Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éveil culturel

 | 
Hervé Guay

Remerciements

Texte intégral

Maintenant si vous voulez que je vous parle plus sérieusement, je vous dirai que l’on redoute l’influence du théâtre français, non à cause de sa prétendue immoralité
– ce qui n’est qu’un prétexte –, mais parce que dans les œuvres modernes, on étudie les différents problèmes sociaux dont la solution préoccupe les esprits humanitaires, parce qu’on discute, même librement, des questions scientifiques. Ce sont des pièces trop savantes pour être orthodoxes, trop inspirées par l’esprit de justice et de liberté pour ne pas être dangereuses. Si on laissait le Théâtre Moderne faire à sa guise, empoisonner l’âme de ces bons Canadiens en les habituant, peu à peu, à penser, à raisonner quand on veut leur faire entendre que deux et deux font cinq, mais ce serait une véritable révolution dans toute la province de Québec.
Et le mouton ne voudrait plus se laisser tondre, que deviendrait le berger ?… Non, il vaut mieux, pour ceux qui s’engraissent de l’état des choses actuel, encourager les cirques, les danseurs nègres, les mélodrames stupides, en un mot tout ce qui abrutit le peuple, le maintient dans cet état de béate ignorance indispensable à l’asservissement complet du troupeau malheureux, mais résigné.
Arsène Bessette, Le débutant (1914)

1J’aimerais exprimer ma gratitude envers Monik Bruneau et Gilbert David qui ont dirigé la thèse dont est tiré cet ouvrage. Leur supervision amène et éclairée et leur appui indéfectible m’ont permis de me rendre jusqu’au bout de cette aventure exigeante. Je salue en outre l’apport d’André-G. Bourassa et d’Isabelle Lasvergnas qui m’ont guidé à diverses étapes de ce projet.

2Je tiens à témoigner ma reconnaissance à Micheline Cambron pour l’attention qu’elle a portée à mon manuscrit et pour les aménagements qu’elle a suggérés afin de le transformer en livre. La perspicacité de ses observations et les demandes de clarification qu’elle a formulées m’ont aidé à préciser ma pensée et rendront sans doute plus agréable la lecture de ces analyses.

3Je dois aussi une fière chandelle aux étudiants et amis qui m’ont assisté tout au long de mes recherches. Je remercie tout spécialement Danièle Chayer. Je suis également redevable à l’endroit d’Hugo Couturier, d’Alexandre Cadieux, de Sylvain Lavoie, d’Annette Laflamme, de Jean Sirois, de Robert Labelle et de David Platts.

4Je voudrais également souligner l’affabilité du personnel de la Bibliothèque nationale du Québec, Collection des revues, journaux et publications gouvernementales, qui s’est incarnée dans la coopération bienveillante de Jeannine Rivard et de Denise Paquet. Toute aussi attentionnée s’est révélée Michèle Guertin de la médiathèque de la Bibliothèque des lettres et des sciences humaines de l’Université de Montréal.

5Un mot pour finir à l’intention de toutes celles et de tous ceux – elles et ils se reconnaîtront aisément – dont les encouragements m’ont procuré la force d’entreprendre la conversion de cette thèse en livre. Sans vous tous, cela n’en aurait pas valu la peine.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter