Version classiqueVersion mobile

Le phénomène des gangs de rue

 | 
Jean-Pierre Guay
, 
Chantal Fredette

Première partie. Définitions, mesures et manifestations du phénomène

Chapitre 6. Les gangs et les guêpes

Marcus Felson

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’imaginaire collectif, un gang de rue formé de jeunes est un groupe de petites brutes rebelles qui se serrent les coudes1. En 1980, le professeur Walter B. Miller a formulé une définition plus pointue d’un gang :

Un gang est une association librement constituée de pairs qui ont des intérêts communs, qui a un leadership clair, des liaisons hiérarchiques bien définies et d’autres caractéristiques organisationnelles, et ses membres agissent de concert pour atteindre un ou des buts précis qui impliquent habituellement des activités illégales et le contrôle d’un territoire, d’un lieu ou d’un type d’entreprise. (Miller, 1980, p. 12)

Nous sommes en désaccord avec son idée qui tient en 59 mots. Ainsi décrit, on croit qu’un gang est très bien organisé, en dépit du jeune âge de ses membres. C’est souvent la vision qu’en ont les résidents du quartier où il sévit, les policiers et la population générale. Pour comprendre ce que sont les gangs, il faut éviter de les diaboliser ou de les victi...

Auteur

Ph.D., sociologie
Professeur à l’École de justice criminelle de l’Université de l’État du Texas, San Marcos (État du Texas, États-Unis).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search