Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éveil culturel

 | 
Hervé Guay

Deuxième partie – Analyses des écrits de sept critiques de la presse hebdomadaire

Chapitre XII. Roger Valois, le libre-penseur

Texte intégral

Journaliste et revuiste

  • 1 André Beaulieu et Jean Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, 1979, p. 335. Selon (...)

1Fils de notaire, Roger Valois est né à Lachute en 1887. Il fait des études aux collèges de Sainte-Thérèse et de Saint-Laurent avant d’embrasser une carrière en droit. Il en abandonne la pratique pour débuter au Canada où, peu après, il devient chef de l’information. En 1910, il rejoint son oncle, Godfroy Langlois, au Pays. Il lui succède bientôt dans le fauteuil éditorial puis comme rédacteur en chef. Nommé à ce poste en décembre 1915, il y reste jusqu’à sa mort en mars 1917. En dépit d’une santé fragile et des lourdes responsabilités qui lui incombent, il continue néanmoins d’assurer la couverture du théâtre dans les pages de l’organe libéral sous le pseudonyme de Baptiste Poquelin jusqu’en octobre 1916, tout en signant Albert Chamot, Jean Brisson ou de son propre nom des opinions politiques progressistes. À ce titre, Valois participe grandement à la campagne du Pays en faveur d’une réforme du système scolaire1.

  • 2 En effet, faut-il le croire lorsqu’il écrit, le 24 octobre 1914, qu’il a vu Réjane dans Zaza au Ma (...)

2Le journaliste s’initie à la critique dramatique au Canada à compter de l’automne 1909. Il y suit de près la troupe de Paul Marcel qui s’est installée à l’Académie. Il signe d’abord ses comptes rendus de son propre nom avant de reculer et de ne plus apposer que ses initiales (R.V.) à la mi-janvier 1910. Est-ce lui encore qui se cache derrière ses initiales inversées (V.R.) qui apparaissent à la fin de quatre critiques de représentations proposées dans Le Pays en septembre et en octobre 1911 ? Il est tentant de le penser, d’autant que V.R. use de plusieurs critères qui sont chers à Valois (fausseté des situations, intérêt de l’intrigue, brillance des dialogues, habitude de ne pas bouder son plaisir, etc.). Comme lui, V.R. se plaint du manque de naturel de Madame Vhéry. Reproches similaires à ceux que formulera par la suite Baptiste Poquelin. Autre point commun, V.R. fait allusion à la merveilleuse saison 1905-1906 des Nouveautés, précisément celle qui continue à alimenter la nostalgie de Valois en mars 1915. L’énumération des étoiles de la troupe s’avère presque identique d’un texte à l’autre. En somme, si ce n’est pas Valois, V.R. lui ressemble terriblement. Si tel est le cas, le journaliste succède ainsi à Ernest Tremblay, quatre mois seulement après son départ. Toujours est-il qu’au sein de la presse hebdomadaire, il assure la couverture de pas moins de cinq saisons de théâtre. Les allusions au passé qui parsèment ses textes tendent néanmoins à prouver que sa connaissance de l’activité théâtrale remonte aux premières années des Nouveautés – tout probablement à l’époque où il étudiait à l’Université Laval à Montréal – et peut-être même à son adolescence2.

3Comme son prédécesseur à la rubrique théâtrale du Pays, Roger Valois a écrit des revues. À cette fin, il fait équipe avec le Français d’origine juive Radlauer. Sous le diminutif de Rad et Val, les deux signent quelques revues dont Paye, Baptiste ! créé au Nationoscope en 1912 et Baptiste en voyage donné en 1913 par la troupe du second Théâtre des Nouveautés, alors dirigé par le comique Harmant.

4Lors de son décès en mars 1917, la rédaction du Pays s’attarde surtout à mettre en évidence ses qualités de chroniqueur politique, son appartenance au courant libéral et la vigueur de son nationalisme :

Il était mû par un patriotisme ardent et profond, désireux, avant tout, d’extirper les nombreux tentacules de la routine qui garde les Canadiens français dans un état relatif d’infériorité à côté de concitoyens débarrassés des entraves qui paralysent l’initiative des nôtres.

Comme il était peu friand de gloriole, il préférait garder l’incognito dans ses écrits, sa modestie s’abritant le plus souvent sous les pseudonymes de Jean Brisson et d’Albert Chamot. Trois années lui ont suffi pour assurer à Jean Brisson une place parmi les plumes les plus correctes et en même temps les plus combatives du Canada, et pour détruire plus d’abus, renverser plus d’imposteurs que toute une génération de journalistes, sans que sa probité ou son désintéressement pussent être mis en suspicion.

  • 3 Le Pays, 31 mars 1917, p. 1.

Dans ses nombreuses polémiques, il traita toujours ses adversaires avec respect, attaquant les principes, ne touchant pas aux personnes3.

  • 4 Ibid., p. 4.

5Sous le pseudonyme de Cyprien, Germain Beaulieu se fait plus personnel. Il estime qu’à 29 ans, « Valois n’avait pas encore seulement donné une idée de son talent prodigieux, de son savoir solide et vaste, de ses projets4 ». Le critique littéraire et censeur de plusieurs théâtres brosse un éloge senti de son cadet :

  • 5 Ibid., p. 4.

[I]l restera toujours en mon esprit et dans mon cœur le souvenir d’un être d’élite, d’un vrai journaliste, d’un artiste de la pensée et de la forme, de quelqu’un qui me parut toujours avoir fait fausse route en ne naissant pas ailleurs, d’un ami d’une essence, d’une catégorie, d’une distinction comme il s’en voit peu, oh ! si peu que c’est bien ce qui rend plus lamentable leur disparition5.

  • 6 Le Nationaliste, 10 avril 1910, p. 3.

6Enfin, même s’ils sont d’allégeances politiques différentes, Marcel Dugas reconnaît en lui un critique « qui a manifesté de la liberté d’allures [sic] dans l’appréciation des acteurs6 ».

Militant et pragmatique

  • 7 Le Pays, 23 août 1913, p. 3.

7Roger Valois consacre la très grande majorité de ses écrits sur le théâtre dans les hebdomadaires à une seule représentation. Durant une brève période, de septembre à décembre 1913, il déroge à cette règle et parle de deux spectacles à la fois. Deux tournées importantes, celles de Madame Yorska et de Sarah Bernhardt, qui jouent en alternance plusieurs œuvres, donnent aussi lieu à un traitement particulier. Cas isolé, il signe le 27 novembre 1915 des « Propos de théâtre » pour tenter de comprendre l’absence dans la métropole d’une scène française vouée à la « comédie », c’est-à-dire au répertoire contemporain. Le journaliste du Pays accorde en outre plus d’espace aux œuvres sérieuses et peut aller jusqu’à écourter ses textes de moitié, voire des deux tiers, lorsqu’il s’agit d’un vaudeville. D’une manière générale, il s’abstient d’écrire sur le mélodrame. Tout en se centrant sur la représentation, Valois se montre préoccupé de réformes sociales auxquelles font écho ses articles sur le théâtre. Les spectacles qu’il couvre le conduisent à prendre position en faveur de la tolérance, de la réhabilitation des criminels, du divorce et de la liberté d’expression. Il mène, en effet, un combat acharné contre la censure, dont il déplore non seulement les conséquences politiques mais esthétiques. À ce chapitre, il déplore notamment que celle-ci rende nombre de pièces incompréhensibles et injouables. C’est pourquoi il s’ingénie à « exiger l’œuvre aussi intégrale que possible7 ».

  • 8 Cette réserve revient dans ses textes sous des formes variées telles que « cette conversation si f (...)

8Le texte dramatique, s’il le commente et l’analyse en détail, est seulement un des trois aspects de la représentation auquel il s’attarde longuement. Il accorde également une attention soutenue à la réaction du public et à l’interprétation du spectacle. À ses débuts, il n’est pas rare que le jeu des acteurs occupe, dans ses articles, un espace considérable, parfois même supérieur à celui qui est dévolu à l’auteur, au type de pièce, au résumé et à l’analyse du texte. Cette équation à trois variables (texte, jeu, public) montre bien que, dans l’esprit de Valois, l’événement théâtral n’est pas réductible à sa dimension littéraire. Le reproche qu’il formule le plus communément au sujet des dialogues – celui d’avoir l’air trop écrits8 – le confirme. Son souci du jeu d’ensemble va aussi dans cette direction, même s’il n’emploie pour ainsi dire jamais le mot « mise en scène » et, par conséquent, n’attribue qu’exceptionnellement la réussite ou l’échec de ce jeu d’ensemble qu’il chérit à quelqu’un en particulier. Plus tard, la configuration de ses articles se modifie à nouveau grâce à l’apport d’éléments supplémentaires. Des considérations relatives à l’histoire du théâtre, au renouvellement des troupes ainsi que la liste des œuvres d’un auteur ayant ou n’ayant pas été jouées à Montréal enrichissent alors la mise en perspective de l’actualité théâtrale qui se dégage de ses écrits.

9Que faut-il penser du fait que Valois signe du pseudonyme Baptiste Poquelin ses critiques de représentation dans les pages du Pays ? S’agit-il d’un recul pour celui qui en avait auparavant signé de son propre nom dans Le Canada ? Il est permis d’en douter pour au moins une raison : l’usage de plusieurs pseudonymes multiplie l’espace rédactionnel dont dispose le neveu de Godfroy Langlois dans le journal que dirige son oncle et concourt à en faire l’un des journalistes phares de l’hebdomadaire libéral. C’est d’ailleurs un pseudonyme qui le masque de moins en moins au fil du temps. En effet, la référence à Molière et au prénom canadien-français par excellence qu’est Baptiste redouble, dans un deuxième temps, celle du héros des revues que le journaliste écrit avec Radlauer. Cet aveu de paternité théâtrale porte à croire que Valois se sert moins du couvert de l’anonymat pour bénéficier de plus de liberté d’expression que pour pouvoir jouer un rôle actif dans plus d’une sphère de l’espace public. Ce choix serait logique venant d’un journaliste dont le militantisme se manifeste si clairement dans son écriture, comme je l’ai souligné précédemment.

  • 9 Le Pays, 24 février 1912, p. 6.
  • 10 Le Pays, 7 septembre 1912, p. 3.
  • 11 Les remarques suivantes montrent qu’il s’y emploie sérieusement : « N’est-ce pas la preuve d’un ch (...)
  • 12 Le Pays, 15 janvier 1916, p. 4.

10Cela étant, ce militantisme ne s’accompagne guère chez Baptiste Poquelin du ton péremptoire habituellement associé à ceux qui ont des idées arrêtées. La principale caractéristique de ses discours sur le théâtre est même de laisser libre cours à une subjectivité qui s’embarrasse rarement du besoin de recourir à des tournures objectivantes ou même à un pronom collectif. En fait, le journaliste se dissocie assez souvent du public canadien-français ou encore il cherche à composer avec son étroitesse d’esprit. Sa position de dissension explique sans doute en partie pourquoi il s’exprime si souvent à la première personne du singulier. Cette nécessité d’être personnel intervient même quand il choisit de résumer ou non l’action. « Ai-je besoin, écrit-il, de raconter les malheurs de la Maslova, son odyssée à travers les prisons de Russie, sa condamnation en Sibérie. Je ne le crois pas, tout le monde les connaît, ou par le roman ou par la pièce9. » Interrogation qui atteste, dans un même souffle, d’une confiance dans l’intelligence et la culture de ses lecteurs. C’en est une aussi à son propre égard. Confiance en luimême dont témoigne à nouveau son refus d’émettre des réserves sans raison. Perspicace, il observe que « ce sont là jeux de critiques qui tiennent absolument à faire des réserves dans la crainte de passer pour ne rien connaître10. » Aussi Valois essaie-t-il de passer des remarques le plus souvent fondées sur une observation précise11 et, s’il n’est pas capable d’étayer ses dires, il l’avoue (« il manque quelque chose dans ce spectacle, quelque chose que je ne puis définir12 »). Son expertise théâtrale transparaît, entre autres, par son goût des listes (pièces, auteurs, acteurs) et des comparaisons (il indique, par exemple, si une situation dramatique similaire apparaît dans un autre drame).

  • 13 Le Pays, 21 décembre 1912, p. 3.
  • 14 Son verdict relativement à un drame de Paul Bourget peut être cité à cet égard : « Pourtant, si Un (...)
  • 15 Le Pays, 22 août 1914, p. 9.
  • 16 Le Pays, 16 novembre 1912, p. 3.

11La prose journalistique de Roger Valois se caractérise d’abord par un sens de la synthèse indéniable. Ce qu’il a pris la peine de formuler, il s’assure, après deux ou trois paragraphes, que son lecteur l’a compris en le résumant en termes clairs. Il agit de même au terme de son exposé, ce qui donne des phrases limpides, du genre : « Je conclus : une belle pièce, une belle interprétation, une belle représentation13. » Cette clarté n’exclut pas les nuances, sur le plan des idées en particulier14, ni l’ironie, qu’il manie cependant avec parcimonie. D’où son efficacité quand il s’exclame : « Ah ! le revolver, quelle providence pour un auteur dramatique aux abois15 ! » Il trouve aussi ces mots pour décrire la farouche vertu d’une matrone : « Ce n’est pas elle qui eût hésité à lancer la première pierre16. » Ces phrases courtes, qui vont droit au fait, font ressortir le pragmatisme d’un être qui tient compte des contraintes matérielles qui pèsent alors sur le théâtre. Par moments, la lucidité de ses propos en est décuplée. Tel est le cas lorsqu’il affirme : « Quand on sait que ces pièces sont montées en cinq ou six répétitions : que peut-on exiger de plus ? »

  • 17 « On devrait maintenant nous offrir la “Nouvelle Idole” de M. François de Curel, “Amoureuse” de M. (...)
  • 18 À cet égard, il peut se montrer tranchant : « M. Filion détonne encore davantage, et que dire de M (...)
  • 19 Le Pays, 27 novembre 1915, p. 5.

12Ce pragmatisme déteint également sur sa manière de considérer le public, les acteurs et la direction des théâtres. Là encore, il enregistre la réaction du public, le plus souvent sans juger qu’il est inculte, américanisé ou mal élevé. Il se félicite cependant que son goût évolue et que la direction du National s’en rende enfin compte. Soucieux d’encourager et d’influencer, il suggère sans cesse des pièces à ajouter au répertoire connu17. Il est plus exigeant envers les acteurs, surtout ceux et celles qui sont le plus payés. C’est ainsi qu’il continue à exprimer des réserves à l’égard du jeu mélodramatique de Germaine Vhéry, premier grand rôle du National, et répond même vertement à un lecteur qui s’en formalise. Mais il reconnaît, du même souffle, qu’en pareille matière, le public est l’ultime juge. Il décourage aussi le cabotinage des acteurs de troisième ordre, qu’il perçoit certainement comme nuisible au jeu d’ensemble18. D’une manière générale, Roger Valois s’emploie à reconnaître ce qui a été fait pour mieux convenir de ce qui reste à faire. Profondément libéral dans une société conservatrice, ce militant convaincu n’est pas du genre à se décourager parce que tout ne va pas dans le sens désiré. Il est plutôt porté à se retrousser les manches et à proposer des solutions réalistes, comme il le fait dans Le Pays du 27 novembre 1915 quand, une fois de plus, Montréal se trouve privée d’une scène française vouée au répertoire moderne. Il énumère alors les conditions favorables au maintien d’un véritable théâtre français à Montréal : « Eh bien ! si ce théâtre est convenablement administré, si on engage quelques étoiles qui soient une véritable attraction, si la troupe est convenable et si le répertoire est intelligemment choisi, ce théâtre ne peut pas ne pas faire d’argent19. »

« Cette vertu si intolérable » : contre une moralité étriquée

  • 20 Valois trouve remarquable, dans La plus faible de Marcel Prévost, le « fouillé de certains caractè (...)
  • 21 Parlant des Vieux Garçons de Sardou, il décrète : « Pour moi, je ne sais pas de pièce plus délicie (...)
  • 22 Roger Valois décrit en détail le risible retournement de situation qui s’ensuit : « Monsieur Sabri (...)
  • 23 Le Pays, 24 octobre 1914, p. 7.

13C’est peu de constater que Roger Valois ne se satisfait pas de la morale de son temps. Il appartient au cercle restreint des intellectuels canadiens dont le féminisme est notoire. Il refuse en outre une morale différenciée selon le sexe et l’âge, laquelle excuse les fautes des hommes mais n’hésite pas à en faire porter le poids aux femmes et aux enfants. Il cautionne, pour cette raison, le théâtre à thèse de Dumas fils et de ses successeurs, bien qu’il en détaille les défauts. Parmi ceux-ci figurent, selon lui, le peu de vraisemblance de certains héros, de maintes situations, de même que la propension du « raisonneur » chez Dumas fils à présenter ladite thèse sur le ton d’une conférence. Il estime néanmoins que les idées véhiculées par ces auteurs sont vitales dans une société comme la sienne. L’adultère, le divorce, les enfants illégitimes, la prostitution, le vol, le suicide et plusieurs sujets délicats ne font donc pas broncher le journaliste du Pays que hérissent plutôt la rigidité et l’austérité dont se drape la vertu. Nul doute que cela lui est bien plus « intolérable20 ». Fait plus significatif encore, il s’élève contre la tendance du clergé à vouloir tout moraliser. Par conséquent, il ne se montre pas du tout réfractaire aux comédies légères qui ne cherchent qu’à amuser. Il observe en passant que ce n’est peut-être pas un crime que de passer une bonne soirée21. Il note cependant que les autorités religieuses ne l’entendent pas ainsi et exigent que soient enlevés les passages les plus choquants des pièces osées. Avec pour résultat que certaines comédies ne s’en remettent jamais. Pour sa part, il ne se prive pas de raconter à ses lecteurs ce que le comité de censure n’a pas laissé passer. D’Antoinette Sabrier, rebaptisée Le Désastre par le Théâtre National Français, il révèle que le drame, selon les vœux de Romain Coolus, doit normalement se terminer par un suicide et non par l’improbable scène de pardon « dont les Canayens auront eu la primeur22 ». Valois se souvient également que la vigilance vis-à-vis de l’immoralité est telle à l’évêché « que les autorités religieuses n’ont jamais manqué de saluer d’un mandement les grands artistes français qui nous visitent23 ».

  • 24 Le Pays, 16 août 1913, p. 3.
  • 25 Le Pays, 5 février 1916, p. 6.

14Conséquemment, le journaliste ne s’aligne pas sur les préceptes de l’Église catholique pour guider ses lecteurs. Ce que sa conscience lui dicte en est même très éloigné. Selon le cas, il établit lui-même la valeur morale de la comédie ou fait appel au verdict d’une autorité extérieure, la plupart du temps un éminent critique français, plus conservateur que lui. Il décrète ainsi que Le Secret de Polichinelle de Pierre Wolff est « une étourdissante comédie qui ne peut choquer l’oreille la plus délicate24 ». Il sait que c’est un auteur dont les autorités se défient puisqu’il attribue des années plus tard à la « bégueulerie montréalaise » – lire la censure officieuse – que seulement trois des pièces de l’écrivain aient jusque-là été produites dans la métropole25. Preuves à l’appui, il argue qu’en dépit de son titre, Un Divorce est une pièce recommandable. Il situe même cette comédie de Paul Bourget dans la veine, trop exploitée à son goût, des drames qui mettent l’accent sur les conséquences malheureuses du divorce. Il contredit toutefois l’abbé Bethléem (qualifié par lui de « trieur officiel du bon grain de l’ivraie de la littérature contemporaine roman et théâtre ») quand ce dernier affirme que cette pièce est hautement recommandable. Valois estime à cet égard que Bourget voue moins aux gémonies le divorce que l’ecclésiastique veut bien le croire. Il signale, au passage, Les Tenailles où Paul Hervieu prêche, lui, en faveur d’une loi qui permet de sortir du mariage. De même, s’il retient l’avis de plusieurs critiques, tels René Doumic, Jules Lemaître et Félix Duquesnel, attestant tous de la moralité des œuvres dramatiques de Dumas fils, il croit que l’auteur de La Dame aux camélias ne va pas assez loin. À propos de son drame Denise, il signale, par exemple, que l’héroïne mérite d’être épousée seulement parce qu’elle est parfaite, condition qui, selon Valois, ne devrait pas être exigée de la « femme perdue » pour qu’une chance de réintégrer la « bonne société » lui soit accordée. Pour Baptiste Poquelin, l’important demeure cependant que les Canadiens français soient exposés à des débats moraux comme celui que présente ce drame pour qu’ils en soupèsent eux-mêmes le pour et le contre – à la lumière de leur conscience plutôt qu’en se soumettant aux jugements obtus de la chaire.

  • 26 Le Pays, 22 février 1913, p. 3.
  • 27 Le Pays, 17 octobre 1914, p. 7.
  • 28 Le Pays, 26 octobre 1912, p. 2.

15Valois se méfie également du moralisme d’auteurs plus progressistes, tel Brieux dont il partage les vues. Il allègue que « le théâtre n’est pour [cet écrivain] qu’un moyen de précher [sic], de faire mousser des idées, de s’attaquer aux vices de la société et on n’a pu lui faire le reproche justifié de se laisser trop deviner derrière le masque de tel ou tel de ses personnages26 ». En somme, le journaliste n’aime pas qu’on lui dicte quoi conclure. À l’opposé, il apprécie les dramaturges qui entraînent le spectateur vers des « nuances morales27 » qu’autrement il n’aurait pas examinées. Libre-penseur sur toute la ligne, il l’est jusqu’au langage employé qui lui semble parfois suspect et dont il remet en cause le bien-fondé. Par exemple, il ne goûte guère l’expression d’« ingénue rosse » dont on affuble les jeunes filles qui ont du répondant. De manière similaire, il insinue que les soi-disant « honnêtes gens » vont parfois trop loin dans le but de s’assurer de ne point perdre leur respectabilité28. Somme toute, Valois fait valoir les vertus d’une catholicité ouverte, sujette à délibération, et qui se tient à distance de la vérité professée par un clergé qui tolère mal de voir son autorité discutée sur la place publique.

Un réalisme inimaginable ou la modernité du naturalisme

16Avocat éloquent des auteurs contemporains, Roger Valois participe volontiers à la vulgarisation et à la diffusion de leurs idées émancipatrices. De ce point de vue, il s’intéresse tout particulièrement aux auteurs français qui ont à cœur la condition féminine et à ceux qui travaillent à accoucher de tragédies modernes. D’un côté, il regrette que certains d’entre eux, notamment Curel, Portoriche et Becque, accèdent difficilement aux scènes montréalaises d’expression française ; de l’autre, il se réjouit quand d’autres (Hervieu, Bernstein, Bataille, Brieux) y parviennent. Il expose alors de long en large les mérites de leurs œuvres dramatiques, auxquelles résiste pourtant une bonne partie du public. Ce faisant, il estime contribuer à l’éducation du spectateur en l’initiant à des pièces qui font réfléchir et visent à renouveler les formes dramatiques en vogue.

17Cela étant, la modernité ne se limite pas au théâtre sérieux pour Baptiste Poquelin. Il ne tarit pas d’éloges envers les comédies légères à la de Flers et de Caillavet. Pendant réjouissant de l’art dramatique dont la première tâche consiste, selon lui, à divertir et, en second lieu seulement, à susciter la réflexion. La légèreté, qui se révèle avant tout pour lui dans des dialogues étincelants, apparaît vraiment au critique dramatique du Pays comme une condition nécessaire à l’émancipation de l’art dramatique dont l’édification ne doit pas être le seul objectif. À l’instar de tant de ses collègues, le mélodrame lui déplaît grandement, dans la mesure où le méchant est vite repéré puis châtié. Il fait une exception pour ce qui est du mélodrame social, tout en reconnaissant la filiation qui s’établit entre l’ancien mélo et le nouveau. En fait, il apprécie volontiers le genre dans sa version plus moderne, car il se teinte alors de nuances morales et aborde des questions sociales dont le mélodrame traditionnel est généralement dépourvu.

  • 29 En voici un exemple parmi tant d’autres : « Le sujet est magnifique, assez neuf. » Le Pays, 14 déc (...)
  • 30 Le Pays, 24 octobre 1914, p. 7.
  • 31 « Ne finira-t-on par comprendre, écrit-il, que le public se fatigue de toujours revoir les mêmes g (...)

18En vérité, nouveauté rime presque toujours avec beauté dans ses écrits. Valois accorde de l’importance à l’originalité du sujet chez les auteurs29. Par conséquent, il le mentionne quand un théâtre offre une primeur. Il lui arrive de corriger une information quand la réclame promet une nouveauté… déjà représentée à Montréal par le passé30. De même dresse-t-il la liste des œuvres dues à des auteurs progressistes, qui ont été joués dans la métropole, attirant de plus l’attention sur celles qui demeurent inédites. Autre cheval de bataille de Valois : le manque de renouvellement des troupes. Il incite en particulier le National à recruter plus souvent de nouveaux comédiens31. Il sait très bien, puisqu’il les fréquente, que, pendant ce temps, les théâtres anglais de la métropole reçoivent littéralement toutes les semaines de nouvelles troupes. Il est conscient que la compétition est féroce pour les salles françaises, moins rentables et ayant à soutenir un rythme de production infernal qui les oblige à changer l’affiche toutes les semaines.

  • 32 Le Pays, 29 janvier 1916, p. 4.

19Valois se révèle en outre un fervent partisan de la modernisation scénique des théâtres français de Montréal, particulièrement en ce qui a trait à l’interprétation. Passons rapidement sur le jeu d’ensemble, auquel il s’attarde longuement en épinglant les acteurs qui y dérogent. Inversement, quand l’interprétation est homogène, il ne manque pas de le souligner. Mais ce n’est pas tout. Il attend encore des acteurs qu’ils parviennent à un certain réalisme dans l’interprétation. En ce domaine, il combat avec obstination le jeu déclamatoire, impersonnel et outrancier propre au mélodrame. Ce style de jeu, il le vilipende en particulier chez Madame Vhéry. Plus que toute autre, la vedette du National incarne pour Valois cet esprit mélodramatique, fait de mouvements soudains et de « cris gutturaux », auquel il oppose, durant la saison 1912-1913, le naturel et la sincérité qu’il découvre chez Madame Briant. Mais elle n’est pas la seule. Le critique se montre élogieux à l’égard de tous les comédiens qui, à ses yeux, se renouvellent d’un rôle à l’autre et optent pour plus de dépouillement. Il les en félicite afin de les encourager à prendre ce virage qu’il souligne par les termes de nature, naturel, réaliste, réalité, réalisme, vie, spontané, simplicité, sobriété, vrai, vécu, véridique… Naturellement, l’inverse engendre son lot d’épithètes péjoratives, dont la plus fréquente s’avère – nul ne s’en surprendra – le qualificatif « faux » et ses variantes. Là encore, les synonymes abondent : factice, artificiel, convenu, invraisemblable, ennuyeux, etc. Le journaliste du Pays appelle d’autant plus de ses vœux l’avènement d’un véritable réalisme scénique que ce style de jeu lui paraît mieux convenir au répertoire contemporain. Recherche de vérité à laquelle concourt tout autant, d’après lui, l’écriture dramatique des auteurs qui délaissent les dialogues littéraires pour une langue plus parlée et se tournent vers un découpage en « tranches de vie ». « Avec les auteurs modernes, résume-t-il, nous avons perdu le goût de ces trucs scéniques chers à Scribe32. »

20À ce chapitre, bien qu’il lui apparaisse clairement que l’interprétation varie selon le genre dramatique auquel ressortit la pièce à l’affiche, Valois s’avère sans doute le critique montréalais de cette époque chez qui l’influence d’Antoine se fait le plus sentir. C’est à tout le moins celui qui le connaît le mieux. Il mesure ainsi les vertus de sa recherche de naturel dans le jeu mais en perçoit également les excès. Il s’étend sur le sujet à l’occasion des Marionnettes de Pierre Wolff dont le rôle principal est tenu par une comédienne de l’école naturaliste.

Toutefois ce naturel est quelquefois poussé à l’extrême, il est tellement fouillé qu’il en est factice. Sans doute, on jugerait de la spontanéité d’une telle interprétation tant l’artiste est parvenue à posséder son rôle, mais à la longue tant de naturel n’est plus naturel. Cela vous a l’air d’un paradoxe, mais comme je m’en ouvrais à Dhavrol de cette impression, il me dit : « Vous avez en Mme Méry une artiste formée par Antoine et par elle vous pouvez juger assez bien de cette école. Pour réagir contre l’ancienne manière, Antoine a cherché à être naturel et justement, comme toutes les réactions d’ailleurs, il a quelquefois poussé le naturel à l’excès. » Il n’en reste pas moins vrai que le théâtre moderne doit énormément à cette insistance d’Antoine.

  • 33 Le Pays, 4 mars 1916, p. 4.

Reprenons-nous au sujet de Mme Méry et disons qu’elle joue avec une sobriété et un réalisme inimaginables, qu’elle donne au personnage de Fernande de Montreuil un relief saisissant33.

21Au fil des semaines, Valois voit dans l’ancienne pensionnaire de l’Odéon un exemple à suivre. Ses prestations le convainquent de plus en plus des avantages qu’il y a pour l’art dramatique à évoluer vers plus de réalisme. En somme, il admire ce souci de vérité commun aux acteurs et aux auteurs, qui abandonnent l’idéalisation de la réalité afin de porter à la scène « la vie la plus intense ». Force est de constater cependant que le rédacteur en chef du Pays est peu enclin à accorder à la mise en scène et au décor un grand poids dans l’obtention d’un réalisme scénique satisfaisant.

  • 34 Le Pays, 16 août 1913, p. 3.

22Par ailleurs, Valois se porte à maintes reprises à la défense de la critique. Selon lui, le droit de différer d’opinion est essentiel au progrès d’une société. Il prêche du reste par l’exemple en rapportant souvent la réaction du public au spectacle auquel il vient d’assister. Public à qui il reconnaît le rôle de juge suprême au théâtre puisque c’est lui qui décide du succès d’un spectacle. Aussi se réjouit-il en août 1913 lorsque Montréal retrouve à nouveau une certaine diversité théâtrale. « [I]l y a tout lieu d’être satisfait, écrit-il, et nous souhaitons que les trois théâtres se maintiennent en dépit des prédictions pessimistes34. » La chose ne l’empêche nullement d’essayer d’influencer les spectateurs à se tourner vers les salles qui, à son avis, offrent les productions les plus valables.

  • 35 Le Pays, 7 décembre 1912, p. 3.
  • 36 Valois se rappelle-t-il encore des accusations du jeune lecteur lorsqu’il commente ses débuts sur (...)

23Il se désole que la mentalité canadienne-française soit portée à ne voir que du dénigrement dans la critique, surtout quand elle vient de l’intérieur de ses rangs, et qu’elle mette en relief ses insuffisances. Pour sa part, le journaliste voit avant tout dans la critique une interprétation des faits. Au dire de Valois, ces « dures vérités » inspirées de « réalités et de chiffres » ont beau déplaire35, les Canadiens français doivent les accepter s’ils désirent sortir un jour du cercle vicieux de l’ignorance et de l’analphabétisme, d’autant qu’ils ne se privent guère de faire la leçon aux étrangers. Aussi n’hésite-t-il pas à répondre à Armand Leclaire, un apprenti comédien36 qui met en cause son impartialité et le traite de snob parce qu’il n’apprécie pas le jeu de certains artistes du National.

Trois réserves, M. Leclaire appelle cela « massacrer quantité d’artistes ».

Il me semble pourtant, n’en déplaise à M. Leclaire, que la critique devrait avoir un champ plus libre et devrait pouvoir dire ce qu’elle pense même d’une comédienne.

  • 37 Le Pays, 2 novembre 1912, p. 3.

Il s’est trouvé à Montréal quelques critiques pour dire que Sarah Bernhardt était plutôt banale ; j’ai bien le droit, il me semble, de trouver quelconque Mme Vhéry ou un autre de nos artistes37.

  • 38 Le Pays, 26 décembre 1914, p. 7.

24En matière d’impartialité, Valois admet volontiers son biais quand il se trouve dans une situation délicate. Par exemple, le « revuiste à ses heures » avoue ne pas se sentir particulièrement à l’aise à la perspective d’analyser la revue de Pierre Christe. Il s’y emploie néanmoins. Mieux encore, il promet d’y aller d’une « impression sincère38 ». Et l’éternel dissident d’ajouter : « Qu’importe après tout ce qu’on en dira ! »

La France, une source d’inspiration

  • 39 Le Pays, 15 février 1913, p. 3.
  • 40 Valois cite plus d’une fois Brisson à ce sujet. Voir notamment les éditions du Pays du 15 février (...)

25De la France, Roger Valois apprécie tout particulièrement la légèreté de l’esprit français bien que, du même coup, il en souligne le caractère souvent factice. Il se félicite néanmoins que l’air très catholique de Montréal n’échappe pas « à la contagion39 » des comédies de Robert de Flers et Gaston de Caillavet. Celles-ci représentent pour lui la quintessence de ce « théâtre du sourire » – que Baptiste Poquelin met presque au-dessus de tout – empruntant, pour ce faire, l’expression au critique français Adolphe Brisson40.

  • 41 Le Pays, 1er février 1913, p. 3.

26Paris enthousiasme également le journaliste du Pays à cause de la largeur de vue de ses écrivains qui fleurent bon le parfum du scandale. Peut-être même en surestime-t-il un peu la libéralité sur le plan des mœurs, notamment quand il s’exclame à propos de l’un d’entre eux : « Un mariage ! Y a-t-il encore des gens qui trouvent que c’est un événement heureux. Le parisianisme de M. Capus serait-il en baisse41 ? » Il n’en demeure pas moins que la capitale française paraît à Valois une mine d’innovations sociales dont Montréal devrait s’inspirer. Bref, c’est le phare lumineux qui éclaire la route du progrès.

  • 42 « Quand on annonce La Dame aux Camélias, se plaint-il, les gens qui paient trois piastres le siège (...)

27Comme les idées les plus diverses circulent dans cette capitale, Valois ne se prive pas non plus d’émailler ses articles d’extraits des critiques français les plus éminents de l’heure ou de retracer l’évaluation d’ensemble de la profession parisienne au sujet d’une œuvre récente. Toutefois, s’il en cite beaucoup – et de toutes obédiences –, il lui arrive fréquemment de différer d’opinion avec ces critiques, voire de nuancer grandement ce qu’ils pensent de tel ou tel auteur. Il désavoue, par exemple, la sévérité de René Doumic à l’endroit de Sardou et l’accuse de bouder son plaisir. Il a une réaction diamétralement opposée à l’égard de Jules Lemaître. À son avis, ce dernier louange exagérément La Souris d’Édouard Pailleron, comédie que, de son côté, il trouve « crispante ». Au bout du compte, le critique dramatique canadien ne s’en laisse guère imposer par ses collègues parisiens, ni par la réputation qui précède maints auteurs dramatiques d’outre-Atlantique. Il en va de même de la réclame qui entoure les artistes de tournée à qui il ne se gêne pas pour dire que c’est à tort qu’ils se croient des dieux. Il n’est pas plus tendre envers Sarah Bernhardt dont, à ses dires, on a fait mousser la dernière tournée avec une publicité d’une malhonnêteté criante42.

  • 43 Le Pays, 20 janvier 1912, p. 5.
  • 44 Il est entendu d’avance que des attentes à ce point élevées, surtout sur le plan du progressisme s (...)

28Quoi qu’il en soit, pour lui comme pour tant d’autres, Paris revêt aussi le sens de capitale de la mode. Il ne se lasse jamais de mentionner « l’élégance parisienne » des toilettes portées par les actrices françaises qui évoluent sur les scènes montréalaises. Il salue également les prestations des meilleures comédiennes par des expressions telles que « digne des théâtres parisiens » et « authentique apparition de la Comédie-française ». Il partage en outre l’opinion, largement répandue à son époque, que la Ville Lumière peut donner des leçons de bon goût au reste de l’humanité. Il le laisse entendre dès la première critique où il signe Baptiste Poquelin quand il argue que White Magic est « la plus jolie œuvre américaine qu’[il] connaisse », précisément parce qu’y « pétille un esprit français de très bon aloi » et qu’elle « est remplie de situations nouvelles43 ». En somme, à quelques exceptions près44, le prestige culturel de Paris en fait un modèle théâtral à nul autre pareil.

« Le théâtre français suffisait, évidemment » ou le potentiel du français nord-américain

  • 45 Le Pays, 26 février 1916, p. 6.

29Naturellement, il apprécie que la vie théâtrale montréalaise soit irriguée par la culture française, mais il n’est pas sans voir à quel point Montréal souffre de la comparaison. Le public métropolitain a beau être au diapason de celui de Paris pour ce qui est de quelques succès ; cependant, Baptiste Poquelin ne prendrait pas la peine de le souligner à l’occasion si cet accueil favorable du public était constant et s’il croyait ce répertoire adapté à la réalité montréalaise. Il s’en ouvre à propos des Deux Noblesses, une pièce de Lavedan qui le laisse froid en raison des classes sociales évoquées : « En Amérique, prétend-il, ça n’a pas sens45. » Il considère certes que les artistes français qui séjournent de manière plus ou moins prolongée dans la métropole (Montréal) ainsi que le répertoire auquel ils prêtent vie concourent au rattrapage culturel de la majorité francophone. Selon lui cependant, cet apport ne remplace pas pour autant le développement d’une dramaturgie canadienne. Mieux, il paraît croire que les écrivains canadiens sont appelés à apporter à la littérature française une originalité qui leur est propre. Valois aborde la question à la faveur de la présentation à Montréal d’un des premiers grands succès du théâtre belge de langue française :

Avant la création du Mariage de Mlle Beulemans, il n’y avait pratiquement pas de théâtre belge. Quelques auteurs avaient bien essayé de donner de petites œuvres, mais tous avaient échoué. Le théâtre français suffisait, évidemment, mais les intellectuels de la Belgique française n’en déploraient pas moins le fait que leur pays qui avait donné aux lettres françaises de grands écrivains, de grands poètes n’avait même pas un auteur dramatique.

Nous ici, au Canada, nous en sommes encore là ; certes, nous n’avons pas encore eu notre Verhaeren, notre Camille Lemonnier, encore moins notre Maeterlinck. Mais il ne faut pas désespérer. Un jour viendra…

Toutefois, il me semble qu’il y a quelques considérations à faire en marge du Mariage de Mlle Beulemans. Voici une pièce essentiellement belge, et par l’intrigue et par la façon très amusante dont on parle le français en Belgique, et cependant, elle n’en a pas moins eu un très vif succès à Paris. Nous parlons une langue très différente de celle de la Belgique, avec un accent également très différent, mais ne serait-ce pas aussi amusant ?

  • 46 Le Pays, 25 octobre 1913, p. 9

De sorte que, pour faire œuvre canadienne et œuvre de valeur, il ne serait pas nécessaire d’aller chercher une intrigue à Paris ; il suffit de faire ici toutes les observations nécessaires et qui sait si, comme dans le Mariage de Mlle Beulemans, l’accent canadien ne rendrait pas la pièce encore plus intéressante. Aux auteurs en perspective ou en barbe de se rappeler de cet exemple46 !

30En somme, Valois préconise l’observation fouillée du milieu, assortie d’une intrigue locale et doublée de l’emploi de l’accent canadien par les interprètes, pour jeter les bases d’une dramaturgie canadienne. Ses conseils ne sont d’ailleurs pas que des paroles en l’air puisqu’il les met en pratique dans les « petites œuvres » qu’il commet en compagnie de Radlauer. Au reste, P. Paradis témoigne par la recension qu’il rédige de Baptiste en voyage que l’accent canadien a bel et bien cours dans les revues de Rad et Val.

  • 47 Le Pays, 13 décembre 1913, p. 7.

C’est surtout un gros triomphe pour Madame DeLuys qui a consenti à jouer un rôle de vieille canadienne [sic], laide et parlant un fort accent. Maquillée à la perfection au point que l’on ne peut la reconnaître, et parlant avec l’accent d’une grosse Canayenne de Sainte-Rose du Dégelé, elle a brossé avec une inénarrable fantaisie un type brave femme de Ste-Scholastique47.

31Le procédé même que les auteurs emploient dans cette revue, celui de la comparaison, et grâce auquel Baptiste réalise, pendant ses pérégrinations, à quel point son milieu diffère grandement du reste du monde montre à quel point Valois mesure ces différences. La quête de Baptiste tend à illustrer que celles-ci valent tant pour la France que pour la Chine où le héros de la revue est aussi entraîné. À la doctrine de l’imitation préconisée par d’autres critiques montréalais, le journaliste du Pays répond en suggérant le recours à l’observation détaillée de même que l’abandon de l’idéalisation de la réalité canadienne.

  • 48 Il assiste aux débuts d’Antoinette Giroux et même de sa sœur Germaine, encore toute petite. Il adm (...)
  • 49 Le Pays, 6 mars 1915, p. 3.

32Valois cultive en outre l’habitude, dans ces critiques de représentation, de comparer l’activité théâtrale montréalaise, moins à ce qui se fait ailleurs qu’à ce qui a été réalisé à Montréal précédemment. En 1914, il fait une exception lors de la tournée de Madame Yorska dans la métropole. Et c’est pour souligner que sa troupe n’est pas meilleure que celle du National, alors qu’elle a bénéficié d’une préparation nettement supérieure à sa contrepartie montréalaise. Il épargne généralement les comparaisons cruelles aux salles francophones, sans doute en raison des moyens réduits et du temps de répétition restreint auxquels les équipes de ces théâtres ont droit. L’histoire du théâtre à Montréal a beau être courte, il en rapporte les bons coups, en enregistre les progrès et les reculs. Dans la même veine, il signale les réussites et les débuts des Canadiens dans la profession48. En 1915, alors que la guerre a rappelé chez eux bon nombre de comédiens français, il constate avec regret la faiblesse des seconds rôles lors d’une représentation des Soirées Françaises de Haute Comédie fondées par Dhavrol. « Comme ensemble, écrit-il, il n’y a que le deuxième acte qui cloche, à cause du nombre de comparses et de l’effroyable nullité de ces bons hommes. Pourquoi plutôt n’avoir pas donné double emploi à MM. Schauten et Pelletier, qui n’apparaissent qu’au premier et nous éviter de telles horreurs49 ? »

33Parfois déçu de la qualité de la vie théâtrale montréalaise de son époque, Roger Valois demeure somme toute d’un optimisme prudent. Même la déconfiture du National au printemps de 1915 le porte à en analyser les causes et à examiner les solutions possibles au lieu de se laisser décourager et de pousser les hauts cris. Il ramène cette crise ainsi que celles qui l’ont précédée à une cause principale, l’incompétence des administrations théâtrales, et il refuse d’endosser la sempiternelle explication qu’en donnent les principaux intéressés, à savoir, l’apathie du public.

La guerre finira et vous verrez ensuite un théâtre de comédie s’ouvrir car c’est toute une clientèle qui le demande. Eh bien ! si ce théâtre est convenablement administré, si on engage quelques étoiles qui soient une véritable attraction, si la troupe est convenable et si le répertoire est intelligemment choisi, ce théâtre ne peut pas ne pas faire d’argent.

  • 50 Le Pays, 27 novembre 1915, p. 5.

Mais si on ramène tous les vieux chevaux de retour, si on nous sert des pièces de dixième ordre et châtrées par-dessus le marché, on verra se reproduire l’accident de l’« Académie » ou du « National ». J’ai confiance toutefois qu’on finira par comprendre le simple bon sens50.

***

34Critique pragmatique, Roger Valois se fait auprès d’une population peu instruite l’avocat des auteurs contemporains les plus progressistes. Conscient de véhiculer un point de vue extrêmement minoritaire, il défend tout de même son droit de faire valoir ses idées dans l’espace public. Il se sert même de plusieurs pseudonymes dans les colonnes du Pays afin d’y parvenir. À l’instar de tant d’intellectuels du Nouveau Monde, le prestige culturel de Paris l’éblouit, mais pas autant que la liberté de pensée et de mœurs qui y règne et pas au point d’abandonner sa faculté de juger. Sur le plan théâtral, le journaliste est partagé entre le réalisme sans concession des uns et les dialogues étincelants des autres. L’avenir du théâtre canadien lui paraît cependant devoir s’établir sur la qualité de l’observation sociale, liée aux premiers, tandis que l’accent du français parlé au Canada pourrait sans doute ajouter au pittoresque des pièces d’ici. Les auteurs canadiens apporteraient de la sorte une contribution originale à la littérature française. Sinon, Valois enregistre au jour le jour les progrès et les reculs du théâtre à Montréal, attentif à une histoire du théâtre, peut-être récente, mais à laquelle il est possible de se référer plutôt que d’en comparer les réussites à des traditions étrangères.

Notes

1 André Beaulieu et Jean Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, 1979, p. 335. Selon eux, la réforme de l’éducation publique est la principale cause du Pays « mais non sa seule préoccupation ». Ils ajoutent plus loin que ce journal tire aussi « une grande fierté de ses articles sur le féminisme et sur la langue française ». Ibid., p. 337.

2 En effet, faut-il le croire lorsqu’il écrit, le 24 octobre 1914, qu’il a vu Réjane dans Zaza au Majesty’s en janvier 1903 ? Cela n’est pas impossible : il avait 15 ans. Mais cela ne serait pas non plus la première fois qu’un critique dramatique allonge un peu la liste de ses souvenirs de théâtre. Voici ce qu’il en dit : « Oh ! vous rappelez-vous de cette semaine extraordinaire où Réjane avec une troupe fort convenable nous avait révélé quelques-unes des belles œuvres du théâtre contemporain ! En ce temps-là, il en venait souvent des troupes françaises et des étoiles de la scène parisienne. Réjane était ici dans la première semaine de janvier et Sarah Bernhardt nous arrivait à la fin d’octobre. » Le Pays, 24octobre 1914, p. 7.

3 Le Pays, 31 mars 1917, p. 1.

4 Ibid., p. 4.

5 Ibid., p. 4.

6 Le Nationaliste, 10 avril 1910, p. 3.

7 Le Pays, 23 août 1913, p. 3.

8 Cette réserve revient dans ses textes sous des formes variées telles que « cette conversation si fine à laquelle on reproche presque d’être trop écrite », « le dialogue de Dumas est rien moins qu’admirable, mais on pourrait peut-être lui faire le reproche d’être trop écrit » ou encore « quoique le dialogue manque parfois de simplicité ».

9 Le Pays, 24 février 1912, p. 6.

10 Le Pays, 7 septembre 1912, p. 3.

11 Les remarques suivantes montrent qu’il s’y emploie sérieusement : « N’est-ce pas la preuve d’un changement sérieux ? », « J’ai tenté de mettre en relief le grand vide que fait dans cette histoire cette scène coupée. »

12 Le Pays, 15 janvier 1916, p. 4.

13 Le Pays, 21 décembre 1912, p. 3.

14 Son verdict relativement à un drame de Paul Bourget peut être cité à cet égard : « Pourtant, si Un divorce est une belle pièce de théâtre, c’est un piètre argument contre le divorce. » Le Pays, 19 avril 1913, p. 3.

15 Le Pays, 22 août 1914, p. 9.

16 Le Pays, 16 novembre 1912, p. 3.

17 « On devrait maintenant nous offrir la “Nouvelle Idole” de M. François de Curel, “Amoureuse” de M. Georges de Porto-Riche, la “Parisienne” d’Henri Becque et l’on aura atteint le summum. » Le Pays, 17 octobre 1914, p. 2.

18 À cet égard, il peut se montrer tranchant : « M. Filion détonne encore davantage, et que dire de Monsieur Valhubert ! Je lisais l’autre soir que ces raisonneurs du genre Thouvenin, de Ryons et les autres crispaient Jules Lemaître. Ah ! s’il avait entendu M. Valhubert ! » Mais il le souligne également quand le cabotin rentre dans le rang : « Quant à M. Mallet, contrairement à son habitude, il ne fait pas tache ; il avait abandonné ses bouffonneries habituelles pour s’essayer à un rôle sérieux. Ne le décourageons pas et disons qu’il n’était pas trop mal. » Le Pays, 7 septembre 1912, p. 3.

19 Le Pays, 27 novembre 1915, p. 5.

20 Valois trouve remarquable, dans La plus faible de Marcel Prévost, le « fouillé de certains caractères, celui d’Angélique Lebrun, par exemple, cette honnête femme si rigide, à la vertu si austère… pour les autres et si intolérable. Ce n’est pas elle qui eût hésité à jeter la première pierre. » Le Pays, 16 novembre 1912, p. 3.

21 Parlant des Vieux Garçons de Sardou, il décrète : « Pour moi, je ne sais pas de pièce plus délicieuse, saupoudrée de plus de fantaisie, d’ironie et d’esprit et cela me satisfait, car le but du théâtre qui n’est en somme que d’amuser, est ici rempli à souhait. » Le Pays, 7 septembre 1912, p. 3.

22 Roger Valois décrit en détail le risible retournement de situation qui s’ensuit : « Monsieur Sabrier tente de se faire sauter la cervelle, mais tout à coup, il lance son revolver à terre et demande à Dieu de lui donner la force d’aller en prison pour expier sa faillite frauduleuse, et de donner à sa femme le repentir. » Le Pays, 10 août 1912, p. 10.

23 Le Pays, 24 octobre 1914, p. 7.

24 Le Pays, 16 août 1913, p. 3.

25 Le Pays, 5 février 1916, p. 6.

26 Le Pays, 22 février 1913, p. 3.

27 Le Pays, 17 octobre 1914, p. 7.

28 Le Pays, 26 octobre 1912, p. 2.

29 En voici un exemple parmi tant d’autres : « Le sujet est magnifique, assez neuf. » Le Pays, 14 décembre 1912, p. 3.

30 Le Pays, 24 octobre 1914, p. 7.

31 « Ne finira-t-on par comprendre, écrit-il, que le public se fatigue de toujours revoir les mêmes gens et qu’il serait heureux si la troupe se renouvelait un peu plus souvent ? » Le Pays, 8 août 1914, p. 7.

32 Le Pays, 29 janvier 1916, p. 4.

33 Le Pays, 4 mars 1916, p. 4.

34 Le Pays, 16 août 1913, p. 3.

35 Le Pays, 7 décembre 1912, p. 3.

36 Valois se rappelle-t-il encore des accusations du jeune lecteur lorsqu’il commente ses débuts sur les planches trois ans plus tard ? Si tel est le cas, il fait preuve d’une certaine magnanimité : « M. Leclaire n’est pas à la hauteur de la troupe. Mais c’est un Canadien qui débute et qui a du talent. » Le Pays, 22 janvier 1916, p. 4.

37 Le Pays, 2 novembre 1912, p. 3.

38 Le Pays, 26 décembre 1914, p. 7.

39 Le Pays, 15 février 1913, p. 3.

40 Valois cite plus d’une fois Brisson à ce sujet. Voir notamment les éditions du Pays du 15 février 1913 et du 1er avril 1916.

41 Le Pays, 1er février 1913, p. 3.

42 « Quand on annonce La Dame aux Camélias, se plaint-il, les gens qui paient trois piastres le siège pour aller entendre Sarah Bernhardt dans cette pièce, s’attendent à voir toute la pièce et pas seulement le dernier acte. La même réflexion est à faire du Procès de Jeanne d’Arc dont Sarah n’a joué que le deuxième acte. » Et il ajoute que ces mêmes gens ne s’attendent pas à « se faire écorcher les oreilles par un orchestre de vingtième ordre pendant une longue heure ». Il conclut sans ménagement que « si Madame Sarah Bernhardt est trop âgée pour faire les frais d’une représentation, elle n’a qu’à rester chez elle ». Le Pays, 14 octobre 1916, p. 4.

43 Le Pays, 20 janvier 1912, p. 5.

44 Il est entendu d’avance que des attentes à ce point élevées, surtout sur le plan du progressisme social, ne manquent pas de réserver quelques déceptions à Valois. Mais il s’en console vite auprès d’auteurs qui confrontent les Canadiens français à des questions autrement plus audacieuses qu’ils ne le sont habituellement.

45 Le Pays, 26 février 1916, p. 6.

46 Le Pays, 25 octobre 1913, p. 9

47 Le Pays, 13 décembre 1913, p. 7.

48 Il assiste aux débuts d’Antoinette Giroux et même de sa sœur Germaine, encore toute petite. Il admire Filion qui, selon lui, « est devenu un artiste très appréciable à force d’énergie et de talent » et ce, même s’il n’est pas passé par le conservatoire. De l’auteur du Secret professionnel, il écrit que sa pièce en un acte n’est sans doute pas un chef-d’œuvre comme l’ont prétendu certains, mais que Le Noblet-Duplessis est un auteur plein de promesses. Le Pays, 4 mars 1916, p. 4.

49 Le Pays, 6 mars 1915, p. 3.

50 Le Pays, 27 novembre 1915, p. 5.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter