Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agriculture et paysage

 | 
Gérald Domon
, 
Julie Ruiz

Deuxième partie. Nouvelles pratiques pour réinventer les paysages agricoles

5. Agroforesterie et qualité des paysages des territoires ruraux

Alain Olivier et David Rivest

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours des dernières décennies, l’univers rural québécois a été le théâtre d’importantes transformations. Le modèle d’agriculture extensive et multifonctionnelle qui avait cours a graduellement cédé la place à une agriculture intensive et hautement spécialisée, en particulier dans la plaine du Saint-Laurent. Cette intensification agricole a eu un impact important sur la qualité du cadre de vie de ses habitants qui ont assisté à une uniformisation progressive des paysages ruraux. Parmi les éléments du paysage qui ont connu une transformation importante, la disparition progressive de l’arbre est certainement l’un des éléments les plus significatifs.

Dans d’autres régions rurales, par exemple en Abitibi-Témiscamingue, au Saguenay-Lac-Saint-Jean ou en Gaspésie (Témoignage 1), on assiste au contraire à une véritable déprise agricole. L’abandon de l’agriculture a entraîné l’apparition de nombreuses friches qui ne sont pas sans effet sur la qualité du paysage. Afin de valoriser les champs...

Auteurs

Alain Olivier a obtenu son doctorat en biologie végétale à l’Université Laval en 1992. Il est actuellement professeur titulaire en agroforesterie au Département de phytologie de l’Université Laval. Il est également directeur du Groupe interdisciplinaire de recherche en agroforesterie (GIRAF) et titulaire de la Chaire en développement international.

David Rivest a obtenu son doctorat en biologie végétale de l’Université Laval en 2008. Il est présentement professeur régulier au Département des sciences naturelles de l’Université du Québec en Outaouais et chercheur à l’Institut des sciences de la forêt tempérée.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540