Version classiqueVersion mobile

L’éveil culturel

 | 
Hervé Guay

Première partie – Théâtre et presse à Montréal au tournant du XXe siècle

Chapitre VI. Les genres composites

Texte intégral

La notion de genre composite

  • 1 Les ouvertures et fermetures d’établissements y abondent, les artistes vont et viennent d’une scèn (...)

1S’il n’est pas toujours simple d’identifier l’intention pragmatique dominante d’un genre journalistique, la chose se complique encore devant des « chroniques » qui mêlent volontiers plusieurs genres. Dans le traitement accordé au théâtre par les journaux, ces genres composites occupent un espace significatif. Ils permettent notamment au journal de regrouper ce qui touche au théâtre en fonction de la matière traitée, quelque disparate qu’elle puisse être. Cet aspect a son importance à une époque où les périodiques, en particulier ceux dont le personnel est limité, se fabriquent encore énormément à l’aide de ciseaux et d’un pot de colle. Dans la même veine, le recours au genre composite veille à assurer au journal un approvisionnement stable en contenu rédactionnel, peu importe le niveau d’activité locale, parfois sujet à de brusques variations. Il est difficile, en l’occurrence, de trouver un secteur économique plus emblématique de ces revirements de fortune que le théâtre montréalais de langue française de 1898 à 19141. Une rubrique théâtrale unifiée permet, entre autres, d’en confier la responsabilité à un spécialiste, chargé de recueillir et d’organiser la matière, souvent à moindre coût. La spécialisation évite en outre les erreurs liées à la dispersion des responsabilités, comme de traiter un même événement deux fois. Le journaliste peut aussi plus aisément vérifier l’exactitude des renseignements publiés quand le sujet lui est familier. Le regroupement de textes consacrés aux arts de la scène favorise tout autant une multiplicité de correspondants masqués sous l’effet rassembleur d’un titre commun. D’autres signes mettent cependant en péril cette belle unité, tels des sous-titres précisant la ville (Saint-Boniface, Ottawa, etc.) où a lieu une activité donnée. Dans certains journaux, une sous-section « À l’étranger » apparaît régulièrement, principalement constituée de dépêches en provenance de l’Europe et des États-Unis. Cette section et la précision des lieux reviennent plus fréquemment dans le pêle-mêle culturel du Passe-Temps, surtout dans les premières années de parution du magazine. D’un côté, cette dispersion géographique atteste du fait que la vie culturelle montréalaise ne suffit pas toujours à remplir les pages réservées à la rubrique des arts. De l’autre, elle traduit une volonté de rayonnement dans tout le Canada français et même partout dans le monde de la part de ce bimensuel, qui a pignon sur rue à Montréal.

  • 2 Comme son nom l’indique, le bloc-opinions se centre sur une seule intention (juger/persuader), mai (...)

2Au tournant du XXe siècle, la critique théâtrale donne lieu principalement à deux genres composites dans la presse hebdomadaire montréalaise d’expression française, si l’on se fie à la récurrence de ces formes dans les documents que j’ai analysés : le pêle-mêle culturel – il est parfois même possible de parler de pêle-mêle théâtral – ainsi que le babillard théâtral. Un troisième genre composite, le bloc-opinions, émerge épisodiquement durant cette période2. Mais il est si peu courant que je ne m’y attarderai pas.

Le pêle-mêle culturel et le pêle-mêle théâtral

  • 3 Dans les magazines visant le grand public, ce sont plutôt vie artistique et sports qui se côtoient (...)

3Le pêle-mêle culturel est le genre composite le plus ouvert. Les quatre types d’intentions retenues dans cette étude (informer, juger/persuader, amuser/divertir et louer/vanter) s’y côtoient en proportions variables d’une parution à l’autre. Plusieurs disciplines artistiques sont couvertes. Bien d’autres événements peuvent cependant y faire l’objet d’une brève. Ils touchent de près et de loin la communauté artistique (mariage, décès, voyage, études, etc.) de même que des activités connexes telles que le passage d’un bateau, l’attribution d’une décoration militaire, des élections au sein d’une association, un bazar tenu à des fins charitables et ainsi de suite. La liste est presque infinie. La vie artistique et les mondanités, en effet, ont longtemps eu partie liée3. Le cas le plus patent est certes celui du Passe-Temps, où mondanités et vie artistique partagent un même espace rédactionnel. En effet, les rubriques « Théâtres, Concerts, Etc. » et « Notes mondaines » sont voisines l’une de l’autre. Cette proximité donne à croire que l’on considérait, à cette époque, la vie artistique comme une extension de la vie mondaine et vice-versa. La même logique continue à prévaloir quand la mise en page est modifiée et lorsque « Dans le Monde Artiste » précède les « Mondanités ».

4La souplesse de la formule aidant, le pêle-mêle culturel se répand dans les trois quarts des hebdomadaires montréalais. Mais il obtient un succès particulièrement marqué aux Débats, au Nationaliste, au Passe-Temps et, dans une moindre mesure, au Samedi et au Monde illustré. Dans aucun hebdomadaire, cependant, l’ouverture du pêle-mêle aux quatre types d’intentions (informer, juger/persuader, amuser/divertir, louer/vanter) n’arrive à se maintenir tout au cours de l’existence du périodique. Les genres de l’opinion tendent à disparaître et à transformer le pêle-mêle culturel en simple babillard. Assez souvent, l’expression d’opinions s’accompagne d’une signature identifiable, bien que des exceptions subsistent. Après 1908, Le Passe-Temps connaît ainsi une longue période de publication de pêle-mêle culturels sans qu’un pseudonyme n’apparaisse au bas de la rubrique. À compter de 1909, la réapparition de l’opinion au cœur de la rubrique « Dans le Monde Artiste » paraît correspondre au retour au bercail de Gustave Comte. Celui-ci entame le 17 juillet 1908 une nouvelle série (« L’Art et les Artistes ») dans les pages du bimensuel consacré à la musique. Malgré le léger décalage entre son retour au Passe-Temps et le retour des opinions exprimées dans le pêle-mêle, tout porte à croire qu’il en est l’auteur.

  • 4 Mais c’est loin d’être le dernier changement d’appellation. À l’automne 1900, on se remet à hésite (...)
  • 5 Par exemple, durant l’été 1899, ce besoin ne se fait sentir qu’une seule fois. On y vante « Les ba (...)
  • 6 Cette hiérarchisation a beau être embryonnaire, elle existe. Dans son introduction, Strapontin sig (...)
  • 7 Le Samedi, 4 novembre 1900, p. 19.

5 Le Samedi publie des pêle-mêle culturels sous la signature de Palladio avant même que ne débute la période couverte par cette étude. Le titre de ce pêle-mêle a varié. Au départ, il oscille entre « Amusements et Sports », « Chronique théâtrale » et « Chronique des Théatres » [sic]. Ce dernier titre s’impose à compter du 9 septembre 18994. À cette occasion, la rubrique n’est pas signée. La modification du titre annonce visiblement un changement de la garde. Car, dès le numéro suivant, la rubrique porte la griffe de Strapontin. Hormis le Her Majesty’s qui y reçoit un traitement de faveur, ce pêle-mêle culturel consacre bientôt l’essentiel de son espace aux théâtres francophones. Le sport et les autres activités semblent retenir l’attention essentiellement au cours de la saison estivale5 quand la vie artistique est au ralenti. De Palladio à Strapontin, l’enthousiasme pour les événements de toute nature ne se dément pas. Dans les deux cas, cependant, l’opinion exprimée ne dépasse guère le stade du bilan de représentations. À cette nuance près que, chez le premier, le compte rendu cède le pas au communiqué au fil du temps, tandis que le second paraît plutôt évoluer vers une revue de la semaine théâtrale. En effet, une petite introduction, qui classe les événements6, contient de temps à autre de véritables réserves ainsi que des prises de position marquées. Ainsi, lors de sa dernière chronique, Strapontin déclare : « De fait, on peut, dès maintenant et sans crainte d’exagération, prétendre que le Théâtre National Français de Montréal est notre “Ambigu à nous”7. » Ironie du sort, ce sont les communiqués qui émanent de cette salle, encore plus uniment laudatifs que ce que le journaliste rédigeait, qui font disparaître sa signature et, du même coup, le pêle-mêle culturel de ce magazine grand public.

  • 8 Aucune pièce des Nouveautés n’a droit à cette critique. En fait, pour une raison ou pour une autre (...)
  • 9 Trois sources de friction qui existent pour le théâtre jouent, dans une moindre mesure, pour ce qu (...)

6Un pêle-mêle culturel mettant l’accent sur l’activité locale prend son essor au Passe-Temps à compter du 26 novembre 1898. Le sous-titre « À l’étranger » est même souvent éliminé en 1899 et régulièrement par la suite. Autre signe d’une recrudescence de l’activité théâtrale à Montréal, les entrefilets sur les soirées d’amateurs sont rassemblés, condensés et coiffés du sous-titre « A travers les cercles » à partir du 12 mai 1900. De plus, un avis précède le pêle-mêle du 29 avril 1899, qui énonce la politique éditoriale suivante : « Comme l’espace que nous consacrons aux musiciens et aux acteurs devient très restreint à cause de la fréquence des concerts, de soirées dramatiques et autres, nous ne tiendrons dorénavant aucun compte des envois d’annonces de pièces, concerts, etc., qui ne seront pas accompagnés de deux billets d’admission à la représentation. » Cet avis est maintes fois répété. Bien que la mesure mette en place des conditions pour que la critique puisse s’exercer plus facilement, celle-ci n’augmente pas de manière notable : elle se maintient. C’est plutôt le moment de l’année qui semble dicter le genre retenu pour parler théâtre : nouvelles en été et au début de l’automne, brèves critiques ou bilan de représentations au cœur de la saison, bienveillantes réceptions des séances d’élèves à l’approche de l’été. En mars 1901, l’introduction d’une sorte de calendrier des théâtres, bien proche de l’encadré publicitaire, coïncide avec une raréfaction des commentaires sur les spectacles. Le tout reprend son cours normal dès 1902, même si on enregistre bien peu de commentaires au cours des deux saisons suivantes. Entre-temps, le calendrier disparaît, remplacé par la publicité unique du Théâtre National Français qui perdure en tête du pêle-mêle jusqu’au 11 juin 1910. Une véritable inclusion de la critique de représentation dans le genre est tentée par Léon Lorrain à l’automne 1905, mais elle fait long feu8. L’année suivante, ce dernier signe plusieurs fois du pseudonyme de Paul d’Assas un pêle-mêle qui tend davantage au divertissement que par le passé. Une seconde tentative d’ouvrir définitivement le pêle-mêle à la critique survient en mai 1907 et suscite des réactions négatives. On s’en tient dorénavant aux commentaires bienveillants sur des séances d’élèves et des cercles amateurs ou encore à des opinions plus générales sur le théâtre. L’autre tendance, c’est de privilégier le concert et l’opéra par rapport au théâtre quand on se mêle d’évaluer une représentation. En somme, tant qu’à prendre des risques, la direction du Passe-Temps semble d’avis qu’il faut d’abord servir la clientèle, qui l’achète pour ses partitions, d’autant plus que les musiciens paraissent moins prompts à riposter aux commentaires qui leur sont adressés que les acteurs9.

  • 10 Notons aussi que Les Débats n’en continue pas moins de parler abondamment de théâtre à l’extérieur (...)

7 Les Débats offre, au début de sa parution, un pêle-mêle culturel où l’on ne craint pas l’opinion. Tant Gustave Comte et Frédéric Pelletier que Jules Jéhin-Prume prennent position sur les arts et suggèrent divers moyens pour en assurer le développement. Faisant fi de leur compétence, que leur enracinement dans la communauté artistique rend manifeste, la direction profite néanmoins de l’été 1901 pour mettre fin au pêle-mêle culturel au profit de « Scènes théâtrales », un babillard théâtral qui faisait compétition aux « Notes d’Art » depuis le 18 novembre 1900. Cependant, la décision ne semble pas avoir été un choix strictement économique de la part de la rédaction. D’une part, il est clair que l’hebdomadaire veut profiter des revenus que lui procure la réclame théâtrale. L’espace consacré à ces annonces s’accroît encore quand le pêle-mêle est abandonné, tandis que l’hebdo accueille désormais à pleines colonnes les encadrés publicitaires des théâtres des deux langues. Mais il est aussi possible que la rédaction renonce à souligner les défauts de la production dramatique de langue française pour favoriser l’essor des théâtres que plusieurs concurrents se soucient de contenir10. Ce dilemme se pose aussi au Nationaliste au cours des premières années de son existence. La direction hésite longtemps entre une rubrique théâtrale plus ou moins critique. Là encore, quand les réactions aux commentaires sont trop fortes, la direction recule temporairement et les remarques plus ciblées cèdent la place à des énoncés passepartout. Mais jamais la direction ne cesse pour autant de chercher une formule appropriée de critique théâtrale.

  • 11 André Beaulieu et Jean Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, Québec : Presses de (...)
  • 12 Jusqu’au milieu de la première décennie du siècle, on ne conçoit pas qu’un théâtre soit dépourvu d (...)
  • 13 « En fait de peinture, écrit-il, je suis un peu comme le paysan qui va au théâtre pour la première (...)

8On s’en doute : l’art dramatique n’occupe souvent qu’une fraction négligeable de l’espace alloué à ces pêle-mêle. Mais il arrive aussi qu’il en constitue l’essentiel. Telle est la situation au Passe-Temps du 27 octobre au 8 décembre 1900. Le pêle-mêle y a alors brièvement pour titre « Dans le Monde théâtral ». Cette prédilection pour le théâtre ne dure pas. La musique revient au cœur de ce bimensuel dont la publication de feuilles de musique demeure, au fil du temps, la principale raison d’être11. Il est significatif, à ce chapitre, que les pêle-mêle qui sont signés, notamment les « Notes d’art » de Gustave Comte aux Débats, auquel succèdent Frédéric Pelletier et Jules Jéhin-Prume, échoient habituellement à des titulaires possédant de solides connaissances musicales, doublées d’une connaissance certaine de la scène. Dans la culture de l’époque, la connaissance de la musique semble aller de pair avec celle du théâtre12. En revanche, la connaissance des beaux-arts paraît facultative pour le titulaire de ces pêle-mêle. Dans ses « Notes d’art », Gustave Comte avoue candidement être tout à fait profane en matière de peinture13. Plus rares semblent effectivement les journalistes qui sont dotés de notions en histoire de l’art. À ma connaissance, Le Pays est le premier hebdomadaire à dénicher un collaborateur régulier muni d’une telle compétence. Aussi Rapin est-il appelé, à compter du 25 janvier 1913, à entretenir d’arts visuels les lecteurs de l’hebdomadaire libéral.

9Le pêle-mêle culturel se caractérise le plus souvent par une énumération d’événements. Il est similaire en cela au babillard culturel, tout en étant moins systématique que ce dernier, qui semble se faire un point d’honneur d’offrir à tous les spectacles, quel que soit leur intérêt, un traitement égal. Dans le pêle-mêle, au contraire, les sujets n’obtiennent pas autant de lignes agates les uns que les autres. Un ordre de priorité rudimentaire en émerge et il est relatif à l’espace dévolu à un événement, ce qui en fait une sorte de « magazine culturel » en miniature. Le titre que Le Nationaliste donne à son pêle-mêle (« Gazette théâtrale ») met d’ailleurs ce trait en évidence. Ce trait est renforcé par la multiplicité des genres qui le constituent. À la rigueur, un pêle-mêle se distingue visuellement d’un babillard avant tout par l’inégalité des surfaces accordées à divers sujets. Bien entendu, l’apparence de ce pêle-mêle varie d’un journal à l’autre. Trois astérisques subdivisent les très sérieuses « Notes d’art » des Débats. Un seul astérisque suffit à marquer les divisions au sein du pêle-mêle du Passe-Temps. Le Samedi use parfois des astérisques et du nom du théâtre (ou de la troupe) pour isoler chaque partie. Des illustrations viennent parfois augmenter l’espace alloué à un événement comparativement aux autres.

10La brièveté est un autre trait formel des textes qui composent les pêle-mêle. Très souvent, le paragraphe unique, ou peu s’en faut, est de rigueur. Suivant cette logique, certains paragraphes courent sur des dizaines et des dizaines de lignes. Très exceptionnellement, Gustave Comte en propose un de 67 lignes en page cinq des Débats du 4 mars 1900. Mis à part ces écarts passagers, l’auteur est généralement enclin à y exprimer sa pensée de manière lapidaire. Le genre permet à celui qui le pratique d’aiguiser son sens de la formule. Par conséquent, c’est plutôt sur la durée que certaines nuances finissent par être formulées. Elles n’apparaissent donc pas au premier coup d’œil. En raison de la diversité des sujets abordés, le journaliste peut être appelé à créer des liens – plus ou moins artificiels – entre divers sujets, ce qui constitue un embryon de méthode comparative. Le phénomène est plus ou moins favorisé selon que les sous-titres y sont pris au pied de la lettre ou non, et que le journaliste se voit comme l’organisateur d’un tout ou mise d’abord sur la diversité et la rupture de ton pour maintenir l’intérêt. Cette stratégie peut lui être dictée par les circonstances, par la volonté de l’auteur de développer une réflexion soutenue ou par celle de la direction du journal de rejoindre un lectorat plus vaste en variant les angles d’attaque. En somme, la souplesse du pêlemêle constitue son principal avantage. Elle en explique aussi le rayonnement et la pérennité dans la presse hebdomadaire montréalaise d’expression française.

11Pour le lecteur, cette souplesse comporte son lot d’avantages et d’inconvénients, selon que l’on considère qu’il faille cibler clairement une clientèle restreinte ou, au contraire, attirer le plus grand nombre possible en variant le traitement. Observons simplement que des publications adoptent, à certains moments, des solutions intermédiaires, qui résolvent en partie cette antinomie. Pensons au Passetemps qui recentre son pêle-mêle sur la musique et l’opéra dans les années 1910 ou encore à l’accent mis sur l’opinion dans les premières années où ce genre se développe aux Débats. Le pêle-mêle n’en demeure pas moins la marque d’un genre ouvert à un large lectorat, qui aime mieux en savoir un peu sur beaucoup de domaines que beaucoup sur trop peu. À cet égard, c’est un genre journalistique qui convient particulièrement bien à une vie artistique en émergence et dont le degré de spécialisation n’est pas encore très prononcé.

Le babillard théâtral

  • 14 Grand dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française, 2002, édition électron (...)

12Le babillard théâtral est un genre composite, principalement centré sur deux intentions (informer et louer/vanter). L’Office de la langue française définit le babillard comme un « panneau fixé à un mur dans un lieu public, sur lequel on épingle des messages, des annonces et des communiqués, etc.14 ». En ce sens, le terme décrit particulièrement bien le contenu d’un genre journalistique, essentiellement composé de communiqués et de nouvelles relatives aux salles de spectacle. C’est par l’accent qu’il met sur les salles qu’on peut le qualifier de théâtral, bien que les babillards des diverses feuilles outrepassent assez souvent le cadre des manifestations dramatiques traditionnelles. Le cinéma, l’opéra et, à l’occasion, certains concerts figurent au menu de ces babillards. Leur apparition dans la presse hebdomadaire coïncide avec une meilleure organisation de la vie artistique. Les salles de spectacle et les troupes développent avec les médias des relations soutenues, marquées notamment par l’envoi systématique de communiqués et par la circulation rapide d’informations des théâtres aux journaux, qui se disputent ensuite la primeur des nouvelles. La mise en place de relations suivies entre des entreprises très complémentaires a un impact énorme sur les hebdomadaires, dont certains revoient entièrement leur traitement du théâtre à la faveur de considérations parfois très mercantiles. L’abondance d’une information à faible coût et formatée spécialement à leur intention invite plusieurs hebdomadaires à l’employer presque telle quelle. Que les journaux véhiculent, quasiment sans le modifier, leur point de vue incite plusieurs directeurs de salle de spectacle à leur acheter de la publicité. Revenus publicitaires améliorés et contenu rédactionnel à bon marché : l’hebdomadaire fait ainsi d’une pierre deux coups. En contrepartie, un tel traitement du théâtre, en se généralisant, cesse d’offrir à une publication la possibilité de se différencier de la concurrence.

13Dans la presse hebdomadaire montréalaise d’expression française, le babillard se répand dans six journaux. Mais le genre se maintient longuement uniquement dans quatre d’entre eux (Le Bulletin, Les Débats, Le Rappel et Le Samedi). Et il existe seulement brièvement dans Le Passe-Temps et dans Le Nationaliste où il constitue un genre de repli quand certaines opinions créent des remous. En somme, il prolifère tout particulièrement dans la presse populaire. À cet égard, Les Débats, qui publie pendant plusieurs mois un pêle-mêle et un babillard avant de finalement opter pour le second, constitue une exception.

14La convergence n’est pas totale entre la publicité qui se retrouve dans un journal et les communiqués de son babillard. Si elle est presque parfaite dans Les Débats et Le Rappel, le même recoupement ne se retrouve ni dans les pages du Samedi ni dans celles du Bulletin. Par exemple, le 5 janvier 1908, le babillard du Bulletin compte six lieux de divertissement alors que seulement quatre d’entre eux y achètent des encadrés publicitaires. L’écart est encore plus net dans Le Samedi du 21 avril 1906 ; bien que la « Chronique théâtrale » fasse place à cinq salles de spectacle, on ne retrace dans le magazine qu’une seule réclame théâtrale, celle du Bijou. Cette situation donne à penser qu’il existe plusieurs tarifs publicitaires au sein d’une même publication. Il est aussi possible que ces services puissent se monnayer autrement, en billets de faveur notamment. Des recherches plus poussées permettront sans doute un jour de mieux comprendre le phénomène.

15Sur le plan formel, la base du babillard est le communiqué de théâtre, ramené à une longueur à peu près égale pour toutes les salles de spectacle dont il est question. Les parcs et les cinémas offrent généralement des communiqués plus brefs parce que le programme en est moins détaillé. Il en est de même des salles où l’on offre du vaudeville : on ne se donne pas la peine de résumer l’histoire, par contre, on n’oublie pas de mentionner les numéros les plus pittoresques. Encore qu’au fil du temps, les scènes de vaudeville elles-mêmes allongent leur communiqué, vantant les diverses vedettes et leur unicité. Dans un babillard, toutes les scènes reçoivent, à peu de chose près, un traitement similaire en termes d’espace. Le nom de la salle (ou éventuellement de la troupe) sert de sous-titre et de division au genre. Lors d’occasions spéciales, ce sous-titre peut comporter aussi un autre sous-titre, tels le nom de la création ou celui des acteurs qui font leurs débuts. D’ordinaire, les liens entre les divers spectacles sont évités à moins que les théâtres eux-mêmes n’y fassent référence pour justifier, par exemple, qu’ils utilisent la version américaine ou française d’une pièce, inévitablement présentée comme supérieure à toute autre.

  • 15 En avril 1903, l’écart est nettement moindre entre les communiqués des Débats et ceux du Rappel, d (...)
  • 16 Les citations qui suivent se retrouvent dans Le Samedi du 25 janvier 1902 et dans Les Débats du 19 (...)

16Le degré de réécriture des communiqués varie au gré des journaux et de l’espace disponible. Au début de 1902, ils sont davantage abrégés au Samedi que dans Les Débats. Plusieurs éléments similaires subsistent néanmoins chez des concurrents dont la clientèle est pourtant très éloignée l’une de l’autre15. Il suffit de comparer le traitement du même spectacle dans les deux publications pour y voir des constantes. En premier lieu, tous deux débutent en vantant la pièce à l’affiche16. « Les représentations du Roman d’un jeune homme pauvre, le drame sensationnel d’Octave Feuillet, l’impeccable littérateur français, seront un vrai régal pour la nombreuse clientèle du Théâtre National », rapporte Scaramouche dans Les Débats. Le Samedi va plus directement au fait : « Le Roman d’un jeune homme pauvre, le grand drame d’Octave Feuillet, succédera pour la semaine du 20 courant à Paul Kauvar. » Les deux hebdomadaires notent que les deux acteurs qui s’apprêtent à y jouer les rôles principaux ont reçu les éloges des quotidiens la semaine dernière. Voici ce qu’en dit Les Débats : « Tous les journaux quotidiens de Montréal ont déjà proclamé le grand talent des deux artistes du Théâtre National, et nous ne pourrions que renchérir sur les éloges dont M. Nangys et surtout, Melle Moret, ont été l’objet. » De son côté, Le Samedi écrit : « Les journaux quotidiens ont, dans leurs comptes rendus, fait les plus grands éloges de ces deux véritables artistes, et particulièrement Mlle Moret. » Les deux feuilles ne manquent pas non plus d’attirer l’attention sur la présence dans la distribution d’une artiste aimée du public, Madame Bouzelli. À côté d’éléments communs, chaque journal a le souci d’ajouter un détail inédit. Au Samedi, on insiste sur le fait que « de très beaux décors viennent d’être peints » spécialement pour cette pièce ; Les Débats font valoir que l’auteur d’une création prochaine, Vitrix, est Jules Jéhin-Prume qui collabore au journal depuis plusieurs mois.

17Bien que la réécriture de ces communiqués soit parfois très considérable, la structure du texte, l’abondance des superlatifs ainsi que les principaux arguments de vente invoqués par la direction des théâtres demeurent. Ces éléments trahissent l’origine des textes. Paradoxalement, comme tous les théâtres envoient des communiqués, il en résulte un traitement indifférencié d’un spectacle à l’autre. Le principal effet pour le lecteur est d’inhiber en grande partie sa capacité de faire un choix éclairé, toutes les productions étant mises sur le même pied. La nouvelle vient alors briser la monotonie des communiqués, quand un événement particulièrement notable survient : engagement, départ, adieux, soirée-bénéfice, etc. Mais cette rupture de ton s’avère bien relative dans la mesure où, dans ce cadre, la nouvelle calque souvent le style des communiqués, pour ne pas déparer l’ensemble. L’équité entre les théâtres s’acquiert ainsi en vertu d’une uniformité et d’une répétitivité dont l’effet n’est rompu que par l’extravagance des résumés et des numéros mentionnés. Par ailleurs, la photo permet de temps à autre de briser la monotonie de l’ensemble.

18Mis à part la programmation du théâtre et l’histoire détaillée de la pièce dont la singularité est mise à profit, il est difficile de saisir comment ces babillards parviennent à maintenir l’intérêt du lecteur. Émettons l’hypothèse que l’énumération de ces succès, proclamés à la queue leu leu, ainsi que les aventures compliquées dans lesquelles ces êtres légendaires, acteurs et vedettes mêlés, sont plongés, constituent, pour un lectorat aux prises avec une vie routinière, une promesse de divertissement enviable. Désir d’évasion qui peut être attisé d’autant plus fréquemment que les lecteurs n’ont guère la possibilité d’échapper à leur routine. Par ailleurs, la répétition tant du communiqué que du spectacle ne manque pas d’ancrer en lui des attentes bien déterminées. En fait, la presse joue ainsi le jeu du producteur de spectacles, à qui il ne reste qu’à suivre la recette maintes fois vantée par la rubrique théâtrale. Ses attentes ainsi façonnées et codifiées, ni le lecteur de communiqué ni le spectateur en lequel il se transforme parfois, ne sont incités à s’éloigner du cadre proposé. La répétition du procédé décourage donc chez le lecteur toute exploration de nouveaux registres. En soustrayant la production dramatique aux possibilités de la comparaison et de la différenciation, les producteurs de spectacles exercent, par le communiqué, une influence conservatrice sur les goûts du public. En somme, ce façonnement des goûts alimente une habitude du même plutôt que de valoriser une logique de la différenciation. Ces promesses d’évasion à répétition font ainsi en sorte que ce qui est inaccessible dans la vie se réalise dans la presse, qui redouble ainsi la scène. La monotonie de la lecture s’efface sans doute par magie dès lors que la machine à faire rêver prend le dessus.

Notes

1 Les ouvertures et fermetures d’établissements y abondent, les artistes vont et viennent d’une scène à l’autre, le cadre législatif même ne cesse de bouger. L’avènement du cinéma et le triomphe des variétés ajoutent encore à la pagaille d’un milieu qui est tout sauf stable, ce qui ne facilite pas toujours la vie des entrepreneurs de spectacles qui se livrent une concurrence féroce. Jean-Marc Larrue s’attarde longuement à cette question dans sa thèse de doctorat « L’activité théâtrale à Montréal de 1880 à 1914 », Université de Montréal, 1987.

2 Comme son nom l’indique, le bloc-opinions se centre sur une seule intention (juger/persuader), mais la décline en plusieurs genres, notamment l’opinion culturelle ou théâtrale, la revue de la semaine théâtrale et la critique de représentation. On en retrouve des exemples dans quelques rubriques « Notes d’art » des Débats ainsi que dans certaines des causeries que Jules Jéhin-Prume a rédigées pour Le Monde illustré. Le genre refait aussi surface dans les années 1910 au moment où se met en place la critique de représentation, par exemple, quand le journaliste ajoute des commentaires plus généraux sur la vie artistique. À cet égard, le genre témoigne du fait qu’au tournant du XXe siècle, l’organisation théâtrale ne va pas de soi et connaît des hauts et des bas, exigeant des commentateurs qu’ils adaptent leurs propos sur le théâtre aux aléas d’une programmation changeante.

3 Dans les magazines visant le grand public, ce sont plutôt vie artistique et sports qui se côtoient un temps dans certains pêle-mêle. Tel est le cas du Samedi, dont le pêle-mêle culturel s’est longtemps intitulé « Amusements et Sports ».

4 Mais c’est loin d’être le dernier changement d’appellation. À l’automne 1900, on se remet à hésiter entre « Chronique des Amusements » et « Amusements » : autre épisode d’une longue série de modifications, qui mériterait presque une étude à part.

5 Par exemple, durant l’été 1899, ce besoin ne se fait sentir qu’une seule fois. On y vante « Les bains de l’île Sainte-Hélène » en ces termes : « Le Montreal Swimming Club, qui possède l’établissement de bains privés sur l’Ile Sainte-Hélène est heureux de porter à la connaissance de tous les hommes d’affaires que l’autorisation de se rendre en bicycle, du débarcadère du bateau jusqu’à son établissement, a été accordée. /Une seule restriction ; c’est la prière à tous ceux qui profiteront de cet avantage de prendre toutes les précautions nécessitées par l’affluence du public et notamment des enfants, sur tous les points de l’Ile. /Par ces temps de chaleur sénégalienne, le bain est non seulement un plaisir mais une nécessité et nul endroit comme le bain du Montreal Swimming Club, ne possède les avantages d’une eau pure, d’un air délicieux et d’un site enchanteur. » Le Samedi, 15 juillet 1899, p. 27.

6 Cette hiérarchisation a beau être embryonnaire, elle existe. Dans son introduction, Strapontin signale, comme plus important que le reste, l’arrivée d’artistes lyriques français et la création prochaine d’un opéra en anglais : « Deux événements d’une grande importance pour le public des théâtres ont marqué la dernière partie de la période précédente. » Le Samedi, 7 octobre 1899, p. 26. Voici un autre exemple d’une priorité, plus affirmée encore : « L’événement de la semaine a été, qui l’ignore ?, le concert de Rosario Bourdon, ce jeune compatriote, de quatorze ans à peine, qui a déjà su, grâce à un talent absolument hors ligne, gagner une solide célébrité des deux côtés de l’Atlantique. » Le Samedi, 25 novembre 1899, p. 25.

7 Le Samedi, 4 novembre 1900, p. 19.

8 Aucune pièce des Nouveautés n’a droit à cette critique. En fait, pour une raison ou pour une autre, Le Passe-Temps semble en mauvais termes avec le Théâtre des Nouveautés. Ce dernier refuserait d’admettre gratuitement les représentants du bimensuel à ses pièces. Une hypothèse à confirmer est que le Théâtre National Français aurait conclu une entente d’exclusivité avec le bimensuel. Au début, les Nouveautés apparaissent au menu du « calendrier » du magazine musical. Par contre, en janvier 1903, le National devient le seul théâtre dont les coordonnées apparaissent en tête de la rubrique « Dans le Monde Artiste », à l’exclusion de tout autre. Mise à part la rumeur de sa vente en 1906, Le PasseTemps fait d’ailleurs silence sur les Nouveautés, tandis qu’il accorde maintes pages couvertures au National. Si jamais elle a bel et bien été conclue, une telle entente se serait révélée particulièrement embêtante pour les Nouveautés. En effet, en raison de son répertoire, la direction cherchait justement à rejoindre la communauté artistique à laquelle Le Passe-Temps s’est toujours adressé on ne peut plus directement avec ses partitions musicales, ses extraits de pièces et ses courts monologues, destinés aux troupes scolaires et aux cercles amateurs. Une histoire de ce théâtre jettera peut-être un jour un éclairage nouveau sur la concurrence aiguë que se sont livrée le National et les Nouveautés.

9 Trois sources de friction qui existent pour le théâtre jouent, dans une moindre mesure, pour ce qui est de la musique et de l’opéra. La formation des musiciens canadiens détient, semble-t-il, une longueur d’avance sur celle des aspirants comédiens. Par conséquent, ils sont mieux représentés dans la profession que ce n’est le cas pour les acteurs où l’accent joue nettement en défaveur des candidats canadiens. Pour la critique, la tension entre norme américaine et norme française est à peu près réglée au profit de la grande musique, sauf à l’opéra où le débat oppose plutôt l’école française et l’école italienne. Troisièmement, la question de la moralité du répertoire et de l’interprétation (vulgarité et obscénité) se fait moins sentir pour ce qui est des œuvres musicales dont le « message » demeure secondaire ! On pardonne davantage aux œuvres lyriques, en particulier à l’opéra, qu’aux pièces de théâtre.

10 Notons aussi que Les Débats n’en continue pas moins de parler abondamment de théâtre à l’extérieur de ce babillard. En effet, les opinions et les nouvelles théâtrales y demeurent nombreuses et vigoureuses même après l’adoption de celui-ci.

11 André Beaulieu et Jean Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, Québec : Presses de l’Université Laval, 1979, p. 336.

12 Jusqu’au milieu de la première décennie du siècle, on ne conçoit pas qu’un théâtre soit dépourvu d’orchestre. La fosse, destinée aux musiciens et dont tous les théâtres sont dotés, en atteste. Les entractes sont presque toujours composés d’intermèdes musicaux. On s’attend des acteurs, les comiques en particulier, qu’ils puissent pousser la chansonnette et même prendre part à des opérettes. Cette association montre toutefois des signes d’essoufflement : le Théâtre des Nouveautés se sépare de son orchestre en 1906, mettant en branle un mouvement qui tend à réduire le rôle occupé par la musique, au moins dans un certain répertoire.

13 « En fait de peinture, écrit-il, je suis un peu comme le paysan qui va au théâtre pour la première fois : il voit bien si c’est beau ou c’est laid, mais il ne peut pas dire pourquoi il aime ou n’aime pas ça. » Les Débats, 28 janvier 1900, p. 5.

14 Grand dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française, 2002, édition électronique.

15 En avril 1903, l’écart est nettement moindre entre les communiqués des Débats et ceux du Rappel, d’une longueur à peu près semblable.

16 Les citations qui suivent se retrouvent dans Le Samedi du 25 janvier 1902 et dans Les Débats du 19 janvier 1902.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search