Version classiqueVersion mobile

Le phénomène des gangs de rue

 | 
Jean-Pierre Guay
, 
Chantal Fredette

Deuxième partie. Médias, culture et mondialisation

Chapitre 7. La couverture médiatique aux États-Unis, au Canada et au Québec : la construction d’un discours

Patricia Brosseau, Jean-Pierre Guay et Chantal Fredette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les médias accordent beaucoup d’importance à l’actualité criminelle. Aux États-Unis, la télévision y consacre de 13 % à 20 % de son contenu et les journaux, près du quart (Surette, 2007). Les médias couvrent une variété de faits divers, mais les gangs de rue attirent particulièrement leur attention depuis environ une trentaine d’années. L’intérêt porté au phénomène s’est progressivement renforcé en raison des préoccupations qu’il suscite, notamment à l’égard de la violence dont on le tient responsable (Thompson et coll., 2000).

Les médias sont fréquemment accusés de véhiculer des informations stéréotypées. Solomon (2005) souligne la manière dont ils simplifient considérablement les phénomènes de la criminalité et des gangs en insistant sur leur caractère sensationnel. Ils font la promotion de représentations erronées, ce qui est lourd de conséquences. Les expériences des citoyens avec ces phénomènes sont relativement limitées. La plupart d’entre eux doivent consulter d’autres sources...

Auteurs

B.Sc., criminologie
Étudiante à la maîtrise à l’École de criminologie de l’Université de Montréal et assistante de recherche au Centre international de criminologie comparée, Montréal (Québec, Canada).

Ph.D., criminologie
Professeur agrégé à l’École de criminologie de l’Université de Montréal, chercheur associé au Centre international de criminologie comparée et chercheur titulaire à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal (Québec, Canada).
Chercheur au Centre international de criminologie comparée de l’Université de Montréal.

M.Sc., criminologie
Candidate au doctorat de l’École de criminologie de l’Université de Montréal, chargée de cours à la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal et agente de planification, de programmation et de recherche au Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire (Québec, Canada).
Criminologue et étudiante au doctorat à l’École de criminologie de l’Université de Montréal.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search