Version classiqueVersion mobile

L’éveil culturel

 | 
Hervé Guay

Première partie – Théâtre et presse à Montréal au tournant du XXe siècle

Chapitre II. Les genres informatifs

Texte intégral

La nouvelle théâtrale

  • 1 La nouvelle est généralement définie comme un événement porté pour la première fois à la connaissa (...)
  • 2 Dès 1912, des journaux soucieux de leur crédibilité supportent moins bien le mélange de nouvelles (...)

1La nouvelle théâtrale informe le lecteur des spectacles en cours et à venir. Le critère de nouveauté n’est donc pas déterminant comme dans d’autres domaines couverts par la presse1. Il est vrai qu’à Montréal, durant cette période, les représentations dramatiques changent toutes les semaines, voire tous les jours, pour ce qui est de l’opéra. De plus, le programme d’une salle se décide parfois au tout dernier moment, au gré des mouvements de personnel au sein de la troupe, voire de la santé de ses membres. Si ce n’est pas par un communiqué, le journal apprend bien souvent par la publicité que s’apprête à publier dans ses colonnes la salle de spectacle quelle sera son affiche dans la semaine à venir. Avec pour résultat que le message publicitaire, le communiqué et la nouvelle se côtoient régulièrement dans une même édition. La différence entre communiqué et nouvelle s’avère parfois extrêmement faible et la presse hebdomadaire n’a même pas l’excuse d’espacer les deux dans le temps. Dans les circonstances, il apparaît parfois bien téméraire de distinguer la nouvelle du communiqué dans les journaux de l’époque. Il faut donc accumuler les indices pour trancher, sans pouvoir toujours dissiper l’ambiguïté qui enveloppe plusieurs textes2.

  • 3 Encore de nos jours, plusieurs médias, électroniques en particulier, qui mettent l’accent sur le h (...)
  • 4 Le 21 septembre 1902, le titulaire de la « Chronique d’art » du Rappel affiche clairement son sout (...)

2La nouvelle se distingue généralement du communiqué à la fois par une recherche d’objectivité et par un aveu de subjectivité, qui sont loin d’être irréconciliables à l’époque3. En effet, l’objectivité passe assez souvent par le partage du rayon d’action de chacun. D’un côté, la direction du théâtre prend telle ou telle décision ; de l’autre, le journal prodigue des encouragements au propriétaire et aux artistes4, selon le cas. Curieusement, le ton encourageant plutôt que simplement louangeur distingue souvent la nouvelle du communiqué qui, par la même occasion, se voit souvent écourté et ramené à un style plus dépouillé. La nouvelle se distingue d’une manière encore plus décisive du communiqué quand elle porte sur une sphère de l’activité théâtrale dont le communiqué ne se soucie guère. Car les hebdomadaires s’emploient aussi, par la nouvelle, à renseigner les lecteurs sur plusieurs dimensions de l’activité dramatique autre que la programmation des théâtres, même si le marché montréalais veut qu’elle soit marquée par de fréquents changements. Est ainsi signalée au lecteur avec célérité la moindre nouveauté touchant les salles de spectacle, les troupes, les tournées, les maisons d’enseignement, la dramaturgie, les droits d’auteur, les cercles amateurs, le public de théâtre, la censure et la critique dramatique.

Le portrait

3Le portrait d’une personnalité théâtrale est un autre genre auquel les hebdomadaires accordent de l’importance. À l’intention première d’informer, de dépeindre la personnalité de l’artiste, s’ajoute forcément un jugement, ne serait-ce que par le choix de la personnalité que fait le journal. Durant cette période, le portrait est souvent accompagné d’une photo de l’artiste, plus rarement d’un dessin.

  • 5 Cette hypothèse pourrait se vérifier dans le cas des portraits consacrés à plusieurs artistes mine (...)
  • 6 Plusieurs journalistes n’hésitent pas à mentionner qu’ils sont liés de près ou de loin à ceux dont (...)

4Entre 1898 et 1914, le portrait est présent dans neuf hebdomadaires. Mais il occupe une place de choix dans trois seulement. Le Passe-Temps en publie près d’une soixantaine, Le Monde illustré, une bonne trentaine, tandis qu’on en dénombre moins d’une dizaine dans Les Débats. Après une certaine vogue dans les hebdos francophones montréalais, qui font une large place à la vie artistique et littéraire au tournant du siècle, la popularité du portrait de personnalités théâtrales décroît après 1905, alors que s’accroissent les moyens techniques et les genres journalistiques par lesquels les artistes locaux parviennent à se faire connaître du public. Car, sauf exception, le portrait met en scène un artiste du cru et table sur la bonne connaissance des journalistes du milieu dont ils assurent une couverture assidue. Gustave Comte, Albert Sabourin et Jules Jéhin-Prume figurent au nombre des journalistes qui s’y sont adonnés à plusieurs reprises. Cela étant dit, un bon pourcentage de ces portraits demeure anonyme. À l’occasion, ce peut être parce que celui qui les signe est associé de trop près aux artistes qu’on lui a demandé de silhouetter5. Encore qu’à l’époque la notion de conflit d’intérêts paraisse ne pas empêcher les journalistes de dormir6.

  • 7 Révélatrice de l’importance des propos d’artiste, cette petite phrase apparemment anodine : « Le P (...)
  • 8 Voici comment on justifie la parution d’un portrait de Mlle Germaine Duvernay : « Le Passe-Temps p (...)

5Signé ou non, le portrait suppose, de la part du journaliste, une connaissance préalable de la personnalité dépeinte et du milieu dans lequel elle évolue. Ces informations, le journaliste peut les avoir recueillies directement ou indirectement. L’entrevue, le curriculum vitæ et la revue de presse comptent parmi les outils à sa disposition. Contrairement à l’entrevue, le portrait peut très bien être esquissé sans que le journaliste et son sujet ne se soient jamais rencontrés. S’ils se connaissent, ils peuvent ne pas s’être vus depuis longtemps. Les propos de la personnalité décrite tiennent habituellement peu de place dans le portrait7. Assez souvent, cette personne n’est aucunement citée. D’habitude, la publication du portrait d’un artisan de la scène suit ou précède une production, une tournée, une distinction ou un point tournant dans sa carrière, qui attirent l’attention sur lui8.

6Outre l’événement qui vaut à l’artiste d’être silhouetté, fréquemment mentionné d’emblée, le portrait s’attarde, en proportions variables, aux grandes étapes de la vie professionnelle et aux qualités personnelles de celui ou celle qui y est dépeint. Comme son itinéraire est saisi au vol, la finale pointe généralement en direction des réalisations prochaines qui ne manqueront pas d’étayer la carrière du sujet. Le portrait réalisé au moment du décès constitue sans doute une exception. Dans ce cas, l’article risque fort de se conclure sur une évaluation de la contribution du disparu au monde des arts et, éventuellement, à d’autres domaines. Règle générale, le journaliste montre de l’empathie à l’égard du sujet dont il brosse le portrait. Le sentiment s’affiche de diverses manières, notamment par des encouragements, des félicitations, des compliments ainsi que par la mise en évidence des vues supposément communes au journaliste et à l’artiste. Au tournant du siècle dernier, un des poncifs réunissant le journaliste et le créateur est la défense et l’illustration du Beau.

L’entrevue

7Les hebdomadaires comptent aussi parmi les premiers journaux à publier des entrevues de personnalités culturelles. Pour le théâtre en particulier, le genre en est encore à ses balbutiements. Durant cette période, seules les plus hautes personnalités y ont droit. Or, la stature des artistes montréalais est rarement vue comme suffisante pour que l’on considère d’utilité publique leurs propos. En revanche, ceux à qui le privilège est accordé acquièrent, de ce fait, un supplément de légitimité. Ils appartiennent aux happy few dont les dires méritent d’être discutés et commentés. Une entrevue leur prête une influence proche de celle des hommes politiques. Ce rôle de leader d’opinion s’avère non négligeable dans une société où les figures d’autorité, tel l’évêque, continuent d’avoir un ascendant important sur le peuple.

  • 9 Pour cette entrevue signée « Mme Albani », seule une incise nous fait comprendre que les propos on (...)

8De septembre 1898 à décembre 1914, il ne se publie en tout qu’une quinzaine d’entrevues dans ces imprimés. Cinq paraissent dans Le Pays, quatre dans Le Nationaliste, deux dans L’Action, deux dans Le Monde illustré et une dans La Croix. Celles qui figurent dans les colonnes du Monde illustré s’avèrent vraiment rudimentaires. La première est signée, mais du nom de la personne dont on a recueilli les « souvenirs9 », tandis que la seconde semble une entrevue écourtée dont la version originale a probablement été publiée dans un journal américain. Au reste, près des deux tiers des entrevues sont reprises de périodiques étrangers, preuve supplémentaire que le genre est encore inhabituel dans la presse hebdomadaire montréalaise d’expression française. De plus, exception faite du Monde illustré, l’entrevue de personnalités liées au théâtre est surtout diffusée dans les journaux dits sérieux, là où ce qui est dit porte à conséquence.

  • 10 Pour que le compte y soit, précisons que Lavedan et Rostand ont eu droit à deux entrevues. Un jour (...)
  • 11 Le Monde illustré, 16 mars 1901, p. 768.
  • 12 L’Album universel, 22 octobre 1904, p. 483.
  • 13 La Croix, 9 décembre 1905, p. 1.

9Très révélatrice paraît la liste des interviewés : en provenance d’Europe, que des grands noms de l’art dramatique, majoritairement des auteurs (Lavedan, Rostand, Maeterlinck, Bernstein10), tandis qu’en guise de représentant de la scène locale figurent trois administrateurs (Gauvreau, Dhavrol et Asselin) et une cantatrice (Albani). Observons tout de suite que les propos de la diva canadienne de même que ceux de ses consœurs parisiennes, Réjane et Sarah Bernhardt, tranchent avec ceux des autres personnalités par leur caractère pittoresque, leur invraisemblance et, pour la Divine, son sens de la provocation. En trois paragraphes, Emma Albani évoque les moments les plus étranges où elle a dû chanter, entre autres, lors d’un mariage en Russie, dans la chambre d’un mourant ou sous le coup de la menace en Irlande11. De son côté, sous le titre « Réjane en Amérique », la célèbre actrice déclare qu’elle « songe sérieusement à devenir directrice d’un théâtre français à New-York [sic] ». C’est nous qui soulignons. D’autre part, le reste de l’article est truffé de si et de verbes au conditionnel12. Quant à elle, La Croix se fait un point d’honneur de noircir Sarah Bernhardt en rapportant ses propos. Cet article a suscité des réactions pendant des semaines dans la presse québécoise de l’époque. Celle qui est l’une des cibles préférées de l’organe ultramontain y est décrite comme une hystérique d’un bout à l’autre de l’article dans lequel est reprise en grande partie l’entrevue parue dans L’Événement du 4 décembre 1905. Son entrée se fait, au dire de l’auteur, « d’un pas nerveux et d’une démarche affectée ». Par la suite, on décrit son comportement ainsi : « L’actrice s’échauffait, elle gesticulait déjà beaucoup et elle continua encore plus excitée. » On ajoute encore : « Elle parlait avec une volubilité et une passion débordantes. » Relevant une objection qu’un journaliste fit à ses propos, on précise que « l’hystérique comédienne n’entendit point ». La conclusion suivante termine le tout : « Madame Sarah ayant enfin passé sa crise, les journalistes se retirèrent emportant de leur visite une opinion bien nette et bien unanime que chacun devine13. » Pour l’essentiel, nous ne sommes pas très loin des rumeurs et de l’accent anecdotique, caractéristiques des entrevues de stars, dont certains journaux spécialisés font encore aujourd’hui leurs choux gras. Autre ligne de partage, les problèmes de gestion auxquels sont confrontés les administrateurs montréalais comparativement aux écrivains français dont les propos sont centrés sur les œuvres et sur les difficultés, parfois politiques, posées par l’accueil de leurs pièces. Deux conceptions du théâtre émergent des entrevues examinées. De ce côté-ci de l’Atlantique, le théâtre est abordé comme une activité essentiellement économique ; de l’autre, il est posé avant tout dans ses dimensions artistiques et sociopolitiques.

10Il n’en demeure pas moins que quatre des cinq entrevues réalisées par des journalistes montréalais lèvent le voile sur le fonctionnement très particulier du théâtre professionnel francophone de la métropole. Les droits d’auteurs, le recrutement des comédiens à l’étranger, le rendement commercial, les attentes morales relatives au théâtre de même que la pertinence du réalisme à la scène sont autant de questions qui renvoient à une pratique théâtrale traversant non un âge d’or, mais un champ de mines.

La photo d’artiste et la photo de représentation

11Les hebdomadaires font déjà largement usage de la photo au début du siècle. Et les journaux vont découvrir bien vite que le théâtre offre en ce domaine des possibilités considérables. Comme l’illustration occupe bientôt une place grandissante dans plusieurs journaux, le potentiel visuel du théâtre joue assurément un rôle dans l’accroissement de l’espace accordé à l’art dramatique dans la presse hebdomadaire. D’autant plus que l’espace réservé à la culture y est moins compté que dans un quotidien. De 1898 à 1914, la photo d’artiste est de loin le type d’illustration le plus répandu. Et sa domination ne fait que s’accroître au fil des ans même si la caricature d’artiste, la caricature de théâtre, l’épisode théâtral illustré, le dessin de représentation, la photo de représentation et le dessin d’artiste ne cessent de lui livrer une certaine concurrence.

  • 14 Sur cette question, Anne-Claude Ambroise-Rendu écrit, prenant l’exemple du Monde à témoin : « C’es (...)

12Toutefois, la photo – y compris la photo de théâtre – ne bénéficie pas de la même considération dans l’ensemble de la presse hebdomadaire. À l’exception des Débats, les journaux politiques les plus sérieux y ont rarement recours ou, du moins, en usent avec parcimonie. Au cours de la période, Le Réveil, La Petite Revue, La Croix, L’Action et Le Pays ne publient aucune photo liée au théâtre. Le Canadien en fait paraître une seule, Le Rappel, deux et L’Autorité, trois. Le Bulletin et Le Nationaliste en présentent un bon nombre à leurs lecteurs, mais passent aussi de longs mois sans en publier. Après 1908, devenu rigoriste, l’organe nationaliste cesse presque complètement d’ouvrir ses colonnes à la photo de théâtre. La même politique prévaut d’ailleurs au Combat pendant les quatre mois au cours desquels l’hebdomadaire succède aux Débats, interdits par Mgr Bruchési le 3 octobre 1903. L’absence presque complète de photo de théâtre dans les pages du Combat paraît, dans les circonstances, un gage de sérieux14 parmi d’autres, peut-être arboré dans l’espoir d’obtenir le pardon de l’évêque courroucé. Visiblement, la même rigueur n’est pas attendue des magazines illustrés tels que Le Samedi, Le Monde illustré et Le Passe-Temps, dont les colonnes débordent de photos de théâtre.

  • 15 Cette « richesse informative » de la photographie est, de l’avis de plusieurs, ce qui lui permet d (...)
  • 16 Privilège que Le Passe-Temps cédait jusque-là bien plus volontiers – et ce sera tout aussi vrai pl (...)
  • 17 Les propos du directeur de L’Illustration, premier magazine illustré de France, rendent compte de (...)

13S’il faut s’en tenir à la chronologie, les premières photos sont publiées dans la presse hebdomadaire montréalaise d’expression française en raison des informations qu’elles contiennent15. D’ailleurs, ces photos accompagnent le plus souvent un portrait écrit dans lequel la carrière du modèle est esquissée. Le premier portrait illustré directement lié au théâtre est une « silhouette artistique » de l’acteur comique Harmant, à qui Le Passe-Temps consacre une des trois photos de sa une16 du 17 septembre 1898. La photo, toute petite, fournit, dans un premier temps, au lecteur curieux un renseignement de base : elle met un visage sur un nom. Lors de sa parution, celui qui y jette un coup d’œil peut désormais reconnaître et nommer l’acteur concerné, s’il lui est donné d’aller au spectacle ou dans l’éventualité où il le croise dans la rue. Mais la photo fait plus encore. Elle rend rapidement l’aspect extérieur d’un individu avec précision. En effet, un cliché transmet une foule de détails (expressions, attitude corporelle, vêtements, accessoires, position sociale, etc.) qu’une longue description peine à fournir clairement17. En un éclair, un cliché produit une impression, qui fait volontiers appel aux émotions du lecteur, susceptible d’activer chez lui le désir de poursuivre sa lecture. Cette impression peut être renforcée par la taille et la position de la photo à l’intérieur du journal. De plus, en s’ancrant fortement dans la mémoire du récepteur, la photo aide le lecteur à retenir certaines des informations fournies par le journaliste.

  • 18 À ce chapitre, la photo paraît un puissant vecteur idéologique, qui va grandement à l’encontre des (...)

14Sans cesser d’informer et d’émouvoir, la photo peut servir, avec une efficacité similaire, à des fins de promotion. Dès le 12 novembre 1898, dans Le Samedi, une photo apparaît seule, dotée d’une légende peu bavarde : le nom de l’artiste, le titre de la pièce et le nom du lieu. Le lien n’en est pas moins implicite entre l’artiste, le spectacle auquel il prend part, le théâtre et même le moment où est donnée cette pièce. Le lecteur sait à quoi s’en tenir pour ce qui est du moment de la représentation en raison du fait que le contenu du Samedi varie de semaine en semaine, au même rythme que change l’affiche des théâtres montréalais. Cette intention de promotion se précise, à l’intérieur des pages du magazine illustré, à partir du 26 novembre 1898, date à compter de laquelle la photo d’artiste accompagne souvent la « Chronique théâtrale », composée pour une bonne part, dans cette publication résolument populaire, d’une suite de communiqués. Sur ce terrain, si Le Samedi informe sur les productions de plusieurs théâtres, pour ce qui est des photos, il favorise très nettement une maison au détriment des autres jusqu’en 1906. Près de huit fois sur dix, la photo exhibée met en valeur un artiste du Her Majesty’s. Ici, l’intention d’informer cède clairement le pas à celle de mettre en valeur un produit, qui se trouve, de ce fait, très avantagé comparativement aux autres. L’exemple montre en outre qu’une photo possède, dans un journal, le pouvoir de conférer à un événement un surcroît d’importance, pour des raisons diverses18.

15La photo de la cantatrice Antoinette Trebelli parue le 17 décembre 1898 dans Le Monde illustré est représentative du matériel de promotion de l’époque (Figure 1). Celle-ci semble émaner de la troupe lyrique de passage à Montréal dont la jeune femme est l’une des étoiles. Elle est vêtue d’un costume de scène indéterminé, qui projette de l’artiste une image idéalisée. À la même époque, les artisans des Soirées de famille portent plutôt des vêtements de « notables » sur les clichés qui les représentent, ce qui accentue leur respectabilité (Figure 2). Il s’agit en fait d’un élément clé à mettre en valeur dans la promotion de la troupe nouvellement formée si elle veut rejoindre la bourgeoisie francophone. Au fil des ans, la photographie d’artiste évolue vers plus de spécificité. D’ailleurs, le photoreportage abondamment pratiqué dans les magazines illustrés n’est pas sans incidence sur la photo de représentation puisqu’il incite les photographes à se rendre sur place pour prendre leurs clichés, tout particulièrement au moment de l’ouverture d’une salle de spectacle. Ainsi, l’acteur en vient progressivement à porter non seulement de beaux habits, mais encore un costume typique de son emploi, puis plus précisément celui de la production vantée. Plus tard, outre l’artiste dans un rôle précis, le photographe laisse deviner le décor qui se trouve en arrière-plan (Figure 3). De fil en aiguille, bientôt toute la troupe apparaît sur la photo de représentation qui informe alors le lecteur sur l’ensemble du spectacle dont elle fixe une scène particulièrement mémorable (Figure 4).

Figure 1 Photo de Mademoiselle Trebelli. Le Monde illustré, 17 décembre 1898, p. 517.

Figure 1 Photo de Mademoiselle Trebelli. Le Monde illustré, 17 décembre 1898, p. 517.

Figure 2 Deux acteurs des Soirées de famille. Le Monde illustré, 6 mai 1899, p. 7

Figure 2 Deux acteurs des Soirées de famille. Le Monde illustré, 6 mai 1899, p. 7

Figure 3 Photo de Mademoiselle Fleur. Le Passe-Temps, 18 novembre 1905.

Figure 3 Photo de Mademoiselle Fleur. Le Passe-Temps, 18 novembre 1905.

Figure 4 Dessin de représentation, une scène de Napoléon. Le Passe-Temps, 14 novembre 1908, p. 525.

Figure 4 Dessin de représentation, une scène de Napoléon. Le Passe-Temps, 14 novembre 1908, p. 525.

Le dessin d’artiste et l’épisode théâtral illustré

16Ancêtres de la photo d’artiste et de la photo de représentation, le dessin d’artiste et l’épisode théâtral illustré recoupent certaines des fonctions exercées par les premiers sans en être des copies conformes. Cela tient, bien entendu, aux possibilités des deux médias, mais aussi au rôle que souhaitent leur voir jouer les troupes et les journaux qui les commandent.

17Les deux types de dessin de théâtre demeurent assez courants dans la presse hebdomadaire montréalaise d’expression française jusqu’en 1906. Après quoi, le dessin d’artiste ne disparaît pas complètement, mais il est surtout utilisé quand vient le temps d’honorer un mort ou au moment de rappeler l’existence d’un artiste aguerri. Autrement dit, le dessin d’artiste joue alors le rôle attribué aujourd’hui à la photo d’archives, ce qui en dit long sur l’avenir du genre au seuil des années 1910.

18Le dessin d’artiste est présent dans cinq hebdomadaires (dont Le Monde illustré, Le Passe-Temps et Le Rappel), mais l’épisode théâtral illustré, dans deux seulement (Les Débats et Le Samedi). À vrai dire, le seul dessin lié à un spectacle à paraître dans Le Rappel tient un peu des deux genres. Il s’agit d’un croquis de Jos Montferrand, qui accompagne un communiqué annonçant la pièce éponyme. D’une part, l’illustration ne dépeint pas un artiste mais le héros de la pièce. D’autre part, le dessin n’attire pas l’attention sur une des scènes marquantes de celle-ci. En fait, ce dessin est l’exception qui confirme la règle. Comme il ne figure dans aucun autre hebdomadaire, il est probable qu’il ait été expressément commandé pour l’occasion par le journal. Fleur d’un hebdo à son public ouvrier que de lui offrir, exceptionnellement, la bouille d’un de ses héros préférés ? Peut-être.

19Le dessin de théâtre est habituellement relayé aux journaux par les producteurs de spectacles. C’est même exclusivement le cas en ce qui a trait à l’épisode théâtral illustré. Les deux genres sont à ranger au rayon des outils de promotion développés par les press agents. Aux Débats, la feuille qui en fait l’usage le plus fréquent, tous les dessins sauf deux, l’un d’Albani et l’autre de Cazeneuve (Figure 5), trahissent une origine américaine. Encore que pour ce dernier, le dessin aurait pu dater de l’époque où il se produisait aux États-Unis. Cependant, comme il s’agit d’une création canadienne, il semble bien que le Théâtre National Français ait commandé ce dessin. Après tout, en 1902, Cazaneuve est la plus grande vedette du théâtre montréalais d’expression française.

20Comme son nom l’indique, le dessin d’artiste isole un interprète, croqué à gros traits, de façon à ce qu’il soit à peu près reconnaissable. Pour plus de précision, nom et prénom du comédien apparaissent généralement en dessous du dessin. Même s’il ne correspond pas toujours à celui du spectacle à l’affiche, le costume des actrices est souvent plus détaillé que celui des acteurs. Raison sans doute pour laquelle on les voit plus souvent représentées de pied en cap alors que le buste domine chez les hommes. Autrement, le genre est rarement aussi spécifique que la photo et conserve toujours un je ne sais quoi d’impersonnel et d’intemporel (voir Figure 5). En un mot, le dessinateur soigne moins les détails qu’il ne cherche à donner une impression d’ensemble. Celle-ci colle généralement de très près à l’emploi auquel est associé le comédien. À certains égards, une certaine objectivité transparaît, qui tient sans doute à la pose noble et peu circonstanciée qu’y adopte la majorité des acteurs. Le dessinateur vise probablement moins à dispenser de la sorte une information impartiale qu’à créer un objet réutilisable indépendamment du spectacle auquel le comédien prend part. Pour cela, même s’il est conçu pour accompagner un communiqué, le dessin d’artiste peut aussi servir à illustrer un portrait, une nouvelle, voire une notice nécrologique.

Figure 5 Dessin d’artiste. Les Débats, 30 novembre 1902, p. 3.

Figure 5 Dessin d’artiste. Les Débats, 30 novembre 1902, p. 3.

Figure 6 Épisode théâtral illustré. Les Débats, 6 octobre 1901, p. 3.

Figure 6 Épisode théâtral illustré. Les Débats, 6 octobre 1901, p. 3.
  • 19 Le calque plus direct de l’anglais « Scène dans » suivi du titre se voit aussi pendant longtemps.

21De son côté, l’épisode théâtral illustré met l’accent sur une scène clé de la pièce dont il est chargé de rendre l’atmosphère en un clin d’œil. En faisant appel au pittoresque, le dessinateur doit témoigner du caractère divertissant du spectacle. Plutôt que le titre, le nom du théâtre où la pièce est représentée figure au-dessus du dessin et une réplique qui résume la scène se trouve parfois intégrée au dessin ; d’autres fois, elle apparaît dans la légende. Cette réplique n’est pas systématiquement traduite. Cependant, quand elle est détachée du dessin, il est plus aisé de le faire. Il s’agit le plus souvent d’une réplique marquante, telle « Lâche ! Voudriez vous [sic] tirer dans le dos d’un homme » (Figure 6), qui vient expliciter l’épisode esquissé. Le plus souvent, la légende, d’un bilinguisme tout canadien, indique simplement « une scène de19 » et le titre de la pièce suit en anglais. Il est à noter toutefois que le dessinateur s’attarde avant tout à l’histoire racontée par la pièce et que son dessin ne renvoie guère à la représentation, sinon par l’attitude théâtrale et démonstrative des comédiens (Figure 7). Périls, trahisons, menaces, conflits, échange de vœux et gentils clowns abondent dans ces vignettes naïves, qui laissent planer peu de doute sur le genre de soirée auquel doit s’attendre le spectateur. En ce sens, l’épisode théâtral illustré, en s’occupant d’abord de divertir, donne un avant-goût du spectacle, un peu comme le font de nos jours les bandes-annonces au cinéma. Comme dans celles-ci, l’information divulguée lors d’un épisode théâtral illustré n’induit peut-être pas en erreur sur le divertissement offert, mais, parce que les renseignements fournis demeurent parcellaires, le genre se révèle souvent incapable d’attester que le spectacle tiendra ses promesses pendant toute la durée de la représentation.

Le calendrier des spectacles

  • 20 Une quatrième feuille, Le Passe-Temps, a l’air de proposer aussi un calendrier à ses lecteurs – ma (...)

22L’abondance des divertissements offerts en langue française à Montréal durant l’éveil culturel que connaît le Canada français au tournant du XXe siècle fait en sorte que se met en place, à certains moments et dans trois hebdomadaires (Les Débats, Le Bulletin et Le Pays), un calendrier des spectacles20. Il s’agit d’un petit tableau pratique qui a la particularité de procurer au lecteur une vue d’ensemble des activités culturelles de la semaine et, partant, de faciliter ses choix.

Figure 7 Épisode théâtral illustré. Les Débats, 6 octobre 1901, p. 4.

Figure 7 Épisode théâtral illustré. Les Débats, 6 octobre 1901, p. 4.

23Comme le titre qui les coiffe – « Attractions Aujourd’hui », « À nos places d’amusements » – le fait parfois savoir, le théâtre de langue française ne compose qu’une partie du menu de ces calendriers dans lesquels les vues animées ainsi que le programme des divers parcs d’attractions figurent aussi en bonne place. Le 27 septembre 1913, le calendrier du Pays est toujours composé majoritairement de spectacles de langue anglaise et autant de cinémas que de théâtres dont le programme se donne dans la langue de Molière y sont mentionnés. De plus, le calendrier s’impose une dizaine de semaines ou moins dans toutes les publications touchées, principalement au cours de trois années très éloignées les unes des autres (1902, 1908 et 1913). Indication supplémentaire que le tournant du XXe siècle est sans doute moins une époque de triomphe pour les pionniers du théâtre professionnel de langue française dans la métropole canadienne du temps qu’une période où l’on se livre une lutte de tous les instants pour obtenir une portion significative du marché culturel.

  • 21 Le Pays et Les Débats optent pour la première solution tandis que Le Bulletin lui octroie une bonn (...)
  • 22 Certains journaux éphémères comme Le Montréal (1899) publient aussi des calendriers durant cette p (...)
  • 23 Le Bulletin, 17 mai 1908, p. 2. Je suis tenté de voir, dans ces commentaires, les derniers reliqua (...)

24Placé dans les dernières pages ou à un endroit facilement repérable21, le calendrier des spectacles réduit au strict minimum l’information dispensée au lecteur et la livre dans un style télégraphique. Dans sa forme la plus concise n’y subsistent que les noms de l’endroit et de l’activité culturelle qui y est présentée la semaine suivante. D’ordinaire, s’il s’agit d’une pièce, on en donne le titre. Souvent, pour ce qui est du vaudeville ou des vues animées, destinés avant tout au public populaire, on ne prend même pas cette peine. Le contenu importe moins ici que l’assurance que le public en sortira diverti. Au nom du sens pratique, le calendrier des Débats mentionne l’heure à laquelle débute l’activité, quand elle a lieu dans un parc d’attractions22. De son côté, Le Bulletin ne renonce que petit à petit aux commentaires dans son calendrier. La clarté exige que soit précisé au lectorat populaire de la feuille libérale que Le Signe de la Croix est bel et bien un drame chrétien et que le concert préparé par les dames patronnesses de l’Assistance publique recueille des fonds pour une œuvre de charité23. Mention est aussi faite des matinées spéciales et des tirages, qui risquent d’attirer le lecteur au spectacle.

Notes

1 La nouvelle est généralement définie comme un événement porté pour la première fois à la connaissance du public. Aurélien Leclerc et Jacques Guay, L’entreprise de presse et le journaliste, Québec : Presses de l’Université du Québec, 1997, p. 67.

2 Dès 1912, des journaux soucieux de leur crédibilité supportent moins bien le mélange de nouvelles et de communiqués qui a cours un peu partout. Le Nationaliste fait suivre, pendant un certain temps, les communiqués qu’il publie des lettres « rec. » puis « r » pour indiquer qu’il s’agit d’une réclame rémunérée. L’Action se fait encore plus explicite. Le communiqué est suivi de la mention « communiqué » mise entre parenthèses, ce qui met fin à la confusion des genres qui existait auparavant. Une autre technique est employée par les journaux pour faire savoir qu’il s’agit d’un communiqué : on y lit la courte introduction « On nous dit » ou « Tel théâtre nous transmet ceci ».

3 Encore de nos jours, plusieurs médias, électroniques en particulier, qui mettent l’accent sur le human interest, continuent de faire preuve d’empathie et de prodiguer des félicitations. En revanche, ces marques de subjectivité se font moins fréquentes dans la presse écrite ou dans les émissions d’affaires publiques.

4 Le 21 septembre 1902, le titulaire de la « Chronique d’art » du Rappel affiche clairement son soutien à une entreprise pourtant à peine née : « La direction du théâtre des Nouveautés a droit à tout notre patronage et à tout l’encouragement, et de la presse et du public. » En fait, l’entreprise est si jeune qu’il se doit d’ajouter : « Mais avant de présenter chacun des artistes à nos lecteurs, nous attendrons d’avoir fait plus ample connaissance. » Cet encouragement excessif du public vient de ce que ses habitudes théâtrales ne sont pas très profondément ancrées. La complainte du manque de public est constante dans la presse hebdomadaire. Elle masque très souvent la fragilité financière des producteurs de spectacles. D’autre part, plusieurs journaux alimentent sans doute l’inertie du public en répétant constamment que les théâtres ne cessent d’aller de succès en succès. À mon avis, ce paradoxe révèle avant tout la crainte de l’échec qui hante la société canadienne-française du tournant du siècle dernier.

5 Cette hypothèse pourrait se vérifier dans le cas des portraits consacrés à plusieurs artistes mineurs des Soirées de famille, très peu de temps avant qu’une soirée bénéfice soit organisée à leur profit. Si Gustave Comte en était l’auteur, il était gênant pour cet organisateur des entractes des Soirées ou pour tout autre membre de la troupe de signer ouvertement ces portraits.

6 Plusieurs journalistes n’hésitent pas à mentionner qu’ils sont liés de près ou de loin à ceux dont ils brossent le portrait. Albert Sabourin indique, dans Le Passe-Temps du 18 février 1899, au fil de son portrait de Palmieri qu’il « fut [son] confrère au collège et il est toujours resté [son] bon ami depuis la plus tendre enfance ». Gustave Comte écrit de même au sujet d’Emmanuel Bourque : « Et nous qui l’avons connu dans l’intimité. » Il précise même : « M. Bourque est sans doute une “vieille connaissance”, mais cela n’empêche pas que nous nous montrerons aussi juste que possible à son égard. » Le Passe-Temps, 4 mars 1899, p. 1.

7 Révélatrice de l’importance des propos d’artiste, cette petite phrase apparemment anodine : « Le Passe-Temps est heureux d’avoir pu causer de cet aussi bon artiste que charmant camarade. » C’est nous qui soulignons. Le Passe-Temps, 21 janvier 1899, p. 406.

8 Voici comment on justifie la parution d’un portrait de Mlle Germaine Duvernay : « Le Passe-Temps profite de l’inauguration du Théâtre des Variétés, dans la partie est de la ville, pour donner quelques notes biographiques sur la vie artistique de Mlle Germaine Duvernay, une des principales artistes de la troupe qui y tient l’affiche en ce moment et qui remporte beaucoup de succès. » Le Passe-Temps, 10 décembre 1899, p. 358.

9 Pour cette entrevue signée « Mme Albani », seule une incise nous fait comprendre que les propos ont été recueillis et mis en forme par une autre personne que celle qui appose son nom au bas de ces lignes.

10 Pour que le compte y soit, précisons que Lavedan et Rostand ont eu droit à deux entrevues. Un journaliste a aussi recueilli les propos d’un compositeur d’opéra, Puccini, le seul du lot dont la langue maternelle ne soit pas le français.

11 Le Monde illustré, 16 mars 1901, p. 768.

12 L’Album universel, 22 octobre 1904, p. 483.

13 La Croix, 9 décembre 1905, p. 1.

14 Sur cette question, Anne-Claude Ambroise-Rendu écrit, prenant l’exemple du Monde à témoin : « C’est donc que le texte écrit, en vertu même de son austérité et de son absence de prétention récréative, demeure le meilleur garant du sérieux et de l’authenticité. » « Du dessin de presse à la photographie (1878-1914) : histoire d’une mutation technique et culturelle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 39, janvier-mars 1992, p. 28.

15 Cette « richesse informative » de la photographie est, de l’avis de plusieurs, ce qui lui permet de déclasser, au fur et à mesure que se perfectionneront les moyens de reproduction photographique, les autres modes de représentation. Voir Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Du dessin de presse à la photographie (1878-1914) : histoire d’une mutation technique et culturelle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 39, janvier-mars 1992, p. 6-28 et Michel Lessard, « La vogue des magazines illustrés. La xylophotographie », Cap-aux-Diamants, vol. 3, no 2, été 1987, p. 29-31.

16 Privilège que Le Passe-Temps cédait jusque-là bien plus volontiers – et ce sera tout aussi vrai plus tard – à des musiciens qu’à des acteurs.

17 Les propos du directeur de L’Illustration, premier magazine illustré de France, rendent compte de cet avantage indéniable de l’image sur l’écrit : « Combien les descriptions écrites, même les meilleures, sont pâles, inanimées, toujours incomplètes et difficiles à comprendre, en comparaison de la représentation même des choses ! On le répète depuis longtemps : les choses qui arrivent à l’esprit par l’oreille sont moins faciles à retenir que celles qui lui arrivent par les yeux. » L’Illustration, 4 mars 1843. Cité par Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Du dessin de presse à la photographie (1878-1914) : histoire d’une mutation technique et culturelle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 39, janvier-mars 1992, p. 6.

18 À ce chapitre, la photo paraît un puissant vecteur idéologique, qui va grandement à l’encontre des prétentions d’objectivité de la presse d’information. D’autant que, dans le domaine culturel à tout le moins, les critères, qui motivent le choix d’illustrer un événement plutôt qu’un autre, demeurent flous. Restons-en à la qualité esthétique du cliché. Il est clair que celle-ci n’a souvent rien à voir avec l’importance de l’événement qu’il illustre. Par ailleurs, il vient rarement à l’idée des lecteurs de réagir aux choix de mise en page, même s’ils sont dictés par un parti pris évident, tandis que ceux-ci critiquent souvent la partialité et les lacunes rencontrées dans bien des articles.

19 Le calque plus direct de l’anglais « Scène dans » suivi du titre se voit aussi pendant longtemps.

20 Une quatrième feuille, Le Passe-Temps, a l’air de proposer aussi un calendrier à ses lecteurs – mais au début de son pêle-mêle culturel – de juillet 1901 à décembre 1902. Toutefois, la suite des choses laisse plutôt penser que c’est une publicité déguisée. En effet, à partir de janvier 1903, le Théâtre National Français obtient l’exclusivité de ce qui n’est sans doute pas un calendrier, mais une forme de publicité moyennant rétribution.

21 Le Pays et Les Débats optent pour la première solution tandis que Le Bulletin lui octroie une bonne position en page 2, sans encadré, mais en multipliant les petits caractères gras dans le corps du texte.

22 Certains journaux éphémères comme Le Montréal (1899) publient aussi des calendriers durant cette période et mentionnent le prix d’entrée, comme il est aussi d’usage dans les publicités.

23 Le Bulletin, 17 mai 1908, p. 2. Je suis tenté de voir, dans ces commentaires, les derniers reliquats d’un paternalisme envers les ouvriers qu’il est peut-être encore nécessaire d’orienter vers des divertissements d’une moralité à toute épreuve, autrement absente des calendriers, qui s’adressent, dans le cas des Débats et du Pays, à des lecteurs plus instruits.

Table des illustrations

Titre Figure 1 Photo de Mademoiselle Trebelli. Le Monde illustré, 17 décembre 1898, p. 517.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Figure 2 Deux acteurs des Soirées de famille. Le Monde illustré, 6 mai 1899, p. 7
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 3 Photo de Mademoiselle Fleur. Le Passe-Temps, 18 novembre 1905.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Figure 4 Dessin de représentation, une scène de Napoléon. Le Passe-Temps, 14 novembre 1908, p. 525.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4937/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 5 Dessin d’artiste. Les Débats, 30 novembre 1902, p. 3.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4937/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 6 Épisode théâtral illustré. Les Débats, 6 octobre 1901, p. 3.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4937/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 7 Épisode théâtral illustré. Les Débats, 6 octobre 1901, p. 4.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4937/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search