Version classiqueVersion mobile

L’éthique clinique

 | 
Hubert Doucet

Chapitre 3. Trois modèles pour réussir la relation clinique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comment le soignant réussira-t-il sa relation avec le patient ? Depuis une trentaine d’années, l’approche relationnelle a pris forme à l’aide de différents modèles éthiques ; certains mettent l’accent sur la vertu, d’autres sur le prendre soin ou encore sur la narrativité. Ce chapitre présente ces trois options.

Dans les premières décennies de la bioéthique (1970-1980), deux théories dominent : l’utilitarisme et le déontologisme kantien. Pour la première, « une action ne peut être jugée moralement bonne ou mauvaise qu’en raison de ses conséquences bonnes ou mauvaises pour le bonheur des individus concernés » (Audard, 1997 : 1570). Pour la seconde, un acte ne sera véritablement moral que si la personne s’élève au-dessus de ses tendances égocentriques en se demandant quel est son devoir (Métayer, 2012). Aux débuts des années 1980, quelques philosophes introduisent en bioéthique l’éthique de la vertu, qui assez rapidement sera reconnue comme une des trois grandes théories servant de fon...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search