Version classiqueVersion mobile

Profession sinologue

 | 
Charles Le Blanc

Avant-propos

Texte intégral

1L’autre jour, on m’a posé deux questions : « À quoi s’occupe un sinologue ? Comment le devient-on ? » Presque toutes les pages de cet ouvrage serviront de réponse à la première question. Quant à la seconde, elle exige un point de vue plus personnel.

2Je suis devenu sinologue parce que j’ai éprouvé très jeune le goût de découvrir des paysages lointains, inconnus, différents de mon environnement immédiat. Ce goût, sans doute issu du paysage maritime de mon enfance (Cap-Pelé, Ponte-Sapin, Petit Rocher), ne m’a jamais quitté : encore aujourd’hui, je ne puis regarder la mer sans que montent dans ma mémoire le monde de mon enfance, ses joies et ses peines. Beaucoup plus tard, la Chine m’est apparue comme le pays de la différence et du dépaysement, mais aussi de la découverte et de l’appropriation de l’autre versant de l’humanité.

3Mes études en philosophie occidentale, que j’ai aimée passionnément, induisaient en moi un malaise. Les penseurs grecs et latins que j’ai surtout fréquentés, Platon, Aristote, Thomas d’Aquin, appartenaient à des époques et des cultures bien limitées dans le temps et l’espace, mais ils parlaient toujours en termes universels, comme si leur pensée était fondée sur une expérience illimitée, hors du temps et de l’espace. Le peu que je connaissais alors de la culture et de la philosophie chinoises me laissait croire qu’en les étudiant en profondeur elles apporteraient un correctif nécessaire aux prétentions universalistes de la philosophie occidentale et qu’elles me conduiraient à une synthèse équilibrée, favorisant le dialogue, l’échange et la compréhension, entre les deux pôles « radiaux » de la planète, le monde indoeuropéen et le monde chinois.

4Des lectures de collège (Malraux, Claudel, Tibor Mende) m’avaient laissé entrevoir que la Chine était destinée à devenir la première puissance de la planète, non seulement sur le plan géopolitique et économique, mais aussi sur le plan culturel et philosophique. Je voulais être partie prenante de ce renouveau, surtout sur le plan des idées et des valeurs. Étudier la Chine, c’était en même temps étudier l’avenir de notre planète.

5Un certain goût pour l’aventure, une exigence philosophique, un besoin de participer aux grands enjeux de notre monde : voilà trois des mobiles qui déclenchèrent ma décision de devenir sinologue.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search