Version classiqueVersion mobile

Leçons de littérature

 | 
Karine Cellard

Quatrième chapitre. Au seuil de la rupture

Les manuels de la fin des années 1960

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au moment où Roger Duhamel, Gérard Bessette et Pierre de Grandpré publient leurs histoires littéraires, à la fin des années 1960, le corpus n’a plus besoin, pour établir sa reconnaissance, que les rédacteurs posent leurs manuels comme démonstrations performatives de l’existence d’une littérature nationale. Les écrivains québécois, en effet, existent désormais par eux-mêmes et trouvent des échos favorables jusqu’à Paris, où la publication quasi simultanée d’Une saison dans la vie d’Emmanuel (Marie-Claire Blais, 1965), de Prochain épisode (Hubert Aquin, 1965) et de L’Avalée des avalées (Réjean Ducharme, 1966) fait l’effet d’une véritable « offensive des écrivains canadiens »1, comme Bessette et ses collaborateurs nomment le phénomène2. En 1969, la prestigieuse revue Europe consacre même un numéro à la « Littérature du Québec » (je souligne), adoptant pour l’occasion, à l’instigation des collaborateurs de la revue Liberté, la nouvelle dénomination identitaire qui fait désormais concurr...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search