Version classiqueVersion mobile

La famille et les troubles émotionnels des jeunes

 | 
Claude Villeneuve

Deuxième partie. La psychopathologie des jeunes

Chapitre 14. La fratrie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les relations entre frères et sœurs sont parmi les plus importantes, les plus intenses et généralement les plus longues dans la vie d’un individu, mais leur influence sur le développement de l’enfant est encore peu reconnue. Au cours de l’enfance et de l’adolescence, les relations fraternelles permettent le développement d’un grand nombre d’expériences vitales et de sentiments, comme l’amitié, la coopération, la loyauté, la rivalité et l’ambivalence. L’ambivalence prédomine souvent dans les relations fraternelles et elle permet l’expérimentation des conflits et leur résolution. De plus, les frères et sœurs peuvent jouer un rôle d’agents de socialisation dans des domaines qui sont de leur ressort. Par exemple, cette microsociété qu’est la fratrie apprend à l’enfant à gérer sa frustration et à s’adapter à la réalité dans le climat relativement sécurisant de la famille.

Les effets sur ses frères et ses sœurs du trouble émotionnel chronique dont est affecté l’un des enfants de la famille...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search