Version classiqueVersion mobile

Relation des avantures de Mathieu Sagean, Canadien

 | 
Mathieu Sagean

Introduction

Texte intégral

1« Comme d’un paradis terrestre »

  • 1 Alfred Métraux, Les Incas, p. 4. Les références dont la description figure dans la bibliographie s (...)

2Lorsque, le 16 novembre 1532, Atahuallpa est arraché à sa litière par les hommes de Francisco Pizarro, la chute de l’empire inca est consommée et les richesses du Pérou passent aux mains des Espagnols. Mais si fabuleux que soient les trésors des Incas, ils ne comblent pas la soif d’or des conquistadores : la réalité ne saurait répondre aux attentes d’un mythe né avec le projet de voyage de Christophe Colomb au fabuleux « Catay » de Marco Polo. Dès le début du xvie siècle, des Amérindiens auraient attesté à Vasco Núñez de Balboa l’existence d’un pays où abondait l’or et signalé à Pedro Álvarez Cabrai la présence, à l’ouest du continent, d’hommes « aux riches armures faites de fines plaques d’or couvrant la poitrine et la tête1 ». Si bien qu’en 1534, à peine deux ans après la chute de l’empire inca, les Espagnols prêtent encore une oreille attentive aux propos d’Amérindiens de Quito qui affirment qu’il existe un cacique

  • 2 GonzaloFernandez de Oviedo, Hislotia general y natural de tas Indias, édition et introduction par (...)

que es muy riquísimo e grand señor, e con cierta goma o licor que huele muy bien, se unta cada mañana, e sobre aquelle unción asienta e se pega el oro molido o tan menudo como conviene para lo que es dicho, e queda toda su persona cubierta de oro desde la planta del pie hasta la cabeza, e tan resplandesciente como suele quedar una pieza de oro labrada de mano de un grand artífice2.

  • 3 Notamment au cours des expéditions du Portugais Alejo Garcia vers le Paraguay, de l’Italien Sebast (...)

3El Dorado sera poursuivi tout au long de la « découverte » de l’Amérique par les Européens3 et l’exploration du continent ne fera que déporter le mirage toujours plus loin, dans les terrae incognitae.

  • 4 Déplacement qui n’empêche pas les Espagnols de poursuivre la recherche d’El Dorado en Amérique du (...)
  • 5 Voir H. E. Bolton, Spanish Exploration, p. 199-200.

4La conquête du Mexique et la soumission des Aztèques par Hernán Cortés, entre 1519 et 1521, ont donné de nouvelles assises au mythe, en le déplaçant des hauts plateaux andins vers les immenses plaines du centre de l’Amérique du Nord4. Il est vrai que le butin ramené du Mexique par Cortés ne pouvait qu’exciter les convoitises. Cela explique qu’en 1584 Francisco Díaz de Vargas sollicite le poste d’adelantado des terres situées au nord du Mexique, dans l’espoir de découvrir une rivière dont les riverains, croyait-on, possédaient de l’or et de l’argent en abondance5.

  • 6 D'ailleurs, les « Acaaniba » de Mathieu Sagean ne sont pas sans évoquer les « Caniba » de Christop (...)

5La Relation des avantures de Mathieu Sagean au pays des « Acaaniba » constitue une version à la fois dégradée et originale du mythe6 : la recherche d’El Dorado y devient invention d’un Eldorado et mène à la découverte d’un jardin d’Éden peuplé de singuliers Amérindiens.

  • 7 « Extrait de la relation de Mathieu Sagean, Canadien » (ANF, Marine 3 JJ 277, n. f°).

6Qui sont donc les fabuleux « Acaaniba » ? « Il est a remarquer, notait un rapporteur anonyme, que Led[i]t Sagean avoit nommé, d’abord cette nation, Les Acanzia, Mais comme on luy a fait quel[qu]e objection la Dessus, et qu’on luy a fait voir que cette nation des Acanzia ne pouvoit pas etre cette nation dorée, Il a dit qu’il s’estoit trompé, et qu’elle s’appelloit Acaaniba7. »

  • 8 « Le premier Voyage qu’a fait Le P. Marquette vers le nouveau Mexique », dans Reuben Gold Thwaites (...)
  • 9 Paris, Étienne Robinot, 1713, p. 306-317.
  • 10 Voir D. I. Bushnell, Villages of the Algonquian, Siouan and Caddoan Tribes West of the Mississippi(...)

7Le nom de deux tribus amérindiennes évoque celui d’« Acanzia » : les Akansa et les Kansa. Les Akansa, ou Arkansa, occupaient un territoire situé à l’ouest du Mississipi, près de l’embouchure de la rivière Arkansas. Le père Marquette décrit brièvement leur village dans la relation de son premier voyage vers le Mississipi8, mais c’est grâce au Journal historique du dernier voyage que feu M. de la Salle fit dans le Golfe de Mexique, d’Henri Joutel9, qu’on connaît mieux le mode de vie des Akansa, qui n’a rien de commun avec celui des Acaaniba10.

  • 11 Voir H. E. Bolton, Spanish Exploration, p. 257-258.
  • 12 Voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 653-656.

8Quant aux Kansa, une tribu du sud-ouest de l’Amérique du Nord aux mœurs proches de celles des Sioux, ils étaient établis le long des rives du Missouri près de l’embouchure de la rivière Kansas. Sur sa carte de 1674, le père Marquette signale leur présence à l’ouest de la « R. De La Conception » (le Mississipi), à la hauteur de 39° de latitude, à un endroit qui peut correspondre à l’actuelle rivière Kansas. Juan de Oñate, qui nomme la tribu « Escanjaques », ou « Escansaques », est sans doute le premier Blanc à être entré en contact avec les Kansa, en 160111. Comme dans le cas des Akansa, le mode de vie des Kansa ne correspond pas à celui des Acaaniba12.

  • 13 Voir la description des Natchez par Antoine Laumet, dit Lamothe-Cadillac, dans Pierre Margry, Déco (...)
  • 14 Voir infra, p. 67 et p. 166, n. 19.
  • 15 Voir infra, p. 71, n. 74 ; p. 80, n. 128 ; p. 81, n. 129.
  • 16 Celui de la rivière Escanaba, qui se jette dans la petite baie de Noc, dans le lac Michigan (Michi (...)

9Par certains traits, ces derniers évoquent les Natchez, qui occupaient les rives du Mississipi13, sinon les Aztèques, dont ils seraient les descendants, selon Mathieu Sagean14 ; par d’autres, ils font penser aux tribus de l’ouest du continent. Enfin, plusieurs de leurs caractéristiques sociales et religieuses appartiennent davantage à des peuples asiatiques qu’à des tribus américaines15 : les Acaaniba, qui cumulent des traits culturels et cultuels d’origines diverses et dont le nom évoque un toponyme16, sont une invention de Mathieu Sagean, qui renoue avec des légendes apparues avant la découverte de l’Amérique.

  • 17 Richebourg Gaillard McWilliams intitule d’ailleurs son article sur le royaume « découvert » par Sa (...)
  • 18 Furetière, 1690.
  • 19 Dictionnaire de l’Académie, 1694.

10Par l’obsession de l’or dont elle témoigne et par la présence des pierres précieuses qui embellissent les étranges sculptures acaanibaines, la relation de Sagean sacrifie au mythe d’El Dorado17, mais elle propose surtout une version du jardin d’Éden, à travers l’invention d’un site qui n’est pas sans évoquer le « Royaume de Cocaigne », ce « pays imaginaire où les habitans vivent fort heureux sans rien faire18 », et « où on fait grande chere19 ».

  • 20 Étrangement, seules les femmes paraissent belles.

11Un lieu isolé, coupé du monde à la fois par l’imprécision de l’espace géographique qui le circonscrit et par la soudaineté de sa découverte, évoquant davantage une apparition surnaturelle qu’une exploration concrète ; un climat idéal qui permet la maturation des fruits et des légumes, qu’il suffit de cueillir pour se restaurer ; un monde inversé, dans lequel les fauves sont pacifiques et où de singuliers animaux fournissent tout ce dont l’être humain a besoin pour se nourrir, s’habiller et fabriquer les menus objets de la vie quotidienne ; un peuple qui, par ses mœurs policées, par ses pratiques culturelles et ses monuments, est différent des Amérindiens connus ; une société aussi paisible que formidable sur le plan militaire, ce qui garantit sa sécurité ; des êtres humains heureux, qui échappent à la malédiction du travail et aux affres de la maladie, voire à la mort ; un espace dans lequel la sexualité, du moins celle des hommes20, s’épanouit sans honte ; enfin un âge d’or concrètement réalisé par la profusion du précieux métal, qui perd sa valeur économique pour servir à la fabrication des objets utiles : ainsi s’esquissent les contours d’un véritable paradis sur terre.

12Il s’agit bien d’un mythe. Non seulement parce que le lieu décrit par Sagean relève du désir, mais aussi parce que son invention est collective. Pour donner corps aux Acaaniba, Sagean amalgame des observations personnelles, des fragments de descriptions, des bribes d’informations et des bouts d’histoires et d’aventures entendus à droite et à gauche, des récits de fausses découvertes ouïs au cours de ses pérégrinations, peut-être même clos éléments de mythes amérindiens mal compris et déformés.

  • 21 Louis de Courcillon, abbé de Dangeau (1643-1723) : littérateur élu à l’Académie française en 1682 (...)
  • 22 Esprit Cabart de Villermont, qui avait suivi de près les expéditions de Radisson, était en relatio (...)
  • 23 Voir infra, p. 173, n. 12. En août 1596, Juan de Oñate (circa 1549 - circa 1624) quittait Mexico p (...)

13Dans une lettre à l’abbé de Dangeau21, Cabart de Villermont22 fait allusion à l’Histoire du Nouveau Monde, dans laquelle Jean de Laët évoque le voyage de Juan de Oñate près d’un « Lac Conibas23 ». Peut-être est-ce là une des sources de la relation de Mathieu Sagean. Celui-ci n’a pas lu le texte de Jean de Laët, ni, bien sûr, les documents sur lesquels se fonde Laët, mais, au cours de ses courses en forêt ou de ses aventures en mer, il a pu rencontrer des Espagnols qui lui ont fait croire à l’existence de lieux fabuleux dans l’ouest de l’Amérique du Nord. Sagean n’aurait fait que reprendre à son compte des récits d’aventuriers et de voyageurs.

  • 24 Voir infra, p. 65, n. 37.

14Aux récits d’Espagnols s’ajoutent peut-être ceux de Français. Même si Henri de Tonty doute que Sagean ait été présent au fort Saint-Louis et ait participé aux explorations de Cavelier de La Salle24, Sagean a pu rencontrer les hommes de ce dernier. Ceux-ci ont pu ajouter des péripéties romanesques à leurs aventures : Sagean s’en serait à l’occasion inspiré pour étoffer sa « relation ».

  • 25 Pierre-Charles Le Sueur : « Mathieu Sagean pourroit avoir lu Dans quelque relation ou entendu dire (...)

15On peut même élargir la perspective : dans son récit, Sagean fait allusion à des animaux qui ne sont pas sans ressemblance avec ceux de l’Amérique du Sud, qu’il ne paraît pas avoir visitée. Peut-être reprend-il alors à son compte des propos de ceux avec qui il a vécu certaines de ses aventures en mer. Le même processus peut expliquer l’élaboration de sa relation de voyage chez les Acaaniba25. Rien d’étonnant alors à ce que les Acaaniba se disent descendants des Aztèques ou que certains des animaux qui peuplent leur territoire appartiennent vraisemblablement à la faune de l’Amérique du Sud : les Acaaniba concrétisent, si l’on ose dire, les rêves des conquistadores et les mythes dont ont été porteuses les grandes civilisations détruites de l’Amérique.

16Après le rêve, l’horreur ; après le jardin d’Éden, l’enfer. Lorsque Sagean quitte le pays des Acaaniba, l’espace mythique se referme sur lui-même. Ses camarades et lui rentrent à Montréal peu après le massacre des colons de Lachine par des Iroquois, le 5 août 1689, puis connaissent des aventures tragiques : combats, naufrages, emprisonnements, carnages, trahisons, anthropophagie se suivent à une cadence accélérée dans la seconde partie de la relation. Des rives du Saint-Laurent aux comptoirs européens de Chine, en passant par les colonies anglaises d’Amérique, les îles du Cap-Vert, les côtes africaines, Madagascar, la mer Rouge, l’Inde, Sagean voit disparaître un à un ses compagnons, connaît la pauvreté, la faim, la solitude, la souffrance, et frôle parfois la mort au cours d’aventures qui ont le malheur pour seul horizon.

  • 26 Voir Description de la Louisiane Nouvellement decouverte au Sud’Oüest de la Nouvelle France (Paris (...)
  • 27 Voir Dernieres découvertes dans l’Amerique septentrionale de M. de La Salle, Paris, Jean Guignard, (...)
  • 28 Selon Marc Villiers du Terrage, c’est « la Relation de Sagean, dont La Hontan avait eu certainemen (...)

17Si fictives qu’elles soient, les aventures de Sagean s’inscrivent dans la trame exploratoire de l’ouest du continent américain par les Français, soucieux d’occuper des territoires riches en pelleteries, de contrôler les voies fluviales et de limiter l’expansion des colonies anglaises. Sagean greffe d’autant plus facilement son voyage au pays des Acaaniba sur les expéditions de Cavelier cle La Salle que celles-ci ont, par certains aspects, l’apparence d’un récit d’aventures. D’ailleurs, ceux qui les ont rapportées ont à l’occasion composé, sinon inventé, des épisodes qui n’ont rien à envier à un roman. Il suffit de lire les ouvrages de Louis Hennepin26 ou d’Henri de Tonty27, ou de suivre Lahontan à la « rivière Longue28 » pour s’en convaincre.

18Du reste, par souci de donner de la vraisemblance à son récit, Sagean parsème sa narration de détails qui authentifient son aventure. Les toponymes amérindiens « Mialy » ou « Colimy », par exemple, évoquent la langue des Miamis ; l’expédition de Sagean au pays des Acaaniba comprend des Mahingans et les mœurs des Acaaniba font parfois penser à celles d’autres Amérindiens. Mieux, l’histoire réelle n’est jamais absente du récit. Non seulement à cause du début de la relation qui fait allusion aux explorations de Cavelier de La Salle, mais aussi parce que les aventures de Sagean s’inscrivent dans la trame des opérations coloniales françaises et qu’elles ont pour toile de fond la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1689-1697). À Boston et à New York, où il est retenu après avoir été fait prisonnier par un « forban » anglais le long de la côte acadienne, Sagean est témoin des émeutes occasionnées par la chute de Jacques II.

19Après un séjour mouvementé dans les colonies anglaises et une mission diplomatique auprès des Iroquois pour sauver la vie à des prisonniers français, Sagean participe aux activités, quelque peu douteuses, des flibustiers et prend part à la guerre de courses que se livraient Français et Anglais. Il suit alors l’itinéraire habituel des pirates et des flibustiers : commandités par des marchands anglais de New York ou par les autorités coloniales des « îles », les forbans écumaient les côtes de l’Amérique du Nord et celles des Antilles avant de gagner l’Afrique et l’océan Indien, où les prises étaient plus intéressantes.

20À bord du navire de Léger, un corsaire français, il croise la route de Jean-Baptiste de Gennes, chargé de déloger les Anglais de leurs comptoirs de la côte occidentale de l’Afrique. Près de Madagascar, où les Français avaient tenté de s’établir, Sagean apprend des nouvelles de l’escadre du comte d’Aché de Serquigny, lui aussi en mission contre les Anglais.

21En revanche, une fois dans les eaux indiennes puis chinoises, Sagean perd presque tout contact avec les Français, dont les activités commerciales se heurtent à l’hostilité des Portugais, des Anglais et des populations indigènes, peu enclines à accepter la présence des Européens. Ce n’est pas par hasard que Sagean, après avoir participé à des opérations sur un vaisseau portugais, rentre en Europe sur un navire de la London East India Company : l’Angleterre, malgré de nombreuses difficultés, est en train de se tailler un empire commercial dans la région et d’imposer sa domination.

22On comprend que les autorités françaises aient pris au sérieux les aventures de Sagean : celles-ci s’inscrivent dans les opérations maritimes de la guerre de la Ligue d’Augsbourg et elles ne sont dénuées ni de vraisemblance ni d’intérêt, même si elles soulèvent de nombreux problèmes de chronologie.

  • 29 ANF, Marine 2 JJ 57, n° 12a. Le document porte la date de 1702, mais, selon Numa Broc, il serait d (...)
  • 30 ANF, Marine 2 JJ 57, n° 12b. Voir aussi ANF, Marine 2 JJ 57, n° 12c et n° 17x.
  • 31 Archives diplomatiques. Fonds divers, Amérique, vol. 1, f. 241-253.
  • 32 L’original se trouve à la bibliothèque Mazarine (ms 2006). Les Archives nationales de France en po (...)

23Mais peut-on prendre au sérieux la topographie du pays des Acaaniba ? Que penser de la rivière « Mialy » ou de l’itinéraire des caravanes du Canada vers l’Asie ? Que les autorités coloniales n’aient pas mis en doute les affirmations cle Sagean ne doit pas étonner. À la fin du xviie siècle, les géographes n’ont pas une idée exacte de la dimension du continent américain, ils ignorent le tracé de la côte ouest, ils ne sont pas sûrs que l’Amérique soit séparée de l’Asie et ils ne peuvent formuler que des hypothèses sur le réseau hydrographique à l’ouest des Grands Lacs. Dans ses « Conjectures sur l’Existence d’une mer dans la Partie occidentale de la Nouvelle France29 » et dans son analyse de « la Decouverte que l’on a faite dans ces derniers temps de la Riv. du Mississipi & du Grand pais de la louisiane30 », Claude de L’Isle se contente de suggérer l’existence d’une mer au nord de la « mer Vermeille » qui baigne la Californie espagnole. Sur la carte de l’Amérique qui accompagne ses « Conjectures sur l’existence d’une Mer dans la partie Occidentale du Canada et du Mississipi », Guillaume de L’Isle, le fils de Claude de L’Isle, signale même l’existence d’une « Riv. de l’ouest » dont la source se trouve à l’ouest du Mississipi et qui atteint l’océan à la hauteur de 41° environ31. Mais l’hypothèse d’une immense langue de terre, la « Bourbonnie », située au nord du Canada et réunissant l’Amérique et l’Asie, n’est pas écartée pour autant, comme en fait foi le « Mémoire Pour la decouverte de la mer de L’ouest dressé et présenté en Avril 1718. par Bobé prêtre de La Congrégation de la mission32 ». La géographie du pays des Acaaniba, toute fantaisiste qu’elle est à nos yeux, ne l’était pas à ceux des géographes et des administrateurs coloniaux de la fin du xviie siècle : les terme incognitae de l’Amérique n’avaient pas livré leurs secrets, loin s’en faut.

  • 33 Comme l’observe Samuel Engel, on tint ses aventures « comme fables des anciens, qui, sans être vra (...)

24Sagean ment, mais avec aplomb et en se fondant parfois sur des faits vrais, parfois sur des faits probables, du moins dans l’esprit de ses interlocuteurs33. En cela, Sagean est un redoutable mythomane. D’autant plus redoutable que le récit de ses aventures répond aux attentes du public. En effet, les aventures de flibusterie et de piraterie appartiennent à un genre qui s’élabore et dont l’Histoire des avanturiers qui se sont signalez dans les Indes (1686), d’Alexandre-Olivier Oexmelin, amorce la mode en France et dont Les Aventures de Monsieur Robert Chevalier, dit de Beauchêne, capitaine de flibustiers dans la Nouvelle France (1732), d’Alain-René Lesage, marque l’apogée. La relation de Sagean s’inscrit dans le genre du roman d’aventures maritimes qui naît alors, autant que dans la réalité coloniale de la fin du xviie siècle.

Le mythomane et le ministre

  • 34 Voir infra, p. 156, n. 447.

25Le 1er mars 1700, l’intendant de Brest, Hubert Champy, chevalier Desclouzeaux34, signale à Jérôme Phélypeaux, comte de Pontchartrain, à la tête du Département de la Marine depuis le 6 septembre 1699, l’existence

  • 35 Il s’agit d’une compagnie de la Marine dans laquelle Sagean se serait « trouv[é] par necessité eng (...)
  • 36 Chef-lieu de canton du Finistère, au nord-est de Brest.
  • 37 SHM, Brest, 1 F 478, p. 190-192. Fossecave, qui, selon Desclouzeaux, « a beaucoup Navigué et fait (...)

d’un Canadien, nommé Mathieu Sagean a present soldat dans la comp[agni]e De la vieuville35 Je l’ay fait interroger par le S[ieu]r de Fossecave qui avoit fait ci-devant la relation des deux autres Soldats canadiens que j’ay eu l’honneur d’envoyer a M[onsei]g[neur], le dit S[ieu]r de Fossecave a trouvé tant de confusion et tant de contradictions dans l’esprit et dans les parollcs dud [it] Sagean, qu’on ne peut guére s’assurer sur ce qu’il dit cependant ces Interrogations et reponses ont 25 ou 30 Rôles de minimes je les feray mettre incessamment au net et j’auray l’honneur de les envoyer a M[onsei]g[neur]. Je feray venir led[it] Canadien qui est prisonnier a Landerneau36 pour l’interroger de nouveau au sujet des mines d’or qu’il dit avoir veu à l’endroit ou il pretend qu’elles sont37.

26L’homme, prisonnier à Landerneau pour une raison inconnue, a peut-être attiré l’attention des autorités par son récit sur l’existence d’une fabuleuse contrée aurifère, le pays des Acaaniba, afin d’être remis en liberté.

  • 38 ANF, Marine B2 146, f. 326.

27Tout confus que semble le récit, il ne laisse pas d’intéresser, et la réponse de Versailles ne tarde pas : le 10 mars, Pontchartrain prévient l’intendant de Brest qu’il attend le mémoire que celui-ci doit « faire des voyages du nommé Mathieu Sagean Soldat Canadien » et il ajoute : « Je vous recommande encore d’entrer sur cela dans le plus grand détail que vous pourrez, mais de bien circonstanciel’ les faits afin qu’on puisse demesler le vray d’avec le faux38. » Même s’il doute de la véracité des propos de Sagean, le ministre veut en savoir davantage sur l’homme et sur ses prétendues découvertes.

  • 39 SHM, Brest, 1 E 478, p. 233-234.

28Le 15 mars, en même temps qu’il annonce à Pontchartrain qu’il « n’est pas encore possible d’envoyer par l’ordinaire d’aujourd’huy le memoire [qu’il a] fait faire avec le Nommé Mathieu Sagean », Desclouzeaux signale que Fossecave « qui a travaillé a ce memoire S’applique a le circonstanciel39 ». Sans doute ce dernier continue-t-il à interroger Sagean afin de préciser certains points de sa déclaration et de cerner la vérité.

  • 40 SHM, Brest, 1 E 478, p. 248. Sans doute s’agit-il de la « Relation des Avantures de Mathieu Sagean (...)
  • 41 SHM, Brest, 1 E 478, p. 248-249.
  • 42 SHM, Brest, 1 E 478, p. 297.

29Le 19, Desclouzeaux envoie le mémoire et « quelques questions qui luy ont été faites suivant les ordres de M[onsei]-g[ncu]r Sur les endroits ou II a dit avoir veu une abondance d’or considerable40 ». En même temps, il prévient Pontchartrain qu’il « donne icy de quoy subsister aud[it] Sagean en attendant qu’il plaise a M[onsei]g[neu]r d’ordonner de sa destinée » et ajoute qu’il se tient prêt à lui envoyer Sagean « S’il le trouve a propos41 ». Sagean a donc été amené à Brest, où Desclouzeaux le tient à la disposition du ministre. Le 5 avril, Desclouzeaux, qui attend les ordres de Versailles au sujet de Sagean, rappelle discrètement à Pontchartrain qu’il « luy fait donner dequoy Vivre et S’entretenir42 ».

  • 43 ANF, Marine B2 147, f. 11.
  • 44 Voir la lettre de Desclouzeaux à Pontchartrain, datée du 12 avril 1700 (SHM, Brest, 1 E 478, p. 31 (...)
  • 45 Voir ANF, Marine B2 147, f. 11, et infra, p. 161-167. Les questions de Pontchartrain et les répons (...)

30La réponse de Pontchartrain, datée du 7 avril, montre qu’il prend au sérieux le mémoire en provenance de Brest, dont il accuse réception. Il estime alors important d’aller reconnaître le pays dont parle Sagean et il demande à l’intendant de Brest de « luy donner de quoy subsister en attendant qu’il soit temps de le faire passer dans le port ou se fera le pr[ochai]n armement pour le mississipy43 ». De plus, le ministre formule huit questions, que Desclouzeaux fait poser à Sagean à partir du 13 avril44 : ce sont ces questions, et les réponses de Sagean, que l’on trouve à la fin du mémoire de quatre-vingt-huit pages45.

  • 46 BNF, mss FF, vol. 22809, f. 179.
  • 47 Voir infra, p. 159, n. 13.
  • 48 « Je suis surpris, écrit le ministre, que vous ne m’ayez point envoyé celuy qui a esté a la Martin (...)

31Sans doute l’affaire s’ébruite-t-elle car, le 28 avril, Beaujeu, alors commandant de la Marine au Havre, écrit à Cabart de Villermont pour se plaindre de ce que ses « correspondans de Brest » ne lui ont rien « mendez la decouverte de ce pais tout d’or », auquel Villermont faisait allusion dans une lettre précédente, et qui est sans doute le pays des Acaaniba de Sagean46. De fait, Versailles prend le récit de Sagean au sérieux et, le 28 avril 1700, Pontchartrain tance le marquis d’Amblimont, alors gouverneur de la Martinique47, car celui-ci n’a pas prévenu la cour de la déposition d’un « Canadien » que le ministre croit être l’un des compagnons de Sagean et qui lui aurait raconté, quelque deux ans et demi auparavant, une histoire assez semblable à celle de Sagean48.

  • 49 Missive du 4 juin 1700 à Pontchartrain (SHM, Brest, 1 E 479, p. 7-8).
  • 50 Missive du 2 août 1700 à Pontchartrain (SHM, Brest, 1 E 479, p. 123).
  • 51 SHM, Brest, 1 E 479, p. 151.
  • 52 ANF, Marine B2 148, f. 298. Pierre Lemoyne d’Iberville (1661-1706) a fait carrière dans la marine  (...)

32Au début du mois de juin, Desclouzeaux, qui craint que Sagean lui fausse compagnie, le fait « mettre au Cha[te]au [...] ou il demeurera en attendant les ordres [de Pontchartrain] pour l’Envoyer ou II Luy sera a propos49 ». Mais les ordres se font attendre et, deux mois plus tard, l’intendant rappelle au ministre que Sagean « est tousjours au Château en attendant les ordres de Monseigneur50 ». Le 16 août, il lui signale même que Sagean « s’Ennuy fort au Chateau51 ». Le 25 août, Pontchartrain ordonne à Desclouzeaux de se préparer à faire passer Sagean à La Rochelle pour qu’il soit interrogé par Pierre Lemoyne d’Iberville, « qui doit arriver incessamment du Mississipy », afin que celui-ci indique « si on doit faire quelque fonds sur le raport de cet homme52 ».

  • 53 Desclouzeaux est alors en tournée d’inspection (voir SHM, Brest, 1 E 479, début du volume).
  • 54 ANF, Marine B2 148, f. 525 ; SHM, Brest, 1 E 479, p. 272. Michel Bégon (1637-1710), qu’il ne faut (...)
  • 55 ANF, Marine B2 148, f. 518.

33C’est à Rochefort que Sagean est finalement envoyé : le 22 septembre, Pontchartrain ordonne au suppléant de Desclouzeaux à Brest53 de faire passer Sagean à Rochefort et de le remettre à Michel Bégon, en ayant « soin qu’il ne s’evade54 ». Le même jour, il envoie ses instructions à d’Iberville pour qu’il découvre en « interrogeant » Sagean « et en raisonnant avec luy [...] s’il y a quelque verité » dans le récit qu’il a fait et qui lui est remis. Prudent, le ministre précise que Sagean doit être gardé « dans un lieu de seureté » et il demande à d’Iberville de tirer de Sagean « tous les eclaircissemens necessaires pour pouvoir mettre d’autres gens en etat de faire le voiage qu’il dit qu’il a fait » et de lui envoyer « un memoire exact » sur la question avec « les declarations » de Sagean55.

  • 56 Voir la lettre cle Pontchartrain à d’Iberville, datée du 3 novembre 1700 (ANF, Marine B2 149, f. 1 (...)
  • 57 Ni les minutes des lettres cle l’intendant Bégon pour les années 1700-1702 (SHM, Rochefort, 1 E 33 (...)
  • 58 ANF, Marine B2 149, f. 152 et 155. Pour sa part, le frère Léonard de Sainte-Catherine de Sienne ob (...)

34Lemoyne d’Iberville a dû interroger Sagean, mais les deux lettres dans lesquelles il fait rapport au ministre, datées des 16 et 23 octobre56, sont malheureusement perdues57. À la lecture des instructions de Pontchartrain à Bégon et à Lemoyne d’Iberville, datées du 3 novembre 1700, on devine que d’Iberville a mis en doute le récit de Sagean. En effet, Pontchartrain insiste alors pour qu’on fasse la lumière sur l’identité réelle de l’homme et sur « ce qu’il y a de vray dans ce qu’il raporte des Voyages qu’il a fait ». Il exige même qu’on le fasse « resserrer davantage » afin de « l’obliger a declarer son Veritable nom et la Verité des Voyages qu’il pretend auoir fait58 ».

  • 59 ANF, Marine B2 149, f. 189. Sauvole, ou Sauvolle, un enseigne de vaisseau, commandait au fort Maur (...)
  • 60 Richebourg Gaillard McWilliams, qui semble faire fi des doutes de Pontchartrain, produit les raiso (...)

35Cela ne signifie pas que Lemoyne d’Iberville et le ministre sont absolument convaincus de l’imposture de Sagean. Dans sa lettre à Bégon, du 10 novembre 1700, Pontchartrain lui annonce qu’il « faudra le [Sagean] faire passer au missipy [sic] comme Mr. d’Iberville le propose », tout en observant qu’il « seroit bien a desirer qu’on put tirer de luy auparavant la Verité de ce qu’il a dit dans la déclaration qu’il a fait devant mr. Desclouzeaux » et qu’il faut « informer mr. de Sauvolle de ce que cet homme pretend avoir fait afin qu’il l’examine de son costé, en attendant » qu’il soit envoyé en Louisiane59. A lire les dépêches ministérielles, on a le sentiment qu’on ne prend plus Sagean au sérieux, mais qu’on craint en même temps de perdre l’occasion d’effectuer une découverte importante60.

  • 61 ANF, Marine B2 149,1. 218.
  • 62 BNF, mss FF, vol. 22810,1. 258, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 73. Marc-Vincent Coronelli (circa 1650- (...)
  • 63 BNF, mss FF, vol. 22810, f. 258, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 73.
  • 64 ANF, Marine B2 149, f. 282-283.

36Le 17 novembre, Pontchartrain rappelle à Bégon qu’il doit faire passer Sagean « au mississipy par le premier vaisseau » en partance, afin que d’Iberville l’y rejoigne pour « tenter la decouverte de cet homme s’il persiste a dire toujours la mesme chose61 ». Sans doute est-ce l’opiniâtreté de Sagean dans ses déclarations qui a poussé les autorités coloniales à amener l’homme en Louisiane, afin d’entreprendre une expédition à laquelle on ne croit pas trop, mais qu’on n’ose pas non plus rejeter. Le 7 juillet 1701, Bégon n’explique-t-il pas à Cabart de Villermont qu’il a « recolé le nomme Mathieu Sagean avec la relation qu’il avoit dictée a Brest [...] ayant devant [les] yeux le Globe du P. Coronelli » pour constater qu’il « ne varia que sur quelques articles de peu de consequence qu’il dit n’avoir pas esté écrits comme il les avoit dictes62 » ? Bégon estime peu probable la découverte du pays des Acaaniba, mais ajoute qu’il « y a bien de l’aparence [qu’]on pourra faire quelque autre découverte estant certain que tout le pays qui est dans les terres scituées à l’ouest de Mississipi jusqu’à la Californie est tres peu connu entre le 33e et le 42e degré de latitude septentrionale63 ». Le 24 novembre, Pontchartrain prévient Sauvole que Sagean passera en Louisiane en avril de l’année suivante64.

  • 65 BNF, mss FF, vol. 22810, f. 39. Denys de La Ronde (1675-1741), né à Québec, commença sa carrière c (...)

37Le 8 février 1701, Bégon annonce à Cabart de Villermont le départ de l’Enflammé, sous le commandement de La Ronde, un garde de la Marine d’origine canadienne65. A bord du navire se trouve Mathieu Sagean, en passe d’obtenir ce qu’il veut : retourner en Amérique.

  • 66 L’arrivée de l’Enflammé à l’île au Vaisseau, près du fort de Biloxi, le 27 mai 1701, est signalée (...)
  • 67 Les « engagés » étaient des Français qui se liaient par contrat, d’une durée de trois ans, afin de (...)
  • 68 Voir infra, p. 25, n. 72.
  • 69 ANF, Colonies C13A 1, p. 320-321. Jugement confirmé par Jean-Baptiste Bénard de La Harpe qui écriv (...)

38À partir de son arrivée en Louisiane, le 27 mai 170166, les choses se gâtent pour Sagean : « nombre de gens » au fort de Biloxi « le connoissent pour avoir eté engagé en canada67 », personne ne lui reconnaît le nouveau patronyme de Duplessis qu’il se donne68, enfin lui-même est incapable de « nomer un des dix françois qui etoient avec Luy ». Mais Sagean « ne demord pourtant point De sa nation de Caniba » et prétend y retourner « par le missoury69 ».

  • 70 BNF, mss FF, vol. 22811, f. 24, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 112.
  • 71 Lettre de Bégon à Cabart de Villermont, du 15 avril 1702 (BNF, mss FF, vol. 22811, f. 85, et AHSA, (...)

39Promesse vaine. Sagean ne parvient pas à persuader qui que ce soit et, comme l’écrit Bégon à Cabart de Villermont, le 31 janvier 1702, « il n’y a personne en ce pays la qui donne dans son sens70 ». Si bien que l’aventure de Sagean se termine sans gloire : « [...] les Officiers qui sont revenus sur L’Enflammé disent qu’on a reconnu pendant la traversée et apres l’arrivée au fort de Biloxi que Mathieu Sagean est un Imposteur qui a composé une fable pour s’attirer quelque considération71. »

Biographie d’un imposteur

  • 72 « A l’egard de mathieu Sajan que vous m’ordonnez de garder en Ce fort », écrit Sauvole à Pontchart (...)
  • 73 Le Sueur, qui dénonça les mensonges de Sagean, affirma l’avoir connu « en Canada sous le nom de Me (...)
  • 74 Patronyme donné à Sagean par Richebourg Gaillard McWilliams, sans doute à partir de celui de « Mes (...)
  • 75 Lettres de Pontchartrain du 3 novembre 1700 à d’Iberville et à Bégon (ANF, Marine B2 149, f. 152 e (...)

40Sans doute est-il naïf de croire ce que Sagean raconte au sujet de ses origines, au début de sa déposition. Le nom qu’il se donne, qu’il change du reste pour celui de « Duplessis » en arrivant en Louisiane72, est faux, tout comme celui de « Mesremande73 » ou « Mermande74 » : à la suite du rapport de Lemoyne d’Iberville, Pontchartrain demande à ce dernier, ainsi qu’à Bégon, d’essayer de « scavoir absolument qui il est » et de « l’obliger a declarer son Veritable nom75 ».

  • 76 ANF, Colonies D2c, vol. 47, n. f° ; Régis Roy et Gérard Malchelosse, Le Régiment de Carignan, p. 9 (...)
  • 77 Hubert Charbonneau et Jacques Légaré, Répertoire des actes de baptême, mariage, sépulture et des r (...)

41À défaut du patronyme « Sagean », on trouve le nom de « Marmande » dans le « Rolle des Soldats du Regiment de Carignan-Salieres qui se sont faits habitans de Canada en 166876 ». L’homme appartenait à la compagnie Froment, du nom de son capitaine. S’agit-il d’un sobriquet ou du nom du soldat ? Il est difficile de répondre à la question. Les sobriquets étaient fréquents parmi les soldats du régiment, mais un Marmande est témoin au baptême de Marguerite Parenteau, née le 23 mai 1675 et baptisée à Saint-Pierre de Sorel77. Marmande ne paraît avoir détenu aucun grade dans le régiment au moment de son arrivée au Canada (18-19 juin 1665), mais cela n’exclut pas qu’il gagnât celui de sergent plus tard.

  • 78 ANC, MG1, série Gl, vol. 460, n. p.
  • 79 Vol. 6, « Recensements nominatifs et documents divers, xviie siècle ».
  • 80 ANC, MG 8 C 4, bobines C 13983 et C 13984.
  • 81 ANC, MG 8 C 1, bobine 13983 (transcription des actes de Lambert Closse et de Bénigne Basset, de 16 (...)
  • 82 ANC, MG 8 A 23, vol. 1 (transcription).
  • 83 ANC, MG 8 A 23, vol. 4 à 24 (transcription) ; ANC, MG 8 A 23, bobine C 13983 (transcription des ac (...)
  • 84 ANC, MG 8 A 23, vol. 26 (transcription).
  • 85 ANC, MG 8 A 23, vol. 26 (transcription).
  • 86 86. ANC, MG 8 A 23, vol. 73 (transcription).
  • 87 87. ANC, MG 8 A 23, vol. 83 (transcription).
  • 88 88. ANC, MG 8 C 5, bobines C 13984 et C 13985, vol. 1, p. 29-300 (transcription d'actes qui ont eu (...)
  • 89 Faute d'avoir pu consulter les originaux conservés à Montréal, nous avons dû nous contenter de la (...)
  • 90 Rapport de l'archiviste de la province de Québec, pour 1921-1922, Québec, Ls.-A. Proulx, 1922, p. (...)
  • 91 É.-Z. Massicotte, Répertoire des engagements pour l’ouest conservés dans les archives judiciaires (...)

42Ce sont les seules traces que nous avons repérées de l’existence du père de Mathieu Sagean, si tant est que ce Marmande soit son père : ni les recensements de 1666, de 1667 et de 168 1 78, ni le Répertoire des actes de baptême, mariage, sépulture et des recencements du Québec ancien79, ni l’inventaire des contrats de mariage des habitants de la région de Montréal entre 1650 et 183980, ni les greffes des notaires qui ont pratiqué dans la région de Montréal81, soit Antoine Adhémar, en 166882, Bénigne Basset, de 1657 à 1677, puis de 1678 à 169983, Hilaire Bourgine, de 1685 à 169084, Pierre Cabazié, de 1673 à 169385, Claude Maugue, de 1677 à 169686, et Jean-Baptiste Pottier, de 1686 à 170387, ni le greffe des juridictions royales et seigneuries de Montréal, qui inclut les « archives judiciaires du district de Montréal88 », ni les archives du Séminaire de Saint-Sulpice de Montréal89, ni la liste des « Congés et permis déposés ou enregistrés à Montréal sous le régime français » dressée par Édouard-Zotique Massicotte90, ni, enfin, le Répertoire des engagements pour l’Ouest conservés dans les archives judiciaires de Montréal, d’É.-Z. Massicotte91, ne signalent d’actes relatifs à un Sagean, à un Mesremande, à un Marmande ou à un Mermande.

  • 92 Lake St. Louis, p. 104-106.
  • 93 Registre paroissial, vol. 1, f. XLV-XLVII.
  • 94 « Les victimes du massacre de Lachine », dans le Bulletin des recherches historiques, janvier 1900 (...)

43On trouve le patronyme « St Jean » dans la compagnie Froment. Il n’est pas impossible que Sajean soit une déformation de Saint-Jean. Mais Désiré Girouard, qui a recensé les colons établis à Lachine entre 1661 et 1698, ne relève aucun Sagean, Mesremande, Marmande, Mermande ou Saint-Jean92. Du reste, ni l’extrait du registre de la paroisse des Saints-Anges de Lachine dans lequel sont consignés les noms des victimes du massacre perpétré par les Iroquois en août 1689, au cours duquel les parents de Sagean ainsi que ses frère et sœur auraient été tués93, ni la recension faite par Désiré Girouard94 ne mentionnent un des patronymes que se donne Sagean ou qu’on lui prête.

  • 95 Voir infra, p. 57.

44Mathieu Sagean, un « créol de Canada [...] âgé de 38. à 40. ans95 » en 1700, serait né entre 1660 et 1662. Or, le régiment de Carignan-Salières n’arriva au Canada qu’après cette date. Si l’on retient l’hypothèse que son père faisait partie de la compagnie Froment, celle-ci n’arriva au Canada qu’en juin 1665 :en 1700, au moment de sa déposition à Brest, Sagean aurait tout au plus trente-cinq ans et ses aventures auraient débuté alors qu’il n’avait que quinze ans.

  • 96 Séraphin Marion orthographie le patronyme différemment : La Rente (voir Relations des voyageurs fr (...)
  • 97 Voir infra, p. 57, n. 2.
  • 98 Sagean est vraisemblablement né en France, peut-être dans la région bordelaise, comme le suggèrent (...)

45Même le nom de la mère de Sagean fait problème : d’abord appelée Marie Larrante96 et originaire de La Rochelle, elle prend le nom de Marie Rende et elle serait née à Marans, selon une note ajoutée en marge de la déposition97. Nous n’avons trouvé aucune trace des deux patronymes dans les documents consultés. A l’évidence, Sagean s’est inventé une famille honorable, sans doute pour cacher sa véritable origine et les raisons de son séjour en Nouvelle-France98.

46La vie de Sagean ne nous est pas davantage connue. Nous ne savons rien de son enfance ou de sa jeunesse ; sa vie d’adulte, telle qu’il la raconte, est sujette à caution ; la fin de sa vie demeure un mystère.

  • 99 Voir Anonyme, « Matthiew Sagean and lus Adventures », The Historical Magazine, vol. 10, n° 3, mars (...)
  • 100 Le plan, dressé vraisemblablement par Chevillot (BNF, Cartes et plans, Pf. 138, 10, 1), est reprod (...)
  • 101 ANF, Colonies Cl 1E 16, f° 103 ; Journal d’un voyage fait par ordre du Roi dans l’Amérique septent (...)

47Selon un auteur anonyme, Sagean meurt peu après le 4 août 1701, au cours d’une épidémie qui frappe Biloxi99. Mais, si l’on se fie au plan du « Fort Louis de la Mobile », qui date de 1711, un « mathieu Sajan » possède un lot le long de la rue de Bienville100. En outre, le 23 juillet 1722, lors de son retour d’Amérique, Charlevoix tente en vain de rencontrer Sagean à La Havane101.

  • 102 La série C13A des archives coloniales conservées aux Archives nationales à Paris (correspondance e (...)

48L’homme, alors âgé de quelque soixante ans, aurait donc quitté la colonie française pour Cuba entre 1711 et 1722. Quelles furent ses aventures après son retour en Louisiane, en 1701, jusqu’à son départ de la colonie et la suite de sa vie à Cuba ? Personne ne le sait102. De la même façon, nous ignorons tout de sa mort.

49De Sagean, ne demeure que le récit douteux d’aventures américaines, africaines et asiatiques.

Une chronologie incertaine

50Les points de repère chronologiques produits par Sagean dans sa relation suscitent de sérieuses difficultés.

  • 103 Infra, p. 58.

51Selon sa déposition, il accompagne Cavelier de La Salle au cours de son expédition, à l’automne 1678, alors que celui-ci quitte Montréal pour se rendre à Cataracoui (Kingston), où il arrive le 16 décembre. Mais Sagean affirme que La Salle et ses hommes s’arrêtent à Cataracoui « pendant trois mois [pour] jetter les premiers fondemens d’un fort103 », alors qu’en réalité La Salle ne fait que passer au fort Frontenac et poursuit sa route vers la rivière Niagara, où il arrive le 26 décembre, avant de faire construire le Griffon en amont des chutes.

  • 104 Voir infra, p. 59.

52Selon Sagean, après le lancement du Griffon, qui a lieu le 7 août 1679, La Salle met un mois et demi pour atteindre Michillimakinac104. Or, La Salle arrive au poste le 27 août, soit vingt jours après son départ de Niagara. Ici, comme dans le cas précédent, Sagean, qui rapporte des événements qui ont eu lieu quelque vingt ans plus tôt, a pu confondre les dates et se tromper sur les événements.

  • 105 Voir infra, p. 59-6

53Mais il y a plus grave. Sagean mêle deux expéditions de La Salle. Selon Sagean, après son passage à Michillimakinac, La Salle passe l’hiver à la baie des Puants (Green Bay), où il demeure « pendant sept mois » avant de retourner à Michillimakinac et d’entreprendre « son voyage pour la découverte » du Mississipi105. Sagean semble ignorer que l’exploration du Mississipi n’eut lieu que plus tard. En effet, le 19 septembre 1679, La Salle quitte la baie des Puants et gagne l’embouchure de la rivière Saint-Joseph (1er novembre), puis se rend à la rivière des Illinois et au village illinois de Pimitéoui (5 janvier 1680), où il fait ériger le fort Crèvecœur, avant de revenir à Niagara (21 avril 1680) et de rentrer à Montréal. Il retourne à Cataracoui au cours de l’été, se rend à Michillimakinac en septembre, puis à la rivière Saint-Joseph et au village de Pimitéoui. Il descend alors la rivière des Illinois jusqu’au Mississipi, qu’il baptise fleuve Colbert, puis rentre à Montréal au cours de l’été 1681. Ce n’est qu’en décembre 1681 que La Salle, qui est retourné à l’embouchure de la rivière Saint-Joseph, entreprend de remonter la rivière pour rejoindre la rivière des Illinois, puis le Mississipi, afin d’en suivre le cours jusqu’aux bouches du fleuve, qu’il atteint le 6 avril 1682.

54Que Sagean n’ait pas participé à la découverte des bouches du Mississipi, cela ne fait aucun doute. Mais le fait importe peu car l’aventure acaanibaine de Sagean ne commence vraiment que-peu après l’érection du fort Saint-Louis sur les rives de la rivière des Illinois (décembre 1682 - mai 1683) et le départ de La Salle du poste, en août 1683.

  • 106 Voir infra, p. 66. Sur l’improbable séjour de Sagean au fort Saint-Louis, voir infra, p. 65, n. 37
  • 107 En réponse aux questions de Pontchartrain, Sagean indique qu’il a mis « deux mois, ou environ » po (...)
  • 108 Infra, p. 7
  • 109 Voir infra, p. 83-85. Dans l’interrogatoire qui suit sa déposition, Sagean indique toutefois qu’il (...)
  • 110 Voir infra, p. 85-86.
  • 111 Voir infra, p. 87.

55Selon Sagean, peu après le départ de La Salle, il quitte à son tour le fort Saint-Louis106, dans l’espoir de faire des découvertes. A défaut d’indications sur la durée de la navigation pour atteindre le pays des Acaaniba107, Sagean précise la durée de son séjour chez ceux-ci : « cinq mois, ou environ108 ». Le retour du pays des Acaaniba est plus précis : Sagean et ses camarades naviguent cinq jours sur la rivière « Mialy », accompagnés d’Acaaniba, puis douze jours seuls, avant d’effectuer un portage de 15 à 20 lieues pour gagner la rivière « Colimy », sur laquelle ils naviguent vingt-deux jours, avant d’atteindre le lac Michigan109. Sagean se rend ensuite à Michillimakinac, où il rencontre Daniel Greysolon Dulhut et Olivier Morel de La Durantaye, qui sont porteurs d’une amnistie à l’endroit des déserteurs de la colonie110, puis il part pour Montréal, où il arrive quinze jours après le massacre de Lachine, soit le 20 août 1689. Entre le départ du fort Saint-Louis, en août ou en septembre 1683, et le retour de Sagean à Montréal, en août 1689111, six années se sont écoulées. Inutile de chercher des allusions à ces six années dans la relation de Sagean : la durée de son séjour au pays des Acaaniba se concilie difficilement avec les repères chronologiques qu’il a produits.

  • 112 Voir infra, p. 8

56Si, comme Sagean l’affirme, il rentre à Montréal « six ans et demy » après en être parti112, il aurait quitté la ville en février 1683, après l’expédition de La Salle aux bouches du Mississipi. A l’évidence, Sagean n’a pas participé à l’exploration du fleuve avec La Salle et toute la première partie de son récit est inventée, sans doute pour camoufler des courses dans les bois et le trafic illégal de fourrures. Sagean ne rentre-t-il pas dans la colonie précisément au moment où il peut profiter d’une amnistie ?

57Les dates avancées correspondent cependant à un possible passage de Sagean au fort Saint-Louis : s’il a bel et bien quitté Montréal en février 1683, il a pu être au fort Saint-Louis, ou du moins passer près du fort, au moment où La Salle quittait le poste pour rentrer à Montréal. Peut-être Sagean a-t-il croisé la route de La Salle et appris des hommes qui l’accompagnaient certains détails de l’exploration du Mississipi, à partir desquels il a forgé son récit.

  • 113 Voir infra, p. 89.
  • 114 Voir infra, p. 91.

58Sagean poursuit sa relation en affirmant qu’il entreprit de se rendre en Acadie en canot en « juin » 1689113. Pris par un forban, il est retenu à bord du vaisseau ennemi six à sept mois114, puis abandonné sur les rives de la baie de Saco. Ce dernier événement aurait lieu en janvier 1690.

  • 115 Voir infra, p. 92.

59Sagean met alors vingt-deux jours pour gagner Boston en suivant la côte115 et se présenter à Edmund Andros, le gouverneur de la colonie anglaise. Or, celui-ci est en prison depuis le mois d’avril de l’année précédente. Mais il n’est pas impossible que Sagean ait vu l’ancien gouverneur de Boston en prison : si l’on se fie à la chronologie du récit, Sagean arrive à Boston à la fin de janvier ou au début de février 1690 ; Andros n’est envoyé à Londres pour y être jugé que le 1er février. Toutefois, il est plus probable que Sagean a connu Edmund Andros dans d’autres circonstances, par exemple au cours de séjours en Nouvelle-Angleterre pour y écouler illégalement des peaux de fourrures.

  • 116 Voir infra, p. 93.
  • 117 Voir infra, p. 94.

60Sagean reste à Boston cinq semaines « ou environ116 », puis part pour New York, où il retrouve le forban qui l’avait abandonné dans la baie de Saco « deux mois et demy, ou environ » plus tôt117, ce qui situe son arrivée à New York en mars ou en avril 1690. La date fait problème.

  • 118 Voir infra, p. 107.

61En effet, peu après la rencontre fortuite du forban, Sagean est envoyé à Albany en ambassade auprès des Iroquois et, à son retour à New York, il apprend qu’un nouveau gouverneur est arrivé pour relever Jacob Leisler118. Henry Sloughter, le nouveau gouverneur, n’arrive à New York que le 19 mars 1691. Une année s’est donc écoulée entre le départ de Sagean de New York et son retour dans la ville après son ambassade à Albany.

62Les faits racontés sont d’autant plus sujets à caution que Sagean soutient qu’après la mort de Sloughter, survenue en juillet 1691, il a vu arriver Pierre d’Aux de Joliet dans la prison où il était lui-même retenu. Mais Pierre d’Aux ne fut amené à New York qu’en juin 1690 : Sagean confond les années, sinon les faits.

  • 119 Voir infra, p. 113-116.

63Cinq mois après le début de sa détention, c’est-à-dire en novembre 1691, Sagean s’évade et se rend à Philadelphie, puis à New Castle, où il passe l’hiver119.

  • 120 Voir infra, p. 116-117.
  • 121 Voir infra, p. 118.

64Au printemps suivant (1692), il prend la mer, mais, après trente-deux jours de navigation vers l’Acadie, il est fait prisonnier par un flibustier qui l’oblige à aller en course avec lui pendant seize mois120, jusqu’à ce que le navire s’échoue près du cap Blanc : en avril (1693), selon Sagean121, en juillet ou en août, si l’on se fie aux seize mois de navigation avec le flibustier et aux trente-deux jours de navigation de Sagean le long de la côte est.

  • 122 Voir infra, p. 120-121.
  • 123 Sagean reste environ trois mois sur l’archipel : voir infra, p. 121-123.
  • 124 Voir infra, p. 123, n. 305.

65Les naufragés mettent seize jours avant d’aborder à l’île de Sal, au Cap-Vert122. Sagean visite les autres îles de l’archipel123, puis il monte à bord du navire que commande Jacques Léger. Si l’on se fie à la chronologie de la relation, l’événement a lieu à la fin de juillet ou au début d’août 1693. Or, Jacques Léger ne quitte les Antilles pour l’Afrique qu’en novembre 1694124. Le récit escamote une année.

  • 125 Voir infra, p. 126, n. 316.

66Une autre année disparaît quelques pages plus bas. Au cours de son voyage le long des côtes africaines, Léger croise la route de Jean-Baptiste de Gennes. La rencontre du corsaire antillais et de l’officier français a lieu le 14 août 1695125.

  • 126 Voir infra, p. 131.
  • 127 Voir infra, p. 131-135.

67À partir de cet événement, la chronologie de la relation de Sagean comporte des trous importants. Pris par un « Créol des isles antilles angloises126 », Sagean séjourne à Madagascar pendant quinze jours, puis, en compagnie du pirate, gagne la mer Rouge, qu’il parcourt durant trois semaines, rôde pendant deux mois et demi dans le golfe Arabo-Persique et le golfe d’Oman127, enfin parvient à s’échapper près d’Ankola, sur la côte indienne. Tous ces événements, à supposer qu’ils soient vrais et que la chronologie de Sagean soit exacte, impliquent que ce dernier fausse compagnie au pirate antillais à la fin de 1695.

  • 128 Voir infra, p. 139.

68Sagean entreprend alors un voyage à l’intérieur des terres et il décrit un arc de cercle qui le mène à Sonda, à Davangere, à Shimoga, à Bednur, où il reste quatre mois128, et de là, à la mer. Les données avancées par Sagean permettent de penser qu’il rejoint la côte en mai 1696.

  • 129 Voir infra, p. 140.
  • 130 Voir infra, p. 141-142.
  • 131 Voir infra, p. 142-143.
  • 132 Voir infra, p. 143.

69Un mois et demi lui est nécessaire pour se rendre à Surat, dans le golfe de Cambay129. Sur place, il s’engage sur le Conception, un vaisseau portugais. Deux mois et demi après le départ de Surat, le navire, qu’accompagne un autre bâtiment portugais, le Saint-Bonaventure, prend en chasse un vaisseau anglais130. Un combat a lieu, mais le navire ennemi réussit à s’échapper. Les Portugais cherchent en vain les Anglais pendant trois semaines, puis les deux vaisseaux portugais se séparent131. Deux mois et demi plus tard, le Conception retrouve le Saint-Bonaventure et rejoint Goa cinq ou six jours après132. C’est dire que sept mois et demi se sont écoulés depuis le départ de Surat et que le vaisseau atterrit à Goa à la fin de l’année 1696 ou au début de 1697.

  • 133 Voir infra, p. 144-145.
  • 134 Voir infra, p. 144, n. 401.

70Huit jours après son arrivée à Goa, Sagean quitte la ville pour Surat, où il arrive peu avant la monde M. Martin, l’administrateur de la Compagnie française des Indes133. Or, M. Martin meurt en juin 1698134. Encore ici, le récit de Sagean fait un saut d’une année.

  • 135 Pontchartrain le remarque d’ailleurs : « toutes les circonstances de ce Voyage [vers la Chine] mar (...)
  • 136 Voir infra, p. 145.
  • 137 Voir infra, p. 145.
  • 138 Sagean avance erronément la date du 22 août (voir infra, p. 148).
  • 139 Voir infra, p. 152.
  • 140 Voir infra, p. 154.

71À partir de ce moment, la chronologie de la relation est plus suivie et davantage cohérente135. Sagean reste à Surat une quinzaine de jours136, puis il monte sur le Josias, qui met à la voile pour la Chine le 14mai 1698137. Près de Taiwan, ou Formose, le navire s’échoue et, le 18 août 1698, le père Avril se noie138. Sagean demeure à Taiwan, avant de reprendre la mer, le 16 octobre, pour se rendre à Amoy, où il arrive huit jours plus tard139. Il séjourne, semble-t-il, à Amoy jusqu’à ce qu’il s’embarque sur le Nassau, un bâtiment anglais qui met à la voile pour l’Europe le 14 février 1699140.

  • 141 Voir infra, p. 155.
  • 142 Voir infra, p. 156.
  • 143 Voir infra, p. 156.

72Le navire arrive à Londres le 17 août 1699141. Sagean reste à Londres deux mois142, puis rentre en France en gagnant le port de Perros-Guirec, à quelque 50 kilomètres de Brest, où il se rend ensuite143. C’est dire que Sagean arrive à Brest peu après la mi-octobre 1699. Quelque quatre mois et demi s’écoulent avant qu’il n’attire l’attention des autorités et fasse sa déposition, le 1er mars 1700.

73La chronologie que l’on peut dresser à partir de la relation de Sagean comporte des incertitudes et des lacunes. Des années entières disparaissent et le début même des aventures de Sagean fait problème, puisque les dates qu’il indique supposent qu’il ne quitte Montréal qu’après la découverte de l’embouchure du Mississipi par Cavelier de La Salle.

  • 144 Voir infra, p. 157. Le texte — une copie — conservé au Département des manuscrits de la Bibliothèq (...)
  • 145 Mais comme le signale Michel Bégon, on ne put retrouver l’informateur de Belle-Issue (lettre à Cab (...)

74En outre, la déposition de Belle-Issue, un capitaine de navire marchand qui prétend avoir rencontré à Saint-Pierre de la Martinique « environ deux ans et demy144 » auparavant, soit au cours de l’automne 1697, quelqu’un qui racontait une aventure assez semblable à celle de Sagean, met en doute l’ensemble du récit de ce dernier. Ou bien le capitaine a rencontré un des compagnons de Sagean, ce qui suggère que le voyage au pays des Acaaniba n’est pas absolument faux145 ; ou bien c’est Sagean lui-même que le capitaine a rencontré à Saint-Pierre de la Martinique, auquel cas tout le récit des aventures maritimes de Sagean est à revoir.

75On peut même proposer une troisième hypothèse. Compte tenu des erreurs de chronologie et des mensonges fréquents dans sa relation, on peut penser que Sagean ne fait que reprendre à son compte le récit des aventures d’un autre et qu’il n’est pas l’inventeur du pays des Acaaniba, pas plus qu’il n’est le héros des aventures maritimes qu’il rapporte. Sagean et le capitaine Belle-Issue auraient été tous deux en contact avec l’inventeur du pays des Acaaniba ; Sagean aurait amalgamé ensuite des récits appris en mer, pour meubler les années écoulées depuis son départ du Canada.

76Sur ce plan, la relation de Sagean garde tout son mystère : de fausses aventures ont peut-être pour narrateur un faux auteur.

La relation

  • 146 SHM, Brest, 1 E 478, p. 190.
  • 147 SHM, Brest, 1 E 478, p. 192.
  • 148 Voir supra, p. 19, n. 40.

77Dans sa lettre du 1er mars 1700 à Pontchartrain, Desclouzeaux explique que les « Interrogations et reponses [de Sagean] ont 25 ou 30 Rôles de minutes » qu’il fera « mettre incessamment au net146 ». Il ajoute cependant qu’il fera interroger à nouveau Sagean au sujet des mines d’or dont il parle147. Le volume de la relation, une fois celle-ci complétée et mise au net, correspond à la version conservée aux Archives nationales de France sous la cote Marine 3 JJ 277 : un « rôle » étant un feuillet de deux pages148, la relation de Sagean comporte quatre-vingt-six pages, soit quarante-trois feuillets.

  • 149 Lettre du 10 mars 1700 (ANF, Marine B2 146, f. 326).
  • 150 Lettre du 15 mars 1700 (SHM, Brest, 1 E 478, p. 233-234).
  • 151 Lettre du 19 mars 1700 (SHM, Brest, 1 E 478, p. 248).

78Le « mémoire », que demande Pontchartrain149 et que retient Desclouzeaux afin de le « circonstancier150 », est envoyé à Versailles le 19 mars, augmenté des « quelques questions qui luy [Sagean] ont été faites, suivant les ordres » de Pontchartrain, sur « les endroits ou II a dit avoir veu une abondance d’or considerable151 ».

  • 152 Lettre du 7 avril 1700 (ANF, Marine B2 147, f. 11).
  • 153 Dans sa lettre du 12 avril, Desclouzeaux annonce au ministre qu’il « commencera [...] des demain a (...)
  • 154 Voir SHM, Brest, 1 E 478, p. 321.
  • 155 Les « Reponses de Mathieu Sagean, Canadien, aux Demandes cy-aprés, Qui luy ont esté faites, de nou (...)

79Après avoir pris connaissance de la relation, Pontchartrain demande à Desclouzeaux d’interroger à nouveau Sagean sur huit points152. Ces huit « demandes », ainsi que les réponses de Sagean153, sont envoyées le 16 avril à Pontchartrain154, qui a dû les annexer à la relation, car elles font partie du dossier 3 JJ 277155.

  • 156 ANF, Marine B2 148, f. 518.

80Le 22 septembre 1700, Pontchartrain envoie la « declaration » de Sagean à Pierre Lemoyne d’Iberville afin qu’il interroge à son tour l’aventurier, mais il lui demande de la lui retourner après ses entretiens avec Sagean156.

  • 157 Voir la lettre du 7 août 1701 à Cabart de Villermont (BNF, mss FF, vol. 22810, f. 304) et la note (...)
  • 158 BNF, mss FF, vol. 22810, f. 304, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 75. Claude Bernou (circa 1638-1716), q (...)
  • 159 « J’ay communiqué à l’abbé Bernou l’article qui regarde la deposition De Mathieu Sagean mais Il ne (...)
  • 160 BNF, mss FF, vol. 22810, f. 426. Antoine de Mauclerc (1641-1703) avait été fait commissaire de la (...)

81Presque un an plus tard, le 7 août 1701, Michel Bégon, qui a fait faire une copie de la relation157 et auprès de qui Cabart de Villermont cherche à avoir des renseignements sur Sagean et sur sa relation, suggère à Villermont « d’engager l’abbé Bernou de demander à M.r le Comte de Pontchartrain ou à Mr De la Touche la copie de la relation de Mathieu Sagean », car on lui a « extrêmement recommandé le secret » sur cette affaire et il est loin d’être assuré que le ministre « trouvera bon » qu’il ait fait faire une copie du texte158. Le 15 août, Cabart de Villermont écrit à Dangeau qu’il n’a pu obtenir copie de la relation et qu’il doit se contenter de « l’Extrait » qu’on lui a envoyé159. Il semble bien qu’aucune autre copie que celle de Bégon n’ait été tirée de la relation et que l’original circulait, sous contrôle du ministre. En effet, le 12 décembre 1701, Mauclerc, commissaire général de la Marine à Lorient, écrit à Cabart de Villermont, qui ne désarme pas, qu’il « espere dans peu recevoir La deposition de Mathieu Sajin [sic] » et qu’il lui fera part « s’il y a quelque choze de plus que » ce que Bégon lui « en a apris160 ».

  • 161 BNF, mss FF, vol. 22810, f. 440.

82Le 26 décembre, Mauclerc s’engage à faire parvenir « une copie » de « La Deposition de Mathieu Sajin [sic] » à Cabart de Villermont161, mais il n’a sans doute pas donné suite à sa lettre, car, le 3 février 1702, il écrit à Cabart de Villermont une lettre qui montre que ce dernier ne possède toujours pas une copie de la relation :

  • 162 BNF, mss FF, vol. 22811, f. 28.

[...] on m’a mandé que toute La deposition de Mathieu Sagean sur toutes les interrogations qui luy ont esté faites ne disoit rien autre chose que ce qui est contenu dans ce que vous avez [ ;] on m’a promis de m’envoyer ses advantures depuis q[u’i]l est sorty de chez les acaanibas162.

  • 163 Le frère Léonard de Sainte-Catherine de Sienne observait d’ailleurs : « La Cour a deffendu a M.r B (...)

83En somme, l’État a interdit la diffusion du document et en a contrôlé la circulation : même Mauclerc ne semble pas avoir eu accès au document complet163.

  • 164 BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 111.
  • 165 Cependant la relation ainsi que sa « version » courte conservée dans les « Papiers Claude De L’Isl (...)

84Des extraits ou des résumés, plus ou moins exacts, ont cependant circulé à l’époque : dans sa lettre à l’abbé Dangeau, du 15 août 1701, Cabart de Villermont fait allusion à une « Caravane qui apres sept mois de marche arrive annuellement dans le pays de Canibas avec 3000 personnes vêtues de long et 3000 bœufs qu’ils ramenent en leur pays chargés d’or », tout en observant qu’il ignore ce que les « Canibas » reçoivent en échange de leur précieux métal164. Or, l’extrait qui suit la relation conservée dans les Archives de la Marine, sous la cote 3 JJ 277, n° 3, ne comporte aucune allusion au commerce des Acaaniba165.

  • 166 BNF, mss Clairambault 1016, f. 655-656.
  • 167 Ibid., f. 655.
  • 168 Ibid

85Parmi les documents conservés, on trouve la « Relation de la plus belle decouverte que l’on aye faite depuis plus de mil ans par le Sieur Sagean du Royaume d’Acaaniba ou l’or est plus commun que le fer en fiance les murs du palais du Roy et le pavé sont construits d’or masif166 ». Le texte, qui ne porte que sur le pays des Acaaniba, dont le roi se nomme « hagausan167 », comporte, au début, une allusion aux explorations de Cavelier de La Salle et, à la fin, un rappel des aventures maritimes de Sagean. Le texte signale que les Acaaniba échangent leur or contre « du fer de l’assïer et des armes blanches168 » : ce n’est donc pas ce texte que Cabart de Villermont a consulté.

  • 169 BNF, mss FF, vol. 9097, f. 119-122. Le texte a été publié en 1863, avec quelques légères modificat (...)
  • 170 Voir Anonyme, « Matthiew Sagean and his Adventures », The Historical Magazine, vol. 10, n° 3, mars (...)
  • 171 BNF, mss FF, vol. 9097, f. 122.
  • 172 Ibid., f. 120.
  • 173 Ibid., f. 119.
  • 174 Ibid., f. 120.

86Une autre version du récit, conservée à la Bibliothèque nationale de France, est l’« Extrait de La relâtion des Avantures et voyages de Mathieu Sâgean169 ». Il s’agit de la copie du frère Léonard de Sainte-Catherine de Sienne, un proche de Cabart de Villermont, et qui était bibliothécaire au couvent des Petits Pères, à Paris170. Des notes autographes du frère Léonard accompagnent l’extrait, dans lequel le nom de la tribu devient « Acamba171 » et dont le roi, nommé « Hagaazen172 », est « habillé de peaux d’hommes173 ». Cet extrait n’est pas celui qu’a eu en main Cabart de Villermont, car le texte signale que les Acaaniba échangent « en trocq du fer, de lâcier et des armes blanches » contre leur or174.

  • 175 BNF, mss FF, vol. 9097, f. 168-170.

87La Bibliothèque nationale de France possède aussi un « Abrégé de la Relation des avantures et voyage de Mathieu Sagean175 », dans lequel la nation prend le nom d’« Acanaba » et dont le roi, appelé « hagausan », est, ici aussi, « habillé de peau d’hommes ».

  • 176 BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 88-105.
  • 177 Voir supra, p. 39, n. 157.

88Dans la collection Pierre Margry, on trouve « Le Pays des Acaanibas. Et les Mésaventures incroyables de Mathieu Sagean176 ». Le texte, une copie du xviiie siècle, rapporte l’ensemble des aventures de Sagean. Peut-être est-ce la copie que Michel Bégon avait fait tirer de la relation177.

  • 178 Mercure galant, octobre 1711, p. 13-29.
  • 179 Ibid., p. 13.
  • 180 Les aventuriers, « partis de Montreal [...] il y a quelques années » (ibid.), seraient rentrés à B (...)
  • 181 Ibid., p. 16.
  • 182 Ibid., p. 22. Encore ici, le roi est « habillé de peaux d’hommes » (ibid., p. 16-17).
  • 183 Ibid., p. 26.
  • 184 Ibid., p. 26-28.
  • 185 Ibid., p. 29.

89En octobre 1711, le Mercure galant faisait paraître un « Extrait d’un manuscrit de voyage entrepris par quelques François, dont on n’avoit encore eu aucunes nouvelles, parce qu’il ne s’en sauva que deux, qui sont arrivez à Brest que depuis quelques mois178 ». Le texte, sans doute publié pour faire de la publicité en faveur de la Louisiane, situe l’aventure des « dix François escortez de deux Sauvages179 » à l’époque contemporaine180 et ne modifie que certains détails de l’aventure acaanibaine de Sagean, notamment les noms et les toponymes : la nation porte le nom d’« Escaaniba181 », Hagaazen, le roi des Acaaniba, devient « Agauzan182 » et la rivière Mialy prend le nom de « Missy, qui veut dire Riviere d’or onyl183 ». Le texte insiste sur la richesse en or du pays184 et s’achève sur l’assurance des deux survivants de l’aventure de retrouver « ce nouveau Perou » si on les ramène « à Mississipy185 ».

  • 186 Le texte compte trente-deux pages (ANF, Marine 2 JJ 56, n° 10).
  • 187 Voir les lettres de Charlevoix à M. Ranjart, un négociant de La Rochelle, datées du 15 septembre 1 (...)

90Les Archives nationales de France possèdent dans les « Papiers Claude De L’Isle » une version abrégée de la relation, datée du 16 avril 1700186. Une note, sans doute de la main du géographe, indique : « C’est le R. P. Charlevoix qui m’a communiqué cette Relation de Matthieu Sagean ». La calligraphie du texte, sans être absolument identique à celle des lettres autographes de Charlevoix187, possède de nombreuses ressemblances avec celle-ci, comme si Charlevoix avait soigné son écriture afin de rendre son texte plus facile à lire.

  • 188 ANF, Marine 3 JJ 277, n° 3, non folioté.
  • 189 ANF, Marine 2 JJ 56, n° 23, 5 p.
  • 190 Ce serait la « relation » conservée dans le fonds Clairambault de la Bibliothèque nationale : une (...)

91À ces textes, il faut ajouter l’extrait qui accompagne la relation188 et celui des papiers du géographe Claude de L’Isle189. Pour sa part, Richebourg Gaillard McWilliams croit qu’en plus de Cabart de Villermont, qui possédait un extrait de la relation, l’abbé Bernou en avait un190.

  • 191 Paris, Maisonneuve et Cie, 1879-1888, t. VI, p. 95-162.
  • 192 BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 89-105.
  • 193 Les « Réponses » ont aussi été publiées par Pierre Margry (Découvertes al établissements des Franç (...)

92Le texte que nous publions est la version manuscrite conservée dans le fonds Marine des Archives nationales de France, sous la cote 3 JJ 277. Il diffère légèrement du texte publié par Pierre Margry dans Découvertes et établissements des Français dans l’ouest et dans le sud de l’Amérique septentrionale, 1614-1698191, car c’est une copie de la relation, intitulée « Le Pays des Acaanibas. Et les Mésaventures incroyables de Mathieu Sagean192 », que celui-ci a fait paraître. Notre édition comprend aussi l’« Addition considerable » et les « Réponses de Mathieu Sagean, Canadien, aux demandes cy-aprés, Qui luy ont esté faites, de nouveau, par ordre de Monseigneur de Pontchartrain193 ».

La langue de la relation

  • 194 Voir SHM, Brest, 1 E 478, p. 190-192.
  • 195 Par exemple, « metempsicose », « antropophage ».

93Sans doute faut-il parler de la langue de la relation, plutôt que de celle de Sagean, puisque le texte est marqué par l’intervention de Fossecave, le commis qui a entendu la déposition de Sagean et qui l’a prise en note. On devine que Fossecave ne s’est pas limité à transcrire le récit de Sagean. Il a, selon toute vraisemblance, interrogé celui-ci et, partant, orienté son discours. En plus, Fossecave, si l’on se fie aux documents qui portent sur la déposition de Sagean, a mis au net le texte en procédant à plusieurs interrogatoires194. La relation de Sagean a donc en partie pour auteur le commis de l’intendant Desclouzeaux. Pour preuve, le vocabulaire de la relation comporte plusieurs termes que l’on peut difficilement prêter à Sagean195.

  • 196 Sur l’ensemble de la question de la langue « classique », voir Ferdinand Brunot, Histoire de la la (...)

94La relation possède les caractéristiques attendues des manuscrits de l’époque, tant sur le plan de l’écriture que sur celui de l’orthographe196. Comme dans la plupart de ces manuscrits, les majuscules obéissent autant à des impératifs de civilité et de déférence (« Roy », « Religion Catholique ») qu’au jeu d’une calligraphie fondée sur le mouvement de la main, si bien que certains mots possèdent des majuscules inattendues aujourd’hui (« MontRéal », « LaChine ») ou, au contraire, n’ont pas de majuscule alors qu’ils devraient en avoir une (« les hollandois »). En outre, beaucoup de termes qui, aujourd’hui, ne prennent pas de majuscule en possèdent une (« Equipage », « Cargaison », « Fleuve », « Rivière »). Mais ce dernier phénomène n’est pas seulement caractéristique des manuscrits : les éditeurs, à l’époque, usaient davantage des majuscules que ceux d’aujourd’hui.

95Un second trait de l’écriture manuscrite se retrouve dans la relation de Sagean : il arrive que les mots ne soient pas toujours séparés les uns des autres (« parceque », « commequoy », « delà ») ou, au contraire, qu’une coupure apparaisse à l’intérieur d’un mot (« en suite »). Le mouvement de la main explique sans doute le phénomène, encore que celui-ci soit observable dans nombre de textes publiés à l’époque.

96Autre caractéristique du manuscrit : le recours aux abréviations. On y trouve notamment « led.t » (ledit), « aud.t » (audit), « desd.s » (desdits), « s.r » (sieur), « po.r » (pour), « toûjo.s » (toujours), « ch.er » (chevalier), « cap.ne » (capitaine), « marchand.es » (marchandises), « extraord.re » et « extraord.res » (extraordinaire et extraordinaires). Les adverbes en « ment » et plusieurs substantifs qui se terminent par les mêmes lettres sont aussi abrégés : « autreme.t », « telleme.t », « apparteme.t » (autrement, tellement, appartement). Plusieurs substantifs qui se terminent par les lettres « tion » voient leur consonne « t » et leur voyelle « i » remplacées par un signe qui ressemble au « s » placé au-dessus du « o » : « vénéraon » (vénération). Enfin le signe « & » remplace souvent le « et ». Si l’on fait abstraction du terme « ledit » et de ses dérivés, presque toujours abrégés dans le texte, les abréviations des autres mots ne sont pas systématiques. Le jeu de la main ou le souci d’écrire plus ou moins rapidement ont pu influer sur le rédacteur ou le copiste.

  • 197 Il est parfois difficile de distinguer si le signe de ponctuation est un point ou une virgule.

97La ponctuation du manuscrit, souvent incertaine197, comporte des traits caractéristiques du xviie siècle. Par exemple, le point-virgule et les deux points remplacent souvent le point à la fin d’une phrase. Le manuscrit abonde aussi en virgules « ouvrantes » entre deux propositions dont l’une est complément de l’autre : « leur disant, que c’etoient », « sy craintive et sy grande, qu’ils n’ozoient ».

  • 198 Par exemple, le « ç » dans « sçavoir ». Même au xviiie siècle, alors que la suppression des lettre (...)
  • 199 Au cours du xviie siècle, on discute sur l’opportunité de supprimer les lettres doubles qui ne se (...)

98C’est surtout l’orthographe des mots qui peut dérouter le lecteur moderne. Si certains mots conservent leur « s » (« teste », « coste », « isle », « bestes ») ou leur « d » anciens (« bled-d’inde », « nuds »), voire des consonnes à connotation étymologique, vraies ou fausses198, il arrive que le rédacteur orthographie à la moderne les mêmes mots ou des mots semblables199.

  • 200 Comme le rappelle F. Brunot, d’une part, « on ne suit point une règle qui n’est encore ni fixe ni (...)
  • 201 Par exemple : « aprettés », « deffence », « batteaux », « Affrique », « traitta », « arretté », «  (...)
  • 202 C’est le cas notamment des termes suivants : « raport », « comune », « diference », « afermir », « (...)
  • 203 Voir la « collection de spécimens » d’orthographe d’hommes et de femmes du xviie siècle produite p (...)

99On le sait, l’orthographe française n’est pas arrêtée au xviie siècle et les auteurs pouvaient hésiter quant à l’orthographe à adopter pour beaucoup de mots200. Le rédacteur de la relation de Sagean n’échappe pas à la difficulté : s’il double souvent une consonne là où la langue moderne n’en met qu’une201, il ne double pas toujours la consonne dans des mots qui possèdent aujourd’hui une double consonne202. À défaut d’être toujours attestée par les lexicographes de l’époque, l’orthographe particulière du rédacteur de la relation l’est par les historiens de la langue203.

  • 204 Par exemple : « avantures », « apparanté », « Madalaine », « Européans », « plains ».
  • 205 Voir infra, p. 101 et 104.

100Parfois, le rédacteur fait l’économie de lettres qui ne se prononcent pas, comme le recommandaient certains grammairiens à l’époque : « metempsicose », « orloge », « Jaques », « aquiérent ». Il hésite aussi dans le choix des lettres qui se prononcent de la même façon, notamment dans le cas du « i » et du « y » (« mistérieuse »), tout en ayant une prédilection pour la seconde voyelle, ce qui ne le distinge en rien des écrivains de l’époque (« Roy », « parmy », « quoy », « sy »). Le « a » et le « e » sont parfois permutables : s’il use le plus souvent du « a » là où nous choisissons le « e »204, le rédacteur hésite toutefois entre « vangeance » et « vengeance205 ».

101Le cas du « s » et du « c » pose la même difficulté : le rédacteur double le « s » dans « massonnerie » pour rendre la consonne fricative sifflante, mais emploie un « c » dans « concistant ». Dans la plupart des autres cas, les deux lettres sont employées selon l’usage moderne. Le « qu » remplace le « c » dans l’adjectif « quarrée », mais, le plus souvent, le « c » est employé à la place du « qu », à l’opposé de la pratique de beaucoup d’écrivains de l’époque. Sans doute est-ce aussi par homophonie que le rédacteur emploie à l’occasion le « z » à la place du « s » dans les verbes « ozant » et « üza ».

  • 206 Par exemple dans les mots suivants : « enuiron », « auec », « fleuue », « nauigation ».
  • 207 Dans le cas de « vn » pour « un ». Rappelons que la distinction entre le « u » et le « v », ainsi (...)
  • 208 Sans doute le « d » rappelle-t-il l’origine latine des deux verbes : credere et videre. Le phénomè (...)
  • 209 Par exemple : « parmy-eux », « quoy-qu’ils ». Ces « mécoupures » sont fréquentes, non seulement da (...)
  • 210 Par exemple : « grand’part ».

102Des traits aujourd’hui archaïques se retrouvent dans la relation de Mathieu Sagean. En premier, le « oi » des désinences de l’imparfait et du conditionnel (« avoit », « soûtenoit ») et de certains substantifs (« François », « Anglois », « hollandois »). La lettre « u » se maintient parfois devant le « i » (« vuidérent »), et le « e » devant la lettre « u » (« peurent », « apperceurent », « veus »), comme cela se pratiquait alors, le « e » n’étant pas prononcé. A l’instar des écrivains de l’époque, le rédacteur omet le « t » des mots se terminant en « ent » lorsqu’ils sont au pluriel (« fondemens »), emploie le « u » comme consonne206 et le « v » comme voyelle au début de mots207, ainsi que le « f », ou « s » long, aujourd’hui disparu. Dans le cas des verbes, le « d » remplace parfois le « t » à la troisième personne du singulier du présent (« croid-il », « void »), le « d » se prononçant comme un « t » lorsqu’il était suivi d’une voyelle208. Les lettres « ez » servent souvent, mais pas toujours, de marque du pluriel, notamment dans le cas des participes passés (« tüez »), alors que « és » forme la désinence des verbes en « er » à la seconde personne du pluriel (« vous trouvés »). Le rédacteur a aussi recours à des traits d’union entre des mots qui n’en prennent plus aujourd’hui209, ainsi qu’à l’apostrophe pour remplacer une lettre omise210.

  • 211 Comme le rappelle Alexis François, « la grande réforme typographique du dix-huitième siècle, qui a (...)

103La question des accents mérite qu’on s’y arrête. D’une part, il n’est pas toujours facile de distinguer l’accent aigu de l’accent grave ; de l’autre, seuls l’accent aigu, l’accent circonflexe et le tréma sont couramment utilisés par le rédacteur211.

104Étrangement, l’accent grave apparaît au-dessus du « a » du verbe « aller » à la troisième personne du singulier (« và »). Sinon, il est pratiquement absent du manuscrit. Le plus souvent, l’accent grave est remplacé par l’accent aigu, omniprésent dans le texte (« s’embarquérent », « après », « riviére »). Sans doute l’accent aigu marque-t-il des faits de prononciation (« mets », « Rets », « cet »), si bien qu’on peut penser que l’adverbe « même » se prononçait « méme » à l’époque, du moins dans la région brestoise.

  • 212 Par exemple dans les mots suivants : « toûjours », encore écrit « tousjours » à l’époque, « doûter (...)

105Beaucoup de mots qui sont aujourd’hui accentués ne le sont pas : « querir », « trouverent », « Recollet », « espece », par exemple. Pour sa part, l’accent circonflexe marque le plus souvent la disparition récente d’une lettre212. Toutefois, le recours à l’accent circonflexe n’est pas absolu, car le rédacteur écrit, par exemple : « Idolatre ».

  • 213 Par exemple : « habitüé », « continüer », « Caïmans », « statuë », « queuë », « cuïr », « cuÿvre » (...)

106Le tréma, peu usité aujourd’hui, est abondamment utilisé par le rédacteur, car il permet d’indiquer que la voyelle sur laquelle il est placé ou que la voyelle qui précède la lettre sur laquelle il est placé doivent être prononcées distinctement213. Il apparaît aussi au-dessus de la lettre « u » dans le toponyme « Loüisiane » et dans le mot « Oüest », ainsi que dans le substantif « Lieües », peut-être pour signaler que la lettre « u » a valeur de voyelle.

107Si les toponymes français, même écrits de façon différente (« Québeck », « Bourdeaux »), demeurent facilement identifiables, les toponymes et les noms propres étrangers représentent plus de difficulté, car leur orthographe obéit à des règles phonétiques : « Baston » pour Boston, « Catracouÿ » pour Cataracoui, « Andris » pour Andros, « Slater » pour Sloughter, « Sanontoüain » pour Tsonnontouan, par exemple. En outre, certains des toponymes, notamment amérindiens, n’avaient ni prononciation ni orthographe arrêtées à l’époque.

  • 214 Par exemple, l’adjectif « impotoyable » (voir infra, p. 91).
  • 215 Voir infra, p. 51, n. 1.
  • 216 Voir infra, p. 72.
  • 217 Voir infra, p. 72 et 124.
  • 218 Voir infra, p. 93, 120 et 152.

108Mais quelques-unes des caractéristiques orthographiques du rédacteur sont peut-être tout simplement des fautes214. En effet, le texte comporte des fautes de grammaire : le rédacteur confond souvent le pronom « l’ » suivi de l’auxiliaire avoir (« l’a ») et le pronom « la »215. À une occasion, il écrit le pronom « leur » avec un « s »216. On trouve aussi quelques fautes d’accord217 de verbes et de participes passés218.

Notes

1 Alfred Métraux, Les Incas, p. 4. Les références dont la description figure dans la bibliographie sont abrégées dans les notes. Pour la liste des sigles et abréviations, voir infra, p. 53.

2 GonzaloFernandez de Oviedo, Hislotia general y natural de tas Indias, édition et introduction par Juan Perez de Tudela Bueso, Madrid, Real Academia española, « Biblioteca de autores españoles », 1959, t. V, p. 236. Sans doute était-ce de l’empire inca que parlaient les Amérindiens. Les Espagnols, obnubilés par la perspective de découvrir d’autres trésors, encore plus fabuleux que ceux des Incas, n’auraient pas fait le lien entre le « rey Dorado » (ibid.) des Amérindiens de Quito et l’Inca qu’ils venaient de détrôner.

3 Notamment au cours des expéditions du Portugais Alejo Garcia vers le Paraguay, de l’Italien Sebastiano Caboto au rio de La Plata (1526), des Espagnols Pedro de Mendoza en Argentine (1535), Alvar Núñez Cabeza de Vaca vers le haut Paraguay et Francisco de Câceres (1575-1587) entre les Andes et la Guyane (voir A. Métraux, op. cit., p. 3-15).

4 Déplacement qui n’empêche pas les Espagnols de poursuivre la recherche d’El Dorado en Amérique du Sud et en Amérique centrale.

5 Voir H. E. Bolton, Spanish Exploration, p. 199-200.

6 D'ailleurs, les « Acaaniba » de Mathieu Sagean ne sont pas sans évoquer les « Caniba » de Christophe Colomb, comme le suggèrent les modifications orthographiques de certains des correspondants de Pontchartrain : voir infra, p. 24 et 40-41, et la lettre de Bégon à Cabart de Villermont du 21 août 1701 (BNF, mss FF, vol. 22810, f. 319, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 80).

7 « Extrait de la relation de Mathieu Sagean, Canadien » (ANF, Marine 3 JJ 277, n. f°).

8 « Le premier Voyage qu’a fait Le P. Marquette vers le nouveau Mexique », dans Reuben Gold Thwaites, édit., The Jesuit Relations, vol. 59, p. 146-158.

9 Paris, Étienne Robinot, 1713, p. 306-317.

10 Voir D. I. Bushnell, Villages of the Algonquian, Siouan and Caddoan Tribes West of the Mississippi, Washington, Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology, bulletin 77, 1922, p. 108-112 ; F. W.Hodge, Handbook, 1910, p. 333-336.

11 Voir H. E. Bolton, Spanish Exploration, p. 257-258.

12 Voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 653-656.

13 Voir la description des Natchez par Antoine Laumet, dit Lamothe-Cadillac, dans Pierre Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 129-132. Sans doute Sagean s’est-il inspiré en partie de ce qu’il avait entendu raconter des Natchez pour peindre ses Acaaniba.

14 Voir infra, p. 67 et p. 166, n. 19.

15 Voir infra, p. 71, n. 74 ; p. 80, n. 128 ; p. 81, n. 129.

16 Celui de la rivière Escanaba, qui se jette dans la petite baie de Noc, dans le lac Michigan (Michigan).

17 Richebourg Gaillard McWilliams intitule d’ailleurs son article sur le royaume « découvert » par Sagean « A Kingdom Beyond the Rockies : The El Dorado of Mathieu Sagean » (dans John Francis McDermott, dit., The French in the Mississippi Valley, p. 175-195).

18 Furetière, 1690.

19 Dictionnaire de l’Académie, 1694.

20 Étrangement, seules les femmes paraissent belles.

21 Louis de Courcillon, abbé de Dangeau (1643-1723) : littérateur élu à l’Académie française en 1682 et lecteur royal, il a fait partie de la coterie passionnée par les questions de géographie et par l’exploration du bassin mississipien, dans laquelle on trouvait Cabart de Villermont et Claude Bernou (Roman d’Amat, dit., Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 1932-1989, t. X, p. 96-97 ; M. Hoefer, dit., Nouvelle Biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à 1850-60, Paris, Firmin Didot, 1855, t. XII, p. 929-931).

22 Esprit Cabart de Villermont, qui avait suivi de près les expéditions de Radisson, était en relation avec des jésuites en mission chez les Illinois. Féru de géographie, il était, à l’instar de Claude Bernou et de l’abbé de Dangeau, consulté à l’occasion par la cour. Henri de Tonty a eu recours à ses services pour promouvoir la poursuite de l’exploration du bassin mississipien après la mort de Cavelier de La Salle (Roman d’Amat, dir., Dictionnaire de biographie française, t. VII, p. 758 ; Marcel Giraud, Histoire de la Louisiane française, t. I, p. 10 et 16).

23 Voir infra, p. 173, n. 12. En août 1596, Juan de Oñate (circa 1549 - circa 1624) quittait Mexico pour explorer les régions situées au nord des possessions espagnoles ; retardé par des difficultés de toutes sortes, il ne partit du Rio de Conchas, où il avait dû s’arrêter, que le 7 février 1598 ; le 30 avril 1598, à quelques kilomètres de l’actuelle ville d’El Paso (Texas), il prenait officiellement possession de la région au nom de la couronne d’Espagne. La colonisation du « Nouveau Mexique » commença alors, mais en 1599 les Espagnols se heurtèrent à l’hostilité des Amérindiens d’Acoma, qu’ils soumirent durement. En juin 1601, Juan de Oñate entreprit une expédition vers l’intérieur des terres et il entra en contact avec les « Escanjaques », ou Kansa. En 1604, il tenta de rejoindre la mer, puis regagna le « Nouveau Mexique » (1605), où il commanda jusqu’en 1608 ; en butte à l’hostilité de plusieurs administrateurs coloniaux espagnols, il dut rentrer en Espagne pour rendre compte de ses activités (voir H. E. Bolton, Spanish Exploration, p. 199-206 ; Charles W. Hackett, Dictionary of American Biography, vol. VII, p. 37-38 ; George P. Hammond, Dom Juan de Oñate and the Founding of New Mexico).

24 Voir infra, p. 65, n. 37.

25 Pierre-Charles Le Sueur : « Mathieu Sagean pourroit avoir lu Dans quelque relation ou entendu dire a quelqu’un dans le voiage qu’il a fait aux Indes qu’il y avoit une R[ivière] dont les peuples qui l’habitent etoient fort riches en or » (« Mémoires de mr Le Sueur », ANF, Marine 2 JJ 56, n° 9, p. 68). Mais le pays des Acaaniba existait dans l’esprit de Sagean bien avant ses aventures en mer, puisqu’il avait raconté sa « découverte » au (ils d’un marchand newyorkais dès 1691 (voir infra, p. 112).

26 Voir Description de la Louisiane Nouvellement decouverte au Sud’Oüest de la Nouvelle France (Paris, Sébastien Huré, 1683), Nouvelle decouverte d’un tres grand Pays situé dans l’Amerique entre le Nouveau Mexique et la Mer Glaciale (Utrecht, Guillaume Broedelet, 1697), Nouveau Voyage d’un Pais plus grand que l’Europe (Utrecht, Antoine Schouten, 1698).

27 Voir Dernieres découvertes dans l’Amerique septentrionale de M. de La Salle, Paris, Jean Guignard, 1697.

28 Selon Marc Villiers du Terrage, c’est « la Relation de Sagean, dont La Hontan avait eu certainement connaissance, qui lui a donné la très fâcheuse idée d’ajouter, dans l’ouvrage qu’il préparait, sa xvie lettre, sans laquelle ses Voyages, seraient beaucoup plus estimables. La "Rivière Longue", les Gnacsitares et ses démêlés avec les Missouris dérivent des hâbleries de Sagean » (La Découverte du Missouri et l’histoire du fort d’Orléans (1673-1728), Paris, Librairie ancienne Honoré Champion, 1925, p. 27-28). Selon Réal Ouellet, Lahontan aurait en réalité remonté la rivière Minnesota (voir Lahontan, Œuvres complètes, t. I, p. 43-45 et 383-437).

29 ANF, Marine 2 JJ 57, n° 12a. Le document porte la date de 1702, mais, selon Numa Broc, il serait de 1695 (voir La Géographie des philosophes, Paris, Éditions Ophrys, 1975, p. 154, n. 16). Dans ses « Conjectures sur l’existence d’une Mer dans la partie Occidentale du Canada et du Mississipi », Guillaume de L’Isle ne fait que reprendre la démonstration de son père (Archives diplomatiques, Fonds divers, Amérique, vol. 1, f. 241-253).

30 ANF, Marine 2 JJ 57, n° 12b. Voir aussi ANF, Marine 2 JJ 57, n° 12c et n° 17x.

31 Archives diplomatiques. Fonds divers, Amérique, vol. 1, f. 241-253.

32 L’original se trouve à la bibliothèque Mazarine (ms 2006). Les Archives nationales de France en possèdent une copie : Colonies C11E 16, f. 40-50. Selon Bobé, au nord du Japon se trouve une terre, la « Bourbonnie », qui « n’est Séparée de la Nouvelle france par aucune mer ni par aucun detroit » et qui forme « un meme Continent avec la tartarie » (ANF, Colonies C11E 16, f. 41). Les deux continents se joindraient au nord, entre 45° et 70° de latitude (ibid., f. 44).

33 Comme l’observe Samuel Engel, on tint ses aventures « comme fables des anciens, qui, sans être vraies, ont pourtant la vérité pour base, quoiqu’elle y soit fort défigurée » (dans le Supplément à l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres. Mis en ordre et publié par M***, Amsterdam, M.-M. Rey, 1776, t. I, p. 362).

34 Voir infra, p. 156, n. 447.

35 Il s’agit d’une compagnie de la Marine dans laquelle Sagean se serait « trouv[é] par necessité engagé » (Léonard de Sainte-Catherine de Sienne, BNF, mss FF, vol. 9097, f. 122). Organisées par l’ordonnance du 16 décembre 1690, les compagnies franches de la Marine étaient un corps d’infanterie. L’état-major de chaque compagnie était constitué d’officiers de vaisseau : le capitaine était choisi parmi les lieutenants de vaisseau et les lieutenants parmi les enseignes. La compagnie portait habituellement le nom de son capitaine. Sans doute le capitaine de la compagnie dans laquelle se trouvait Sagean était-il un Normand : Joachim, marquis de La Vieuville, entré dans la Marine en 1683 et lieutenant de vaisseau depuis 1693 (ANF, Marine Cl 161). Renseignements aimablement fournis par M. Marc Perrichet.

36 Chef-lieu de canton du Finistère, au nord-est de Brest.

37 SHM, Brest, 1 F 478, p. 190-192. Fossecave, qui, selon Desclouzeaux, « a beaucoup Navigué et fait des voyages aux Isles de l’Amérique », a dû procéder à plusieurs interrogatoires pour rédiger le mémoire. Selon Desclouzeaux, il lui « a rendu Compte de ce qu’il a fait toutes les fois qu’il a travaillé » avec Sagean (SHM, Brest, 1 E 478, p. 277-278). Fossecave, un commis affecté à la trésorerie du port, prenait « soin du bureau ou se f[aisaien]t les décharges des Tresoriers » et était « chargé de la verifica[t]ion de tous les Rolles des Journaliers et ouvriers de l’Arsenal et du Port ». Commis méticuleux et « quelquefois chagrin », notamment « a cause d’une Incommodité qui luy [était] venue pour avoir esté trop assis », il avait la confiance de Desclouzeaux qui signalait toutefois qu’il n’était « pas aymé par les gens qui travaill[aien]t sous luy parce qu’il les t[enai]t en bride ». Toujours selon Desclouzeaux, il « travaill[ait] en Poësie » lorsqu’il avait « quelques heures de Loisir » (SHM, Brest, 1 E 479, p. 92-93).

38 ANF, Marine B2 146, f. 326.

39 SHM, Brest, 1 E 478, p. 233-234.

40 SHM, Brest, 1 E 478, p. 248. Sans doute s’agit-il de la « Relation des Avantures de Mathieu Sagean Canadien, Et de Ses voyages et Courses, Tant à La Louisiane, Que Sur les Costes d’Affrique, Dans les Indes orientales & occidentales Et à la Chine » (ANF, Marine 3 JJ 277, p. 3-86). La relation comprend quelque quarante-trois feuillets, ce qui peut correspondre aux « 25 ou 30 Rôles de minuties » de l’interrogatoire originel (SHM, Brest, 1 E 178, p. 190) augmenté du « détail » demandé par Pontchartrain (ANF, Marine B2 146, f. 326) et des ajouts pour le « circonstanciel » (SHM, Brest, 1 E 148, p. 234). En effet, « ROLLE, en termes d’Escriture, signifie un feuillet ou deux pages d’écriture » (Furetière, 1690).

41 SHM, Brest, 1 E 478, p. 248-249.

42 SHM, Brest, 1 E 478, p. 297.

43 ANF, Marine B2 147, f. 11.

44 Voir la lettre de Desclouzeaux à Pontchartrain, datée du 12 avril 1700 (SHM, Brest, 1 E 478, p. 315). Les réponses sont envoyées à Versailles le 16 avril (voir la lettre de Desclouzeaux à Pontchartrain, datée du 16 avril 1700 [SHM, Brest, 1 E 478, p. 321]).

45 Voir ANF, Marine B2 147, f. 11, et infra, p. 161-167. Les questions de Pontchartrain et les réponses de Sagean se trouvent à la suite de la relation, après une « Addition considerable » (ANF, Marine 3 JJ 277, p. 86-89) et un « Extrait de la relation de Mathieu Sagean, Canadien, dont le detail est cy Joint » (ibid., n. f°). Les questions et les réponses ne sont pas paginées. Selon Richebourg Gaillard McWilliams, Mathieu Sagean aurait été assermenté lors de l’interrogatoire (voir art. cité, p. 186).

46 BNF, mss FF, vol. 22809, f. 179.

47 Voir infra, p. 159, n. 13.

48 « Je suis surpris, écrit le ministre, que vous ne m’ayez point envoyé celuy qui a esté a la Martinique ou du moins rendu un compte exact de tout ce que vous en avez appris, ne manquez point de le faire incessamment » (BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 109 ; infra, Appendice IV, p. 181-182). Le ministre poursuivait en demandant au marquis d’Amblimont d’envoyer l’homme à Saint-Domingue, où les autorités locales devaient assurer sa subsistance jusqu’à ce que Versailles prenne une décision à son sujet. La mort du marquis d’Amblimont le dispensa de répondre à la missive ministérielle. Sur la déposition à l’origine de cette lettre, voir infra, p. 157-160.

49 Missive du 4 juin 1700 à Pontchartrain (SHM, Brest, 1 E 479, p. 7-8).

50 Missive du 2 août 1700 à Pontchartrain (SHM, Brest, 1 E 479, p. 123).

51 SHM, Brest, 1 E 479, p. 151.

52 ANF, Marine B2 148, f. 298. Pierre Lemoyne d’Iberville (1661-1706) a fait carrière dans la marine : en 1686, il participait à une expédition contre les postes anglais de la baie d’Hudson ; en 1690, il était du raid contre Corlaer (Schenectady), près du fort Orange (Albany) ; en 1692, il obtint le grade de capitaine de frégate ; en 1696, il commandait le Pélican au cours des expéditions menées contre le fort William Henry, sur les côtes de l’Acadie, contre les postes anglais de Terre-Neuve et à la baie d’Hudson, où il détruisit une division anglaise de trois navires ; en 1697, il dirigait l’expédition de découverte des bouches du Mississipi et, en mars 1699, il fonda les premiers établissements français en Louisiane ; au cours de la guerre de Succession d’Espagne (1701-1713), il commandait une escadre de douze vaisseaux dans les Antilles ; il mourut le 9 juillet 1706 à La Havane (DBC, t. II, p. 405-418 ; Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, Paris, Éditions maritimes et d’outre-mer, 1982, p. 165).

53 Desclouzeaux est alors en tournée d’inspection (voir SHM, Brest, 1 E 479, début du volume).

54 ANF, Marine B2 148, f. 525 ; SHM, Brest, 1 E 479, p. 272. Michel Bégon (1637-1710), qu’il ne faut pas confondre avec son fils, qui fut intendant au Canada de 1712 à 1725, fut commis du trésorier de la Marine à Toulon (1677-1680), à Brest (1680-1681), au Havre (1681-1682), puis fut nommé intendant des îles d’Amérique (1682-1685). A son retour en France, il occupa le poste d’intendant des galères, à Marseille (1685-1689), avant d’être nommé intendant du port de Rochefort, puis de celui de La Rochelle (Yvonne Bézard, Fonctionnaires maritimes et coloniaux sous Louis XIV. Les Bégon, Paris, Albin Michel, 1932 ; Roman d’Amat, dir., Dictionnaire de biographie française, t. V, p. 1274).

55 ANF, Marine B2 148, f. 518.

56 Voir la lettre cle Pontchartrain à d’Iberville, datée du 3 novembre 1700 (ANF, Marine B2 149, f. 155).

57 Ni les minutes des lettres cle l’intendant Bégon pour les années 1700-1702 (SHM, Rochefort, 1 E 338 et 1 E 398-399), ni la correspondance reçue par le ministre ne contiennent trace cle l’interrogatoire. Mes remerciements à M. Marc Fardel, conservateur du Service historique de la Marine à Rochefort, et à M. Marc Perrichet, qui ont bien voulu effectuer les recherches à Rochefort.

58 ANF, Marine B2 149, f. 152 et 155. Pour sa part, le frère Léonard de Sainte-Catherine de Sienne observait : « Cette Relation est la plus extraord[inai]re qu’on aye encore veuë. Elle passe en fiction celle de Fernand [...] Quiro portugais [Guiros, auteur d’un faux voyage]. » De plus, il signalait que « M. de La Chesnaye un des plus anciens et des plus nobles habitans du Canada », qu’il avait consulté, « n’ajoust[ait] pas beaucoup de foy a ceste Relation » (BNF, mss FF, vol. 9097, f. 118).

59 ANF, Marine B2 149, f. 189. Sauvole, ou Sauvolle, un enseigne de vaisseau, commandait au fort Maurepas, ou « fort des Bilocchis », après le départ de Lemoyne d’Iberville pour la France, le 4 mai 1699. Sauvole mourut en août 1701, mais d’Iberville ne l’apprit qu’à son arrivée à Pensacola, le 16décembre 1701 (voir M. Giraud, Histoire de. la Louisiane française, t. I, p. 32, 41 et 83-85).

60 Richebourg Gaillard McWilliams, qui semble faire fi des doutes de Pontchartrain, produit les raisons suivantes pour expliquer l’attitude des autorités françaises à l’endroit de Sagean : le désir de découvrir un cours d’eau qui traverse le continent ; l’ignorance des géographes au sujet des territoires situés à l’ouest du Mississipi ; l’envie des Français à l’endroit des Espagnols, qui avaient découvert des mines d’or ; l’idée que des Anglais avaient trouvé de l’or à l’ouest du Mississipi ; les besoins économiques de l’Etat ; le fait que des savants proposaient leur aide, sinon leurs services, pour exploiter la Louisiane (art. cité, p. 192-193).

61 ANF, Marine B2 149,1. 218.

62 BNF, mss FF, vol. 22810,1. 258, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 73. Marc-Vincent Coronelli (circa 1650-1718), géographe vénitien, construisit en 1683 deux grands globes de 3,63 mètres de diamètre, qui représentaient le monde alors connu (M. Hoefer, dir., Nouvelle Biographie générale, t. XI, p. 906-907).

63 BNF, mss FF, vol. 22810, f. 258, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 73.

64 ANF, Marine B2 149, f. 282-283.

65 BNF, mss FF, vol. 22810, f. 39. Denys de La Ronde (1675-1741), né à Québec, commença sa carrière comme garde-marine à Rochefort en 1687. II participa à de nombreuses expéditions, dont l’une à la baie d’Hudson, en 1697, sous le commandement de Lemoyne d’Iberville. En 1699 et en 1701, il accompagna d’Iberville en Louisiane. En 1701, sur la demande de ce dernier, le commandement de l’Enflammé lui était confié. En 1705 et au cours des années qui suivirent, il pratiqua la course contre les navires anglais le long de la côte est. Il joua un rôle diplomatique dans les tractations entre la Nouvelle-France et la Nouvelle-Angleterre, en 1710-1711 et en 1723. Nommé commandant de Chagouamigon, près d’Ashland (Wisconsin), il tenta d’exploiter des mines de cuivre dans la région du lac Supérieur (Donald J. Horton et Bernard Pothier, DBC, t. III, p. 188-192).

66 L’arrivée de l’Enflammé à l’île au Vaisseau, près du fort de Biloxi, le 27 mai 1701, est signalée par Sauvole (ANF, Colonies C13A 1, p. 316). Pour sa part, Jean-Baptiste Bénard de La Harpe écrit que le navire « arriva à l’isle au Vaisseau » le 30 mai (Journal historique, p. 34).

67 Les « engagés » étaient des Français qui se liaient par contrat, d’une durée de trois ans, afin de passer au Canada. Ils touchaient alors trente-cinq livres d’avance sur leur salaire, que remboursaient aux autorités ceux qui les prenaient à leur service. A l’expiration du contrat, ils étaient libres de rentrer en France ou de s’établir en Nouvelle-France (Gustave Lanctot, Histoire du Canada, Montréal, Librairie Beauchemin, 1963, t. II, p. 21).

68 Voir infra, p. 25, n. 72.

69 ANF, Colonies C13A 1, p. 320-321. Jugement confirmé par Jean-Baptiste Bénard de La Harpe qui écrivait, au sujet de l’arrivée de Sagean en Louisiane : « Plusieurs personnes qui le connaissaient et qui savaient qu’il n’avait point parcouru le Mississipi assurèrent MM. de Savol [sic] et de Bienville de son imposture ; on ne pressa point cette découverte, mais on travailla à la construction des [vingt-quatre] pirogues » commandées par le ministre pour l’expédition de Sagean vers le Missouri (Journal historique, p. 35). Si l’on se fie au mémoire de Lemoyne d’Iberville adressé à Sauvole le 26 mai 1700, donc avant qu’il eût interrogé Sagean, c’était pour une expédition de Saint-Denis vers l’ouest que furent construites les embarcations (ANF, Colonies C13A 1, p. 249-252).

70 BNF, mss FF, vol. 22811, f. 24, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 112.

71 Lettre de Bégon à Cabart de Villermont, du 15 avril 1702 (BNF, mss FF, vol. 22811, f. 85, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 128). Même son de cloche, le 27 juin 1702, alors que Bégon écrit à Cabart de Villermont qu’on « est convaincu à present que le nommé Mathieu Sagean est un imposteur, et que tout ce qu’il a dit est meslé de mensonges avec tres peu de verite » (BNF, mss FF, vol. 22811, f. 173, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 143).

72 « A l’egard de mathieu Sajan que vous m’ordonnez de garder en Ce fort », écrit Sauvole à Pontchartrain, le 4 août 1701, du fort de Biloxi, il « me paroit fort embarassé il a trouvé nombre de gens icy qui le connoissent pour avoir eté engagé en canada ; mais il ne le connoissent pas pour fils d’un sergent nomé Duplessis comme il me l’a voulu assurer » (ANF, Colonies C13A 1, p. 320). Rappelons toutefois qu’un Duplessis figure sur l’« Extrait de la Revue faite au fort de Frontenac par Monseigneur le Gouverneur », du 7 septembre 1677 (Pierre Margry, Découvertes et établissements des Français dans l’Ouest et le Sud de l’Amérique septentrionale, 1614-1698, Paris, D. Jouaust, 1876, t. I, p. 296).

73 Le Sueur, qui dénonça les mensonges de Sagean, affirma l’avoir connu « en Canada sous le nom de Mesremande » (ANF, Marine 2 JJ 56. n° 9, p. 66).

74 Patronyme donné à Sagean par Richebourg Gaillard McWilliams, sans doute à partir de celui de « Mesremande » (voir DBC, t. II, p. 615).

75 Lettres de Pontchartrain du 3 novembre 1700 à d’Iberville et à Bégon (ANF, Marine B2 149, f. 152 et 155).

76 ANF, Colonies D2c, vol. 47, n. f° ; Régis Roy et Gérard Malchelosse, Le Régiment de Carignan, p. 90. Le patronyme « Sagean » n’apparaît pas davantage dans la « Liste contenant les Vies, mœurs & âges des officiers de guerre qui servent en Canada » (ANF, D2c, vol. 47, f. 4, sans date), dans la « Liste des Officiers des Compagnies d’Infanterie servant en Canada et autres officiers attachés à l’artillerie » (ANF, D2c, vol. 47, n. f°, sans date), dans le « Rolle des officiers qui servent en Canada avec le Temps de leurs Services » (ANF, D2c, vol. 47, n. f°, sans date), ni dans le « Rolle des officiers qui servent en Canada, avec le temps de leurs services », daté d’octobre 1692 (ANF, D2c, vol. 47, n. f°).

77 Hubert Charbonneau et Jacques Légaré, Répertoire des actes de baptême, mariage, sépulture et des recensements du Québec ancien, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1980, vol. 5.

78 ANC, MG1, série Gl, vol. 460, n. p.

79 Vol. 6, « Recensements nominatifs et documents divers, xviie siècle ».

80 ANC, MG 8 C 4, bobines C 13983 et C 13984.

81 ANC, MG 8 C 1, bobine 13983 (transcription des actes de Lambert Closse et de Bénigne Basset, de 1644 à 1677) ; ANC, MG8A23, bobines M 1616 à M 1624, M 1626 et M 1627, et M 4603 (transcription qui couvre les années 1669 à 1851). Voir aussi Pierre-Georges Roy et Antoine Roy, Inventaire des greffes des notaires du régime français, Québec, Archives de la province de Québec, 1942.

82 ANC, MG 8 A 23, vol. 1 (transcription).

83 ANC, MG 8 A 23, vol. 4 à 24 (transcription) ; ANC, MG 8 A 23, bobine C 13983 (transcription des actes de 1657 à 1677). Grâce à l'amabilité de M. Gilles M. Durocher, des Archives nationales du Canada, nous avons pu, en outre, consulter un index analytique sur fiches qui recense les actes faits par Me Basset entre 1657 et 1677.

84 ANC, MG 8 A 23, vol. 26 (transcription).

85 ANC, MG 8 A 23, vol. 26 (transcription).

86 86. ANC, MG 8 A 23, vol. 73 (transcription).

87 87. ANC, MG 8 A 23, vol. 83 (transcription).

88 88. ANC, MG 8 C 5, bobines C 13984 et C 13985, vol. 1, p. 29-300 (transcription d'actes qui ont eu lieu entre 1651 et 1669), vol. 2, p. 1-275 (1669- 1672), vol. 3, p. 1-217 (1672-1673), et vol. 4, p. 1-300 (1687-1693).

89 Faute d'avoir pu consulter les originaux conservés à Montréal, nous avons dû nous contenter de la transcription des documents aux Archives nationales du Canada: MG 17 A 7-2, série I, section 1, actes contenant les titres de propriété du Séminaire de Saint-Sulpice, 1636-1840 (transcription: bobine M 1581) ; MG 17 A 7-2, série I, section 2 (fiefs, arrière-fiefs, domaines, seigneuries et cantons), 2, arrière-fief de l'île de Montréal, 1658-1905 (transcription: bobine M 1651) ; MG 17 A 7-2, série I, section 2, bornages et plans de la Seigneurie de Saint-Sulpice (transcription: bobine M 1653); Mg 17 A 7-2, série I, section 2,3, contrats d'engagement, et section 2,4, baux et marchés divers (transcription : bobine M 1654) ; MG 17 A 7-2, section 4 c (haut de l'île de Montréal sur le lac Saint-Louis), section 4 d (côtes du lac Saint-Louis), section 4 k (Lachine), section 4 1 (Verdun), section 4 n (pointe Saint-Charles et domaine Saint-Gabriel (transcription : bobines M 2235 à M 2237) ; MG 17 A 7-2, série I, section 5, lieu réservé à la ville: coteau Saint-Louis en montant vers la côte de la Visitation, quartier ou côte Sainte-Marie en montant vers la côte de la Visitation, côte Saint-Martin en montant vers la côte de la Visitation (transcription: bobine M 2240) ; MG 17 A 7-2, série I, section 6, actes de concession d'emplacements dans le village de Montréal (transcription: bobine M 3690), MG 17 A 7-2, série II, actes de concession et autres actes (transcription : bobines C 14000 à C 14009).

90 Rapport de l'archiviste de la province de Québec, pour 1921-1922, Québec, Ls.-A. Proulx, 1922, p. 189-225. Voir aussi, du même auteur, « Congés de traite conservés aux archives de la province de Québec », dans Rapport de l'archiviste de la province de Québec pour 1922-1923, Québec, Ls.-A. Proulx, 1923, p. 191-265.

91 É.-Z. Massicotte, Répertoire des engagements pour l’ouest conservés dans les archives judiciaires de Montréal, dans Rapport de l’archiviste de la province de Québec pour l’année 1929-1930, p. 191-466 ; Rapport de l’archiviste de la province de Québec pour l’année 1930-1931, p. 353-453 ; Rapport de l’archiviste de la province de Québec pour l’année 1931-1932, p. 243-365 ; Rapport de l’archiviste de la province de Québec pour l’année 1932-1933, p. 245-304.

92 Lake St. Louis, p. 104-106.

93 Registre paroissial, vol. 1, f. XLV-XLVII.

94 « Les victimes du massacre de Lachine », dans le Bulletin des recherches historiques, janvier 1900, vol. 6, n° 1, p. 47-49.

95 Voir infra, p. 57.

96 Séraphin Marion orthographie le patronyme différemment : La Rente (voir Relations des voyageurs français en Nouvelle-France, p. 263).

97 Voir infra, p. 57, n. 2.

98 Sagean est vraisemblablement né en France, peut-être dans la région bordelaise, comme le suggèrent ses affirmations sur ses parents. Faute de connaître son nom véritable, la recherche de ses origines est vouée à l’échec.

99 Voir Anonyme, « Matthiew Sagean and lus Adventures », The Historical Magazine, vol. 10, n° 3, mars 1866, p. 71.

100 Le plan, dressé vraisemblablement par Chevillot (BNF, Cartes et plans, Pf. 138, 10, 1), est reproduit dans l’ouvrage de Peter Joseph Hamilton (Colonial Mobile, entre les pages 84 et 85), mais la date indiquée, 1706, est erronée (voir Marcel Giraud, Histoire de la Louisiane française, t I, p. 200-201 et p. 201, n. 1 ; R. G. McWilliams, art. cité, p. 195, n. 70).

101 ANF, Colonies Cl 1E 16, f° 103 ; Journal d’un voyage fait par ordre du Roi dans l’Amérique septentrionale, édition critique par Pierre Berthiaume, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1994, t. ii, p. 911-912.

102 La série C13A des archives coloniales conservées aux Archives nationales à Paris (correspondance en provenance de la Louisiane) ne comporte aucune allusion à Sagean après 1701. Nos recherches dans les archives cubaines et espagnoles n’ont rien donné. Il est vrai que Sagean a pu, encore une fois, changer de patronyme. En outre, l’homme n’occupait pas une place assez importante pour être l’objet de l’attention des administrateurs coloniaux.

103 Infra, p. 58.

104 Voir infra, p. 59.

105 Voir infra, p. 59-6

106 Voir infra, p. 66. Sur l’improbable séjour de Sagean au fort Saint-Louis, voir infra, p. 65, n. 37.

107 En réponse aux questions de Pontchartrain, Sagean indique qu’il a mis « deux mois, ou environ » pour remonter le Mississipi à partir de l’embouchure de la rivière des Illinois (voir infra, p. 164), puis quelque « trois semaines » pour gagner le pays des Acaaniba (voir infra, p. 165). Mais il passe sous silence sa navigation sur la rivière des Illinois et la durée du portage entre le Mississipi et la rivière qui mène au pays des Acaaniba.

108 Infra, p. 7

109 Voir infra, p. 83-85. Dans l’interrogatoire qui suit sa déposition, Sagean indique toutefois qu’il a mis « deux mois » pour remonter la rivière Mialy (voir infra, p. 165).

110 Voir infra, p. 85-86.

111 Voir infra, p. 87.

112 Voir infra, p. 8

113 Voir infra, p. 89.

114 Voir infra, p. 91.

115 Voir infra, p. 92.

116 Voir infra, p. 93.

117 Voir infra, p. 94.

118 Voir infra, p. 107.

119 Voir infra, p. 113-116.

120 Voir infra, p. 116-117.

121 Voir infra, p. 118.

122 Voir infra, p. 120-121.

123 Sagean reste environ trois mois sur l’archipel : voir infra, p. 121-123.

124 Voir infra, p. 123, n. 305.

125 Voir infra, p. 126, n. 316.

126 Voir infra, p. 131.

127 Voir infra, p. 131-135.

128 Voir infra, p. 139.

129 Voir infra, p. 140.

130 Voir infra, p. 141-142.

131 Voir infra, p. 142-143.

132 Voir infra, p. 143.

133 Voir infra, p. 144-145.

134 Voir infra, p. 144, n. 401.

135 Pontchartrain le remarque d’ailleurs : « toutes les circonstances de ce Voyage [vers la Chine] marquées dans son memoire sont Veritables » (ANF, Marine B2 149, f. 155).

136 Voir infra, p. 145.

137 Voir infra, p. 145.

138 Sagean avance erronément la date du 22 août (voir infra, p. 148).

139 Voir infra, p. 152.

140 Voir infra, p. 154.

141 Voir infra, p. 155.

142 Voir infra, p. 156.

143 Voir infra, p. 156.

144 Voir infra, p. 157. Le texte — une copie — conservé au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale (NAF, vol. 9287, f. 109), porte la date du 28 avril 1700. La rencontre entre Sagean et le capitaine Belle-Issue aurait eu lieu en novembre 1697.

145 Mais comme le signale Michel Bégon, on ne put retrouver l’informateur de Belle-Issue (lettre à Cabart de Villermont, datée du 18 février 1702, BNF, mss FF, vol. 22811, f. 37, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 115).

146 SHM, Brest, 1 E 478, p. 190.

147 SHM, Brest, 1 E 478, p. 192.

148 Voir supra, p. 19, n. 40.

149 Lettre du 10 mars 1700 (ANF, Marine B2 146, f. 326).

150 Lettre du 15 mars 1700 (SHM, Brest, 1 E 478, p. 233-234).

151 Lettre du 19 mars 1700 (SHM, Brest, 1 E 478, p. 248).

152 Lettre du 7 avril 1700 (ANF, Marine B2 147, f. 11).

153 Dans sa lettre du 12 avril, Desclouzeaux annonce au ministre qu’il « commencera [...] des demain a luy [Sagean] faire les questions » (SHM, Brest, 1 E 478, p. 315).

154 Voir SHM, Brest, 1 E 478, p. 321.

155 Les « Reponses de Mathieu Sagean, Canadien, aux Demandes cy-aprés, Qui luy ont esté faites, de nouveau par ordre de Monseigneur De Pontchartrain », datées de « Brest Le Hic avril 1700 », suivent l’« Addition considerable », qui contient la déposition du capitaine Belle-Issue, et l’« Extrait de la relation de Mathieu Sagean, Canadien, dont le detail est cy Joint », qui est un résumé, parfois critique, de la déposition de Sagean. L’extrait et les « demandes » ne sont pas foliotés. Le classement ancien séparait nettement les « demandes », cotées G672-N° 4 ou Portf[euill]e 116 bis N° 17, de la relation proprement dite, de l’« addition » et de l’extrait, cotés C 672-N° 3 ou Portf[euille]e 116 bis N° 16.

156 ANF, Marine B2 148, f. 518.

157 Voir la lettre du 7 août 1701 à Cabart de Villermont (BNF, mss FF, vol. 22810, f. 304) et la note du frère Léonard de Sainte-Catherine de Sienne qui accompagne l’« Extrait de La relâtion des Avantures et voyages de Mathieu Sagean » (BNF, mss FF, vol. 9097, f. 119). Peut-être s’agit-il du texte intitulé « Le Pays des Acaanibas. Et les Mésaventures incroyables de Mathieu Sagean » (BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 88-105). La copie, qui a, selon toute vraisemblance, été faite au xviiie siècle, renvoie entre parenthèses aux pages de la version des Archives de la Marine (3 JJ 277, n° 3) et comporte quelques commentaires d’une main étrangère et d’une calligraphie qui évoque plutôt celle du xixe ou du xxe siècle que celle du xviiie siècle. C’est ce texte qu’a reproduit Pierre Margry (voir infra, p. 43).

158 BNF, mss FF, vol. 22810, f. 304, et AHSA, vol. 48, 1930, p. 75. Claude Bernou (circa 1638-1716), qui avait appuyé les expéditions de Cavelier de La Salle, s’intéressait à l’exploration et à la colonisation de la Louisiane (voir « Supplément III », Dictionnaire des journalistes (1600-1789), Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, « Textes et Documents », 1984, p. 2-5). La Touche était l’un des principaux commis du Département de la Marine.

159 « J’ay communiqué à l’abbé Bernou l’article qui regarde la deposition De Mathieu Sagean mais Il ne juge pas a propos quoyque amy intime de Mr De la Touche de s’exposer peut être a un refus attendu le secret soubs lequel vous me mandés que cette affaire vous a eté confiée et renvoyée en sorte qu’il faudra que je me contente de l’Extrait qu’on m’en a envoyé de Brest » (BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 111). Richebonrg Gaillard McWilliams se fonde sur cette lettre pour conclure que La Touche possédait une copie de la relation (voir art. cité, p. 190). Si cette copie a existé, elle est aujourd’hui disparue.

160 BNF, mss FF, vol. 22810, f. 426. Antoine de Mauclerc (1641-1703) avait été fait commissaire de la Marine en 1670. Commissaire général le 15 juin 1688, il était ordonnateur à Port-Louis et à Lorient depuis le 1er janvier 1696 (ANF, Marine C2 55, f. 224). Renseignements fournis par M. Marc Perrichet.

161 BNF, mss FF, vol. 22810, f. 440.

162 BNF, mss FF, vol. 22811, f. 28.

163 Le frère Léonard de Sainte-Catherine de Sienne observait d’ailleurs : « La Cour a deffendu a M.r Begon de communiquer la Relation entiere dud.t Sagean qu’il a » (BNF, mss FF, vol. 9097, f. 119).

164 BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 111.

165 Cependant la relation ainsi que sa « version » courte conservée dans les « Papiers Claude De L’Isle » comportent l’allusion au commerce des Acaaniba et précisent même que ces derniers échangent leur or contre « du fer, de l’acier et des armes blanches ». Voir infra, p. 70, et ANF, Marine 2 JJ 56, p. 5.

166 BNF, mss Clairambault 1016, f. 655-656.

167 Ibid., f. 655.

168 Ibid

169 BNF, mss FF, vol. 9097, f. 119-122. Le texte a été publié en 1863, avec quelques légères modifications, dont le nom du roi des Acaaniba, qui devient « Hagaaren » : Extrait de la relation des Avantures et voyage de Mathieu Sâgean, Nouvelle York [New York], À la Presse Cramoisy de J. M. Shea, 1863, 32 p.

170 Voir Anonyme, « Matthiew Sagean and his Adventures », The Historical Magazine, vol. 10, n° 3, mars 1866, p. 65 ; Richebourg Gaillard McWilliams, art. cité, p. 190.

171 BNF, mss FF, vol. 9097, f. 122.

172 Ibid., f. 120.

173 Ibid., f. 119.

174 Ibid., f. 120.

175 BNF, mss FF, vol. 9097, f. 168-170.

176 BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 88-105.

177 Voir supra, p. 39, n. 157.

178 Mercure galant, octobre 1711, p. 13-29.

179 Ibid., p. 13.

180 Les aventuriers, « partis de Montreal [...] il y a quelques années » (ibid.), seraient rentrés à Brest « quelques mois » plus tôt, soit en 1711.

181 Ibid., p. 16.

182 Ibid., p. 22. Encore ici, le roi est « habillé de peaux d’hommes » (ibid., p. 16-17).

183 Ibid., p. 26.

184 Ibid., p. 26-28.

185 Ibid., p. 29.

186 Le texte compte trente-deux pages (ANF, Marine 2 JJ 56, n° 10).

187 Voir les lettres de Charlevoix à M. Ranjart, un négociant de La Rochelle, datées du 15 septembre 1742, du 3 novembre 1742 et du 23 novembre 1742 (Archives du Séminaire de Québec, fonds Verreau, registre 035, pièces 32, 33 et 34), et la lettre de Charlevoix au ministre Rouillé, datée du 23 août 1749 (ANF, Colonies C11 D 8, f. 163-164).

188 ANF, Marine 3 JJ 277, n° 3, non folioté.

189 ANF, Marine 2 JJ 56, n° 23, 5 p.

190 Ce serait la « relation » conservée dans le fonds Clairambault de la Bibliothèque nationale : une note manuscrite signale que le volume 1016 comprend les « Papiers de Bernou ». Voir aussi R. G. McWilliams, art. cité, p. 190, n. 53.

191 Paris, Maisonneuve et Cie, 1879-1888, t. VI, p. 95-162.

192 BNF, mss NAF, vol. 9287, f. 89-105.

193 Les « Réponses » ont aussi été publiées par Pierre Margry (Découvertes al établissements des Français, t. VI, p. 162-166).

194 Voir SHM, Brest, 1 E 478, p. 190-192.

195 Par exemple, « metempsicose », « antropophage ».

196 Sur l’ensemble de la question de la langue « classique », voir Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française, t. IV, « La langue classique (1660-1715) », 1re partie, le chapitre intitulé « La forme extérieure de la langue. L’orthographe », p. 83-167.

197 Il est parfois difficile de distinguer si le signe de ponctuation est un point ou une virgule.

198 Par exemple, le « ç » dans « sçavoir ». Même au xviiie siècle, alors que la suppression des lettres étymologiques et analogiques est recommandée, les réformes concrètes demeurent timides (voir Alexis François, « Le xviiie siècle », dans F. Brunot, Histoire de la langue française, t. VI, 2e partie, 1er fascicule, p. 938).

199 Au cours du xviie siècle, on discute sur l’opportunité de supprimer les lettres doubles qui ne se prononcent pas, mais aucune réforme conséquente n’est adoptée par l’Académie, qui revient sur le sujet en 1740 (voir ibid., p. 937-938).

200 Comme le rappelle F. Brunot, d’une part, « on ne suit point une règle qui n’est encore ni fixe ni uniforme », de l’autre, les écrivains « non seulement n’avaient point notre orthographe, mais ils n’avaient pas la leur ; d’une page à l’autre, ils se contredisaient, n’ayant pas grand souci d’écrire d’après des principes invariables » (Histoire de la langue française, t. IV, lre partie, p. 150).

201 Par exemple : « aprettés », « deffence », « batteaux », « Affrique », « traitta », « arretté », « dettention ».

202 C’est le cas notamment des termes suivants : « raport », « comune », « diference », « afermir », « falu », « afligé », « sufisamme.t », « ofrit », « canes ».

203 Voir la « collection de spécimens » d’orthographe d’hommes et de femmes du xviie siècle produite par F. Brunot (Histoire de la langue française, t. IV, lre partie, p. 150-167).

204 Par exemple : « avantures », « apparanté », « Madalaine », « Européans », « plains ».

205 Voir infra, p. 101 et 104.

206 Par exemple dans les mots suivants : « enuiron », « auec », « fleuue », « nauigation ».

207 Dans le cas de « vn » pour « un ». Rappelons que la distinction entre le « u » et le « v », ainsi qu’entre le « i » et le « j », ne sera entérinée par l’Académie qu’en 1762.

208 Sans doute le « d » rappelle-t-il l’origine latine des deux verbes : credere et videre. Le phénomène est attesté dans beaucoup de textes du xviie siècle. Sur cette question, voir Jacques Damourette et Édouard Pichon, Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, Paris, d’Artrey, « Collection des linguistes contemporains », 1930, t. I, p. 221, n° 207.

209 Par exemple : « parmy-eux », « quoy-qu’ils ». Ces « mécoupures » sont fréquentes, non seulement dans les textes manuscrits de l’époque, mais aussi dans les ouvrages publiés.

210 Par exemple : « grand’part ».

211 Comme le rappelle Alexis François, « la grande réforme typographique du dix-huitième siècle, qui atteint aussi l’écriture, c’est celle des accents [...] le régime en avait été très indécis jusque-là » (dans F. Brunot, Histoire de la langue française, t. VI, 2e partie, 1er fascicule, p. 967).

212 Par exemple dans les mots suivants : « toûjours », encore écrit « tousjours » à l’époque, « doûter », « nôtre », « coûtume », « châcun », « brûler ». Le remplacement du « s » de l’ancienne orthographe par un accent circonflexe ne s’imposera vraiment qu’au xviiie siècle (voir A. François, ibid.).

213 Par exemple : « habitüé », « continüer », « Caïmans », « statuë », « queuë », « cuïr », « cuÿvre », « païs ».

214 Par exemple, l’adjectif « impotoyable » (voir infra, p. 91).

215 Voir infra, p. 51, n. 1.

216 Voir infra, p. 72.

217 Voir infra, p. 72 et 124.

218 Voir infra, p. 93, 120 et 152.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search