Version classiqueVersion mobile

Le sursis littéraire

 | 
Martin Jalbert

Chapitre 3. Territoires des mots mironiens1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Chez Miron, l’adhésion parfaite aux micro-événements impersonnels de la vie en perpétuel devenir ne peut plus être vécue, comme chez Gauvreau, sur le mode de l’euphorie, de l’érotisme ou de la médecine contre l’abstraction du mot sans corps. Elle est au contraire une expérience dysphorique de dissolution de soi, diversement évoquée et souvent localisée dans le regard et les yeux, qu’il soit question du sujet s’adressant à lui-même (« tu perds tes yeux dans les autres2 » ; « tu vois que tu meurs par le tout et tu vois que tu ne te vois plus » [HR, 103]), du peuple « au regard épaillé sur ce qu’il voit » (HR, 96) ou de l’enfant qui « regarde jusqu’à n’être plus là », « consumé dans ce qu’il voit toujours3 », semblable au cœur amoureux qui revient de son voyage quotidien « dans les yeux qui passent » et « dans les ciels d’hypnose » (HR, 34). Figure mironienne majeure, l’hypallage « les ciels d’hypnose » reproduit bien cette fusion des entités en présence.

Si la démarche poétique de Miro...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search