Version classiqueVersion mobile

Le sursis littéraire

 | 
Martin Jalbert

Chapitre 2. Médecine surrationnelle, santé exploréenne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’isolement où Claude Gauvreau est tenu au sein de l’histoire de la littérature québécoise — « un cas à part », écrivent Biron, Dumont et Nardout-Lafarge1 — est souvent encadré de noms de pathologies, de maladies et de folies voisinant avec les mots exploration, authenticité, unicité, liberté. Pour aborder cette œuvre, on a parfois évoqué, après Gauvreau lui-même, la phrase de la fin d’Histoire de la folie de Michel Foucault : là où il y a œuvre, il n’y a pas folie. Mais il y a plusieurs types d’absence de folie et plusieurs façons de faire œuvre dans cette absence. Il ne s’agira pas ici de déterminer une fois pour toutes la pathologie, inassimilable à la folie, avec laquelle serait tout de même aux prises cette œuvre qui nous l’interdit par ailleurs — La charge de l’orignal épormyable montre bien ce que la pulsion du diagnostic comprend de procédures de contraintes, sinon de sadisme. Ce qui m’importera plutôt, c’est de savoir ce qu’est ici faire œuvre et contre quelle folie, contre...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search