Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éveil culturel

 | 
Hervé Guay

Première partie – Théâtre et presse à Montréal au tournant du XXe siècle

Chapitre IV. Les genres du divertissement

Texte intégral

La caricature d’artiste et la caricature de théâtre

  • 1 L’exception qui confirme la règle est une caricature qui paraît le 16 août 1903 dans Les Débats int (...)
  • 2 Le 11 septembre 1904, Basibi se moque de l’invraisemblance voulant que l’on confie à une actrice bi (...)
  • 3 Cette impossibilité d’associer l’artiste à un événement déterminé explique en partie pourquoi le ge (...)

1Dérivée de la caricature politique, qui connaît une grande vogue durant la Belle Époque, la caricature d’artiste en reprend certains traits, mais en change l’intention principale. En esquissant la caricature d’un comédien, le dessinateur n’opère plus un jugement, par le biais de l’humour, sur une action, comme c’est le cas dans le champ politique avec les politiciens. Ce type de caricature vise plutôt à divertir le lecteur grâce aux possibilités expressives que le dessinateur peut tirer du style d’interprétation d’un artiste de la scène. Bien que le dessin projette une vision subjective de l’artiste portraituré, la critique sociale n’y joue qu’un rôle accessoire1. C’est que le genre, contrairement à la caricature politique, est peu collé à l’actualité. À peine y subsiste-t-il des aspects parodiques ou satiriques, mais qui perdent de leur mordant étant donné qu’ils sont centrés sur la personnalité de l’artiste, son physique2 (Figure 11), ses tics et, occasionnellement, sur l’emploi dans lequel il excelle3. D’où une certaine parenté avec le dessin d’artiste. Outre le divertissement du lecteur, la caricature contribue à la reconnaissance sociale de l’artiste en élargissant sa popularité à une autre sphère que celle où il exerçait préalablement son influence. En ce sens, la caricature d’acteur pose les premières pierres d’un star system régional, favorable tant à la presse, qui s’en sert pour divertir ses lecteurs, qu’aux théâtres, à qui elle permet de mieux faire connaître ses vedettes. Dès lors, le lecteur n’a plus besoin d’acheter de billet de théâtre pour être au courant des grands noms de la scène. La presse vient ainsi en aide aux théâtres d’expression française qui, puisqu’ils recrutent en France la majorité des artistes, souvent pour une seule saison, ont fréquemment du mal à favoriser l’identification du public avec ces artistes. De ce point de vue, il n’est donc pas surprenant que la caricature d’artiste se soit répandue surtout dans la première moitié de la période touchée par cette étude. Dans Les Débats, le genre fait son apparition à l’automne 1901 et se maintient jusqu’en janvier 1903. Dans Le Nationaliste, on s’y adonne principalement de février à novembre 1906.

Figure 11 Caricature de Basibi. Les Débats, 18 mai 1902, p. 1.

Figure 11 Caricature de Basibi. Les Débats, 18 mai 1902, p. 1.

2Deux genres antérieurs semblent avoir mené au développement de la caricature d’artiste : le portrait et le dessin d’artiste. Dans le premier cas, la caricature est appelée à ajouter une dimension supplémentaire, un aperçu physique, au texte principal, qui est un portrait avant tout moral des hauts faits de l’artiste dont on résume ainsi la carrière. L’autre genre, le dessin d’artiste, relève des outils créés par les agents de promotion pour accompagner le communiqué de presse afin d’assurer aux spectacles davantage de visibilité dans les colonnes du journal. Ce type de dessin est aussi publié de manière autonome, avec ou sans légende, selon qu’il est fait pour accompagner un texte ou conçu comme objet principal de l’attention du lecteur. Tant la caricature que le dessin d’artiste ont précédé l’usage généralisé de la photo en matière d’illustration de texte.

3Dans la presse hebdomadaire, Basibi, Marius, Delson, Aimé Léger et A. Nonyme sont cinq des dessinateurs associés au genre. Mais les trois derniers n’en ont signé qu’une, tandis que quelques autres ne portent pas de griffe reconnue. Le principal représentant est Joseph Charlebois, dont un des pseudonymes est Basibi. Il a travaillé aussi bien aux Débats qu’au Nationaliste. Il dessine notamment Dane, directeur du Palais Royal, dans l’organe nationaliste, en s’inspirant de l’esquisse fournie aux Débats par Marius (Figure 12). Davantage que bien des vœux pieux, l’émergence de la caricature d’artiste étaye le soutien apporté par les journaux proches du mouvement nationaliste au développement d’une communauté théâtrale francophone autonome. Mais c’est un appui très circonscrit. Il coûte forcément plus cher de payer un dessinateur que de se servir de dessins de production mis gratuitement à la disposition du journal.

4Parallèlement à la caricature d’artiste se développe la caricature de théâtre, qui aborde alors l’art dramatique comme une question d’intérêt public. Là encore, le genre fait florès, notamment dans Les Débats et Le Nationaliste. Le phénomène est toutefois beaucoup plus rare que la caricature d’artiste. On s’en doute, le théâtre ne donne pas lieu à des controverses tous les jours. Tout de même, en moins de deux ans, l’organe indépendant trouve le moyen d’en publier cinq tandis que la feuille nationaliste en diffuse une en 1905 et une en 1906, durant la période où l’hebdomadaire, sous la férule d’Olivar Asselin, appuie le plus franchement l’essor de l’art dramatique.

Figure 12 Caricature de Marius. Les Débats, 25 janvier 1903, p. 2

Figure 12 Caricature de Marius. Les Débats, 25 janvier 1903, p. 2

5Une fois de plus, l’intention première semble être d’amuser. Parfois même, la caricature de théâtre ne va guère plus loin. C’est le cas de la caricature que Basibi consacre le 16 mars 1902 aux habitués des Nouveautés, assimilés à l’élite, dont il se moque gentiment (Figure 13). Son collègue Marius approfondit cependant le sujet le 19 octobre 1902 en dépeignant le public de quatre théâtres montréalais. En huit vignettes, assorties de dialogues rigolos, il décrit le spectateur-type ainsi que les conditions qui entourent la soudaine croissance de l’offre de spectacles (Figure 14). L’ensemble ne laisse aucun doute quant à l’opinion du journal relativement au théâtre. Deux mots résument celle-ci : liberté et diversité. Véritable prise de position, la caricature de théâtre rejoint alors la caricature politique. En d’autres mots, c’est une opinion dessinée.

Figure 13 Caricature de Basibi. Les Débats, 16 mars 1902, p. 1.

Figure 13 Caricature de Basibi. Les Débats, 16 mars 1902, p. 1.

Figure 14 Caricature de Marius. Les Débats, 19 octobre 1902, p. 1.

Figure 14 Caricature de Marius. Les Débats, 19 octobre 1902, p. 1.

6À deux reprises, la caricature de théâtre réagit carrément aux actions que des politiciens entendent prendre. Le 29 décembre 1901, Basibi ridiculise le secrétaire de police John Barry dans son dessin intitulé « On veut Etablir une Censure ». Il le dépeint en train de découper des feuilles de vigne visant, nous apprend sa répartie, à cacher les parties impudiques… des chiens ! De son côté, le caricaturiste du Nationaliste se moque, le 15 janvier 1905, de l’échevin Couture offusqué de ce que Réjane ait osé jouer Zaza (Figure 15). Le dessinateur le présente, affublé d’une auréole d’ange, une fleur de lys à la main, montrant du doigt le titre du spectacle incriminé sur un écriteau, qui dresse une liste de drames français « immoraux ». Et l’échevin de s’exclamer : « Zaza ! Et dire qu’il y a tant de bonnes pièces à jouer : Félix Poutré, Jos Montferrand…………… ! ! ! ! ! ! »

  • 4 Dans la presse hebdomadaire, à cette époque, les caricatures se retrouvent ordinairement à la une e (...)

7Le concours dramatique lancé par les Nouveautés vaut aussi aux dirigeants du théâtre une réaction en première page des Débats4. Or, ce n’est sans doute pas celle qu’ils espéraient. Une nouvelle satirique suit, où Charlebois s’en prend au montant dérisoire accordé à l’auteur de la pièce couronnée, aussi souligné par le titre qui lui est accolé (Les $ 100 des Nouveautés). Il est clair que Basibi a choisi cette graphie pour déclencher l’hilarité du lecteur grâce au choc produit par la connotation populaire du mot « piastres » (d’ailleurs employé trois fois plutôt qu’une dans les lignes qui suivent), accolée à la désignation d’un établissement qui se veut très sélect. Chic certes, mais pas généreux pour autant, laisse entendre malicieusement Basibi. En outre, les dirigeants qu’il dépeint en train de faire ce « beau geste » ont l’air, au mieux, de joueurs de poker, au pire, de malfaiteurs préparant un mauvais coup.

Figure 15 Caricature de A. Nonyme. Le Nationaliste, 15 janvier 1905, p. 1.

Figure 15 Caricature de A. Nonyme. Le Nationaliste, 15 janvier 1905, p. 1.

8Quo Vadis ?, d’après le roman de Henri Sienkiewicz, mis en scène par Cazeneuve, mérite aussi une caricature. Le dessin laisse surtout entrevoir le goût du scandale qui règne aux Débats. Se trouve, en effet, dans les pages intérieures de cette édition, une critique incendiaire de la pièce. Celle-ci n’a donc pas encore pu produire l’effet d’une bombe. C’est pourtant ce qu’annonce la caricature. Dans ce but, on l’a intitulée : « Romain sans paroles ». Elle est d’ailleurs dédiée à l’auteur de la critique, Jean Badreux, alias Henry Roullaud. On y voit un Romain, un exemplaire du journal dans les mains. Il vient de frapper au bureau du directeur de la feuille, qui lui demande précisément : « Quo Vadis ? » Le soldat en reste bouche bée. Au bout du compte cependant, la stratégie de marketing adoptée par Les Débats ne produit pas du tout l’effet escompté. Le scandale a bel et bien lieu. Mais l’hebdomadaire doit s’en excuser, les opinions tranchées de son critique n’étant pas du goût de tout le monde. Bientôt, c’est le journal lui-même qui choisit de garder le silence en matière d’évaluation des spectacles plutôt que d’accepter que ses jugements ne soient vertement contestés.

  • 5 Charlebois se protège ici en ayant l’air de viser toute la presse quotidienne. Mais les majuscules (...)
  • 6 La chasse aux fautes de français et aux bévues typique de cette époque a aussi retenu l’attention d (...)

9Le 4 mars 1906, la critique est le sujet d’une autre caricature (Figure 16) – au Nationaliste, cette fois. Charlebois y dépeint une grosse femme, qu’un ruban associe à « LA PRESSE quotidienne5 ». Discrètement, un minuscule directeur de théâtre lui tend de l’argent, pendant qu’elle agite l’encensoir devant une assemblée d’artistes, à la mine réjouie ou béate. Un gros nuage s’élève, dans lequel on distingue des qualificatifs tous plus louangeurs les uns que les autres. Il faut y voir une dénonciation du piètre état de la critique dans la presse quotidienne, montrée comme complètement asservie au pouvoir financier des théâtres-annonceurs grâce à la collusion qui contente tout le monde. Mais la caricature s’inscrit aussi dans la lutte acharnée que Le Nationaliste a entreprise contre les quotidiens, tout particulièrement La Presse, dont ses journalistes traquent les moindres fautes de français et dont ils s’emploient à mettre les bévues à l’avant-plan, dans la plus pure tradition polémique de la presse d’opinion6. En revanche, ce que la caricature ne dit pas, c’est qu’il ne se pratique pas davantage de critique de représentation au Nationaliste qu’à La Presse en mars 1906. De plus, la réclame y a autant droit de cité, toutes proportions gardées, que dans les pages du grand quotidien. La dénonciation avancée par son caricaturiste paraît avoir quelque peu responsabilisé l’hebdomadaire en matière de critique. Trois semaines plus tard, Marie Le France y va d’une première critique de représentation. La tentative, suivie d’aménagements divers, se poursuit tant bien que mal jusqu’à l’automne suivant. De ce point de vue, cette caricature prépare la voie à une responsabilisation de la presse en matière d’évaluation des spectacles.

Figure 16 Caricature de Charlebois. Le Nationaliste, 4 mars 1906, p. 1.

Figure 16 Caricature de Charlebois. Le Nationaliste, 4 mars 1906, p. 1.

Le dessin de représentation

  • 7 La première planche de bande dessinée en langue française paraît le 31 janvier 1904 dans La Patrie (...)

10Avant que la bande dessinée ne voie le jour dans la presse francophone montréalaise7, le dessin de représentation s’y développe. Il apparaît pour la première fois dans Le Monde illustré le 18 février 1899 (Figure 17). Outre une légende qui indique l’appellation du théâtre, le nom du personnage et celui de l’acteur entre parenthèses, une note de la rédaction, intitulée « Nos artistes », introduit le premier croquis du dessinateur :

M. Edmond-J. Massicotte a su, avec un réel talent, prendre sur le vif les attitudes les plus expressives des principaux acteurs de la désopilante comédie Les petits Oiseaux, jouée au Monument-National, le 26 janvier et qui a obtenu un si rare succès.

Nos lecteurs reconnaîtront ces jeunes gens si dévoués, qu’ils aiment à voir sur la scène et qu’ils applaudissent chaque semaine.

Figure 17 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 18 février 1899, p. 1.

Figure 17 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 18 février 1899, p. 1.

11Ainsi, le dessin de représentation donne d’abord à voir les principales poses des acteurs les plus importants de la comédie. Le dessin de représentation met l’accent sur l’extériorité du jeu de l’acteur, ce qui laisse entendre que c’était une qualité prisée par le public des Soirées de famille. À bien regarder ce dessin, toutefois, deux des quatre moments dépeints permettent d’y déceler une certaine intériorité. Ainsi, J.-H. Bédard, l’interprète de Blandinet, fixe résolument les yeux au sol et garde les mains dans le dos, tandis qu’Ernest Tremblay, dans le rôle d’Aubertin, serre son père dans ses bras, moment fort d’une scène de réconciliation. De la sorte, le dessin distingue sans doute moins les acteurs en raison de la qualité de leur jeu qu’il ne cherche à émouvoir et à intéresser même un lecteur à qui la pièce en question n’est pas familière. Notons que, sur le plan formel, le croquis, par son instantanéité, parvient particulièrement bien à saisir un art aussi éphémère que le théâtre.

Figure 18 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 4 mars 1899, p. 1.

Figure 18 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 4 mars 1899, p. 1.
  • 8 Ce jeu a d’autant plus d’intérêt que les artistes des Soirées de famille, une troupe composée major (...)

12Si Le Monde illustré est le premier hebdomadaire à publier un dessin de représentation, c’est dans Le Passe-Temps que le genre va s’imposer avec régularité. À partir du 18 février 1899, Massicotte y transporte ses crayons. Dès le croquis suivant, sa conception du dessin de représentation évolue. Le 4 mars, celui-ci permet désormais au lecteur de se faire une meilleure idée de la pièce (Figure 18). En plus de croquer les attitudes des acteurs, le dessinateur les montre en interaction et laisse deviner l’intrigue grâce à trois scènes clés où interviennent les héros du mélodrame. Au-dessus de ces scènes, il place en médaillon les visages isolés des principaux rôles féminins, le couvre-chef permettant au lecteur de comprendre quel type de personnage campe chacune des actrices. Grâce à cette évolution, le dessin de représentation table sur plusieurs tableaux pour intéresser le lecteur. Outre l’écart qui existe entre le rôle et l’acteur qui l’interprète8, il mise sur le pittoresque du récit et des personnages, souvent révélé par le costume, le décor et même, à une occasion, par un accessoire.

  • 9 Les Soirées de famille occupent une place à part dans la vie théâtrale montréalaise du début du siè (...)

13Dans les premières semaines, Le Passe-Temps accorde ce privilège seulement aux Soirées de famille. Très vite cependant, le dessin de représentation crée des envieux. Le 1er avril 1899, le Théâtre des Variétés met fin au monopole qui revenait à la troupe semi-professionnelle9. Cette ouverture aux autres scènes montréalaises est marquée par une modification dans la forme : le croquis se voit alors surplombé du titre descriptif de « Théâtre illustré ». Dès lors, d’autres troupes profitent de ce traitement de choix. L’Eldorado y a accès une première fois le 15 avril, le Grand Central Theatre le 27 mai, le parc Sohmer le 24 juin et l’Opéra français le 30 septembre. À cette occasion cependant, le détournement publicitaire a fait son œuvre. Le dessin ne présente plus les moments forts de la représentation ni les poses caractéristiques des acteurs, mais vante plutôt des artistes, qui n’ont encore jamais été vus à Montréal. Au reste, le croquis n’est plus signé, mais résulte d’un montage graphique, maladroitement réalisé. Dans le numéro suivant, qui met toujours en vedette la troupe de l’Opéra français, le dessin a cédé la place à des photos d’artistes, plus intimement liées à la promotion de spectacle. Finalement, le 28 octobre, le dessin de représentation reprend ses droits et revient avec régularité dans les pages du Passe-Temps jusqu’au 12 mai 1900.

  • 10 Au total, sur 25 dessins de théâtre publiés dans Le Passe-Temps du 18 février 1899 au 12 mai 1900, (...)
  • 11 Le Passe-Temps, 3 mars 1900, p. 1.
  • 12 Le titre « Théâtre illustré » coiffe celui de la pièce à cinq reprises, du 1er avril au 27 mai 1899 (...)

14Sur le plan formel, le dessin de représentation comporte des éléments relativement stables. Typique du format magazine, il occupe invariablement un peu plus du tiers d’une page, sous la forme d’un rectangle horizontal placé tout en haut ou tout en bas de celle-ci. Au Passe-Temps, le dessin de théâtre partage habituellement la une10 avec la rubrique « Silhouette artistique ». Mais il arrive aussi qu’il se retrouve plus loin dans le magazine. Il comporte un ou deux titres. Celui de la pièce est intégré dans la partie supérieure du dessin tandis qu’une légende apparaît au bas de celui-ci. Cette légende spécifie la salle où se donne le spectacle en lettres majuscules et précise en minuscules que ce sont des « [c]roquis instantanés pris par M. Ed. J. Massicotte11 ». Pendant sept numéros, le dessin de représentation est affublé de deux titres12, le reste du temps, il porte celui de la pièce qu’il illustre. Pour divertir, le dessin de représentation hésite entre la valorisation de l’histoire que raconte la pièce et la mise à l’avant-plan des interprètes. C’est aussi une forme rudimentaire de compte rendu de spectacle. Le dessinateur, en effet, doit assister à la représentation, pour ensuite en rendre compte en quelques traits.

  • 13 Massicotte ne recourt pas à des cases à proprement parler. Il utilise néanmoins plusieurs procédés (...)
  • 14 Notons qu’exceptionnellement, le 3 mars 1900, un accessoire, une malle, est le point central du des (...)
  • 15 Ce semble être le cas de La Marraine de Charley, où une forêt, enserrée par un cercle, sert d’arriè (...)
  • 16 Encore qu’à l’époque, la photo de théâtre soit peu développée, sauf pour ce qui est des portraits d (...)

15Cela étant, le dessin de représentation change sensiblement selon le type de représentation qu’il dépeint. Si le résumé en trois temps convient, à la limite, aux saynètes du café-concert et sied très bien aux mélodrames des Variétés, il n’est pas adapté aux numéros disparates du Grand Central Theatre (Figure 19). Pour cela, au fil des spectacles, les solutions de Massicotte changent. Le 22 juillet 1900, alors qu’il illustre Le Délégué Coquardeau à l’Eldorado, il opte pour une scène de groupe réunissant pas moins de cinq interprètes. Le tableau, tel un triptyque, est flanqué, à gauche, d’un acteur, et à droite, d’une actrice, dont l’attitude physique et le costume sont mis en évidence. Le 19 août, pour le même café-concert, chacun a droit à sa case13, mis à part le duo comique des frères Delville qui, pour rien au monde, ne saurait être séparé (Figure 20). Le 14 octobre, le dessin se complexifie et englobe le décor14. Mais il n’est pas toujours possible de déterminer si le dessinateur le rend trait pour trait ou s’il n’invente pas un peu pour ajouter à la vraisemblance de la scène15. À compter de 1900 toutefois, le dessin de représentation se concentre sur les interprètes. Le récit est évoqué, au mieux, par la représentation d’une scène au centre de la vignette, sinon, très vaguement, par les poses et les costumes des acteurs. En cessant de raconter et en misant avant tout sur les acteurs, le dessin de représentation devient moins spécifique et se distingue de moins en moins du portrait photographique16.

Figure 19 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 27 mai 1899, p. 1.

Figure 19 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 27 mai 1899, p. 1.

Figure 20 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 19 août 1899, p. 1.

Figure 20 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 19 août 1899, p. 1.
  • 17 Signe précurseur que des carrières d’artistes sont en train de s’ébaucher, il est désormais possibl (...)

16Le déclin du dessin de représentation semble, malgré tout, lié à l’essor de la photographie, qui assure une reproduction plus fidèle de la réalité représentée. Une photo accompagne au demeurant la « silhouette artistique » vers laquelle retourne volontiers Le Passe-Temps dans le but d’encourager les artistes les plus prometteurs17.

  • 18 Un survol rapide permet toutefois de constater à quels théâtres Le Passe-Temps a accordé le plus de (...)

17Durant la courte période où il est en vogue, non seulement le dessin de représentation divertit, mais il informe un public plus vaste de l’activité de plusieurs artistes de la scène locale et rend plus familier un répertoire encore peu connu. Or, si le genre n’a pas duré longtemps, son succès, au moins auprès des artistes, est attesté. En effet, peu de temps après son éclosion, toutes les troupes veulent en bénéficier. Par conséquent, Le Passe-Temps établit bientôt une politique d’alternance, vraisemblablement pour ne pas prêter flanc aux accusations de favoriser une troupe au détriment des autres18.

L’anecdote de théâtre

  • 19 Voir Karine Cellard, « Discours critique, discours polémique. Littérature et nationalisme dans le j (...)

18La presse du début du siècle est friande d’anecdotes de toutes sortes. Le monde du théâtre n’échappe pas au phénomène. Au contraire, il est un terreau fertile en raison du comportement excentrique des artisans de la scène et même du public. L’anecdote de théâtre est un court récit qui a pour objectif de divertir le lecteur par le comique des situations ou encore en raison de leur caractère insolite. Comme dans la nouvelle, l’accent est mis sur la chute, le plus souvent appelée à provoquer le rire. Outre son caractère humoristique, comme bien des récits, elle propose parfois une morale, voire une leçon de vie. L’anecdote de théâtre a ceci de particulier qu’elle met souvent en scène des personnalités connues, auteurs dramatiques et vedettes de la scène. Elle participe au rayonnement de celles-ci, notamment en leur prêtant des bons mots et des réactions hors de l’ordinaire, qui perpétuent leur souvenir dans la mémoire du lecteur, tout en contribuant à la construction du mythe entourant les personnalités les plus célèbres. À Montréal, par exemple, les multiples anecdotes satiriques parues dans Les Débats au sujet de Louis Fréchette ont beaucoup fait pour asseoir la réputation de vanité et de quête démesurée des honneurs encore associée de nos jours à l’auteur de Véronica19.

19Presque tous les hebdomadaires montréalais de la période publient des anecdotes de théâtre à un moment ou à un autre. Elles sont particulièrement fréquentes au tournant du siècle dernier alors que les formes brèves dominent une presse où la vie artistique occupe un espace important. Cependant, au fur et à mesure que le temps passe, l’anecdote se raréfie, surtout dans les publications plus sérieuses. À ce chapitre, L’Action, où la rigolade et la crédibilité font bon ménage, fait figure d’exception. Situation prévisible, l’anecdote se maintient beaucoup plus longtemps dans la presse populaire, où elle peut être considérée comme précurseur du potin artistique.

Notes

1 L’exception qui confirme la règle est une caricature qui paraît le 16 août 1903 dans Les Débats intitulée « Don Pose del Odeon ». Celle-ci doit être assimilée moins à une caricature d’artiste qu’à une caricature de théâtre puisque c’est tout un pan de l’activité théâtrale que satirise ce dessin. En dépeignant l’éphémère directeur Pauzé, dont l’aventure de l’Odéon n’a duré que ce que durent les roses, le dessinateur et auteur Johannès vilipende les entrepreneurs de spectacles, incapables de reconnaître qu’ils n’ont pas les reins assez solides pour ouvrir un théâtre. Salle qu’ils doivent fermer après seulement quelques semaines d’activité, laissant derrière eux des dettes et une troupe impayée à la rue.

2 Le 11 septembre 1904, Basibi se moque de l’invraisemblance voulant que l’on confie à une actrice bien en chair le rôle d’un être chétif. À tel point que Latude, dans sa chronique, se porte à la défense de la comédienne : « Charlebois (dit Basibi) a été frappé de l’apparence de bonne santé de L’Aiglon que nous donne Mademoiselle Moret, et il en a fait la douce caricature qui orne aujourd’hui la première page du Nationaliste. Il y a une chose que son crayon ne pouvait dire et que nous dirons ici : c’est que Mademoiselle Moret, dont la taille de déesse était plutôt un désavantage dans le rôle de l’Aiglon, a interprété ce rôle avec une hardiesse qui a fait oublier aux auditeurs – à la grande masse des auditeurs – l’Aiglon de l’histoire et celui de Rostand. »

3 Cette impossibilité d’associer l’artiste à un événement déterminé explique en partie pourquoi le genre s’épuise assez vite, puisqu’une fois le type physique de l’artiste saisi, il peut difficilement donner lieu à des variations. Ceci est d’autant plus vrai que le répertoire du comédien de l’époque est encore régi par le système des emplois qui limite souvent ses potentialités expressives à un type donné, le père noble, par exemple.

4 Dans la presse hebdomadaire, à cette époque, les caricatures se retrouvent ordinairement à la une et bénéficient, de ce fait, d’une visibilité exceptionnelle et, par conséquent, d’un impact assuré. C’est le cas de toutes les caricatures étudiées, sauf une, celle que Delson consacre à Albani, encartée dans un supplément du Nationaliste, qui en offre toute une série à ses lecteurs.

5 Charlebois se protège ici en ayant l’air de viser toute la presse quotidienne. Mais les majuscules montrent clairement que l’ennemi premier est le quotidien de la rue Saint-Jacques, qui obtient le plus fort tirage de l’époque en abaissant toujours davantage, aux yeux de ses concurrents, le niveau intellectuel de ses articles.

6 La chasse aux fautes de français et aux bévues typique de cette époque a aussi retenu l’attention d’autres chercheurs adoptant des approches diverses. Voir, entre autres, Chantal Bouchard, La langue et le nombril. Histoire d’une obsession québécoise, Montréal : Fides, 1998 et Karine Cellard, Discours critique, discours polémique. Littérature et nationalisme dans le journal Les Débats (1900), mémoire de maîtrise, Montréal : Université de Montréal, 2001.

7 La première planche de bande dessinée en langue française paraît le 31 janvier 1904 dans La Patrie et est l’œuvre d’Albéric Bourgeois.

8 Ce jeu a d’autant plus d’intérêt que les artistes des Soirées de famille, une troupe composée majoritairement de jeunes gens, n’ont pas toujours l’âge des personnages qui leur sont confiés. Ce jeu est aussi rendu possible à cause du bimensuel où le genre essaime. Le Passe-Temps peut, en effet, être considéré comme l’organe de la communauté artistique francophone de Montréal. La chronique « Dans le monde artiste » donne l’heure juste sur l’activité des principaux acteurs de la vie culturelle montréalaise.

9 Les Soirées de famille occupent une place à part dans la vie théâtrale montréalaise du début du siècle. C’est une troupe amateur de prestige à cause du patronage et de la mise en marché dont elle bénéficie, du lieu où elle se produit, du public qu’elle attire et des prix d’entrée qu’elle réclame. Pourtant, ce qui permet de lui accoler le qualificatif de troupe « semi-professionnelle », à mon avis, c’est la pratique, habituellement réservée aux seuls professionnels, de tenir, en fin de saison, des soirées bénéfices au profit de ses principales vedettes.

10 Au total, sur 25 dessins de théâtre publiés dans Le Passe-Temps du 18 février 1899 au 12 mai 1900, 17 paraissent à la une contre 8 à l’intérieur du magazine. À l’intérieur du bimensuel, le dessin de théâtre paraît dans le haut de la page cinq fois sur huit.

11 Le Passe-Temps, 3 mars 1900, p. 1.

12 Le titre « Théâtre illustré » coiffe celui de la pièce à cinq reprises, du 1er avril au 27 mai 1899, avant d’être relégué à la légende les 10 et 24 juin de la même année, puis de se voir complètement abandonné.

13 Massicotte ne recourt pas à des cases à proprement parler. Il utilise néanmoins plusieurs procédés pour séparer tant les épisodes que les interprètes à l’intérieur de son dessin. Il peut cadrer les uns et les autres à l’aide d’un trait plus ou moins stylisé, d’ombrages ou de médaillons. De plus, l’isolement est souvent accentué par la disposition des personnages : celui qui tourne le dos au récit, naturellement, n’appartient pas à la scène en question.

14 Notons qu’exceptionnellement, le 3 mars 1900, un accessoire, une malle, est le point central du dessin.

15 Ce semble être le cas de La Marraine de Charley, où une forêt, enserrée par un cercle, sert d’arrière-plan à une scène entre le Colonel et la marraine. Massicotte représente-t-il la toile de fond utilisée pendant la représentation donnée au Monument-National ou enjolive-t-il le tableau d’une forêt imaginaire ?

16 Encore qu’à l’époque, la photo de théâtre soit peu développée, sauf pour ce qui est des portraits d’artiste. Lorsqu’on photographie une scène, toute spontanéité est exclue, puisque les acteurs doivent poser, en raison des limites technologiques des appareils photo de l’époque. C’est donc un espace que pouvait encore occuper le dessin de théâtre.

17 Signe précurseur que des carrières d’artistes sont en train de s’ébaucher, il est désormais possible d’esquisser le profil de ceux qui s’illustrent sur la scène ou ailleurs. Profils, silhouettes et portraits retrouvent bientôt leur popularité d’antan au détriment du dessin de théâtre, qui disparaît. Dans la presse québécoise, Manon Brunet fait, pour sa part, remonter à la décennie 1870 la vogue des silhouettes, portraits et profils dans l’article éponyme qu’elle leur consacre et qui touche principalement les figures littéraires. Manon Brunet, « Silhouettes », « portraits » et « profils ». La critique biographique de « nos hommes de lettres » », in Annette Hayward et Agnès Whitfield, Critique et littérature québécoise, Montréal : Triptyque, 1992, p. 97.

18 Un survol rapide permet toutefois de constater à quels théâtres Le Passe-Temps a accordé le plus de dessins de théâtre. Les Soirées de famille en récolte huit, les Variétés sept, l’Eldorado cinq, le Théâtre de la Renaissance deux tandis que le Grand Central Theatre, le parc Sohmer et l’Opéra français n’en obtiennent qu’un chacun. Prestige oblige, cette dernière troupe est toutefois la seule dont les dessins occupent presque l’entièreté de la une. Signalons également que le Grand Central Theatre s’avère le seul théâtre (partiellement ?) anglophone auquel le bimensuel accorde ce privilège.

19 Voir Karine Cellard, « Discours critique, discours polémique. Littérature et nationalisme dans le journal Les Débats (1900) », mémoire de maîtrise, Montréal : Université de Montréal, 2001, qui traite des premiers mois de l’hebdomadaire.

Table des illustrations

Titre Figure 11 Caricature de Basibi. Les Débats, 18 mai 1902, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 12 Caricature de Marius. Les Débats, 25 janvier 1903, p. 2
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4939/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 13 Caricature de Basibi. Les Débats, 16 mars 1902, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4939/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 14 Caricature de Marius. Les Débats, 19 octobre 1902, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4939/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 15 Caricature de A. Nonyme. Le Nationaliste, 15 janvier 1905, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4939/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 16 Caricature de Charlebois. Le Nationaliste, 4 mars 1906, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4939/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 17 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 18 février 1899, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4939/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 18 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 4 mars 1899, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4939/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 19 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 27 mai 1899, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4939/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 20 Dessin d’Edmond J. Massicotte. Le Passe-Temps, 19 août 1899, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4939/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter