Version classiqueVersion mobile

Le phénomène des gangs de rue

 | 
Jean-Pierre Guay
, 
Chantal Fredette

Troisième partie. Profils, expériences et délinquance

Chapitre 14. Les filles et les gangs : un rapport complexe entre délinquance et exploitation

Chantal Fredette et Stéphanie Béliveau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les gangs inquiètent en raison de la violence qu’on leur attribue, mais aussi à cause d’une problématique dont on les tient de plus en plus responsables : celle de l’exploitation sexuelle à des fins commerciales1. Au Québec, cette situation préoccupait suffisamment les politiciens et les intervenants pour que soit mis en place un programme de financement qui soutient, depuis 2008, plus d’une vingtaine de projets de prévention, de formation et d’intervention en la matière2. Grâce à ce programme, la participation des jeunes filles aux gangs est analysée et mieux comprise par la population et la communauté scientifique.

La participation des filles aux gangs est largement admise. Son ampleur et sa nature sont tout de même difficiles à mesurer. La rareté des études, comparativement à celles sur les garçons, explique en partie cette méconnaissance. De plus, les filles sont essentiellement décrites comme des subalternes ou des victimes, forcées de se soumettre aux hommes. Cette image de la ...

Auteurs

M.Sc., criminologie
Candidate au doctorat de l’École de criminologie de l’Université de Montréal, chargée de cours à la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal et agente de planification, de programmation et de recherche au Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire (Québec, Canada).
Criminologue et étudiante au doctorat à l’École de criminologie de l’Université de Montréal.

M.A., sexologie
Coordonnatrice du projet « Sortie de secours » de la Fondation québécoise pour les jeunes contrevenants, Montréal (Québec, Canada).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search