées de ladite ville puisque deux de ses camarades, qui y furent, avec quelques uns de ladite nation, ne mirent que trois jours dans leur voyage, compris le retour.

32Lesdits camarades (qui ont péry depuis comme il sera dit cy-aprés) luy dirent que cet or étoit dans des creux & colines de montagnes : que dans les débordemens qui sont fréquens en ces endroits là, les eaux font détacher cet or & l’entrainent, et le temps de la sécheresse venu, il s’en trouve de gros monceaux dans l’endroit du lit des riviéres, qui demeurent à sec pendant quatre mois de l’année et où ces peuples le ramassent.

  • 138 Même si le substantif s’emploie surtout au pluriel, on l’employait aussi au singulier.
  • 139 Voir infra, p. 156, n. 449.

33Ledit Sagean assure, sur sa vie, que si l’on vouloit le faire passer au Mississipy, n’importe en quel endroit du fleuve, il trouveroit fort bien le chemin de retourner ausdits Acaaniba, avec des canots qu’il batiroit luy-méme (étant assez bon charpentier pour cela) pourveu qu’il eut des outils & du monde avec des armes et de la munition138 pour chasser, et qu’il seroit tres bien receu de ces peuples en leur portant des présens de ce qu’il est marqué de l’autre part qu’ils aiment le plus139.

34Enfin, le Roy les ayant congédiez, il leur donna une escorte de plus de 200. cavaliers, plus pour leur faire honneur que pour leur seureté, n’y ayant aucun risque à courir pour eux parmy des gens qui les aimoient jusqu’à l’adoration, pour parler ainsy. Ces cavaliers, outre quantité de toutes sortes de provisions, portérent leur or jusqu’à leurs canots qu’ils suivirent, en costoyant la riviére pendant cinq jours, au bout desquels, ils leur dirent leur adieu avec des heurlemens épouvantables.

  • 140 Nom générique donné à des tribus unies entre elles sur le plan politique. La confédération des Cin (...)
  • 141 Toponyme sans doute fantaisiste, encore qu’il évoque celui de la rivière Kewaunee, qui se jette da (...)
  • 142 Lac Michigan.

35Aprés avoir navigué sur cette riviére pendant douze jours, ne voulant pas s’en retourner par là où ils étoient venus, de crainte qu’ils ne rencontrassent des Iroquois140, leurs ennemis, ils firent un portage de 15. à 20. lieües pour aller trouver une autre riviére nommée de Colimy141 & aller gagner le lac Michigané142, afin de s’en retourner en Canada. Ils furent obligez, pendant ce pénible portage, pour diminuer leur charge, de jetter chacun 14. barres d’or par le chemin.

  • 143 Le castor américain (Castor canadensis), à tête plus large et à la robe plus foncée que celui d’Eu (...)
  • 144 Voir supra, p. 64, n. 35.
  • 145 Voir supra, p. 63, n. 31.
  • 146 Voir supra, p. 59, n. 12.
  • 147 Sans doute Daniel Greysolon Dulhut (ou Du Luth) (1639 ?-1710). Il participa à plusieurs missions d (...)
  • 148 Olivier Morel de La Durantaye (1640-1716) arriva au Canada en 1665 avec le grade de capitaine dans (...)
  • 149 Voir supra, p. 58, n. 9.
  • 150 L’« Instruction pour le Sr. Comte de Frontenac », datée du 7 juin 1689 et remise à celui-ci alors (...)
  • 151 Au cours des années 1670, des Mahingans avaient obtenu la permission des Outaouais et des Miamis d (...)

36Aprés vingt deux jours de navigation sur cette riviére, sans aucune avanture extraordinaire ils arrivérent audit lac de Michigané, avec une augmentation de charge de pelleteries comme castors, loutres & martres143, pour la valeur d’environ six cens escus144, qu’ils avoient traittées sur ladite riviére, avec une nation qui se nomme Miamy145, pour des hardes, cinq de leurs fusils, de la poudre & quelques haches. Estant arrivez audit lac, ils s’en furent à Michilimaquina146, où ils trouvérent Mr. Du Lude147 & De la Durantaye148, officiers françois, qui étoient là, par ordre de M. le Comte de Frontenac149, pour obliger tous les François déserteurs de la colonie de Canada d’y retourner, étant, pour cet effet, munis d’une amnistie150, ce qui facilita le retour desdits François (les deux Sauvages qui les avoient suivis les avoient quittez à la terre des Miamis, où ils avoient des connoissances &, méme, des parens)151.

  • 152 Note du manuscrit : « dans le lac Huron, vis-à-vis de laquelle il y a une isle qui s’appelle Manit (...)
  • 153 Lac Nipissing, au nord de la baie Georgienne (Ontario).
  • 154 Une rivière La Vase, à l’extrémité est du lac Nipissing, témoigne du caractère marécageux de la ré (...)
  • 155 Rivière Mattawa (Ontario).
  • 156 Rivière des Outaouais, qui sert de frontière entre le Québec et l’Ontario et qui se jette dans le (...)

37Ils ne se vantérent pas du trésor qu’ils portoient et poursuivirent leur roûte, ayant, encore, environ trois cens lieuës à faire pour se rendre à Montréal. Ils firent, environ, 50. lieües sur ledit lac, pour aller chercher la riviére des François152, dans laquelle étant entrez, ils y naviguérent l’espace de 40. lieuës et furent tomber dans le petit lac de Nipissengue153, où ils firent un portage de trois lieües qui s’appelle le portage des vases154, pour entrer dans la riviére de Mataoüan155, sur laquelle ils firent 20. ou 25. lieües, d’où ils furent dans la grande riviére de Timiscamingue156, qui les mena jusqu’à Mont-réal, six ans et demy apres que ledit Sagean en étoit party.

  • 157 À l’aube du 5 août 1689, quelque mille cinq cents Iroquois firent irruption à Lachine, tuèrent vin (...)
  • 158 Aussitôt que la nouvelle de l’attaque des Iroquois contre Lachine parvint à Montréal, Jacques-René (...)

38Il fut extrémement affligé à son arrivée, et il ne pût goûter, toute pure, lajoye de revoir sa patrie, s’y étant trouvé privé de son pere, de sa mére, de trois frères et deux sœurs, qu’il espérait d’y retrouver et qui venoient d’étre tous massacrez, il n’y avoit que quinze jours, par les Iroquois, dans une irruption qu’ils avoient faite audit quartier de la Chine dudit Montréal157. Ce qui luy fit prendre la résolution de se mettre du nombre de ceux qui furent envoyez à la poursuite desdits Iroquois158, au nombre de 400. pour tâcher de vanger des vies qui luy étoient sy chéres. Il fut secondé dans ce dessein par tous ses camarades de fortune, excepté deux qui restérent à la garde de leur trésor, qu’ils enterrérent bien secrettement.

  • 159 Vis-à-vis de Pointe-des-Cascades, un village situé sur une pointe qui s’avance dans le fleuve, à l (...)
  • 160 Aujourd’hui la rivière Cataraqui, qui se jette dans le lac Ontario à la hauteur de Kingston (Ontar (...)
  • 161 À notre connaissance, aucun chevalier Baudry n’a été pris par les Iroquois.

39Ils attrapérent lesdits Iroquois à dix lieües de là, dans un lieu qu’on appelle les Cascades159, au bord de la riviére de Catracoüi160, du costé de l’est, où ces antropophages étoient occupez à se régaler des corps des François qu’ils avoient massacrez audit quartier de la Chine, du nombre desquels étoit un capitaine, nommé le Chevalier Baudry161, qui avoit mieux aimé se tüer luy-méme de son épée, que de tomber vivant entre leurs mains, afin d’éviter les tourmens horribles ausquels il devoit s’attendre de leur part, avant d’en recevoir le coup de la mort.

  • 162 Originellement nommé lac des Iroquois par Samuel de Champlain en 1603 (Des Sauvages, 1603, dans He (...)
  • 163 Désiré Girouard : « Tout ce récit n’est qu’une fiction. [...] Il n’y a pas eu de combat aux Cascad (...)

40Les ayant attaquez, il se fit là un combat qui dura plus de six heures, aprés lequel, les Iroquois ayant lasché le pied, les François les poursuivirent pendant plus de 20. lieuës & jusqu’au lac Champlain162, où il ne leur fut plus possible de les poursuivre. Ils en tüérent plus de 200. et ledit Sagean eut, au moins, la satisfaction d’en couper la teste à plus de dix, et d’emporter leurs chevelures163.

  • 164 Voir infra, p. 162.
  • 165 Voir infra, p. 162, n. 7.

41Il y eut, du costé des François, environ 40. hommes de tuez, dont un des camarades dudit Sagean, nommé Garahau164, fut du nombre. Un autre de sesdits camarades, nommé La Fortune165, fut blessé à la cuisse, d’un coup de fusil, dont il guérit ensuite.

  • 166 L’Acadie « est une Peninsule de forme triangulaire, qui borne l’Amerique au Sud-Est », observe Cha (...)
  • 167 « Cotter, signifie aussi, Citer, marquer precisement » (Furetière, 1690). Le Dictionnaire de la la (...)
  • 168 Un forban est un « Corsaire qui exerce la piraterie sans commission d’aucun Prince, & qui attaque (...)
  • 169 La rivière Saint-Jean se jette dans la baie de Fundy (Nouveau-Brunswick).
  • 170 Pavillon et flamme aux couleurs de la France.
  • 171 Williamson, selon Séraphin Marion (Relations des voyageurs français en Nouvelle-France, p. 265). L (...)
  • 172 Aujourd’hui Saint Kitts, ou Saint Christopher, au nord-ouest de la Guadeloupe, dans la mer des Car (...)
  • 173 Ce serait donc en juin 1689 que Sagean fut fait prisonnier. La guerre de la Ligue d’Augsbourg, con (...)
  • 174 Manuscrit : « et coupés en morceaux » ajouté en interligne.
  • 175 « Dégrader, en termes de Marine, signifie, Oster tout l’équipement des vaisseaux, quand on les veu (...)
  • 176 Blackpoint est clairement identifié sur la carte « of the most inhabitated parts of New England », (...)
  • 177 Orthographe ancienne de Boston.
  • 178 Voir infra, p. 122, n. 300.
  • 179 Voir supra, p. 77, n. 107.
  • 180 Les Sokokis, une tribu du groupe algique peut-être liée aux Abénaquis, occupaient la vallée du cou (...)
  • 181 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Du cedre et de l’érabe [sic]. » Pour allumer un feu, (...)

42Aprés cette expédition, ledit Sagean & ses camarades étant de retour à Mont-réal, ils convinrent de garder toujours un profond secret sur leur trésor, et de tâcher à le porter en France. Pour cét effét, ayant vendu audit lieu, seulement la moitié de leurs pelléteries, pour pourvoir à leurs besoins, et gardé l’autre moitié pour couvrir leur jeu, ils chargérent ce qui leur restoit desdites pelleteries, avec tout leur or, dans trois canots, où ils s’embarquérent, avec un petit garçon sauvage, qu’ils prirent, pour suppléer à celuy de leur camarade qui avoit été tüé et s’en furent par le fleuve Saint Laurent, pour aller chercher quelque navire françois le long de la coste d’Acadie166, n’y en ayant pour lors (qui étoit au mois de juin dont ledit Sagean ne sçait précisement cotter l’année167 ) aucun à Kébec. Mais ils eurent le malheur de s’aller jetter à la gueule du loup, ayant rencontré un forban168 anglois au bas de la riviére St. Jean169, qu’ils prirent pour un François, le vaisseau l’étant effectivement et portant pavillon blanc & flamme blanche170. Il se nommoit La Sainte Rose et le commandant Wilmessen171, qui l’avoit enlevé aux François à l’isle St Christophe172. Ce bourreau les ayant pris (quoy-qu’il n’y eut encore en ce païs-là aucune nouvelle de la guerre qui fut déclarée en suitte & dans la même année que ledit Sagean ne peut cotter, mais dit qu’il y aura XI ans au mois de juin prochain173), non contant du trésor qu’il trouva dans leurs canots, leur fit souffrir mille tourmens & tortures horribles, pour leur faire dire où ils avoient pris tant d’or, disant qu’il y en auroit encore & qu’il luy faloit indiquer l’endroit, ne voulant pas croire la vérité qu’ils luy disoient. Et, enfin, il fit mourir six des camarades dudit Sagean, à deux desquels il fit couper les têtes et aux quatre autres les parties naturelles, en présence des autres. Et ledit Sagean en fut quitte pour avoir eu le poignet disloqué, dont il est resté presque estropié de la main et la tête hachée de plusieurs coups de sabre et ses autres camarades, pour avoir, aussy, êté bien battus & maltraittez. Cela n’empécha pas que ledit Sagean ne sauvat deux de ses lingots d’or, qu’il avoit cachez dans ses cheveux et coupés en morceaux174 (lesquels il avoit lors en abondance) et qui luy ont bien servy depuis. Ledit forban, aprés avoir retenu à son bord ledit Sagean & ses quatre camarades échappez du massacre, pendant l’espace de six à sept mois, et avoir mis plusieurs fois en délibération s’il les jetteroit à la mer, les dégrada175 enfin, à la coste de la Nouvelle-Angleterre, dans un païs presque désert, entre Blackpointe & Saccorivier176, à 48. lieuës de Baston177, ville capitale, sans leur laisser aucunes hardes, qu’une chemise & un calcon178 à chacun, et pieds nuds, quoy-que ce fut au mois de janvier, que les froids sont extraordinaires en ces climats et que la terre étoit couverte de nége, et sans aucuns vivres, et il retint le petit Sauvage. Ce fut en ce misérable équipage qu’ils entreprirent de s’en aller audit Baston, vivant, par le chemin, de quelque morceau de viande & de quelque peu de bled d’Inde179, que les Sauvages nommez Soccouky180 leur donnoient (plus charitables en cela, tout sauvages qu’ils sont, que ces impotoyables [sic] Anglois) et couchant, le plus souvent dans les bois,où ils faisoient du feu, par le frottement entre leurs mains d’un bois dur contre un bois mol181, lesquels se trouvent en ce païs-là.

  • 182 Aujourd’hui Portsmouth (New Hampshire), à l’embouchure de la rivière Piscataqua, qui marque la fro (...)
  • 183 Salem, au fond de la baie de Massachusetts (Massachusetts).
  • 184 Le maquereau (Scomber scomber), de la famille des scombridés, vit dans les eaux froides à salinité (...)
  • 185 Edmund Andros (1637-1714) commença sa carrière coloniale en 1666 alors qu’il servit aux Indes cont (...)
  • 186 Le terme désigne un « Corsaire [ou] Escumeur de mer, qui fait des courses sur mer sans aveu ni aut (...)
  • 187 Le shilling valait un vingtième de la livre sterling ou 12 pences.
  • 188 Voir supra, p. 64, n. 35.

43La premiére ville qu’ils rencontrérent dans leur chemin fut Pischadoüa, port de mer, petite ville fortifiée seulement de palissades, à 20. lieües de Baston182. En suite, ils passérent à une autre petite ville, nommée Salem183, où il y a, aussy, un port de mer, et grande pésche de maquereaux184, à 10. lieües dudit Baston. Ils trouvérent dans ces deux villes quelques personnes charitables, qui leur donnérent quelques vieilles hardes et quelque morceau à manger. Et, enfin, ils arrivérent à Baston, aprés 22. jours de marche, la plus pénible qu’on puisse jamais s’imaginer & presque morts de misére. Dans ce pitoyable état ils se présentérent au Gouverneur nommé Milord Andris185, à qui ayant conté leur infortune, il parut fort irrité contre le pirate186 qui en étoit la cause & touché de leur malheur. Il leur fit donner de bonnes hardes et quinze chelins187 à chacun, au moyen duquel secours, ils se furent loger dans une auberge pour se rétablir un peu. Ils y furent bien & humainement traittez, logez & nourris, moyenant deux chelins par jour par homme. Et quand l’argent qu’ils avoient eu de ce charitable Gouverneur fut mangé, ledit Sagean eut recours aux lingots d’or qu’il avoit caché [sic] dans ses cheveux, et en ayant coupé un morceau, il le vendit à un orphévre, pour la valeur de 162. escus188, qui n’estoit pas la moitié de son prix, mais il n’osa se plaindre de cette injustice, par la peur que luy faisoit ledit orphévre de luy faire des affaires.

  • 189 Selon Richelet (1680), « ce verbe régit un acusalif quelquefois, & quelquefois un datif. Il semble (...)
  • 190 Le terme « Abénaquis » désigne plusieurs tribus de la famille algique qui occupaient l’État du Mai (...)
  • 191 Peut-être Benjamin Bullivant, qui était juge de paix et qui fut emprisonné en même temps qu’Edmund (...)

44Ils restérent cinq semaines, ou environ, audit Baston, à se remettre de leur fatigue et, au bout de ce temps, ils demandérent au Gouverneur, la permission de s’en aller à New-yorck, où ledit Sagean avoit des connoissances. Ledit Gouverneur leur voulut persuader189 de s’enrôler, pour aller avec luy à la guerre contre les Sauvages Abénaky & Acadiens190, mais ledit Sagean et ses camarades s’en défendirent, sur ce que ces deux nations étoient alliées des François ; dequoy il parût assez mécontent & leur dit, qu’ils n’avoient donc qu’à s’en aller hors de sa ville. Et ce ne fut qu’avec beaucoup de peine qu’il leur fit donner une espéce de passeport, par un juge de paix, nommé Béliban, apoticaire de sa profession191.

  • 192 Newport dans l’État du Rhode Island. Sagean suit la côte atlantique vers le sud.
  • 193 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il veut dire 60. milles. » Soit quelque 240 kilomètr (...)

45De là ils furent à une ville nommée Nieu-port, dans le païs de Roydelands192, distante de 60. lieües193 de Baston, ville fort négociante, ayant un bon port de mer, défendu par une batterie de 50. piéces de canon, mais petite & bien peuplée.

  • 194 Jacob Leisler (1640-1691), né à Francfort, en Allemagne, arriva à New Amsterdam (New York) en 1660 (...)

46Aprés y avoir séjourné trois jours, ils s’embarquerent sur un petit bâtiment marchand, pour passer à New-yorck, distant de Niew-port de 40. lieües, où estant arrivez aprés quatre jours de navigation ils furent tres surpris d’y rencontrer le forban qui les avoit pris & qui, de son costé, fut fort étonné & tres fâché de les voir, s’étant attendu qu’ils auroïent péry de froid & de misére dans le lieu où il les avoit dégradez il y avoit deux mois et demy, ou environ. Ledit Sagean l’ayant rencontré, par hazard, en ruë, avec la fille du Gouverneur de la ville194, qui étoit sa maîtresse, il conseilla à deux de ses camarades, qui étoient avec luy, de s’éloigner, et l’aborda seul, pour luy reprocher sa crüauté, et luy demanda, s’il ne vouloit pas, au moins, leur donner quelque secours, dans l’extréme besoin où ils se trouvoient et où il les avoit réduits. Mais il n’en eut point d’autres réponses que des imprécations & des malédictions, luy disant, entr’autres choses, qu’il les auroit voulus à tous les Diables.

  • 195 « Bruit & murmure sourd qui tend à querelle, ou sedition », écrit Furetière (1690), qui ajoute : « (...)
  • 196 Le sol est une « piece de menuë monnoye qui vaut douze deniers » (Furetière, 1690). Voir aussi sup (...)

47Sur cette contestation, le Gouverneur arriva, et ayant appris le sujet de cette rumeur195, qui commençoit à s’échaufer (d’autant que les quatre camarades dudit Sagean vinrent à son secours, et, du costé du forban, quelques-uns des gens de son équipage le joignirent aussy) il tira à part ledit Sagean, et l’ayant entendu sur son raport du bien que ce forban leur avoit pris, dont il luy demandoit justice, veu qu’il n’y avoit point de guerre entre les deux nations, pendant que ledit forban soûtenoit toujours qu’il ne les connoissoit point et ne savoit ce qu’ils luy demandoient, se plaignant, de son costé, de l’insulte qui luy étoit faite. Ce Gouverneur commanda audit Sagean de le suivre, ce que voyant ledit Sagean, et ne sachant ce qu’il vouloit faire de luy, il fit signe à ses camarades de se retirer, ce qu’ils firent, pendant que ledit Gouverneur reprochoit au pirate, qu’il luy avoit caché cette capture et qu’il ne luy avoit pas fait raison de ce qui devoit luy en revenir à sa part. Ils en vinrent, méme, à de grosses paroles. Tellement que ledit pirate s’embarqua dans sa chaloupe et se retira à son bord. Le Gouverneur amena ledit Sagean chés luy dans la forteresse, où il l’interrogea sur tout ce qui s’estoit passé & de la valeur du butin, luy disant que ce pirate étoit un fripon, à son égard parce qu’étant intéressé avec luy dans son armement il ne luy avoit pas fait part dudit butin. Et ledit Sagean apprit en suite, tant dudit Gouverneur, que du public, que c’estoit de luy que ledit forban tenoit sa commission, que ledit Gouverneur disoit, pourtant, ne luy avoir pas donnée pour faire des injustices si criantes et qui le commettoient. Enfin, ayant tiré la verité dudit Sagean, il parut touché de son malheur ou, du moins, il en fit semblant. Il luy donna de quoy subsister, pendant le séjour qu’il fit là, sur le pied de quarante sols196 par jour et il envoya plusieurs chaloupes à bord dudit forban, pour l’obliger de venir à terre, mais celuy-cy ne vouloit point obéir et tira, méme, sur lesdites chaloupes, de l’équipage desquelles il blessa 5. ou. 6. hommes et se mit dans un parage hors d’insulte et à pouvoir gagner la mer quand il voudroit, malgré le Gouverneur. Enfin, il capitula et fut un soir parler à ce gouverneur étant descendu à terre avec sa chaloupe, bien armez, et ils firent la paix sur la promesse qu’il luy fit de luy faire raison de ce qui luy revenoit à sa part du butin, comme ledit Sagean l’a appris des gens méme du Gouverneur.

  • 197 Aujourd’hui Albany, la capitale de l’État de New York. En 1614, des marchands hollandais construis (...)
  • 198 Voir supra, p. 84, n. 140.

48Le lendemain de cette entre-veuë ledit Gouverneur proposa audit Sagean, d’aller, de sa part, au fort d’Orange197, distant de la dite ville de New-yorck de 60. lieües sur la frontiére des Iroquois198 dont ledit Sagean entreparle la langue. Ledit Sagean se défia du motif de cette commission et crût que ce gouverneur vouloit se desfaire de luy, comme d’un témoin incommode de ses pirateries. Mais son penchant pour ses compatriotes le détermina à accepter ladite commission, qui étoit pour aller proposer ausdits Iroquois (lesquels alloient faire la traitte audit fort d’Orange avec les Anglois dont ils étoient amis) de ne plus tuer les François qu’ils prendraient en guerre, comme ils faisoient, mais de les amener audit fort, et qu’on leur y donnerait de la marchandise pour leur rançon.

  • 199 Voir supra, p. 91, n. 180.
  • 200 Voir supra, p. 62, n. 30.
  • 201 Nous n’avons pas trouvé trace de cette commission. Il est, du reste, peu probable qu’un gouverneur (...)

49Ce que ledit Gouverneur disoit vouloir faire par reconnois-sance, parce que les François du Canada en avoient autrefois üsé de méme à l’égard des Anglois lors que ceux-cy étoient en guerre avec les Souccouky199 & les Loups200, qui étoient amis des François, disant ledit Gouverneur qu’il ne vouloit pas se laisser vaincre en générosité par les François et qu’il leur vouloit rendre la pareille201.

  • 202 « Piastre ou pièce de huit, monnaie d’argent espagnole, valant à la fin du xviie siècle huit réaux (...)
  • 203 Mesures inexactes : Long Island s’étend sur quelque 200 kilomètres et a une largeur maximale de 32 (...)
  • 204 Des Delawares, peut-être de dialecte « munsee » (voir Ives Goddard, « Delaware », dans B. G. Trigg (...)
  • 205 Vraisemblablement Flatbush, aussi connu sous le nom de Midwout, l’un des cinq villages hollandais (...)
  • 206 Maëstricht, ou Maastricht : ville des Pays-Bas, sur la Meuse, chef-lieu dela province de Limbourg.
  • 207 « Yacht, S. m. Sorte de bâtiment qui va à voiles & à rames. Les yachts sont fort en usage en Angle (...)
  • 208 Le 18 mars 1689, John Bull arriva du Massachusetts pour relever Thomas Jarvis, le commandant du fo (...)
  • 209 Le verbe, observent les auteurs du Dictionnaire de l’Académie (1694), « régit le datif & l’accusat (...)

50Ledit Sagean ayant donc accepté cette espéce d’ambassade, ledit Gouverneur luy donna 50. piéces d’huit202, pour fournir aux fraix de son voyage. Mais, avant que de partir, il voulut pourvoir à la seureté de ses camarades, lesquels il fit passer sécrettement à la Longue-Isle, qui n’est distante de ladite ville de New-yorck que d’environ une lieuë, mais qui a prés de 100. lieuës de long et 40. de large203, habitée par des Anglois, des Hollandois et des Sauvages204, qui y vivent toujours en paix et unis, quelque guerre qu’il y ait ailleurs entre leurs nations, et de peur que sesdits camarades, au nombre de quatre, ne fussent découverts, s’ils s’arrettoient au bord de la mer, ils entrérent cinq lieües dans les terres et s’arrettérent à un village des Hollandois nommé Flaeckbos205, suivant l’avis et par l’intrigue de leur hôtesse de New-yorck, qui étoit une bonne femme native de Maëstrick206 et qui parloit françois. Aprés quoy ledit Sagean partit, sur un yack207, muny de lettres de créance et de recommandation dudit gouverneur, pour le commandant dudit fort d’Orange208, en compagnie de quinze Hollandois, qui alloient, aussy, audit fort d’Orange et qui parloient, pareillement la langue des Iroquois, ausquels Hollandois ledit Gouverneur recommanda ledit Sagean, tant pout luy aider209 en sa négociation, que luy fournir ce qui luy seroit nécessaire.

  • 210 Connue sous le nom de rivière d’Orange par les Français, à cause du fort hollandais bâti sur ses r (...)
  • 211 Le 6 septembre 1664 étaient signés les « Articles of Capitulation of the Sunender of Νπυ Netherlan (...)
  • 212 Au cours de son ambassade auprès des Iroquois, au printemps 1690 (voir infra, p. 110, n. 250), Pie (...)
  • 213 Les Iroquois arrachaient les ongles à leurs prisonniers ou leur coupaient des doigts avant même d’ (...)

51Aprés cinq jours de navigation sur la riviére nommée du Fort-d’Orange210, ils arrivérent audit fort qui est bâty sur le bord de ladite riviére et qui appartient aux Anglois par la cession que les Hollandois leur en avoit faite, aussy bien que de New-yorck, la Longue-Isle : l’isle de Staëd-eneylands et les villes d’Ysop & de Skenaguetay (que les François nomment Corlar) et leurs dépendances, en eschange de Surinam211. Le commandant dudit fort fit bon accueil audit Sagean, le défraya et logea chés luy, et l’envoya, le lendemain, accompagné desdits 15. Hollandois, et de quelques autres encore, qui y alloient, ou pour traitter, ou par curiosité, pour faire la proposition dont il étoit chargé aux Iroquois, qui étoient lors campez à cinq lieües de là, au nombre de 1900. revenant de faire la guerre aux François de Canada, dont ils avoient emmené 48. prisonniers, de tout sexe et de tout âge212, desquels la pluspart étoient attachez à des poteaux, entr’autres six hommes, ausquels ces barbares avoient desjà arraché les ongles & la chevelure, avec la peau de la teste, qui est leur prélude ordinaire, quand ils les ont condemnez à mourir213.

  • 214 Selon J.-A. Cuoq, « Nahoten est l’équivalent de quoi ? comment ? » (lexique de la langue iroquoise(...)
  • 215 « Brother Corlaer », ou « Korla », était en fait le nom générique donné aux gouverneurs de New Yor (...)
  • 216 Jacques-René de Brisay, marquis de Denonville (1637-1710) lut nommé gouverneur de la Nouvelle-Fran (...)
  • 217 Au moment de sa déposition, Sagean ignorait que des négociations de paix venaient d’être amorcées (...)
  • 218 Mathieu Sagean passa par l’Angleterre pour rentier en France (voir infra, p. 154-156).
  • 219 Note du manuscrit : « C’est une coûtume parmy les Sauvages, lors qu’ils font la paix, ou qu’ils li (...)
  • 220 « Infracteur. s. m. Celuy qui enfraint, qui rompt un traité, une loy. Un infracteur d’un traité de (...)
  • 221 La piastre « est le nom qu’on a donné à une monnoye d’argent, qui vaut un écu » (Furetière, 1690). (...)

52Ce qui fut un spectacle bien touchant pour ledit Sagean, auquel, et à ceux de sa compagnie, les chefs des Iroquois ayant demandé ce qu’ils vouloient, ils répondirent, d’abord, qu’ils étoient venus pour les voir, et leur présentérent, à même temps, du tabac haché, dont chacun emplit son calumet et ils fumérent, tous ensemble, chacun sa pipe, dans un grand silence, suivant la coutume de ces barbares. Aprés quoy, ils se mirent à crier, Coa, Coa, qui est à dire, Que demandes-tu214. Pour lors ledit Sagean leur exposa le sujet de son ambassade, leur disant, qu’il étoit là de la part de l’Anuntoüys des Anglois (c’est à dire, en leur langue, le grand Gouverneur215 ) pour les prier, par l’amitié qui étoit entr’eux, de ne plus massacrer, comme ils faisoient, les François qui avoient le malheur de tomber en leurs mains, mais de les envoyer au fort d’Orange pour les rançonner, ce que les Hollandois appuyérent de leur costé, mais, bien loin de leur accorder cette demande, ils protestérent, que, tant que le soleil & la lune paroîtroient, ils ne cesseroient de faire la guerre aux François et de les massacrer, pour vanger (disoient-ils) la perte de plus de 80. des leurs, que Mr. Denonville, Gouverneur de la Nouvelle- France, leur avoit enlevez, lesquels il avoit envoyez en Europe, d’où ils n’estoient jamais revenus, et qu’ils devoient cette satisfaction à leurs parens, qui ne cessoient de pleurer leur perte & d’en demander vangeance216. Que tant qu’il y auroit des gens de leur nation ils ne cesseroient d’éxercer cette vangeance, et que quand ils seroient tous exterminez, en sorte qu’il n’en resteroit plus que quatre, il faudroit encore, que ces quatre périssent dans la peine de continuer cette vengeance, ce qu’ils accompagnoient de heurlemens, de gestes & d’imprécations épouvantables, s’arrachant les cheveux, se mordant les levres, et jettant en l’air des tisons de feu tout allumez, pour signifier le souhait qu’ils faisoient, que le feu du ciel tombe sur eux et sur leurs descendans, s’ils démordoient jamais de cette résolution. Aussy l’ont-ils bien éxécutée, n’ayant jamais depuis voulu faire de paix avec les François217, qui, aussy, les ont entiérement détruits, ou, du moins, réduits en sy petit nombre qu’il n’y a plus lieu de les appréhender, à ce qu’a appris ledit Sagean, par les Anglois de ce païs-là, qu’il a veus en Angleterre218. Et, finalement, ils dirent aux Hollandois, qu’ils en agiroient de méme à leur égard, s’il leur arrivoit d’en faire autant, ce qu’ils leur dirent, pour les empécher de solliciter davantage en faveur des François. A quoy ledit Sagean repliqua qu’ils avoient d’autant plus de tort d’en agir ainsy que c’étoit eux, et non pas les François, qui avoient levé la hache fatale219. Mais ils repartirent, que, quoy qu’ils eussent les premiers levé la hache, ils n’étoient pas, pour cela, les premiers infracteurs220 de la paix, mais bien les François, au moyen de l’enlévement de leurs gens, dont il a êté cy-devant parlé. Et ils demeurérent toujours obstinez dans leur crüauté. Et pour en mieux convaincre ledit Sagean, et ceux de sa suite, ils immolérent à leur rage, le méme jour, et en leur présence, ces six malheureuses victimes, ausquels ils avoient auparavant enlevé la chevelure & arraché les ongles : leur ayant fendu le ventre et fait boire leur sang à leurs petits enfans qui l’avaloient avec une avidité merveilleuse. En suite, ils les hachérent par morceaux, qu’ils mirent à bouillir dans des chaudiéres, et dont ils firent un grand festin. L’on peut juger du saisissement & de l’horreur que la barbarie de cette action causa tant audit Sagean, qu’aux Hollandois qui l’accompagnoient. Ils ne se rebutérent pas, néanmoins, et ils espérérent que, leur crüauté étant, en partie assouvie par ce sacrifice, ils les trouveroient plus traitables en faveur de ces malheureux prisonniers, qui restoient en vie et qui furent, comme eux, témoins du supplice de leurs compatriotes. Ils ne furent pas, tout-à-fait, frustrez dans leur attente, mais, aussy, ils ne peurent jamais obtenir la liberté que de 10. d’entre les 42. qui restoient encore en vie, sçavoir 6. hommes, 3. femmes et une petite fille d’un an, pour la rançon desquels les Hollandois donnérent en marchandise à ces barbares, la valeur de 140. piastres221.

  • 222 Nous n’avons pu identifier cette personne.
  • 223 Nous n’avons pu retrouver le nom de l’officier.
  • 224 Voir supra, p. 57, n. 4.
  • 225 Sur la rive droite du fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Montréal.
  • 226 Comme le signale le Trésor de la langue française, jusqu’au début du xixe siècle, « pagne » était (...)
  • 227 Forme ancienne du verbe, qu’on trouve notamment dans la « soixante septiesme nouvelle » de L’Hepta (...)
  • 228 Les Tsonnontouans, ou Senecas, en anglais, formaient l’une des tribus iroquoises. Ils occupaient u (...)
  • 229 Alors qu’il dénonce les propos de Lahontan sur la fragilité de la vertu des Montréalaises, Charlev (...)

53Ledit Sagean fit, en vain, tout son possible, tant par luy que par lesdits Hollandois, pour obtenir encore une femme nommée Mlle de Crevecœur222, mariée à un gentilhomme françois, capitaine au régiment de Carignan223 et habitüé224 à la coste de Boucherville en Canada225, qu’il avoit apperçuë & reconnuë au nombre de ces malheureux prisonniers, couverte, seulement, d’une méchante pagne226, dans le temps que les Iroquois faisoient le crüel sacrifice des 6. hommes. Elle se mit à pleurer, en voyant ledit Sagean, qu’elle reconnut aussy, mais qui n’osa luy parler, étant bien assuré que ces barbares l’auroient immolée d’abord aprés s’ils s’en fussent aperceus. Il fit offrir jusqu’à la valeur de 50. piastres en marchandises, pour sa rançon, mais il ne peut227 jamais l’obtenir. Ces barbares luy ayant déclaré, qu’ils étoient résolus de l’emmener avec le reste des prisonniers, au Sanontoüain228, qui est le païs où ils font leur résidence ordinaire, à 60. lieües de là, ou environ. Pour la consolation de ceux de leur nation dont les François avoient tüé, ou envoyé en Europe, les maris, les enfans, ou les parens : car c’est une coûtume parmy ces barbares de distribuer ainsi les prisonniers qui leur restent, à leur retour de la guerre, à ceux de leur nation, pour remplacer la perte des leurs, pourquoy on leur fait de grands présens, et ces malheureuses victimes sont immolées à la vengeance de ceux entre les mains de qui ils [sic] tombent, s’ils ne sont adoptez par les péres & méres à la place de leurs enfans, comme il arrive souvent. Il y a, méme, des femmes qui prennent de ces prison-niers françois, à la place de leurs maris. Et c’est le seul moyen qui reste à ces malheureux prisonniers de se garantir de la mort. Mais il ne faut pas s’immaginer que ces femmes, qui prennent ainsy des prisonniers en la place de leurs maris, s’en servent pour les fonctions maritales. Ce seroit un crime qui les couvrirait de honte parmy ceux de sa nation, qui se sont fait une loy de ne toucher jamais à aucune de leurs prisonniéres, parce qu’ils croyent fermément que ce serait la plus grande des infamies. Ainsy, l’honneur des Françoises, ou autres Européanes, qui ont le malheur de tomber entre leurs mains, est, au moins, à couvert229. Plus loüables, en cela, que bien des conquérans chrestiens, qui soüillent ordinairement leurs victoires par des brutalitez honteuses qui en ternissent la gloire.

  • 230 Comme le rappelle Nathaniel Knowles, le supplice des prisonniers s’achevait par un festin (« The T (...)

54Ledit Sagean, et les Hollandois qui l’accompagnoient, séjournérent pendant trois jours à leur camp, logez dans la cabane de leur chéf de guerre. On voulut souvent les régaler de chair humaine, mais ils marquérent toûjours constamment par le refus qu’ils firent d’en tâter, l’horreur qu’ils avoient pour un méts sy odieux230.

  • 231 Le caribou (Rangifer tarandus caribou), de la famille des cervidés, est aussi appelé « renne du Ca (...)
  • 232 Voir supra, p. 83, n. 136.
  • 233 Le porc-épic d’Amérique (Erethison dorsatum) est un mammifère rongeur de la famille des histricidé (...)
  • 234 « Tissu, üe, adj. & subst. qui vient du participe du verbe tistre. Estoffe ou ruban faits de fils (...)

55Ayant, donc, pris congé d’eux le troisiéme jour aprés leur arrivée à leur camp, ces barbares étalérent à leurs yeux, avec beaucoup d’ostentation, les chevelures tenant à la peau des testes de seize hommes françois qu’ils avoient massacrez & mangez, plantées sur des perches comme des étendarts qui marquoient leur victoire à la porte de leur chef, ou général d’armée. Et ledit général et les autres chefs ou officiers de ladite armée les furent conduire, avec 300. hommes armez, jusqu’à moitié chemin, à la considération, comme ils disoient, du Gouverneur anglois qui les avoit envoyés pour qui ils leur donnérent deux douzaines d’escharpes ou ceintures de peau de caribou231, brodées de grains de porcelaine232, réprésentant diverses figures d’animaux et autres, et bordées de frange de poil de porc-épy233, teint en diverses couleurs, le tout bien tissu234, qui est la chose du monde qu’ils estiment le plus, méme, dessus l’or, lequel présent ils disoient faire audit Gouverneur, pour cimenter et afermir l’alliance qui étoit entr’eux et les Anglois. Et ils réitérérent leurs premiéres protestations, de ne pardonner jamais aux François et de ne faire jamais de paix avec eux, tant que le soleil & la lune marcheroient, avec ordre expres d’en assurer ledit Gouverneur. Et, en se séparant, ils recommandérent audit Sagean, et aux Hollandois de sa compagnie, de prier, de leur part, l’anuntoùyo, de se souvenir de leur envoyer de la poudre & autres munitions, et firent une descharge de leurs armes à feu, en criant, vive l’anuntoüyo.

  • 235 Henry Sloughter : voir infra, p. 107, n. 239.

56Aprés cette cérémonie, ledit Sagean et sa compagnie continuérent leur chemin jusqu’au fort d’Orange, où ils menérent les dix personnes qu’ils avoient rachetées. Un Hollandois, habitant de la ville, laquelle se nomme, aussy, la ville d’Orange, qui étoit sans enfans et fort riche, adopta la petite fille qui n’avoit qu’un an, pour en faire l’héritiére de tous ses biens. Les trois femmes furent, en suite, envoyées à New-yorck au service de celle du nouveau Gouverneur, dont il sera parlé cy-aprés235, et les six hommes furent dispersez dans des villes circonvoisines, pour y travailler à gagner leur vie.

  • 236 À la hauteur d’Ossining (New York), un peu en amont de la ville de New York, on trouve Hook Mounta (...)
  • 237 La proclamation qui conférait à Guillaume d’Orange et à sa femme les titres de roi et reine d’Angl (...)
  • 238 Henry Sloughter n’arriva à New York que le 19 mars 1691 (voir note suivante). Le retour de Sagean (...)
  • 239 Dès septembre 1690, les autorités anglaises décidèrent de s’assurer du contrôle de New York et don (...)
  • 240 Guillaume d’Orange (1650-1702), stathouder des Provinces-Unies, était le fils de Guillaume de Nass (...)
  • 241 Voir supra, p. 93, n. 189.
  • 242 Jacques II (1633-1701) devint roi d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande en 1685. Converti au catholi (...)
  • 243 Au moment de la prise du pouvoir en Angleterre par Guillaume d’Orange, Jacob Leisler prit position (...)
  • 244 Selon Henry Martin Dexter, la petite vérole décima la population de Boston durant le printemps et (...)
  • 245 Sur Milborne, voir supra p. 98, n. 208, et p. 108, n. 243.

57Ledit Sagean séjourna cinq jours audit fort d’Orange, aprés son retour du camp des Iroquois, y recevant toujours les mémes bons traittemens du commandant. Et le sixiéme jour il se r’embarqua sur la riviére pour retourner à New-yorck, escorté de dix hommes, savoir quatre soldats de la garnison & six habitans. Ils apprirent bien des nouvelles pendant leur trajet par les gens d’une chaloupe qu’ils rencontrérent en un endroit qui s’appelle Hoocklande236, qui leur dirent qu’on avoit eu avis à New-yorck de la déclaration de la guerre entre les deux couronnes de France & d’Angleterre237, secondée de cette fameuse ligue dont tous les desseins contre la France ont eschoùé, qu’il y étoit arrivé six vaisseaux de guerre238, avec un nouveau gouverneur, nommé Milord Slater239, envoyé de la part du Roy Guillaume240, pour relever & châtier l’ancien Gouverneur, nommé Linsselaër, Suisse de nation et de réligion protestante, qui ayant usurpé le gouvernemant quoy-qu’il ne fut qu’un simple marchand, mais fort riche, refusoit de rendre la forteresse, ayant trouvé le secret de se faire seconder dans sa revolte par le peuple, en luy persüadant241 que ces vaisseaux et ledit Slater venoient de la part du Roy Jaques242 et à fausses enseignes pour les surprendre, et que lesdits vaisseaux battoient ladite forteresse, qui, de son costé, se deffendoit avec succés243. Ce qui obligea ledit Sagean, & ceux qui étoient en sa compagnie, de s’arretter audit lieu de Hoocklande jusqu’à étre plus amplement informez de ce qui se passoit à New-yorck. Ils y séjournérent quatre jours, et y apprirent, aussy, que la petite vérole s’étant mise dans le camp des Iroquois qu’ils venoient de quitter, il en étoit péry environ 800. parce que ces idiots s’alloient jetter tout-nuds dans l’eau, s’imaginant d’éteindre ainsy l’ardeur que leur causoit cette maladie, laquelle ils imputoient audit Sagean, disant que ce ne pouvoit étre que l’effet de quelque sort qu’il avoitjetté sur eux, et bien luy prit d’étre hors de leur atteinte : car ils l’auroient, sans doûte, sacrifié à leur fureur et, dans ce dessein, ils les firent demander au commandant du fort d’Orange, qui leur fit dire, qu’il n’étoit plus en son pouvoir244. Le quatriéme jour aprés leur arrivée audit Hoocklande, ils apprirent que ladite forteresse étoit renduë, l’ancien Gouverneur et son gendre (qu’il avoit fait Major de la place245, de facteur de marchand qu’il étoit) prisonniers et la rumeur appaisée, ce qui les obligea de partir, pour se rendre à New-yorck, où ils arrivérent deux jours aprés.

58Ils n’eurent pas sitôt abordé à terre, qu’on les mena à la forteresse, pour parler au nouveau Gouverneur, à qui ledit Sagean rendit compte de sa commission, et il luy fut ordonné de rester à ladite forteresse.

  • 246 Nous ajoutons le second pronom, sans lequel la phrase n’a guère de sens.

59Le lendemain, ce Gouverneur l’interrogea, pour savoir de luy comment il étoit venu là, et quelle intelligence il avoit avec Linsselaër, son prédécesseur au gouvernement. Ledit Sagean luy raconta son avanture, comme quoy il avoit êté pris & pillé d’un grand bien, par un forban, qui avoit commission dudit Linsselaër, en temps de paix, et luy demanda justice et quelque dédommagement sur les biens dudit Linsselaër. Mais il n’en pût obtenir autre chose, sy ce n’est qu’il l’assura que, dans peu, il auroit la satisfaction de le voir [le246] punir de toutes les injustices qu’il avoit faites et que pour son bien, il étoit tout confisqué au profit du Roy. Et, en effet, à dix, ou douze jours de là ledit Sagean et ses camarades (qui le rejoignirent comme il sera dit cy-aprés) eurent la foible consolation de voir pendre ledit Linsselaër et son gendre.

60Cependant ledit Sagean étoit toujours retenu à ladite forteresse, prisonnier, et, quelques jours aprés qu’il y fut arrivé, ses camarades ayant êté découverts à la Longue-Isle, ils y furent, aussy, conduits prisonniers comme luy.

  • 247 Ferdinand Brunot note, au sujet des désinences des passés simples, que « Ménage hésite encore entr (...)
  • 248 Le sujet du verbe au participe présent est Henry Sloughter, le gouverneur de New York.
  • 249 Benjamin Fletcher remplaça Henry Sloughter après la mort de celui-ci.

61Pendant que ledit Slater véquit247, ledit Sagean, & les autres François, furent bien nourris & bien traittez, les ayant, méme, fait habiller248. Mais il arriva, malheureusement, pour eux, qu’il mourut, trois mois, ou environ, aprés son arrivée, et que le Major de la place249, qui en prit le commandement n’eut pas les mémes égards pour eux, leur faisant, au contraire, toute sorte de mauvais traittemens et marquant, en toute rencontre, une grande animosité contre les François, qu’il accabloit d’injures.

62Comme ce Gouverneur mourut subitement on crut qu’il avoit êté empoisonné par les menées des Hollandois, pour n’avoir pas trouvé en luy la méme facilité qu’avoit pour eux son prédecesseur, de favoriser leur commerce au préjudice de celuy des Anglois.

  • 250 Pierre d’Aux de Joliet (1666-1694) alla négocier chez les Iroquois au printemps de 1690, après que (...)
  • 251 Voir supra, p. 57, n. 4.

63Peu de temps aprés cette mort, ledit Sagean vit arriver à ladite forteresse un officier françois, qu’il entendit nommer M. le Chevalier d’O250, que les Hollandois habitüez251 au fort d’Orange y envoyérent, et qui resta, aussi, prisonnier. Il êtoit capitaine dans le régiment de la marine, qui servoit lors en Canada, et avoit êté envoyé en ambassade au Sanontoùain, par M. le Comte de Frontenac, pour tâcher d’y négocier la paix avec les Iroquois. Mais ces barbares, bien loin d’écouter ses propositions, et violant le droit des gens, l’attachérent à un potteau, aussy bien que tous les autres François de sa suite, au nombre de 14. pour les faire mourir & les manger. Ce qu’ils exécutérent, en effét, à l’égard desdits 14. Et ils auroient fait, sans doûte, le méme traittement audit sieur Chevalier d’O (qui s’y attendoit bien aussi, ayant êté témoin de celuy qu’on venoit de faire à ses gens) sans l’insistance que firent à ces antropo-phages quelques Hollandois qui se trouvérent, par bon-heur pour luy, audit lieu de Sanontoùain, à traitter avec cette impitoyable nation, et qui luy sauvérent la vie, moyennant une rançon, qu’ils payérent en marchandises. Ledit Sagean n’eut la liberté de parler qu’une seule fois audit sieur Chevalier, leur ayant esté fait deffence d’avoir aucune communication ensemble, ce qui fut consigné aux sentinelles et autres soldats de garde. Et les faisoit-on coucher séparément savoir ledit sieur Chevalier d’O, dans leur temple, et ledit Sagean, et ses camarades au corps de garde : et tous sur la dure ; ainsy ledit Sagean ne peut savoir aucune autre particularité dudit sieur Chevalier qu’il laissa encore prisonnier, lors qu’il se sauva comme il sera dit cy-aprés.

  • 252 Sans cloute Sagean fait-il allusion à l’un des enfants de Frederick Philipse, ou Flypse (1626-1702 (...)
  • 253 Note du manuscrit : « c’est-à-dire Sagean ».
  • 254 Aujourd’hui la baie Apalachee, qui forme l’embouchure de la rivière Saint Mark (Floride).
  • 255 L’adjectif renvoie au substantif « pratique », qui désigne un pilote, un marin, qui a une connaiss (...)
  • 256 Voir supra, p. 64, n. 35.

64Pendant que ledit Sagean étoit prisonnier à ladite forteresse, tant du vivant dudit Slater, qu’aprés sa mort, il y fut plusieurs fois visité par un jeune homme de la ville, fils d’un trés riche négociant hollandois, qui y étoit étably, nomme Féride Phelyp252, et qui avoit, encore 3. autres fils, sur ce que ce jeune homme avoit sçû que ledit Sagean avoit êté à la Louisiane avec Mr. de La Salle, celuy-cy253 ayant raconté ses avantures et la découverte qu’il avoit faite de la nation des Acaaniba et de l’abondance d’or qu’ils avoient. Ce jeune-homme luy dit, qu’il savoit bien où étoit l’embouchure du fleuve de Mississipy, pour y avoir êté avec les Espagnols, ayant navigué quelque temps avec eux, que ladite embouchure étoit dans la baye d’Apalache254, dont l’entrée est extrémément petite & dificile à rencontrer à ceux qui n’en avoient pas une connoissance pratique255 comme luy. Il proposa audit Sagean et à ses camarades de se joindre à luy, pour aller entrer par ladite embouchure, dans ledit fleuve, pour le monter jusqu’à ladite nation, et tâcher d’y établir un commerce. Que pour cét effét, il équiperoit un navire de 80. hommes d’équipage, avec des batteaux plats, de bois de cédre, légers & propres pour naviguer sur ledit fleuve, et qu’il feroit bonne provision des sortes de marchandises et munitions propres pour la traitte : que ledit navire attendroit, autant de temps qu’il serait nécessaire, un an s’il le faloit, à l’entrée dudit fleuve, le retour desdits bâteaux, et, enfin, que, s’ils réùssissoient à établir ledit commerce, il donneroit audit Sagean et à ses cinq camarades, outre la liberté de leur prison, six mille escus256 à châcun.

65Quelqu’avantageuses que fussent ces offres pour ledit Sagean et ses camarades, ils ne voulurent pas, néanmoins, y entendre, se souvenant toûjours qu’ils étoient françois, et préférant le devoir que leur imposoit leur naissance à tous les biens du monde et le service de leur légitime souverain à celuy de tout autre, ayant considéré que cette entreprise auroit fait tort aux établissemens que les François ont désjà à la Louisiane et au progres de leur commerce avec ces peuples sauvages, qu’il auroit falu, de nécessité, contre-carrer.

  • 257 Voir supra, p. 107, n. 237. En 1692 se déroulait à New York l’« examination of three prisoners and (...)
  • 258 « Débauche » a le sens ici de « Dereglement, excés dans le boire & dans le manger » (Dictionnaire (...)
  • 259 Rhum : « eau-de-vie, esprit tiré du sucre », écrivent en 1762 les auteurs du Dictionnaire de l’Aca (...)
  • 260 « Guildive » est un synonyme de « rhum » : il s’agissait d’une eau-de-vie préparée à partir de mél (...)

66Ledit Sagean, cinq mois aprés sa détention, et le mois de novembre venu, qu’il glaçoit désjà assez fort pour pouvoir facilement marcher, s’avisa d’aller demander sa liberté, et celle de ses camarades, au commandant, qui n’y voulut jamais entendre et le rabroüa fort, en luy disant, qu’il auroit sa liberté quand la paix seroit faite, et non pas plustôt257. Il défendit, méme, aux soldats qui gardoient ledit Sagean et ses camarades, de leur permettre de parler à luy, n’en voulant pas étre davantage importuné. Ce qui luy fit prendre la résolution de tâcher à se sauver. Il en trouva l’occasion quelquesjours aprés, un soir que ledit commandant étoit en grande débauche258 avec ses amis et qu’il fit distribüer de la boisson aux soldats de garde, afin qu’ils se ressentissent de la feste. Ledit Sagean, voyant les-dits soldats en train, il leur donna de l’argent pour aller acheter du roume259, autrément de la guildive260, pour les achever de saouler, ce qui ne manqua pas d’arriver.

  • 261 Pour « lieux d’aisance ».
  • 262 Le pronom désigne les sentinelles.
  • 263 Soit 6,70 mètres.
  • 264 Staten Island, au sud-est de Long Island.
  • 265 Nous suivons la leçon de Pierre Margry (voir Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. (...)
  • 266 Un cours d’eau, Arthur Kill, sépare Staten Island du continent. Le New Jersey n’est pas une île.
  • 267 Le Delaware.
  • 268 Burlington (New Jersey), en amont de Philadelphie. Sagean a dû traverser les terres des comtés act (...)
  • 269 Les fugitifs n’ont eu qu’à descendre le fleuve pour gagner Philadelphie, fondée en 1682 par Willia (...)
  • 270 La secte, fondée par George Fox (1624-1691), refusait toute liturgie et tout clergé. Le terme « tr (...)
  • 271 Le pronom renvoie au substantif « païs ».
  • 272 Voir supra, p. 57, n. 4.
  • 273 Nous n’avons pu identifier l’homme.

67Pour lors ledit Sagean proposa son dessein à ses camarades, desquels deux l’approuvérent & voulurent étre de la partie. Mais les deux autres, plus timides, ne voulurent point s’y accorder, et aimérent mieux rester prisonniers que de se risquer à rendre leur sort plus malheureux. Ils s’en furent, donc, tous trois, environ minuit, vers l’endroit où sont les lieux261, sur la muraille, afin qu’ils eussent une excuse preste, en cas qu’ils fussent rencontrez en chemin. Mais ils n’avoient point tant à craindre : car, quoy-que cét endroit étoit entre deux sentinelles, outre que la nuit étoit fort obscure, ils262 étoient si pleins de boisson & sy assoupis, qu’elles ne les apperceurent point. Tellement qu’ils se jettérent, sans aucun obstacle, du haut en bas des murailles, qui sont sans fossé, mais qui ont environ 22. pieds de haut263. Ledit Sagean et l’un de ses deux camarades tombèrent heureusement sans se faire aucun mal, mais il n’en fut pas de méme de l’autre, qui, étant tombé sur des pierres, se cassa les deux jambes, ce qui le mit dans l’impossibilité de suivre ses camarades, qui furent obligez de l’abandonner ainsy, en déplorant son sort. Ceux-cy n’ozant prendre le chemin du Canada, parce qu’ils avoient eu avis qu’il y avoit 500. Iroquois qui en gardoient les passages, ils s’en furent le long du bord de la mer, où, aprés une lieüe & demy de chemin, ils trouvérent un canot chargé de chaux, attaché à un moulin à eau. Ils le vuidérent et ayant fait, avec leurs couteaux, deux maniéres de petits avirons d’une planche qu’ils arrachérent audit moulin, ils s’embarquérent dedans, et firent une traversée de quatre lieües, pour gagner l’isle de Staëde-neyland264, où ayant pris terre, environ les neuf heures du matin, du costé de l’est, ils traversérent le bois jusqu’au oüest de ladite isle, où étant arrivez, aprés deux jours de marche, quoy-qu’ils n’eussent que sept lieües à faire, le païs étant des plus dificiles et embarrassé de bois, sans roûte ny chemin, et passant les nuits auprés d’un arbre, sans oser faire du feu, de peur d’étre découverts, quoy-qu’ils fit un froid tres violent. Ils rencontrérent une Négresse, qui arracha de terre une espece de racine que les Anglois appellent teernops265, dont ils se régalérent et qu’ils trouverent excellentes, à cause de la faim qui les pressoit, n’ayant rien mangé depuis leur départ de la forteresse. La rencontre de ladite Négresse leur fut, encore, heureuse, en ce qu’elle leur indiqua, aussy, un canot, appartenant à son maître, qui étoit là auprés, dans une petite crique. Ils s’y embarquérent, pour gagner la grande isle nommée Nyversain, ou Nouvelle-Jersey266, distante de sept lieuës de ladite isle, où ayant pris terre, ils se pourveurent de vivres et traversérent 14. lieües de bois pour aller à une riviére, nommée la Beloire267, au bout de laquelle il y a une ville nommée Berlampton268, petite, mais jolie 8c bien peuplée, et où l’on bâtit de petits navires, mais sans aucune fortification. Ils couchérent une nuit dans ladite ville. Ils s’embarquérent en canot sur ladite riviére et gagnérent la ville de Philadelphie, capitale de la Pensilvanic269, toute peuplée de Coakers, ou Trembleurs270, ville franche, chacun est en liberté, de quelque nation, ou réligion qu’il soit, et quelque guerre qu’il y ait en Europe. C’est une ville toute nouvelle et qu’on agrandit journellement, la franchise dont on y joüit y attirant beaucoup de monde. Elle étoit déjà plus grande que Brest dans ce temps-là, mais sans aucune fortification ny défense, bâtie sur le bord de ladite riviére, dans un païs tout couvert de bois, à 60. lieuës de la mer. Il271 est fort fertile, produisant du bled en abondance et toutes sortes de fruits, d’arbres & de légumes comme en Europe. Un François habitüé272 dans ladite ville, nommé Mr. d’O.273, originaire de Grenoble, y a, méme, planté de la vigne, qui produit de beaux & bons raisins. Les bois y sont plains de bœufs, de chevaux & de cochons sauvages. Et les isles, qui sont en nombre dans ladite riviére (qui est grande, belle & navigable pour les plus grands vaisseaux) y sont couvertes de moutons.

  • 274 « Provenu » est le participe passé de « Provenir, [qui] se dit aussi du fruit, du profit qui revie (...)

68La franchise de cette ville conviant ledit Sagean & son compagnon à s’y délasser de leurs fatigues, ils y séjournérent 15. jours, vivant du provenu274 de l’or que ledit Sagean avoit sauvé et dont il avoit encore un lingot & demy.

  • 275 New Castle (Delaware), en aval de Philadelphie sur le Delaware. On peut s’étonner que les fugitifs (...)

69De là, ils furent à New-Castel275, petite ville à 34. lieües de Philadelphie, en tirant vers la mer, où il y a bon moüillage pour toute sorte de navires et où ils passérent l’hiver.

  • 276 En 1692, selon la chronologie du récit.
  • 277 Voile triangulaire, surtout employée en Méditerranée, dont le grand côté est envergué sur une ante (...)
  • 278 Voir supra, p. 98, n. 209.
  • 279 Selon la déposition d’un chirurgien français capturé par les Anglais, un certain John Cross aurait (...)
  • 280 Sans doute Nevis, à l’ouest d’Antigua, encore qu’il ne faille pas absolument exclure Porto de las (...)
  • 281 « C’est un nom qu’on donne aux Corsaires ou Aventuriers qui courent les mers des Antilles & de l’A (...)

70Le printemps venu276, ils s’embarquérent clans une grande double chaloupe, à voiles latines277, qu’ils achetérent pour 76. piastres, avec un Négre, qu’ils achetérent, aussi, pour 100. écus, pour leur aider278 à manœuvrer, et ils firent roûte vers la coste d’Acadie, pour tâcher de gagner le Canada, soûs prétexte d’aller à la pesche. Ils naviguérent heureusement pendant un mois, le long des costes, où ils mettoient souvent pied à terre pour chasser. Mais le trente deuxiéme jour, ils rencontrérent une barque longue, de fabrique espagnolle, de 12. piéces de canon et 14. rames, commandée par un Anglois, nommé Cras279, qui avoit armé à Niéves280. Il avoit 132. hommes, flibustiers281 et de toutes nations. Il les prit et les retint à son bord. Ils restérent pour faire la course avec luy, pendant 16. mois comme il sera dit cy-aprés.

  • 282 Ile de la Providence, dans la mer des Caraïbes, à l’est du Nicaragua.
  • 283 Porto Rico, à l’est de Saint-Domingue.
  • 284 Peut-être faut-il plutôt lire « jarres », ou « giarres » : « Terme de Marine. Grande cruche qui se (...)

71Ils furent d’abord vers le canal de Bahama, moüiller à l’isle de la Providence282, à l’entrée dudit canal, où ledit Cras vendit leur Négre, et, aprés avoir esté quatre jours à cette rade, à faire de l’eau & se rafraîchir, ils s’en furent faire la course sur les costes de la Floride, où ils ne trouvérent rien. De là ils furent vers Porto-rico283, où ils prirent deux barques espagnoles, de trois qui sortoient dudit Porto-rico, chargées de vivres, d’huile en gerves284 et de quelques baies de cotton.

  • 285 « Trist ou Tris, isle de l’Amerique septentrionale dans la Nouvelle Espagne, sur la côte meridiona (...)
  • 286 Aujourd’hui Haïti et République dominicaine.
  • 287 Portobello, situé sur la côte septentrionale de Panama, au nord-est du canal.
  • 288 Faial, une des îles des Açores.
  • 289 Nous n’avons pu identifier cette personne.
  • 290 « Barbarie » désigne l’Afrique. Le cap Blanc, un promontoire sur la côte ouest de l’Afrique (Mauri (...)
  • 291 « Bosseman. s. m. Terme de Marine. C’est un Officier de l’équipage qui a soin de l’ancre & des cor (...)
  • 292 Note du manuscrit : « Ledit Sagean perdit, en cette occasion, tant en argent qu’en pillage, la val (...)
  • 293 A l’instar de la copie dont il s’inspire (« Le Pays des Acaanibas. Et les Mésaventures incroyables (...)
  • 294 Sagean ne distingue pas la baie d’Arguin, en Mauritanie (20° 31’ N ; 16° 28’ O), au large de laque (...)
  • 295 Cap-blanc : voir supra, p. 118, n. 290 ; Cap-verd : îles du Cap-Vert.
  • 296 Peut-être s’agit-il d’une déformation du mot portugais « peixe » (poisson), voire du verbe « pesca (...)
  • 297 La morue (Gadus morhua), un poisson anacanthinien de la famille des gadidés, vit dans l’Atlantique (...)

72Ils menérent ces prises à Triste285 dans les Honduras, où, aprés les avoir deschargées, ils brulerent les batimens. Ils furent, en suite costoyer les isles de Cuba et de St. Domingue286, et n’y ayant rien trouvé, ils s’en vinrent jusqu’aux isles des Açores & des Canaries, où ils prirent une barque espagnole à la veue de terre, qui portoit de l’argent de Portobello287 pour payer les garnisons desdites isles. Tellement qu’ils firent 1600. piastres à l’homme. Peu aprés ils prirent une autre barque espagnole, chargée de vin de Fayal288. Cette prise leur fut fatale. Car, et le capitaine et les gens de l’équipage en beurent tant qu’ils ne dessouloient presque point, ce vin étant fort violent, tellement qu’au lieu de faire éxactement le quart et de veiller à leur roûte, ils s’endormoient lors qu’ils devoient veiller. Ces exces allerent sy loing, que plusieurs en crevérent, et un nommé Savary289, de Nantes, fut trouvé noyé dans un tonneau dudit vin, sa teste, un peu trop pesante, ayant emporté ses pieds, comme il en vouloit encore puiser. Enfin, 15. jours aprés cette malheureuse prise, l’yvrognerie continuelle ne finissant point, une nuit du mois d’avril, un peu avant le jour, qu’il faisoit assez beau temps, ils donnérent sur des roches, à la coste de Barbarie, 35. lieües sud-est du Cap-blanc290. Ledit Sagean êtoit, par bonheur, de quart, lors que le bâtiment toucha. Son premier soin fut de songer à son salut, et comme la pluspart des officiers, & le capitaine méme étoient endormis & yvres, il n’eut pas de peine à se saisir d’une petite pirogue de Sauvage, tout d’une piéce, qui leur servoit de chaloupe, n’en ayant point d’autre. Ils s’y embarquérent neuf de ceux qui avoient conservé le plus de raison dans cette yvrognerie presque générale, dont il n’y a avoit que ledit Sagean de François, quoy-qu’il y en eut plus de 40. dans l’équipage dudit bâtiment et, parmy ces neufs, il n’y avoit aucun officier que le bosseman291. Tous les autres furent noyez, ou massacrez, aussi bien que le reste de l’équipage, dont la plus grand’part étoient sy ensevelis dans le vin, qu’ils périrent avec le bâtiment. D’autres ayant gagné la terre, étoient incontinent massacrés par les barbares292. Le capitaine, et quelques autres ayant ap-perceu le batteau au large, et voyant, aussi, que ceux dudit batteau, comme l’on massacroit à terre les gens qui y abordoient, fut à la nage pour s’embarquer dans ledit batteau, mais on fut obligé de le repousser à coups d’aviron, le batteau n’en pouvant contenir davantage, et ce malheureux périt, aussy bien que tous les autres, excepté les 9. Ledit Sagean fut fort afligé de la perte de son camarade, le seul de 12. qui luy restoit. Les huit hommes qui se sauvérent, avec luy, dans la pirogue, étoient 3. Anglois, 3. Hollandois & 2. Irois293. Ils n’eurent garde d’aller aborder une terre, où il n’y avoit point de salut à espérer pour eux, et ils prirent la résolution de s’en aller au port d’Arguin294, appartenant aux Danois, sur la coste d’Affrique, entre le Cap-blanc & le Cap-verd295. Mais ils n’y pûrent jamais gagner, la mer étant trop grosse et le vent venant de terre. Comme ils n’avoient eu le temps d’embarquer aucuns vivres, ils furent quatre jours entiers sans boire ni manger. Le cinquieme jour, étant à travers le Cap-blanc, ils trouvérent un banc, sur lequel ayant jetté à la mer des lignes qui se trouvoient dans le batteau, ils eurent le bonheur de pescher deux poissons, que les Portugais appellent pasgues296, qui sont d’un bon goût et grands comme des morües297. Aprés les avoir parez & fait sécher au soleil, ils en rassassiérent leur grosse faim, les mangeant tout cruds. Deux jours aprés, ayant rencontré un grand rocher, un peu au large, ne pouvant aborder la terre, les Anglois, Hollandois et Irois y descendirent, pour voir s’ils y pourroient trouver quelques coquillages pour se substanter, pendant que ledit Sagean gardoit le batteau. Ils y restérent deux jours et une nuit, et trouvérent moyen d’y faire du feu. Mais n’y trouvant rien à manger, pressez d’une faim extréme et avides de viande, ils tirérent au sort pour manger un d’entr’eux, et le sort tomba sur un des Irois. Aprés s’estre repus de cette odieuse viande, ils se rembarquérent, avec les restes, qu’ils avoient coupé [sic] en morceaux et fait rôtir, avec des herbes séchez et autres matiéres combustibles qui se trouvérent sur ce rocher. Ils en offrirent audit Sagean, luy disant, que c’estoit de la chair d’une tortuë qu’ils avoient trouvée, mais, se défiant de ce que c’estoit, parce qu’il ne les vit revenir qu’au nombre de sept, il n’en voulut point tâter. Et leur ayant demandé, où êtoit le huitiéme ils luy dirent, qu’ils l’avoient perdu, sans savoir comment, et qu’il faloit qu’il fut tombé à la mer. Ledit Sagean ne trouva pas à propos de s’informer davantage d’une action dont il étoit sufisamment convaincu, par l’inspection seule de cette chair, quelque déguisement qu’ils y eussent apporté et dont l’énor-mité luy fit horreur.

  • 298 Ile de Sal, située au nord-est de l’archipel du Cap-Vert.
  • 299 Bonavista, située à l’est de l’archipel du Cap-Vert. Au moment du passage de William Dampier à l’î (...)
  • 300 « Calecon, s. m. Quelques-uns disent Caneçon. Vêtement qui couvre les cuisses, qu’on attache à la (...)

73Le lendemain de cette inhumanité, ils partirent, pour tâcher, encore, de gagner le fort d’Arguin, mais il leur fut impossible, ayant toûjours le vent contraire, & la mer étant fort grosse. Ce que voyant, et leur obstination ne leur servant de rien, ils firent vent arriére, dans l’espérance d’attraper quelqu’une des isles du Cap-verd chemin faisant, et environ deux jours aprés, se trouvant en pleine mer, et hors de la veuë de toute terre, ils rencontrérent un banc, où ils eurent le bonheur de prendre autant qu’ils voulurent dudit poisson, dont ils se régalérent en le mangeant toûjours tout crud. Deux fois vingt-quatre heures aprés, ils apperceurent une terre, à laquelle ayant abordé, il se trouva que c’estoit l’isle de Sel298, pour lors inhabitée. Elle a êté autrefois habitée par des Noirs portugais et les vestiges de leurs habitations y paroissent encore. Mais des Anglois y ayant abordé, pour y traitter de l’ambre (qui y abonde, en certaines saisons) il y a environ 15. ans, un malheureux motif d’interest les porta à en massacrer tous les habitans, afin d’avoir leur ambre sans les payer, à ce qu’ils apprirent, depuis, par ceux de l’isle de Bonne-viste299, où ils allérent, aprés avoir resté une quinzaine de jours à se rafraîchir à ladite isle de Sel, dans laquelle ils trouverent quantité de chévres et de chevreaux et du poisson. Il y avoit, aussi, quelques chevaux sauvages. Ils enterrérent là deux de leurs gens, qui y moururent en arrivant, de la misére et de la soif qu’ils avoient soufferte, car, pendant toute leur navigation depuis leur naufrage, qui fut de 16. jours, ils n’eurent d’autre eau que de celle qui tomboit du ciel assez rarement & ledit Sagean avoit le soin, quand il pleuvoit, de ramasser le plus d’eau qu’il pouvoit, en faisant tremper un calçon300 de chamois qu’il avoit, lequel il mangea tout pendant la traversée, n’ayant jamais pû se résoudre à manger de la chair humaine, à laquelle les Anglois & les Hollandois trouvoient beaucoup plus de goût qu’au calçon, dont, pourtant, ils amusoient leur faim, aussi-bien que ledit Sagean, quand ils n’en eurent plus. Et voilà (aux poissons prés qu’ils prirent par deux fois) dequoy ledit Sagean vécut pendant cette traversée de 16. jours. Ce qui leur fit le plus de peine, ce fut l’abstinence de boire, ayant esté cinq jours entiers, sans qu’il tombat une goûte d’eau dans un climat le plus chaud du monde. Les chaleurs y étoient, pour lors, sy excessives, qu’ils furent souvent obligez, pour en modérer un peu l’ardeur, de se mettre dans l’eau, le plus avant qu’ils pouvoient, étant sans hardes, & presque nuds.

  • 301 Ile de Maio, à l’est de Santiago et au sud de Bonavista. Les aventuriers rangèrent donc les îles d (...)

74Comme Bonneviste est, presque, à la veuë de l’isle de Sel, ils s’y rendirent le mémejour de leur départ de cette derniére, n’estant plus qu’au nombre de six. Ils y furent trés bien receus et secourus par les Noirs portugais, habitans de cette isle, qui aiment fort les François & ne haïssent pas les Hollandois. Mais ils ont une âversion mortelle pour les Anglois, à cause du massacre qu’ils ont fait de plusieurs des leurs, tant à l’isle de Sel, comme il a esté dit, qu’à l’isle de Mé301. Ils les traittérent, néanmoins, également bien comme les autres, à cause de leur compagnie.

  • 302 Santo Nicolau se trouve au sud-ouest de l’île de Sal. Le navire a entrepris une remontée vers le n (...)
  • 303 Des franciscains accompagnaient les explorateurs portugais au cours de la découverte des îles du C (...)
  • 304 Santo Antão : la plus septentrionale des îles du Cap-Vert.

75Aprés avoir séjourné huitjours dans cette isle, n’y trouvant aucune occasion de s’embarquer, ils passérent à celle de St. Nicolas302, qui est, aussy, à la veuë de Bonneviste, munis de la recommandation d’un prestre blanc portugais, pour un réligieux de l’ordre de St. François, qui étoit à St. Nicolas303. Ce moine les receut avec hospitalité, et, pendant une semaine qu’ils resterent à ladite isle, ils en receurent toutes sortes de secours et de consolations. Mais n’y ayant point trouvé, non plus qu’aux autres isles, aucune occasion d’embarquement et ne prévoyant pas, suivant ce qu’on leur disoit, qu’il y en deut avoir sytôt, ils se résolurent de passer à l’isle de St. Anthoine304, au nombre de quatre, seulement, deux de leurs camarades étant restez à Saint Nicolas, sçavoir, un Anglois & un Hollandois. Cette isle est, aussy, à la veue de St. Nicolas. Ils avoient une lettre de recommandation dudit réligieux, pour un autre pére du méme ordre, qui résidoit à St. Anthoine, et qui leur fit le méme accueil que l’autre.

  • 305 Peut-être Jacques Léger. Dans une lettre datée du 25 novembre 1694, Jean-Baptiste Ducasse signalai (...)
  • 306 Jean-Baptiste Ducasse fit carrière dans la marine. En 1678, il fut envoyé à Saint-Domingue par la (...)
  • 307 Le brigantin est « un vaisseau de bas bord, qui va à voiles & à rames de chaque costé, 8c [qui] n’ (...)
  • 308 Ile Saint-Vincent, au sud de Sainte-Lucie et à l’ouest de la Barbade, dans les Antilles.
  • 309 Santiago se trouve à l’ouest de l’île Maio et au sud de Santo Nicolau.
  • 310 Voir supra, p. 122, n. 301.
  • 311 « Fluste, signifie aussi un vaisseau long qui est enflé par le ventre, qui sert à porter des vivre (...)
  • 312 La Gambie, une possession anglaise depuis 1588, correspond, en gros, au Sénégal. Gorée, un îlot vo (...)
  • 313 La frégate est « un petit vaisseau à rames moindre que le brigantin. On s’en sert sur la Méditerra (...)
  • 314 Sans doute plutôt William and Mary, en l’honneur des nouveaux souverains anglais. Un certain capit (...)

76Ils restérent dans cette derniére isle l’espace de deux mois, s’éxerçant à la pesche pour tacher de gagner leur vie et de n’estre pas tout à fait à charge aux habitans, qui, de leur costé, leur donnoient toutes sortes de secours. Au bout de ce temps là, ils virent, avec beaucoup de joye & d’espérance, tout ensemble, arriver un navire dans le port. C’estoit un François, venant de la coste de St. Domingue, armé en flibuste. Le capitaine étoit un nommé Léger305, normand de nation, qui avoit commission de Mr. du Casse306, Gouverneur dudit St. Domingue. Il y avoit d’abord armé une barque longue, avec laquelle il avoit pris le bâtiment qu’il montoit alors, sur les Hollandois. C’estoit une espéce de brigantin307, dont ledit Sagean ne se souvient pas du nom, qui avoit dix piéces de canon, ayant laissé ladite barque longue à l’isle de St. Vincent308, avec la moitié de son équipage, qui avoit voulu s’en retourner à St. Domingue ; tellement que, ne luy restant plus que 60. hommes, tant François, qu’Anglois, Hollandois & autres nations, il fut fort aise de rencontrer ledit Sagean & ses trois camarades, qui, de leur costé, s’embarquérent avec plaisir, pour faire la course avec luy à la part. Ils mirent à la voile la nuit suivante ; et trois jours aprés, comme ils passoit [sic] le chenal qui sépare l’isle St. Yago309 et l’isle du Mé310, ils rencontrérent, le matin, une fluste hollandoise311, qui paroissoit estre navire marchand, armée de 15. à 16. piéces de canon. L’ayant reconnuë, ils l’attaquérent et se bâtirent pendant trois heures, à une lieuë et demy de la terre dudit St. Yago. Et comme ils se disposoient à l’aborder, ils la virent premiérement tout en feu & puis sauter en l’air, ce qui leur fit croire que le feu y avoit pris aux poudres. Dans ce temps-là, le vent ayant fraischy, ils laissérent là le Hollandois & suivirent leur roûte, pour continuer leur course le long de la coste de Guynée. Estant arrivez entre Gorée & Gambie312, trois jours aprés, ils rencontrérent une frégate313 de 16. piéces de canon, laquelle ayant reconnu [être] angloise, ils l’a [sic] combattirent pendant deux heures, ou environ, et l’ayant abordée, ils l’enlevèrent. Le capitaine anglois, nommé Béliman, êtoit blessé d’un coup de fusil, dont il guérit en suite, ledit Sagean l’ayant veu depuis à Londres. Il n’avoit que 20. hommes de reste de son équipage, la maladie s’y étant mise. Il se défendit, pourtant, avec assez d’obstination et, pour mieux tromper le flibustier, il avoit donné des chapeaux à ses Négres, dont il avoit 76. Cette maladie fut cause que le corsaire ne voulut point se charger desdits Négres. On pilla seulement le bâtiment nommé Le Guill[aum]e & Marie314, où il se trouva 22. £. de poudre d’or. Ils le laissérent aller en suite, avec ses Négres, dont il y eut six de tuez dans le combat, et aucun de l’équipage ne fut seulement blessé, que ledit capitaine. Le flibustier eut trois hommes blessez, qui guérirent bientôt.

  • 315 Le toponyme n’a pas changé (voir « Carte idéale d’une partie de la Concession de la Compagnie Roya (...)
  • 316 Jean-Baptiste de Gennes (1656 ?-1705) commença sa carrière dans la marine en 1673. En juillet 1695 (...)
  • 317 Manuscrit : « St » biffé.
  • 318 Sur la « Carte de la Côte de Guinée et du Pays, autant qu’il est connu, depuis la riviere de Serre (...)
  • 319 Aujourd’hui Assinie. Le toponyme est orthographié de différentes façons : Issinie, Issiny, Issigny (...)
  • 320 Lecture de Pierre Margry : « Catchaa » (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 141) (...)
  • 321 Rivière Assinie. Les difficultés d’atterrage sont confirmées par Jean- Baptiste Labat : « La rivie (...)
  • 322 « Quartier-maistre, en termes de Marine, est un Officier du navire qui aide au Maître & au Contre- (...)
  • 323 S’agit-il bien du fils du roi Zema, qui avait été donné aux jacobins arrivés en août 1687 sur ses (...)
  • 324 Nous n’avons pu identifier ce marin.
  • 325 Voir supra, p. 124, n. 306.
  • 326 Aujourd’hui La Mine. Appelé « Comendo George de La Mine » sur la « Carte de la Côte de Guinée et d (...)
  • 327 Orthographe singulière pour « interlope ». Le substantif désigne un navire marchand qui trafique e (...)
  • 328 « Maistre, en termes de Marine, signifie sur l’Ocean le Pilote ou Commandant des manœuvres du vais (...)

77Aprés ce combat, ils entrérent dans la riviere de Gambie315, où ils trouvérent les Vaisseaux du Roy, commandez par Mr. de Gennes316, qui avoient pris le fort dudit Gambie sur les Anglois. Ledit Sieur de Gennes proposa audit Léger317 de grossir son escadre et de le suivre à la mer du Sud, mais n’ayant pas voulu s’y accorder, et cette proposition ne luy convenant point, ledit Sieur de Gennes le chargea de porter à Sestre318 un fils du Roy négre d’Axeny319, qu’il avoit mené de France dans son bord. Aprés avoir fait de l’eau & pris quelques cordages dont ils avoient besoin, ils furent à Catchau320, qui est, environ, 20. lieuës dudit Gambie, croyant y trouver quelque Anglois. Mais, n’y ayant rien trouvé, ils suivirent la coste jusqu’audit Sestre, distant de 150. lieües. Et ayant fait de l’eau & du bois dans ces deux endroits, ils poursuivirent toujours leur roûte le long de la coste ; et, au lieu de laisser ledit Prince négre à Sestre, comme ils en avoient la liberté, ils crurent bien faire de le mener, comme ils firent, jusqu’à Axeny son païs, qui étoit encore éloigné de 100. lieües, ou environ, dudit Sestre. Ils arrivérent devant la riviere d’Axeny321, environ un mois et demy aprés leur départ de Gambie, et moüillerent dans une ance, à l’abry d’un cap, à une lieuë de terre, presque, impraticable, méme pour les plus petits batteaux, tout le long de l’année, à cause de l’agitation continuelle de la mer, si ce n’est pendant un mois, ou environ, aprés Noël. D’abord qu’ils eurent mouillé, plusieurs canots de Négres se rendirent à bord ; le Prince s’embarqua dans un, et le capitaine Léger, avec son quartier-maître322, dans un autre, et s’en furent à terre, non sans courir risque de la vie : car leurs canots tournérent, mais comme ils ctoient prés de terre, on les sauva. Ce pauvre Prince, ayant trouvé son pere mort en arrivant & le trône occupé par un de ses fréres de pére, il s’abandonna aux larmes & à la douleur. Le nouveau Roy luy fit, néanmoins, grand accueil aussy bien que tout le peuple. Le capitaine Léger, & son quartier-maître, furent bien régalez & remerciez, mais ce fut tout ce qu’ils eurent : car ils furent foüillez par l’équipage en arrivant à bord, ses gens ne pouvant croire qu’ils n’eussent êté gratifiez de quelque présent, de la part du Roy négre : car pour le prince qu’ils avoient amené, il leur parût toûjours un pauvre Prince323. Ledit Sagean n’a sçû ce qui s’étoit passé à terre, que par la relation que luy en fit ledit quartier-maître, qui fut le seul de l’équipage qui y descendit avec le capitaine & le Prince. Ledit quartier-maître, nommé Desvalons324, dit, encore, que le nouveau Roy avoit proposé, devant luy & ledit capitaine audit Prince, de s’en retourner en France, et qu’il luy donneroit une certaine quantité d’or, qu’il fit apporter devant eux, et en fit un si grand monceau, qu’il ne peut juger de ce qu’il y en avoit, ayant esté ébloûy d’en voir une sy grande quantité. Le Prince témoigna audit Roy, qu’il étoit content de se r’embarquer dans le méme bâtiment qui l’avoit porté, avec tout l’or qu’il luy offroit, non pour retourner directement en France, mais pour aller à l’isle de la Martinique, où il avoit déjà êté autrefois avec Mr. Du Casse325, à présent Gouverneur de St. Domingue et ofrit au capitaine Léger et à son équipage, la valeur de dix mille ecus en or, pour son passage, s’ils vouloient l’y aller porter, proposition qu’il avoit déjà faite étant dans le l’y aller porter, proposition qu’il avoit déjà faite étant dans le bord, et pendant le trajét qu’il avoit fait, croyant trouver son pére en vie, qui luy auroit donné beaucoup d’or : car il mar-quoit toûjours une forte envie d’aller à la Martinique, non, toutefois, avec ses richesses, y faire un armement pour aller prendre le Château de La Mine326, limitrophe des Estats de son pére, et en chasser entiérement les Hollandois. Mais sa Majesté négresse fit une réfléxion, que son Altesse ne seroit pas trop en seureté, avec son trésor, dans un avanturier comme étoit le petit bâtiment qui l’avoit amené, tant par la tentation que pourroit causer ce trésor à l’équipage dudit bâtiment que par le risque d’estre pris par un plus fort, et luy conseilla d’attendre qu’il y allât à cette coste quelque vaisseau du Roy de France, pour l’emmener avec plus de décence et de seureté, à quoy il falut s’en tenir. Ledit Prince étoit d’une humeur fiére & hautaine : il prit des airs impérieux dans le bâtiment dés qu’il y entra, et prétendit, méme, qu’on luy déféra le commandement d’abord qu’il eut commencé à réspirer l’air des terres de la domination de son pére, ce qui fit rire le capitaine Léger et son équipage, qui luy firent connoître, à leur tour, qu’ils n’estoient pas ses sujets. Il ne fut pas plus content du refus que luy fit ledit capitaine Léger, de luy livrer un mulatre portugais qu’il avoit pris à Gambie, pour le servir et qu’il vouloit obliger, malgré luy, de descendre à terre, celuy-cy, préférant de suivre la fortune de la course à celle qu’il auroit pû espérer de ce pauvre Prince, qui s’en pris audit capitaine et fit bien des rodomontades, parce qu’il ne voulut pas forcer ce mulatre de le suivre luy réprésentant qu’il n’étoit pas son esclave. Pendant que ledit capitaine Léger et son quartier-maître étoient à terre, la premiére nuit de leur arrivée à ce mouillage, l’équipage du bâtiment qui étoit resté à bord, ayant apperceu une voile au large, ils levérent l’ancre et coururent aprés. Il se trouva que c’estoit une barque hollandoise, de 10. à 12. piéces de canon, interlops327, qui venoit de la traitte. Ils l’attaquerent et l’abor-dérent presqu’en méme temps, quoy-que de nuit, mais ils y trouvérent une résistance à laquelle ils ne s’estoient point attendus, et avant de le pouvoir réduire, il s’y fit un combat assez sanglant, qui dura trois heures, bord-à-bord. Le flibustier eut trois hommes de tüez et six de blessez ; du nombre de ces derniers fut le maître du bâtiment328 qui y perdit une main. Le Hollandois eut 8. à 9. hommes de tuez et 5. ou 6. blessez. Il avoit cinquante hommes d’équipage, se portant bien, ainsi la partie étoit assez égale. Ils luy trouverent treize ou quatorze livres p[esan]t de poudre d’or, quantité de belles et bonnes marchandises pour la traitte & des vivres. Aprés avoir enlevé tout ce qu’il y avoit de meilleur, ils laissérent aller ce qui restoit de Hollandois, avec leur bâtiment.

  • 329 Une partie du mot « environ » est cachée par une tache et il semble que le commis qui a transcrit (...)
  • 330 Aujourd’hui île de Corisco dans la baie du même nom, en Guinée-Équatoriale, au sud du cap San Juan (...)
  • 331 Le cap San Juan, pointe extrême de la Guinée-Équatoriale. « Gabon » désigne ici une « riviere d’Af (...)
  • 332 Carener un bâtiment, c’est « donner carene au vaisseau, le mettre sur le costé, luy donner le rado (...)

78La poudre d’or et les autres marchandises furent incontinent partagées entre l’équipage ; l’on conserva la part du capitaine & celle du quartier-maître qui étoient à terre, et chacun traitta à cette coste ce qu’il avoit de marchandises à sa part, pour de la poudre d’or, en sorte qu’en partant de ce mouillage, qui fut quatre jours aprés, ledit Sagean en avoit à sa part environ329 quatre livres, et les autres à proportion. Ayant levé l’ancre, ils furent à Courisque330, distant d’Axeny d’environ 150. lieües, et y moüillérent entre Gabon & le cap St. Jean331. Ils y carennérent leur bâtiment332 & y furent environ de trois semaines.

  • 333 Selon Bruzen de La Martinière, le cap de Lopez, au Gabon, était la tête de pont du commerce de l’i (...)
  • 334 Le patronyme est souligné dans le texte et une note est placée dans la marge : « Il veut dire Glau (...)
  • 335 SaintAugustin est aujourd’hui une ville sur la côte ouest de l’île de Madagascar, à l’embouchure d (...)
  • 336 Impossible d’identifier ce roitelet. Au xviie siècle, plusieurs populations étaient installées prè (...)
  • 337 Mohéli est l’une des îles de la République des Comores. Mathieu Sagean, qui signale des points de (...)
  • 338 Guillaume, comte d’Aché de Serquigny (?-1713). Une dépêche ministérielle, datée du 22 décembre 169 (...)
  • 339 La « Carte de l’Ethiopie orientale située sur la Mer des Indes », de d’Anville, datée de 1727 (BNF (...)
  • 340 Les chiffres avancés par Mathieu Sagean ne permettent pas de situer la rivière avec exactitude. Pe (...)
  • 341 Sans doute Mombasa, ou Mombassa, aujourd’hui au Kenya, sur l’océan Indien. Les Portugais y avaient (...)
  • 342 Île Patta (2° 05’ S ; 41° 05’ E), au Kenya. Le pluriel de Sagean s’explique par la présence de plu (...)
  • 343 Île de Socotra, ou Suqutra, à l’entrée du golfe d’Aden (Yémen du Sud), à quelque 250 kilomètres au (...)
  • 344 Toponyme souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il croit que les françois l’apellent Perone (...)
  • 345 Golfe Arabo-Persique.
  • 346 Sabur, sur la carte du golfe persique de d’Anville (s. d.), ou Sabour, sur la « Carte de la Penins (...)
  • 347 Une factorerie est un « Bureau de Marchands où leurs Facteurs font pour eux le commerce. Les Franç (...)
  • 348 Le texte original est difficile à lire. Pierre Margry écrit : « ayant eu vent », sans doute pour « (...)
  • 349 Voir supra, p. 130, n. 328. Le maître du navire était peut-être John Yarland (voir infra, p. 180). (...)
  • 350 Mascate était une « ville d’Asie sur la côte nord-est de l’Arabie heureuse, au midi des isles de S (...)
  • 351 Toponyme absent des cartes modernes et anciennes, dont la « Carte [anonyme] de la Perse & de l’Ara (...)
  • 352 Orthographe inusitée pour « Jonc ou Jonco, [qui] est le nom qu’on donne à une espece de vaisseau f (...)
  • 353 Le masculin renvoie à « bâtiment ».
  • 354 Souligné dans le texte. Une note se trouve dans la marge : « Il y en avoit bien douze boisseaux. »

79Sortant dudit Courisque, ils rencontrérent un corsaire de la Nouvelle-Angleterre, aprés avoir fait environ 25 lieues vers le cap de Lopez333, le capitaine de ce corsaire étoit un Créol des isles antilles angloises, nommé Glovre334. Il fit d’abord le marchand pour les mieux attirer. Ils donnérent dans le piége et essuyérent, pendant prés de deux heures, un feu, de beaucoup, supérieur au leur, car il avoit 18. canons & 150. hommes d’équipage. Enfin, il les aborda & les enleva, aprés avoir tüé 25. hommes & estropié 7. ou 8. L’Anglois eut, de son côté, 15. hommes de tuez et 5. ou 6. blessez, dont il étoit du nombre. Il eut de quoy se consoler de sa blessure, par la bonne capture qu’il fit : car il trouva bien 200. £ de poudre d’or dans cette prise, outre les armes & munitions, & quantité de marchandises et de vivres. Pour ce qui est du bâtiment il y mit le feu, aprés avoir embarqué dans son bord ce qui restoit de ce malheureux équipage qui n’étoit plus qu’au nombre de 20. hommes, sans leur faire autrement aucun mauvais traittement. Il leur promit de les mettre à la premiére terre commode pour leur retour, mais il n’en fit rien & les retint toûjours à son bord, pour continüer sa course. Il fut d’abord à l’isle de Madagascar, où il fit de l’eau et du bois dans la riviére de St. Augustin335, où se tient le Roy négre nommé Baba, qui est la terreur de tous les autres roitelets de l’isle, quoy-qu’il n’ait pas plus de 14. à 1500. soldats, mais c’est qu’ils ont l’usage des armes à feu, dont les Anglois leur fournissent tant qu’ils veulent336. Ils donnent un Négre, ou un bœuf, pour une cartouche de poudre de quatre livres, toute la richesse de ce Roy consistant en Négres et en bestiaux. Aprés qu’ils se furent rafraichis pendant 15. jours audit St. Augustin, ils poursuivirent leur course le long de la coste de Mozambique, et furent à Mahil337, 100. lieuës de Madagascar, isle habitée par des Maures, où ils apprirent que Mr. de Serquigny338 étoit à l’isle de Joanna339, environ 10. lieües de Mahil, allant aux Indes, avec les Vaisseaux du Roy qu’il commandoit. De là ils furent à la riviére de Céne340, distante de Mahil de 40. lieües, où il y a un établissement de Portugais, qui y font la traitte de la poudre d’or, avec les Négres du païs. Ils n’y restérent qu’une nuit et s’en furent vers Bombas341, à 30. lieües de là, où il y a, aussy, un établissement de Portugais. De Bombas, ils furent, sans s’arretter, aux isles de Patte342, qui en sont à 14. ou 15. lieües et qui appartiennent aux Arabes. Ils ne s’y arretterent pas, non plus, et s’en furent à l’isle de Saccator343, distante des autres d’environ 60. lieuës, et appartenant, aussy, aux Arabes, où ils firent de l’eau et du bois pendant six jours. Ils entrérent dans la mer Rouge, qu’ils parcoururent l’espace de trois semaines, sans y rien trouver, non plus qu’ailleurs, que des vaisseaux de Maures, bien escortez de navires de guerre anglois & hollandois. Ils restérent, en suite, pendant un mois moüillez à l’isle de Babe344, dans ladite mer Rouge. Enfin, ennuyez de n’y rien faire, ils s’en furent dans le golfe de Perse345, jusqu’au royaume de Séba346, où le capitaine, ayant mis pied à terre, avec 16. hommes de son équipage dans l’endroit où il y a une factorie angloise347, il y fut arretté, avec ses gens, à cause de ses pirateries. Et comme on alloit pour se saisir, aussy, de quatre hommes qui estoient restez à garder la chaloupe, ceux-cy, ayant eu [avis348] de la dettention de leur capitaine & de leurs camarades, poussérent au large et gagnérent le bord. Ce que voyant, le maître du bâtiment349 et le reste de l’équipage, ils levérent l’ancre, et mirent à la voile. Ils furent le long de la coste de Mascat350, où, étant arrivez aux isles plattes351 deux jours aprés, ils firent rencontre d’une espéce de petit bâtiment, qu’on nomme jongue352 de ce païs-là, équipée d’Arabes & d’Arméniens. L’ayant pris353, ils y trouvérent pour cent mille écus de perles354, qu’ils venoient de pescher, et que les Anglois partagérent entr’eux, sans en faire part aux François ny aux autres étrangers qu’ils avoient pris et obligez de faire la course avec eux.

  • 355 La côte de Surate est la côte longeant le golfe de Cambay, en Inde.
  • 356 Sans doute Karwar, dans la province de Karnataka (Inde), au sud de Goa. Sur la « Carte des Côtes d (...)
  • 357 Aujourd’hui Ankola, un port de mer, dans le Kanara du Nord (Inde), à quelque 25 kilomètres au sud (...)
  • 358 Au nord de Karwar et au sud de Goa, les cartes anciennes signalent l’existence d’un pays de « Sond (...)

80Aprés avoir rodé dans ce golfe l’espace de deux mois et demy de temps, ils en sortirent et naviguérent tout le long de la coste de Surate355. Ils furent à Cravaille356. Il y a une isle, où les Portugais ont une forteresse, et qui a esté, autrefois, une retraite de voleurs & de pirates. Ils firent du bois et de l’eau audit Cravaille et ledit Sagean s’estant trouvé un de ceux qui furent commandez pour aller à terre, il prit cette occasion de s’échaper et se sauva à Ancola357, 14. lieües de la ville & forteresse, appartenant au Roy de Sonde358, éloignée de la mer d’environ 12. lieües ; un Hollandois, qui étoit, aussy, de ceux de l’équipage du capitaine Léger, se sauva avec luy.

  • 359 Aujourd’hui Sonda, à l’ouest du réservoir Dharna, et à quelque 55 kilomètres à l’est d’Ankola, à v (...)

81N’ayant point trouvé là dequoy réparer leur misére, ils s’en furent à la ville capitale dudit Royaume, résidence ordinaire du Roy, aussi, nommée la ville de Sonde359. Elle a une forteresse de terre forte et sans aucune pierre, bois ny pallissade pour la soûtenir et deffendre. Il y a 24. canons en batterie, qui sont faits de plusieurs piéces, à la mode de ce païs-là et du calibre de 12. & de 8.

  • 360 Le mot, qui n’est recensé dans aucun dictionnaire français ou portugais, évoque le terme anglo-ind (...)
  • 361 « Pagode, monnaie d’or, valant environ 51. 10 s. », selon Paul Kaeppelin (La Compagnie des Indes, (...)
  • 362 « Payen » (Furetière, 1690).
  • 363 Dans les Voyages et aventures du capitaine Ripon, « Banians » désigne les Indiens de religion brah (...)
  • 364 Forme attestée par l’Académie : « Il croit cette relation. » Le verbe, note Ferdinand Brunot, fait (...)
  • 365 Pythagore, philosophe grec (vie siècle avant J.-C.), fondateur d’une secte dont les membres croyai (...)

82En arrivant, ils rencontrérent deux Portugais qui faisoient l’office de canonniers dans ladite forteresse, et qui les menérent parler au soubbenist360, ou commissaire général des guerres. Ce commissaire voulut les retenir, en ladite qualité de canonniers, mais voyant qu’il n’y avoit à gagner que trois pagodes par mois, qui font environ six écus de France361, ils passérent outre, pour aller chercher une meilleure fortune. C’est un petit Roy que le Roy de Sonde, qui n’a ordinairement que 2000. hommes sur pied. Il est gentil362 et ses sujets sont meslez de gentils & de Baignans363 et croyent364 la transmigration des ames, suivant les principes de Pitagore365, ce qui fait qu’ils ne mangent jamais de rien qui ait eu vie. Ils sont grands négocians & riches. La ville est petite & mal bâtie, et n’est point murée. Les maisons y sont de terre, elle n’est accessible, que par deux chemins qui conduisent à deux portes, ce qui en fait la force de garde facile. Le terrain y est assez ingrat & montagneux, et l’abondance ne s’y trouve que par moyen du commerce.

  • 366 Vraisemblablement Davangere, dans la province de Bellary, à environ 125 kilomètres de Sonda, à vol (...)
  • 367 Au moment où les Portugais fondaient leurs comptoirs en Inde, le Kanara était soumis aux rois Vija (...)
  • 368 Voir supra, p. 93, n. 189.
  • 369 « Boulevart, grosse masse de terre qui est souvent revestuë de pierre, qui s’avance en dehors de l (...)
  • 370 Dehors, « en termes de fortifications, se dit de toutes les pieces détachées qui servent de deffen (...)
  • 371 Sans doute Shimoga, dans la province de Shimoga, à un peu plus de 70 kilomètres au sud de Davanger (...)

83Aprés avoir séjourné 3. ou 4. jours à Sonde, ils furent à Géré366, distant de 20. lieües, qui appartient au Mogol367, et qui n’est, proprement qu’une forteresse faite pour tenir en bride tous ces roitelets. Ils y trouvérent un Anglois et un Portugais renegats qui y servoient de canonniers et qui voulurent leur persüader368 d’imiter leur apostasie et qu’ils auroient comme eux des emplois de canonniers, avec quarante écus par mois d’app[ointement]s chacun. Mais Dieu leur fit la grace, à tous deux, de résister à la tentation, quoy-que le camarade dudit Sagean fut protestant. Cette forteresse est belle et forte, bâtie de pierre et de brique, à la mode d’Europe, avec des bastions369 et des dehors370. Il y a 80. piéces de canon en batterie, la pluspart de fonte, qu’ils ont achetés, apparamment des Europeans. Il y en a une piéce de 18. les autres sont de 8. & de 6. Ladite forteresse est dans la terre, à 60. lieües de la mer, et il y a 500. hommes de garnison, tous mahométans. Ils ne séjournérent là que 24. heures et s’en furent à Simogué371 distant d’environ 25. lieües dudit Géré, aussi, dans la terre & à pareille distance de la mer.

  • 372 Selon Thomas Corneille, Canara comprenait les villes côtières suivantes : « Ancola ; Egorapan ; Me (...)
  • 373 Sur la « Carte des Indes et de la Chine », de Guillaume de L’Isle, datée de 1705, la ville porte l (...)

84Simogué est une belle et grande ville, bien fermée de murailles et fortifiée, ayant une belle & bonne citadelle, qui a quatre tours, au lieu de bastions. Il y a 60. piéces en batterie, dont il y en a dix de fonte, provenant des Portugais. Elle est, aussi bien que la ville, entourée d’un bon fossé, toujours plein d’eau. Les maisons en sont belles et solidement basties. Il y a de beaux bains publics, de massonnerie & pierre de taille, et de beaux jets d’eau dans toutes les places de la ville. Elle appartenoit au Roy de Canara372. Ils y séjournérent huit jours, croyant y trouver de l’emploi, pour servir de canonniers dans ladite forteresse, mais le commissaire général leur dit, qu’il faloit, pour cela, un ordre du Roy, ce qui obligea ledit Sagean d’aller à la ville capitale, nommée Bredoül373, où il fait sa residence, à 10. lieües de là, son camarade étant resté malade à Simogué.

  • 374 Erreur de Sagean : la ville de Bijapur, chef-lieu du district de Bijapur et important centre hindo (...)
  • 375 Aujourd’hui Surat, sur le golfe de Cambay, en Inde.
  • 376 Nous n’avons pu identifier ce capitaine.
  • 377 Cochin était la « ville capitale d’un royaume du même nom dans la presqu’isle des Indes, en deça d (...)
  • 378 Cananor formait un « petit royaume de la presqu’isle de l’Inde d’en deça le Gange, & le plus septe (...)
  • 379 Aujourd’hui Mangalore, dans la province de Karnataka, en Inde. Les aventuriers rangèrent donc la c (...)
  • 380 Barcelor : « Ville des Indes sur les Côtes de Malabar, au Royaume de Canara ». Les Hollandais y av (...)
  • 381 « Goa » désigne aujourd’hui un territoire de la côte occidentale de l’Inde dont la capitale est Pa (...)
  • 382 Ni le Richelet (1680), ni le Furetière (1690), ni le Dictionnaire de l’Académie ne produisent des (...)
  • 383 Un Manuel da Silva a été nommé « capitão da viagem da India » et a reçu « a caria de piloto » à la (...)
  • 384 Peut-être appartenait-il à la famille da Costa qui a donné à l’Inde deux gouverneurs : dom Rodrigo (...)
  • 385 « Promontoire de l’Inde dans la presqu’isle deça le Gange, & dans la pointe la plus avancée au Mid (...)
  • 386 « Il faisoit chaud en cette occasion, pour dire, il faisoit dangereux, on s’y battoit avec chaleur (...)
  • 387 Richelet (1680), Furetière (1690) et le Dictionnaire de l’Académie (1694) signalent que le verbe « (...)
  • 388 Manuscrit : « nous » biffé et remplacé par « les ».
  • 389 Le 22 septembre 1697, le pirate anglais William Kidd dut affronter deux vaisseaux de guerre portug (...)
  • 390 Radouber : « calfeutrer, retablir un vaisseau, le mettre en estat d’estre remis en mer, quand il a (...)
  • 391 Capitan : capitaine en espagnol, à moins que Sagean ne déforme le mot portugais « capitão » (capit (...)
  • 392 L’archipel des Maldives est au sud-ouest de l’Inde dans l’océan Indien.
  • 393 Dom Pedro Antonio de Noronha de Albuquerque, marquis de Angeja (1661-1731), a été vice-roi de l’In (...)
  • 394 Voir supra, p. 116, n. 274.

85Ladite ville de Bredoùl est deffenduë par une bonne forteresse, solidement bâtie de pierre, avec cinq tours, au lieu de bastions et un bon fossé à l’entour. Y étant arrivé, il fut adressé à un Prince de la maison royale, général des armées du Roy, et l’ayant prié de luy faire avoir audience de Sa Majesté, ledit Prince luy fit entendre, que cela n’estoit pas facile, mais qu’il pouvoit, en attendant l’occasion de l’y admettre, demeurer chez luy. Il y fut quatre mois entiers, pendant lesquels ledit Prince luy faisoit donner six pagodes par mois, qui sont environ douze écus, et ledit Sagean n’avoit d’autre employ chés ce Prince, que de servir six petites piéces de canon qu’il avoit pour tirer en ses réjoüissances. Ce Roy est gentil, aussy bien que tous les gens de sa cour, mais pour ses sujets, ils sont tous maures, mahometans, ou baignans. Lesdits quatre mois passez, ledit Prince étant malade et ledit Sagean désespérant de parler au Roy, dont il auroit bien voulu obtenir un employ de canonnier, y ayant 20. pagodes d’app[ointement]s par mois, il s’ennuya et s’en alla à Bigiapour374, 14. lieües de là, qui est une ville bâtie sur une riviére de méme nom, qui và se rendre à la mer, dix lieues plus bas, à la coste de Malabar. Les Hollandois y ont une factorie. C’est une ville négociante, appartenant au Roy de Canara, où il y a, aussy, une forteresse avec 30. piéces de canon et 2. à 300. hommes de garnison. Ledit Sagean séjourna quatre jours dans cette ville et s’y embarqua pour Surate375, distant de 200. lieües, dans un navire anglois de 28. piéces, qui venoit de la Chine, et qui n’estoit là que pour faire de l’eau et du bois. Il étoit commandé par un nommé capitaine Barbe376, habitüé à Surate. Il fut un mois & demy à se rendre audit Surate, parce qu’il alloit de port en port, pour vendre & troquer ses marchandises. Ils furent à Cochin377, Cananor378, Banguelor379, Barcelor380 et Goa381, où ledit Sagean se débarqua382, & il s’y engagea avec un capitaine portugais, nommé Manuel de Sylva383, qui comman-doit une fregate, aussy, de 28. piéces de canon, nommée la Conception, de 145. hommes d’équipage, pour aller donner la chasse aux pirates qui infestoient ces costes, en compagnie d’un vaisseau de 44. piéces, nommé le St Bonnaventure, commandé par un autre Portugais, nommé Dommingo Dacosta384, et qui avoit 260. hommes d’équipage. Deux mois & demy aprés leur départ, étant au Cap de Camarin385, ils en rencontrérent un, qui étoit un Anglois de 32. piéces, que ladite fregate attaqua, s’attendant à étre secondée par ledit vaisseau, mais celuy-cy l’abandonna, voyant qu’il y faisoit chaud386. Manüel de Sylva se batit bien depuis le matin jusqu’au soir et eut 25. hommes mis hors de combat, tant tuez que blessez. Le lieutenant et l’enseigne furent du nombre des morts. Il fut tout dégréé, la pluspart de ses manœuvres luy ayant esté coupées et toutes ses voiles criblées de baies de canon et de mousquet. L’Anglois, de son costé, n’estoit pas moins incommodé. La nuit finit le combat, mais l’Anglois gardoit le Portugais387 et, le jour étant venu, il se mit en devoir de l’aborder. Pour lors le grand vaisseau, qui pendant le combat s’étoit tenu à l’escart et à la veu, fut au secours de son camarade, s’excusant de l’avoir abandonné lejour auparavant, sur ce qu’il faisoit beaucoup d’eau. L’Anglois, voyant la partie trop forte, fit vent arriére, et le grand vaisseau se mît à le poursuivre (la fregate n’estant pas en état de le faire) après que le capitaine dudit vaisseau eut obligé ledit Sagean de passer sur son bord pour estre temoin (disoit-il) de ce qu’il alloit faire, et cela sur les reproches qu’on luy avoit fait de les388 avoir abandonnés le jour précédent. Mais l’Anglois se moqua de luy & le laissa bien loin à l’arriére389. Ledit Dacosta continüa à le chercher pendant trois semaines, sans le pouvoir joindre. Il s’en étoit allé, apparamment à quelque terre se radouber390, pendant que la fregate portugaise alla, aussy, se radouber à Goa. Cependant ledit capitan391 Dacosta donna chasse à un corsaire arabe, qu’il rencontra entre les Maldives392 et la grand’terre. Au bout de deux jours, il l’approcha. C’estoit un vaisseau de 45. piéces. Aprés quatre heures de combat, il l’aborda & l’enleva. Et de 400. hommes d’équipage qu’il avoit il n’en resta pas 20. que les Portugais sauvérent à peine, et malgré eux, ceux qui échapérent du combat, où il y en eut 145. de tuez, s’étant tousjettez à la mer, quand ils virent leur navire rendu, suivant leur brutale coûtume, aimant mieux se noyer eux-mémes, que non pas de tomber vifs entre les mains des Portugais, qui les font esclaves. De son costé, le Portugais eut 28. hommes tüez et 5. ou 6. blessez. Ils trouvérent dans ce bâtiment, soit en or, en argent, perles, ou pierreries, la valeur de sept cent mille écus, ce qui servit bien à la justification dudit capitan Dacosta. Aprés cette capture, ils firent roûte pour s’en retourner à Goa, et rencontrérent, chemin faisant, ladite fregate la Conception, entre Bangalor & Barcelor, bien réparée & en êtat de naviguer, servant d’escorte à des bâtimens marchands, et ce environ deux mois & demy aprés leur séparation. Elle fit sa roûte, avec sa flotte, et capitan Dacosta la sienne vers Goa, où ils arrivérent heureusement avec leur prise, cinq ou six jours aprés cette rencontre. Le Vice-Roy portugais393, fort satisfait des services dudit Sagean et du rapport que les capitaines de Sylva et Dacosta luy en firent, voulut le retenir à son service, luy offrant un bâtiment à commander, mais il s’en excusa, étant en dessein d’aller à Surate chercher quelque passage pour France. Ledit Vice-Roy pour le récompenser, le fit bien habiller et luy fit donner 200. sequins (qui faisoient la valeur de 400. escus de nôtre monnaie) sur le provenu394 de la prise.

  • 395 Aujourd’hui Jalapur, au sud de Surat, dans la province de Goudjerat (Inde).
  • 396 Bacaim, selon P. Margry (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 153). Baçaim, ou Ba (...)
  • 397 Appelée « Chaûl » par d’Anville sur sa « Carte de l’Inde s’etendant du Nord au Sud », de 1752 ; au (...)
  • 398 Selon Bruzen de La Martinière, Diu, une « Ville des Indes dans le Royaume de Guzarate [...] est le (...)
  • 399 Daman, ou Damao, au nord de Basseim, était, selon Bruzen de La Martinière, une « Ville maritime de (...)
  • 400 Port de l’ouest de l’Inde, capitale de la province de Maharashtra.
  • 401 Si l’on se fie à une lettre du 14 octobre 1694 qui recommande au ministre de nommer M. J.-B. Marti (...)
  • 402 La London East India Company, qui, à l’instar de la compagnie française, éprouvait des difficultés (...)
  • 403 Peut-être Thomas Heath, qui participa à des opérations navales aux Indes à la fin du xviie siècle (...)
  • 404 Philippe Avril, un missionnaire jésuite, naquit le 21 juillet 1654. Il entra au noviciat le 16 sep (...)
  • 405 John Gayer a été nommé gouverneur de Bombay en 1693. Il occupa son postejusqu’en 1708, malgré de n (...)
  • 406 « Royaume d’Asie dans l’isle de Sumatra », observe Bruzen de La Martinière (Le Grand Dictionnaire) (...)
  • 407 Selon Bruzen de La Martinière, qui s’inspire de William Dampier, le royaume d’Achin était « gouver (...)

86Huit jours aprés son débarquement à Goa, il se rembarqua, avec la permission dudit Vice-Roy, sur une flotte qui alloit à Surate. Ils allérent de port en port, le long de la coste, à Rageapoul395, à Bassin396, à Chaoul397, à Diû398, à Daman399 & à Bombay400, où ledit Sagean quitta la flotte, et resta avec [le] capitaine Barbe, qu’il y rencontra, et sur le navire duquel il s’embarqua, encore, 4. ou 5. jours aprés, pour se rendre à Surate. Y étant arrivé, il trouva Mr. Martin401, directeur de la Compagnie de France, à l’extémité de la maladie dont il est mort, en sorte qu’il ne put luy parler. Et ayant demeuré audit Surate une quinzaine de jours, sans y trouver aucune occasion de s’embarquer pour France, et sans qu’il y eut apparence d’en trouver sytôt, il s’y engagea avec la compagnie angloise402, pour aller à la Chine, en qualité de quartier-maître, sur un vaisseau nommé le Jozias, de 24. canons, commandé par le capitaine Eytt403, qui étoit prest à partir, et sur lequel s’embarquérent, aussy, six missionnaires apostoliques, dont l’un étoit un jésuite françois, nommé le pere Avril404 et les cinq autres, des réligieux italiens de divers ordres. Ils partirent du Surate le 14e de may 1698. Ils passérent à Bombay, pour y recevoir les ordres du général anglois405, et de Bombay à Achin406, dans les Indes, 600. lieües de là, ou environ. C’est une grande isle de 300. lieües de long, habitée par les Malay, qui sont idolatres, et gouvernez par une Reyne, laquelle passe pour une grande enchanteresse407. Il y a dans cette isle beaucoup d’or, et le capitaine mit pied à terre pour en traitter, comme il fit, quelque peu, pour du fer, de l’acier, des couteaux, des bagues, & autres merceries.

  • 408 Malacca, selon P. Margry (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 154), sur le détro (...)
  • 409 Malacca, où étaient installés les Portugais, tomba aux mains des Hollandais le 14 janvier 1641 (vo (...)
  • 410 Déformation du mot « rotin », ou « rotang », lui-même formé à partir du terme malais « rôtan », un (...)
  • 411 Il s’agit d’un « gros rocher escarpé, couvert de fiente d’oiseau qui le fait paroître blanc », sit (...)
  • 412 Chaque passager ou marin qui franchissait pour la première fois la « ligne » devait payer un tribu (...)

87Dans cette traversée mourut un des missionnaires. Ils ne restérent que trois jours à ladite isle à faire de l’eau et du bois, et, en la costoyant, ils furent à Malacre408, distant de 300. lieües, ou environ. C’est une ville fort grande, et bien fortifiée, avec une citadelle, appartenant aux Hollandois, qui l’ont prise sur les Portugais409. Elle est fort peuplée et les habitans en sont fort riches. Il y a des mines d’estain, fort fin & quantité de petites canes ou rotes410. Le capitaine & les marchands du navire chargérent de l’une & l’autre de ces marchandises, pour traitter à la Chine, où elles ont grand débit. Et ce fut là que ledit capitaine & ses pilotes s’instruisirent de la roûte qu’ils avoient à tenir et de la diversité des courans qu’ils rencontreraient pour se rendre à la Chine. Aprés y avoir séjourné huit jours, ils mirent à la voile. Trois jours aprés, ils apperceurent la Pierre Blanche411, passé laquelle l’on ne doit plus espérer de voir d’autre terre que celle de la Chine. On y baptise les gens qui n’y ont jamais passé, comme aux Tropiques & la Ligne412. Et de l’argent qu’on tire de ceux qui aiment mieux donner quelque chose que d’essuyer ce ridicule baptesme, on fait festin et grand’chére. Elle fut si excessive dans cette occasion, que le maître canonnier et un autre homme de l’équipage en crevérent.

  • 413 Sans doute Amoy, ou Xiamen (Chine), en face de Taiwan. Profitant des succès de Koxinga, ou Koching (...)
  • 414 Orthographiée « arac » par P. Margry (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 154). (...)
  • 415 Le terme n’apparaît que dans l’édition de 1762 du Dictionnaire de l’Académie. « Ponche. s. m. Mot (...)
  • 416 Aujourd’hui Taiwan.
  • 417 « Soir, se dit aussi de la partie du jour qui est depuis midi. Au Palais il y a les audiences du m (...)
  • 418 Pour « mister », « monsieur » en anglais.
  • 419 Nous n’avons pu identifier cette personne.
  • 420 « Pipris. s. f. Corea periaga. Nom des pirogues des nègres de Gorée » (Pierre-Marie-Joseph, baron (...)
  • 421 Teouan, selon P. Margry (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 156). Aussi appelée (...)
  • 422 Après la conquête de Formose, en 1624, les Hollandais transformèrent, en 1632, une redoute en fort (...)
  • 423 Allusion à l’expulsion des Hollandais de Formose, en 1662. Dès le 30 avril 1661, Koxinga, ou Kochi (...)
  • 424 Le sampan est une petite embarcation chinoise à voile unique, marchant à la godille, et qui compor (...)

88Ayant passé ladite roche, ils naviguérent assez heureusement pendant 24. jours, dans le dessein d’aller chercher l’isle d’Amoüé413, à six lieues, ou environ de terre ferme de la Chine. Mais ils furent les cinq derniers jours privez de la veuë du soleil &, par conséquent, de prendre hauteur à cause des brouillards et de la pluye continuelle qu’il faisoit, quoy-que ce fut au mois d’aoust. Et le capitaine & ses pilotes ayant fait, à Malacre, provision de raque (qui est une espéce d’eau de vie assez forte414 ) ils en beurent tant en ponche415, qu’ils ne dessoulérent quasy depuis leur départ dudit Malacre. Tout cela fut cause qu’ils observérent mal les courans, et qu’au lieu de mettre cap à oüest-nord-oùest, ils le mirent à l’est-nord-est et furent eschoüer le navire à la coste de l’isle Formose416, éloignée de 120. lieües de celle d’Amoüé, le 22e aoust de ladite année 1698. trois mois huit jours aprés leur départ de Surate. Le navire toucha d’abord sur un rocher, qu’il franchit, et fut s’enfoncer sur un banc de sable, environ les 4. heures et demy du soir417, à un quart de lieuë de terre. Ils furent contraints de passer la nuit dans le bâtiment qui, par bonheur, ne se brisa point. Le jour venu chacun songea à son salut. Le capitaine fut des premiers qui gagna terre et fut suivy de tous les autres, dont il ne périt personne, que le pere Avril jésuite & un marchand anglois nommé mester418 Henry419, s’estant mis tous deux sur un pipery420, où ils se noyérent. Et un Négre, qui étoit avec eux, domestique dudit pere, se sauva à la nage. Il y avoit dans ce vaisseau, (outre 150. balles de cotton, de l’estain et des rottes, ou rotins) soixante mille piastres, en espéces, qui furent sauvées, avec quelque partie d’estain et de rottins et 4. petites piéces de canon de fonte, par les gens de l’équipage. Car pour les Chinois, habitans de l’isle, ils n’approcherent jamais que pour piller. Ils ont une grande âversion pour les Européans, dont ils ne veulent plus souffrir qu’aucun s’habituë dans ladite isle, à cause (disent-ils) de la tirannie que les Hollandois y ont autrefois exercée sur eux, s’y étant assez établis, pour y faire commerce, il y a 50. à 60. ans. Il y paroît méme, encore, deux forteresses tout en leur entier bâties par lesdits Hollandois, l’une sur une pointe, qui fait l’entrée du port et l’autre au fond dudit port, où est la ville principale, nommée Secan421, qui est fort grande, bien peuplée et fort riche, s’y faisant un grand commerce. La forteresse qui est sur la pointe, nommée Sangan422 est fort grande et a quatre bastions. Il y a plus de 50. piéces de canon en batterie. L’autre n’est pas grande, n’estant que comme une loge, ou factorie, pour y faire le commerce, avec 7. à 8. piéces de canon. Lesdits Hollandois furent tous égorgez lors de l’avénement du Grand Tartare à l’empire de la Chine423. Et l’on ne permet à personne d’entrer dans les-dites forteresses qui sont scellées et cachetées du sceau de l’Empereur. Depuis ce temps-là, ils ne reçoivent aucun Hollandois. Pour ce qui est de la ville, elle n’a aucune enceinte ny fortification. Son port étoit bon autrefois et les plus gros navires y entroient, mais s’y étant formé un grand banc de sable à l’entrée, il n’y peut plus entrer que des bâtimens qu’ils appellent sampanes424, qui ont le fonds presque plat, et qui ne tirent pas trois pieds d’eau, quoy-qu’ils soient grands, y en ayant de plus de 200. tonneaux. Ils ont trois mâts, & ne portent que deux voiles, faites de paille, qui tiennent le vent comme de la toile de voile et naviguent de port en port jusqu’à Siam & Achin, mais ils prennent le temps le plus beau, et ont leurs saisons pour naviguer. Ils n’ont que les quatre principaux vents de marquez sur leurs boussoles, et ne prénent jamais hauteur, se conduisant, dans leur navigation, par une connoissance particuliére qu’ils ont des estoiles.

  • 425 Voir supra, p. 103, n. 221.

89Nonobstant leur aversion pour les Européans, ledit Sagean, et 16. autres, de diverses nations autres que l’angloise (compris les 4. missionnaires italiens) lesquels étoient de l’équipage de ce navire, y trouvérent plus d’humanité qu’en leur capitaine anglois, qui leur refusa la subsistance et toute sorte de secours, ce qui étoit d’autant plus injuste, qu’il étoit la principale cause de leur perte, par son yvrognerie et, en particulier, de la ruyne dudit Sagean, qui perdit, en cette occasion, 300. piastres425, qu’il avoit en espéces, outre 150. qui luy étoient deües par des gens de l’équipage, et qui luy auroient profité au quadruple, s’il avoit pû achever le voyage. Ledit capitaine n’en üsa pas ainsi à l’égard des Maures : il leur donnoit la subsistance, parceque nageant, naturellement, comme des poissons, ils luy sauvérent son argent et quelques marchandises, ce que ne pouvoient faire les Européans, qui ne savoient presque pas nager et qui eurent bien de la peine à sauver leur vie dans le naufrage, outre, qu’il aurait apréhendé la vengeance desdits Maures, quand il aurait esté de retour à Surate.

  • 426 Mandarin : titre donné aux hauts fonctionnaires publics en Chine.

90Lesdits Européans s’estant donc plaints au Grand Mandarin426 commandant dans ladite isle, il ordonna, sur le champ, à quelques habitans de leur fournir des vivres, et tout ce qu’il leur faudrait, méme, avec abondance et leur fit, en outre, donner cent piastres pour leurs petits besoins, paroissant outré de l’indigne procédé et de l’inhumanité de ce capitaine anglois envers eux, principalement par rapport aux missionnaires, pour lesquels il marquoit une grande vénération, tout payen qu’il étoit. Et pendant le séjour qu’ils firent là ledit grand Mandarin et les petits mandarins (qui sont au nombre de 14. ayant divers emplois soûs luy), les festinérent tour à tour, pendant 15. jours et, en suite, ledit grand Mandarin fit bien payer le tout au capitaine anglois, à qui, au surplus, il ne fit jamais la moindre honnetteté : car, au lieu de luy donner son congé, il luy fit payer 6000. piastres tant pour sa dépense, que pour celle de son équipage (compris celle des Européans) pendant sept semaines de séjour qu’ils firent dans ladite isle.

  • 427 Voir supra, p. 113, n. 258.

91Ledit Sagean, toûjours malheureux, se trouva, encore, associé, dans son infortune, avec des célérats hollandois, portugais & espagnols, lesquels, aprés avoir dissipé tout leur argent en débauches427 & dissolutions, luy arrachérent le sien, le couteau sur la gorge, et de 57. piastres que les Chinois luy avoient laissées lors qu’ils en furent pillez en se sauvant à terre, ils ne luy en rendirent que dix. Cette isle est fort pierreuse, et ne pourrait fournir à la subsistance de ses habitans, sans le secours qu’ils tirent de la grand’terre.

  • 428 À la page 150, le terme est masculin.
  • 429 Souligné dans le texte.
  • 430 Voir supra, p. 116, n. 274.
  • 431 Canton, en Chine méridionale, a été l’une des premières villes où pénétrèrent les Européens.
  • 432 Ancien nom de la Thaïlande.

92Le grand Mandarin donna ses ordres, pour étre averty lors qu’il y aurait des vaisseaux d’Europe à Amoüé, et ayant êté informé qu’il y en étoit arrivé trois anglois, il ordonna au capitaine Eytt, de fretter une sampane428, pour aller s’y embarquer, avec tout son monde, ce qu’il fit, mais continuant toujours dans sa mauvaise volonté pour les missionaires, ledit Sagean & autres Européans. Il refusa de les embarquer avec luy, dequoy ledit Mandarin se trouva indigné, et aprés luy avoir reproché sa crüauté et son avarice, il en fit donner une autre pour eux, dont il fit payer le frét audit capitaine. Ils partirent ainsi de Sécan le 16e. octobre de ladite année 1698429 et arrivérent huit jours aprés à Amoûé, distant de 120. lieües, où étant, ledit capitaine acheta une barque d’environ 50. tonneaux, laquelle il chargea de cuyvre, de porcelaines, d’estofes et autres marchandises du païs, qu’il avoit achetées & troquées de l’argent et des marchandises qu’il avoit sauvé [sic], et voulut obliger ledit Sagean & ses 12. camarades, à s’embarquer sur les trois vaisseaux anglois qui étoient là pour aller en Europe, craignant, avec raison, que leur témoignage ne luy fit tort à Surate, et pour les frustrer de ce qui pouvoit leur estre deû pour leurs salaires, sur le provenu430 de l’argent et des marchandises qu’il avoit sauvées. Mais ayant refusé de s’y embarquer, et voulant aller à Canton431, où ils avoient appris qu’il y avoit un navire françois, outre 4. qui étoient à Siam432, pour y demander passage, tant ils étoient dégoûtez des Anglois. Ledit capitaine Eytt eut l’adresse de corrompre l’interprette, qui étoit un Chinois, nommé Chancou, lequel entendoit et parloit l’anglois et le portugais, moyennant 120. piastres qu’il luy donna. Cet interprette les fit embarquer, malgré eux, en vertu d’un ordre du grand Mandarin qui commandoit à Amoüé, et ils furent dispersez au sort sur les trois navires.

  • 433 Sans doute Sagean confond-il le père Marcel Leblanc, un jésuite, et M. Leblanc, un prêtre de la co (...)

93Cependant, ce méme capitaine Eytt, se trouva bien éloigné de son compte, lors qu’il se vit arretté, avec trois Anglois de sa cabale et tous ses Maures, au nombre de 42. qui, tous ensemble, composoient son équipage. On arretta, aussi, sa barque & ses effets, le tout en vertu d’un ordre de l’Empereur de la Chine que lesdits missionnaires avoient obtenu, par crédit du pére Le Blanc433, jésuîte françois, qui étoit à la Chine il y a 28 ans et qui se rencontra pour lors à Amoüé, et cela, sur le refus qu’avoit fait ledit capitaine, de rendre ausdits missionnaires, un coffre, dans lequel étoient les présens destinez pour ledit Empereur, concistant, en quantité de belles montres, des orloges et des instrumens de mathématique, que le défunt pére Avril luy apportoit de France, et en perles & diamans que les missionnaires italiens avoient achettez en Perse, pour la valeur de 40000. £. Et voilà, apparamment la raison qu’il avoit euë de vouloir se défaire à l’isle Formose desdits missionnaires, dudit Sagean et des autres Européans, qui, tous, avoient la connoissance desdits présens. Ledit capitaine nioit d’avoir sauvé ce coffre, et accusa le maître, le pilote et le maître canonnier de son navire, de l’avoir pillé. Ledit pilote s’empoisonna de désespoir de cette accusation et le maître en mourut de chagrin. Ledit Sagean n’a pu savoir la destinée dudit capitaine ny de ses gens, parce qu’ils étoient encore en arrest lors qu’il partit pour revenir en Angleterre.

  • 434 Amoy, sur le continent, vis-à-vis de Formose, était le site d’un important comptoir anglais au mom (...)
  • 435 Rader : « se mettre en rade » (Furetière, 1690), c’est-à-dire s’ancrer à l’abri des vents.

94La ville d’Amoüé434 est grande et bien peuplée, fort négociante et fort riche, avec un beau et grand port, où les plus grands navires peuvent rader435 en seureté, et à couvert de tous les vents. Il y a, aussi, de bons carennages, et ledit Sagean n’a point connoissance que d’autres nations d’Europe y trafiquent, que les Anglois, qui y faisoient un grand commerce. Mais il a oùy dire, depuis, que les Chinois vouloient le leur interdire, tant à cause de ce capitaine Eytt, qui avoit eu l’audace de piller et de s’aproprier les présens destinez pour l’Empereur, que pour d’autres griefs qu’ils avoient contre cette nation. Ladite ville n’est point fermée de murailles. Il y a seulement une espéce de fort, qui n’est, proprement, que la demeure du grand Mandarin qui y commande sans aucun canon.

  • 436 Sans doute The Sarah (ce qui explique le féminin de Sagean), un navire à un pont de 275 tonneaux, (...)
  • 437 Aujourd’hui Djakarta, capitale de l’Indonésie, dans l’île de Java.
  • 438 The Tremball, un navire de 250 tonneaux, fut envoyé à Amoy en octobre 1697 et rentra à Londres en (...)
  • 439 The Nassau, un navire de 400 tonneaux, quitta Londres pour Amoy en juillet 1697 et rentra en Angle (...)

95Lesdits trois navires anglois ayant fait leur traitte, ils partirent dudit Amoüé, tous trois richement chargez de toutes sortes de marchandises de la Chine, savoir, l’un, nommé La Saray, capitaine Robert436, immédiatement aprés les festes de Noël pour Malacre, d’où il devoit poursuivre son voyage pour Batavia437, et de là retourner audit Amoùé ; l’autre, nommé le Trembol438, partit peu de jours aprés pour aller à Londres, et le troisiéme, sur lequel étoit embarqué ledit Sagean, nommé Le Nassa, capitaine Meinthe439, mit à la voile pour revenir, aussy, en Angleterre, le 14e. février 1699.

  • 440 Banten, à l’extrémité occidentale de l’île de Java, était la « Ville capitale & la plus puissante (...)
  • 441 Détroit de Java, selon P. Margry (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 161). Selo (...)
  • 442 Sainte-Hélène, une île volcanique de l’Atlantique Sud, située à quelque 1800 kilomètres de l’Afriq (...)

96Il alla, d’abord, à Batavia, où il séjourna cinq jours, à faire de l’eau et du bois, et prendre des rafraîchissemens. De là, il fut à Bantan, de Bantan440, au détroit de Javy441, et de là, à l’isle Ste. Helaine442, où il fit, encore, de l’eau & du bois et prit des rafraîchissemens.

  • 443 De 1697 à 1707, Stéphane (ou Stephen) Poirier, un protestant d’origine française, fut gouverneur d (...)

97Les Anglois ont une colonie dans cette isle dont le Gouverneur est un François réligionnaire réfugié443. Il y a environ 200. hommes, tant habitans que soldats, partie anglois & partie françois. Il y a un fort de brique, dans lequel ils ne permirent pas audit Sagean d’entrer. Au pied de ce fort, il y a une batterie de 28. piéces de canon de 16. & de 12. qui bat à fleur d’eau sur la rade, laquelle est belle et grande, & où il y a bon mouillage pour toutes sortes de navires.

98Ils y séjournérent 15. jours, aprés lesquels ils mirent à la voile d’un bon vent, qui les ayant favorisez long temps, ils arrivérent, enfin, à Londres le 17e. aoust dernier 1699, six mois aprés leur départ de l’isle d’Amoùé.

  • 444 « Mais dans l’usage ordinaire, quand on parle absolument d’un louis, on entend la piece de 11. liv (...)

99Estant arrivez à Londres, ledit capitaine Meinthe congédia ledit Sagean, qui avoit dessein de s’en venir en France. Il luy fit présent, pour son voyage, de sept guinées, qui sont autant que sept louis de France444.

  • 445 Département formé de la partie ouest de la Bretagne. Le département doit son nom au golfe du Morbi (...)
  • 446 Perros-Guirec, dans l’arrondissement de Lannion (Côtes-d’Armor), à une cinquantaine de kilomètres (...)

100Ledit Sagean a esté deux mois à Londres à y attendre quelque occasion de bâtiment françois, et il s’embarqua, enfin, sur une barque de Morbihan445, frettée pour Nantes, qui l’a mis à terre à Perros446, d’où il est venu à Brest.

  • 447 Hubert Champy, chevalier Desclouzeaux (? -1701), entra au service de la Marine comme commissaire o (...)
  • 448 Voir supra, p. 17, n. 35.
  • 449 C’est la deuxième fois que Sagean demande à être renvoyé en Amérique et affirme pouvoir retrouver (...)

101Il a eu l’honneur, à son arrivée, d’y rendre ses respects à monsieur Desclouzeaux447, intendant de la marine et s’est enrôlé soldat dans la compagnie de la Vieuville448, pour pouvoir subsister, en attendant quelque occasion de s’en retourner en Canada, ou d’aller à la Loüisiane, sy la cour trouve à propos de l’y envoyer. Promettant, encore, que pourveu qu’on le méne au bord du fleuve de Mississipy, en quelque endroit, ou hauteur que ce soit, il retrouvera bien le chemin des Acaaniba, et liera commerce avec eux, pour en tirer de l’or en quantité, comme il a dit cy-devant449.

Notes

1 Ni le Richelet (1680), ni le Furetière (1690), ni le Dictionnaire de l’Académie (1694) ne recensent le terme, qui n’apparaît qu’en 1762 dans le Dictionnaire de l’Académie, sous la forme de « créole » : « nom qu’on donne à un Européen d’origine qui est né en Amérique ». Le terme est emprunté à l’espagnol « criollo » (voir A. Hatzfeld, A. Darmesteter et A. Thomas, Dictionnaire général de la langue française).

2 Note du manuscrit : « Ledit Jean Sagean fut en ce pays là en qualité de sergent dans le régiment de Carignan. Il y épousa la demoiselle Larrante. C’est Marie Rende. Elle étoit de Marans. » Voir supra, p. 25-30.

3 Souligné dans le texte.

4 « Establir sa demeure en quelque endroit. Plusieurs Hollandois se sont ailes habituer aux Indes à Batavia » (Furetière, 1690). Richelet (1680) recense un emploi pronominal du verbe : « s’habituer à Paris », pour « s’établir en un certain lieu ».

5 À son arrivée au Canada, en 1667, Cavelier de La Salle se fit concéder une terre en amont du saut Saint-Louis par les sulpiciens, sans doute grâce à l’appui de son frère Jean, sulpicien à Montréal depuis 1665. Dès l’automne, des familles s’y installèrent après simple entente verbale ou sous la garantie de « billets de concession ». Un village se développa alors en bordure du fleuve sur le fief, appelé Saint-Sulpice. Le 9 janvier 1669, La Salle, qui organisait une expédition vers l’Ouest, rétrocéda son fief aux sulpiciens et le 6 juillet, juste avant son départ pour l’Ohio, il vendit ses terres à Charles Le Moyne et àjacques Le Ber. L’expédition de La Salle se solda par un échec et celui-ci était de retour à Montréal dès l’automne. La région prit alors, par dérision, le sobriquet de « La Chine ». En 1676, une paroisse, Saints-Anges, fut officiellement constituée (Claude Couture, Denis Gravel, Jean-Marc Grenier, Histoire de ville de Lasalle, p. 15-21 ; Désiré Girouard, Les Anciens Forts ; Normand Moussette, En ces lieux que l’on nomma « La Chine »...).

6 Plutôt le sud-sud-ouest. Sur Cavelier de La Salle, voir infra, Appendice II, p. 175-177.

7 Lac Ontario.

8 La Salle arriva à Cataracoui le 16 décembre 1678 et il gagna Niagara dix jours plus tard. Au cours de son passage, il en profita pour faire fortifier le poste, bâti en 1673 à l’entrée de la rivière Cataracoui, sur la rive nord du lac Ontario, sur les ordres du comte de Frontenac, alors gouverneur de la Nouvelle-France (voir G. Lanctot, Histoire du Canada, Montréal, Librairie Beauchemin, 1963, t. II, p. 87). La distance entre Montréal et le lac Ontario indiquée par Sagean correspond à celle que signale Nicolas La Salle (voir « Relation de la descouverte que M. de La Salle a faite de la rivière de Mississipi en 1682 », dans Pierre Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 547). La signification du toponyme n’est pas confirmée par Jean-André Cuoq, qui se contente d’écrire : « KATAROKWEN, ancien nom de la ville de Kingston, le même que Cataracoui, un des premiers forts construits autrefois par les Français dans le Haut Canada » (Lexique de la langue iroquoise, p. 13). Selon Elisée Reclus, le mot signifierait « Rochers trempant dans l’eau » (Nouvelle Géographie universelle, Paris, Hachette, 1890, t. XV, p. 448).

9 Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau (1622-1698), fut nommé gouverneur de la Nouvelle-France en 1672, après une carrière militaire. C’est pour pratiquer la traite des fourrures dans l’Ouest qu’il créa le poste de Cataracoui et qu’il s’allia Cavelier de La Salle. Son impérialisme commercial n’est pas sans expliquer l’hostilité croissante des Iroquois, qui voyaient leur territoire menacé par l’avancée française et leur rôle dans le commerce des fourrures atténué. En 1682, Frontenac fut rappelé en France, mais il revint, en 1689, à nouveau comme gouverneur de la colonie. En janvier 1690, il fit effectuer trois raids contre Schenectady (New York), Salmon Falls (Maine) et le fort Loyal (baie de Casco, Maine). La riposte anglaise fut l’attaque par mer de William Phipps contre Québec, en octobre 1690, et une expédition par terre contre Montréal. L’attaque contre Québec fut repoussée et celle par terre avorta à cause d’une épidémie de vérole. Au cours de son second mandat, Frontenac poursuivit sa politique d’expansion vers l’ouest, qui l’assurait du contrôle de la traite des fourrures. En 1696, il parvint à briser la résistance des Iroquois, qui firent la paix en 1701 (W.J. Eccles, dans DBC, t. I, p. 137-146).

10 Note du manuscrit : « Cette barque fut bâtie au-dessus dudit saut dans le lac Kérié [sic], » Le Griffon, mis en chantier en janvier 1679, a été construit en amont des chutes, puisque La Salle voulait l’utiliser pour naviguer sur les Grands Lacs, à l’ouest du lac Ontario. La barque, de 45 tonneaux, armée de sept canons, fut lancée le 7 août 1679. Elle périt au cours de son retour vers Niagara (voir infra, p. 60, n. 16).

11 Le terme désigne les Cris, les Algonquins, les Nipissingues, les Montagnais, les Chippewas et les Outaouais proprement dits. Rencontrés par Champlain, en 1615, près de la baie Georgienne, les « Cheveux relevés » étaient originellement établis sur l’île Manitouline et le long des rives de la baie Georgienne. Après la défaite huronne en 1648-1649, sous la pression des Iroquois, les Outaouais s’établirent sur des îles près de Green Bay. En 1670-1671, ils revinrent à l’île Manitouline et sur les rives du lac Hilton. Mais, en 1680, ils avaient presque tous rejoint les Hurons à Michillimakinac, ce qui explique l’allusion de Sagean. À la fin du xviie siècle, la tribu se subdivisait en quatre ou cinq bandes. Les Outaouais furent des alliés des Français pendant toute la colonisation de la Nouvelle-France (voir F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 167-172).

12 Mission jésuite en territoire amérindien, Michillimakinac, situé sur le détroit du même nom entre les lacs Huron et Michigan, se transforme en poste militaire lorsque le gouverneur Denonville ordonne la construction d’un fort, en 1686.

13 La navigation ne dura que vingt jours, du 7 août, jour du lancement de la barque, au 27 août, date de l’arrivée de La Salle à Michillimakinac. Toutefois, il n’est pas exclu que Sagean pense au voyage de Tonty, qu’il aurait alors accompagné : parti en canot avec cinq hommes, au cours de l’été, à la recherche de La Salle, Henri de Tonty gagna lui aussi Michillimakinac le 27 août (voir Edmund Boyd Osier, DBC, t. II, p. 661-664). Pour ce qui est de la distance entre Niagara et Michillimakinac indiquée par Sagean, elle est inférieure à la réalité. Henri de Tonty l’estime pour sa part à 244 lieües (voir « Relation écrite de Québec », dans Pierre Margry, Découvertes el établissements des Français, t 1, p. 615).

14 Lac Michigan.

15 Aujourd’hui Green Bay (Wisconsin). De culture et de langue proches de celles des Outaouais, les Potéouatamis, ou Puants, occupaient la région. Ils ont été des alliés des Français (voir F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 289-293).

16 Erreur de Sagean : la barque leva l’ancre en septembre 1679, avant l’hiver. Selon la « Relation des descouvertes et des voyages du sieur de La Salle », ce dernier quitta la mission de Sainte-Marie de Michillimakinac le 12 septembre, pour se rendre à l’une des îles à l’entrée de la baie des Puants (Green Bay), vraisem-blablement Washington Island (Wisconsin), alors appelée île des Potéouatamis. Sur place, il décida de renvoyer le Griffon à Michillimakinac. La barque mit à la voile le 18 septembre. Après avoir mouillé au nord du lac Michigan, le pilote voulut poursuivre sa route contre l’avis des Amérindiens, qui lui annonçaient une tempête. A « un quart de lieües de la coste », la barque fut prise dans une bourrasque et on la perdit de vue. Selon les Amérindiens, elle aurait été poussée sur des battures à la hauteur des îles Huronnes (voir Pierre Margry, Découvertes et établissements des Français, t. 1, p. 450-451). Sans doute la barque a-t-elle rangé la côte septentrionale du lac Michigan et est-elle allée se perdre sur les récifs qui entourent les îles du Castor (Michigan).

17 Sagean passe sans transition de la première expédition de La Salle à la seconde. Si l’on s’en tient au temps écoulé entre le départ de La Salle de Michillimakinac, en septembre 1680, et son arrivée aux bouches du Mississipi, en avril 1682, le chiffre avancé par Sagean n’est pas absolument faux. Toutefois, au cours de l’été 1681, La Salle a effectué un retour à Montréal, si bien que son expédition ne commence vraiment qu’en janvier 1682, alors qu’il quitte le fort Saint-Joseph, au sud du lac Michigan, avec vingt-trois Français et dix-huit Amérindiens pour atteindre l’embouchure du Mississipi. L’exploration, aller et retour, ne dura que douze mois. Sans doute est-il vain de chercher à serrer la chronologie avancée par Mathieu Sagean, puisqu’il n’a pas participé à l’expédition.

18 Note du manuscrit : « Mangoust est le premier et véritable nom de cette rivière, et elle n’en avoit point d’autre quand ledit Sagean y fut, mais on luy a dit depuis qu’on luy avoit donné le nom de Colbert, dont il n’est pas autrement seur. Il y a mesme des gens qui prétendent que la rivière Colbert et le Mississipi sont un mesme fleuve, dequoy ledit Sagean ne convient pas si la rivière est mangoust. » Le toponyme « Colbert » avait été donné au Mississipi par Cavelier de La Salle : Sagean confond les toponymes des cours d’eau de la région.

19 Note du manuscrit : « Il est aussi bien seur du nom sauvage et premier de cette rivière, qui est Chiatoura, et ne sçait que par relation d’autruy, qu’on l’a nommée de Seignelay, sans le scavoir autrement. » Il s’agirait de la rivière des Illinois, parfois appelée « rivière Seignelay », « rivière des Macopines », voire « rivière Divine » ou « de la Divine » (voir Francis Parkman, La Salk and the Discovery of the Great West, p. 167, n. 1). Le toponyme « Chiatoura » ne figure sur aucune carte.

20 Note du manuscrit : « D’autres disent que les Espagnols nommoient le Mississipy Rio Escondido, qui veut dire caché, à ce que ledit Sagean a ouy dire depuis, à cause de ses inondations et embarras de rozeaux &c. » Selon Bruzen de La Martinière, les Espagnols appelaient le Mississipi « riviere de la Palissada, à cause de la quantité prodigieuse de bois qu’il charrie à la mer quand les eaux sont hautes » (Le Grand Dictionnaire). Dans son Dictionnaire universel, Claude-Marie Saugrain retient le même toponyme espagnol pour désigner le fleuve. Toutefois, le toponyme « Abscondido », pour Escondido, est attesté par Tonty et Louis Hennepin (voir « Relation écrite de Québec », dans Pierre Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 602, et Nouvelle decouverte d’un tres grand Pays situé dans l’Amerique, entre le Nouveau Mexique et la Mer Glaciale, Utrecht, Guillaume Brœdelet, 1697, p. 273), même si le Rio Escondido semble aussi avoir été confondu avec le Rio Bravo par les Espagnols. Pierre Le Moyne d’Iberville situera avec exactitude le fleuve au cours de son voyage en 1698-1699. D’autre part, sur la « Carte de la Louisiane et Pays voisins », qu’il a dressée pour accompagner l’Histoire générale des voyages, de l’abbé Prévost (1757, t. XIV, entre les pages 570 et 571), Nicolas Bellin a placé une « R[ivière] de la Madelaine » à environ 300 kilomètres à l’ouest de l’embouchure du Mississipi. Sagean cite sans doute des toponymes dont il a entendu parler, sans bien connaître la région.

21 Note du manuscrit : « A plus de 20. lieües de la mer qui fait une grande baye à l’embouchure dudit fleuve. Ils virent ladite baie, mais ne purent y aller. Voyez à la page 44 où il est parlé de l’endroit où est cette embouchure, selon quelques-uns. » À la page 44 du manuscrit, Mathieu Sagean rapporte les propos d’un jeune homme de New York qui soutient avoir accompagné des Espagnols jusqu’à l’embouchure du fleuve. Mais il situe celle-ci dans la baie « d’Apalache » (voir infra, p. 112).

22 Hormis dans l’extrême sud de la Floride, on ne trouve pas de caïmans en Amérique du Nord. Sans doute Sagean fait-il allusion à l’alligator américain (Alligator mississipiensis), un crocodile qui mesure de 1,80 mètres à 5,84 mètres (voir J. L. Behler et F. W. King, The Audubon Society Fielil Guide to North American Reptiles and Amphibians, New York, Knopf, 1979, p. 429-430).

23 Il s’agit du crotale des bois (Crotalus horridus), un reptile venimeux dont la morsure est mortelle (voir ibid., p. 688-689).

24 Note du manuscrit : « Ce fut en cet endroit, où le fleuve fait une pointe, que Mr. de La Salle planta une croix, avec les armes du Roy. » Le 9 avril, près de Venice, Cavelier de La Salle prit possession du territoire au nom de la couronne de France. Après avoir fait ériger une croix et une colonne qui portait les armes du roi, il fit enterrer une plaque en cuivre gravée d’inscriptions.

25 Note du manuscrit : « Qui se déborde vers le printemps par la chute des eaux d’en haut. »

26 Ajout épique : aucun membre de l’expédition ne fut dévoré par des sauriens. Toutefois, en février 1682, un des hommes de l’expédition s’égara en allant à la chasse : on le retrouva, affamé, dérivant sur un morceau de bois, près de l’actuelle ville de Memphis (Tennessee).

27 Le bison (Bison bison) est un grand bovidé sauvage caractérisé par son cou bossu et un grand collier de fourrure laineuse (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 377-380).

28 Au début du xviiie siècle, les Missouris, un peuple de langue sioux, étaient établis sur la rive gauche de la rivière qui porte leur nom, tout près de son embouchure. Ils étaient trop éloignés des Espagnols pour être leurs « ennemis irréconciliables », comme le dit Sagean (p. 64). Selon la légende, les Missouris, les Otos et les Aiouez auraient vécu avec les Puants, ou Potéouatamis, avant de se séparer d’eux (voir F. W. Hodge. Handbook, 1907, p. 911-912).

29 « MEXIQUE ou NOUVELLE ESPAGNE, contrée de l’Amérique septentrionale, bornée au nord par le nouveau Mexique ; à l’orient partie par le golfe du Mexique, & partie par la mer du Nord ; au midi, partie par l’Amérique méridionale, & partie par la mer du Sud ; & : à l’occident encore par la mer du Sud » (Bruzen de La Martinière, Le Grand Dictionnaire). Le territoire couvert par la Nouvelle-Espagne déborde celui du Mexique actuel : parmi les provinces qui relevaient de Mexico, on trouve notamment le Yucatán, le Guatemala, le Honduras, le Nicaragua, le Costa Rica et Panama.

30 Les Mahégans (ou Mahicans ou Loups), une tribu du groupe algique, occupaient un territoire situé à l’est de celui des Iroquois. Ils vivaient originellement dans la haute vallée de la rivière Hudson, mais, en butte aux attaques des Agniers, ils durent descendre jusque dans l’État du Massachusetts pour s’installer près de l’actuelle ville de Stockbridge (voir J. T. Brasser, dans B. G. Trigger, Handbook of North American Indians, vol. 15, p. 198-212 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 786-789 ; J. L. Stoutenburgh, Dictionary of the American Indian, New York, Philosophical Library, 1960, p. 226 ; E. Tooker, Ethnographie des Humus, p. 12-13). Selon Nicolas La Salle, dix-huit Loups et sept Amérindiennes faisaient partie de l’expédition (voir « Relation de la descouverte que M. de La Salle a faite de la rivière de Mississipi en 1682 », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 549). Pour sa part, Henri de Tonty écrit qu’il y avait dix-huit Loups et Sokokis, qu’accompagnaient dix femmes et trois petits enfants (« Relation écrite de Québec », dans P. Margry, ibid., p. 594).

31 Le terme désigne plusieurs tribus différentes et autonomes du groupe algique, mais liées entre elles. Au moment des premiers contacts avec les Français, vers 1670, les Miamis occupaient une région située près de la rivière aux Renards, ou Fox River (Wisconsin). Au cours du xviiie siècle, la tribu se déplaça vers l’est et s’installa sur les rives des rivières Saint-Joseph (Michigan), Maumee (Ohio) et Wabash (Indiana). Le groupe le plus important au début du xviiie siècle se trouvait près de la rivière Saint-Joseph. Les Miamis ont été des alliés des Français (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 852-855).

32 Selon Homère, l’enlèvement d’Hélène, la femme de Ménélas, un roi achéen, par Pâris, le fils de Priam, roi de Troie, déclencha la guerre de Troie (L’Iliade). Si Sagean fait bel et bien allusion au retour de Cavelier de La Salle vers le Canada après sa découverte de l’embouchure du Mississipi, en avril 1682, c’est avec des Quinipissas, une tribu qui vivait près des bouches du fleuve, qu’il eut maille à partir : le 15 avril, des hommes de cette tribu décochèrent des flèches en direction des Français. En outre, le corps expéditionnaire ne comprenait que quarante et un hommes : vingt-trois Français et dix-huit Amérindiens. Nicolas La Salle et Henri de Tonty racontent précisément l’événement, moins dramatique et romanesque que ce que rapporte Sagean (voir leurs relations dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 563-564 et 605-608). Cependant, il est possible que Sagean fasse allusion à une mésaventure de Tonty : le 8 juin 1682, il fut menacé par une trentaine de guerriers Illinois, Tamaroas et Missouris. L’affaire n’eut toutefois pas de suites (voir « Relation écrite de Québec », dans P. Margry, ibid., p. 611).

33 Note du manuscrit : « Cela marque qu’ils ont quelque idée d’un premier estre créateur du monde. » Dans son Dictionnaire montagnais-français, composé au xviie siècle, Antoine Sylvy recense les expressions « Kiche », grand, précieux, ancien, et « Manit », esprit admirable, extraordinaire (voir op. cit., transcription de Lorenzo Angers, David E. Cooter, Gérard E. McNulty, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1974). Pour sa part, Albert Lacombe relève une « belle expression pour désigner l’Être Suprême » : « Kijemanito », qui signifie « l’Esprit Parfait auquel on ne peut ajouter rien » (Dictionnaire de la langue des Cris, Montréal, C.-O. Beauchemin et Valois, 1874).

34 Orthographe attestée par Richelet (1680).

35 Après l’édit de décembre 1689, le louis d’or avait « cours pour 12. liv[res] 10 sols » et le louis, ou écu d’argent, « pour 3. liv. 6. sols » (Jean Boizard, Τraité des monnoyes, p. 318). De plus, le même édit fixait le cours des « pieces de 5. s[ols] fabriquées au titre des écus » (ibid., p. 319). Sur les variations du louis et des écus, voir ibid., p. 309-323. Toutefois, dans le langage courant, « écus » et « louis » ont une acception de monnaie de compte et ne renvoient pas à une monnaie réelle : l’écu vaut 3 livres tournois ; le louis d’or vaut 20 livres tournois (renseignements fournis par M. Marc Perrichet).

36 Le terme désigne plusieurs tribus du groupe algique réunies en une confédération. Les Kaskaskias, les Cahokias, les Péorias, les Tamarois et les Metchigamias en constituaient les clans les plus importants. Les premiers contacts entre Français et Illinois eurent lieu au moment de l’expédition de Louis Jolliet et de Jacques Marquette sur le Mississipi, en 1673. Mais il n’est pas exclu que, dès 1667, le père Claude Allouez ait rencontré des Illinois au cours de ses missions. Ils étaient établis sur les deux rives du Mississipi et le long de ses affluents orientaux au sud de l’État d’Iowa, au nord du Missouri, dans le nord de l’Illinois et dans le sud du Wisconsin. Au moment où Cavelier de La Salle les rencontra, les Illinois étaient en butte à l’hostilité des Sioux, des Renards et des Iroquois (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 597-599).

37 Le fort Saint-Louis, érigé sur un rocher, au bord de la rivière des Illinois, sur un site connu aujourd’hui sous le nom de Starved Rock, en amont de l’actuelle ville de La Salle (Illinois), fut commencé en décembre 1082 et terminé en mai 1683. En septembre, sur l’ordre de Joseph-Antoine Le Febvre de La Barre, alors à la tête de la colonie, Louis-Henri de Baugy vint relever Tonty (voir note suivante) de son commandement. Sagean ne fait pas allusion à l’événement, ce qui suggère qu’il aurait quitté le fort entre le départ de La Salle et l’arrivée de Baugy au poste. Au sujet de ce fortin, Pierre-Charles Le Sueur observe que ce que Sagean « dit du fort des Ilinois est plus que suffisant pour le convaincre de fausseté. Il établit ce fort dans une Isle adjacente de la grande terre a laq[uelle] on communique par le moyen d’un pont, rien de tout cela. Le fort que m. de la Salle avoit fait construire aux Ilinois éloit à la grande terre sur une montagne de roche fort escarpée » (« Memoire de mr Le Sueur », ANF, Marine 2JJ 56, n° 9, p. 67). Sur l’emplacement du fortin français, voir la carte de Franquelin, de 1684, reproduite par Francis Parkman dans La Salle and the Discovery njlhe Great West, entre les pages 314 et 315.

38 Cavelier de La Salle quitta le fort en août 1683, après avoir remis le commandement du poste à Henri de Tonty (1649 ?-1704), son lieutenant. En 1668-1669, Tonty servit dans l’armée française et il perdit sa main droite au cours de la bataille de « Libasso ». Après 1678, il participa à toutes les explorations de Cavelier de La Salle et, en décembre 1689, il tenta de porter secours, par voie maritime, aux survivants de l’expédition ratée aux bouches du Mississipi (Edmund Boyd Osier, DBC, t. II, p. 661-664).

39 Erreur de Sagean : c’est au père Zénobe Membré (1645-1689) que Cavelier de La Salle confie, en septembre 1682, la mission d’aller porter à Frontenac, dont il ignore le remplacement par Le Febvre de La Barre, la nouvelle de la découverte des bouches du Mississipi. Arrivé à Québec le 15 novembre 1682, Zénobe Membré monta sur le même navire que Frontenac pour repasser en France (Frédéric Gingras, DBC, t. I, p. 512-513). Les autres récollets qui participèrent aux différentes expéditions de La Salle sont Louis Hennepin (1626- 1705 ?), Gabriel de La Ribourde (1620 ?-1680) et Maxime Leclercq (P-1689). Seul le père Membré accompagnait La Salle au moment de la découverte des bouches du Mississipi.

40 Il n’est pas exclu que d’autres personnes que les seuls membres de l’expédition de La Salle aient séjourné au fort Saint-Louis. En effet, après avoir nommément identifié chacun des membres de l’expédition (le nom de Sagean ne figure pas parmi ceux-ci). Tonty, qui signale qu’il y avait « peu de monde » avec lui lorsqu’il se rendit au fort Saint-Louis, ajoute qu’il gagnait le fort précisément « afin de rasembler [s]on monde au printemps » suivant. Peut-être des coureurs des bois se sont-ils ajoutés aux membres de l’expédition (lettre du 14 novembre 1684, dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t.I, p. 593-594 et 613).

41 Le Sueur : « Il dit dans ses memoires que M. de Tonty lui a donne onze françois & : 2 sauvages p[ou]r l’accompagner dans ses decouvertes, et M. de Tonty assure ne l’avoir jamais vu ni connu ailleurs qu’ici » (« Memoire de mr Le Sueur », ANF, Marine 2 JJ 56, n° 9, p. 67). Le mémoire, daté d’août 1701, ne comporte pas d’indication de lieu, mais a été écrit au Biloxi ou à la Mobile, où Le Sueur rentra au printemps 1701 après son expédition, au cours de l’année 1700, au haut de la rivière Blue Earth, où il établit le fort Huillier (voir Richebourg Gaillard McWilliams, « A Kingdom Beyond the Rockies : The El Dorado of Mathieu Sagean », dans John Francis McDermott, dir., The French in the Mississippi Valley, p. 194, n. 66 ; A. P. Nasatir, DBC, t. II, p. 445-446).

42 Voir supra, p. 62, n. 30.

43 Dans le récit de sa navigation, Sagean semble ignorer que le fort Saint-Louis, situé sur les rives de la rivière des Illinois, était à quelque 250 kilomètres de l’endroit où la rivière des Illinois se jette dans le Mississipi. La chute à laquelle il fait allusion est sans doute le saut Saint-Antoine, à l’embouchure de la rivière Minnesota, aujourd’hui dans la ville de Minneapolis (Minnesota). Toujours critique à l’endroit de Sagean, Le Sueur écrit : « [...] il raconte qu’après avoir remonté le Mississipi env[iron] 200 l. il a trouvé un saut ou cascade qui l’a obligé de f[ranchi]r un portage de 6 l. De long, j’ai vu ce saut et passé dans ce portage il y a plus de 10 ans [dans la marge : "ce seroit en 1691"] avec les sioux qui y portoient leurs canots & leurs bagages mais je suis assuré p[ou]r l’avoir mesuré plus d’une fois que ce portage n’a que 1500 pas de long. Mathieu Sagean monte encore le Mississipi env[iron] 40 l. plus au Dessus de ce portage apres quoi le Mississipi n’etant plus navigable il est obligé de s’arreter la & d’y passer l’hyver pendant leq[uel] il n ‘a vu aucun sauvage ce qui est aussi impossible co [mm] e de demeurer un jour entier sur le Pont-Neuf de Paris sans y voir une seule personne » (« Memoire de mr Le Sueur » , ANF, Marine 2 JJ 56, n° 9, p. 67).

44 Manuscrit : « encore » biffé.

45 « En chassant » ajouté clans la marge du manuscrit.

46 Allusion aux affluents du Saint-Laurent, qui se jette dans l’océan Atlantique.

47 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il veut dire 14. Jours, c’est à dire environ 40. lieües. »

48 Ces fauves ne sont pas indigènes à l’Amérique du Nord. L’exotisme de leur présence et leur absence d’agressivité ne sont pas sans rappeler le jardin d’Éden.

49 La terrasse était, « dans les siècles anciens, un épaulement environnant sur le bord du fossé, tout semblable à nos tranchées » (Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Neuchâtel, Samuel Faulche, 1765, ι. XVI, p. 165).

50 Orthographe attestée par Richelet (1680) : « un petit vilage ».

51 Le nom de la tribu, Acaaniba, n’est pas sans évoquer celui des Akansa, ou Arkansa, rencontrés dès 1541 par De Soto et, en 1673, par Louis Jolliet et Jacques Marquette. De plus, certains traits des Akansa font penser aux Acaaniba : d’humeur gaie, de caractère libéral, ils paraissent avoir été plus avancés sur le plan culturel que les autres Amérindiens. Leurs femmes avaient la réputation d’être belles et leurs villages étaient mieux faits que ceux des autres tribus (sur cette question, voir supra, p. 9).

52 Voir infra, p. 166, n. 19.

53 L’hermine (Mustela erminea) est un mammifère carnivore recherché pour sa fourrure (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 299-301 ; W. F. Ganong, « The Identity of the Animals and Plants Mentioned by the Early Voyagers to Eastern Canada and Newfoundland », dans Mémoires et comptes rendus de la Société royale du Canada, 3e série, t. III, section II, 1909, p. 215).

54 Même la statuaire plus développée des Aztèques ne comportait pas de chevaux, car l’animal a été introduit en Amérique par les Européens.

55 La bernache canadienne (Branta canadensis), vulgairement appelée « outarde », pond de quatre à six œufs (Godfrey), ou de cinq à sept œufs (Dionne) d’un brun jaunâtre pâle, ou brun verdâtre, d’environ 9 cm sur 6,4 cm (voir Ch. -E. Dionne, Les Oiseaux de. la province de Québec, p. 111-114 ; W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 87-97).

56 « Espece de rubis qui a beaucoup d’esclat & est d’un rouge enfoncé [1694] foncé [1740] » (Dictionnaire de l’Académie, 1694 et 1740).

57 La brasse, une mesure ancienne de marine, correspondait à la longueur des deux bras tendus. Dans son voyage à Onondaga, Pierre-Esprit Radisson rapporte le récit d’un Amérindien qui aurait tué une licorne près des bouches du Missouri (voir Arthur T. Adams, édit., The Explorations of Pierre Esprit Radisson. From the original manuscript in the Bodleian Library and the British Museum, Minneapolis, Ross & Haines, 1961, p. 59). Selon Arnoldus Montanus, la licorne vivait « on the Borders of Canada » (America : Being the latest, and most accurate. Description of the New World, Londres, chez l’Auteur, 1671, p. 172 ; gravure de la bête, p. 173). Mais Sagean, qui a rangé les côtes de l’Afrique et de l’Asie, pense peut-être au rhinocéros. Dans les Voyages et aventures du capitaine Ripon, le narrateur observe à Java « toutes sortes de bétail sauvage, comme vaches et bœufs en grand nombre, chevaux, buffles, sangliers, cerfs et grand nombre de licornes qu’on appelle rhinocéros » (p. 163).

58 « Et massives » ajouté dans l’interligne.

59 Note du manuscrit : « Elles n’ont point de pied d’estal, mais elles sont placées comme sur une estrade, qui est aussy d’or , et de 30. pieds en quarré pour chacune desdites statües, entre lesquelles il y a un chemin qui conduit à l’appartement du Roy, par un vestibule magnifique, qui a plus de cent pieds, où il y a des grilles de caracoly, qui est un métal aussy précieux que l’or, à ce que dit ledit Sagean. Les portes et les fenestres de cet appartement sont aussi de caracoly. C’est là où se tient la garde du Roy, composée ordinairement de 200. hommes. Aux quatre coins de ce vestibule, il y a 4. petits cabinets, ouverts et grillés de caracoly, où se tient la musique du Roy, qui est bien mauvaise par rapport à celle d’Europe. »

60 Note du manuscrit : « Autre marque de l’idée d’un premier estre, créateur du monde. » Les termes de l’adoration semblent inventés par Sagean.

61 Voir supra, p. 67, n. 50.

62 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il veut dire sa chambre. »

63 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il veut dire 3. fenestres, car les maisons en ce pays-là n’ont point de chambres hautes et par consequent de degres. »

64 Note du manuscrit : « Voyez à la page 19. & suivantes. » Voir infra, p. 83- 84. »

65 Note du manuscrit : « Le pavé dudit appartement est aussy fait de grandes briques d’or massif faites en carré. »

66 Note du manuscrit : « Ils étoient 12. François. »

67 La révolution synodique de la Lune, ou cycle lunaire, dure 29 jours, 12 heures, 44 minutes, 2,8 secondes, alors que la révolution sidérale de la Lune autour de la Terre est en moyenne de 27 jours, 7 heures, 43 minutes, 11,5 secondes (Encyclopaedia Universalis, 1985, t. XI, p. 321). Les caravanes mettent donc un peu plus de 165 jours pour atteindre la nation avec laquelle les Acaaniba commercent.

68 Le dépouillement de la photothèque du musée de l’Homme, à Paris, n’a pas permis d’identifier le poignard décrit par Mathieu Sagean. Selon les responsables de la photothèque, l’arme pourrait être africaine, mais, à leur connaissance, un tel poignard terminé par un gant n’existe pas. Peut-être est-ce en fait une arme que les flibustiers, avec lesquels a navigué Sagean, se fabriquaient afin de se protéger les mains et le poignet au cours des combats.

69 Avant l’arrivée des Blancs, les Amérindiens se servaient effectivement de boucliers.

70 Le terme a une signification très large. Par exemple, Charlevoix l’utilise pour désigner les « signes » que les Amérindiens laissent « de la victoire » et qui sont en fait des dessins stylisés (voir Histoire et description generale, t. III, p. 239-240).

71 Aucun descendant de Moctezuma ne porte ce nom. Voir infra, p. 166, n. 19.

72 Armée formidable pour une tribu amérindienne. Les Amérindiens ne commencèrent à se servir de chevaux qu’après l’arrivée des Européens.

73 Manuscrit : « massif » biffé.

74 Les Amérindiens savaient fabriquer des flûtes, mais aucun voyageur, à notre connaissance, ne signale l’usage de trompettes parmi eux. Peut-être Sagean prête-t-il aux Acaaniba des instruments de musique d’origine asiatique.

75 L’usage du tambour chez les Amérindiens est attesté par nombre de voyageurs, mais l’instrument, d’assez petit format, n’était pas porté par une bête de somme.

76 La description semble s’inspirer des tipis des Sioux, qui étaient faits de peaux de bœufs sauvages tannées, cousues ensemble et tendues sur une armature de bois de forme conique. Toutefois, les peaux n’étaient pas couvertes d’écorce (voir Fred M. Hans, The Greal Sioux Nation, p. 96-97 ; Royal B. Hassrick, The Sioux, p. 182-185).

77 Expression recensée par Richelet (1680) et par l’Académie (1694) : « Blanc Se prend encore pour le blanc de la butte où l’on tire. Tirer au blanc » (Dictionnaire de l’Académie). Dans l’édition de 1740, les auteurs du Dictionnaire de l’Académie indiquent que « Blanc, se dit aussi du but où l’on tire. Tirer au blanc ».

78 Pratique attestée parmi certaines tribus amérindiennes, dont les Tchactas, qui occupaient originellement la vallée du Mississipi. Les Français leur avaient donné le sobriquet de « Têtes plates », à cause de la forme singulière de leur tête. Les femmes tchactas comprimaient la tête des enfants en bas âge à l’aide de deux planchettes assujetties par des liens serrés, afin de la déformer (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 288-289 ; Charles Hudson, The Southeastern Indians, Knoxville, The University of Tennessee Press, 1976, p. 31).

79 Selon Henry Timberlake, dont la relation de voyage fut en partie traduite dans la Gazette littéraire de l’Europe (1766, t. VIII, p. 173), les Chéraquis « souffrent des douleurs incroyables pour s’allonger les oreilles, qu’ils ornent, ainsi que leur nez, d’anneaux & de pendans d’or ou d’argent ». Mais peut-être Sagean prête-t-il aux femmes de la tribu une pratique qu’il a pu observer en Afrique.

80 Même si, au xixe siècle, les Mandans, qui occupaient un territoire situé le long du Missouri dans l’actuel État du Dakota du Nord, portaient « les ongles longs » (Alexandre-Philippe Maximilien, prince de Wied, Le Peuple du premier homme, Paris, Flammarion, 1977 [1976], p. 244), l’observation de Sagean ne s’applique pas vraiment à quelque population amérindienne que ce soit.

81 « Dont » peut jouer le rôle de pronom relatif, dont l’antécédent est le pronom « Ils » , et il peut alors être remplacé par « desquels ». D’autre part, comme le rappelle Ferdinand Brunot, le pronom « dont » « est excellent dans le rôle d’ "ablatif, ainsi : le ton dont il m’a parlé [...] un mari furieux dont je suis poursuivi » (« La langue classique 1660-1715 », dans Histoire de la langue française, t. IV, 2e partie, p. 866-867). Ici, c’est par « parmi lesquels » qu’il faudrait remplacer « dont ».

82 Autre trait qui distingue les Acaaniba des Amérindiens, ces derniers étant peu poilus et n’appréciant guère la pilosité.

83 Les mœurs sexuelles amérindiennes variaient d’une tribu à l’autre, mais si la chasteté prémaritale semblait assez peu valorisée, l’adultère féminin était en revanche souvent réprimé, parfois avec sévérité. Cependant, les exceptions étaient nombreuses. Par exemple, les Chippewas interdisaient les relations prémaritales et les Delawares autorisaient à l’occasion l’adultère. Chez les Sioux, les jeunes filles étaient étroitement surveillées, selon Royal B. Hassrick, mais une certaine liberté sexuelle était tolérée, au dire de Fred M. Hans. La polygamie y était pratiquée (voir Ives Goddard, « Delaware », dans B. G. Trigger, Handbook of North American Indians, vol. 15, p. 219 ; F. M. Hans, The Great Sioux Nation, p. 213-216 ; R. B. Hassrick, The Sioux, p. 111-126 ; Robert E. Ritzenthaler, dans B. G. Trigger, op. cit., p. 751-752).

84 Note du manuscrit : « Mais ils sont fort sobres quand [sic] à la boisson, n’aimant point l’yvrognerie. Ils font du vin de palme et plusieurs autres boissons de racines et d’herbes. Ils sont grands fumeurs, et le tabac y est tres commun et bon, y venant naturellement sans presque le cultiver. » Selon Fred M. Hans, les Sioux, à l’instar de beaucoup de tribus amérindiennes, ne prenaient pas leurs repas à des heures régulières (The Great Sioux Nation, p. 100). Toutefois, les Amérindiens ne mangeaient pas la nuit, sauf lors de cérémonies ou de festivités particulières. En outre, la sobriété des Acaaniba tranche étrangement sur les pratiques des Amérindiens.

85 Voir infra, p. 163, n. 13.

86 Au xviie siècle, le substantif « palme » « se prend aussi pour l’arbre du palmier. En Perse & en Orient on fait du vin de palme, qui est aussi bon que le nostre, quand il vient d’estre fait, mais qui s’aigrit au bout de quatre jours » (Furetière, 1690).

87 Note du manuscrit : « Le païs est fecond en lucresses. » Lucrèce, ou Lucretia, en latin, était la femme de Tarquin Collatin, un parent du roi de Rome Tarquin le Superbe. Scion la légende, elle aurait inspiré une vive passion à Sextus, le fils de Tarquin le Superbe. Après avoir été violée par Sextus, elle se suicida en prenant à témoin son père et son mari. Aussitôt, Junius Brunis appela le peuple à se révolter contre la tyranie des Tarquins, ce qui mit fin à la monarchie. Dans La Vie libertine en Nouvelle-France au xviie siècle (Montréal, Leméac, 1972, t. I, p. 36), Robert-Lionel Séguin suggère que Sagean décrit alors les mœurs des Illinoises. Mais rien n’étaie l’affirmation.

88 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il veut dire Loups. » L’observation est pertinente. À moins de penser que Mathieu Sagean déforme le nom « Schaghticoke », une tribu du groupe des Loups établie sur les rives de la rivière Hoosac, près du confluent de celle-ci et de l’Hudson, il désigne les Chaouanons, une tribu du groupe algique, dont on trouve des traces dans les actuels États de la Caroline du Sud, du Tennessee, de la Pennsylvanie et de l’Ohio. Vers 1694, des Chaouanons rejoignirent les Mahingans, ou Mohicans. Les Chaouanons de l’Ohio étaient pour leur part liés aux Miamis et aux Illinois (F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 530-538).

89 Chiffre souligné dans le texte.

90 Note du manuscrit : « Il veut dire 400. » S’il s’agit des Loups, le pays des Acaaniba se trouve à quelque 1200 ou 1600 kilomètres à l’ouest de la rivière Hudson, soit dans une région qui comprend aujourd’hui les Etats du Michigan, de l’Indiana, de l’Ohio et une partie de l’Illinois. Or, ces Etats se trouvent à l’est du Mississipi, alors que, selon Sagean, les Acaaniba vivent à l’ouest du fleuve. Si Sagean fait bel et bien allusion aux Chaouanons, le pays des Acaaniba se confondrait alors avec la région occupée par les Sioux. bien à l’ouest à l’intérieur des terres.

91 Note du manuscrit : « Ils se font suer avec des herbes lors qu’ils se trouvent mal. » À défaut de médecins ou de chirurgiens, les Amérindiens faisaient appel à des chamans pour se soigner et ils usaient de bains de vapeur lorsqu’ils étaient malades, mais peut-être moins comme traitement médical proprement dit que comme moyen de provoquer la communication avec les esprits.

92 Il s’agit d’une sorte de pêche dont la chair adhère au noyau.

93 Le figuier, un arbre ou un arbrisseau du climat méditerranéen, ne pousse pas en Amérique du Nord. Léon-Abel Provancher signale toutefois l’existence du figuier commun (Ficus carica), mais l’arbre, de moyenne grandeur, ne résiste pas à la rigueur des hivers (voir Flore canadienne, p. 523-524).

94 On trouve plusieurs espèces de noyers : le caryer ovale (Carya ovata), aussi appelé « noyer tendre », à l’amande délicieuse mais difficile à extraire ; le noyer cendré (Juglans cinerea), parfois appelé « arbre à noix longues » ; le caryer cordiforme, ou noyer amer (Carya cordiformis), au bois très dur et aux noix à goût amer (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 158-160).

95 Le chataignier d’Amérique (Castanea vesca) est un arbre à tronc fort et étroit assez c om m u n au sud des Grands Lacs. Son fruit est plus petit mais plus sucré que celui d’Europe (voir L.-A. Provancher, Flore canadienne, p. 542).

96 Les cerisiers (Cerasus) comprennent plusieurs espèces communes : cerisier de Virginie, cerisier tardif, cerisier du Canada, etc. Pour sa part, le frère Marie-Victorin classe l’arbre dans la catégorie des pruniers (Prunus) (voir Marie-Victorin, Flore laurenlienne, p. 319-322 ; L.-A. Provancher, Flore canadienne, p. 165-169).

97 Sans doute Sagean fait-il allusion au bleuet, une airelle fausse myrtille (Vaccinium myrtilloides). Le terme « bleuet » recouvre d’autres espèces, dont l’airelle à feuille étroite (Vaccinium angustifolium) (voir Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 442).

98 Peut-être s’agit-il du coudrier (Corylus cornuta), un arbrisseau qui produit une noisette et qui est vulgairement appelé « noisetier à long bec » (voir L.-A. Provancher, Flore canadienne, p. 540-541 ; Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 152).

99 Note du manuscrit : « des fraises et des framboises ». Le fraisier (Fragaria), une plante herbacée vivace, comprend plusieurs espèces communes, notamment le fraisier américain et le fraisier de Virginie (voir L.-A. Provancher, Flore canadienne, p. 186-188 ; Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 342-343). Le framboisier (Rubus idaeus) pousse dans les lieux incultes, au bord des bois et dans les pâturages. On trouve aussi de nombreuses autres espèces de framboisier en Amérique du Nord (voir L.-A. Provancher, op. cit., p. 182-185 ; Marie-Victorin, op. cit., p. 327-336). Le groseillier (Ribes) se divise en plusieurs espèces communes en Amérique du Nord. L’arbrisseau produit une petite baie d’un pourpre foncé et couverte de petits aiguillons (voir L.-A. Provancher, op. cit., p. 246-248 ; Marie- Victorin, op. cit., p. 291).

100 Le melon (Cucumis melo), clairement identifié par Pehr Kalm (Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749, traduction annotée du journal de route par Jacques Rousseau et Guy Béthune avec le concours de Pierre Morisset, Montréal, Pierre Tisseyre, 1977, p. 225), se distingue du melon d’eau (Citrullus vulgaris), que décrit aussi P. Kalm (voir Voyage, p. 436 ; voir aussi Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 540).

101 On trouve plusieurs espèces de courges (Cucurbita) en Amérique. L’espèce la plus connue est le potiron (Cucurbita maxima), mais Sagean pense peut-être à la citrouille iroquoise (Cucurbita pepo), un giraumon (voir L.-A. Provancher, Flore canadienne, p. 233-234 ; Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 540).

102 Sans doute s’agit-il de la patate sucrée (Convolvulus batatas), une convolvulacée dont les tiges produisent des tubercules comestibles oblongs d’une couleur pourprée, et non de la morelle tubéreuse (Solanum tuberosum), la pomme de terre commune (voir L.-A. Provancher, Flore canadienne, p. 409 et 426 ; Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 449 et 463-464).

103 L’oranger (Aurantiaceae) ne pousse pas dans la région où se trouverait Sagean.

104 Dans le cas d u citron aigre, il peut s’agir du fruit du podophylle pelté (Podophyllum pellatum), ainsi nommé à cause de sa ressemblance avec le vrai citron. Le fruit de la plante est comestible et le rhizome du podophylle était utilisé à des fins médicinales par les Amérindiens (voir P. Kalm, Voyage, p. 159 ; Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 236). Mais Sagean peut tout autant faire allusion au citronnier limonier (Citrus limonum), au fruit ovoïde et à pulpe très acide, qui pousse dans les régions chaudes. Quant au citronnier (Cilrus medica), qui produit le citron, il ne se trouve pas dans la région où vivraient les Acaaniba.

105 L’olivier (Olea) ne supporte pas plus le climat nord-américain que l’oranger ou le citronnier. Sagean ajoute des espèces exotiques à la flore américaine pour conférer plus d’attrait au pays des Acaaniba.

106 Le bananier n’est pas indigène à l’Amérique du Nord.

107 Le maïs (Zea mays) est une plante monocotylédone de la famille des graminées, parfois appelée « blé de Turquie » (voir L.-A. Provancher, Flore canadienne, p. 666).

108 Voir infra, p. 166, n. 18.

109 Gabriel Sagard décrit précisément comment les Hurons transformaient le maïs « en pain ou petits gasteaux » (voir Histoire du Canada et Voyages des Peres Recollects en la nouvelle France, Paris, C. Sonnius, 1636, p. 284-285).

110 Note du manuscrit : « Ce seroit encore tout autre chose s’ils étoient cultivez. Ledit Sagean assure qu’il y a mangé de ces raisins qui sentoient le muscat & en avoient le goût, quoy que sauvages, et d on t les grains étoient gros comme de petites prunes. » Il existe une dizaine d’espèces de vignes dans l’est de l’Amérique du Nord. Sagean a pu en reconnaître plusieurs au cours de ses courses en forêt, mais il est difficile d’identifier celles auxquelles il fait allusion (voir Marie-Victorin, Flore laurenlienne, p. 405-406). À noter l’absence de palmiers, dont les Acaaniba, selon Sagean, faisaient du vin.

111 Voir supra, p. 62, n. 27.

112 Selon l’auteur anonyme de l’article intitulé « Matthiew Sagean and his Adventures », « pisikiou » était le terme illinois pour désigner le bison (The HisUmml Magazine, vol. 10, n° 3, mars 1866, p. 69).

113 Peut-être Mathieu Sagean décrit-il le guanaco des Andes (I.ama ganicoë), plus précisément l’alpaga {Lama ganicoëparas), un lama domestiqué, qui sert de bête de somme, d’animal de boucherie et qui fournit de la laine aux Andins (voir Dietrich Heinemann, dans Bernhard Grzimek et Maurice Fontaine, lx Monde animal en 13 volumes, Zurich, Éditions Stouffacher, 1972, t. XIII, p. 134-137). L’animal ne se trouve pas en Amérique du Nord, mais il n’est pas impossible que Sagean en ait entendu parler ou même en ait aperçu au cours des voyages qui ont suivi sa « découverte » du pays des Acaaniba.

114 Note du manuscrit : « Ces rivieres sont fort poissonneuses. »

115 Peut-être la foulque américaine (Fulica americana), assez semblable à la foulque noire (Fulica atra), un échassier proche de la poule d’eau (voir Ch.-E. Dionne, Les Oiseaux de la province de Québec, p. 134-136 ; W. F. Ganong, art. cité, p. 234 ; W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 150-151), ou le d i n d on sauvage (Meleagris gallopavo) aujourd’hui disparu (voir ibid., p. 141-142).

116 Le pigeon ramier, ou palombe (Columba palumbus), un pigeon gris-bleu avec le dessous gris rosé, c om m u n dans toute l’Europe et une partie de l’Asie.

117 La tourte (Ectopistes migratorius) est un pigeon de forte taille, aujourd’hui disparu (voir Ch.-E. Dionne, Les Oiseaux du Canada, p. 152-154 ; Ch.-E. Dionne, Les Oiseaux de la province de Québec, p. 182-187 ; W. F. Ganong, art. cité, p. 240 ; W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 242-243).

118 A l’époque du voyage de Sagean, on trouvait plusieurs variétés de perdrix en Amérique du Nord. Leur identification suscite toutefois des difficultés, car les sous-espèces sont mal connues (voir Ch.-E. Dionne, Les Oiseaux du Canada, p. 161-162 ; Ch.-E. Dionne, Les Oiseaux de la province de Québec, p. 175-178 ; W. F. Ganong, art. cité, p. 231 ; W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 129-131, 139- 141 ; R. Ouellet, dans Lahontan, Œuvres complètes, t. I, p. 555, n. 109, p. 580-581, n. 263-265).

119 La pintade (Numida mekagris), un gallinacé de la famille des phasianidés, possède un plumage noirâtre pointillé de blanc.

120 Peut-être s’agit-il de l’oie blanche (Chen caerulescens), qu’on trouve dans les régions arctiques et qui migre au sud (voir W. F. Ganong, art. cité, p. 229 ; W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 62-63).

121 Voir supra, p. 68, n. 55.

122 La famille des anatidés, qui inclut les cygnes, les oies et les canards, comprend soixante-deux espèces en Amérique du Nord et quarante-six au Canada. Les anatidés, ou canards de surface, comptent treize espèces et les aythyinés, ou canards plongeurs, vingt-deux (voir W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 54).

123 Peut-être le cygne trompette (Olor buccinator), dont l’aire de dispersion était autrefois très étendue (voir W. F. Ganong, art. cité, p. 239 ; W. E. Godfrey, Les Oiseaux du canada, p. 55-56).

124 On trouve notamment la sarcelle à ailes vertes (Anas carolinensis) et la sarcelle à ailes bleues (Anas discors), assez semblables à l’espèce européenne (voir W. F. Ganong, art. cité, p. 237 ; W. E. Godfrey, Les Oiseaux du Canada, p. 70-73).

125 Peut-être s’agit-il de la perruche de la Caroline (Corunopsis carolinensis), aujourd’hui disparue, car on ne trouve pas de perroquets à l’état sauvage en Amérique du Nord (voir Marcel Legendre, Perroquets et perruches, Paris, Éditions N. Boubée, 1962, p. 77-78).

126 Sans doute l’opossum commun de Virginie (Didelphis marsupialis). Mais d’autres marsupiaux, communs en Amérique du Sud, ne sont pas à exclure (voir W. Gewalt, dans B. Grzimek et M. Fontaine, Le Monde animal en 13 volumes, t. X, p. 61-71).

127 L’animal ressemble au « titi », ou callicèbe à fraise (Callicebus torquatus), un singe commun dans le nord-ouest de l’Amérique du Sud, dont la gorge porte une fourrure contrastée de blanc crème à orange sur un pelage qui va de brunroux à noir (voir David W. MacDonald, Encyclopédie Solar des animaux. Les Primates, Oxford, Equinox, 1990, p. 48).

128 Note du manuscrit : « Idée de la metempsicose. » Les Amérindiens croyaient à l’existence d’une vie après la mort, mais pas à la métempsycose, ou réincarnation de l’âme dans plusieurs corps, notamment d’animaux. Par exemple, les Huions pensaient que chaque être humain possédait deux âmes. La première, après la mort, prenait le chemin du pays des âmes, où elle poursuivait une espèce de vie semblable à celle des vivants. Après la fête des Morts, qui avait lieu tous les huit, dix ou douze ans, la seconde pouvait renaître dans un corps humain (Conrad E. Heidenreich, « Huron », dans B. G. Trigger, Handbook of North American Indians, vol. 15, p. 374-375). Cependant, Jean de Brébeuf signale que les Hurons croyaient que certaines âmes « se changent en Tourterelles » après la fête des Morts (Relation de 1636 de Paul Lejeune, dans R. G. Thwaites, édit., Jesuit Relations, vol. 10, p. 142 et 286). Comme l’observe Joseph-François Lafitau, « on voit encore des idées parmi les Sauvages de celle Métempsycose ; mais ils n’en ont pas poussé si loin l’extravagance, que les Disciples de Pythagore, & les Gymnosophistes des Indes. Une opinion de cette nature leur seroit trop préjudiciable ; car sans la chasse & la pêche, la plupart mourroient de faim » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. II, p. 117).

129 Cette singulière vénération pour un animal évoque plutôt une pratique indienne. Aucun voyageur ne signale un trait de mœurs semblable chez les Amérindiens.

130 Autre trait peu compatible avec les mœurs amérindiennes. Cependant, chez les Natchez, le « Soleil » détenait une autorité peu commune par rapport à celle des chefs des autres tribus. Mais Sagean peut aussi penser aux mœurs des Aztèques, dont il a pu entendre parler par des Espagnols ou par des voyageurs qui ont été en contact avec ceux-ci.

131 Aucun châtiment de ce type n’est attesté parmi les Amérindiens. Le terme « goula » n’est recensé ni par Richelet (1680), ni par Furetière (1690), ni par l’Académie (1692,1740 et 1762), mais peut-être Sagean, ou le commis du port de Brest, pense-t-il au terme breton « Goulaz ou Goulas » , qui désigne une « Late qui sert à attacher les ardoises ou les tuiles sur les toits » (Louis Le Pelletier, Dictionnaire de la langue bretonne, suivi de textes littéraires et de quelques études. Rennes, Bibliothèque municipale, 1975 [1718], p. 590). Selon le lexicographe, les deux mots n’ont pas exactement la même signification, car les « chaumières n’ont pas besoin de lates, mais de grosses perches qui servent aussi de chevrons » (ibid.). Le second sens paraît mieux convenir au contexte dans lequel le terme est utilisé.

132 On pourrait penser au Missouri, dont le cours, alors peu connu, traverse une partie des Etats-Unis d’Amérique.

133 Soit plus de deux ans et sept mois.

134 Il s’agit des wampuns fabriqués à l’aide de petites perles extraites de coquillages (Busycon cariai et Busycon canaliculatum pour les blanches ; Mercenaria mercenaria pour les violettes ou noires) enfilées les unes à la suite des autres. Parfois les wampuns étaient tissés sous forme de ceintures. Les Amérindiens les échangeaient lors de négociations ou p ou r confirmer des traités, ils en offraient en guise de condoléances et s’en servaient même parfois c om m e monnaie d’échange pour arrêter la vengeance d’une famille ou d’un clan dont on avait tué un membre (Elisabeth Tooker, « T h e League of the Iroquois : Its History, Politics, and Ritual », dans B. G. Trigger, Handbook of North American Indians, vol. 15, p. 422-424).

135 « Rassade, S. f. Nom qu’on donne à des especes de petites Perles de verre, ou d’émail, dont on fait diverses sortes d’ornemens. La Compagnie des Indes en emploie beaucoup dans le Commerce avec les Indiens & les Negres, qui les prennent en échange pour des choses plus précieuses. C’est ce q u’o n nomme aussi de la Verroterie » (M. Prévost, Manuel Lexique, Paris, Didot, 1755).

136 « Porcelaine, est aussi une espece de coquille blanche qui se trouve avec les esponges, q u’on appelle venerius murex. Les curieux ont dans leurs cabinets des coquilles tachetées comme des tigres, qu’ils nomment porcelaines, ou cornets de pourpre, en Latin buccina » (Furetière, 1690).

137 « Palme, S. m. signifie Empan, mesure qui se rapporte à la longueur de la main, quand elle est étenduë autant qu’elle le peut estre, parce que la paulme de la main s’appeloit autrefois palme », explique Furetière (1690), qui ajoute : « il contient environ huit pouces ». La mesure correspond à la largeur de la main, doigts tendus. Selon Sagean, les lingots pèseraient environ 1800 grammes. La valeur des lingots qu’il dit rapporter est fabuleuse.

138 Même si le substantif s’emploie surtout au pluriel, on l’employait aussi au singulier.

139 Voir infra, p. 156, n. 449.

140 Nom générique donné à des tribus unies entre elles sur le plan politique. La confédération des Cinq Nations, qui occupait le centre de l’actuel Etat de New York, comprenait, d’est en ouest, les Agniers, les Onneiouts, les Onontagués, les Goyogouins et les Tsonnontouans. Hostiles aux Français et à leurs alliés amérindiens, appuyés par les autorités hollandaises, puis anglaises, les Iroquois représentèrent un danger sérieux jusqu’au traité de paix de 1701 (F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 617-620).

141 Toponyme sans doute fantaisiste, encore qu’il évoque celui de la rivière Kewaunee, qui se jette dans le lac Michigan à la hauteur de Kewaunee (Wisconsin). Toutefois, le cours d’eau est trop peu important pour qu’il s’agisse de celui dont parle Sagean.

142 Lac Michigan.

143 Le castor américain (Castor canadensis), à tête plus large et à la robe plus foncée que celui d’Europe. La loutre (Lontra canadensis) est un petit mammifère carnivore de la famille des mustélidés à pelage brun épais et court, à pattes palmées, et dont la fourrure est très estimée (voir Α. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 318-320). La martre d’Amérique (Martes americana) est un mam-mifère carnivore, digitigrade, au corps allongé, au museau pointu, au pelage brun et à la fourrur e très recherchée (voir ibid., p. 293-297).

144 Voir supra, p. 64, n. 35.

145 Voir supra, p. 63, n. 31.

146 Voir supra, p. 59, n. 12.

147 Sans doute Daniel Greysolon Dulhut (ou Du Luth) (1639 ?-1710). Il participa à plusieurs missions dans l’Ouest, dont une, en 1684, avec Morel de La Durantaye. En 1689, il était impliqué dans un combat contre une bande d’Iroquois au lac des Deux Montagnes. On ne sait rien de ses activités entre cette date et 1696, alors qu’il prit le commandement du fort Frontenac. Il n’est pas impossible qu’il ait s econdé La Durantaye (voir note suivante) dans ses missions (Yves F. Zoltvany, DBC, t. II, p. 271-274).

148 Olivier Morel de La Durantaye (1640-1716) arriva au Canada en 1665 avec le grade de capitaine dans le régiment de Carignan. Il rentra en France en 1668, mais était de retour en Nouvelle-France en 1670. De 1670 à 1683, il était attaché à la garnison de Québec, où il commanda une des troupes de la Marine. Au printemps de 1683, selon les ordres de Le Febvre de La Barre, il partit vers les Grands Lacs en compagnie de Louis-Henri de Baugy afin de réprimer la traite illégale des fourrures. En juillet de la même année, il prit possession du commandement de Michillimakinac, poste qu’il occupa jusqu’en 1690. La mission que lui prête Sagean s’inscrit dans les fonctions qui lui étaient dévolues (Bernard Weilbrenner, DBC, t. II, p. 509-510).

149 Voir supra, p. 58, n. 9.

150 L’« Instruction pour le Sr. Comte de Frontenac », datée du 7 juin 1689 et remise à celui-ci alors qu’il venait d’être à nouveau nommé gouverneur de la Nouvelle-France, comportait une « amnistie » pour les coureurs des bois afin de « les rappeller a leur devoir » (ANF, Colonies Β 15, f. 93-94).

151 Au cours des années 1670, des Mahingans avaient obtenu la permission des Outaouais et des Miamis d’exploiter le territoire de chasse des seconds. En 1680, deux bandes de Mahingans vivaient parmi les Miamis. Quelques-uns des Loups participèrent à l’expédition de Cavelier de La Salle en 1681-1682 (T. J. Brasser, « Mahican », dans B. G. Trigger, Handbook of North American Indians, vol. 15, p. 205).

152 Note du manuscrit : « dans le lac Huron, vis-à-vis de laquelle il y a une isle qui s’appelle Manitoüalin, au sud-sud-est de ladite riviére. » Aujourd’hui la rivière French (Ontario), qui permet de passer de la baie Georgienne, située au nord du lac Huron, au lac Nipissing.

153 Lac Nipissing, au nord de la baie Georgienne (Ontario).

154 Une rivière La Vase, à l’extrémité est du lac Nipissing, témoigne du caractère marécageux de la région. Selon toute vraisemblance, le portage se trouvait à la hauteur de l’actuelle ville de North Bay, sur le lac Nipissing (Ontario). Sagean et ses compagnons ont dû traverser une zone marécageuse pour gagner l’actuel lac Trout, à l’est du lac Nipissing, puis s’engager dans la rivière Mattawa, qui se jette dans la rivière des Outaouais à la hauteur de la ville de Mattawa.

155 Rivière Mattawa (Ontario).

156 Rivière des Outaouais, qui sert de frontière entre le Québec et l’Ontario et qui se jette dans le Saint-Laurent à la hauteur du lac des Deux Montagnes, à l’ouest de Montréal. Le comté de Témiscamingue, au Québec, évoque encore le toponyme utilisé par Sagean.

157 À l’aube du 5 août 1689, quelque mille cinq cents Iroquois firent irruption à Lachine, tuèrent vingt-quatre colons et s’enfuirent avec quarante-deux prisonniers, auxquels s’ajoutèrent vingt ou vingt-cinq soldats et miliciens venus à la rescousse des colons. Ni le récit de la translation des restes des victimes du massacre, effectuée sous l’autorité de l’abbé Remy les 28 et 31 octobre 1694, ni le texte de l’abbé de Belmont, ou de l’un de ses contemporains, qui identifie les victimes, ne signalent le nom de Sagean ou de Mermande parmi les personnes tuées ou faites prisonnières (voir « Registre de la paroisse des Saints-Anges de Lachine », p. 45-47 ; Désiré Girouard, « Les victimes du massacre de Lachine », dans Bulletin des recherches historiques, vol. 6, n° 1, janvier 1900, p. 47-49 ; Désiré Girouard, Le Vieux Lachine et le massacre du 5 août 1689).

158 Aussitôt que la nouvelle de l’attaque des Iroquois contre Lachine parvint à Montréal, Jacques-René de Brisay, marquis de Denonville, gouverneur de la colonie, organisa la défense de la ville et envoya des renforts dans les postes menacés. Le 5 août, Philippe de Rigaud de Vaudreuil prit la tête d’un détachement de quelque deux cents miliciens et soldats et se dirigea vers Lachine. Le 6, La Rabeyre, envoyé lui aussi en renfort, effectua un raid contre les Iroquois, mais il tomba dans une embuscade et ses hommes furent taillés en pièces. Pour éviter d’autres pertes, les Français se contentèrent d’assurer leurs positions, alors même que les Iroquois, fidèles à leur stratégie d’éviter des pertes, quittaient la région (N. Moussette, En ces lieux que l’on nomma « La Chine »..., p. 42-44).

159 Vis-à-vis de Pointe-des-Cascades, un village situé sur une pointe qui s’avance dans le fleuve, à l’entrée du lac Saint-Louis, là où les eaux forment des rapides, ou cascades, en amont de Montréal.

160 Aujourd’hui la rivière Cataraqui, qui se jette dans le lac Ontario à la hauteur de Kingston (Ontario) et non des Cascades.

161 À notre connaissance, aucun chevalier Baudry n’a été pris par les Iroquois.

162 Originellement nommé lac des Iroquois par Samuel de Champlain en 1603 (Des Sauvages, 1603, dans Henry P. Biggar, édit., The Works of Samuel de Champlain, Toronto, The Champlain Society, 1922-1936, t. 1, p. 170), le lac prit le nom de l’explorateur saintongeois après la victoire remportée sur les Iroquois, le 30juillet 1609 (Voyages, 1613, ibid., t. II, p. 101).

163 Désiré Girouard : « Tout ce récit n’est qu’une fiction. [...] Il n’y a pas eu de combat aux Cascades et pas de parti de Français pour poursuivre les Iroquois aux Cascades et jusqu’au lac Champlain » (Les Anciens Forts de Lachine, p. 21). De fait, aucun raid de représailles ne fut organisé, mais peu après l’attaque iroquoise, un petit groupe de Canadiens fut dépêché par Denonville à la rencontre d’Iroquois dont la présence était signalée sur le lac des Deux Montagnes. Dix-huit Iroquois furent tués et les Canadiens, qui ne subirent aucune perte, firent trois prisonniers.

164 Voir infra, p. 162.

165 Voir infra, p. 162, n. 7.

166 L’Acadie « est une Peninsule de forme triangulaire, qui borne l’Amerique au Sud-Est », observe Charlevoix, qui ajoute que ses « bornes » varient selon les auteurs (Histoire et description generale, t.I, p. 112). La « Carte de l’Accadie Dressée sur les Manuscrits du Dépost des Cartes et Plans de la Marine », de Nicolas Bellin (dans Charlevoix, ibid., t. I, p. 101), comprend l’actuelle Nouvelle-Ecosse, l’île Royale (île du Cap-Breton), l’île Saint-Jean (île du Prince-Edouard) et la côte est de la baie Française (baie de Fundy), de l’actuelle baie de Penobscot (Maine) à la baie de Miramichi (Nouveau-Brunswick).

167 « Cotter, signifie aussi, Citer, marquer precisement » (Furetière, 1690). Le Dictionnaire de la langue française de Littré (1873) produit l’exemple suivant : « S’il estoit en ma puissance vous pouvoir cotter ou le mois ou la semaine ou le jour de mon retour, je vous le cotterois. »

168 Un forban est un « Corsaire qui exerce la piraterie sans commission d’aucun Prince, & qui attaque également ami & ennemi » (Dictionnaire de l’Académie, 1740). Pour sa part, Furetière (1690) établit un lien entre « forban » et « Pirate, Corsaire, Escumeur de mer qui attaque indifferemment amis & ennemis ».

169 La rivière Saint-Jean se jette dans la baie de Fundy (Nouveau-Brunswick).

170 Pavillon et flamme aux couleurs de la France.

171 Williamson, selon Séraphin Marion (Relations des voyageurs français en Nouvelle-France, p. 265). Le patronyme est peut-être vrai : parmi les officiers de l’expédition de Benjamin Church en Acadie, en 1704, on trouve le nom de Caleb Williamson, qui s’était marié le 3 mai 1697 et qui mourut le 24 décembre 1738 (James Savage, A Genealogical Dictionary, 1969, t. IV, p. 572-573). L’homme a pu participer à des expéditions le long des côtes acadiennes bien avant 1704. En 1687, notamment, les Bostonnais effectuèrent un raid contre Pentagouët, puis s’emparèrent de postes de la Compagnie de l’Acadie. En plus de ces attaques, les Anglais continuèrent à pratiquer la pêche et la traite le long des côtes (voir G. Lanctot, Histoire du Canada, t. II, p. 225-226). En 1690 eut lieu l’expédition de Phipps en vue de s’emparer de Port-Royal et des Français furent alors faits prisonniers. D’autre part, en 1691, un capitaine Mason, monté sur un vaisseau armé de vingt canons, dévasta Port-Royal, qui s’était révolté, en plus de brûler les barques françaises rencontrées le long des côtes acadiennes. Il ramena six prises à New York, dont un navire de cent cinquante tonneaux et un autre de deux cents (voir M. G. S. Van Rensselaer, History of the City of New York, t. II, p. 492-493). Comme la chronologie du récit de Sagean comporte de nombreuses lacunes, il est difficile d’identifier les acteurs du drame et de situer exactement l’événement.

172 Aujourd’hui Saint Kitts, ou Saint Christopher, au nord-ouest de la Guadeloupe, dans la mer des Caraïbes.

173 Ce serait donc en juin 1689 que Sagean fut fait prisonnier. La guerre de la Ligue d’Augsbourg, connue en Angleterre sous le nom de « King William’s War », fut déclarée en mai 1689, mais ce n’est qu’en décembre que les habitants de Boston apprirent la nouvelle (voir S. A. Drake, The Border Wars of New England, p. 43). La remarque de Sagean peut étonner, car les hostilités entre Français et Anglais n’avaient pas vraiment cessé depuis 1687. Pour preuve, en juin 1689, des Amérindiens alliés des Français capturaient le village de Dover (voir G. Lanctot, Histoire du Canada, t. II, p. 226). En outre, il paraît difficile de concilier cette date et le fait que Sagean n’ait quitté Montréal pour l’Acadie qu’après le massacre de Lachine, survenu en août 1689.

174 Manuscrit : « et coupés en morceaux » ajouté en interligne.

175 « Dégrader, en termes de Marine, signifie, Oster tout l’équipement des vaisseaux, quand on les veut abandonner pour estre vieux & inutiles au service » (Furetière, 1690). Ici, l’expression signifie qu’on débarqua Sagean et ses compagnons.

176 Blackpoint est clairement identifié sur la carte « of the most inhabitated parts of New England », de Thomas Jeffreys : le toponyme correspond à l’actuel Prouts Neck, dans le comté de Cumberland (Maine). Les aventuriers sont abandonnés entre Prouts Neck et la rivière Saco, dans la baie de Saco (Maine). À partir de là, ils vont suivre la côte vers le sud jusqu’à Boston.

177 Orthographe ancienne de Boston.

178 Voir infra, p. 122, n. 300.

179 Voir supra, p. 77, n. 107.

180 Les Sokokis, une tribu du groupe algique peut-être liée aux Abénaquis, occupaient la vallée du cours supérieur des rivières Connecticut, Northfield, Massachusetts et l’embouchure de la rivière Saco. Alliés des Français, ils furent hostiles aux Iroquois et aux Anglais (F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 613-614).

181 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Du cedre et de l’érabe [sic]. » Pour allumer un feu, les Amérindiens creusaient un trou à l’extrémité d’un bâton de bois tendre (saule, tilleul, par exemple), puis y faisaient une entaille pour y coincer une mèche de matière inflammable. A l’aide d’un bâton plus mince fait de bois dur, ils enflammaient la mèche par simple frottement en faisant tourner, avec leurs paumes, le bâton mince fiché dans le trou de l’autre bâton (voir E. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 24-25).

182 Aujourd’hui Portsmouth (New Hampshire), à l’embouchure de la rivière Piscataqua, qui marque la frontière entre les États du Maine et du New Hampshire.

183 Salem, au fond de la baie de Massachusetts (Massachusetts).

184 Le maquereau (Scomber scomber), de la famille des scombridés, vit dans les eaux froides à salinité complète, mais il se rapproche souvent des côtes (voir C. Mélançon, Les Poissons de nos eaux, p. 166-168).

185 Edmund Andros (1637-1714) commença sa carrière coloniale en 1666 alors qu’il servit aux Indes contre les Hollandais. En 1672, il était en Caroline et, en 1674, il devint gouverneur de la province de New York. Il fut relevé plus tard de ses fonctions, mais après la réorganisation des colonies anglaises en 1684, il fut envoyé en Nouvelle-Angleterre avec le titre de gouverneur (décembre 1686). Au moment où survint la nouvelle du débarquement de Guillaume d’Orange en Angleterre, il fut arrêté (18 avril 1689), puis envoyé en Angleterre (1er février 1690) pour y subir son procès. À Londres, aucune accusation ne fut retenue contre lui, si bien qu’en 1692 il a été nommé gouverneur de la Virginie. Il occupa son poste jusqu’en 1697, année de sa démission. En 1704, il devient le lieutenant gouverneur de Guernesey. En 1706, il prit sa retraite et s’installa à Londres, où il mourut en 1714 (Allen Johnson, dir., Dictionary of American Biography, New York, Charles Scribner’s Sons, 1958, t. I, p. 300-301 ; Herbert L. Osgood, The American Colonies in the Seventeenth Century, p. 393-443). Encore ici, la chronologie des événements fait problème. Comment Sagean a-t-il pu « se présenter » au gouverneur Edmund Andros après juin ou août 1689, alors que celui-ci était démis de ses fonctions et retenu prisonnier ?

186 Le terme désigne un « Corsaire [ou] Escumeur de mer, qui fait des courses sur mer sans aveu ni autorité de Prince, ou de Republique » (Furetière, 1690).

187 Le shilling valait un vingtième de la livre sterling ou 12 pences.

188 Voir supra, p. 64, n. 35.

189 Selon Richelet (1680), « ce verbe régit un acusalif quelquefois, & quelquefois un datif. Il semble qu’il régit l’acusatif quand il signifie amener une personne au sentiment qu’on désire, convaincre une personne à force de raisons, l’entrainer par de puissantes considérations. [...] Mais lorsque persuader signifie conseiller, porter à croire, faire croire, il semble qu’il veuille un datif. » Dès le xviiie siècle, la distinction disparaît. « Persuader se construit avec le datif et l’accusatif de la personne : je l’ai persuadé de cette verité, je lui ai persuadé cette vérité, et même, abs[olument], je l’ai enfin persuadé ; mais avec le complément à l’infinitif, il ne régit que le datif : il lui a persuadé de venir. » La règle n’était cependant pas suivie par tous les auteurs, observe Alexis François (« La langue du xviiie siècle », dans F. Brunot, Histoire de la langue française, t. VI, 2e partie, 2e fascicule deuxième, p. 1758).

190 Le terme « Abénaquis » désigne plusieurs tribus de la famille algique qui occupaient l’État du Maine et la province du Nouveau-Brunswick : les Malécites, les Micmacs, les Pentagouets, les Etchemins, notamment. Alliés des Français, ils marquèrent de l’hostilité à l’endroit des Anglais et menèrent de nombreux raids contre les colons établis sur les côtes du Maine. Au cours de l’hiver 1688-1689, Edmund Andros mena en personne une expédition contre les Abénaquis, alors encouragés à s’en prendre aux Anglais par Saint-Castin et par les jésuites Jacques et Vincent Bigot. Andros et ses hommes demeurèrent en territoire amérindien jusqu’au printemps 1689. A son retour, le gouverneur anglais, qui n’avait guère obtenu de résultats durant sa campagne, fut injustement soupçonné de mollesse à l’endroit des Abénaquis et, partant, de soutenir les intérêts français dans la région (F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 2-6 ; H. L. Osgood, The American Colonies in the Seventeenth Century, p. 412-413). Peut-être Mathieu Sagean fait-il allusion à cette campagne d’Edmund Andros, ce qui implique que Sagean soit passé par Boston avant de rentrer à Montréal peu avant le massacre de Lachine d’août 1689.

191 Peut-être Benjamin Bullivant, qui était juge de paix et qui fut emprisonné en même temps qu’Edmund Andros, en avril 1689 (voir J. W. Fortescue, Calendar, t. XIII, p. 109 et 253).

192 Newport dans l’État du Rhode Island. Sagean suit la côte atlantique vers le sud.

193 Souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il veut dire 60. milles. » Soit quelque 240 kilomètres, si l’on retient le subtantif « lieües », ou 100 kilomètres, si l’on compte la distance en milles.

194 Jacob Leisler (1640-1691), né à Francfort, en Allemagne, arriva à New Amsterdam (New York) en 1660. Il se lia aux intérêts des négociants hollandais de la ville et s’engagea dans la traite des fourrures et du tabac. Il eut sept enfants, dont cinq filles : Susanna, née le 10 février 1664, Catharine, née le 8 novembre 1665, Jacob, né le 13 novembre 1667, Mary, née le 12 décembre 1669, Johannes, né le 20 décembre 1671, Hester, née le 8 octobre 1673, et Francina, née le 16 décembre 1676 (Dictionary of American Biography, t. XI, p. 156-157).

195 « Bruit & murmure sourd qui tend à querelle, ou sedition », écrit Furetière (1690), qui ajoute : « se dit aussi de la querelle mesme, de la sedition. »

196 Le sol est une « piece de menuë monnoye qui vaut douze deniers » (Furetière, 1690). Voir aussi supra, p. 64, n. 35.

197 Aujourd’hui Albany, la capitale de l’État de New York. En 1614, des marchands hollandais construisirent sur le site un fortin, qu’ils baptisèrent fort Nassau, mais ils l’abandonnèrent rapidement. En 1624 était érigé le fort Orange qui, une fois pris par les Anglais, en 1664, prit le nom d’Albany (George R. Howell et Jonathan Tenney, dir., History of Albany).

198 Voir supra, p. 84, n. 140.

199 Voir supra, p. 91, n. 180.

200 Voir supra, p. 62, n. 30.

201 Nous n’avons pas trouvé trace de cette commission. Il est, du reste, peu probable qu’un gouverneur anglais ait chargé un Français tel que Sagean d’une mission auprès des Iroquois. Toutefois, en mai 1690, des « commissioners of New York » négocièrent avec les Iroquois à Albany au nom du gouvernement de Jacob Leisler (voir J. W. Fortescue, Calendar, t. XIII, p. 256 et 285-286).

202 « Piastre ou pièce de huit, monnaie d’argent espagnole, valant à la fin du xviie siècle huit réaux, soit 31. argent de France » (Paul Kaeppelin, La Compagnie des Indes orientales et François Martin, p. 666), ou « un écu de soixante sols monnoye de France » (Jean Boizard, Traité des monnoyes, p. 282). L’expression « Piece of Eight » apparaît fréquemment dans les documents relatifs à la piraterie au xviie siècle.

203 Mesures inexactes : Long Island s’étend sur quelque 200 kilomètres et a une largeur maximale de 32 kilomètres.

204 Des Delawares, peut-être de dialecte « munsee » (voir Ives Goddard, « Delaware », dans B. G. Trigger, Handbook of North American Indians, vol. 15, p. 213-239 ; Benjamin F. Thompson, History of Long Island, t. I, p. 96-132).

205 Vraisemblablement Flatbush, aussi connu sous le nom de Midwout, l’un des cinq villages hollandais de Long Island avec Breuckelen, New Utrecht, Amersfoort et Boswyck. Ils faisaient pendant aux villages anglais de Newtown, Hampstead, Flushing, Gravesend et Jamaica. Le village, aujourd’hui intégré dans Brooklyn, se trouvait au sud-ouest de l’île, au nord de Jamaica Bay (voir M. G. S. Van Rensselaer, History of the City of New York, t. I, p. 419).

206 Maëstricht, ou Maastricht : ville des Pays-Bas, sur la Meuse, chef-lieu dela province de Limbourg.

207 « Yacht, S. m. Sorte de bâtiment qui va à voiles & à rames. Les yachts sont fort en usage en Angleterre & en Hollande. (On prononce laque.) » (Dictionnaire de l’Académie, 1762). Même si le terme n’apparaît que dans l’édition de 1762, il était usité depuis 1672 (voir A. Hatzfeld, A. Darmesteter et A. Thomas, Dictionnaire général de la langue française).

208 Le 18 mars 1689, John Bull arriva du Massachusetts pour relever Thomas Jarvis, le commandant du fort, mais, le 9 novembre, Jacob Milborne tenta d’imposer son autorité au nom de Jacob Leisler. Comme Milborne dut à plusieurs reprises effectuer des allers et retours d’Albany à New York, il est difficile de savoir si Sagean fait allusion à Milborne ou à un autre officier supérieur, notamment à Joachim Staets, qui commanda au fort en novembre 1689. L’autorité de New York sur le poste ne cessa d’être contestée jusqu’à l’arrivée de Henry Sloughter, en mars 1690 (voir G. R. Howell et J. Tenney, History of Albany, p. 385).

209 Le verbe, observent les auteurs du Dictionnaire de l’Académie (1694), « régit le datif & l’accusatif de la personne qui est aidée. Aider quelqu’un, aider à quelqu’un ». Pour sa part, Furetière (1690) produit des exemples du verbe suivi par un complément d’objet indirect : « Dieu commande d’amer aux pauvres [...] les compagnons aident à leurs maistres dans leur travail. »

210 Connue sous le nom de rivière d’Orange par les Français, à cause du fort hollandais bâti sur ses rives, la rivière porta différents noms avant d’être appelée Hudson River par les Anglais : rivière van den Vorst Mauritius, en l’honneur du prince de Nassau, North River ou Great North River. Avant l’arrivée des Blancs, le cours d’eau semble avoir porté différents noms amérindiens : Cohohatatea, Shatemuck (M. G. S. Van Rensselear, History of the City of New York, t.I, p. 53-54).

211 Le 6 septembre 1664 étaient signés les « Articles of Capitulation of the Sunender of Νπυ Netherland » entre les belligérants hollandais et anglais, après qu’une flotte anglaise eut menacé la colonie de destruction. Deux jours plus tard, Peter Sluyvesant, le gouverneur de New Amsterdam, remettait les clés du fort dela ville à Richard Nicolls, qui en prenait ainsi officiellement possession au nom de la couronne d’Angleterre et qui changeait le nom de la ville pour celui de New York. La cession de la colonie fut entérinée, en échange du Surinam en Guyane et de l’île de Tobago, par le traité de Bréda, signé le 21 juillet 1667 entre la Hollande et l’Angleterre (M. G. S. Van Rensselaer, Hislory of the City of New York, t. I, p. 491-530, et, t. II, p. 59-60).

212 Au cours de son ambassade auprès des Iroquois, au printemps 1690 (voir infra, p. 110, n. 250), Pierre d’Aux de Joliet était accompagné de La Beausière, de Louis Marat, ou Marray, de La Chauvignerie et de l’interprète Colin, ou Callain. La Beausière et Colin furent brûlés vifs. En outre, d’autres Français devaient être alors prisonniers des Iroquois à Orange. Selon Gédéon de Catalogne, au cours de l’année 1690, un parti iroquois surprit des soldats commandés par Christophe Dufros de Lajemmerais et ramenèrent chez eux des prisonniers. En outre, ils ne cessèrent d’effectuer des raids contre les habitations françaises près de Montréal, si bien que les observations de Sajean sur le sort des prisonniers français ne sont pas dénuées de fondement (voir Robert Le Blant, Histoire de la Nouvelle France, p. 207-208).

213 Les Iroquois arrachaient les ongles à leurs prisonniers ou leur coupaient des doigts avant même d’être de retour au village, où avait lieu la torture rituelle des prisonniers. Sauf dans le cas des morts, dont on emportait le scalp eu guise de trophée, c’est plutôt au cours de la torture au village qu’on arrachait aux prisonniers condamnés à mort la peau de la tête et la chevelure. Mais des exceptions à la règle ne sont pas impossibles : sur le chemin du retour, lorsqu’on rencontrait des alliés, on invitait ces derniers à « caresser » les prisonniers, c’est-à-dire à leur faire tout le mal possible, voire à les mutiler (F.-X. de Charlevoix, Histoire et description generale, t. III, p. 240 ; voir aussi J.-F. Lafitau, Mœurs des Sauvages ameriquains, t. III, p. 5 ; E. Tooker, Ethnographie des Huions, p. 32-39).

214 Selon J.-A. Cuoq, « Nahoten est l’équivalent de quoi ? comment ? » (lexique de la langue iroquoise, p. 4 et 27). Le mot « coa » est peut-être une invention de Sagean, à moins qu’il ne corresponde à un terme utilisé par les Amérindiens pour imiter le pronom interrogatif français « quoi » ou anglais « what ».

215 « Brother Corlaer », ou « Korla », était en fait le nom générique donné aux gouverneurs de New York par les Amérindiens, comme « Onontio », forgé à partir du nom de Charles Huault de Montmagny (« Onontio » signifie « belle montagne »), l’était pour les gouverneurs de la Nouvelle-France (voir J. W. Fortescue, Calendar, t. XIII, p. 460 et 461 ; J.-A. Cuoq, lexique de la langue iroquoise, p. 176 ; Barthelemy Vimont, Relation de 1643-1644, dans R. G. Thwaites, édit., The Jesuit Relations, vol. 26, p. 62).

216 Jacques-René de Brisay, marquis de Denonville (1637-1710) lut nommé gouverneur de la Nouvelle-France le 1er janvier 1685 pour succéder à Le Febvre de La Barre. Persuadé que le traité conclu entre les Iroquois et La Barre ne tiendrait pas, il prit l’initiative des hostilités. Sentant le danger, les Onontagués proposèrent en 1687 des négociations de paix au fort Frontenac (Kingston). Le 13 juin, un corps expéditionnaire, qui comprenait huit cent trente-deux hommes de troupe, quelque neuf cents hommes de milice et quatre cents Amérindiens, quitta Montréal pour le lac Ontario. En cours de route, on s’empara d’Iroquois embusqués et, au fort Frontenac, l’intendant Jean Bochart de Champigny retint prisonniers des Goyogouins et des Onneiouts. Environ cinquante à soixante hommes et quelque cent cinquante femmes et enfants furent envoyés à Montréal. L’attaque proprement dite se réduisit à quelques escarmouches sans conséquences et les soldats étaient de retour à Montréal le 13 août. Le gouverneur, pour déférer aux ordres de la cour, expédia en France trente-six des prisonniers iroquois pour qu’ils servent sur les galères du roi. Treize seulement revinrent au Canada, lorsque Frontenac fut nommé à nouveau gouverneur de la colonie, en 1689. Après les opérations du fort Frontenac, des négociations s’ouvrirent, mais le chef huron Kondiaronk, qui craignait que les siens ne fassent les frais du traité, fit avorter les pourparlers en assassinant des envoyés iroquois et en feignant de l’avoir fait sur ordre du gouverneur français. En outre, Edmund Andros (voir.supra, p. 92, n. 185), le gouverneur de la Nouvelle-Angleterre, encouragea les Iroquois à refuser tout traité de paix avec les Français (W. C. Eccles, DBC, t. II, p. 102-110).

217 Au moment de sa déposition, Sagean ignorait que des négociations de paix venaient d’être amorcées par Louis-Hector de Callière, nommé gouverneur de la Nouvelle-France en 1698, après la mort du comte de Frontenac. En 1699, une petite ambassade iroquoise entreprit une démarche pour que des pourparlers de paix aient lieu au fort Orange (Albany), ce que refusa Callière. Mais sous la pression des tribus de l’Ouest qui leur menaient la vie dure, les Iroquois finirent par accepter de composer avec les autorités françaises, contre l’avis du gouverneur de New York. En juillet 1700, deux chefs onontagués et quatre chefs tsonnontouans se rendirent en Nouvelle-France pour signifier leur désir de faire la paix avec les Français. Le 19 septembre, une délégation de dix-neuf Amérindiens se rendit au Canada : parmi les Iroquois, seuls les Agniers n’envoyèrent pas de représentants. L’année suivante, en juillet, eut lieu à Montréal une assemblée à laquelle participèrent quelque mille trois cents Amérindiens appartenant à plus de trente tribus. Grâce à l’habileté de Callière, un traité de paix fut rédigé. Les Iroquois s’engageaient, entre autres choses, à demeurer neutres en cas de conflit entre la France et l’Angleterre (Yves F. Zoltvany, DBC, t. II, p. 117-123).

218 Mathieu Sagean passa par l’Angleterre pour rentier en France (voir infra, p. 154-156).

219 Note du manuscrit : « C’est une coûtume parmy les Sauvages, lors qu’ils font la paix, ou qu’ils lient commerce avec les Européans, ou autres nations, d’enterrer cette hache, en un certain endroit, qu’ils marquent, avec protestatation que la premiere desdites nations qui levera cette hache, sera l’auteur de la guerre qui, s’en ensuivra, et réputée être l’agresseur. » Lafitau : « On lève publiquement la Hache, on l’envoye porter solemnellement selon la coutume, aux Nations alliées, & on chante la Guerre dans tous les villages » (Mœurs des Sauvages ameriquains, t. III, p. 156).

220 « Infracteur. s. m. Celuy qui enfraint, qui rompt un traité, une loy. Un infracteur d’un traité de paix est coupable de tous les maux qui arrivent dans la guerre dont il est cause » (Furetière, 1690).

221 La piastre « est le nom qu’on a donné à une monnoye d’argent, qui vaut un écu » (Furetière, 1690). Écu : voir supra, p. 64, n. 35.

222 Nous n’avons pu identifier cette personne.

223 Nous n’avons pu retrouver le nom de l’officier.

224 Voir supra, p. 57, n. 4.

225 Sur la rive droite du fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Montréal.

226 Comme le signale le Trésor de la langue française, jusqu’au début du xixe siècle, « pagne » était usuellement employé au féminin.

227 Forme ancienne du verbe, qu’on trouve notamment dans la « soixante septiesme nouvelle » de L’Heptameron, qui narre les aventures d’une femme et d’un homme embarqués avec Roberval (Paris, Garnier, 1967, p. 392) et qui apparaît encore dans la relation anonyme des découvertes de Cavelier de La Salle : « il ne trouva mesme personne de qui il en [des vivres] peust acheter » (dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 490).

228 Les Tsonnontouans, ou Senecas, en anglais, formaient l’une des tribus iroquoises. Ils occupaient un territoire situé entre la rivière Genessee et le lac Canandaigua (Etat de New York) (Thomas S. Abler et E. Tooker, « Seneca », dans B. G. Trigger, Handbook of North American Indians, vol. 15, p. 505). Leur territoire se trouvait à quelque 275 kilomètres à l’ouest du fort Orange, ou Albany.

229 Alors qu’il dénonce les propos de Lahontan sur la fragilité de la vertu des Montréalaises, Charlevoix soutient lui aussi qu’il « est sans exemple qu’aucun d’eux [les Amérindiens] ait jamais pris la moindre liberté avec les Françoises, lors même qu’elles ont été leurs Prisonnieres » (Histoire et description generale, t. III, p. 142). Sur l’adoption des prisonniers, voir ibid., p. 245-246 ; J.-F. Lafitau, Mœurs des Sauvages ameriquains, t. IV, p. 31-33.

230 Comme le rappelle Nathaniel Knowles, le supplice des prisonniers s’achevait par un festin (« The Torture of Captives by the Indians of Eastern North America », dans Proceedings of the American Philosophical Society, vol. 82, n° 2, mars 1940, p. 189-190). Lafitau, qui a pratiqué les Iroquois, ne signale pas que ceux-ci invitaient les Européens à participer au festin (voir Mœurs des Sauvages ameriquains, t. IV, p. 1-16). Pourtant, des Tsonnontouans offrirent de la chair humaine aux hommes qui accompagnaient Cavelier de La Salle vers l’Ohio, en 1669 (voir le « Récit de ce qui s’est passé de plus remarquable dans le voyage de MM. Dollier et Gallinée », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 136).

231 Le caribou (Rangifer tarandus caribou), de la famille des cervidés, est aussi appelé « renne du Canada » (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 357-363 ; W. F. Ganong, « The Identity of the Animais and Plants Mentioned by the Early Voyagers to Eastern Canada and Newfoundland », dans Mémoires et comptes rendus de la Société royale du Canada, 3e série, t. III, section II, 1909, p. 208).

232 Voir supra, p. 83, n. 136.

233 Le porc-épic d’Amérique (Erethison dorsatum) est un mammifère rongeur de la famille des histricidés, capable de se rouler en boule et de présenter son dos hérissé de poils épineux et de piquants lorsqu’il est menacé (voir A. W. F. Banfield, Les Mammifères du Canada, p. 216-219 ; W. F. Ganong, art. cité, p. 234).

234 « Tissu, üe, adj. & subst. qui vient du participe du verbe tistre. Estoffe ou ruban faits de fils entrelassez, dont les uns sont de long, & les autres de travers » (Furetière, 1690).

235 Henry Sloughter : voir infra, p. 107, n. 239.

236 À la hauteur d’Ossining (New York), un peu en amont de la ville de New York, on trouve Hook Mountain State Park sur la rive droite de la rivière Hudson. Peut-être est-ce à cet endroit qu’eut lieu la rencontre de la chaloupe.

237 La proclamation qui conférait à Guillaume d’Orange et à sa femme les titres de roi et reine d’Angleterre, en 1689, marqua le début de la guerre de la Ligue d’Augsbourg. Cette ligue, originellement créée en 1686 pour assurer l’équilibre des forces en Europe et, notamment, pour défendre les princes allemands des visées hégémoniques de Louis XIV, devint offensive en 1689. Le traité de Ryswick, signé le 20 septembre 1697 avec les Pays-Bas, et le 30 septembre 1697 avec l’Empereur, mit fin au conflit. L’un des articles obligeait Louis XIV à reconnaître la royauté de Guillaume d’Orange. La déclaration de guerre ne fut connue à Boston qu’en décembre 1689 (voir supra, p. 90, n. 173).

238 Henry Sloughter n’arriva à New York que le 19 mars 1691 (voir note suivante). Le retour de Sagean du fort Orange aurait donc eu lieu après cette date. Mais la chronologie des événements demeure confuse.

239 Dès septembre 1690, les autorités anglaises décidèrent de s’assurer du contrôle de New York et donnèrent à Henry Sloughter une commission de gouverneur, qui fut entérinée par Guillaume d’Orange le 14 novembre. Le 29 novembre, la frégate Archangel, sur laquelle était monté Sloughter, le Beaver et le Canterbury, qui transportaient des troupes commandées par Richard Ingoldsby (ou Ingoldesby), levaient l’ancre. Ingoldesby et ses hommes arrivèrent à New York à la fin de janvier 1691, mais Sloughter, dont le vaisseau avait dû passer par les Bermudes pour y déposer le nouveau gouverneur, n’arriva que le 19 mars 1691. La veille, Jacob Leisler, qui usurpait le titre de gouverneur, avait fait ouvrir le feu sur les troupes anglaises. Dès son arrivée, Sloughter exigea la reddition de Leisler. Celui-ci ne se rendit que le 20. Henry Sloughter n’exerça toutefois pas longtemps sa fonction de gouverneur : il mourut à la fin du mois de juillet 1691.

240 Guillaume d’Orange (1650-1702), stathouder des Provinces-Unies, était le fils de Guillaume de Nassau et de Marie Stuart. Il épousa sa cousine Marie, la mère du futur Jacques II d’Angleterre. Sa politique consista à maintenir l’équilibre des forces en Europe, si bien qu’il s’éloigna de son fils, devenu roi d’Angleterre, lorsque ce dernier se rapprocha de Louis XIV au moment où les troupes françaises envahirent l’Empire. En novembre 1688, il débarqua à Torbay avec une petite armée. Jacques II renonça à se défendre et Guillaume s’imposa rapidement à toute l’Angleterre. En 1689, il ratifia la « Déclaration des droits » qui précisait les règles du régime constitutionnel anglais. Après la proclamation officielle qui le reconnaissait roi d’Angleterre, le 14 février 1689, il s’opposa militairement à Louis XIV, qui appuyait le retour de Jacques II sur le trône.

241 Voir supra, p. 93, n. 189.

242 Jacques II (1633-1701) devint roi d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande en 1685. Converti au catholicisme, il s’aliéna le peuple anglais en favorisant ouvertement les catholiques, en exerçant des représailles contre les opposants, en méprisant la tradition parlementaire anglaise, enfin en se rapprochant de Louis XIV. Aussi, lorsqu’il s’opposa à son gendre, Guillaume d’Orange fut bien reçu par les Anglais : après le débarquement de Guillaume d’Orange à Torbay, Jacques II s’enfuit. Avec l’aide de la France, il tenta un débarquement en Irlande, en 1690, mais l’échec de la Boyne, le 1er juillet 1690, mit fin à ses espoirs de revenir sur le trône d’Angleterre. Réfugié en France, il mourut à Saint-Germain-en-Laye.

243 Au moment de la prise du pouvoir en Angleterre par Guillaume d’Orange, Jacob Leisler prit position pour le nouveau roi. La lutte pour le pouvoir se déroula sur fond de conflit entre factions rivales, l’une comprenant les vieilles et riches familles de la ville, dont celle de Frederick Philipse, à laquelle fait peut-être allusion Mathieu Sagean (voir infra, p. 111), l’autre, des négociants aux intérêts différents des vieilles familles. Au début du mois de juin 1689, Leisler fut nommé capitaine du fort de la ville par un comité de défense. Très vite, il imposa son autorité, en n’hésitant pas à intimider ses adversaires. À la mi-août, il devint commandant en chef et, en décembre, il agit comme lieutenant gouverneur. Il prit alors pour lieutenant Jacob Milborne, son gendre. Albany entendait échapper à l’autorité de Leisler. En octobre, un corps expéditionnaire d’une cinquantaine d’hommes, sous le commandement de Jacob Milborne, fut envoyé à Albany. Le 5 novembre, Milborne décida de marcher sur le fort de la ville, mais des Iroquois qui campaient tout près s’engagèrent à défendre Albany. Milborne dut se retirer et rentrer à New York. Albany ne se rallia à Leisler qu’après le raid français contre Schenectady (février 1690). En janvier 1691 arrivèrent à New York deux compagnies sous le commandement du capitaine Richard Ingoldesby, qui précédait Henry Sloughter, le nouveau gouverneur nommé par Guillaume d’Orange. Dès son arrivée, en mars, Sloughter exigea la reddition du fort, que Leisler avait déjà refusé de rendre à Ingoldesby. Après quelques hésitations, Leisler obéit. Accusé de trahison, il fut condamné à mort. Le 16 mai 1691, Jacob Leisler et Jacob Milborne furent pendus (Dictionary of American Biography, t. XI, p. 156-157 ; M. Lamb et B. Harrison, History of the City of New York, t. I, p. 345 ; H. L. Osgood, The American Colonies in the Seventeenth Century, p. 444-476 ; M. G. S. Van Rensselaer, Hislory of the City of New York, t. II, p. 355-568).

244 Selon Henry Martin Dexter, la petite vérole décima la population de Boston durant le printemps et l’été 1690. Pour Charlevoix, c’est même cette maladie qui mit un terme à l’attaque anglaise projetée contre Montréal en se répandant parmi les troupes anglaises et parmi leurs alliés mahingans et iroquois (voir F.-X. de Charlevoix, Histoire et description generale, t. II, p. 88 ; B. Church, The History of the Eastern Expeditions, notes par H. M. Dexter, p. 32, n. 65). Selon la chronologie du récit de Sagean, la maladie aurait à nouveau frappé les Iroquois au printemps 1691. Le fait n’est pas impossible.

245 Sur Milborne, voir supra p. 98, n. 208, et p. 108, n. 243.

246 Nous ajoutons le second pronom, sans lequel la phrase n’a guère de sens.

247 Ferdinand Brunot note, au sujet des désinences des passés simples, que « Ménage hésite encore entre vescut et vesquit (O. I, 384), avec une préférence pour le second, comme Vaugelas. Andry de Bois-Regard juge aussi qu’il véquit est d’un style plus élevé ». Cependant, poursuit F. Brunot, « en réalité, vécus était plus usité, et il triompha à l’Académie » (« La langue classique 1660-1715 », dans Histoire de la langue française, t. IV, 2e partie, p. 716-717).

248 Le sujet du verbe au participe présent est Henry Sloughter, le gouverneur de New York.

249 Benjamin Fletcher remplaça Henry Sloughter après la mort de celui-ci.

250 Pierre d’Aux de Joliet (1666-1694) alla négocier chez les Iroquois au printemps de 1690, après que Lahontan eut refusé l’ambassade, la jugeant trop risquée. Retenu de force par les Iroquois malgré son titre de représentant des autorités françaises en ambassade, Pierre d’Aux fut torturé par les Iroquois et deux de ses compagnons, brûlés vifs (voir supra, p. 99, n. 212). Peter Schuyler, maire d’Albany depuis 1686, le tira des mains des Iroquois, puis le fit conduire à New York, où il fut retenu prisonnier au fort William (juin 1690). Après s’être évadé du fort, il regagna Québec, en septembre 1692 (voir J. W. Fortescue, Calendar, t. XIII, p. 285-286, 410, 635 et 714 ; Lahontan, Œuvres complètes, p. 454-455, 1029 et 1238 ; Robert Le Blant, Histoire de la Nouvelle France, p. 207 ; M. G. S. Van Rensselaer, History of the City of New York, t. II, p. 472, 474 et 483-484).

251 Voir supra, p. 57, n. 4.

252 Sans cloute Sagean fait-il allusion à l’un des enfants de Frederick Philipse, ou Flypse (1626-1702), un Hollandais qui suivit son père à New Amsterdam (New York) quand celui-ci émigra en Amérique en 1647. Frederick Philipse, qui signait Vlypse, pratiqua le commerce à une grande échelle avec les comptoirs hollandais et anglais de l’Inde et de Madagascar et avec les Iroquois. De 1675 à 1688, il fut membre du conseil de la colonie, mais il dut se retirer des affaires publiques quand Jacob Leisler s’empara du pouvoir en 1689. De 1690 à 1698, il fut à nouveau membre du conseil. Il dut abandonner son poste le 29 septembre 1698 car on le soupçonnait, sans doute avec raison, d’être lié à William Kidd, à Thomas Avery et à Glover, qui, sous prétexte de faire la traite des Noirs à Madagascar, pratiquaient la piraterie. En décembre 1662, il avait épousé Margaret Hardenbrook et, en 1692, après le décès de sa femme, il se remaria avec Catharine Van Cortland (voir Dictionary of American Biography, t. XIV, p. 538 ; J. W. Fortescue, Calendar, t. XIII, XIV, XV et XVI ; M. G. S. Van Rensselaer, History of the City of New York, t. II, p. 172-173).

253 Note du manuscrit : « c’est-à-dire Sagean ».

254 Aujourd’hui la baie Apalachee, qui forme l’embouchure de la rivière Saint Mark (Floride).

255 L’adjectif renvoie au substantif « pratique », qui désigne un pilote, un marin, qui a une connaissance précise des dangers et des mouillages d’un secteur.

256 Voir supra, p. 64, n. 35.

257 Voir supra, p. 107, n. 237. En 1692 se déroulait à New York l’« examination of three prisoners and two French renegades from Canada ». Il n’est pas impossible que l’un de ceux-ci ait été Sagean (voir J. W. Fortescue, Calendar, t. XIII, p. 714). Toutefois, la chronologie imprécise du récit ne permet guère de formuler d’hypothèses sérieuses sur les activités de Sagean.

258 « Débauche » a le sens ici de « Dereglement, excés dans le boire & dans le manger » (Dictionnaire de l’Académie, 1694).

259 Rhum : « eau-de-vie, esprit tiré du sucre », écrivent en 1762 les auteurs du Dictionnaire de l’Académie, qui recensent le terme pour la première fois, même si celui-ci apparaît depuis longtemps dans les récits des voyageurs (voir notamment François Froger, Relation d’un voyage, p. 670).

260 « Guildive » est un synonyme de « rhum » : il s’agissait d’une eau-de-vie préparée à partir de mélasse ou de jus de canne à sucre. Les deux termes ont « tafia » pour synonyme.

261 Pour « lieux d’aisance ».

262 Le pronom désigne les sentinelles.

263 Soit 6,70 mètres.

264 Staten Island, au sud-est de Long Island.

265 Nous suivons la leçon de Pierre Margry (voir Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 132). Il s’agit du chou-rave (Brassica campestris), aussi appelé « rutabaga » ou « turneps », sans cloute à cause de son nom anglais « wild turnip ». Sa racine charnue est alimentaire (voir L.-A. Provancher, Flore canadienne, p. 44 ; Marie-Victorin, Flore laurentienne, p. 266).

266 Un cours d’eau, Arthur Kill, sépare Staten Island du continent. Le New Jersey n’est pas une île.

267 Le Delaware.

268 Burlington (New Jersey), en amont de Philadelphie. Sagean a dû traverser les terres des comtés actuels de Middlesex et de Mercer en s’orientant sud-sud-ouest pour gagner la ville. Le texte laisse entendre que la ville se trouve à la hauteur des sources du fleuve. Ce n’est pas le cas. Toutefois, le Delaware dessine une courbe importante en amont de la ville, ce qui a peut-être induit Sagean en erreur.

269 Les fugitifs n’ont eu qu’à descendre le fleuve pour gagner Philadelphie, fondée en 1682 par William Penn (1644-1718), un quaker.

270 La secte, fondée par George Fox (1624-1691), refusait toute liturgie et tout clergé. Le terme « trembleur » (quaker) vient de ce que Fox recommanda à un juge de trembler devant la parole de Dieu.

271 Le pronom renvoie au substantif « païs ».

272 Voir supra, p. 57, n. 4.

273 Nous n’avons pu identifier l’homme.

274 « Provenu » est le participe passé de « Provenir, [qui] se dit aussi du fruit, du profit qui revient de quelque chose. Tous ces fruits sont provenus de cet arbre seul » (Furetière, 1690). Ici, le participe passé est employé comme substantif.

275 New Castle (Delaware), en aval de Philadelphie sur le Delaware. On peut s’étonner que les fugitifs ne soient pas demeurés à Philadelphie pour y passer l’hiver. Peut-être espéraient-ils trouver plus facilement à New Castle un navire sur lequel s’embarquer.

276 En 1692, selon la chronologie du récit.

277 Voile triangulaire, surtout employée en Méditerranée, dont le grand côté est envergué sur une antenne ou une draille.

278 Voir supra, p. 98, n. 209.

279 Selon la déposition d’un chirurgien français capturé par les Anglais, un certain John Cross aurait commandé un sloop armé de vingt-cinq hommes d’équipage, avec lesquels il aurait commis des actes de piraterie le long des côtes de la Jamaïque, en 1696. Cross aurait même eu une commission du gouverneur de Petit Goave. On n’entend plus parler de l’homme avant février 1697, alors qu’on le pense prisonnier d’un flibustier français qui s’en servirait comme pilote le long des côtes de la Nouvelle-Angleterre (J. W. Fortescue, Calendar, t. XV, p. 562 ; t. XVI, p. 47-48). Est-ce de cet homme que parle Sagean ? Selon celui-ci, « Cras » mourut avant août 1695, date de la rencontre de l’escadre du comte de Gennes en Gambie et du corsaire Léger avec lequel Sagean navigua après le naufrage du vaisseau de « Cras » (voir infra, p. 119 ; p. 123, n. 305 ; p. 126, n. 316). Mais il est possible, sinon probable, que Sagean mêle événements vrais et fictifs dans son récit.

280 Sans doute Nevis, à l’ouest d’Antigua, encore qu’il ne faille pas absolument exclure Porto de las Nieves, dans la Grande Canarie.

281 « C’est un nom qu’on donne aux Corsaires ou Aventuriers qui courent les mers des Antilles & de l’Amerique », observe Furetière (1690). Dans le Dictionnaire de l’Académie (1740), on lit : « Sorte de Pirates qui courent les mers d’Amérique, & qui sont de toute nation. »

282 Ile de la Providence, dans la mer des Caraïbes, à l’est du Nicaragua.

283 Porto Rico, à l’est de Saint-Domingue.

284 Peut-être faut-il plutôt lire « jarres », ou « giarres » : « Terme de Marine. Grande cruche qui sert à mettre de l’eau douce » (Furetière, 1690). Sa capacité était de « 40. pintes », précise Furetière.

285 « Trist ou Tris, isle de l’Amerique septentrionale dans la Nouvelle Espagne, sur la côte meridionale de la baie de Campêche, à l’ouest de l’isle de Port-Royal » (Bruzen de La Martinière, Le Grand Dictionnaire). Aujourd’hui, le toponyme « Términos » désigne une nappe d’eau fermée par une île, sur la baie de Campêche, dans la province du Yucatân (Mexique). L’itinéraire des aventuriers, des côtes américaines vers l’Afrique, la mer Rouge, le golfe Persique et l’Inde, s’inscrit dans le « circuit régulier des pirates » anglais de l’Amérique du Nord (voir P. Gosse, Histoire de la piraterie, p. 219).

286 Aujourd’hui Haïti et République dominicaine.

287 Portobello, situé sur la côte septentrionale de Panama, au nord-est du canal.

288 Faial, une des îles des Açores.

289 Nous n’avons pu identifier cette personne.

290 « Barbarie » désigne l’Afrique. Le cap Blanc, un promontoire sur la côte ouest de l’Afrique (Mauritanie), fut doublé par les Portugais en 1441. Le cap domine l’océan Atlantique par 20° 44’ N ; 17° 05’ O.

291 « Bosseman. s. m. Terme de Marine. C’est un Officier de l’équipage qui a soin de l’ancre & des cordages » (Furetière, 1690).

292 Note du manuscrit : « Ledit Sagean perdit, en cette occasion, tant en argent qu’en pillage, la valeur de 1400. escus. »

293 A l’instar de la copie dont il s’inspire (« Le Pays des Acaanibas. Et les Mésaventures incroyables de Mathieu Sagean », BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 99), Pierre Margry propose une leçon différente du texte, ici difficile à déchiffrer : il lit « François » (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 136), mais sa lecture fait problème car, selon la relation, « il n’y avoit que ledit Sagean de François » qui parvint à se sauver dans la petite pirogue. Peut-être Sagean fait-il allusion aux habitants de la « mer d’Iroise », un espace de mer à l’ouest du Finistère, limité au nord par l’archipel d’Ouessant et par la terre ferme, du cap Saint-Mathieu au goulet de Brest, au sud, par la chaussée de Sein et par la partie du promontoire qui s’étend jusqu’à Audierne, à l’est, par les terres du Toulinguet et du cap de la Chèvre. Il n’est pas exclu, non plus, que Sagean traduise phonétiquement le terme « Irish » (Irlandais).

294 Sagean ne distingue pas la baie d’Arguin, en Mauritanie (20° 31’ N ; 16° 28’ O), au large de laquelle se trouvent les bancs sur lesquels s’échoua la Méduse le 2 juillet 1816, de la pointe d’Arguin et de l’île d’Arguin, situées plus au sud. En outre, il est peu probable que les Danois y aient possédé un comptoir : « abordé par les Portugais en 1443, fréquenté régulièrement par eux dès 1448, fortifié en 1553, enlevé par les Hollandais en 1638, [Arguin] draine la gomme mauritanienne au grand dam des escales françaises » du Sénégal. En 1678, Ducasse s’empara du poste et rasa les fortifications. Toutefois, les Hollandais revinrent en 1687. Ils n’en furent chassés qu’au xviiie siècle, d’abord en 1721, puis en 1724 (Félix Brigand, Histoire moderne et contemporaine du Sénégal, p. 23-24).

295 Cap-blanc : voir supra, p. 118, n. 290 ; Cap-verd : îles du Cap-Vert.

296 Peut-être s’agit-il d’une déformation du mot portugais « peixe » (poisson), voire du verbe « pescar » (pêcher), dont le « c » est remplacé par un « qu » devant un « e » : « pesque ».

297 La morue (Gadus morhua), un poisson anacanthinien de la famille des gadidés, vit dans l’Atlantique Nord et l’océan Arctique.

298 Ile de Sal, située au nord-est de l’archipel du Cap-Vert.

299 Bonavista, située à l’est de l’archipel du Cap-Vert. Au moment du passage de William Dampier à l’île de Sal, en 1683, seulement cinq ou six personnes et un « poor Governor » vivaient sur l’île. Selon Dampier, un des habitants offrit de trafiquer de l’ambre gris contre des vêtements, tout en demandant aux Anglais de garder l’affaire secrète (W. Dampier, A New Voyage Round the World, t. I, p. 72-73 ; Nouveau Voyage autour du Monde, t. I, p. 84-85. Voir aussi infra, p. 122, n. 301).

300 « Calecon, s. m. Quelques-uns disent Caneçon. Vêtement qui couvre les cuisses, qu’on attache à la ceinture & qu’on met sur la chair nuë. Il est ordinairement de toile, mais on en fait aussi de chamois, de taffetas, &c. » (Furetière, 1690).

301 Ile de Maio, à l’est de Santiago et au sud de Bonavista. Les aventuriers rangèrent donc les îles du Cap-Vert du nord au sud. Dans la relation de son voyage autour du monde, William Dampier rapporte que les habitants de l’île de Maio refusèrent de laisser débarquer les Anglais parce que, une semaine avant l’arrivée de Dampier, les hommes de l’équipage d’un navire anglais, commandé par un certain capitaine Bond, de Bristol, avaient kidnappé le gouverneur de l’île ainsi que quelques habitants (voir A New Voyage Round the World, 1697, t. I, p. 75 ; Nouveau Voyage autour du Monde, 1698, t. I, p. 87-88).

302 Santo Nicolau se trouve au sud-ouest de l’île de Sal. Le navire a entrepris une remontée vers le nord-ouest.

303 Des franciscains accompagnaient les explorateurs portugais au cours de la découverte des îles du Cap-Vert, en 1450, et ils semblent avoir maintenu leur présence au cours des années qui suivirent. Il est d’autant moins étonnant que Sagean fasse allusion à eux que le frère Vitoriano Portuense, ou do Porto, évêque des îles du Cap-Vert, de 1688 à 1705, se faisait remarquer par son énergique administration (voir T. B. Duncan, Atlantic Islands, p. 177).

304 Santo Antão : la plus septentrionale des îles du Cap-Vert.

305 Peut-être Jacques Léger. Dans une lettre datée du 25 novembre 1694, Jean-Baptiste Ducasse signalait l’arrivée peu auparavant, au Petit Goave, d’un marin qui lui avait appris « qu’un corsaire de petit goave appellé Jacques Leger avoit debouqué avec 130. flibustiers d’eslite pour la coste de la nouvelle Angleterre ou il compte de prendre des Vivres pour aller de la à la mer Rouge et dans le sein persique ». Toutefois, la commission que lui prête Mathieu Sagean fait problème : selon les termes de sa lettre, Ducasse était « tres faché » du départ de Léger, « n’estant plus en estat de rien entreprendre et peu de [...] deffendre » la colonie (ANF, Colonies C9A 3, f. 71). En outre, selon la chronologie de la relation de Sagean, Léger relâcherait à Santo Antão à la fin de juillet ou au début d’août 1693.

306 Jean-Baptiste Ducasse fit carrière dans la marine. En 1678, il fut envoyé à Saint-Domingue par la Compagnie du Sénégal pour y faire la traite. En 1691, il fut nommé gouverneur de l’île. Il tenta de réorganiser l’administration de l’île et fit en sorte de s’allier les flibustiers. En 1694, il dirigea une expédition contre la Jamaïque. En 1695, il eut à défendre la colonie contre les Anglais et les Espagnols. En 1697, il participa à l’expédition contre Carthagène. En 1700, il fut envoyé en Espagne pour y représenter les intérêts de la France. En 1714, il participa au siège de Barcelone, mais dut se retirer à cause de ses infirmités (Prosper-Jean Levot, dans Jean-Chrétien-Ferdinand Hœfer, dir., Nouvelle Biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, Firmin Didot Frères, 1855, vol. 14, p. 920- 923).

307 Le brigantin est « un vaisseau de bas bord, qui va à voiles & à rames de chaque costé, 8c [qui] n’a qu’un rameur à chaque rame. Les Corsaires s’en servent ordinairement pour aller en course, parce qu’il est leger, & que chaque matelot y est soldat » (Furetière, 1690).

308 Ile Saint-Vincent, au sud de Sainte-Lucie et à l’ouest de la Barbade, dans les Antilles.

309 Santiago se trouve à l’ouest de l’île Maio et au sud de Santo Nicolau.

310 Voir supra, p. 122, n. 301.

311 « Fluste, signifie aussi un vaisseau long qui est enflé par le ventre, qui sert à porter des vivres dans les escadres de navires. Les flustes de Hollande sont des vaisseaux à cul rond du port de 300. tonneaux » (Furetière, 1690).

312 La Gambie, une possession anglaise depuis 1588, correspond, en gros, au Sénégal. Gorée, un îlot volcanique à peu de distance de la rade de Dakar, était une possession française depuis 1667. C’était alors une importante tête de pont stratégique.

313 La frégate est « un petit vaisseau à rames moindre que le brigantin. On s’en sert sur la Méditerranée, & sur l’Ocean. C’est un vaisseau de guerre un peu plus bas & plus long que les autres, qui est leger à la voile, & peu chargé de bois, qui n’a ordinairement que deux ponts. La Fregate legere, est un petit vaisseau de guerre, bon voilier, qui n’a qu’un pont & est monté depuis 16. pieces de canon, jusqu’à 25. » (Furetière, 1690).

314 Sans doute plutôt William and Mary, en l’honneur des nouveaux souverains anglais. Un certain capitaine William Holman, qui commandait sur un navire à un seul pont armé de seize canons, baptisé William and Mary, s’était signalé lorsqu’il fut attaqué par des Français dans Ferryland Harbour (Terre-Neuve) en 1694 (voir J. W. Fortescue, Calendar, t. XV, p. 222-223 et 492-493). Mais comme Sagean déforme les patronymes anglais, il est presque impossible d’identifier le capitaine du vaisseau.

315 Le toponyme n’a pas changé (voir « Carte idéale d’une partie de la Concession de la Compagnie Royale du Senegal depuis le Cap-blanc jusqu’au Bissaux », attribuée à d’Anville et datée de 1719, BNF, GE D 10631).

316 Jean-Baptiste de Gennes (1656 ?-1705) commença sa carrière dans la marine en 1673. En juillet 1695, il chassa les Anglais de Gambie. Promu gouverneur de Saint-Christophe en avril 1698, il dut, en 1702, rendre l’île aux Anglais, qui l’attaquaient. Dégradé pour n’avoir pas bien défendu la colonie, il fut fait prisonnier par un vaisseau anglais alors qu’il rentrait en France. Il mourut sur les pontons de Plymouth. L’escadre qu’il commandait à Gambie en 1695, composée de six vaisseaux, quitta La Rochelle le 3 juin, s’empara du fort James en Gambie, le 22 juillet, puis alla se ravitailler à Rio de Janeiro. Au début de l’année 1696, l’escadre tenta de doubler le détroit de Magellan, mais des vents contraires l’obligèrent à rebrousser chemin. Le 11 avril, l’escadre était de retour dans l’Atlantique. Elle amorça alors son retour en Europe en rangeant la côte américaine et gagna La Rochelle le 21 avril 1697. Le récit de Mathieu Sagean est confirmé par François Froger, qui a laissé une relation de l’expédition de M. de Gennes : « Le 14. [août 1695] il vint moüiller auprés de nous un Flibustier de S. Domingue, d’où il étoit parti il y avoit un an » (Relation d’un voyageFait en 1695. 1696. & 1697., p. 37). Plus bas, il ajoute : « Le 24. [août] sur le midy nous descendimes la Riviere, & le lendemain sur les huit heures du matin nous appareillâmes. Le Flibustier passa auprés de nous, & nous salüa de cinq coups de Canon ; nous luy répondîmes d’un ; nous faisions toute pour le Bresil, & luy pour la Mer rouge ; nous luy donnâmes deux pieces de Canon, de la Poudre, des Baies, & : quelques Bœufs, à condition qu’il mettroit en passant le Prince Negre d’Assiny sur ses terres. Monsieur de Gennes s’en étoit chargé, & ne pouvoit pas le faire sans rompre le voyage qu’il avoit entrepris » (ibid., p. 47). Sur la prise de Gambie, le 22 juillet 1695, voir ibid., p. 20-32).

317 Manuscrit : « St » biffé.

318 Sur la « Carte de la Côte de Guinée et du Pays, autant qu’il est connu, depuis la riviere de Serre lione jusqu’à celle des Camarones », dessinée par d’Anville en juillet 1729, pour le Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée, de Jean- Baptiste Labat (t. I, après la table des matières), on trouve un bourg appelé « Grand Sestre » au nord-ouest du cap « des Palmes », aujourd’hui Palmas. Le bourg porte maintenant le nom de Grand Cess (Liberia).

319 Aujourd’hui Assinie. Le toponyme est orthographié de différentes façons : Issinie, Issiny, Issigny, Asseny, etc. Le poste, sur la côte d’Ivoire, se trouve à l’ouest du cap des Trois-Pointes (voir la « Carte de la Côte de Guinée et du Pays », dans J.-B. Labat, Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée). Sur l’ensemble du pays, voir J-B. Labat, ibid., t. I, p. 214-247 ; Godefroy Loyer, Relation du voyage du royaume d’Issyny ; P. Roussier, L’Établissement d’Issiny, p. i-xvii).

320 Lecture de Pierre Margry : « Catchaa » (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 141). Mais le manuscrit se lit bel et bien « Catchau ». Aujourd’hui Cacheu, qui désigne à la fois une rivière et un bourg au sud du cap Roxo, en Guinée-Bissau.

321 Rivière Assinie. Les difficultés d’atterrage sont confirmées par Jean- Baptiste Labat : « La riviere d’Ashini ou d’Issini, est une des plus considerables de toute la côte de Guinée ; elle est large, profonde & nette. De grosses barques la pourroient remonter à plus de soixante lieües de son embouchure, mais cette embouchure est fermée par une barre de sable, sur laquelle la mer se brise d’une maniere si extraordinaire, qu’elle est inabordable à toutes sortes de Bâtimens, excepté aux Canots des Negres, qui sçavent prendre leur tems pour franchir ce pas dangereux » (Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée, t. I, p. 221).

322 « Quartier-maistre, en termes de Marine, est un Officier du navire qui aide au Maître & au Contre-Maistre, qui a soin des cordages, & de faire mouiller ou lever les ancres, & des pompes. On l’appelle aussi Esquiman » (Furetière, 1690).

323 S’agit-il bien du fils du roi Zema, qui avait été donné aux jacobins arrivés en août 1687 sur ses terres dans le but d’évangéliser les Noirs ? En effet, deux enfants furent alors remis aux missionnaires : l’un appelé Aniaba, qui serait le fils du roi, l’autre nommé Banga. Selon Tibierge, un commis de la Compagnie de Guinée qui effectua un voyage en Afrique en 1692, Banga se nommait en fait « Anouman » et il n’était « qu’un esclave du capessaire Banga à qui on a[vait] donné le nom de son maitre quand il [était] sorty » du pays (dans P. Roussier, L’Établissement d’Issiny, p. 67). Si François Froger (voir supra, p. 126, n. 316) et Mathieu Sagean laissent entendre que le jeune Noir ramené par M. de Gennes en Afrique en 1695 est Aniaba, l’abbé Godefroy Loyer rapporte, dans sa Relation du voyage du royaume d’Issyny, qu’il a accompagné le prince Aniaba, baptisé Louis en France, sur les terres de son père en 1701. Mal reçu par le roi Akasiny, qui avait succédé à Zema, exclu de la succession royale, Aniaba se serait brouillé avec les autorités du petit royaume. Sans doute est-ce Anouman-Banga, appelé « Bamba » par Michel Bégon, l’intendant du port de Rochefort, qui le croyait cousin du premier (BNF, mss FF, vol. 22811, f. 107), que ramenait M. de Gennes. Sur le retour du véritable Aniaba, voir G. Loyer, op. cit., p. 14 s., et P. Roussier, op. cit., p. xxi-xxxix.

324 Nous n’avons pu identifier ce marin.

325 Voir supra, p. 124, n. 306.

326 Aujourd’hui La Mine. Appelé « Comendo George de La Mine » sur la « Carte de la Côte de Guinée et du Pays », de d’Anville (dans J.-B. Labat, Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée), le poste se trouvait un peu à l’est du cap des Trois- Mines. Selon Jean-Baptiste Labat, « Saint-George de la Mine » était le principal comptoir commercial des Hollandais sur la Côte d’Or (voir ibid., p. 269-298 et p. 286-287, illustration). À suivre de près l’itinéraire décrit par Sagean, on constate que celui-ci a tendance à accroître les distances entre les lieux parcourus. Peut-être les aléas de la navigation expliquent-ils le phénomène.

327 Orthographe singulière pour « interlope ». Le substantif désigne un navire marchand qui trafique en fraude dans des pays concédés à une compagnie de commerce.

328 « Maistre, en termes de Marine, signifie sur l’Ocean le Pilote ou Commandant des manœuvres du vaisseau » (Furetière, 1690).

329 Une partie du mot « environ » est cachée par une tache et il semble que le commis qui a transcrit la déposition de Mathieu Sagean ait ajouté deux lettres, « re » (?), à la suite du mot.

330 Aujourd’hui île de Corisco dans la baie du même nom, en Guinée-Équatoriale, au sud du cap San Juan et au nord de la rivière Gabon.

331 Le cap San Juan, pointe extrême de la Guinée-Équatoriale. « Gabon » désigne ici une « riviere d’Afrique, au Royaume de Benin » (Bruzen de La Martinière, Le Grand Dictionnaire). La rivière a conservé son toponyme.

332 Carener un bâtiment, c’est « donner carene au vaisseau, le mettre sur le costé, luy donner le radoub, ou le suif » (Furetière, 1690). L’opération consiste à calfater la coque du bâtiment avec du suif pour fermer toutes les voies d’eau. Voir aussi infra, p. 143, n. 390.

333 Selon Bruzen de La Martinière, le cap de Lopez, au Gabon, était la tête de pont du commerce de l’ivoire (Le Grand Dictionnaire). Le cap forme une pointe à l’ouest de Port-Gentil.

334 Le patronyme est souligné dans le texte et une note est placée dans la marge : « Il veut dire Glauve. » Sans doute Sagean déforme-t-il le patronyme Glover. Deux marins portant le même patronyme pratiquaient la piraterie le long des côtes africaines et indiennes à la fin du xviie siècle : Robert Glover et Richard Glover (voir Appendice III, infra, p. 179-180).

335 SaintAugustin est aujourd’hui une ville sur la côte ouest de l’île de Madagascar, à l’embouchure de l’Onilahi. Dans les deux dernières décennies du xviie siècle et dans les premières décennies du xviiie , les côtes de Madagascar servaient de repaire à des pirates, si bien que l’île devint un « piratical paradise », selon Marguerite Eyer Wilbur. Le fait n’a rien d’étonnant. Madagascar était alors à proximité de deux grandes routes maritimes : celle qu’empruntaient les vaisseaux des compagnies européennes et celle des navires indiens et arabes qui trafiquaient dans la mer Rouge et dans le golfe d’Oman (voir Hubert Deschamps, Histoire de Madagascar, p. 76-78 ; M. E. Wilbur, The East India Company, p. 184 et 190).

336 Impossible d’identifier ce roitelet. Au xviie siècle, plusieurs populations étaient installées près de la rivière Onilahi. Les Mahafali vivaient au sud de la rivière, mais au cours des xviie et xviiie siècles leur pays se divisa en quatre royaumes : Sakatovo, Menarandra, Linta et Onilahi. Sur la côte, des deux côtés de la rivière Onilahi, vivait un peuple de pêcheurs : les Vezo. Enfin, au nord de la rivière Onilahi, s’étendait le pays Masikoro, soumis, semble-t-il, au roi Andriam-baloalina, de la dynastie Zafindravola (voir H. Deschamps, Histoire de Madagascar, p. 95-97, et carte, p. 98).

337 Mohéli est l’une des îles de la République des Comores. Mathieu Sagean, qui signale des points de repère lorsqu’il note certains événements, omet d’importantes étapes de son voyage. Par exemple, il ne fait aucune allusion au passage du cap de Bonne-Espérance, jalon pourtant important au cours d’une navigation le long des côtes africaines.

338 Guillaume, comte d’Aché de Serquigny (?-1713). Une dépêche ministérielle, datée du 22 décembre 1694, lui donnait le commandemant de l’escadre de trois vaisseaux du roi, le Zélande, le Faucon et le Medemblick, envoyée en Asie (ANF, Marine B2 96, f. 219). Ses instructions lui ordonnaient de mouiller à l’île de « Moüaly pour y faire de l’eau », puis à l’île « d’Anjoüan » pour y donner la chasse aux navires anglais interlopes (ANF, Marine B2 105, f. 12, Marine B4 17, f. 408). Sur les conditions du départ de l’escadre, voir ANF, Marine B2 100, f. 797-798, Marine B2 105, f. 8-16, Marine B4 17, f. 407-410, Marine B4 17, f. 411-422 (instructions datées du 8 janvier 1695), Marine B2 106, f. 49, 120, 168, 291, 477 et 552. À son retour, Serquigny fit parvenir au ministre une relation de son voyage, datée du 8 mars 1697, malheureusement très sommaire (ANF, Marine B4 17, f. 423- 433. Voir aussi l’accusé de réception du ministre, daté du 27 mars (ANF, Marine B2 121, f. 123).

339 La « Carte de l’Ethiopie orientale située sur la Mer des Indes », de d’Anville, datée de 1727 (BNF, Collection d’Anville 8. 302) permet d’identifier sans risque d’erreur l’île d’Anjouan, une île des Comores, au nord-est de Mohéli.

340 Les chiffres avancés par Mathieu Sagean ne permettent pas de situer la rivière avec exactitude. Peut-être s’agit-il du Rio Xango, un cours d’eau qui se jette dans la mer à la hauteur de l’île de Mohéli (voir « The South East part of Africa Containing Zanguebar, Sofala, Saba, The Island Madagascar &c. By H[erman] Moll Geographer », Atlas Geographus, t. IV, 1714). Ce cours d’eau, situé par 11° sur la carte anglaise, correspond au Sinheu actuel (Mozambique), qui se jette dans l’océan Indien à la hauteur de Mocimboa da Praia, par 11° 25’ S et 40° 25’ E.

341 Sans doute Mombasa, ou Mombassa, aujourd’hui au Kenya, sur l’océan Indien. Les Portugais y avaient établi un comptoir (voir C. R. Boxer, The Portuguese Seaborne Empire, carte, p. 141).

342 Île Patta (2° 05’ S ; 41° 05’ E), au Kenya. Le pluriel de Sagean s’explique par la présence de plusieurs autres îles près de l’île Patta : les îles Lamu et Manda, au sud-est, l’île Fazi, au nord, et l’île Kisingati, au sud, pour ne nommer que les plus importantes. Après avoir quitté Madagascar, le navire rangea la côte orientale de l’Afrique en se dirigeant vers le nord.

343 Île de Socotra, ou Suqutra, à l’entrée du golfe d’Aden (Yémen du Sud), à quelque 250 kilomètres au large du cap Gardafui, dans l’océan Indien. Le navire, après avoir rangé la côte orientale de l’Afrique, puis être entré dans la mer Rouge, poursuit son itinéraire en longeant la côte du golfe d’Aden et celle du golfe d’Oman.

344 Toponyme souligné dans le texte. Note du manuscrit : « Il croit que les françois l’apellent Perone. » Mathieu Sagean emploie vraisemblablement le nom « Babe », forgé à partir du toponyme « Bab-el-Manded », le cap à l’entrée de la mer Rouge, pour désigner une des îles qui se trouvent dans la mer Rouge presque à la hauteur du cap : en effet, selon J.-B.-N.-D. d’Après de Mannevillette, une « île », qui formait un petit détroit avec le cap, portait le même nom que celui-ci (voir Instructions, p. 199 ; Le Neptune oriental, carte de la mer Rouge, entre les pages 8 et 9). Sur la carte du « Golfe Arabique ou Mer Rouge », de d’Anville, datée de 1765, le nom des îles et celui du cap semblent se confondre (voir Youssouf Kamal, Monumenta Cartographica Africae et Aegypti, 1951, t. V, fascicule II, carte n° 1602, BNF, Cartes et plans, I-A.f (16) Kamal (y)). Sur la carte anglaise de J. Bruce, dessinée entre l768 et 1773, les îles à l’entrée de la mer Rouge portent le nom de « Islands of Babelmandeb » (voir carte n° 1604 de Youssouf Kamal).

345 Golfe Arabo-Persique.

346 Sabur, sur la carte du golfe persique de d’Anville (s. d.), ou Sabour, sur la « Carte de la Peninsule d’Arabie et des autres Pays », du même, datée de 1728. Sa capitale serait Shiraz et le pays se situait au nord-est de Bandar-e-Búshehr (Iran).

347 Une factorerie est un « Bureau de Marchands où leurs Facteurs font pour eux le commerce. Les François, les Hollandois, les Anglois ont chacun leurs Factoreries à Surate. On appelle aussi ces bureaux, comptoirs » (Furetière, 1690).

348 Le texte original est difficile à lire. Pierre Margry écrit : « ayant eu vent », sans doute pour « signifie[r] figurément un bruit confus, une connoissance imparfaite qu’on a de quelque chose » (Furetière, 1690). Nous adoptons le texte de la version courte (voir ANF, Marine 2 JJ 56, n° 10, p. 21).

349 Voir supra, p. 130, n. 328. Le maître du navire était peut-être John Yarland (voir infra, p. 180). L’arrestation du pirate s’inscrivait dans les efforts de la London East India Company pour arrêter le trafic illicite des forbans et la piraterie qui sévissait en mer Rouge et dans le golfe persique (voir John Bruce, Annals, t. III, p. 212-214). En outre, les populations locales n’hésitaient pas à s’en prendre aux pirates lorsqu’elles en avaient l’occasion et qu’elles disposaient des forces nécessaires.

350 Mascate était une « ville d’Asie sur la côte nord-est de l’Arabie heureuse, au midi des isles de Sahar sous le tropique du Cancer, entre Oman & les ruines de Sahar, au nord occidental, & le cap de Rosalgate au midi oriental dans le royaume aujourd’hui de ce nom » (Bruzen de La Martinière, Le Grand Dictionnaire). Aujourd’hui Masqat, sur le golfe d’Oman (Oman).

351 Toponyme absent des cartes modernes et anciennes, dont la « Carte [anonyme] de la Perse & de l’Arabie », dressée vers 1660 et qui décrit précisément les côtes du golfe d’Oman. Peut-être Sagean fait-il allusion aux îles au large de Sohar, dans le golfe d’Oman (Oman).

352 Orthographe inusitée pour « Jonc ou Jonco, [qui] est le nom qu’on donne à une espece de vaisseau fort leger dont on se sert dans les Indes orientales, 8c sur tout le long des costes de la Chine » (Furetière, 1690). Le terme, orthographié « jonque », ne fait son apparition que dans l’édition de 1762 du Dictionnaire de l’Académie, pour désigner une « sorte de vaisseau fort en usage dans les Indes ».

353 Le masculin renvoie à « bâtiment ».

354 Souligné dans le texte. Une note se trouve dans la marge : « Il y en avoit bien douze boisseaux. »

355 La côte de Surate est la côte longeant le golfe de Cambay, en Inde.

356 Sans doute Karwar, dans la province de Karnataka (Inde), au sud de Goa. Sur la « Carte des Côtes de Malabar Et de Coromandel », de Guillaume de L’Isle, datée de 1723, le toponyme s’écrit « Coroual ».

357 Aujourd’hui Ankola, un port de mer, dans le Kanara du Nord (Inde), à quelque 25 kilomètres au sud de Karwar à vol d’oiseau. Le récit de Sagean n’a rien d’étonnant : Nicholas Alderson, un compagnon de William Kidd, faussa compagnie au célèbre pirate de façon identique en profitant d’une escale pour faire eau près de Karwar (voir sa déposition datée du 19 octobre 1697, dans J. W. Fortescue, Calendar, t. XVI, p. 370).

358 Au nord de Karwar et au sud de Goa, les cartes anciennes signalent l’existence d’un pays de « Sonde » (« Nouvelle Carte d’une grande Partie de la Presqu’Isle des Indes », de d’Anville, datée de 1737) ou de « Sundqa » (« Carte des Indes du Nord au Sud », de d’Anville, datée de 1759), sans en indiquer les frontières ni le nom des villes qu’il comptait. Le pays se situait à la hauteur de l’actuel cap Ramos. Voir la note suivante.

359 Aujourd’hui Sonda, à l’ouest du réservoir Dharna, et à quelque 55 kilomètres à l’est d’Ankola, à vol d’oiseau (Kanara du Nord). Sonda, aujourd’hui un petit village, a été de 1590 à 1762 la capitale des chefs hindus, liés aux rois Vijayanagar. Des ruines attestent l’existence d’un ancien palais fortifié (voir The Imperial Gazetteer of India, 1974, vol. 23, p. 82).

360 Le mot, qui n’est recensé dans aucun dictionnaire français ou portugais, évoque le terme anglo-indien « subah », ou « soubah », qui désigne une province de l’empire moghol. Peut-être Sagean confond-il le mot avec celui de « subahdar », titre que portait un commandant local ou un officier moghol. Un « Commissaire ordinaire des guerres ou de la conduite, est un Officier etabli pour avoir soin de la police des troupes dans la marche, de regler les etapes & les logements, & qui fait faire les revues et les monstres » (Furetière, 1690).

361 « Pagode, monnaie d’or, valant environ 51. 10 s. », selon Paul Kaeppelin (La Compagnie des Indes, p. 541 et 666). Écu : voir supra, p. 64, n. 35.

362 « Payen » (Furetière, 1690).

363 Dans les Voyages et aventures du capitaine Ripon, « Banians » désigne les Indiens de religion brahmanique (p. 140).

364 Forme attestée par l’Académie : « Il croit cette relation. » Le verbe, note Ferdinand Brunot, fait partie des « verbes objectifs construits directement » (« La formation de la langue classique 1600-1660 », dans Histoire de lu langue française, t. III, 2e partie, p. 544). Au xviiie siècle, le verbe a parfois « des sens différents suivant ses régimes : par exemple, croire aux sorciers, c’est croire qu’il existe des sorciers, croire les sorciers, c’est croire vrai ce qu’ils vous disent [...] Toutefois, dans le premier sens, les deux régimes sont toujours admis [...] et les exemples de l’hésitation abondent dans Montesquieu, Voltaire, Rousseau » (A. François, « Le xviiie siècle », dans F. Brunot, op. cit., t. VI, 2e partie, 2e fascicule, p. 1757).

365 Pythagore, philosophe grec (vie siècle avant J.-C.), fondateur d’une secte dont les membres croyaient à la métempsycose, ou transmigration de l’âme d’un être à un autre, et à la purification de l’âme.

366 Vraisemblablement Davangere, dans la province de Bellary, à environ 125 kilomètres de Sonda, à vol d’oiseau, et à 170 kilomètres de la côte ouest de l’Inde. On aura remarqué le caractère fantaisiste des distances indiquées par Sagean.

367 Au moment où les Portugais fondaient leurs comptoirs en Inde, le Kanara était soumis aux rois Vijayanagar. Après 1565 (bataille de Talikota et sac de la ville de Vijayanagar), les chefs locaux purent s’émanciper de la tutelle royale. A partir de 1675, les Marathas occupèrent le Kanara et imposèrent leur autorité. Mais ils entrèrent en conflit avec les musulmans moghols qui tentaient de s’emparer du Deccan, ou Dekkan. Après 1686, avec l’avancée d’Aurangzeb Alamgir (1618-1707), la prise de Bijapur (1686) et la chute d’Abu-I-Hasan, le sultan de Golkonda (1689), le Kanara du Nord passa sous l’autorité des Moghols. Toutefois, malgré l’exécution de Raja Sambhaji (1689), les Marathas ne cessaient de harceler les musulmans : Raja Ram, le frère de Sambhaji, prit la tête du gouvernement et se retira plus au sud, à Jinji. A sa mort, en 1700, sa veuve assuma la régence et ne laissa aucun répit aux Moghols. Quant au Kanara du Sud, dès le début du xviie siècle, Venkatoppa Naik y imposa son autorité. Au cours du siècle, les chefs ikkeris, du nom du village natal de Naik, déplacèrent la capitale à Bednur, le « Bredoûl » de Sagean (voir infra, p. 139, n. 373). La région que dit parcourir Sagean était en pleine agitation, à cause de la guérilla qu’y menaient les chefs marathas contre l’autorité musulmane (voir The Imperial Gazelteer of India, 1972, vol. 14, p. 340-369 ; Vincent A. Smith, The Oxford History of India, p. 415-429 ; Stanley A. Wolpert, A New History of India, p. 149-167).

368 Voir supra, p. 93, n. 189.

369 « Boulevart, grosse masse de terre qui est souvent revestuë de pierre, qui s’avance en dehors de la place pour la fortifier à la moderne. Il est composé de deux faces ou pans de muraille, qui font un angle saillant, & de deux flancs qui l’attachent aux courtines, avec une gorge par où on y entre » (Furetière, 1690).

370 Dehors, « en termes de fortifications, se dit de toutes les pieces détachées qui servent de deffense à une place, comme des ravelins & demi-lunes, ouvrages à cornes & à couronne, contregardes, enveloppes, &c. » (Furetière, 1690).

371 Sans doute Shimoga, dans la province de Shimoga, à un peu plus de 70 kilomètres au sud de Davangere, à vol d’oiseau, et à une centaine de kilomètres de la mer. Le parcours de Sagean, depuis Karwar, décrit un arc de cercle vers le sud-est à l’intérieur des terres. Toutefois, le rédacteur de la version courte de la relation modifie le texte originel et place « Semoguea à 230 lieuës de Geré, & à 60 lieües de la mer » (ANF, Marine 2 JJ 56, n° 10, p. 22).

372 Selon Thomas Corneille, Canara comprenait les villes côtières suivantes : « Ancola ; Egorapan ; Mergeu ; [...] Onor, ou Honor ; Baticala ; Magandur ; & en tirant plus avant au Sud Bendor ; Bracelor ou Barcelor ; Bacanor ; Carcara ; Carvate ; Mangalor ; Maugeiron ; Combata ; & Cangericora » (Dictionnaire, t. I, p. 498). Bruzen de La Martinière, qui explique que Canara constituait un « royaume d’Asie dans l’Inde en deça du Gange sur la côte de Malabar », reprend les mêmes toponymes que son prédécesseur, tout en ajoutant Garcopa « dans le pays », Bednour, Gorcopa et Cagoulin (Le Grand Dictionnaire, t. II, p. 94-95). Le royaume est précisément identifié sur plusieurs cartes anciennes. Il couvrait toute la bande côtière de l’Inde, du sud de Goa jusqu’au cap Comorin. Les actuelles provinces du Kanara du Nord et du Kanara du Sud suivent en partie le tracé des anciennes frontières du royaume.

373 Sur la « Carte des Indes et de la Chine », de Guillaume de L’Isle, datée de 1705, la ville porte le nom de Bednour. Quant au rédacteur de la version courte de la relation, il écrit : « Bedroul » (ANF, Marine 2 JJ 56, n° 10, p. 22). Bednur, aujourd’hui Nagar, l’ancienne cité royale, est située à 48 kilomètres de Coondapur, sur un plateau à l’intérieur des terres. La distance entre Shimoga et Bednur indiquée par Sagean est fantaisiste : plus de 70 kilomètres séparent les deux villes.

374 Erreur de Sagean : la ville de Bijapur, chef-lieu du district de Bijapur et important centre hindou au xvie siècle, est située au nord-est de Goa, soit à l’intérieur des terres et beaucoup plus au nord. Au cours du xviie siècle, les sultans qui l’occupaient durent se défendre à la fois des visées des Marathas et des musulmans. La ville et toute la région tombèrent aux mains d’Ain angzeb en 1686 (voir The Impérial Gazetteer of India, 1972, vol. 8, p. 186-188). Deux villes portuaires peuvent être le « Bigiapour » de Sagean : Coondapur et Kolliampur. La première, située à la hauteur de Bednur, au sud d’un large estuaire dans lequel se déversent trois rivières, était déjà un port de mer important sous l’autorité des rois de Bednur, avant d’abriter un comptoir portugais au xvie siècle. Kolliampur, située plus au sud, à l’embouchure d’une rivière, logea une factorerie portugaise dès 1678 (voir ibid., vol. 11, p. 1-2, et vol. 14, p. 314). L’erreur de Sagean donne à penser qu’il n’a pas effectué lui-même l’itinéraire qu’il décrit, mais qu’il reprend les propos de quelqu’un d’autre. Toutefois, la confusion entre Bijapur, une ville célèbre et importante, et le nom d’un port de mer moins connu peut résulter d’une simple déficience de la mémoire.

375 Aujourd’hui Surat, sur le golfe de Cambay, en Inde.

376 Nous n’avons pu identifier ce capitaine.

377 Cochin était la « ville capitale d’un royaume du même nom dans la presqu’isle des Indes, en deça du Gange sur la côte de Malabar » (Bruzen de La Martinière, Le Grand Dictionnaire). Cochin, dans la province de Kerala, se trouve au sud de Calicut.

378 Cananor formait un « petit royaume de la presqu’isle de l’Inde d’en deça le Gange, & le plus septentrional des cinq qui composent le Malabar propre » (Bruzen de La Martinière, Le Grand Dictionnaire). Les Hollandais s’y étaient installés. Aujourd’hui Cananore, dans la province de Kerala, sur la côte ouest, au nord de Calicut.

379 Aujourd’hui Mangalore, dans la province de Karnataka, en Inde. Les aventuriers rangèrent donc la côte occidentale de l’Inde, de Cochin à Goa.

380 Barcelor : « Ville des Indes sur les Côtes de Malabar, au Royaume de Canara ». Les Hollandais y avaient « une loge » (Bruzen de La Martinière, Le Grand Dictionnaire). Les cartes anciennes signalent toutes son existence. Le bourg se trouve à peu près à la hauteur de l’actuelle ville de Coondapur, dans la province de Karnataka (Inde).

381 « Goa » désigne aujourd’hui un territoire de la côte occidentale de l’Inde dont la capitale est Panjim, anciennement Nova Goa.

382 Ni le Richelet (1680), ni le Furetière (1690), ni le Dictionnaire de l’Académie ne produisent des exemples de forme pronominale. En revanche, le Trésor de la langue française signale l’emploi de la forme pronominale à sens réciproque, tout en observant qu’il est rare.

383 Un Manuel da Silva a été nommé « capitão da viagem da India » et a reçu « a caria de piloto » à la fin du xviie siècle. Mais il serait présomptueux de conclure qu’il s’agit du navigateur auquel fait allusion Sagean. Voir Arquivos nacionais / Torre do Tombo (Lisbonne), Arquivo geral da Marinha, Chancelaria D. Pedro II, Doaçôes, livre 17, f. 78v, livre 21, f. 144v, livre 38, f. 410v, et livre 41, f. 104.

384 Peut-être appartenait-il à la famille da Costa qui a donné à l’Inde deux gouverneurs : dom Rodrigo da Costa, fils de dom Antonio da Costa et de donna Ana Maria de Meneses, gouverneur de 1686 à 1690, et dom Rodrigo da Costa, fils de Joanno da Costa et de donna Francisca de Noronha, gouverneur de 1707 à 1712 (Afonso Zúquete, dir., Tratato de todos os vice-reis e governadores do India, Lisbonne, Editorial Enciclopédia, 1962, p. 167).

385 « Promontoire de l’Inde dans la presqu’isle deça le Gange, & dans la pointe la plus avancée au Midi, au Malabar, & près de la côte de la Pêcherie, à près de quarante lieües de l’isle de Ceylan » (Bruzen de La Martinière, Le Grand Dictionnaire). Il s’agit du cap Comorin, à l’extrémité sud de l’Inde.

386 « Il faisoit chaud en cette occasion, pour dire, il faisoit dangereux, on s’y battoit avec chaleur » (Furetière, 1690).

387 Richelet (1680), Furetière (1690) et le Dictionnaire de l’Académie (1694) signalent que le verbe « garder » signifie parfois empêcher quelqu’un ou un animal de s’échapper. C’est le sens que Mathieu Sagean donne au verbe, en l’appliquant à un navire. Dans le Journal d’un voyage sur les costes d’Afrique et aux Indes d’Espagne Avec Une description particuliere de la Riviere de la Plata, de Buenosayres, & autres lieux, commencé en 1702. & fini en 1706., l’auteur anonyme du récit emploie le verbe dans le même sens de « garder un navire à vue » (Amsterdam, Jean Marret, 1723, p. 87).

388 Manuscrit : « nous » biffé et remplacé par « les ».

389 Le 22 septembre 1697, le pirate anglais William Kidd dut affronter deux vaisseaux de guerre portugais le long des côtes indiennes. Dans sa déposition, Kidd note qu’un seul des deux navires l’attaqua et que l’autre se tint à distance de ses canons. Selon Kidd, le combat dura une journée entière et fut fort violent (voir J. F. Jameson, Privateering and Piracy, p. 207). Peut-être est-ce ce combat que décrit Sagean.

390 Radouber : « calfeutrer, retablir un vaisseau, le mettre en estat d’estre remis en mer, quand il a esté endommagé en quelqu’une de ses parties » (Furetière, 1690).

391 Capitan : capitaine en espagnol, à moins que Sagean ne déforme le mot portugais « capitão » (capitaine).

392 L’archipel des Maldives est au sud-ouest de l’Inde dans l’océan Indien.

393 Dom Pedro Antonio de Noronha de Albuquerque, marquis de Angeja (1661-1731), a été vice-roi de l’Inde, de février 1692 à septembre 1698 (Afonso Zûquete, dir., Tratato de todos os vice-reis e governadores do India, p. 167).

394 Voir supra, p. 116, n. 274.

395 Aujourd’hui Jalapur, au sud de Surat, dans la province de Goudjerat (Inde).

396 Bacaim, selon P. Margry (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 153). Baçaim, ou Bassim : « Ville d’Asie, aux Indes, dans le royaume de Cambodge & de Miliché » (Bruzen de La Martinière, Le Grand Dictionnaire). Aujourd’hui Basseim, ou Vasa, au nord de Bombay, dans la province de Maharashtra (Inde).

397 Appelée « Chaûl » par d’Anville sur sa « Carte de l’Inde s’etendant du Nord au Sud », de 1752 ; aujourd’hui Chaul, la ville se trouve au nord de Bombay, dans la province de Maharashtra (Inde).

398 Selon Bruzen de La Martinière, Diu, une « Ville des Indes dans le Royaume de Guzarate [...] est le premier lieu des Portugais qu’on trouve depuis Ormus en allant aux Indes » (Le Grand Dictionnaire). Diu se trouve à l’est de Surat, dans la province de Goudjerat, à l’ouest du golfe de Cambay (Inde). Toutefois, le toponyme désigne peut-être ici un bourg situé près de Goa.

399 Daman, ou Damao, au nord de Basseim, était, selon Bruzen de La Martinière, une « Ville maritime de l’Indoustan, à l’entrée & au Midi du golfe de Cambodge » (Le Grand Dictionnaire).

400 Port de l’ouest de l’Inde, capitale de la province de Maharashtra.

401 Si l’on se fie à une lettre du 14 octobre 1694 qui recommande au ministre de nommer M. J.-B. Martin directeur du comptoir de Surate, celui-ci était alors second commis de la Compagnie des Indes à Pondichéry et résidait en Asie depuis vingt-trois ans. La lettre précise qu’on ne pouvait « mieux choisir que le Sr. Martin, ayant une experience de sa capacité et de sa probité » (ANF, Marine B3 83, f. 426). Pourtant, le comptoir français de Surate, à cause notamment de ses dettes, subsista péniblement sous l’administration de J. B. Martin, qui mourut en juin 1698 (voir P. Kaeppelin, La Compagnie des Indes, p. 296-299, 335-338 et 341-343).

402 La London East India Company, qui, à l’instar de la compagnie française, éprouvait des difficultés. En plus de devoir combattre le trafic illégal et la piraterie qui se pratiquaient le long des côtes indiennes, les administrateurs de la compagnie anglaise étaient en butte aux vexations de la part des autorités locales (voir John Bruce, Annals, t. III, p. 235-236).

403 Peut-être Thomas Heath, qui participa à des opérations navales aux Indes à la fin du xviie siècle (voir William Laird Clowes, The Royal Navy. A History From the Earliest Times to the Present, London, Sampson Low, Marston and Company, 1897, vol. 2, p. 334, 349, 354, 470 et 535).

404 Philippe Avril, un missionnaire jésuite, naquit le 21 juillet 1654. Il entra au noviciat le 16 septembre 1670 et fut envoyé en mission en Asie en 1684. Selon les ordres de son supérieur, il tenta de gagner la Chine en passant par la Tartarie, mais ne put traverser les États moscovites. Il voulut alors passer par Constantinople, mais échoua, dut prendre le chemin du retour et arriva à Toulon le 30 septembre 1690. Deux autres tentatives pour gagner la Chine échouèrent en 1696. En 1698, il partit à nouveau, mais le 18 août (et non le 22, comme Sagean l’affirme plus bas), près de Taiwan, il périt en mer. Philippe Avril est l’auteur d’un Voyage en divers Etats d’Europe et d’Asie, entrepris pour decouvrir un nouveau chemin à la Chine (Paris, Claude Barbin, Jean Boudot, Georges et Louis Josse, 1692). Voir J. Dehergne, Répertoire des jésuites de Chine de 1552 à 1800. Nous n’avons pu identifier les autres missionnaires.

405 John Gayer a été nommé gouverneur de Bombay en 1693. Il occupa son postejusqu’en 1708, malgré de nombreuses difficultés causées par la rivalité entre la London East India Company et la English Company (voir John Bruce, Annals, t. III, p. 138 et 640-641).

406 « Royaume d’Asie dans l’isle de Sumatra », observe Bruzen de La Martinière (Le Grand Dictionnaire). Au xviie siècle, Achin, situé à l’extrémité ouest de Sumatra, constituait un puissant royaume musulman allié des Hollandais. En 1615, les Anglais fondèrent un comptoir à Jambi et établirent des liens commerciaux avec Achin. Mais en 1650, les Hollandais saisissaient un vaisseau anglais. En 1664, la reine d’Achin, qui appuyait les Anglais contre les Hollandais, signa un traité avec les premiers. Toutefois, à cause de la concurrence hollandaise, la factorerie d’Achin dut fermer ses portes en 1670 (voir M. E. Wilbur, The East India Company, p. 213-215).

407 Selon Bruzen de La Martinière, qui s’inspire de William Dampier, le royaume d’Achin était « gouverné par une Reine, sous laquelle il y [avait] douze Oroukeys ou Grands Seigneurs », qui détenaient en fait les rênes du pouvoir (Le ; Grand Dictionnaire). Dans A New Voyage Round the World, paru originellement en 1697, William Dampier fait allusion à la reine d’Achin, mais sans toucher mot des pouvoirs que lui prête Sagean (voir t. I, p. 504 ; voir aussi Nouveau Voyage autour du Monde, t. II, p. 564). Dans Voyages and Descriptions, paru en 1699, Dampier décrit le système politique du royaume et rapporte les circonstances de l’élection d’une nouvelle reine, en 1688 (voir t. II, p. 140-146).

408 Malacca, selon P. Margry (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 154), sur le détroit de Malacca, en Malaisie.

409 Malacca, où étaient installés les Portugais, tomba aux mains des Hollandais le 14 janvier 1641 (voir Henri Cordier, Histoire générale de la Chine, t. III, p. 230).

410 Déformation du mot « rotin », ou « rotang », lui-même formé à partir du terme malais « rôtan », un palmier grimpant dont les tiges fournissent le rotin.

411 Il s’agit d’un « gros rocher escarpé, couvert de fiente d’oiseau qui le fait paroître blanc », situé « au sud-sud-est de la pointe Romanie », aujourd’hui Rumenia, lesquels, ensemble, « forment l’entrée ou la sortie du détroit de Malac, du côte [sic] de l’est » (J.-B.-N.-D. d’Après de Mannevillette, Instructions, p. 406- 407). Sur le « Plan particulier du Détroit de Malaca », du même auteur (Le Neptune oriental, entre les pages 64 et 65), la « Pierre Blanche » se trouve entre la péninsule de Malacca et Sumatra, au nord de l’île de Bintan.

412 Chaque passager ou marin qui franchissait pour la première fois la « ligne » devait payer un tribut aux marins et faire serment de respecter les coutumes en mer et les femmes des matelots, sous peine d’être copieusement aspergé d’eau par les autres membres de l’équipage, travestis pour l’occasion en religieux (voir P. Berthiaume, L’Aventure américaine, p. 221).

413 Sans doute Amoy, ou Xiamen (Chine), en face de Taiwan. Profitant des succès de Koxinga, ou Kochinga, qui s’opposait à la dynastie mandchoue et qui avait chassé les Hollandais de Formose (voir infra, p. 149, n. 423), les Anglais établirent une factorerie à Amoy en 1671, mais durent l’évacuer peu après. À partir de 1685, les ports de l’Empire furent ouverts au commerce étranger par K’ang-hsi (1662-1722). Sur le commerce d’Amoy, voir H. Cordier, Histoire générale de la Chine, t. III, p. 213-215.

414 Orthographiée « arac » par P. Margry (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 154). Déformation du mot « arack », une liqueur spiritueuse à base de riz et d’écorce de palmier, en Inde, de canne à sucre, d’orge, de jus de noix de coco ou de cannamelle, en Asie et en Afrique. L’orthographe du mot varie : on trouve : « arac », « arak », « arack », « rack ».

415 Le terme n’apparaît que dans l’édition de 1762 du Dictionnaire de l’Académie. « Ponche. s. m. Mot emprunté de l’Anglois "punch". C’est le nom d’une liqueur qui est un mélange de jus de citron, d’eau-de-vie, de vin blanc, d’eau & de sucre. » Le texte de Sagean montre que le terme était usité depuis longtemps.

416 Aujourd’hui Taiwan.

417 « Soir, se dit aussi de la partie du jour qui est depuis midi. Au Palais il y a les audiences du matin, & celles du soir, pour dire, l’aprés-disnée. On presche en cette Eglise le matin, & en celle-là le soir à deux heures » (Furetière, 1690). Dans le Dictionnaire de l’Académie (1694), on trouve l’expression « quatre heures du soir ».

418 Pour « mister », « monsieur » en anglais.

419 Nous n’avons pu identifier cette personne.

420 « Pipris. s. f. Corea periaga. Nom des pirogues des nègres de Gorée » (Pierre-Marie-Joseph, baron de Bonnefoux, et Edmond Paris, Dictionnaire de marine à voiles et à vapeur, Paris, A. Bertrand, 1848). Le terme se trouve aussi chez François Froger : le 20 juin 1696, alors qu’il range la côte du Brésil à la hauteur de San Salvador (Bahia), il observe « quantité de Barques & de Piperies de Negres. (Ces Piperies sont trois ou quatre pieces de bois liées ensemble, sur lesquels deux hommes vont à la pesche jusqu’à 4. lieuës au large) » (Relation d’un voyage Fait en 1695. 1696. & 1697. ,p. 128).

421 Teouan, selon P. Margry (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 156). Aussi appelée Sakkam, la ville était située près du fort Zelandia, construit par les Hollandais au cours de leur occupation de l’île (1624-1662) (voir la note suivante). Aujourd’hui Tai-Nan, un port de la côte ouest de Taiwan (Formose). La ville se trouve au fond d’une baie formée par deux pointes, dont l’une, celle du sud, s’appelle Ampin. Avant d’être chassés de l’île (voir infra, n. 423), les Hollandais réprimèrent, en 1652, une révolte des Chinois, qui n’acceptèrent jamais la présence d’étrangers sur leur territoire (voir H. Cordier, Histoire générale de la Chine, t. III, p. 226-231 et 262-265).

422 Après la conquête de Formose, en 1624, les Hollandais transformèrent, en 1632, une redoute en fort à quatre demi-bastions et le nommèrent fort Zelandia. Plus tard, à l’embouchure de la rivière T’ai Wan, ils élevèrent un second fort en face du premier : le fort Provintia (voir ibid., p. 229).

423 Allusion à l’expulsion des Hollandais de Formose, en 1662. Dès le 30 avril 1661, Koxinga, ou Kochinga, qui pratiquait la piraterie le long des côtes de la Chine et qui s’opposait à la dynastie mandchoue, coupait les communications entre les forts Provintia et Zelandia. Le 4 mai 1661, le fort Provintia capitula et le 12 février 1662, Koxinga hissa son pavillon sur le fort Zelandia. Cependant, le lien entre la prise de Formose par les Chinois et l’avènement de K’ang-hsi (1662-1712) est purement chronologique : l’empereur mandchou, opposé aux menées de Koxinga, réussit, en 1683, à imposer son autorité à K’O Chouang, le second fils de Koxinga, et à soumettre Formose (voir ibid., p. 262-265).

424 Le sampan est une petite embarcation chinoise à voile unique, marchant à la godille, et qui comporte un habitacle en dôme.

425 Voir supra, p. 103, n. 221.

426 Mandarin : titre donné aux hauts fonctionnaires publics en Chine.

427 Voir supra, p. 113, n. 258.

428 À la page 150, le terme est masculin.

429 Souligné dans le texte.

430 Voir supra, p. 116, n. 274.

431 Canton, en Chine méridionale, a été l’une des premières villes où pénétrèrent les Européens.

432 Ancien nom de la Thaïlande.

433 Sans doute Sagean confond-il le père Marcel Leblanc, un jésuite, et M. Leblanc, un prêtre de la congrégation des Missions étrangères. Marcel Leblanc, né le 12 août 1653, ou le 25 novembre 1652, à Dijon, était l’un des quatorze mathématiciens envoyés par Louis XIV au Siam. Embarqué sur le Gaillard, à Brest, le 1er mars 1687, il arriva au Siam le 27 septembre de la même année. Le 16 février 1689, il rentra en France, mais, le 26 avril, il fut pris par les Hollandais près du cap de Bonne-Espérance. Emprisonné à Midelbourg, en Zélande, il fut libéré en mars 1690. Revenu en France, il repartit pour la Chine avec le père Couplet en 1691. Il mourut sur la côte du Mozambique en mai 1693 (voir Joseph Dehergne, Répertoire des jésuites de Chine de 1552 à 1800, p. 145-146). Il est donc impossible que ce soit ce missionnaire que Sagean a rencontré en Chine en 1698. En revanche, M. Leblanc, le prêtre des Missions étrangères, s’y trouvait plus vraisemblablement alors. Il serait venu en Chine en 1684 pour œuvrer dans les provinces de Canton et de Fo-Kien. Vers la fin de l’année 1695, il se trouvait dans la province du Tche- Kiang, où le retrouva Artus de Lionne. En 1699, il fut nommé vicaire apostolique du Yun-Nan, où il n’arriva qu’en 1702. En janvier 1701, il était au Fo-Kien, où il signa avec deux autres vicaires apostoliques, Maigrot et Lionne, un accord par lequel les trois hommes s’engageaient à agir de concert. Une lettre, datée du 20 août 1706, atteste qu’il résidait alors à Yun-Nan-Fou, mais, en 1707, il était banni de Chine et il se retira dans la province de Fo-Kien, puis dans celle de Tche- Kiang, où il demeura caché. Il était, vers 1716, considéré « comme le supérieur en Chine des prêtres des Missions-Étrangères », selon Adrien Launay. Il aurait vainement tenté à plusieurs reprises de regagner son vicariat. Il mourut en 1720, alors qu’il venait d’être nommé évêque de Troade (voir Nouvelles lettres édifiantes des missions de la Chine et des Indes orientales, Paris, Adrien Le Clere, 1818, t. I, « Introduction », p. IX ; A. Launay, Histoire des missions de Chine. Mission du Kouang-tong, p. 149 ; A. Launay, Histoire des missions de Chine. Mission du Kouey-Tcheou, t. I, p. 8 ; A. Launay, Histoire des missions de Chine. Mission du Se-Tchoan, t. I, p. 19, 23, 91 et95 ; J.-B. Piolet, Les Missions catholiques françaises au xixe siècle, t. III, p. 235-236).

434 Amoy, sur le continent, vis-à-vis de Formose, était le site d’un important comptoir anglais au moment du passage de Sagean (voir Hosea Ballou Morse, The Chronicles of the East India Company, p. 41-65).

435 Rader : « se mettre en rade » (Furetière, 1690), c’est-à-dire s’ancrer à l’abri des vents.

436 Sans doute The Sarah (ce qui explique le féminin de Sagean), un navire à un pont de 275 tonneaux, qui, en 1701, appartenait à la English Company, et dont le capitaine s’appelait Roberts (voir H. B. Morse, The Chronicles of the East India Company, p. 112 et 117).

437 Aujourd’hui Djakarta, capitale de l’Indonésie, dans l’île de Java.

438 The Tremball, un navire de 250 tonneaux, fut envoyé à Amoy en octobre 1697 et rentra à Londres en 1698 (voir H. B. Morse, The Chronicles of the East India Company, p. 86 et « Table of English Ships which traded to China for the East India Companies from 1635 to 1753 »).

439 The Nassau, un navire de 400 tonneaux, quitta Londres pour Amoy en juillet 1697 et rentra en Angleterre en 1698 (voir H. B. Morse, The Chronicles of the East India Company, p. 85 et « Table »). Les renseignements produits par Sagean paraissent exacts : il semble que The Sarah ait surtout effectué des navettes entre les différents comptoirs anglais d’Asie, alors que The Tremball et The Nassau rentrèrent en Angleterre au cours de 1699. La différence entre la date fournie par Sagean et celle de Morse s’explique par le fait que, jusqu’en 1752, l’An gleerre suivait le calendrier Julien, selon lequel la nouvelle année ne commençait que le 25 mars.

440 Banten, à l’extrémité occidentale de l’île de Java, était la « Ville capitale & la plus puissante de toute l’isle de Java » (Bruzen de La Martinière, Le Grand Dictionnaire).

441 Détroit de Java, selon P. Margry (Découvertes et établissements des Français, t. VI, p. 161). Selon l’itinéraire probable du vaisseau, il s’agit du détroit de la Sonde entre Java et Sumatra. Mais il n’est pas impossible que le navire soit passé à l’est de Java et que Sagean désigne alors le détroit de Baly, ou Bali.

442 Sainte-Hélène, une île volcanique de l’Atlantique Sud, située à quelque 1800 kilomètres de l’Afrique et à 3500 kilomètres du Brésil. Découverte par les Portugais en 1502, annexée en 1633, puis occupée par les Hollandais (1645), l’île fut cédée à l’Angleterre en 1659.

443 De 1697 à 1707, Stéphane (ou Stephen) Poirier, un protestant d’origine française, fut gouverneur de l’île pour le compte de la London East India Company, qui administra Sainte-Hélène de 1673 à 1834 (voir Encyclopaedia Britannica, Cambridge, Cambridge University Press, 1911, t. XXIV, p. 8).

444 « Mais dans l’usage ordinaire, quand on parle absolument d’un louis, on entend la piece de 11. liv. » (Furetière, 1690). Le mot « guinée » n’apparaît que dans l’édition de 1740 du Dictionnaire de l’Académie, pour désigner une « monnoie d’or qui se fabrique en Angleterre ». Voir aussi supra, p. 64, n. 35.

445 Département formé de la partie ouest de la Bretagne. Le département doit son nom au golfe du Morbihan.

446 Perros-Guirec, dans l’arrondissement de Lannion (Côtes-d’Armor), à une cinquantaine de kilomètres de Brest.

447 Hubert Champy, chevalier Desclouzeaux (? -1701), entra au service de la Marine comme commissaire ordinaire, le 12 décembre 1654. En 1658, il commandait sur l’Elbeuf, avec le titre d’enseigne de vaisseau. En 1660, il avait le titre de commissaire dans l’escadre envoyée en Italie. Nommé commissaire à Rochefort le 1er janvier 1670, il devint commissaire général du port, le 9 octobre 1675. En septembre 1676, il passait au Havre avec le même grade, puis à Dunkerque (1680). En décembre 1683, il obtint sa commission d’intendant de la Marine du port de Brest (ANF, Marine de Brest, 1 L 65, f. 32). Voir Philippe Henwood, dans Chronique d’histoire maritime, n° 5, 1er trimestre 1982, p. 39, n. 18 ; Prosper Levot, Histoire de la ville et du port de Brest, Brionne (Eure), Le Portulan, 1972, vol. 2, p. 82, n. 1 ; A. Reussner, « L’intendant général Desclouzeaux et l’expédition de Sicile (1675-1676) », dans La Revue maritime, nouvelle série, n° 139, juillet 1931, p. 1-22.

448 Voir supra, p. 17, n. 35.

449 C’est la deuxième fois que Sagean demande à être renvoyé en Amérique et affirme pouvoir retrouver le pays des Acaaniba (voir supra, p. 84). Sans doute a-t-il inventé le pays des Acaaniba pour pouvoir revenir en Amérique où il espérait peut-être effectuer une découverte. Il n’est pas impossible qu’il ait cru lui-même à l’existence d’un peuple amérindien fabuleux à la suite de confidences, mi-vraies, mi-fausses, de coureurs des bois ou d’aventuriers rencontrés au cours de ses courses en forêt ou ailleurs.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search